Un élixir d’im­mor­ta­lité retrouvé dans une tombe chinoise vieille de 2 000 ans


Il y a 2 milles ans, on cherchait déjà comment atteindre l’immortalité après la mort. En Chine, les archéologues ont trouvé cet élixir dans une tombe d’une famille de nobles. Si l’immortalité après la mort est réelle, nous le saurons bien un jour. En attendant, la boisson a prouvé qu’elle pouvait être immortelle après 2000 ans.
Nuage

 

Un élixir d’im­mor­ta­lité retrouvé dans une tombe chinoise vieille de 2 000 ans

 

par  Laura Boudoux

 

L’élixir d’im­mor­ta­lité a été soigneu­se­ment versé dans une jarre en bronze, et placée dans le tombeau de la famille défunte. En Chine, des archéo­logues révèlent publique­ment aujourd’­hui avoir retrouvé en octobre dernier une potion concoc­tée il y a 2 000 ans, sous la dynas­tie Han.

Alors que les archéo­logues pensaient à l’ori­gine qu’ils s’agis­sait de quelque alcool ances­tral, ils ont rapi­de­ment compris, après l’étude du liquide, qu’il s’agis­sait d’un élixir censé offrir l’im­mor­ta­lité à celui ou celle qui le buvait, rapporte The Inqui­sitr.

Dans cette tombe, qui appar­te­nait à une famille de nobles de la ville de Loyang, pas moins de 3,5 litres de potion ont été retrou­vés. Une forte odeur se dégage de la concoc­tion, compo­sée de nitrate de potas­sium et d’alu­nite, les deux ingré­dients les plus impor­tants de cette bois­son suppo­sé­ment salva­trice, selon les textes taoïstes de l’époque.

« C’est la première fois qu’un tel “élixir d’im­mor­ta­lité” est retrouvé en Chine. Ce liquide a une grande valeur dans l’étude de l’an­cienne pensée chinoise sur la recherche de l’im­mor­ta­lité, et dans l’évo­lu­tion de la civi­li­sa­tion chinoise », commente Shi Jiaz­hen, le respon­sable de l’Ins­ti­tut des reliques cultu­relles et de l’ar­chéo­lo­gie.

Source : The Inqui­sitr

 

L’homme préhistorique aimait déjà son chien… jusque dans la mort


Les hommes préhistoriques vivaient avec les chiens jusqu’à la mort. Des preuves démontrent sur des sites des ossements humains avec des ossements de chiens. En fait, ce sont surtout des ossements de chiots, qui laissent à penser qu’ils étaient sacrifiés à la mort d’une personne. Et il semble heureusement, que les chiens ne faisaient pas partie du régime alimentaire humain.
Nuage

 

L’homme préhistorique aimait déjà son chien… jusque dans la mort

 

Les chiens de taille moyenne (50 cm de haut pour 15 kilos) décrits dans l’étude ressemblent « aux chiens de berger des Pyrénées actuelles » © getty.

Il y a quelque 6.000 ans, des communautés néolithiques vivant près de ce qui est aujourd’hui Barcelone aimaient déjà beaucoup leurs chiens, jusque dans la tombe

Des preuves archéologiques mises au jour sur au moins quatre sites montrent que ces hommes préhistoriques et leur compagnons à quatre pattes vivaient ensemble, travaillaient ensemble, et partageaient le même régime alimentaire de graines et de légumes, selon une étude publiée récemment dans la revue Journal of Archaeological Science: Reports.

© afp

.

© afp.

« Ces animaux étaient totalement intégrés dans ces communautés néolithiques », explique à l’AFP Silvia Albizuri, de l’Université de Barcelone.

Et ce statut spécial accordé aux canidés les suivait dans la tombe. Des squelettes partiels ou complets de chiens ont ainsi été retrouvés dans plus d’une vingtaine de tombes, placés avec soin aux côtés d’hommes, de femmes ou d’enfants.

Sacrifiés à la mort de leur maître

Mais les animaux choisis pour passer l’éternité avec leurs maîtres en payaient le prix: ils étaient sacrifiés au moment des funérailles, selon l’étude. Les restes retrouvés appartenaient à des chiens âgés de 1 à 6 ans, dont un quart entre 12 et 18 mois.

« La sélection de chiots et d’animaux d’un an suggère un sacrifice », précise Silvia Albizuri.

La préférence de ces communautés pour les jeunes chiens pourrait aussi être liée à une réticence à perdre les animaux plus âgés déjà dressés notamment pour garder les troupeaux.

Des chiens pas mangés

L’absence d’entailles sur les os des chiens laisse également penser que leur chair n’était pas découpée ou mangée avant l’inhumation. Des chiens et des hommes enterrés côte à côte ont déjà été retrouvés sur d’autres sites du Néolithique dans le nord de l’Italie et le sud de la France, mais la tombe de Bobila Madurell, juste au nord de Barcelone, contenait plus de chiens que les autres, note l’étude.

Processus de domestication

Selon les scientifiques, les chiens ont probablement d’abord été utilisés par les hommes pour chasser. Puis quand les hommes se sont sédentarisés et ont commencé à cultiver la terre il y a 10.000 ans, ces canidés domestiques sont devenus des protecteurs contre les intrus ou les animaux sauvages, en particulier leur cousin sauvage, le loup. Ces populations ont également domestiqué d’autres animaux comme les moutons ou les chèvres.

Economie du Néolithique

« Les chiens jouaient un rôle important dans l’économie des populations du Néolithique, en prenant soin des troupeaux et des lieux de vie », notent les chercheurs.

Les chiens de taille moyenne (50 cm de haut pour 15 kilos) décrits dans l’étude ressemblent « aux chiens de berger des Pyrénées actuelles », note Silvia Albizuri.

Les os de bétail retrouvés dans les sites des sépultures en Espagne étaient éparpillés de façon hétéroclite, une autre preuve de la place spéciale réservée aux canidés néolithiques.

Vestiges de fermes

Environ 5.000 ans avant notre ère, quelques communautés importantes vivaient dans le sud de l’Europe, où existaient aussi quelques plus petits villages dans les plaines ou sur les collines. Les archéologues ont également retrouvé des vestiges de fermes, d’abris temporaires et de silos pour stocker le grain.

https://www.7sur7.be/

Ces archéo­logues ont décou­vert la tombe perdue de l’ex­plo­ra­teur qui a baptisé l’Aus­tra­lie


Avoir fait des recherches, ils n’auraient peut-être pas trouvé la tombe de l’explorateur qui a baptisé l’Australie. Il faut croire que le hasard fait bien les choses.
Nuage

 

Ces archéo­logues ont décou­vert la tombe perdue de l’ex­plo­ra­teur qui a baptisé l’Aus­tra­lie

 

La tombe d’un célèbre explo­ra­teur a été décou­verte sur un site en pleine construc­tion, au cœur de Londres. Près de la station de métro Euston Station, les restes du corps du capi­taine Matthew Flin­ders ont ainsi été exca­vés par des archéo­logues, rapporte le Natio­nal Geogra­phic.

Cet explo­ra­teur britan­nique a été le premier à mener une expé­di­tion navale autour de l’Aus­tra­lie, dès 1803, et c’est même lui qui a nommé le pays. Décédé en 1814, il avait été enterré dans un cime­tière londo­nien. 

Trou­ver et iden­ti­fier les restes de Matthew Flin­ders, c’était comme trou­ver une aiguille dans une botte de foin », a expliqué Helen Wass, l’ar­chéo­logue en chef sur le projet.

Tombé dans l’ou­bli, le cime­tière avait été réamé­nagé en parc muni­ci­pal, le St. James Gardens. Les pierres tombales avaient alors été reti­rées, et il ne restait aucun moyen d’iden­ti­fier les corps des quelque 60 000 personnes enter­rées là. Très vite, une légende a émergé, racon­tant que les restes de Matthew Flin­ders s’étaient retrou­vés sous le quai numéro 15. C’est fina­le­ment grâce à la cuirasse qui tapis­sait le cercueil que les archéo­logues ont pu iden­ti­fier le corps.

« S’il n’avait pas eu de cuirasse sur son cercueil, ou s’il avait été en étain, nous l’au­rions déterré et nous n’au­rions jamais su de qui il s’agis­sait », a assuré l’ar­chéo­logue.

C’est la construc­tion de la liai­son ferro­viaire à grande vitesse HS2, qui reliera Londres à Birmin­gham, qui a mené les archéo­logues à la tombe du capi­taine. Avant le début des travaux, les corps enter­rés dans l’an­cien cime­tière sont en effet tous exhu­més, pour être enter­rés ailleurs.

« Il y a litté­ra­le­ment des dizaines de milliers de tombes ici. Nous n’avions aucune idée de l’en­droit où Matthew Flin­ders était censé être enterré dans le vieux cime­tière. C’est un coup de chance incroyable », s’est réjouit Helen Wass. 

Sources : Natio­nal Geogra­phic

https://www.ulyces.co

Au temps des Vikings, les chevaux mâles avaient un statut particulier


Pour les Vikings, les chevaux mâles avaient un statut particulier. Lors de la mort d’un guerrier, le cheval mâle était sacrifié pour être enterré avec son maitre. Les femelles, étaient tout simplement manger. Ils n’ont trouvé aucune sépulture de femmes ou d’enfants et ne semble pas savoir ce qu’il faisait de leur corps.
Nuage

 

Au temps des Vikings, les chevaux mâles avaient un statut particulier

 

Sleipnir d'Odin cheval Islande Viking

Share

Sleipnir, le cheval d’Odin dans la mythologie scandinave. Crédits : Wikipédia

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Selon de récentes analyses menées dans des tombes islandaises, les hommes vikings étaient il y a environ 1 000 ans enterrés avec leurs chevaux mâles sacrifiés. Un statut différent semblait être accordé aux femmes et enfants vikings, ainsi qu’aux chevaux femelles. 

Sur les terres islandaises, une équipe de chercheurs de l’Université d’Oslo (Norvège) annonce avoir examiné 355 sépultures datant de la fin du neuvième siècle, jusqu’au début du onzième siècle. Dans le lot, 148 contenaient des restes de chevaux – 175 au total – abattus pour être enterrés avec leur maître probablement mort au combat. Compte tenu du nombre important de montures enterrées, les chercheurs ont tenu à en apprendre davantage sur ces anciens équidés.

« Il est raisonnable de croire qu’un Viking enterré avec son cheval devait exercer un certain pouvoir et une certaine influence. Nous avons donc souhaité en savoir plus sur ces chevaux », explique Albína Hulda Pálsdottir, principale auteure de l’étude.

Les mâles enterrés, les femelles mangées

Après analyses ADN, il en ressort que quasiment tous les chevaux enterrés étaient des mâles. Et tous ont été abattus dans la force de l’âge pour l’occasion, dans le but de reposer avec des hommes, eux aussi dans la force de l’âge

« Il est naturel d’imaginer que le massacre d’animaux mâles virils et, dans une certaine mesure, agressifs, devait faire partie d’un rituel funéraire destiné à conférer un statut et un pouvoir », note Rúnar Leifsson, co-auteur de l’étude publiée dans le Journal of Archaeological Science.

Aucune femme ni enfant n’ont été découverts dans les tombes, suggérant des rituels funéraires différents (étaient-ils incinérés ? coulés en mer ?).

Côté chevaux, l’analyse des restes de trois chevaux gisant à l’extérieur des tombes suggère qu’il s’agissait de femelles abattues pour être mangées. Les chevaux mâles, comme ailleurs en Scandinavie chez les Vikings, semblaient donc avoir un statut particulier comparé aux femelles.

« Dans l’ancienne mythologie nordique, les chevaux jouent un rôle important,explique Mathias Nordvig, de l’Université du Colorado à Boulder (États-Unis). Le plus remarquable est Sleipnir, le cheval d’Odin, qui a huit pattes. (…) Il existe également des liens étroits entre les chevaux et le dieu de la fertilité masculine Freyr. (…) Il existe de nombreux autres exemples de chevaux masculins associés aux dieux dans la mythologie nordique traditionnelle, poursuit le chercheur, et ils semblent tous suggérer la même idée, à savoir que les chevaux ont un statut élevé, sont liés aux guerriers et constituent le moyen de transport préféré des combattants se rendant au royaume de la mort ».

Source

https://sciencepost.fr/

Égypte: découverte d’une tombe vieille de plus de 4400 ans


Une grande tombe vieille de plus de 4 000 ans, d’Égypte, très bien conservé, avec couleurs, statuts dans des niches qui appartenait à un prêtre de haut rang
Nuage

 

Égypte: découverte d’une tombe vieille de plus de 4400 ans

 

La tombe contient notamment des « scènes montrant le... (Photo MOHAMED ABD EL GHANY, REUTERS)

La tombe contient notamment des « scènes montrant le propriétaire de la tombe avec sa mère, sa femme et sa famille, de même qu’un certain nombre de niches avec de grandes statues colorées du défunt et sa famille », précise le gouvernement égyptien dans un communiqué.

PHOTO MOHAMED ABD EL GHANY, REUTERS

Agence France-Presse
Le Caire

 

La tombe d’un prêtre datant de plus de 4400 ans a été découverte sur le site de Saqqara, près du Caire, par une mission archéologique égyptienne, ont annoncé samedi les autorités.

La tombe du prêtre nommé « Wahtye » date de la Ve dynastie (entre 2500 et 2300 avant J. -C.), pendant le règne de Néferirkarê, selon le ministère des Antiquités.

La tombe est « exceptionnellement bien conservée, colorée avec des sculptures à l’intérieur. Elle appartient à un prêtre de rang élevé », s’est réjoui samedi le ministre des Antiquités, Khaled el-Enany devant un parterre d’invités et la presse.

La tombe contient notamment des « scènes montrant le propriétaire de la tombe avec sa mère, sa femme et sa famille, de même qu’un certain nombre de niches avec de grandes statues colorées du défunt et sa famille », précise le ministère dans un communiqué.

Les niches sont au nombre de 18 et les statues de 24, selon la même source qui précise en outre que la partie basse de la tombe contient 26 niches plus petites.

En novembre, sur le même site de Saqqara, les autorités égyptiennes avaient révélé la découverte de sept tombes, dont quatre datant de plus de 6000 ans, par la même mission archéologique égyptienne.

Les archéologues avaient notamment mis au jour des scarabées et des chats momifiés.

Le site de Saqqara, au sud du Caire, est une vaste nécropole qui abrite notamment la célèbre pyramide à degrés du pharaon Djéser, la première de l’ère pharaonique.

Ce monument, construit vers 2700 avant J. -C par l’architecte Imhotep, est considéré comme l’un des plus anciens monuments à la surface du globe.

https://www.lapresse.ca/

L’Égypte dévoile sept tombes du temps des pharaons


De nouvelles tombes ont été découvertes au temps des pharaons dans l’ancien et le nouvel empire. Dans ces tombes beaucoup de chats momifiés, des scarabées, statues de quoi occupés les archéologues
Nuage

 

L’Égypte dévoile sept tombes du temps des pharaons

 

Un homme transporte un artéfact retrouvé dans une... (Photo Nariman El-Mofty, Associated Press)

Un homme transporte un artéfact retrouvé dans une des tombes découvertes dans la nécropole royale de Saqqarah, le 10 novembre.

PHOTO NARIMAN EL-MOFTY, ASSOCIATED PRESS

 

Agence France-Presse
Le Caire

Sept tombes, dont quatre datant de plus de 6000 ans, ont été découvertes sur le site de Saqqarah, près du Caire, par une mission archéologique égyptienne qui a mis au jour notamment des scarabées et des chats momifiés, ont annoncé les autorités samedi.

La découverte a eu lieu « autour d’une zone rocailleuse bordant le complexe funéraire d’Ouserkaf dans la nécropole [royale] de Saqqarah », de l’ancienne capitale de l’Ancien Empire, a déclaré le ministre des Antiquités Khaled el-Enany.

Trois de ces tombes « remontent à l’époque du Nouvel Empire [seconde moitié du second millénaire avant notre ère] et ont été utilisées comme nécropoles pour chats », a-t-il ajouté dans un communiqué. 

Les quatre autres tombes remontent à l’époque de l’Ancien Empire (soit 4300 ans avant J-C), « dont la plus importante est celle de Khufu-Imhat, gardien des édifices appartenant au palais royal. Elle date de la fin de la Ve dynastie et des débuts de la VIe », selon le ministre. 

Le site de Saqqarah est une vaste nécropole de la région de l’ancienne Memphis, où se trouvent d’innombrables tombes et les premières pyramides pharaoniques.

De son côté, le secrétaire général du Conseil suprême des antiquités, Mostafa Waziri, a indiqué que la mission égyptienne, travaillant sur le site depuis avril, avait aussi mis au jour les premiers scarabées momifiés jamais découverts dans la nécropole de Memphis.

Deux grands scarabées momifiés ont ainsi été découverts à l’intérieur d’une tombe rectangulaire, en pierre calcaire, a-t-il précisé.

Une autre collection de scarabées momifiés a aussi été mise au jour à l’intérieur d’une tombe de forme carrée, en pierre calcaire portant un scarabée peint en noir. 

Des dizaines de chats momifiés ont également été découverts ainsi que 100 statues de chats en bois doré et une statue de bronze, dédiées à la déesse-chat Bastet. 

Une collection de statues en bois doré représentant un lion, une vache et un faucon a également été découverte, selon M. Waziri.

https://www.lapresse.ca/

Un vin de 2000 ans retrouvé en Chine


Il parait qu’un vin bien vieillit peut donner une bonne saveur au vin, alors quoi penser d’un vin vieux de 2 000 ans.
Nuage

 

Un vin de 2000 ans retrouvé en Chine

 

Institut de recherche archéologique de Shaanxi Le récipient du centre contenait le précieux liquide.

Des archéologues chinois ont découvert dans une tombe de la province du Henan un récipient en bronze vieux de 2000 ans contenant un liquide qui pourrait être du vin, a annoncé mardi l’agence Chine nouvelle.

Le récipient scellé contenait environ 3,5L d’un liquide jaune qui avait une forte odeur de vin chinois lorsqu’il a été ouvert, ont indiqué les archéologues.

Ce liquide sera soumis à des examens de laboratoire pour déterminer sa teneur en alcool, a indiqué mardi Shi Jiazhen, chef de l’Institut d’Archéologie et des Vestiges culturels de la ville de Luoyang.

Une lampe en forme d’oie sauvage a été également découverte dans la tombe, qui abritait des restes de la personne qui y avait été ensevelie, a ajouté M. Shi.

Le vin daterait de la dynastie des Han occidentaux (202 av-J.C. à 8 après J.C). L’agence n’a pas précisé comment le récipient avait été fermé et le liquide préservé sans s’être évaporé.

Des découvertes d’alcool datant de cette période ont déjà été faites, a relevé l’agence, précisant que les boissons alcoolisées à base de riz et de sorgho, souvent conservées dans des récipients ouvragés en bronze, jouaient un rôle important dans les cérémonies et les rituels.

En 2010, des archéologues ont découvert un récipient vieux de 2400 ans contenant de la soupe dans une tombe mise au jour lors de travaux d’extension de l’aéroport de Xian, non loin du mausolée de l’empereur Qin et sa célèbre armée de guerriers et de chevaux en terre cuite.

http://journalmetro.com/

Elle s’offre en sacrifice à son mari: on la retrouve enterrée vivante à côté de lui


Il y a 3 000 ans, une femme qui aurait probablement pris un poison pour être enterré auprès de son bien-aimé pour l’éternité. Selon les légistes, il aurait été impossible de mettre la femme coucher sur le flanc de l’homme tout en l’enlaçant.
Nuage

 

Elle s’offre en sacrifice à son mari: on la retrouve enterrée vivante à côté de lui

 

Source: Daily Mail

Les archéologues ont fait une découverte émouvante dans un petit village en Ukraine. Dans une tombe datant d’il y a environ 3.000 ans, les scientifiques ont retrouvé une femme et un homme enlacés. Les scientifiques déduisent de leurs positions respectives que la femme s’est fait enterrer vivante avec l’être aimé pour rester auprès de lui pour l’éternité.

La façon dont le couple qui a dû vivre à l’âge du bronze était allongé est très significative. Le corps de la femme repose sur celui de l’homme et ses bras et ses jambes l’enlacent tendrement. Un signe qui témoigne de l’amour qui unissait les deux êtres préhistoriques.

Poison?

On aurait pu imaginer que des congénères aient eux-mêmes disposé de la sorte le corps de la femme sur le flanc de son époux mais les légistes excluent cette hypothèse. Selon eux, il est impossible de manipuler le corps d’un mort de manière à lui donner une position aussi tendre.

« Il apparaît que la femme a d’elle-même décidé de mourir en se faisant enterrer vivante tout contre son mari », explique le professeur Mykola Bandrivsky.

Vu l’absence de signe de panique, la veuve éplorée a probablement bu du poison avant de rentrer dans la tombe et de se blottir contre son mari décédé. Le couple incarne l’amour éternel, s’émeuvent les chercheurs.

« Elle ne voulait sans doute pas devoir partager la vie d’un autre homme et recommencer sa vie. Donc elle a choisi de le rejoindre dans la mort et de rester son épouse pour toujours ». 

Amour éternel, croyance d’une époque

Si une telle découverte est toujours une émotion pour les archéologues, cette pratique n’est pas inédite pour l’époque en Europe.

« Les couples de la culture de Wysocko (du nom d’une localité où ont été découvertes 200 tombes et monuments datant de l’âge du fer) croyaient en l’âme et l’amour éternels, donc aussi après la mort », explique le professeur.

Ce don de soi pour l’éternité n’était pas à sens unique. Les hommes mouraient aussi par amour pour leur épouse. Dans d’autres tombes attribuées à cette culture spécifique (vers 800 avant JC), les archéologues ont en effet découvert un homme qui tenait les mains d’une femme et un autre dont les lèvres et le front touchaient la tête d’une femme. Dans une autre tombe, les amoureux étaient enlacés.

Leur amour était destiné à traverser des millénaires et aura réussi à faire battre le coeur de la génération qui les aura découverts, 3.000 ans plus tard.

https://www.7sur7.be/

Il y a plus de 1000 ans, cette femme a accouché dans sa tombe


Heureusement que la médecine en obstétrique ! Si les archéologues ont raison, cette femme enceinte aurait été enterrée après avoir subi la trépanation pour éclampsie. Elle serait morte plus tard après cette chirurgie primitive. Le bébé serait né probablement suite au gaz produit lors de la décomposition de la mère.
Nuage

 

Il y a plus de 1000 ans, cette femme a accouché dans sa tombe

 

Share

Crédits : Pasini et al. / World Neurosurgery

par Brice Louvet

Une ancienne tombe médiévale retrouvée près de Bologne, en Italie, contenait une femme enceinte blessée à la tête avec un fœtus entre ses jambes. Grâce au positionnement des os, les chercheurs ont conclu qu’il s’agissait d’une « naissance de cercueil », quand un bébé est expulsé de force du corps de sa mère après sa mort.

La tombe, datant du VIIe-VIIIe siècle après J.-C., était retrouvée en 2010 à Imola, au nord de l’Italie. C’est parce que le squelette adulte avait été retrouvé face visible et intact que les archéologues ont déterminé qu’il s’agissait d’une sépulture. Le fœtus entre ses jambes et la blessure à la tête, cependant, ont demandé une enquête approfondie, récemment publiée dans la revue World Neurosurgery par des chercheurs des universités de Ferrare et de Bologne.

En se basant sur la longueur de l’os du fémur, les chercheurs ont tout d’abord déterminé que le fœtus était à environ 38 semaines de gestation. La tête et le haut du corps du bébé se trouvaient sous la cavité pelvienne, alors que les os de la jambe étaient toujours à l’intérieur. Cela signifie qu’il commençait à se préparer à la naissance. Bien que rare dans la littérature médico-légale contemporaine – et encore plus dans le dossier bioarchéologique – il pourrait s’agir ici d’un cas d’expulsion fœtale post-mortem, ou naissance de cercueil. La bioarchéologue Siân Halcrow, de l’Université d’Otago (Nouvelle-Zélande), explique que dans le cas de la mort d’une femme enceinte, le gaz produit lors de la décomposition normale du corps s’accumule parfois au point que le fœtus est expulsé de force.

Share

Crédits : Pasini et al. / World Neurosurgery

Cet exemple de naissance est intéressant d’un point de vue archéologique, mais l’état de santé de la mère le rend tout à fait unique : elle avait une petite marque sur son front et un trou circulaire de 5 mm juste à côté. Ce pourrait être, selon les chercheurs, les signes d’une trépanation, une ancienne forme de chirurgie du crâne. Non seulement la femme enceinte a été trépanée, mais elle a aussi vécu au moins une semaine après la chirurgie primitive. Dans l’article, les chercheurs italiens proposent une corrélation entre la chirurgie de la mère et sa grossesse : l’éclampsie

« Parce que la trépanation était autrefois utilisée dans le traitement de l’hypertension pour réduire la pression artérielle dans le crâne, écrivent-ils, nous avons émis l’hypothèse que cette lésion pourrait être associée au traitement d’un trouble de grossesse hypertensive ».

L’éclampsie est l’apparition de crises chez une femme enceinte souffrant d’hypertension artérielle liée à la grossesse. Et particulièrement il y a quelques siècles, cette affection était probablement une cause fréquente de décès maternel. Une femme enceinte qui souffre de fièvres, de convulsions et de maux de tête au début du Moyen Âge pourrait très bien avoir été trépanée.

« Compte tenu des caractéristiques de la plaie et de la grossesse tardive, notre hypothèse est que la femme enceinte a subi une éclampsie, et qu’elle a ensuite été traitée avec une trépanation frontale pour soulager la pression intracrânienne », notent les chercheurs.

Si les conclusions des chercheurs sont correctes, l’état de la mère ne s’est malheureusement pas amélioré, et elle a été enterrée toujours enceinte dans une tombe bordée de pierres. Son corps se décomposant, son fœtus décédé a ensuite été partiellement expulsé.

http://sciencepost.fr/

Le site du plus vieux des Scythes


Des découvertes qui vont aider a retracer la première culture sibérienne. Des bombes princier qui offrent une porte ouverte sur les Scythes
Nuage

 

Le site du plus vieux des Scythes

 

Le site d’Arzhan 0 en sibérie, où la culture cavalière des guerriers scythes serait née.

Gino Caspari, Université de Berne

Une tombe princière scythique découverte en Sibérie datant du IXe siècle avant notre ère et probablement inviolée promet d’éclairer les origines de ces cavaliers nomades d’Asie centrale.

FRANÇOIS SAVATIER

La culture des cavaliers scythes est probablement née en Sibérie et les indices archéologiques s’accumulent pour le montrer. Avec des collègues, Gino Caspari, de l’Université de Berne, a identifié ce qui semble être la plus ancienne tombe princière scythique de Sibérie.

En réalité, même si cette structure est isolée au milieu d’une zone marécageuse de la République sibérienne de Touva, à cinq heures de route du premier village, elle était sans doute déjà connue de certains habitants du pays. Elle faisait partie des sites prometteurs que les archéologues locaux, aux modestes moyens, auraient exploré un jour. L’équipe emmenée par Gino Caspari l’a fait avec eux, de façon systématique.

Ils ont d’abord vérifié sur des images satellitaires en haute résolution que cette structure circulaire d’environ 150 mètres de diamètre ressemblait à un Kourgane, c’est-à-dire, en russe, à un tumulus funéraire. L’équipe s’est ensuite rendue sur place l’été suivant pour confirmer par un sondage archéologique qu’il s’agissait d’une tombe princière scythique.

Les chercheurs ont alors pu montrer que ce tumulus – nommé Arzhan 0 – est construit de la même façon que le kourgane Arzhan 1, situé à seulement dix kilomètres au nord-est. Or le tumulus d’Arzhan 1 est pour les archéologues d’une importance scientifique et historique majeure. C’est par la fouille dans les années 1970 de ce kourgane du tournant du IXe siècle et du VIIIe siècle que l’on a commencé à réaliser que les origines de la culture scythique sont à chercher en Sibérie du côté du haut plateau traversé par la rivière Uyuk, où se trouvent plusieurs centaines de kourganes.

Bien qu’Arzhan 1 ait été pillé, les chercheurs soviétiques ont pu établir qu’un prince et sa compagne y avaient été inhumés ornés d’or, de turquoise et de riches fourrures (en Sibérie, le mobilier funéraire en matière organique se conserve souvent bien). Pas moins de 15 personnes et 160 étalons sellés et harnachés furent tués pour l’occasion. Très riches, les restes de mobiliers comprenaient des vestiges d’armes (poignards, haches de guerre, arcs et flèches). Comme tous les tumulus de la région, Arzhan 1 est formé d’un amas de pierre où ont été ménagées des chambres aux parois bordées de rondins de mélèze. Les restes d’un banquet pendant lequel des centaines de têtes de bétails ont été tuées entouraient le grand kourgane.

Or Arzhan 1 passait jusqu’à présent pour la plus ancienne tombe princière scythique de Sibérie. Mais il s’avère que la datation du bois trouvé par les chercheurs lors de leur sondage fait remonter Arzhan 0 au IXe siècle avant notre ère, donc avant Arzhan 1 et en plein âge du Bronze. Cela rend Arzhan 0 d’autant plus prometteur que le contenu de la tombe pourrait être intact puisque le sol y est en partie gelé, si bien que les cadavres et les matières organiques du mobilier funéraire pourraient être très bien conservés.

Arzhan 2, un kourgane de l’âge du fer datant du VIIe siècle avant notre ère et qui n’a pas été pillé, donne une mesure de ce que cela pourrait représenter : les archéologues allemands qui l’ont étudié au début des années 2000 ont découvert dans cette tombe plus d’un millier d’objets en or accompagnant deux défunts placés dans la chambre principale (voir l’image ci-contre). Outre des armes magnifiquement ornées, la tombe comprenait des vases, des chevaux harnachés, ainsi qu’un collier en or massif pesant pas moins de deux kilogrammes. Comme dans le cas d’Arzhan 1, des centaines d’étalons ont été sacrifiés lors des funérailles.

Prometteur, Arzhan 0 devrait donc nous renseigner sur la naissance et la première évolution de la culture sibérienne des cavaliers scythes, voire sur ses origines. Affaire à suivre !

https://www.pourlascience.fr/