Comment les talons abîment les pieds (et les genoux)


Je trouve personnellement, que cela ne vaut pas le coup de porter à tous les jours, des talons aiguillent. Pourquoi se donner du trouble quand on peut l’éviter ?
Nuage

 

Comment les talons abîment les pieds (et les genoux)

Escarpin © ADMEDIA/SIPA

Escarpin © ADMEDIA/SIPA

Trop souvent négligées, les douleurs aux pieds touchent une très large majorité de la population. Un problème de santé publique pourtant méconnu dû parfois au port inapproprié d’escarpins.

Origine de la douleur. Sans aller jusqu’aux vertigineux stilettos avec des talons aiguilles de plus de 10 cm, qualifiés d’aberration physiologique par les podologues, l’escarpin classique est déjà trop haut et trop étroit pour la morphologie du pied. À chaque pas, le poids du corps est basculé sur l’avant au lieu de se répartir équitablement entre avant-pied, voûte plantaire et talon. Pour maintenir l’équilibre, les genoux se plient et les orteils sont contraints de se rétracter.

Les talons hauts usent aussi les genoux

L’accident le plus fréquent est l’entorse, en raison de l’équilibre instable du corps et de l’absence de maintien de la cheville. À la longue, le port de talons favorise la rétraction progressive des muscles du mollet et du tendon d’Achille, provoquant des tendinites lors du port de chaussures plus plates. Autre problème, plus les talons sont hauts, plus le genou est plié lors de la marche, ce qui a pour effet d’user prématurément les articulations et de les exposer au risque d’arthrose précoce du genou. Marcher avec des escarpins revient à marcher sur la pointe, certaines adeptes des talons hauts gardant même cette position pieds nus du fait de leurs tendons d’Achille raccourcis. Mais cette courbure excessive a pour effet d’accentuer l’antéversion du bassin et la cambrure du dos, ce qui peut provoquer ou accentuer des douleurs dorsales. De plus, la compression du pied peut endommager les nerfs (voir schéma ci-dessous).

©Betty Lafon / Sciences et Avenir

Syndrome de Morton. Les nerfs, notamment ceux situés entre le 3e et le 4e orteil, sont comprimés, allant jusqu’à provoquer un névrome dit de Morton, avec de violentes douleurs irradiantes. Le port de semelles et de chaussures plus plates, des séances de kiné ou les infiltrations de cortisone ne soulagent que 2 malades sur 3. Pour les autres, l’option chirurgicale s’impose : une incision de 2cm pour aller décomprimer le nerf, ou en exciser la partie devenue douloureuse.

Par Afsané Sabouhi

http://www.sciencesetavenir.fr/

"Nintendinite", "wiitite" : les pathologies des accros aux jeux vidéo


Trop jouer au aux jeux vidéo fini par avoir des conséquences au canal carpien, au tendon d’Achille et aux envies trop pressante d’aller à la toilette … La modération a donc son importance
Nuage

 

« Nintendinite », « wiitite » : les pathologies des accros aux jeux vidéo

 

Photo d'illustration. Photo d’illustration. © Rachael Porter / Cultura Creative

 

Une équipe de chercheurs néerlandais a compilé les souffrances des joueurs assidus et en a retiré des tendances. Jusqu’aux ruptures de tendons d’Achille.

 

6Medias

« Tu vas avoir mal aux pouces à force d’être tout le temps sur ta manette. » Quiconque a déjà joué aux jeux vidéo a déjà entendu cette phrase. Désormais, vous pourrez répondre, rassurant : « Oui, je sais, mais je surveille ma nintendinite. »

Une équipe de chercheurs en médecine néerlandais de l’université de Groningue vient en effet, rapporte Le Figaro, d’officialiser cette pathologie, qui menace les joueurs compulsifs de la console japonaise. Il s’agit d’une douleur dans les pouces, la main ou le poignet. Pour ce faire, les chercheurs ont épluché les notices d’utilisation des consoles, ont analysé 38 publications liées à ces blessures et sont remontés jusqu’au premier cas signalé, en 1990 : celui, détaillé par le British Medical Journal, d’une joueuse de 35 ans qui souffrait fortement du pouce après cinq heures de jeu.

Des « pipis au lit » pour cause d’oubli d’aller aux toilettes

Plus étonnant, ils ont également relevé des énurésies (en langage non médical, des « pipis au lit »), chez des enfants trop absorbés par leurs jeux pour se rappeler d’aller aux toilettes. Et des ulcérations de la paume après l’avènement des joysticks, ces manettes pourvues d’un manche qu’il fallait parfois faire tourner.

Dans l’histoire plus récente, l’article mentionne aussi des ruptures de tendon d’Achille chez… les jours de Wii, la console interactive qui permet aux joueurs de reproduire à l’écran les gestes qu’ils réalisent dans leur salon.

Résultat : des « wiitites » ! Comme chez une accro au bowling virtuel, victime d’une rupture du canal carpien. Et des tendinites, après des heures de tennis sur Wii.

http://www.lepoint.fr/

Les talons hauts causent des dégâts


 

J’avoue que je n’ai jamais vraiment porter de talons haut si ce ne fût qu’une fois et ce fut bien assez. L’être humain n’est pas fait pour porter ce genre de soulier étant donné que sa position naturelle se trouve changer d’ou peut en résulté a long terme des problèmes sérieux a la démarche.
Nuage


Les talons hauts causent des dégâts

Les talons hauts causent des dégâts

© Shutterstock

Vous avez beau adorer vos chaussures Louboutin, selon une nouvelle étude, ce n’est pas le cas de vos pieds et de vos mollets. Des scientifiques australiens ont révélé que porter régulièrement des talons hauts peut raccourcir les fibres des mollets, entraînant un risque de blessure


Une étude publiée dans The Journal of Applied Physiology – l’une des premières du genre selon le New York Times – révèle que les talons hauts affectent la biomécanique des personnes qui en portent régulièrement et augmentent leurs risques de blessure. Pour parvenir à ce résultat, des chercheurs australiens ont recruté neuf jeunes femmes ayant porté des talons hauts au moins 40 heures par semaine pendant au moins deux ans et dix autres femmes qui n’en portaient que très rarement.

Les résultats ont révélé que «les femmes portant des talons avaient des foulées plus courtes et plus énergiques que le groupe contrôle, leurs pieds étant perpétuellement en position flexe, les orteils pointés vers le haut», écrit le New York Times.

«Ce type de mouvement a continué même lorsque les femmes ont retiré leurs talons pour marcher pieds nus. Résultat, les fibres des muscles de leurs mollets avaient rétréci et étaient obligées de subir davantage de tension mécanique que celles des femmes du groupe contrôle.»

Muscles plus sollicités

Par ailleurs, les femmes portant des talons font beaucoup plus travailler leurs muscles que leurs tendons, en particulier le tendon d’Achille qui a tendance à s’affaiblir et qui devient potentiellement sujet à des blessures. Les chercheurs ont ajouté que ce type de démarche nécessite plus d’énergie pour parcourir la même distance qu’une personne marchant à plat, entraînant probablement plus de fatigue musculaire.

Les risques de blessures sont également plus élevés lorsque les adeptes des talons optent à la place pour des baskets ou des chaussures plates, notamment pour faire du sport, car elles doivent alors forcer leurs pieds à adopter une position inhabituelle.

Le directeur de l’étude, Neil J. Cronin, conseille aux femmes portant des talons d’essayer, si possible, d’éviter les talons très hauts. Choisissez de porter des talons peut-être «une ou deux fois par semaine», a-t-il dit au New York Times, ou «essayez de retirer vos talons dès que possible, comme lorsque vous êtes assise au bureau».


Une récente étude britannique, également publiée cette semaine, révèle que porter des talons hauts peut, en affaiblissant les tendons, entraîner un affaissement de la voute plantaire, autrement dit favoriser un phénomène de «pieds plats», provoquant des douleurs et des difficultés à marcher.
http://fr.canoe.ca