Tout n’était pas dans les dents de sabre!


Avoir de si grandes dents, ce n’est pas comme le loup du petit Chaperon Rouge pour mieux manger ou chasser. Les animaux à dents de sabre avaient de grandes dents, mais ce n’était pas ce qui faisait leur force
Nuage

 

Tout n’était pas dans les dents de sabre!

 

Le Dr Stephen Wroe et des fossiles d'animaux à dents de sabre

Le Dr Stephen Wroe et des fossiles d’animaux à dents de sabre Photo :  Université de Sydney

L’analyse des restes fossilisés d’un prédateur marsupial à dents de sabre qui peuplait l’Amérique du Sud il y a 3,5 millions d’années montre que la bête comptait beaucoup plus sur la force de son cou et de ses pattes avant que sur sa mâchoire et ses dents pour contrôler ses proies et les tuer.

En fait, la mâchoire du Thylacosmilus atrox n’était pas plus puissante que celle d’un chat domestique, et ce, même si ses dents prenaient pratiquement racine à l’arrière de sa petite boîte crânienne, affirment le Dr Stephen Wroe et ses collègues australiens de l’Université de Nouvelle-Galles-du-Sud (UNSW).

« Le Thylacosmilus atrox ne se comportait comme aucune créature actuelle. »— Dr Stephen Wroe

Pour réussir à bien saisir la technique de chasse de l’animal, les paléontologues ont eu recours à un examen de tomodensitométrie pour construire des modèles 3D de la bête et du plus connu des mammifères à dents de sabre, le Smilodon, qui a vécu en Amérique du Nord entre 2,5 millions d’années et 10 milliers d’années avant notre ère,

Les reconstitutions ont ensuite été comparées au léopard moderne.

Les données montrent que les deux espèces tuaient leurs proies en les immobilisant à l’aide de leur forte musculature, puis en leur insérant les dents dans les artères du cou. Toutefois, leThylacosmilus atrox possédait une plus grande force que l’animal placental qu’était le Smilodon. En fait, il pouvait pratiquement résister à la force musculaire du cou de n’importe quel animal qui tentait de se débattre.

Ainsi, la mise a mort d’une proie faisait appel beaucoup plus à un mélange de force brute et de précision qu’à une séance de décapitage comme l’apparence des dents peut laisser à penser.

Pour sa taille, le Thylacosmilus possédait les dents les plus volumineuses du groupe que cinq espèces d’animaux à dents de sabre mis au jour jusqu’à maintenant.

Les chercheurs doutent que la créature ait été pourvue d’une grande intelligence.

Les techniques de chasse de l’animal sont décrites dans la revue PLOS One.

En janvier 2012, une équipe américaine avait établi que les espèces anciennes préhistoriques qui avaient des dents de sabre avaient également des pattes avant plus grosses en comparaison avec les espèces similaires de la même époque.

Le saviez-vous?
Les marsupiaux australiens et américains sont les plus proches parents du Thylacosmilus atrox.

http://www.radio-canada.ca