Le saviez-vous ► Origine des cabines de téléphones


Il fut un temps ou on pouvait trouver des cabines de téléphones partout, dans les restaurant, sur un coin de rue, qu’il fallait mettre 25 Cent ,…. puis les cartes a puces sont venu s’ajouter au moyen de payer pour communiquer … mais a l’ère des téléphones intelligents, des textos, plusieurs cabines ont disparues mais certains demeurent pour répondre a certains besoins
Nuage

 

 

Origine des cabines de téléphones

Fichier:London telephone.jpg

London_telephone.jpg‎ (640 × 480 pixels, taille du fichier : 93 Kio, type MIME : image/jpeg)

Une cabine téléphonique est un édicule situé sur l’espace public (typiquement, le trottoir), muni d’un téléphone permettant d’émettre des communications qui sont réglées avec une carte à puce (carte prépayée, carte bancaire) ou des pièces de monnaie. Sa fonction est de permettre à celui qui téléphone ou y reçoit un appel de s’isoler du bruit ambiant et d’y tenir une conversation privée.

Une cabine téléphonique peut également recevoir des appels entrants grâce au numéro de téléphone fixe qui lui est affecté.

Certains pays possèdent des cabines téléphoniques particulières comme les cabines londoniennes rouges (voir Red telephone box) ou les cabines jaunes des années 1970 en Allemagne.

 

Fichier:Cabine téléphonique.JPG

léphone publique à pièces (en Francs français)

Histoire

L’invention du téléphone public à pièces est généralement attribuée à l’américain William Gray, qui dépose un brevet le 13 août 18891 à Hartford, Connecticut, États-Unis. En 1891, Gray fonde la Gray Telephone Pay Station Company pour exploiter son invention

Déclin ?

Malgré une baisse de leur fréquentation due à l’émergence de la téléphonie mobile, elles continuent d’être utilisées, notamment par des personnes insuffisamment équipées ou soucieuses de préserver leur anonymat, ou encore parce que les tarifs peuvent y être plus économiques vers certaines destinations

 

Chine

Japon

Australie

Canada

http://fr.wikipedia.org

En cinq ans Mauvais payeurs : les coupures d’Hydro-Québec ont doublé


Une augmentation de 35 % sur un service essentiel est difficile a accepter surtout tout augmente. Même si l’été on peut vivre sans électricité faute d’être en mesure de payer, ce n’est pas sécuritaire. Il ne faut donc pas se surprendre que des gens soient incapable de payer, ..
Nuage

En cinq ans Mauvais payeurs : les coupures d’Hydro-Québec ont doublé

En cinq ans - Mauvais payeurs : les coupures d’Hydro-Québec ont doublé

© Agence QMI

MONTRÉAL – Le nombre de clients résidentiels a qui Hydro-Québec a coupé l’électricité en raison de problèmes de paiement est passé de 18 000 en 2005 à 36 000 en 2010.

L’Association coopérative d’économie familiale (ACEF), un organisme d’aide aux consommateurs, s’inquiète du fait que de plus en plus de clients ne parviennent pas à payer leur facture d’électricité.

L’ACEF y voit un lien direct avec la hausse des tarifs. Ces derniers ont augmenté de 18 % depuis 2004. Mais, surtout, l’organisme dénonce une politique plus agressive chez Hydro Québec.

« Depuis la récession de 2008-2009, ils ont augmenté les montants qui leur étaient dus et ils ont changé leur politique. Ils sont devenus très agressifs. Ils exigent des consommateurs de rembourser beaucoup plus rapidement, donc, ils vont aller plus vite vers l’interruption de service pour forcer les gens à rembourser », a dit Richard Dagenais, du comité énergie de l’ACEF de Québec.

En 2010, les pertes liées aux mauvaises créances ont atteint 137,8 millions $ chez Hydro-Québec. La société d’État se défend toutefois d’être trop rapide sur la gâchette, rappelant qu’en 2010, elle a aussi conclu 174 000 ententes de paiement avec des clients en difficulté.

« Il faut bien comprendre que l’interruption de service, c’est un processus de dernier recours. Avant d’en arriver là, le client d’Hydro-Québec a plusieurs mesures, il reçoit plusieurs avis de rappel, avis de retard », a expliqué Patrice Lavoie, porte-parole d’Hydro-Québec.

L’ACEF souhaite plus de flexibilité pour les ménages à revenus modestes et moyens faute de quoi, craint l’Association, la situation pourrait s’aggraver au cours des prochaines années.

« Entre 2014 et 2018, il y a augmentation des tarifs de l’ordre de 35 % et ça, ça va faire en sorte que les gens vont avoir plus de difficulté à payer », a ajouté Richard Dagenais.

Avec l’approche de la saison hivernale, les mauvais payeurs auront répit : entre le 1er décembre et le 31 mars, Hydro-Québec n’effectuera aucune coupure de service. Les clients qui veulent être rebranchés pour l’hiver vont devoir, quant à eux, contacter Hydro-Québec.

http://fr.canoe.ca