Les médecines alternatives peuvent-elles guérir le cancer ?


Quand je vois des billets sur Facebook ou sur des sites web, que des médecins ou l’industrie pharmaceutiques ne veulent pas que certains thérapies naturelles ou alternatives ou autre guérit des maladies tel que le cancer me sursauter. Je doute vraiment que les médecins jouent avec la vie de tous leurs patients pour faire plus d’argent.
Nuage

 

Les médecines alternatives peuvent-elles guérir le cancer ?

 

cellule cancer

 

Crédits : iStock

par Brice Louvet

Un récent sondage mené outre-Atlantique suggère que près de la moitié des Américains pensent que les thérapies alternatives peuvent à elles seules guérir le cancer. Un résultat qui inquiète les chercheurs.

L’enquête, publiée par l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), s’est ici penchée sur les avis de 4 887 adultes. Parmi eux, environ 1 000 étaient – ou avaient été – concernés par la maladie (l’étude n’a inclus que les cancers du sein, de la prostate, du poumon et du côlon).

Il en ressort que pour les 18 – 37 ans, 47% pensent que «le cancer peut être guéri uniquement par les thérapies alternatives» (21% chez les 72 ans et plus).

Nous parlons ici de traitements tels que l’oxygénothérapie, ou encore l’adoption de certains régimes à base de vitamines et minéraux.

Au regard de ces résultats, les cancérologues de l’American Society of Clinical Oncology s’inquiètent, rappelant qu’il n’existe à ce jour aucune preuve étayée des bienfaits de ces thérapies en tant que traitement unique du cancer. Celles-ci, disent-ils, pourraient même être nocives. Une étude publiée en 2017 dans le Journal of the National Cancer Institute révélait en effet que les patients qui remplacent les traitement standards (radiothérapie, chimiothérapie, immunothérapie) par des médecines alternatives avaient 2,5 fois plus de chances de mourir au cours d’une période de cinq ans.

«Il ne fait aucun doute que la thérapie anticancéreuse fondée sur des preuves est nécessaire pour traiter efficacement la maladie», explique dans un communiqué le docteur Richard Schilsky, directeur médical d’ASCO. «La grande majorité des thérapies alternatives, soit n’ont pas été étudiées de manière rigoureuse, soit ne sont pas bénéfiques pour les patients. Lorsque les patients prennent des décisions critiques concernant les traitements du cancer à subir, il est toujours préférable de suivre les preuves issues d’études de recherche bien conçues».

Il est à noter que certaines pratiques telles que la méditation, l’activité physique ou le yoga, pourraient en revanche être bénéfiques pour la santé des patients. Elles permettraient de “mieux supporter” les effets secondaires indésirables.

Source

https://sciencepost.fr/

Thérapies alternatives pour les enfants: attention!


Il me viendrait jamais à l’idée d’aller vers des thérapies alternatives pour un enfant. Les compléments peuvent être la source de problèmes de santé
Nuage

Thérapies alternatives pour les enfants: attention!

 

Thérapies alternatives pour les enfants: attention!

Photo Fotolia

Soigner un enfant à coup de compléments alimentaires n’est pas la meilleure idée du monde selon les médecins du groupe hospitalier Barts Health NHS Trust du Royaume-Uni.

Dans un article publié dans le British Medical Journal, ils racontent comment ils ont dû traiter un enfant après qu’il ait passé trois semaines à vomir, au point de perdre 3 kg. Une fois à l’hôpital, le petit a été diagnostiqué avec une hypercalcémie, c’est à dire, un taux de calcium bien trop élevé dans le sang.

Interrogés, les parents ont admis qu’ils lui donnaient pour seul traitement des compléments alimentaires contenant du calcium, des vitamines, de l’huile de foie de morue, du lait de chamelle, de l’argent, du zinc et du sel d’epsom.

La police a aussitôt été prévenue afin de mener une enquête auprès du thérapeute qui a conseillé les parents, car d’après l’examen médical, c’est bien cette médication alternative qui a provoqué les symptômes.

«Ses parents sont dévastés de savoir que ce qu’ils avaient donné à leur fils, avec la meilleure attention du monde, s’est révélé être la cause de sa maladie», ont indiqué les docteurs.

Il aura fallu deux semaines de réhydratation et de soins au garçon pour retrouver un taux de calcium correct.

«Beaucoup de familles se tournent vers des thérapies  »naturelles » qui semblent plus rassurantes, précisent les auteurs de l’article. Mais ce cas démontre que cela peut provoquer des effets secondaires très négatifs qui passent sous le radar de ces soi-disant thérapeutes, par manque de suivi médical ou de connaissances suffisantes. Beaucoup d’autres cas de complications et même de morts peuvent être attribués à ces thérapies alternatives.»

En faisant cette découverte, les médecins ont suggéré que l’ensemble du corps médical vérifie systématiquement les éventuelles auto-médication de leurs patients.

http://fr.canoe.ca/

Santé : attention aux sectes !


Quand la médecine semble avoir des limites sur la guérison ou sur le contrôle de la douleur, il y est normal de chercher autre chose pour se soulager, voir quelque chose que l’on croit plus naturelle, et sur le net, les thérapies alternatives est un domaine très florissant mais aussi dangereux de s’y aventurer à tâtons
Nuage

 

Santé : attention aux sectes !

Un naturopathe extra, trouvé sur internet… Un guérisseur conseillé par l’amie de la voisine d’une amie… Une technique de jeûne qui permet de diminuer les symptômes de pratiquement toutes les maladies…

Toutes ces méthodes pourraient être bonnes, mais elles pourraient aussi être une porte ouverte vers une secte.

Comment faire la différence ?

Pourquoi les sectes sont-elles actives dans le domaine de la santé ?

En matière de santé, nous savons tous que la médecine n’a pas toutes les réponses. Quand la douleur ou d’autres symptômes désagréables aux traitements, il est souvent tentant de se tourner vers des thérapies alternatives. C’est une démarche logique, qui peut même être salutaire.

Mais elle présente un danger : celui des dérives sectaires.

En effet, promettre une guérison est très efficace pour attirer des patients déçus ou angoissés, qui seront alors susceptibles de se laisser manipuler.

Ceci ne signifie évidemment pas que tous les traitements alternatifs soient dispensés par des gourous, mais simplement que dès que l’on quitte les sentiers battus, la vigilance doit être de mise. C’est pourquoi le Centre d’information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles, organisme officiel lié au Service public fédéral Justice, a publié en annexe de son dernier rapport une brochure concernant les dérives sectaires dans le domaine de la santé.

Les sectes sont très mauvaises pour la santé

Le problème, c’est qu’en réalité les sectes mettent souvent la santé de leurs adhérents en danger. Le CIAOSN cite notamment :

  • Des régimes déséquilibrés, qui rendent les personnes plus faibles te donc plus vulnérables et faciles à manipuler.
  • Le manque de sommeil.
  • L’absence des soins médicaux qui, eux, seraient efficaces, y compris souvent les vaccinations ou les transfusions sanguines.

Inutile de dire que ces mauvaises pratiques sont d’autant plus dangereuses pour des personnes déjà malades. Et pire encore quand elles concernent des enfants en bas âge ou des personnes âgées.

Attention, les psychothérapies peuvent aussi faire l’objet de dérives sectaires.

Les « thérapeutes » profitent alors de la détresse de leurs patients pour satisfaire leurs propres besoins, qu’ils soient financiers, affectifs ou autres…

Comment repérer les sectes ?

Le CIAOSN conseille de se poser quelques questions pour débusquer les dérives sectaires possibles :

  • Quelles sont les qualifications de la personne qui veut me soigner ? Est-elle inscrite à une organisation professionnelle ? Semble-t-elle exagérer ses compétences ?
  • Les méthodes utilisées sont-elles reconnues par d’autres personnes que le praticien en question ?
  • Ma liberté de patient(e) de poursuivre d’autres traitements en parallèle, et particulièrement les traitements conventionnels scientifiquement prouvés, est-elle reconnue ?
  • Après quelques séances de traitement, y a-t-il une amélioration ?
  • Le régime ou le rythme de vie conseillé est-il approprié ou épuisant ?
  • Me promet-on la lune ?
  • Les prix sont-ils excessifs ?
  • Est-il difficile de combiner cette thérapie avec une vie normale ?

Si les réponses à ces questions vous font douter de la vraie qualité d’un thérapeute, consultez un (autre) médecin pour avoir un avis objectif

par Marion Garteiser, journaliste santé

http://www.e-sante.be