Une histoire du petit-déjeuner


Si la mondialisation n’est pas toujours une bonne chose, pour le café, thé, chocolat, c’est impensable de ne pas commencer la journée par un déjeuner sans café ou autre.
Nuage

 

Une histoire du petit-déjeuner

 

Petit-déjeuner | Aurelian Săndulescu (: via Flickr CC License by

Petit-déjeuner | Aurelian Săndulescu (: via Flickr CC License by

Benjamin Caraco et Nonfiction

L’histoire des trois boissons (thé, café, chocolat) qui composent notre repas du matin est au cœur des processus de mondialisation.

 

Le petit-déjeuner est un moment inaugural de la journée, à tel point qu’il symbolise parfois la banalité et de la répétition du quotidien dans la fiction. Bien qu’il soit fortement ancré dans les habitudes occidentales, il n’est pas dépourvu d’une histoire pluriséculaire que Christian Grataloup se propose de retracer dans Le Monde dans nos tasses. Trois siècles de petit-déjeuner.

Géohistorien, professeur émérite à l’université Paris Diderot, Grataloup est spécialiste de l’histoire du monde et de la mondialisation, sujets sur lesquels il a entre autres publié: Géohistoire de la mondialisation. Le temps long du monde, Faut-il penser autrement l’histoire du monde? et Introduction à la géohistoire. Son choix d’écrire une histoire du petit-déjeuner n’a rien de surprenant puisque ce repas est, par excellence, l’une des manifestations de la mondialisation, ou plutôt des mondialisations successives. Les trois boissons consommées le matin par les pays du Nord (thé, café et chocolat) viennent à l’origine du Sud et continuent à y être produites.

Avant que le petit-déjeuner ne s’impose comme le «plus petit commun dénominateur des pratiques alimentaires de la mondialisation», de nombreuses étapes furent nécessaires. Autrement dit, «il a fallu construire le monde».

Trois boissons, trois continents

 

Jusqu’à l’invention du petit-déjeuner, la composition du premier repas de la journée ne différait guère de celle des suivants. Ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle qu’il commence à s’en distinguer; tout comme le terme qui vient à le désigner. Dès lors, il s’organise autour d’une trinité de boissons d’origine tropicale: café, thé et chocolat. Le sucre joue aussi un rôle important. À cette époque, il n’est pas non plus produit localement mais extrait de la canne à sucre, qui pousse sous d’autres latitudes; la culture de la betterave sucrière changera ensuite la donne. Les jus de fruits à base d’agrumes viennent ensuite compléter la liste; leur origine asiatique ne détonne pas dans ce tableau. Les composants solides du petit-déjeuner (beurre, céréales) et le lait sont en revanche issus de productions plus «locales».

http://www.slate.fr/

e

Le Saviez-Vous ► Top 5 des thés les plus bus dans le monde


Personnellement, je suis plus café que thé, mais c’est breuvage intéressant quand le thé est de bonne qualité.
Nuage

 

Top 5 des thés les plus bus dans le monde

 

    Le thé est la boisson la plus populaire dans le monde. Il n’y a pas un, mais des thés. Voici cinq variétés sélectionnées parmi celles qui sont les plus couramment consommées.

    CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Le théier est à l’origine des thés noir, vert, Oolong et blanc.

  • Le rooibos, ou thé rouge, est issu d’une plante différente.

  • Le thé apporte des molécules antioxydantes (catéchines).

Chaque jour, nous avons besoin de boire 1,5 à 2 litres d’eau. Une tasse de thé permet de combler une partie de ces apports, tout en variant les plaisirs. Cette boisson est issue de la culture de la plante Camelia sinensis. Mais le terrain, l’environnement et son mode de préparation permettent de définir de nombreuses variétés. Ajoutons aux quatre principaux (thé vert, thé noir, thé Oolong et thé blanc) issus de la même plante, un cinquième, souvent appelé « thé rouge », et provenant d’une autre plante.

Le thé noir

C’est le thé le plus consommé en France et en Angleterre. Une fois cueillies, les feuilles de thé sont séchées, roulées et fermentées. Cette dernière étape libère les arômes et modifie la couleur des feuilles, lesquelles sont à nouveau séchées et triées. En infusion, il présente une couleur sombre. Il est aussi commercialisé, parfumé avec des fruits séchés (orange), des fleurs (jasmin) ou des huiles essentielles (bergamote).

Le thé vert

La principale différence entre le thé vert et le thé noir est que pour le premier, les feuilles ne subissent pas de réactions de fermentation. Après la récolte, elles sont traitées à la vapeur et séchées. Ce chauffage permet d’inactiver des enzymes, ce qui évite la fermentation et maintient la couleur verte des feuilles. Après infusion, ce thé présente une couleur claire, plutôt jaune. Du point de vue de ses bénéfices pour la santé, il est connu pour contenir plus de polyphénols (notamment des catéchines) que le thé noir et il apporterait moins de caféine. Le thé vert est souvent présenté comme un atout minceur en raison de son contenu en catéchines. Mais une consommation élevée peut aussi exposer à des risques, en raison du contenu en fluor et en aluminium.

Les feuilles de thé vert ne sont pas fermentées et conservent leur couleur verte. © funny face, Fotolia

Les feuilles de thé vert ne sont pas fermentées et conservent leur couleur verte. © funny face, Fotolia

Le thé blanc

Pour ce thé, ce sont les bourgeons blancs et les pointes des jeunes feuilles qui sont utilisées. Plus rare, il est généralement plus coûteux à l’achat. Il contient moins de fluor que le thé noir, ce qui est un avantage : en effet, le théier en accumule beaucoup, les jeunes feuilles en renferment donc moins.

Le thé Oolong

Le Oolong, aussi appelé par les Chinois thé bleu, est en quelque sorte intermédiaire entre le thé vert et le thé noir, car il est seulement en partie fermenté. Son goût rappelle plus celui du thé noir, il est donc moins amer que le thé vert. Il présente aussi certains avantages santé de ce dernier : ainsi, une étude de 2011 a montré que les personnes qui en boivent ont un risque réduit de décès par maladie cardiovasculaire.

Le thé rouge (ou rooibos)

Le terme de rooibos est un mot afrikaans (langue parlée en Afrique du Sud) signifiant « buisson rouge ». Les rooibos utilisent des plantes du groupe d’Aspalathus. Seule l’espèce Aspalathus linearis est cultivée. Issu d’Afrique du Sud, ce thé est connu pour être riche en antioxydants. Il est dépourvu de théine.

http://www.futura-sciences.com

Le coût social faramineux des boissons sucrées


Ah que je suis contente de ne plus être addict aux boissons gazeuses. Mais ce qu’il y a pire, c’est des autochtones au Canada n’ont pas accès à l’eau potable et les boissons gazeuses sont abordables. Pire encore, même si les ventes ont baissé, les cafés et thés sucrés en tous genres ont fait leur place ainsi que l’eau aromatisée et cela hypothèque la santé
Nuage
 

 

Le coût social faramineux des boissons sucrées

 

Les boissons gazeuses contiennent jusqu'à 10 cuillerées à thé de sucre.

Les boissons gazeuses contiennent jusqu’à 10 cuillerées à thé de sucre. Photo : iStock/iStock

Une étude menée à l’Université de Waterloo, en Ontario, signale que la trop forte consommation de boissons sucrées risque d’avoir des conséquences dévastatrices sur la santé des Canadiens.

La Presse canadienne

L’étude, financée par diverses associations canadiennes de promotion de la santé, prévoit que, d’ici 25 ans, ces boissons devraient provoquer des maladies entraînant plus de 63 000 décès et coûter plus de 50 milliards de dollars au système de santé.

« Les boissons sucrées ne présentent quasiment aucun bienfait pour la santé et elles favorisent fortement les maladies chroniques et l’obésité », explique Jan Hux, docteure et directrice des affaires scientifiques à l’Association canadienne du diabète.

La recherche estime que la consommation de boissons sucrées au Canada sera liée à plus de 3 millions de cas d’obésité, à près de 1 million de cas de diabète de type 2, à près de 300 000 cas de cardiopathie ischémique, à plus de 100 000 cas de cancer et à près de 40 000 accidents vasculaires cérébraux (AVC).

« Les boissons sucrées constituent la plus importante source de sucre dans l’alimentation du Canadien moyen. La consommation excessive de sucre est directement liée au surpoids, qui augmente le risque d’au moins 11 différents cancers », précise Robert Nuttall, directeur adjoint des politiques en matière de santé de la Société canadienne du cancer.

L’augmentation incessante du cancer ne doit pas être considérée comme une fatalité, et nous mettons tout en oeuvre pour éliminer le diabète par l’intermédiaire de la sensibilisation et de changements en matière de politiques. Jan Hux, docteure et directrice des affaires scientifiques à l’Association canadienne du diabète

En 2015, les Canadiens ont acheté en moyenne 444 millilitres de boissons sucrées chacun, par jour. Cette consommation était de 578 millilitres chez les jeunes, ce qui représente jusqu’à 16 cuillères à thé de sucre, une quantité qui dépasse largement l’apport maximal quotidien recommandé.
En plus des jeunes, les communautés autochtones sont particulièrement à risque pour ce qui est de la consommation de produits néfastes pour la santé, en raison des difficultés d’approvisionnement en produits sains et frais dans certaines régions reculées.

Dans plusieurs communautés autochtones confrontées à des problèmes d’accès à une eau potable, les boissons sucrées constituent malheureusement la seule option abordable. L’eau et le lait faible en gras devraient être les choix préconisés par les Canadiens lorsqu’il s’agit de s’hydrater, car ils sont les plus bénéfiques pour la santé, mais trop souvent, ces options ne sont pas les plus accessibles. Mary Lewis, vice-présidente à la recherche, à la défense des intérêts et à la promotion de la santé, Fondation des maladies du coeur et de l’AVC

Les chercheurs constatent que les ventes de boissons gazeuses ont diminué au cours des dernières années, mais qu’il y a eu forte augmentation des ventes de produits sucrés tels que les boissons énergisantes, les cafés et les thés sucrés, les eaux aromatisées, les yogourts à boire et les boissons pour sportifs.

Pour contrer leurs effets néfastes sur la santé des Canadiens, les organismes qui ont financé l’étude recommandent d’agir sur plusieurs fronts, notamment en garantissant l’accès gratuit à l’eau potable, en améliorant le contrôle des publicités destinées aux jeunes et aux enfants, en sensibilisant le public et en assurant un meilleur étiquetage des produits alimentaires.

http://ici.radio-canada.ca

Un composé de thé vert pourrait améliorer l’état de certains trisomiques


Le thé vert contient un composé qui stimule la capacité intellectuelle de ceux atteints de la trisomie 21. La recherche semble prometteuse, des études sont encore à venir
Nuage

 

Un composé de thé vert pourrait améliorer l’état de certains trisomiques

 

Un composé de thé vert associé à une stimulation spécifique ont permis... (ARCHIVES AFP)

ARCHIVES AFP

Un composé de thé vert associé à une stimulation spécifique ont permis d’améliorer certaines capacités intellectuelles de patients trisomiques, selon les résultats d’un essai clinique préliminaire publiés mardi dans la revue médicale britanniqueThe Lancet Neurology.

«Bien qu’il ne s’agisse pas d’un traitement curatif, c’est la première fois qu’un traitement montre quelque efficacité dans ce syndrome» souligne une équipe de chercheurs de Barcelone qui a réalisé l’essai sur 84 trisomiques âgés de 16 à 34 ans.

La trisomie 21 ou syndrome de Down est une anomalie chromosomique qui entraîne notamment des déficiences intellectuelles variables chez les personnes atteintes, environ une sur 1000 dans le monde. Aucun traitement curatif n’existe à l’heure actuelle.

Mais grâce à un suivi médical adapté, l’espérance de vie médiane des trisomiques dépasse aujourd’hui 50 ans dans les pays développés.

Les chercheurs ont utilisé un des anti-oxydants du thé vert, l’épigallocatéchine gallate (EGCG), en raison de sa capacité potentielle à inhiber la surexpression d’un des gènes présents dans le chromosome 21 (DYRK1A).

Ce gène est lié à la plasticité cérébrale (capacité d’adaptation cérébrale) et à certaines capacités intellectuelles.

Selon le Dr Rafael de la Torre, les patients traités pendant 12 mois avec l’épigallocatéchine gallate combiné à une stimulation cognitive ont vu certaines de leurs capacités intellectuelles (notamment la mémoire de reconnaissance visuelle) améliorées par rapport à ceux qui n’avaient reçu qu’un placebo.

L’effet persistait encore six mois après le traitement.  Les chercheurs espèrent confirmer leurs résultats en testant la molécule sur des enfants dont la plasticité cérébrale est plus grande.

Plusieurs spécialistes ont pour leur part salué l’intérêt de l’étude tout en restant prudents, soulignant notamment les difficultés à mesurer les bénéfices intellectuels chez les patients.

Le Dr Marie-Claude Potier, de l’institut du Cerveau et de la moelle (ICM) à Paris, a pour sa part mis en garde contre «toute automédication avec du thé vert car les différentes variétés contiennent des quantités différentes de la substance clé».

Elle insiste également sur la nécessité de faire des études de toxicité avant de poursuivre les recherches sur ces produits.

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ►7 aliments les plus dangereux pour les chiens et chats


Ce n’est pas la première fois que je mets ce genre d’article, certains aliments comme le chocolat est reconnu comme très dangereux pour nos animaux domestiques, mais d’autres aliments sont moins connus
Nuage

 

7 aliments les plus dangereux pour les chiens et chats

Ce chiot Doberman a-t-il tout mangé le chocolat ? © Wikimedia Commons.

Ce chiot Doberman a-t-il tout mangé le chocolat ? © Wikimedia Commons.

Par Valentine Delattre

Deux chercheuses italiennes ont publié la liste des poisons du quotidien les plus toxiques pour les animaux domestiques.

POISONS. « J’ai tout mangé le chocolat, j’ai tout vidé le rhum coca«  : si Sabine Paturel était un chien, son espérance de vie serait sans doute réduite à peau de chagrin. Cacao et alcool comptent en effet parmi les sept aliments les plus nocifs pour les animaux domestiques. Après avoir passé en revue la littérature scientifique, deux chercheuses italiennes ont dressé la liste de ces poisons en apparence inoffensifs. Leur compte-rendu est paru le 22 mars 2016 dans le journal Frontiers in Veterinary Science.

1. Le chocolat, le cacao, le café et le thé

Ce n’est pas un fait nouveau, mais la plupart des intoxications mortelles d’animaux domestiques sont causées par l’ingestion de telles substances. En cause : la théobromine, une molécule contenue dans le cacao qui devient dangereuse lorsqu’elle est stockée en grande quantité dans le foie. Cette molécule est dégradée lentement chez les chiens (comparé aux humains), qui mettent plus de vingt heures pour l’éliminer. Son accumulation dans l’organisme peut devenir toxique – avec vomissements, diarrhée, tachycardie et convulsions à la clé – voire mortelle. La caféine, quant à elle, est assimilée très rapidement par l’organisme des animaux. Contenue dans le café, le thé et les préparations à base de guarana (boissons énergisantes) et aussi dans le chocolat (en faibles doses), elle occasionne chez les chiens des problèmes cardiaques (tachycardie, arythmie), de l’hypertension, une rigidité musculaire et peut même engendrer un coma, voire le décès de l’animal.

2. Les produits contenant du xylitol

Un édulcorant ou faux-sucre présent notamment dans les dentifrices, le sirop pour la toux, les vitamines, les chewing gums et autres friandises sans sucre. En mai 2016, l’agence sanitaire américaine a d’ailleurs publié un communiqué visant à alerter les propriétaires de chiens des dangers du xylitol. A l’opposé de la théobromine contenue dans le chocolat, le xylitol est très vite assimilé par l’organisme des chiens. En réaction, ceux-ci produisent de l’insuline en grandes quantités, une hormone sécrétée par le pancréas qui diminue le taux de sucre dans le sang. Une hypoglycémie, potentiellement mortelle, survient alors – incluant des symptômes tels que vomissements, faiblesse, convulsions ou chute. Les chats, toutefois, resteraient hors de danger.

3. Ail, oignon et ciboulette

Non, ne faites pas goûter votre soupe à votre compagnon à quatre pattes. Ces plantes riches en arômes et regroupées dans le genre Allium abritent un redoutable ennemi des animaux domestiques : les organosulfoxydes. En clair, des molécules à base d’atomes de carbone, de soufre et d’oxygène. Ces substances, toxiques pour les chiens et les chats, ne sont pas éliminées par la cuisson des légumes. Une fois dans l’organisme, elles provoquent un stress oxydant chez l’animal, c’est-à-dire qu’elles engendrent une réaction chimique qui attaque ses cellules. Les symptômes, apparaissant un à plusieurs jours après l’ingestion, incluent des vomissements, une diarrhée, des douleurs abdominales et une perte d’appétit. L’intoxication peut également engendrer une anémie, c’est-à-dire une quantité insuffisante d’hémoglobine dans le sang (qui cause une faiblesse et une fatigue intenses). Cette protéine issue des globules rouges se retrouve dans les urines de l’animal, leur conférant une coloration rougeâtre à brune.

4. L’alcool

L’éthanol se trouve non seulement dans les boissons alcoolisées, mais aussi dans les peintures, le vernis, le parfum, certains médicaments, le bain de bouche, certains thermomètres et quelquefois dans l’antigel (dont, soit dit en passant, l’éthylène glycol qu’il contient est lui aussi toxique pour les chiens et chats). Si l’ingestion d’alcool chez les animaux est le plus souvent accidentelle, il arrive que nos quadrupèdes préférés s’intoxiquent eux-mêmes en consommant des pommes blettes ou de la pâte à pain (ou à pizza) crue, dont la levure (Saccharomyces cerevisiae) produit de l’alcool en fermentant. Bilan : léthargie, hypothermie, difficultés à respirer, et un abdomen distendu par une production de gaz excessive en cas d’ingestion de pâte crue. Une solution efficace en cas d’intoxication à l’éthanol réside dans l’hémodialyse. Cette filtration du sang permet d’éliminer l’alcool dans l’organisme de l’animal. D’après un cas d’étude, la consommation fréquente de tels produits aurait endommagé le foie d’un chien et causé son décès.

5. Le raisin

Sec ou naturel, cuit ou cru, seul ou incorporé dans une préparation, Vitis vinifera engendre des problèmes rénaux chez les chiens. Idem pour le jus de raisin : exit donc le vin sans alcool pour animaux. Cette affection est encore mal connue à l’heure actuelle : le mécanisme exact conduisant à l’intoxication reste un mystère et les symptômes sont aussi très variables selon les individus. Alors que certains chiens n’affichent aucun signe de faiblesse après avoir englouti un kilogramme de raisin, d’autres flanchent après 4 à 5 grappes : vomissements, diarrhée, léthargie, douleurs abdominales sont suivis d’une insuffisance rénale qui, dans certains cas, peut s’avérer létale à court terme.

6. Le houblon

Vous vous êtes lancés dans le brassage artisanal de bière ? Attention à garder le houblon (Humulus lupulus) hors de portée de vos animaux domestiques. Il pourrait causer une hyperthermie (fièvre) chez les chiens, et particulièrement certaines races telles que les Labradors Retriever, les Saint-Bernard, les Dobermans ou les Border Collie. En cause, plusieurs éléments constituants du houblon : des résines, des huiles essentielles, des tanins et des composés azotés. Ces substances déclenchent une réaction chimique appelée phosphorylation oxydative, qui fait s’emballer la machine énergétique des cellules. Tournant à plein régime, le corps des chiens se met à augmenter sa température et son rythme cardiaque. L’intoxication au houblon peut aussi générer une anxiété, des vomissements et des urines brun foncé.

« Quatre chiens sur cinq sont morts malgré des soins intensifs« , rapportent les chercheuses.

7. Les noix de Macadamia

Leur place est dans un brownie, pas dans l’estomac de votre toutou. Les deux espèces de noix de Macadamia, Macadamia integrifolia etMacadamia tetraphylla, provoquent chez les chiens une faiblesse, des vomissements, de la fièvre, des douleurs abdominales et des muqueuses pâles. Toutefois, aucun chien ne serait mort après avoir ingéré des noix de Macadamia et la plupart des molosses se remettent de leurs émotions en 24 à 48 heures.

http://www.sciencesetavenir.fr/

Quels sont les meilleurs thés pour votre santé?


Le thé a des effets positifs pour notre santé, mais comme toujours, avec modération. Certains thé ou tisane comme toute plante naturelle   peuvent être interféré avec certains médicaments
Nuage

 

Quels sont les meilleurs thés pour votre santé?

 

The Huffington Post Canada | Par Joy D’Souza

Le thé est le deuxième breuvage le plus populaire au monde, derrière l’eau. Mais contrairement à l’eau, le thé est proposé dans une vaste variété de saveurs et peut même être infusé dans d’autres aliments et types de breuvages.

Selon la nutritionniste Rosanna Lee, boire du thé n’est pas seulement conseillé pour les personnes désirant contrôler leur poids, celui-ci ayant en effet de nombreux bienfaits pour la santé intestinale, cervicale et musculaire, notamment.

Évidemment, si vous ajoutez à votre tasse de thé de la crème, du sucre, du miel ou du lait, vous risquez de contrecarrer certains des bienfaits de votre infusion.

Sans plus tarder, découvrez les 6 meilleurs thés à consommer pour rester en bonne santé dans la galerie ci-dessous :

Le thé au gingembre

En plus de ses propriétés anti-inflammatoires, le thé au gingembre est aussi recommandé pour soulager les maux d’estomac et réduire les nausées.

Le thé à la menthe poivrée

Le thé à la menthe poivrée est particulièrement recommandé pour réduire la faim et soulager les maux de tête, d’estomac ainsi que la congestion nasale.

Le thé vert / Matcha

Le thé vert contient de puissants antioxydants offrant une protection contre les dommages cellulaires en plus d’aider à accroître la concentration et la vigilance physique et mentale.

Le thé au citron

Riche en vitamine C et en antioxydants, le thé au citron aide à protéger les cellules du corps contre les dommages causés par les radicaux libres. Il contribue également à la bonne santé de la peau, des vaisseaux sanguins, des tendons et des articulations.

La camomille

La camomille est recommandée pour soulager les ballonnements et les maux d’estomac. Il est toutefois déconseillé d’en consommer si vous êtes allergique aux fleurs, au pollen ou à l’ambroisie. La camomille peut également interférer avec certains médicaments anticoagulants.

Les tisanes

Les femmes enceintes ou qui allaitent ou les personnes souffrant de maladies chroniques devraient consulter un spécialiste afin de connaître les thés et les tisanes qui leur conviennent et ne leur conviennent pas. Si les thés ne sont généralement pas suffisamment concentrés pour nuire à la santé, une consommation excessive pourrait néanmoins entraîner certaines complications.

http://quebec.huffingtonpost.ca/