Des milliardaires américains réclament un impôt sur eux-mêmes


Surprenant que des milliardaires signent un message pour tout partie politique qu’ils devraient augmenter les impôts des plus fortunés aux États-Unis et non faire comme celui qui est le 3e plus riche des USA qui se vante qu’il paie moins cher d’impôt que son secrétaire. En tout cas, cela mérite pour une fois, d’accéder aux demandes des plus riches.

Nuage


Des milliardaires américains réclament un impôt sur eux-mêmes

George Soros... (PHOTO LUKE MACGREGOR, ARCHIVES REUTERS)

George Soros

PHOTO LUKE MACGREGOR, ARCHIVES REUTERS

Agence France-Presse
New York

« Taxez-nous plus » : tel est le message d’un petit groupe de milliardaires américains comprenant l’homme d’affaires George Soros, le cofondateur de Facebook Chris Hughes et des héritiers des empires Hyatt et Disney aux candidats à la Maison-Blanche.

Dans une lettre publiée en ligne lundi, ce club de très riches Américains apporte son soutien à l’idée d’un impôt sur la fortune.

« Nous écrivons à tous les candidats à la présidence, qu’ils soient républicains ou démocrates, pour apporter notre appui à une taxe modérée sur les fortunes d’un dixième des 1 % des Américains les plus riches – sur nous », y affirment-ils.

La richesse de ce 0,1 % de la population est presque aussi importante que celle de 90 % de la population américaine.

« Tout nouveau dollar émanant de nouvelles taxes doit venir des plus aisés financièrement, pas des Américains de la classe moyenne ou populaire », ajoutent les 18 signataires, issus de 11 familles. 

Plusieurs candidats à la primaire démocrate, dont Pete Buttigieg, le maire de South Bend dans l’Indiana, ou Beto O’Rourke, ancien élu de la Chambre des représentants, ont déjà exprimé leur soutien à une telle mesure. 

Mais la lettre met en avant la proposition spécifique de la sénatrice Elizabeth Warren, qui prévoit de taxer les ménages disposant de plus de 50 millions de dollars d’actifs, ce qui correspondrait à environ 75 000 familles. Elle pourrait, selon les estimations, rapporter 2750 milliards en 10 ans.

« Les États-Unis ont la responsabilité morale, éthique et économique d’imposer plus lourdement notre fortune », écrivent les signataires.

L’argent récupéré grâce à cet impôt supplémentaire pourrait servir à « aider à faire face à la crise climatique, à améliorer l’économie, à améliorer le système de santé, à créer plus d’égalité dans les opportunités, et à renforcer nos libertés » en ralentissant la croissance des inégalités, assurent-ils. 

Un tel impôt est aussi à leurs yeux « patriotique » puisque tous les Américains ont comme devoir de contribuer à hauteur de leurs moyens au succès du pays.

« Et les plus riches ne doivent pas faire exception. »

Dans la lettre, les signataires font notamment référence à l’investisseur Warren Buffett, 3e fortune américaine, qui rappelle régulièrement qu’il paye relativement moins d’impôt que son secrétaire.

L’idée d’un impôt spécifique sur la fortune est, font-ils par ailleurs remarquer en s’appuyant sur des sondages, soutenue par une majorité d’Américains.

https://www.lapresse.ca

Expedia lui facture 6000 $ en frais et taxes pour une seule nuit à l’hôtel


C’est important de vérifier nos factures. Un Manitobain a reçu une facture salée après avoir réservé sur Expedia une chambre d’hôtel pour une nuit aux États-Unis. Démêler tout cela quand la compagnie ne semble pas être au service des clients quand il y a un problème. Pour l’hôtel en question aux États-Unis, il conseille de réserver directement auprès de l’hôtel. C’est peut-être un bon conseil.
Nuage


Expedia lui facture 6000 $ en frais et taxes pour une seule nuit à l’hôtel


Expedia lui facture 6000 $ pour une seule nuit à l’hôtel

Radio-Canada

Un Manitobain a reçu une facture de près de 6200 $ du site Internet de réservation de voyage Expedia, pour une seule nuit dans un hôtel de Willmar, au Minnesota.

Justin Smerchanski raconte qu’il est allé sur le site http://www.expedia.ca lundi pour faire une réservation. Il est alors un peu pressé et il réserve une chambre dans un Holiday Inn au prix de 207,95 $ canadiens.

Lorsqu’il imprime la facture, il réalise que des « taxes et frais » de 3143,93 $ américains ainsi que des « frais de propriété » de 2828,66 $ américains ont été ajoutés à sa facture.

Il dit avoir immédiatement appelé Expédia pour signaler ce qu’il croyait être une erreur.

« J’ai essayé de parler avec quelqu’un qui pourrait me dire exactement ce qui est arrivé. J’étais convaincu qu’il s’agissait d’une erreur, lance-t-il. Par contre, on aurait dit que personne ne comprenait le problème. »

Justin Smerchanski dit qu’il a passé plus de huit heures au téléphone avec au moins six agents. Chaque fois, il terminait la conversation avec seulement un numéro de dossier.

« Personne ne peut me donner une réponse claire, dit-il. Je parle à un responsable après l’autre et personne ne peut rien faire pour aider. »

Il dit que sa compagnie de carte de crédit, qui tente de démêler la situation, n’a jamais rien vu de tel.

CBC a tenté de contacter Expedia mercredi et jeudi, mais un porte-parole de l’entreprise n’a pas voulu commenter la situation.

Quand Justin Smerchanski a confié au personnel du Holiday Inn de Willmar ce qui s’était passé, on lui a dit qu’une aventure similaire était arrivée à au moins deux autres personnes qui auraient réservé sur le site Internet d’Expedia.

Holiday Inn refuse d’assumer la responsabilité de ce qui s’est passé. La chaîne hôtelière dit ne pas être impliquée dans le processus de facturation quand les clients réservent sur des sites Internet tiers tels qu’Expedia.

« Nous encourageons les clients à réserver directement auprès de nous pour un meilleur contrôle », écrit un porte-parole du groupe hôtelier InterContinental Hotels, propriétaire de la marque Holiday Inn.

Justin Smerchanski affirme avoir utilisé Expedia pour réserver des dizaines de chambres d’hôtel sans problème. Il a même utilisé le site Internet pour réserver dans le même Holiday Inn, à Willmar.

Il dit qu’après cette mésaventure, il ne le fera plus jamais.

https://ici.radio-canada.ca/

Trump évoque la guerre de 1812 lors d’un échange corsé avec Trudeau


Le ton monte entre le Canada et les États-Unis sur des taxes de l’acier et l’aluminium que Donald Trump à augmenter au nom de la sécurité nationale. Et il a pris pour excuse que le Canada aurait fait brûler la Maison Blanche pendant la guerre 1812. Et encore là Donald Trump, ne connait pas sa propre histoire, car ce sont les Anglais qui ont mit le feu, pas nous ! Et puis même si cela aurait été le cas, nous sommes en 2018
Nuage

 

Trump évoque la guerre de 1812 lors d’un échange corsé avec Trudeau

 

Trump évoque la guerre de 1812 lors d'un échange corsé avec Trudeau

Justin TrudeauPhoto d’archives, AFP

La tension a monté d’un cran entre Donald Trump et Justin Trudeau lors d’un appel téléphonique où la question des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium provenant du Canada était abordée, le 25 mai dernier.

Selon ce que des sources ont indiqué à CNN, le premier ministre du Canada a demandé au président américain en quoi ces tarifs constituaient un enjeu de «sécurité nationale». Donald Trump aurait alors répliqué : «N’avez-vous pas déjà incendié la Maison-Blanche?», faisant référence à la guerre de 1812.

Le hic, c’est que ce sont les Britanniques qui ont mis le feu aux bâtiments gouvernementaux de Washington lors de la guerre de 1812. L’offensive des Anglais était une réponse à l’attaque des Américains à York, la capitale du Haut-Canada, qui était à l’époque une colonie du Royaume-Uni.

Contactés par CNN, la Maison-Blanche et le Conseil national de sécurité américain (NSC) n’ont pas voulu commenter ces informations.

Le président américain a finalement imposé par proclamation, jeudi dernier, l’application de surtaxes de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium provenant du Canada et de l’Union européenne, au nom de la sécurité nationale des États-Unis. Ottawa a répliqué en imposant des tarifs similaires, tant sur les deux métaux que sur d’autres produits de consommation. Ces mesures entreront en vigueur le 1er juillet.

«L’idée que nous représentons une menace à la sécurité nationale des États-Unis est insultante et inacceptable», a déploré le premier ministre au cours d’un long entretien diffusé dimanche matin à l’émission «Meet the Press» de la chaine américaine NBC.

Le premier ministre canadien et le président américain se rencontreront au Sommet du G7 qui commence vendredi dans Charlevoix.

http://fr.canoe.ca/

Les femmes-mulets «font un travail inhumain»


Ce n’est pas des photos chats qu’on aime tant voir, mais la dureté des femmes qui a travers le monde font un travail surhumain pour quelques dollars. Des femmes-mulet, un nom insultant je trouve. Pour éviter les taxes aux frontières Maroc-Espagne, pas moins de 15 000 femmes font le trajet a pied (seule 4 000 pourra traverser la frontière) pour porter des marchandises sur le dos qui peuvent peser entre 40 à 90 kilos qu’elles donnent a des contrebandiers en Espagne pour la modeste somme de 15 dollars qu’ils iront remettre au Maroc pour les revendre dans les souks. Malheureusement, il arrive des incidents des femmes seront piétinées. Il y a des hommes aussi qui font la même chose, mais il ne semble pas avoir de mort de leur côté. C’est triste de voir que pour gagner leur vie, elles ruinent leur santé
Nuage

 

Les femmes-mulets «font un travail inhumain»

 

«En septembre 2017, une équipe de l’AFP est partie du côté marocain, à Fnideq, à quelques kilomètres de la frontière avec l’enclave espagnole de Ceuta. Nous avons essayé de travailler du côté marocain mais les autorités locales nous l'ont interdit. Le lendemain matin, nous sommes donc passés du côté espagnol. Nous sommes arrivés à 5h du matin, car c’est l’heure à laquelle commence le commerce. Du côté du Maroc, des files d’attentes interminables étaient déjà formées.»

T F

«En septembre 2017, une équipe de l’AFP est partie du côté marocain, à Fnideq, à quelques kilomètres de la frontière avec l’enclave espagnole de Ceuta. Nous avons essayé de travailler du côté marocain mais les autorités locales nous l’ont interdit. Le lendemain matin, nous sommes donc passés du côté espagnol. Nous sommes arrivés à 5h du matin, car c’est l’heure à laquelle commence le commerce. Du côté du Maroc, des files d’attentes interminables étaient déjà formées.»

Crédit: Fadel Senna / AFP

Fanny Arlandis

Le 16 janvier 2018, deux «femmes-mulets» sont mortes dans une bousculade au poste-frontière entre Ceuta et le Maroc. Ces femmes traversent chaque jour la frontière pour transporter sur leur dos entre 40 et 90 kilos de marchandises. Le photographe de l’AFP Fadel Senna les a photographiées en septembre 2017. Il revient pour Slate sur le travail «inhumain» mené par ces femmes.

«Les longues files d’attentes étaient composées de femmes, celles que l'on appelle les "femmes-mulets". Au Maroc, on les appelle les "hamalates" (porteuses), de l’autre côté de la frontière les "mujeres mulas" (femmes-mulets). Elles vont jusqu’à Ceuta à pied pour aller chercher de la marchandise. Elles se dirigent vers la zone industrielle qui se trouve juste de l’autre côté de la frontière. Des commerçants chargent eux-mêmes ses femmes (la plupart sont marocains) et elles retournent sur leur pas pour repasser la frontière vers le Maroc.»

T F

«Les longues files d’attentes étaient composées de femmes, celles que l’on appelle les « femmes-mulets ». Au Maroc, on les appelle les « hamalates » (porteuses), de l’autre côté de la frontière les « mujeres mulas » (femmes-mulets). Elles vont jusqu’à Ceuta à pied pour aller chercher de la marchandise. Elles se dirigent vers la zone industrielle qui se trouve juste de l’autre côté de la frontière. Des commerçants chargent eux-mêmes ses femmes (la plupart sont marocains) et elles retournent sur leur pas pour repasser la frontière vers le Maroc.»

Crédit: Fadel Senna / AFP

«L’enclave espagnole de Ceuta dispose d’un statut de "port franc". Quand la marchandise est transportée à pied, elle n’est pas soumise à une taxe. Les femmes portent un paquet qui pèse entre 40 et 90 kilos sur leur dos. Certaines en ont même une deuxième qu’elles font rouler par terre.»

T F

«L’enclave espagnole de Ceuta dispose d’un statut de « port franc« . Quand la marchandise est transportée à pied, elle n’est pas soumise à une taxe. Les femmes portent un paquet qui pèse entre 40 et 90 kilos sur leur dos. Certaines en ont même une deuxième qu’elles font rouler par terre.»

Crédit: Fadel Senna / AFP

«Elles reviennent ensuite au Maroc en passant à pied la frontière pour gagner environ dix euros. Elles donnent ensuite leur marchandise aux contrebandiers qui la ramène sur le marché marocain pour la vendre au souk. Les femmes peuvent transporter toutes sortes de marchandises, du tissu, de l’électroménager, de l’alimentaire... il y a de tout.»

T F

«Elles reviennent ensuite au Maroc en passant à pied la frontière pour gagner environ dix euros. Elles donnent ensuite leur marchandise aux contrebandiers qui la ramène sur le marché marocain pour la vendre au souk. Les femmes peuvent transporter toutes sortes de marchandises, du tissu, de l’électroménager, de l’alimentaire… il y a de tout.»

Crédit: Fadel Senna / AFP

«Quand elles se dirigent normalement en file vers la frontière, tout se passe bien. Malheureusement, les autorités des deux côtés leur mettent parfois la pression pour éviter le bazar et cela créé des mouvements de foule, qui créent à leur tour la panique. C’est comme cela que des femmes meurent régulièrement.»

Le 16 janvier, deux marocaines d’une quarantaine d’années, Ilham et Souad, originaires de Fnideq, sont mortes bousculées. En 2017, au moins quatre autres porteuses étaient aussi décédées piétinées.

T F

«Quand elles se dirigent normalement en file vers la frontière, tout se passe bien. Malheureusement, les autorités des deux côtés leur mettent parfois la pression pour éviter le bazar et cela créé des mouvements de foule, qui créent à leur tour la panique. C’est comme cela que des femmes meurent régulièrement.»

Le 16 janvier, deux marocaines d’une quarantaine d’années, Ilham et Souad, originaires de Fnideq, sont mortes bousculées. En 2017, au moins quatre autres porteuses étaient aussi décédées piétinées.

Crédit: Fadel Senna / AFP

«Elles sont très nombreuses, mais le nombre d’entrées est limité –c’est aussi cela qui crée des mouvements de foule. Elles sont plus de 15.000 à faire ce travail. Mais en 2017 les autorités ont instauré un système de jetons qui n’autorise que 4.000 femmes à passer la frontière chaque jour et elles n’ont le droit qu’à un trajet. Les douaniers font passer les femmes petit à petit mais on a l’impression qu’ils sont vite débordés.»

T F

«Elles sont très nombreuses, mais le nombre d’entrées est limité –c’est aussi cela qui crée des mouvements de foule. Elles sont plus de 15.000 à faire ce travail. Mais en 2017 les autorités ont instauré un système de jetons qui n’autorise que 4.000 femmes à passer la frontière chaque jour et elles n’ont le droit qu’à un trajet. Les douaniers font passer les femmes petit à petit mais on a l’impression qu’ils sont vite débordés.»

Crédit: Fadel Senna / AFP

«Il y a aussi des hommes qui font ce travail mais on en entend moins parler et je n’ai pas connaissance d’hommes qui seraient morts bousculés. Il y a une nouvelle règle qui veut qu’un jour ce soit les femmes qui passent la frontière, le lendemain les hommes.»

T F

«Il y a aussi des hommes qui font ce travail mais on en entend moins parler et je n’ai pas connaissance d’hommes qui seraient morts bousculés. Il y a une nouvelle règle qui veut qu’un jour ce soit les femmes qui passent la frontière, le lendemain les hommes.»

Crédit: Fadel Senna / AFP

«Ce qui marque, c’est que ces femmes ont tous les âges. C’est difficile d’imaginer qu’elles portent autant de charges pour si peu d’argent. Le commerce est légal mais la manière dont on demande à ces femmes de faire ce travail est problématique, inhumain. Et les contrebandiers jouent avec les lois.»

T F

«Ce qui marque, c’est que ces femmes ont tous les âges. C’est difficile d’imaginer qu’elles portent autant de charges pour si peu d’argent. Le commerce est légal mais la manière dont on demande à ces femmes de faire ce travail est problématique, inhumain. Et les contrebandiers jouent avec les lois.»

Crédit: Fadel Senna / AFP

«Chacune de ces femmes a une expression triste et épuisée, on peut d’ailleurs voir la dureté de leur travail sur les photos. Nous n’avons eu que très peu de contact avec ces femmes lors de la prise de vue. Elles sont trop occupées par leur passage, concentrées pour ne pas crouler sous le poids de ce qu’elles transportent.»

T F

«Chacune de ces femmes a une expression triste et épuisée, on peut d’ailleurs voir la dureté de leur travail sur les photos. Nous n’avons eu que très peu de contact avec ces femmes lors de la prise de vue. Elles sont trop occupées par leur passage, concentrées pour ne pas crouler sous le poids de ce qu’elles transportent.»

Crédit: Fadel Senna / AFP

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► Prostitution, les sanctions au fil des siècles [Histoire]


Je suis contre la prostitution et la pornographie plus que jamais, ce que je déteste le plus c’est qu’on appelle ces femmes de pute, putain … Alors que les hommes qui profitent ces femmes n’ont pas de tel nom. Certains prétendent que ces femmes le font par choix, peut-être pour certaines, mais pas toutes, c’est une question de survie ou d’esclavage sexuelle. On prétend aussi encore aujourd’hui, si la prostitution était légalisée, il y aurait moins de viols, moins d’enlèvement, c’est de la foutaises, ( a voir nos rues, elles est vraiment tolérée) juste à entendre les nouvelles, les enlèvements d’enfants, etc. En plus à travers, l’histoire, la vie des prostituées n’a pas été rose, a une époque, elles étaient marquées au fer, ou mutilées et les choses ne changent guère aujourd’hui à voir comment elles sont traitées et les hommes qui n’ont que fait assouvir leurs désirs, eux, sans sorte bien sauf s’ils ont contrâtes une MST En plus des problèmes des drogues et l’alcool qui s’ajoutent.
Nuage

 

Prostitution, les sanctions au fil des siècles [Histoire]

 

La-Prostituee-Bete_2_730_450

On dit souvent que la prostitution est « le plus vieux métier du monde », bon, c’est une connerie mais ça veut bien dire qu’elle ne date pas d’hier. Certains se plaisent à penser que dès la préhistoire, les femmes vendaient leur corps en échange de nourriture.

Ce que l’on sait, et on en est certain, c’est que dès les premières heures de l’Antiquité, les politiques et la religion ont tenté de légiférer sur la prostitution afin de la contrôler ou de l’interdire. La dernière loi date de 2016.

Voici un aperçu non exhaustif des mesures et souvent des sanctions visant les prostituées.

 L’Antiquité, de la liberté de se vendre à la sanction

Loin de vouloir interdire la prostitution, en Mésopotamie aux alentours du Ve siècle avant notre ère, Hérodote écrit qu’à Babylone, il existe une pratique qu’il juge honteuse. Les femmes doivent se prostituer au moins une fois dans leur vie pour rendre hommage à la déesse de la fertilité. Le procédé est bien rodé, on ne peut pas faire ça n’importe comment. La femme doit entrer dans le temple d’Inanna et attendre qu’un homme lui donne de l’argent et « s’unisse à elle à l’intérieur du temple » pour qu’elle s’acquitte de son devoir. C’est seulement après s’être prostituée qu’elle peut retourner chez elle, avec en prime la bénédiction de la déesse. En Lydie, toutes les filles sont amenées à se prostituer avant leur mariage (elle est encore loin l’idée de se marier vierge) afin de constituer leur dot. De plus, elles sont libres d’épouser qui elles souhaitent, les familles n’ont pas leur mot à dire. C’est plutôt classe. Certaines décident d’ailleurs de ne jamais se marier et deviennent des courtisanes, d’autres se découvrent être infertiles et ne pouvant fonder de famille et intégrer un foyer, elles redeviennent ou restent femmes « publiques », gagnant leur vie grâce à la prostitution.

Mais attention, si en Mésopotamie, c’est une action sacrée ou au moins complètement acceptée dans la société, la prostitution dans les civilisations gréco-romaines n’est pas aussi bien vue. Pour autant, durant l’antiquité grecque la prostitution est largement répandue et elle n’est pas interdite. On tente ceci-dit de la contrôler et surtout, on ne mélange pas les mamans et les putains. Démosthène écrit au IVème siècle,

« Nous avons les courtisanes en vue du plaisir, les concubines pour nous fournir les soins journaliers, les épouses pour qu’elles nous donnent des enfants légitimes et soient les gardiennes fidèles de notre intérieur ».

22365372_1313447262098819_1851781594308375640_n

Pour trouver des putes, c’est assez simple, il suffit d’aller dans les ports des grandes cités grecques (comme aujourd’hui autour des gares et des grands axes de circulation) ou dans des bordels low-cost mis en place et autorisés par Solon. En effet, il s’agit de maisons de passes étatiques dont les revenus tombent directement dans la caisse de l’état. Pratique. En revanche, la prostitution prend plusieurs formes en Grèce : il y a les esclaves pornai (qui appartiennent souvent à l’Etat et se retrouvent dans les bordels de Solon), les indépendantes, les hétaïres…

A Rome, il existe une loi contre le proxénétisme mais pas contre la prostitution. Une esclave ne peut pas, en théorie, être prostitué par son maître. Dans les faits, très difficile à contrôler et la loi est assez inefficace. Les prostituées de basse condition ont l’habitude de racoler devant chez elles, alors qu’il faut aller dans une maison close pour trouver un service plus qualitatif et surtout plus discret. A partir du IIème siècle avant notre ère, les prostituées doivent obtenir une licence d’exercice (il suffit de l’acheter) ainsi, l’Etat taxe la profession et le trésor public se porte bien.

Avec l’arrivée du monothéisme, c’est mort, tout le monde veut supprimer la prostitution et l’opprobre apparaît de manière assez forte.

L’Ancien Testament, qui correspond à la chrétienté et au judaïsme est très clair à ce propos, on peut lire dans le Deutéronome(23,17)

« Il n’y aura pas de prostituée sacrée parmi les filles d’Israël, ni de prostitué sacré parmi les fils d’Israël. »

Les choses sont dites, et si jamais certaines femmes ne respectent pas, des sanctions sont prévues dans le Livre des Roi ou le roi Josias démolit les maisons des prostituées. En effet, la prostitution représente une infidélité envers le Dieu d’Israël.

Dans les Evangiles (qui ne concernent que la chrétienté), les putes n’ont pas bonne réputation, certes, mais Jésus, dans sa grande bonté leur accorde le salut. Selon Saint Matthieu, la prostituée, peut quitter le statut de pécheresse en se repentant. Est-ce le cas de Marie-Madeleine ?

Aux balbutiements de l’Église catholique, les sanctions sur les prostituées sont plus morales que physiques mais au fil des siècles, les mesures prises pour supprimer la prostitution sont de plus en plus dures.

La prostitution médiévale, un mal nécessaire…

Jusqu’au XIVe siècle, la prostitution n’est pas encouragée mais elle est considérée comme naturelle et permet de contrôler les désirs des hommes, ça évite les forcements (les viols) et les rapts. Mais elle permet aussi de les former aux gestes de l’amour Les seigneurs qu’ils soient laïcs ou religieux en profitent pour se faire un peu de pognon, ben oui, business is business hein.

La prostitution médiévale autorisée est la prostibulum publicum Les bordels sont tenus par des abbesses ou un cabaretier qui paie de lourdes taxes à la municipalité. Les filles doivent attirer les hommes puis les faire picoler et manger, en général au rez-de-chaussée d’une maison ou d’une auberge, tout est au frais du client. Ensuite, si l’homme le désire et moyennant finance, il monte à l’étage avec la fille publique, encore appelée clostière, de son choix. Les filles ont un règlement à respecter, genre pas de baise pendant les fêtes religieuses comme Noël ou Pâques, ou la semaine sainte.

En théorie, selon le règlement, les clients doivent être des jeunes hommes non mariés.

P2

Les filles qui souhaitent se prostituer de manière indépendante ont de nombreuses astuces, comme celle de se retrouver dans des lieux propices comme les étuves, ces endroits chauds et humides, où tout le monde est nu… ou encore dans des bordelages, des petits bordels privés. Les clients peuvent alors être mariés, vieux, et même les deux. Les filles publiques sont contraintes à différentes règles, déjà, la tenue, elles doivent porter des rayures jaunes et rouges. Il faut savoir distinguer les putes des honnêtes femmes, alors le racolage doit être notoire. Enfin, si une prostituée tombe enceinte, elle a deux solutions : se marier et élever son gamin ou abandonner son gamin à un hôpital public mais en aucun cas elle a le droit d’élever son enfant tout en continuant à se prostituer. Aussi, malignes, elles pratiquent le coït interrompu ou des rapports anaux et buccaux pour prendre le moins de risques possibles.

Le pieux Moyen-Age lutte contre les putains

En 1254, Saint Louis, qui comme son nom l’indique est très pieux, souhaite interdire officiellement la prostitution avec une ordonnance. En vain. Personne n’y croit et personne ne veut vraiment l’appliquer. L’ordonnance vise à éliminer la prostitution en interdisant les hôtels et les particuliers d’accueillir les putes chez eux (même contre un loyer). Saint Louis veut saisir les biens et expulser des villes toutes les prostituées du royaume. Y’a pas à dire, c’est ambitieux. Mais c’est surtout un échec car en 1256 soit, deux ans plus tard, une nouvelle ordonnance vient annuler celle de 1254 et rétablit la prostitution permettant la réouverture des bordels dans certaines rues.

bain démonagerie

Avec la Réforme de l’Eglise et l’importance du protestantisme, les normes changent à nouveau. Le rigorisme religieux veut faire interdire la prostitution, et la pression morale qu’il exerce sur la population marche assez bien dans certaines régions (le sud-ouest par exemple).  Autre raison qui pousse les autorités à prendre des mesures contre la prostitution, c’est la syphilis qui à la fin du XVe siècle fait des ravages ! Aussi, en 1485, les filles publiques peuvent avoir le nez coupé mais aussi être marquées au fer rouge d’une lettre P (comme PUTE) sur le front, le bras ou la fesse. Les maquerelles ont la même peine, mais avec un M (comme Maquerelle) ou d’une fleur de lys. Charles IX, qui n’est pas un mec drôle, maintient l’interdiction et les sanctions physiques humiliantes et discriminantes, avec un édit royal qui stipule

« Que toutes filles de joie et femmes publiques deslogent de nostre dite cour, dans ledit temps, sous peine de fouet et de la marque (…) »

 Louis XIV devient dévot, qu’on enferme les putains !

Au début du règne de Louis XIV, c’est pas la grosse fiesta de la prostitution mais dans l’ensemble, on tolère. Au fil des années, rappelons que Loulou a régné pendant environ 100 ans (72 en théorie.. 60 années effectives), les choses ont évolué. Depuis qu’il fricote avec la Maintenon et qu’il voit son heure arrivée, Louis XIV se rapproche de l’Église, de ses valeurs et de sa morale. De fait, il trouve que la prostitution n’a pas sa place dans son royaume et il ordonne par édit royal que toutes les putains soient emprisonnées. Oui, toutes celles qui sont prises en flagrant délit de racolage sont envoyées à la Salpêtrière ou en prison.

C’est seulement lorsque le personnel de santé, souvent des prêtres et des religieuses, estime que la femme est redevenue saine d’esprit et qu’elle s’est repenti qu’elle peut sortir de prison ou de l’hôpital. Mais en cas de récidive, on peut lui couper le nez ou les oreilles, comme un siècle avant. A la mort de Louis XIV, Louis XV adoucit un peu les mesures, il tolère la prostitution et préfère réglementer la pratique plutôt que de l’interdire. Et pour cause, le Loulou XV, c’est un sacré coquin et s’il ne fréquente pas les bordels, c’est uniquement parce qu’il a une peur panique des maladies. Il préfère de loin jouir de son privilège de tête couronné pour pécho des jeunes filles vierges non vérolées ! En revanche, Louis XVI est de l’avis de Louis XIV et à nouveau les sanctions contre les prostituées sont plus lourdes. Mais encore, l’histoire n’a pas dit son dernier mot !

La tolérance post-révolutionnaire

Au début du XIXe siècle, comme je vous en ai parlé dans cet article, la prostitution n’est pas interdite, en revanche elle est très réglementée. Les femmes doivent s’inscrire à la préfecture en tant que prostituées pour avoir le droit de pratiquer leur activité de manière légale. Elles sont alors enregistrées et doivent se soumettre à des visites médicales tous les 15 jours pour ne pas refiler des maladies vénériennes à la moitié de la population.

COP

La loi interdit le racolage (même s’il est largement pratiqué dans certains quartiers et dans les petites villes) donc théoriquement, toutes les filles de joie se retrouvent dans des bordels.

http://www.racontemoilhistoire.com

Le Saviez-Vous ►La pièce pour payer l’impôt sur la barbe


Il fut un temps en Russie que porter était interdit, puis contre la grogne des gens du pays, elle était autorisée moyennant une taxe. Alors qu’en Angleterre, était plutôt signe d’un statut social
Nuage

 

La pièce pour payer l’impôt sur la barbe

.

impot-barbe

En 1699 le tsar de Russie Pierre le Grand avait interdit complètement le port de la barbe dans le pays mais la contestation était telle qu’en 1704 il a du revenir en partie sur sa décision en l’autorisant à nouveau en échange du paiement d’une taxe.

Cette belle pièce servait à payer cet impôt, l’inscription dessus signifie « La taxe a été perçue« .

L’impôt sur la pilosité faciale n’était pas vraiment une idée originale, en Angleterre, le roi Henri VIII en avait déjà introduit un en 1535 qui était proportionnel au niveau social du barbu.

barbe-taxe-caricature

Une caricature du l’époque

http://www.laboiteverte.fr

Le Saviez-Vous ► Amusantes et surprenantes, ces statistiques de 1909


Des statistiques prix en 1909 au Canada et aux États-Unis. Le prix de certains produits alimentaires, le nombre d’automobile, meurtre, et taxe et bien d’autres. Nous pouvons constater que les temps ont bien changé
Nuage

Amusantes et surprenantes, ces statistiques de 1909

 

Claude Bérubé

Essayiste, conférencier et blogueur

Voici quelques statistiques retrouvées de 1909. Nous sommes en 2016, donc 107 ans se sont écoulés …Je vous les présente sans autre cérémonie. Pour votre simple amusement. Ou pour un haussement d’épaules. Surtout pour se rendre compte comment tout peut évoluer en un siècle avec nostalgie pour les plus vieux et surprise pour les plus jeunes. Je ne peux garantir leur authenticité, mais il y a sûrement beaucoup de véracité. Je les imagine américaines, mais si proches des canadiennes.

  • La moyenne d’âge des hommes était d’environ 47 ans.
  • L’essence pour une Ford 1909 n’était vendue qu’en pharmacie.
  • Seulement 14% des maisons possédaient une baignoire.
  • Seulement 8% des maisons avaient le téléphone.
  • Il n’y avait que 8000 automobiles dans le monde entier et seulement 144 miles de route étaient pavés.
  • Dans presque toutes les villes, la limite de vitesse était de 10 miles à l’heure
  • La plus haute structure au monde était la Tour Eiffel.
  • Le salaire moyen aux États-Unis était de 22 cents l’heure.
  • Le salaire moyen des travailleurs américains était de 200 et 400 $ par année.
  • Un professionnel comptable pouvait gagner 2000 $ par an, un dentiste environ 2500 $, un vétérinaire entre 1500 et 4000 $ et un ingénieur mécanique 5000 $.
  • 95% des femmes accouchaient dans leur demeure.
  • 90% des médecins n’avaient pas d’éducation collégiale. Ils avaient plutôt fréquenté, ce qu’on appelait, une école médicale condamnée par les médias du temps et les gouvernements comme étant sous standardisée.
  • Le sucre se vendait 4 cents la livre.
  • On obtenait une douzaine d’œufs pour 14 cents.
  • La livre de café était à 15 cents.
  • La plupart des femmes ne se lavaient les cheveux qu’une fois par mois, et elles utilisaient soit du Borax ou du jaune d’œuf comme shampoing.
  • Le Canada a passé une loi défendant à toutes personnes pauvres d’entrer au pays.
  • Les cinq principales causes de décès étaient : la pneumonie ou l’influenza, la tuberculose, la diarrhée, maladie du cœur et attaque cardiaque.
  • Le drapeau américain n’avait que 45 étoiles.
  • Il n’y avait que 30 résidents à Las Vegas.
  • Les mots croisés, les canettes de bière et le thé froid n’avaient pas encore été inventés.
  • Il n’y avait pas de Fêtes des mères ni des pères.
  • Deux adultes sur dix ne savaient ni lire ni écrire.
  • Seulement 6% de tous les Américains avaient obtenu leur diplôme de secondaire.
  • La marijuana, l’héroïne et la morphine étaient vendues à la pharmacie du coin comme médicaments.
  • Les pharmaciens disaient que l’héroïne nettoyait la complexion, donnait de l’énergie au cerveau, activait et régulait l’estomac et les intestins et qu’enfin, c’était l’ange gardien de la santé.
  • 18% des domiciles avaient au moins un ou une domestique ou servante à plein temps.
  • Il n’y eut que 230 meurtres rapportés dans tous les États-Unis
  • 95% des taxes que nous payons aujourd’hui n’existaient pas en 1909.

On peut facilement imaginer que dans un siècle, on lira nos statistiques actuelles avec le même amusement.

http://quebec.huffingtonpost.ca/