Le retour de la fin du monde (selon une obscure histoire d’astrologie et de numérologie biblique)


Un de mes proches me racontait un truc qui se passerait le 23 septembre que sa petite amie lui a raconté. Je n’avais pas compris grand chose, mais je lui a dit qu’à mon avis la personne ne sait exactement quand la fin du monde viendra et de ne pas croire tous ces faux prophètes de malheur qui assurent connaître la date exacte. Et cet article viens tout expliquer d’ou part ce nouvel avertissement de fin du monde et comme le 23 septembre touche bientôt à sa fin … On ne peut que conclure que c’est encore une pathétique annonciation de la fin. Alors rendez-vous en 2020, il parait qu’une voyante américaine annonce aussi la fin du monde. Sinon à qui le prochain tour ?
Nuage

 

Le retour de la fin du monde (selon une obscure histoire d’astrologie et de numérologie biblique)

 

IG0RZH VIA GETTY IMAGES

 

Jésus avait 33 ans. Elohim est mentionné 33 fois dans la bible. Il s’est écoulé 33 jours depuis l’éclipse solaire. Imparable, non?

 

Vous n’avez envie de rien aujourd’hui? Ca tombe bien, ce samedi 23 septembre, c’est la fin du monde. Encore? Eh oui, en tout cas, si l’on en croit d’obscures affirmations provenant de chrétiens évangéliques. Par exemple, le site Unsealed a mis en place un compte à rebours depuis quelques jours pour cette date fatidique.

Ne paniquez pas pour autant. Si vous aviez l’once d’un doute, on vous rassure: tout cela est abracadabrantesque. Il n’y a qu’à voir les arguments cités par l’un des auteurs de cette théorie, David Meade, interrogé par le Washington Post.

Pour faire simple, celui qui se dit scientifique (sans expliquer dans quelle université), part d’une lecture de la Bible. Et de beaucoup de mauvaise foi.

« Jesus a vécu 33 ans. Le nom Elohim, celui du dieu des Juifs, est cité 33 fois », affirme-t-il.

Le rapport avec le 23 septembre? Cela fera tout juste 33 jours que l’éclipse solaire au dessus des Etats-Unis a eu lieu, le 21 août dernier.

Une femme, des dragons, mais pas de Marcheurs Blancs

Pas convaincus? Vous faites bien, mais David Meade a d’autres arguments. Il rappelle que dans l’Apocalypse de Jean, une femme enveloppée de soleil avec une lune sous ses pieds et une couronne d’étoiles doit donner naissance à un enfant qui dirigera le monde (alors qu’elle est menacée par un dragon à sept têtes).

Pour certains chrétiens évangéliques, à l’instar de Gary Ray, un des auteurs d’Unsealed, cette prophétie est carrément en train de se réaliser, explique le Washington Post. La constellation de la Vierge représenterait cette femme et elle devrait justement se retrouver encerclée par la Lune, neuf étoiles et trois planètes. Et accoucherait de Jupiter, qui passe justement dans le coin.

Le tout est expliqué dans une vidéo pleine d’images de synthèses qui a été vue plus de 3 millions de fois.

Evidemment, les conspirateurs rappellent que si rien ne se passe le 23 septembre, cela veut simplement dire que le début de l’apocalypse arrive. Pour David Meade, il prendra à terme la forme d’une planète entière qui foncera vers la Terre.

Après Nibiru et Niburu 2012, le retour de Nibiru

Baptisée Nibiru, elle devait normalement nous détruire en 2003. Puis le 21 décembre 2012, pour coller au nouveau cycle du calendrier maya. Evidemment, il est totalement impossible qu’une planète massive se rapprochant de nous puisse avoir échappé aux scientifiques, rappelait en 2012 la Nasa.

D’autant que cette planète ayant une orbite de 3600 ans selon ces théories, elle aurait déjà du passer plusieurs fois en plein coeur du système solaire. Ce qui aurait mis un sacré bazar dans les orbites des différentes planètes, rappelle l’agence spatiale américaine.

Celle-ci a l’habitude de devoir démentir des rumeurs de fin du monde. En 2015, elle rappelait que non, aucune base scientifique ne permettait de dire qu’un astéroïde puisse entrer en collision avec la Terre dans les mois à venir.

Pas totalement rassurés? Sachez que même les théologiens ne croient pas du tout à ces affabulations

Ed Stetzer, chercheur et pasteur américain, affirme tout simplement dans un article que « quand quelqu’un vous dit qu’il a trouvé un nombre secret dans la Bible, arrêtez la conversation ».

Déçus? Rassurez-vous, ce sera bientôt à nouveau la fin du monde. La prochaine prédiction de l’apocalypse, réalisée par la célèbre voyante autoproclamée américaine Jeane Dixon, débute en 2020.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Le Saviez-Vous ► Surprenantes cartes du monde


Des cartes du monde comme vous n’avez probablement jamais vue Elles ont été faites dans un but éducatif, religieux, légendes urbaines ou simplement de façon artistique. Des fois le nord est en bas et souvent l’Amérique est soit inexistant ou peu détaillée du l’époque de l’édition de ces mappemondes
Nuage

 

Surprenantes cartes du monde

La cartographie, une science et un art

L’histoire de la géographie est un apprentissage constant de rigueur et de discipline mathématique. Les données étant de plus en plus précises au fil du temps, les cartographes deviennent des statisticiens, des géologues, des topographes, des géopoliticiens… La carte est investie d’une dimension hautement scientifique, puisqu’elle matérialise des vérités empiriques, laissant de moins de moins de place à l’ornement et aux interprétations artistiques.

Fabien Dabert

Belles et surprenantes cartes du monde

Les mappemondes peuvent aussi être de véritables objets d’art. Voici un bel exemple de travail aussi soigné que précis, réalisé par le cartographe Jan Jansson et son gendre Jodocus Hondius. Ils publièrent ensemble de nombreux planisphères dans leur atlas de 11 volumes publié en 1630.

©  Nieuwen Atlas 1e deel Duytschlandt

En forme de coeur

Oronce Finé

C’est au mathématicien français Oronce Finé que l’on doit ce planisphère en forme de cœur. Effectué en 1531, il témoigne des progrès de la cartographie et des méthodes de projection de l’époque, mais intègre aussi les récentes découvertes réalisées en Asie et en Amérique.

©  Nova Universi Orbis Descriptio

Les Saintes Ecritures cartographiées

Heinrich Bunting

Heinrich Bunting était un pasteur et théologien Protestant très influent au XVIe siècle. Il publia en 1581 « Itenerarium Sacrae Scriptura », un livre-atlas présentant le monde à partir des Saintes Ecritures. Le livre, coloré, très imagé et décrivant avec précisions la Terre Promise, était très populaire à son époque.  

©  Initerarium Sacrae Scripturae

La trinité sur une carte

Heinrich BÃŒnting

Le théologien Heinrich Bunting avait une très bonne imagination, qu’il dut sans doute à ses longues heures d’effort et de réflexion pour concilier les découvertes des explorateurs avec les affirmations de la Bible. Dans son atlas, il s’évertua à matérialiser sur papier la Sainte Trinité comme une fleur à trois pétales, articulés autour du centre immuable du monde : Jérusalem.

©  Initerarium Sacrae Scripturae

Tabula Rogeriana

Tabula Rogeriana

Littéralement « Livre de Roger », cette carte fut réalisée en 1154 par le géographe arabe Muhammad al-Idrisi, à la demande du roi Roger II de Sicile. Le travail est considérable et remarquablement précis pour l’époque. Mis à part la beauté de l’ouvrage, on note que la représentation du monde connu est orienté avec le Nord vers le bas.

©  Bibliothèque Nationale de France

Un monde sphérique ?

Un monde sphérique - Al-Idrs

Autre carte figurant dans le Livre de Roger, ce dessin minutieux du géographe arabe révèle une planète imaginée comme ronde. En réalité, Al-Idrisi était convaincu que le monde était sphérique, comme la plupart des astronomes du XIIe siècle.

©  Bibliothèque Nationale de France

Jerusalem au centre du monde

Beatus de Liébana

Réalisée en 780 par le moine Beatus de Liébana, cette carte est une représentation classique du monde imaginé durant le Haut Moyen-Age, à partir des cartes de Ptolémée et des Saintes Ecritures. Ayant pour ambition d’illustrer la dispersion des Apôtres, la carte fait figurer l’est en haut (elle est « orient-ée ») et Jérusalem au centre de l’univers.

©  Bibliothèque Nationale de France

L’Asie de John Speed

L'Asie de John Speed

John Speed est probablement le cartographe britannique le plus célèbre. Ses atlas se sont diffusés dans tout l’Empire et presque toutes les bibliothèques en possèdent un exemplaire. Cette reproduction du continent asiatique, datée de 1627, est tout simplement magnifique.

©  A Prospect of the Most Famous Parts of the World

Le best-seller du XVIe siècle

Abraham Ortelius

Grand représentant de la cartographie flamande, Abraham Ortelius publie en 1570 son atlas « Theatrum Orbis Terrarum », composé de 53 cartes. L’ouvrage connaît un succès immédiat, auprès des scientifiques et du grand public. Malgré son prix quasi-prohibitif, il connaîtra 25 rééditions jusqu’en 1612.

©  Theatrum Orbis Terrarum

Mers et monstres en Scandinavie

Abraham Ortelius - Scandinavie

Le « Theatrum Orbis Terrarum » comprend aussi des cartes un peu fantaisistes. Les données géographiques sont rigoureuses, mais Abraham Ortelius a glissé sur un certain nombre de planches des monstres des mers et des dessins fantasques.

©  Theatrum Orbis Terrarum

L’Empire du milieu surdimensionné

Carte Kangnido

Voici le monde vu par le cartographe coréen Kim Sa-hyeong en 1402. Au centre, la Chine particulièrement prédominante, à l’ouest d’une péninsule coréenne tout aussi surdimensionnée. Sur la gauche, encadrant une large étendue d’eau, on retrouve le continent africain et au-dessus, l’Europe, bordée par une Méditerranée de couleur blanche.

©  Ryukoku University, Kyoto

Le génie du détail de Fra Mauro

Le génie de Fra Mauro

Immense parchemin de près de deux mètres de longueur, cette carte a été réalisée par le moine italien Fra Mauro entre 1457 et 1459. Encore une fois, on retrouve le nord actuel représenté en bas de l’ouvrage. Cette carte de l’ancien monde fut adressée au roi Alphonse V du Portugal pour l’encourager à poursuivre les voyages d’exploration.

©  British Libray

La carte des explorateurs

La carte des explorateurs

La carte de l’astronome et navigateur Johannes Ruysch date de 1507, pendant les premières explorations du nouveau monde. Si les découvertes portugaises sont bien représentées à l’ouest de l’Afrique, l’Amérique du Nord semble quasi-inexistante. Cuba, comme les autres terres révélées par Christophe Colomb, sont connectées à l’Asie. Toutefois, les proportions de l’Europe, de l’Inde et du continent africain sont remarquables.

©  A Prospect of the Most Famous Parts of the World

L’Amérique découverte par les Chinois ?

Liu Gang

La carte du Liu Gang a suscité une intense polémique ces dernières années. Il s’agirait d’une reproduction effectuée par Mo Yi Tong en 1763 d’une carte chinoise originelle de 1458, soit près de 50 ans avant la découverte européenne des Amériques. Or le planisphère reproduit bel et bien un continent semblable au nouveau monde. Toutefois, selon de nombreux spécialistes, il s’agirait d’un faux ou d’une mauvaise interprétation.

©  Carte du Liu Gang

L’aigle royal des USA

carte - L'aigle royal des USA

C’est dans un ouvrage appelé « Initiation aux connaissances nationales, destinée à la jeunesse et aux étrangers » que l’on peut observer ce zoomorphisme étonnant. La tête correspond eux premiers Etats du Nord-Est et les ailes laissent envisager l’extension vers le far-west.

©  Rudiments of National Knowledge Presented To The Youth of th

http://www.linternaute.com