On fumait déjà du cannabis il y a 2.500 ans


Il y a 4 000 ans, les Chinois connaissaient le cannabis. Les archéologues ont trouvé des preuves dans des tombes, avec des taux de THC. Ils ne savent pas non plus quand les Chinois ont commencé à le cultivé pour des activités récréatives, cependant le cannabis, comme bien des produits, a suivi la route de la soie.
Nuage



On fumait déjà du cannabis il y a 2.500 ans


Ces traces de drogue ont été retrouvées dans un cimetière chinois construit au Ve siècle avant notre ère. | Get Budding via Unsplash

Ces traces de drogue ont été retrouvées dans un cimetière chinois construit au Ve siècle avant notre ère. | Get Budding via Unsplash

Repéré par Hakim Mokadem

Repéré sur The Independent



Des traces ont été retrouvées sur d’anciennes tombes chinoises.

Des fouilles archéologiques sont à l’origine de cette découverte. Dans le massif du Pamir près de l’Himalaya, des traces de cannabis ont été identifiées, selon un article publié dans la revue Science Advances.

Une équipe de recherche chinoise a pu constater que ces échantillons de tétrahydrocannabinol (THC) –le produit chimique psychoactif de la marijuana– reposaient dans dix brûleurs d’encens en bois dans le cimetière de Jirzankal, à l’extrême ouest de la Chine. Situé à 3.000 mètres d’altitude, ce champ du repos a été bâti au Vesiècle avant J.-C.

Pour l’heure, les scientifiques savent peu de choses sur la façon dont les populations ont commencé à cultiver les plantes de cannabis pour ses propriétés psychoactives. Toutefois, ils pensent avoir déterminé le chemin parcouru par cette substance pour arriver dans l’empire du Milieu, avant de devenir la drogue la plus consommée à travers le monde.

La route de la soie

Cultivées en Asie de l’est pour ses graines alimentaires et ses fibres textiles, les plantes de cannabis font partie du quotidien des populations de ce vaste territoire depuis au moins 4.000 ans avant notre ère.

Les chercheurs de l’Académie chinoise des sciences et de l’institut Max Planck pensent que le cannabis s’est probablement répandu via des routes commerciales comme la route de la soie.

«Les premières routes commerciales telles que la route de la soie ressemblaient davantage aux rayons d’une roue, plaçant ainsi l’Asie centrale au cœur du réseau d’échanges», explique Robert Spengler, chercheur en archéobotanique et coauteur de l’étude auprès de The Independent.

Cependant, il reste encore difficile pour les scientifiques de déterminer si les personnes enterrées à Jirzankal ont activement cultivé du cannabis ou non. Certains des squelettes récupérés sur le site présentaient des caractéristiques similaires à celles de peuples contemporains situés à l’ouest de l’Asie centrale et des études sur les os humains ont montré que toutes les personnes enterrées là-bas n’ont pas grandi dans la région. Le mystère reste donc pour le moment entier.

http://www.slate.fr

La tombe d’Ele­phant Man a été retrou­vée à Londres


Joseph Merrick mieux connu sur le surnom Elephant Man (homme éléphant) avait été enterré en partie dans une tombe anonyme, une Anglaise croit avoir retrouvé sa sépulture. Par contre son squelette qui présente sa déformation squelettique est dans un hopital à Londres
Nuage


La tombe d’Ele­phant Man a été retrou­vée à Londres

Crédits : ABACA/World History Archive

par  Mathilda Caron

Une auteure anglaise affirme avoir retrouvé la tombe de Joseph Merrick, alias Elephant Man, plus de 130 ans après sa mort. Selon Jo Vigor-Mungo­vin, qui a écrit une biogra­phie de Merrick, ses tissus mous auraient été enter­rés dans le cime­tière de Londres dans une tombe anonyme, rappor­tait BBC News ce 5 mai.


Connu pour la diffor­mité extrême de son corps, qui a inspiré le film de David Lynch, Merrick souf­frait d’une défor­ma­tion sque­let­tique. Cette mala­die lui a rendu la vie diffi­cile, notam­ment durant son adoles­cence. Depuis sa mort, son sque­lette est conservé au Royal London Hospi­tal, mais Jo Vigor-Mungo­vin aurait fina­le­ment retrouvé la tombe de Merrick en étudiant longue­ment les registres de l’époque.

« Espé­rons qu’il y ait bien­tôt un mémo­rial dans sa ville natale de Leices­ter », déclare l’au­teure.

Selon les auto­ri­tés, une petite plaque devrait être instal­lée prochai­ne­ment sur sa tombe, dans le cime­tière de Londres.

Le sque­lette de John Merrick

Source : BBC News

https://www.ulyces.co/

Il y a plus de 1000 ans, cette femme a accouché dans sa tombe


Quelle horreur ! Heureusement que la médecine obstétrique à évoluer depuis le Moyen-âge. Cette femme souffrait probablement d’éclampsie. Elle a donc subit un traitement, la trépanation et elle survécue au moins 1 semaine avant de mourir. Dans sa tombe, elle aurait accouché dû au gaz de la décomposition de son corps.
Nuage

 

Il y a plus de 1000 ans, cette femme a accouché dans sa tombe

 

image de l'article principal

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Une ancienne tombe médiévale retrouvée près de Bologne, en Italie, contenait une femme enceinte blessée à la tête avec un fœtus entre ses jambes. Grâce au positionnement des os, les chercheurs ont conclu qu’il s’agissait d’une « naissance de cercueil », quand un bébé est expulsé de force du corps de sa mère après sa mort.

La tombe, datant du VIIe-VIIIe siècle après J.-C., était retrouvée en 2010 à Imola, au nord de l’Italie. C’est parce que le squelette adulte avait été retrouvé face visible et intact que les archéologues ont déterminé qu’il s’agissait d’une sépulture. Le fœtus entre ses jambes et la blessure à la tête, cependant, ont demandé une enquête approfondie, récemment publiée dans la revue World Neurosurgery par des chercheurs des universités de Ferrare et de Bologne.

En se basant sur la longueur de l’os du fémur, les chercheurs ont tout d’abord déterminé que le fœtus était à environ 38 semaines de gestation. La tête et le haut du corps du bébé se trouvaient sous la cavité pelvienne, alors que les os de la jambe étaient toujours à l’intérieur. Cela signifie qu’il commençait à se préparer à la naissance. Bien que rare dans la littérature médico-légale contemporaine – et encore plus dans le dossier bioarchéologique – il pourrait s’agir ici d’un cas d’expulsion fœtale post-mortem, ou naissance de cercueil. La bioarchéologue Siân Halcrow, de l’Université d’Otago (Nouvelle-Zélande), explique que dans le cas de la mort d’une femme enceinte, le gaz produit lors de la décomposition normale du corps s’accumule parfois au point que le fœtus est expulsé de force.

Share

Crédits : Pasini et al. / World Neurosurgery

Cet exemple de naissance est intéressant d’un point de vue archéologique, mais l’état de santé de la mère le rend tout à fait unique : elle avait une petite marque sur son front et un trou circulaire de 5 mm juste à côté. Ce pourrait être, selon les chercheurs, les signes d’une trépanation, une ancienne forme de chirurgie du crâne. Non seulement la femme enceinte a été trépanée, mais elle a aussi vécu au moins une semaine après la chirurgie primitive. Dans l’article, les chercheurs italiens proposent une corrélation entre la chirurgie de la mère et sa grossesse : l’éclampsie.

« Parce que la trépanation était autrefois utilisée dans le traitement de l’hypertension pour réduire la pression artérielle dans le crâne, écrivent-ils, nous avons émis l’hypothèse que cette lésion pourrait être associée au traitement d’un trouble de grossesse hypertensive ».

L’éclampsie est l’apparition de crises chez une femme enceinte souffrant d’hypertension artérielle liée à la grossesse. Et particulièrement il y a quelques siècles, cette affection était probablement une cause fréquente de décès maternel. Une femme enceinte qui souffre de fièvres, de convulsions et de maux de tête au début du Moyen Âge pourrait très bien avoir été trépanée.

« Compte tenu des caractéristiques de la plaie et de la grossesse tardive, notre hypothèse est que la femme enceinte a subi une éclampsie, et qu’elle a ensuite été traitée avec une trépanation frontale pour soulager la pression intracrânienne », notent les chercheurs.

Si les conclusions des chercheurs sont correctes, l’état de la mère ne s’est malheureusement pas amélioré, et elle a été enterrée toujours enceinte dans une tombe bordée de pierres. Son corps se décomposant, son fœtus décédé a ensuite été partiellement expulsé.

Source

https://sciencepost.fr/

Un élixir d’im­mor­ta­lité retrouvé dans une tombe chinoise vieille de 2 000 ans


Il y a 2 milles ans, on cherchait déjà comment atteindre l’immortalité après la mort. En Chine, les archéologues ont trouvé cet élixir dans une tombe d’une famille de nobles. Si l’immortalité après la mort est réelle, nous le saurons bien un jour. En attendant, la boisson a prouvé qu’elle pouvait être immortelle après 2000 ans.
Nuage

 

Un élixir d’im­mor­ta­lité retrouvé dans une tombe chinoise vieille de 2 000 ans

 

par  Laura Boudoux

 

L’élixir d’im­mor­ta­lité a été soigneu­se­ment versé dans une jarre en bronze, et placée dans le tombeau de la famille défunte. En Chine, des archéo­logues révèlent publique­ment aujourd’­hui avoir retrouvé en octobre dernier une potion concoc­tée il y a 2 000 ans, sous la dynas­tie Han.

Alors que les archéo­logues pensaient à l’ori­gine qu’ils s’agis­sait de quelque alcool ances­tral, ils ont rapi­de­ment compris, après l’étude du liquide, qu’il s’agis­sait d’un élixir censé offrir l’im­mor­ta­lité à celui ou celle qui le buvait, rapporte The Inqui­sitr.

Dans cette tombe, qui appar­te­nait à une famille de nobles de la ville de Loyang, pas moins de 3,5 litres de potion ont été retrou­vés. Une forte odeur se dégage de la concoc­tion, compo­sée de nitrate de potas­sium et d’alu­nite, les deux ingré­dients les plus impor­tants de cette bois­son suppo­sé­ment salva­trice, selon les textes taoïstes de l’époque.

« C’est la première fois qu’un tel “élixir d’im­mor­ta­lité” est retrouvé en Chine. Ce liquide a une grande valeur dans l’étude de l’an­cienne pensée chinoise sur la recherche de l’im­mor­ta­lité, et dans l’évo­lu­tion de la civi­li­sa­tion chinoise », commente Shi Jiaz­hen, le respon­sable de l’Ins­ti­tut des reliques cultu­relles et de l’ar­chéo­lo­gie.

Source : The Inqui­sitr

 

L’homme préhistorique aimait déjà son chien… jusque dans la mort


Les hommes préhistoriques vivaient avec les chiens jusqu’à la mort. Des preuves démontrent sur des sites des ossements humains avec des ossements de chiens. En fait, ce sont surtout des ossements de chiots, qui laissent à penser qu’ils étaient sacrifiés à la mort d’une personne. Et il semble heureusement, que les chiens ne faisaient pas partie du régime alimentaire humain.
Nuage

 

L’homme préhistorique aimait déjà son chien… jusque dans la mort

 

Les chiens de taille moyenne (50 cm de haut pour 15 kilos) décrits dans l’étude ressemblent « aux chiens de berger des Pyrénées actuelles » © getty.

Il y a quelque 6.000 ans, des communautés néolithiques vivant près de ce qui est aujourd’hui Barcelone aimaient déjà beaucoup leurs chiens, jusque dans la tombe

Des preuves archéologiques mises au jour sur au moins quatre sites montrent que ces hommes préhistoriques et leur compagnons à quatre pattes vivaient ensemble, travaillaient ensemble, et partageaient le même régime alimentaire de graines et de légumes, selon une étude publiée récemment dans la revue Journal of Archaeological Science: Reports.

© afp

.

© afp.

« Ces animaux étaient totalement intégrés dans ces communautés néolithiques », explique à l’AFP Silvia Albizuri, de l’Université de Barcelone.

Et ce statut spécial accordé aux canidés les suivait dans la tombe. Des squelettes partiels ou complets de chiens ont ainsi été retrouvés dans plus d’une vingtaine de tombes, placés avec soin aux côtés d’hommes, de femmes ou d’enfants.

Sacrifiés à la mort de leur maître

Mais les animaux choisis pour passer l’éternité avec leurs maîtres en payaient le prix: ils étaient sacrifiés au moment des funérailles, selon l’étude. Les restes retrouvés appartenaient à des chiens âgés de 1 à 6 ans, dont un quart entre 12 et 18 mois.

« La sélection de chiots et d’animaux d’un an suggère un sacrifice », précise Silvia Albizuri.

La préférence de ces communautés pour les jeunes chiens pourrait aussi être liée à une réticence à perdre les animaux plus âgés déjà dressés notamment pour garder les troupeaux.

Des chiens pas mangés

L’absence d’entailles sur les os des chiens laisse également penser que leur chair n’était pas découpée ou mangée avant l’inhumation. Des chiens et des hommes enterrés côte à côte ont déjà été retrouvés sur d’autres sites du Néolithique dans le nord de l’Italie et le sud de la France, mais la tombe de Bobila Madurell, juste au nord de Barcelone, contenait plus de chiens que les autres, note l’étude.

Processus de domestication

Selon les scientifiques, les chiens ont probablement d’abord été utilisés par les hommes pour chasser. Puis quand les hommes se sont sédentarisés et ont commencé à cultiver la terre il y a 10.000 ans, ces canidés domestiques sont devenus des protecteurs contre les intrus ou les animaux sauvages, en particulier leur cousin sauvage, le loup. Ces populations ont également domestiqué d’autres animaux comme les moutons ou les chèvres.

Economie du Néolithique

« Les chiens jouaient un rôle important dans l’économie des populations du Néolithique, en prenant soin des troupeaux et des lieux de vie », notent les chercheurs.

Les chiens de taille moyenne (50 cm de haut pour 15 kilos) décrits dans l’étude ressemblent « aux chiens de berger des Pyrénées actuelles », note Silvia Albizuri.

Les os de bétail retrouvés dans les sites des sépultures en Espagne étaient éparpillés de façon hétéroclite, une autre preuve de la place spéciale réservée aux canidés néolithiques.

Vestiges de fermes

Environ 5.000 ans avant notre ère, quelques communautés importantes vivaient dans le sud de l’Europe, où existaient aussi quelques plus petits villages dans les plaines ou sur les collines. Les archéologues ont également retrouvé des vestiges de fermes, d’abris temporaires et de silos pour stocker le grain.

https://www.7sur7.be/

Ces archéo­logues ont décou­vert la tombe perdue de l’ex­plo­ra­teur qui a baptisé l’Aus­tra­lie


Avoir fait des recherches, ils n’auraient peut-être pas trouvé la tombe de l’explorateur qui a baptisé l’Australie. Il faut croire que le hasard fait bien les choses.
Nuage

 

Ces archéo­logues ont décou­vert la tombe perdue de l’ex­plo­ra­teur qui a baptisé l’Aus­tra­lie

 

La tombe d’un célèbre explo­ra­teur a été décou­verte sur un site en pleine construc­tion, au cœur de Londres. Près de la station de métro Euston Station, les restes du corps du capi­taine Matthew Flin­ders ont ainsi été exca­vés par des archéo­logues, rapporte le Natio­nal Geogra­phic.

Cet explo­ra­teur britan­nique a été le premier à mener une expé­di­tion navale autour de l’Aus­tra­lie, dès 1803, et c’est même lui qui a nommé le pays. Décédé en 1814, il avait été enterré dans un cime­tière londo­nien. 

Trou­ver et iden­ti­fier les restes de Matthew Flin­ders, c’était comme trou­ver une aiguille dans une botte de foin », a expliqué Helen Wass, l’ar­chéo­logue en chef sur le projet.

Tombé dans l’ou­bli, le cime­tière avait été réamé­nagé en parc muni­ci­pal, le St. James Gardens. Les pierres tombales avaient alors été reti­rées, et il ne restait aucun moyen d’iden­ti­fier les corps des quelque 60 000 personnes enter­rées là. Très vite, une légende a émergé, racon­tant que les restes de Matthew Flin­ders s’étaient retrou­vés sous le quai numéro 15. C’est fina­le­ment grâce à la cuirasse qui tapis­sait le cercueil que les archéo­logues ont pu iden­ti­fier le corps.

« S’il n’avait pas eu de cuirasse sur son cercueil, ou s’il avait été en étain, nous l’au­rions déterré et nous n’au­rions jamais su de qui il s’agis­sait », a assuré l’ar­chéo­logue.

C’est la construc­tion de la liai­son ferro­viaire à grande vitesse HS2, qui reliera Londres à Birmin­gham, qui a mené les archéo­logues à la tombe du capi­taine. Avant le début des travaux, les corps enter­rés dans l’an­cien cime­tière sont en effet tous exhu­més, pour être enter­rés ailleurs.

« Il y a litté­ra­le­ment des dizaines de milliers de tombes ici. Nous n’avions aucune idée de l’en­droit où Matthew Flin­ders était censé être enterré dans le vieux cime­tière. C’est un coup de chance incroyable », s’est réjouit Helen Wass. 

Sources : Natio­nal Geogra­phic

https://www.ulyces.co

Au temps des Vikings, les chevaux mâles avaient un statut particulier


Pour les Vikings, les chevaux mâles avaient un statut particulier. Lors de la mort d’un guerrier, le cheval mâle était sacrifié pour être enterré avec son maitre. Les femelles, étaient tout simplement manger. Ils n’ont trouvé aucune sépulture de femmes ou d’enfants et ne semble pas savoir ce qu’il faisait de leur corps.
Nuage

 

Au temps des Vikings, les chevaux mâles avaient un statut particulier

 

Sleipnir d'Odin cheval Islande Viking

Share

Sleipnir, le cheval d’Odin dans la mythologie scandinave. Crédits : Wikipédia

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

Selon de récentes analyses menées dans des tombes islandaises, les hommes vikings étaient il y a environ 1 000 ans enterrés avec leurs chevaux mâles sacrifiés. Un statut différent semblait être accordé aux femmes et enfants vikings, ainsi qu’aux chevaux femelles. 

Sur les terres islandaises, une équipe de chercheurs de l’Université d’Oslo (Norvège) annonce avoir examiné 355 sépultures datant de la fin du neuvième siècle, jusqu’au début du onzième siècle. Dans le lot, 148 contenaient des restes de chevaux – 175 au total – abattus pour être enterrés avec leur maître probablement mort au combat. Compte tenu du nombre important de montures enterrées, les chercheurs ont tenu à en apprendre davantage sur ces anciens équidés.

« Il est raisonnable de croire qu’un Viking enterré avec son cheval devait exercer un certain pouvoir et une certaine influence. Nous avons donc souhaité en savoir plus sur ces chevaux », explique Albína Hulda Pálsdottir, principale auteure de l’étude.

Les mâles enterrés, les femelles mangées

Après analyses ADN, il en ressort que quasiment tous les chevaux enterrés étaient des mâles. Et tous ont été abattus dans la force de l’âge pour l’occasion, dans le but de reposer avec des hommes, eux aussi dans la force de l’âge

« Il est naturel d’imaginer que le massacre d’animaux mâles virils et, dans une certaine mesure, agressifs, devait faire partie d’un rituel funéraire destiné à conférer un statut et un pouvoir », note Rúnar Leifsson, co-auteur de l’étude publiée dans le Journal of Archaeological Science.

Aucune femme ni enfant n’ont été découverts dans les tombes, suggérant des rituels funéraires différents (étaient-ils incinérés ? coulés en mer ?).

Côté chevaux, l’analyse des restes de trois chevaux gisant à l’extérieur des tombes suggère qu’il s’agissait de femelles abattues pour être mangées. Les chevaux mâles, comme ailleurs en Scandinavie chez les Vikings, semblaient donc avoir un statut particulier comparé aux femelles.

« Dans l’ancienne mythologie nordique, les chevaux jouent un rôle important,explique Mathias Nordvig, de l’Université du Colorado à Boulder (États-Unis). Le plus remarquable est Sleipnir, le cheval d’Odin, qui a huit pattes. (…) Il existe également des liens étroits entre les chevaux et le dieu de la fertilité masculine Freyr. (…) Il existe de nombreux autres exemples de chevaux masculins associés aux dieux dans la mythologie nordique traditionnelle, poursuit le chercheur, et ils semblent tous suggérer la même idée, à savoir que les chevaux ont un statut élevé, sont liés aux guerriers et constituent le moyen de transport préféré des combattants se rendant au royaume de la mort ».

Source

https://sciencepost.fr/