Intervention d’aide: texter, plutôt que parler


Je trouve que c’est une belle initiative d’aide aux jeunes que de leur proposé des outils avec lesquels ils sont à l’aise pour communiquer et demander des conseils ou de l’aide .. Étant donné que texté est une grande mode pour eux alors pourquoi pas ?
Nuage

Intervention d’aide: texter, plutôt que parler

 

Tel-jeunes existe depuis 21 ans. Tous les services... (Photo: Robert Skinner, archives La Presse)

Tel-jeunes existe depuis 21 ans. Tous les services – clavardage, téléphone et maintenant textos – sont gratuits et confidentiels, jour et nuit.

PHOTO: ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

HUGO PILON-LAROSE
La Presse

L’école, la vie familiale, les amis, les premières blondes et les premiers chums: les Québécois sont appelés au cours de leur adolescence à vivre plusieurs expériences, dont certaines plus difficiles que d’autres. Afin de briser l’isolement et favoriser les relations d’aide auprès des jeunes, l’organisme Tel-jeunes lance aujourd’hui son service «textos».

Pas le goût de parler au téléphone? Il est désormais possible d’avoir une conversation entièrement anonyme, en temps réel avec un intervenant professionnel qui répond sans délai à toutes les questions que peut avoir une personne en détresse.

«Notre motivation est de garder le contact avec les jeunes, et c’est de plus en plus difficile, affirme le directeur général de Tel-jeunes, Michel Lafortune. Les jeunes se confient moins et vivent de façon isolée. Il faut les amener à poser des questions, lorsque c’est nécessaire, et à se confier. Nous sommes là pour ça.»

Depuis six mois, l’organisme a formé un comité de trois intervenants, avec l’appui de la direction, afin de lancer son service «textos», disponible depuis aujourd’hui. Le projet, qui a coûté des dizaines de milliers de dollars, est financé à même la fondation Tel-jeunes, et grâce à la participation financière du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Une conversation par cellulaire se traduit par l’envoi de plusieurs messages. Parfois, un intervenant envoie jusqu’à soixante réponses aux questions d’un seul jeune. Et il n’y a pas de sujets tabous.

«On a remarqué au niveau du clavardage que les sujets étaient plus lourds que ce qu’on vivait par téléphone. Nos intervenants sont prêts à ça. Ils écoutent et conseillent. Ils ont tous des formations en psychologie, sexologie ou travail social», précise M. Lafortune.

Tel-jeunes existe depuis 21 ans. Tous les services – clavardage, téléphone et maintenant textos – sont gratuits et confidentiels, jour et nuit. L’organisme rappelle toutefois aux adolescents de vérifier leur forfait cellulaire avant d’utiliser le service textos, afin qu’ils n’aient pas des frais supplémentaires chargés à leur compte.

Pour joindre Tel-jeunes par téléphone, vous pouvez composer le 1-800-263-2266 (appels vocaux) ou texter un intervenant au 514-600-1002

http://www.lapresse.ca