ARCHÉOLOGIE Une découverte stupéfiante en Toscane


C’est une découverte étonnante surtout bien conservé qu’une bouteille de médicaments qui date de si loin .. aussi loin que notre référence a Jésus Christ .. et les scientifiques peuvent même donner les ingrédients de cette mixture ..
Nuage

 

ARCHÉOLOGIE

Une découverte stupéfiante en Toscane

 

Archéologie - Une découverte stupéfiante en Toscane
Photo Fotolia
La Toscane en Italie

C’est toute une découverte qu’ont faite des chercheurs alors qu’ils fouillaient les ruines d’un ancien navire, rapporte www.nlm.nih.gov.

Les archéologues présents lors de l’expédition ont en effet déniché ce qui serait une bouteille de médicaments qui daterait de près de 140 ans avant Jésus-Christ!

La bouteille, bien scellée, renfermait des pilules de couleur gris-vert dans lesquelles on a décelé des traces d’oxyde de carbone, de cire d’abeille, de résidus de pin et de graisses animales. On a également relevé la présence de résidus de légumes.

« La recherche souligne la continuité de l’Homme à vouloir traiter des problèmes et des symptômes à l’aide de traitements et de substances. Elle démontre également le soin que ces gens prenaient dans le choix des substances qui allaient composer ces mixtures, afin d’obtenir les effets thérapeutiques désirés et d’aider à l’application de la médecine », s’étonne la chimiste et archéologue Gianna Giachi, de Toscane, en Italie.

C’est d’ailleurs là que cette découverte a été effectuée, dans le cadre d’une fouille d’un ancien vaisseau qui avait sombré depuis des lunes.

Les chercheurs ont fait d’autres découvertes lors de cette fouille, mais aucune aussi importante que celle-ci. La trouvaille pourra sans doute permettre de mieux comprendre comment la médecine était appliquée dans ces temps anciens.

http://fr.canoe.ca

Naufrage du Costa Concordia : La peur d’une «bombe écologique» fait trembler


Le sauvetage continue pour essayer de trouver de nouveaux survivants mais une autre ombre semble planer si les efforts pour dégager le pétrole que contient le bateau le plus rapidement possible qui pourrait être un désastre écologique que cette petite ville aurait bien des misères sans doute a se relever
Nuage

Naufrage du Costa Concordia : La peur d’une «bombe écologique» fait trembler

Italie | Naufrage du Costa Concordia - La peur d'une «bombe écologique» fait trembler

Enlever le navire de près de 115 000 tonnes pourrait prendre des semaines.

© AFP PHOTO / ANDREAS SOLARO

ÎLE DU GIGLIO, Italie – Sous un ciel plombé et de fines gouttes de pluie, les sauveteurs s’affairaient lundi autour de l’épave du Costa Concordia pour retrouver des rescapés mais aussi éviter l’explosion d’une véritable «bombe écologique» dans une superbe région protégée.

«Nous avons une bombe écologique à l’intérieur du navire», a déclaré à l’AFP Sergio Ortelli, le maire de la petite île toscane où s’est échoué le luxueux navire de croisière.

«D’après les premières constatations, le navire semble assez stable, il n’y aucune fuite, tout est sous contrôle pour l’instant», a toutefois ajouté le maire.

Après la recherche d’éventuels survivants ou les corps des victimes, la mise en sécurité du navire, qui cache dans ses réservoirs 2380 tonnes de carburant, est la deuxième préoccupation des sauveteurs, qui ont dû toutefois interrompre leurs recherches à la mi-journée en raison du mauvais temps.

«J’espère que le carburant pourra être pompé et que le paquebot pourra être déplacé car il gêne la navigation», a ajouté le maire.

«C’est très compliqué ce que nous faisons, nous travaillons toujours en couple, deux plongeurs liés l’un à l’autre par une corde de 2-3 mètres, avec des combinaisons étanches doublées de kevlar pour éviter de se blesser sur tous les objets dispersés dans le navire», a expliqué Rodolfo Raiteri, coordinateur des opérations sous-marines des gardes-cotes.

Ses hommes inspectent toute la partie immergée du navire, à raison d’une plongée de 50 à 60 minutes, une fois par jour seulement «car c’est éprouvant physiquement, l’eau étant à 11 ou 12 degrés C».

L’Île du Giglio est célèbre pour ses minuscules criques rocheuses et son charme rustique. La population, qui ne dépasse pas 800 habitants en hiver, bondit à 5000 personnes durant l’été, avec l’afflux des touristes.

La zone maritime autour de l’île est également un sanctuaire pour les baleines. Les responsables locaux réclament de nouvelles règles imposant des limites plus strictes à la navigation dans cette région et surtout la fin de la tradition de l’«inchino» (la révérence) qui fait passer de grands navires à proximité de l’île.

Les garde-côtes ont ordonné au propriétaire du navire, la compagnie Costa Crociere, d’«enlever l’épave du navire et d’éviter ne serait-ce qu’une goutte de pétrole dans la mer», a déclaré Filippo Marini, responsable du service de presse de la garde côtière locale.

Le naufrage comporte «un très haut risque» pour l’environnement de l’île du Giglio, entourée d’une réserve naturelle protégée, et «une intervention est urgente», a également déclaré le ministre de l’Environnement, Corrado Clini.

«L’objectif est d’éviter que le carburant ne s’écoule du navire: nous travaillons sur cette question», a-t-il ajouté.

«C’est un gazole dense, lourd, qui pourrait se sédimenter dans les fonds, ce serait un désastre», a-t-il déclaré, imaginant le pire, «avec les effets, connus en pareil cas, sur la faune marine et les oiseaux».

Une équipe d’experts de la société néerlandaise Smit&Salvage et une seconde de la société américaine Titan Salvage se trouvent sur place pour étudier les moyens de mettre le navire en sécurité.

L’un d’entre-eux a déclaré, sous couvert de l’anonymat, que le pompage du carburant ne pourra débuter que plus tard dans la semaine lorsque l’équipement nécessaire sera sur place.

Selon lui, enlever le navire de près de 115 000 tonnes pourrait prendre des semaines, mais il exclut la possibilité de le découper sur place.

«Ils ont eu de la chance de ne pas avoir une seule goutte de carburant en mer. Avec le trou seulement 4 ou 5 mètres plus loin sur la coque du bateau, les réservoirs de carburant aurait pu être endommagés», a-t-il ajouté.

«Les conditions sont encore bonnes mais nous devons agir rapidement avant que la météo ne devienne mauvaise», a-t-il dit, rappelant que le navire se trouvait au bord d’une falaise et que les vagues pourraient le pousser vers une mer plus profonde et le faire couler complètement.

http://fr.canoe.ca

Navire échoué en Italie : Encore 17 disparus


  Des moments d’horreurs pour les voyageurs a bord d’un navire, les recherches continuent pour trouver des rescapés. Le fait qu’ils soient près de la terre ferme, cela a du aider pour sauver plusieurs d’entre eux
Nuage

Navire échoué en Italie : Encore 17 disparus

Crédit photo : Agence QMI

TVA Nouvelles avec AFP

La totalité des passagers du Costa Concordia, qui s’est échoué vendredi soir en Italie, n’avait pas encore été retrouvée, dimanche matin.

Dix-sept personnes manquaient toujours à l’appel, selon le président de la région de Toscane, Enrico Rossi.

«Des contrôles et recoupements ont permis de réduire le nombre de personnes disparues; dans la dernière réunion, on m’a communiqué qu’il manquerait onze passagers et six membres d’équipage», a-t-il déclaré.

La boîte noire du navire a été retrouvée dimanche, elle devrait permettre de comprendre ce qui s’est réellement passé au moment de l’accident.

(Crédit photo: AFP)

Trois survivants retrouvés

Un troisième survivant, le commissaire de bord Marrico Giampietroni, un membre d’équipage d’origine italienne, a été retrouvé dans l’épave du navire avec une jambe cassée.

Les deux autres rescapés sortis d’affaire un peu plus tôt dans la journée sont un couple sud-coréen, qui s’était inscrit pour cette croisière afin de célébrer leur lune de miel.

Deux Japonais qui ne figuraient pas sur la liste des occupants du bateau établie en collaboration avec l’équipe de croisière et les secours se sont manifestés dimanche, à Rome.

«Il y a beaucoup d’étrangers et il est possible que des noms aient été mal retranscrits», a justifié le préfet local Giuseppe Linardi, expliquant que l’élaboration d’une telle liste est «complexe».

Au total, l’accident a coûté la vie à trois personnes et a fait une quarantaine de blessés.

Le commandant de bord ainsi que son second ont été arrêtés pour homicide multiple, naufrage et abandon de navire. Ils auraient quitté le navire bien avant l’évacuation des derniers passagers.

Une grande partie des plus de 4229 rescapés du naufrage ont été rapatriés chez eux samedi soir. Les autres sont toujours hébergés dans des hôtels de la région.

(Crédit photo: AFP)

Les recherches de plus en plus difficiles

Même si la météo était en faveur des pompiers et des plongeurs qui poursuivaient leurs recherches dimanche, l’inclinaison du bateau rend la tâche de plus en plus ardue.

Le navire est maintenant incliné à 90° et est en grande partie immergé. Les portes fermées, les meubles déplacés et les escaliers en morceaux compliquent d’autant plus le travail des sauveteurs, une fois parvenus à bord du paquebot.

(Crédit photo: AFP)

Un bateau «maudit»

Le Costa Concordia n’en est pas à son premier accident. Naviguant près de Palerme en 2008, le navire avait été catapulté sur un rocher par de puissantes vagues provoquées par la tempête.

Son flanc droit avait été fissuré, mais les passagers s’en étaient tirés sains et saufs.

La réputation de navire «maudit» vient du fait que la bouteille de champagne lancée sur sa coque lors de l’inauguration en 2005 ne s’est jamais brisée, signe d’un mauvais présage pour certains marins

Le commandant, Francesco Schettino, ainsi que le premier officier Ciro Ambrosio sont accusés d’homicide multiple, naufrage et abandon du navire.

Le commandant «s’est approché de manière très maladroite de l’île du Giglio, a heurté un rocher qui s’est encastré dans son flanc gauche, faisant s’incliner (le navire) et embarquer énormément d’eau dans l’espace de deux, trois minutes», a indiqué le procureur de Grosseto Francesco Verusio

http://tvanouvelles.ca