Les téléphones en passe de révolutionner la médecine


Alexander Graham Bell n’aurait jamais pu imaginer jusqu’où irait l’invention du téléphone. Aujourd’hui, c’est un moyen de communication orale, écrite, et visuelle. Plus encore, la médecine semble aller vers une révolution grâce au téléphone
Nuage

 

Les téléphones en passe de révolutionner la médecine

 

SMARTPHONE MEDICINE

Les smartphones sont en passe de révolutionner la façon de diagnostiquer et de traiter des maladies chroniques grâce à des capteurs et des applications utilisés à des fins médicales, ont expliqué vendredi des chercheurs dans une conférence scientifique.

« La caméra, le flash, le micro, le GPS » des téléphones portables sont « de plus en plus performants » et capable de « rivaliser avec des instruments d’imagerie spécialisés », a expliqué Shwetak Patel, professeur de science informatique et d’ingénierie à l’université de Washington à Seattle, à la conférence annuelle de l’American Association for the Advancement of Science de Boston.

Les smartphones peuvent déjà faire office de podomètre, compter les calories consommées ou mesurer le rythme cardiaque.

Mais téléphones mobiles et tablettes électroniques peuvent aussi devenir des outils de diagnostics performants en modifiant l’utilisation de leurs capteurs.

« On peut se servir des micros pour mesurer les capacités pulmonaires et détecter une crise d’asthme ou une broncho-pneumopathie chronique obstructive », a précisé le professeur Patel, ce qui permet de mieux contrôler ces pathologies chroniques en dehors du cabinet du médecin.

Il est aussi possible de se servir de la caméra et du flash pour mesurer, sur un doigt, à l’aide d’une application, le taux d’hémoglobine dans le sang et déterminer si la personne est anémique ou manque de fer. Ces application font actuellement l’objet d’une demande d’autorisation auprès de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug Administration).

Un capteur de mouvement dans les smartphones peut être utilisé pour détecter l’ostéoporose, une diminution de la densité osseuse normalement diagnostiquée par un scanner.

Il suffit de tenir le téléphone dans une main et de taper sur son coude pour créer des ondes détectées par le capteur de mouvement de la caméra. Une diminution de la densité de l’os se traduit par un changement de la fréquence des ondes.

« On peut ainsi créer des outils de diagnostic et de dépistage qui étaient impossibles dans le passé, ce qui bouleverse la manière de diagnostiquer, de traiter et de gérer des maladies chroniques », résume le professeur Patel.

« On peut imaginer un impact encore plus grand de ces avancées dans les pays en développement où de tels équipements de dépistage n’existent quasiment pas dans les cabinets médicaux », pointe-t-il.

Réduction des coûts

Dans les pays développés, ces nouveaux outils médicaux individualisés changent la relation entre les patients et les médecins en donnant aux malades la possibilité d’obtenir fréquemment des données médicales qui n’était auparavant recueillies qu’une fois par an dans le cabinet du médecin.

Les performances des téléphones portables permettent déjà d’aider des malades atteints de diabète ou de cancers à mieux gérer leur maladie, indique Elizabeth Mynatt, professeur d’informatique interactive au Georgia Institute of technology.

« Notre étude montre que la technologie portable a profondément modifié le comportement de ces malades (…) capables de mieux se prendre en main », dit-elle.

Ces chercheurs ont fourni une tablette électronique à des femmes issues de milieux modestes et traitées pour un cancer du sein, permettant un accès en temps réel à toutes les informations sur le diagnostic, la gestion de leur traitement ou les effets secondaires. L’application peut également apporter une aide si les patientes n’ont pas les moyens de payer un déplacement pour aller se faire soigner.

« La généralisation des plateformes mobiles est très encourageante pour répondre aux disparités socio-économiques dans l’accès aux soins médicaux », juge la professeur Mynatt.

Gregory Hager, directeur du Centre d’ingénierie et de soins médicaux à la faculté de médecine Johns Hopkins, relève que de plus en plus de médecins et de chercheurs dans cette université voient dans les smartphones et les plateformes mobiles un moyen prometteur de recueillir de vastes quantités de données médicales pour effectuer des essais cliniques plus performants.

Actuellement, une étude clinique coûte au moins 12 millions de dollars. Avec les smartphones, il est possible d’effectuer des « micro-essais cliniques beaucoup plus efficaces » avec des données en temps réel, plus proches de la réalité, et pour un coût nettement plus bas, a-t-il expliqué.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Parole d’enfant ► Jeu


Quand je vois Mlle jouer un jeu que la vitesse d’action est un atout, je la trouve pas mal bonne. Elle rit quand j’essaie de faire comme elle
Nuage

 

Jeu

 

Grand-maman raconte :

Mlle joué à un jeu sur mon IPad : une course contre un voleur parmi des camions et d’autobus et autres obstacles, le jeu se déroule assez vite et elle est très bonne

Je dit :

– Moi ça m’énerve de jouer à ce genre de jeu

– Arrête de t’énerver sinon, c’est ton cerveau qui s’énerve

Ana-Jézabelle, 4 ans (5 ans) 14 décembre

En 2017, les chats seront plus connectés en Saskatchewan


La technologie à la rescousse des chats dans un refuge au Canada. Et oui, il y a des applications pour ça ! Des applications interactives qui permettent au chat de garder leur instinct de chasseur
Nuage

 

En 2017, les chats seront plus connectés en Saskatchewan

 

Les jouets traditionnels pour chats sont désormais de l’histoire ancienne à la Humane Society de Regina. L’organisme mise sur un nouveau programme de stimulation pour les chats recueillis par le refuge : les applications interactives sur les tablettes.

Il y a déjà quelque temps que les outils technologiques ont fait leur entrée dans le monde animal et pendant la période des Fêtes de 2016, la société de protection des animaux réginoise a décidé d’embrasser la tendance.

«Le programme vise à stimuler mentalement les chats qui n’ont pas de famille pour le faire», explique la directrice générale Lisa Koch qui y voit un «simple outil» permettant de «garder les animaux heureux et en santé», en attendant que ceux-ci trouvent un foyer.

«Les félins demeurent actifs en chassant sur la tablette différents types de proies, à divers degrés de difficultés. Et ils captent aussi l’attention des bénévoles qui sont à leurs côtés, le meilleur des deux mondes», explique Lisa Koch.

«Les chats entretiennent ainsi certains aspects de leur instinct naturel comme la chasse, mais ils reçoivent également l’attention des bénévoles aimant qui travaillent sur place», affirme-t-elle.

La Humane Society de Regina précise qu’elle est à la recherche de tablettes usagées pour développer le programme davantage, mais aussi de bénévoles âgés de 12 ans et plus.

D’après un reportage de Raluca Tomulescu.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► Les meilleures inventions de Star Trek


Le 8 septembre dernier, ce fut le 50 ème de Star Trek. Personnellement, j’aime tout de Star Trek, autant la série que les films. Il 50 ans, les auteurs étaient vraiment des avant-gardistes quand l’on pense à tout ce qui a été inventé aujourd’hui alors qu’hier, c’était de la pure fiction avec Star Trek
Nuage

 

Les meilleures inventions de Star Trek

 

Leonard Nimoy, William Shatner et DeForest Kelley dans <i>Star Trek</i>

Leonard Nimoy, William Shatner et DeForest Kelley dans Star Trek PHOTO : TREKNEWS.NET

Le 8 septembre 1966, l’émission Star Trek était diffusée pour la première fois à la télévision.

UN TEXTE DE CATHERINE MATHYS

Nous fêtons aujourd’hui ce qui est devenu, 50 ans plus tard, un véritable phénomène avec 726 épisodes, 13 films, des romans, des jeux vidéo, des bandes dessinées, des fanzines et j’en passe. Un peu comme Mario a dépassé l’univers du jeu vidéo pour devenir un phénomène de culture populaire,Star Trek a largement dépassé le petit écran qui l’a vu naître.

L’univers de science-fiction que nous propose Star Trek dépeint un avenir où la science et la technologie sont essentielles au bon fonctionnement de la vie à bord du USS Enterprise. D’ailleurs, on peut dire de la série qu’elle a suscité l’engouement de plusieurs générations pour la science, les technologies et l’aérospatiale. Certaines technologies inventées pour la série nous faisaient rêver, mais voilà que certaines sont en bonne voie de devenir une réalité ou sont devenues concrètes dans les 50 dernières années.

1. Les communicateurs

Ici, pas besoin de faire un dessin. Le communicateur de Star Trek est devenu le téléphone cellulaire. D’ailleurs, Martin Cooper, l’inventeur du premier téléphone mobile, reconnaît l’influence de Star Trek dans l’idée qui a finalement vu le jour en 1973.

2. Le PADD (acronyme de Personal Access Display Device)

Le PADD était un type d’ordinateur de petite taille utilisé par de nombreuses civilisations. On ne peut que constater qu’il était le précurseur de la tablette. Notons au passage que l’idée était d’autant plus révolutionnaire que l’ordinateur personnel n’était pas encore aussi répandu qu’aujourd’hui.

3. Les communications intra-auriculaires

Nyota Uhura est un personnage phare de la série. En plus d’être une femme noire avec de hautes responsabilités (la ségrégation venait tout juste de prendre fin aux États-Unis), elle pouvait avoir des conversations à l’aide d’un appareil intra-auriculaire. Vous aurez bien sûr reconnu l’ancêtre du Bluetooth.

4. L’interface vocale

Dans pratiquement tous les épisodes, on pouvait voir l’ordinateur du vaisseau activé par la voix. On lui demandait ce qu’on voulait, que ce soit de l’information factuelle ou pratique. On parle évidemment d’une technologie qui a pavé la voie à Siri.

5. Les réplicateurs

Avouez que vous en avez rêvé de celui-ci. Il s’agissait d’une technologie qui matérialisait ce qu’on lui demandait. C’était une sorte de précurseur à l’impression 3D qui permet maintenant d’imprimer tout ce qu’on veut, d’une pizza jusqu’à une prothèse.

6. Le holodeck

Dans Star Trek, il était possible d’entrer dans une espèce de pièce qui devenait l’univers ou l’environnement souhaité. Au lieu d’appeler ça des hologrammes comme dans la série, on parle plutôt de réalité virtuelle pour une immersion totale.

Quant à moi, j’attends encore les transporteurs (« Beam me up, Scotty »), cette technologie qui permet de se dématérialiser pour apparaître ailleurs instantanément. Ce serait pratique, non?

http://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► Le premier humain dont on connait le nom


Le plus vieux nom du monde écrit sur une tablette à été trouvé il y a plus de 5 000 ans, n’est pas celle d’un personnage roi ou autre dignitaire, mais d’un commerçant
Nuage

 

Le premier humain dont on connait le nom

 

Intuitivement quand on se demande qui était le premier humain dont le nom nous est parvenu on se dit que ça devait être un roi ou un membre d’une famille riche, mais non

La plus vieille référence à un nom que l’on connait se trouve sur une tablette vieille de plus de 5000 ans provenant de Mésopotamie et qui a été trouvée en Iraq.

Dessus on trouve tout simplement écrit « 29 086 mesures orge 37 mois Kushim », ce qui veut probablement dire « Un total de 29 086 mesures d’orges ont été reçues en 37 mois. Signé Kushim ».

On trouve aussi son nom sur 18 autres tablettes datant de la même période et qui ont des écritures similaires.

Le plus vieux nom d’un humain que l’on connaisse se trouve donc sur un simple récépissé d’une transaction commerciale et appartenait à un ou une comptable qui se nommait Kushim.

http://www.laboiteverte.fr/

Les ondes peuvent avoir un impact sur les fonctions cognitives des enfants


Des études parlent des effets néfastes sur la santé dus aux appareils connectés comme les téléphones, tablettes, mais rien n’est encore catégorique sauf la fatigue, le stress causé par ces technologies, mais chez les enfants, cela n’est pas la même chose Ils sont plus sensible par leur physiologie aux ondes électromagnétiques qui peuvent occasionnées des problèmes a des fonctions cognitives.
Nuage

 

Les ondes peuvent avoir un impact sur les fonctions cognitives des enfants

 

Les ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables, les tablettes... (PHOTO THINKSTOCK)

PHOTO THINKSTOCK

CÉLINE SERRAT
Agence France-Presse
Paris

Les ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables, les tablettes tactiles ou les jouets connectés peuvent avoir des effets sur les fonctions cognitives  – mémoire, attention, coordination – des enfants, indique vendredi un rapport de l’Agence sanitaire française (Anses).

Les experts, qui recommandent de limiter l’exposition des jeunes populations, ont également recensé des effets négatifs sur le bien-être (fatigue, troubles du sommeil, stress, anxiété), qu’ils attribuent non pas aux ondes elles-mêmes, mais à une utilisation intensive du téléphone portable.

Dans son état des lieux des connaissances, l’Agence nationale de sécurité sanitaire indique en revanche que «les données actuelles issues de la littérature internationale ne permettent pas de conclure à l’existence ou non d’effets chez l’enfant sur le comportement, les fonctions auditives, le développement, le système reproducteur ou immunitaire, ni d’effets cancérogènes».

Dans certains cas, comme pour le système reproducteur ou les cancers, «il n’y a pratiquement pas d’études disponibles pour les enfants», explique à l’AFP Olivier Merckel, chef de l’évaluation du risque lié aux nouvelles technologies à l’Anses.

Pour d’autres cas de figure, comme les fonctions auditives, «il n’y a rien de flagrant en matière d’effet négatif», dit-il.

Concernant les effets sur le bien-être (fatigue, anxiété), «l’effet observé pourrait être davantage lié à l’usage fait des téléphones portables plutôt qu’aux radiofréquences elles-mêmes», explique le spécialiste.

Certaines études semblent aussi associer «un usage intensif du téléphone portable par des jeunes et une santé mentale affectée», qui se traduit par des comportements à risque, de la dépression ou des idées suicidaires, relève l’Anses, en souhaitant que des travaux complémentaires soient faits pour vérifier la relation de cause à effet.

Sur la base de ces constats, l’Anses réitère sa recommandation de 2013 de s’en tenir à «un usage modéré» des téléphones portables et d’utiliser le plus souvent possible le kit mains libres.

«Le téléphone mobile reste la source majeure d’exposition aux radiofréquences, c’est la plus intense», souligne Olivier Merckel.

Cela est dû à la puissance intrinsèque des ondes émises par les téléphones et au fait qu’ils soient placés directement contre le corps (à l’oreille ou dans une poche).

Les enfants plus exposés

Ces conseils de modération, valables pour les adultes, ciblent particulièrement les enfants qui sont plus sensibles aux ondes que leurs aînés pour des raisons physiologiques.

«Nous sommes aujourd’hui certains que les enfants sont plus exposés que les adultes du fait de leurs différences morphologiques et anatomiques», explique Olivier Merckel. «Ce ne sont pas de petits adultes», insiste-t-il.

Au niveau du cerveau en particulier, certaines zones encore en transformation sont plus sensibles aux ondes.

Or, les très jeunes enfants – moins de six ans – sont aujourd’hui exposés très tôt – même in utero – à de plus en plus d’ondes en raison du développement tous azimuts des technologies sans fil (tablettes, jouets connectés, wifi…).

D’où les recommandations de l’Anses d’appliquer à tous les dispositifs émetteurs d’ondes «les mêmes obligations réglementaires» que pour les téléphones. Principalement la mesure du débit d’absorption spécifique (DAS), qui correspond à la quantité d’énergie absorbée par le corps, et la publicité de cette information.

«Nous avons des interrogations sur les tablettes, notamment celles qui fonctionnent non pas en WiFi, mais en 3G ou 4G», confie l’expert de l’Anses.

L’agence sanitaire voudrait aussi que les conditions de ces mesures soient révisées pour être plus proches des conditions d’utilisation et que le niveau d’exposition générale aux ondes soit «reconsidéré» pour assurer des marges de sécurité plus importantes, en particulier pour les enfants.

Les experts ont en revanche écarté une interdiction des téléphones portables aux moins de six ans, votée en 2010 mais dont le décret n’est jamais paru.

«Il n’y pas de données sanitaires pour justifier une telle mesure», affirme Olivier Merckel. Si l’utilisation à un si jeune âge des téléphones portables est «heureusement rare», il préconise de «retarder l’âge de la première utilisation».

http://www.lapresse.ca/

La tablette efficace contre les problèmes de vision?


On nous met en garde contre les écrans, cependant la tablette possède un atout non-négligeable. En effet pour ceux qui ont des problèmes de vision, il est plus facile de lire sur une tablette que sur tout autre support
Nuage

 

La tablette efficace contre les problèmes de vision?

 

La tablette efficace contre les problèmes de vision?

L’équipe de recherche a sélectionné 100 participants.Photo Fotolia

Aussi efficace qu’un dispositif d’aide visuelle traditionnel, mais moins couteux et moins stigmatisant, une tablette aiderait les personnes souffrant de troubles de la vision ou d’une maladie des yeux à voir mieux, constate une étude de l’Université de Concordia, à Montréal.

Aucune expérience n’était arrivée à de tels résultats jusqu’à présent. La célèbre tablette aurait ainsi de nombreux avantages, dont celui de permettre à des patients souffrant de troubles ou maladies de la vision, de mieux voir et d’améliorer leur lecture.

L’équipe de recherche a sélectionné 100 participants âgés de 24 à 97 ans. Un peu plus de la moitié d’entre eux souffrait de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Cette maladie dégénérative touche la zone centrale de la rétine entrainant une perte progressive de la vision centrale. Elle rend ainsi certaines tâches, comme la lecture, plus difficiles. S’il n’existe pas de traitement capable de restaurer la vue, à ce jour, plusieurs outils d’aide à la vision existent.

Les chercheurs ont soumis les volontaires à un questionnaire et testé leurs capacités visuelles avec l’iPad ainsi que 2 dispositifs de grossissement. Ils ont ensuite comparé les résultats de taux de lecture obtenus par les participants.

Leurs constatations indiquent que la plupart ont eu plus de mal à déchiffrer des textes comportant des petits et moyens caractères. Pour un quart d’entre eux, lire un texte de taille plus large était bien plus facile.

«Il est intéressant de souligner que la technologie utilisée pour effectuer le grossissement importe peu: un iPad marchait aussi bien qu’un dispositif traditionnel comme un système de télévision en circuit fermé», explique Elliott Morrice, étudiant en psychologie à Concordia et co-auteur de cette étude.

L’expérience jouait aussi. Les chercheurs ont constaté que les participants ayant déjà utilisé un iPad lisaient en moyenne 30 mots par minute de plus que ceux s’en servant pour la première fois.

Contrairement aux dispositifs d’aide visuelle, les tablettes tactiles sont moins stigmatisantes et le handicap ou trouble de la vue, moins facilement identifiable, notent aussi les chercheurs.

«Les tablettes offrent les mêmes bénéfices tout en étant socialement acceptables», souligne Aaron Johnson, auteur principal de l’étude.

Les problèmes de baisse de la vue et de basse vision impactent aujourd’hui un canadien sur trois après l’âge de 50 ans et s’accentuent avec le vieillissement de la population. Ils rendent non seulement la vie quotidienne plus difficile, mais favorisent le risque de chute, de fracture ou d’isolement social.

http://fr.canoe.ca/

Votre Smartphone peut-il vous donner la gastro ?


Depuis le temps, on le sait que les smartphones, tablettes, claviers sont des nids des bactéries, mais portons-nous vraiment attention aux risques de contamination si on néglige de nettoyer ces objets ?
Nuage

 

Votre Smartphone peut-il vous donner la gastro ?

 

Téléphones, tablettes, claviers... Pensez à bien les nettoyer !

Téléphones, tablettes, claviers… Pensez à bien les nettoyer !

Photo:REX/SIPA/MONTAGE METRONEWS

SANTÉ – Votre téléphone est peut-être devenu votre meilleur ami, il ne vous veut pas que du bien. Véritable nid à microbes, il convient de le nettoyer régulièrement pour éviter les maladies saisonnières… ou pire.

Vous avez bien compris que pour éviter la gastro et la grippe, se laver les mains très régulièrement est indispensable. Vous avez aussi pris l’habitude de vous désinfecter les mains en sortant du métro ou de détourner la tête quand quelqu’un tousse à proximité.

Mais vous méfiez-vous d’un objet tellement essentiel dans votre quotidien qu’il ne vous quitte quasiment jamais ? Oui, votre smartphone. Plusieurs études se sont penchées sur le problème, dévoilant à chaque fois des résultats pour le moins inquiétants. A tel point que Blackberry réfléchirait à développer un téléphone antibactérien pour le personnel hospitalier.

► 10 fois plus de staphylocoques dorés que dans les toilettes

Après avoir passé au microscope 30 tablettes, 30 téléphones and 30 claviers d’ordinateur de bureau, l’association de consommateurs britannique Which a par exemple relevé 600 unités de staphylocoques dorés sur une tablette, et jusqu’à 140 unités sur un téléphone, tandis qu’une cuvette de toilettes en contient généralement moins de 20.

► Quelles maladies risque-t-on ? Gastro, acnée, septicémie…

Les staphylocoques sont des bactéries naturellement présentes dans l’environnement mais qui peuvent causer des infections alimentaires (provoquant vomissements, diarrhées), des conjonctives, otites ou encore pneumonies. En cas de complications, ils peuvent provoquer une septicémie, une infection générale de l’organisme très grave. Sinon, un téléphone sale peut aussi vous donner de l’acné…

http://www.metronews.fr/

Téléphone: 5 erreurs à éviter pour soigner votre batterie


Des conseils pour les IPhone, mais je crois que cela équivaut aussi pour tous les téléphones intelligents
Nuage

 

Téléphone: 5 erreurs à éviter pour soigner votre batterie

 

André Boily

 

S’il y a une composante qui décourage les gens lorsqu’ils utilisent leur téléphone intelligent, c’est bien son autonomie.

Et contrairement à la génération de téléphones mobiles qui ne servaient qu’à parler, nous consultons nos téléphones intelligents pour une foule de choses – Facebook, messagerie, web, photo, vidéo, etc. – pas étonnant donc que les batteries soient mises à rude épreuve et que de mauvaises habitudes vont dégrader encore plus leur rendement.

Grâce aux conseils suivants, évitez ces erreurs communes que vous pourriez faire subir aux batteries.

S’il y a une règle générale à appliquer aux batteries des téléphones intelligents, c’est d’éviter les extrêmes en toutes choses. Et parlant de règles, celles-ci s’appliquent à tout appareil fonctionnant à batterie: téléphones intelligents, tablettes, baladeurs.

Et à plus forte raison, aux appareils dotés d’une batterie non amovible.

ÉVITER LES TEMPÉRATURES EXTRÊMES

Le tableau de bord surchauffé au soleil, le sable brûlant de la plage ou le froid dès sous zéro Celsius sont autant de facteurs thermiques qui dégradent les capacités chimiques de votre batterie. Votre téléphone intelligent possède une zone de «confort» comprise entre 0 et 35 °C selon Apple. Évitez-lui donc les froids et chaleurs au-delà de ces températures.

Vous aurez sans doute remarqué qu’en approchant de l’épuisement, votre iPhone dure plus longtemps s’il est légèrement réchauffé. Soyez douillet avec lui!

Vider complètement la batterie

S’il est parfois utile de réinitialiser la batterie de son téléphone intelligent jusqu’à l’épuisement complet, épargnez-lui quand même les décharges complètes trop fréquentes. Une décharge à 0% d’une à deux fois par mois suffit à calibrer votre batterie lithium.

MAINTENIR LA CHARGE À 100 %

Comme pour l’avertissement précédent, charger à l’extrême la batterie est tout aussi néfaste pour son rendement.

Évitez-lui ces mauvaises habitudes:

• maintenir son téléphone constamment chargé

• laisser son téléphone sur la charge toute la nuit

• recharger constamment à 100%

Les experts dans le domaine suggèrent de recharger la batterie de son téléphone intelligent dans la fourchette de 30 à 80 %. Inutile d’aller au-delà ou en dessous, même que de courtes recharges pendant la journée vont garder en forme la batterie.

Forcer votre batterie aux extrêmes lui cause du stress qui réduit sa durée de vie.

MODÉRER L’UTILISATION DES ÉTUIS À BATTERIE

Il existe sur le marché des étuis à batterie qui permettent de prolonger l’autonomie de votre téléphone intelligent. Pratiques, ils ont la fâcheuse tendance à emprisonner la chaleur lorsqu’on recharge à la fois le téléphone et l’étui. Rechargez-les séparément. Et comme pour le premier avertissement, évitez de recharger dans un milieu trop chaud.

La même prévoyance s’applique aux étuis trop épais qui emprisonnent la chaleur pendant la recharge. Un simple toucher pendant celle-ci suffit pour s’en rendre compte.

UTILISER UN MAUVAIS CÂBLE DE RECHARGE

On trouve sur le marché des câbles de recharge assez bon marché, pratiques pour répartir au chalet, à la voiture, à la maison et au travail des câbles au lieu d’en transporter un chaque jour avec soi.

Prenez-en un de bonne qualité, certains câbles USB peuvent endommager la batterie en la surchargeant.

QUELLE CHARGE POUR ENTREPOSER SON TÉLÉPHONE

Si vous êtes de ceux qui entreposent un second téléphone intelligent au cas où le principal tombait à l’eau, se cassait ou était volé, sachez qu’il est préférable de maintenir l’appareil de rechange sous une charge moyenne autour de 50 %.

Selon Apple, laisser un iPhone complètement déchargé pendant longtemps peut pousser la batterie dans un état de décharge profond qui va considérablement réduire ses capacités futures une fois remis en marche.

http://fr.canoe.ca/