Le Saviez-Vous ► Les mystères de la science – Pourquoi cède-t-on au syndrome de Stockholm ?


Qu’est-ce qui provoque le syndrome de Stockholm de certaines victimes. Les raisons ne sont pas très claires, mais c’est peut-être par raison de survie que ces personnes sont même prêtes à endosser une cause qui était probablement contraire à leur valeur
Nuage

 

Les mystères de la science – Pourquoi cède-t-on au syndrome de Stockholm ?

 

En 1974, Patricia Hearst prit fait et cause pour les membres de l'ALS qui l'avaient kidnappée.

En 1974, Patricia Hearst prit fait et cause pour les membres de l’ALS qui l’avaient kidnappée.

L’une des victimes les plus célèbres du syndrome de Stockholm est Patty Hearst, l’héritière de la famille Hearst, kidnappée en 1974. Deux mois après avoir été enlevée par l’Armée de libération symbionaise (ALS), elle participa à l’attaque d’une banque de San Francisco, puis demeura avec le groupe jusqu’à ce que le FBI le capture, en 1975.

Le comportement de Hearst est typique des victimes du syndrome de Stockholm. L’expression est née après l’attaque de la Kreditbanken de Stockholm, en 1973. Prisonniers dans la chambre forte pendant six jours, les otages prirent le parti de leurs ravisseurs contre la police qui venait les libérer. L’un d’eux créa même un fonds de soutien pour les défendre.

Le FBI estime que le syndrome apparaît dans un peu moins de 30% des cas de prises d’otages. Le plus souvent, il se manifeste par une violente crise émotionnelle quand l’otage

  • 1) ne peut s’échapper et est soumis à l’autorité d’étrangers ;
  • 2) est isolé du monde extérieur ;
  • 3) craint pour sa vie ;
  • 4) n’est pas brutalisé par le ravisseur.

On s’interroge encore sur la nature du terrain psychologique qui en favorise la manifestation. Pour les psychologues freudiens, privée de son autonomie, la victime régresse vers un état infantile. Pour d’autres, il s’agit simplement d’une réponse non-intentionnelle mais rationnelle au danger. Les prisonniers doivent faire preuve d’une extrême sensibilité aux humeurs de leur ravisseur ; nouer un lien de sympathie diminue le stress et donne aux victimes l’illusion que se montrer amical est un moyen sûr d’éviter la violence.

Par la rédaction

http://www.nationalgeographic.fr/

Le Saviez-Vous ► Top 10 des plus grandes rançons jamais payées (pour celles qu’on connait)


Il y a eu une époque ou les enlèvements étaient monnaie courante dans certains pays. On pouvait demander des sommes faramineuses. Dans cette liste, une rançon est plutôt étonnante,. Sans approuver l’enlèvement et les vols de banque, il faut avouer que ces criminels avaient le souci des plus pauvres
Nuage

 

Top 10 des plus grandes rançons jamais payées (pour celles qu’on connait)

 

  • Source photo : aresauburnphotos

  • Aujourd’hui, la prise d’otage avec rançon n’est plus vraiment un business. Certes la tradition se perpétue du côté d’AQMI notamment ou chez les FARCS, mais jamais les rançons n’atteignent les sommes démentielles qu’elles atteignaient dans les années 70 notamment. Le site Business Insider a compilé une vingtaine d’enlèvements qui ont rapporté le plus de thunes aux ravisseurs en calculant à quoi la somme équivaudrait aujourd’hui. Mettez vos cagoules et on y va.

  • Jorge et Juan Born – 60 millions de dollars en 1974

    Les frères Born étaient à la tête d’une multinationale basée en Argentine et spécialisée dans le commerce de céréales. Enlevés par des terroristes d’extrême gauche, les Montoneros, ils ne furent libérés que 9 mois après contre l’énorme somme de 60 millions de dollars (près de 293 millions aujourd’hui). Après cette mésaventure, la boîte changea carrément de pays et s’installa au Brésil, et on les comprend.

    1

    Source photo : jose-marmol

  • Victor Li – 134 millions de dollars en 1996

    Victor Li est un homme d’affaires canadien originaire de Hong-Kong et fils du milliardaire Li Ka-shing dont la fortune était estimée en 2012 à plus de 25 milliards de dollars. Un pactole qui fit saliver Cheung Chi Keung, un criminel ambitieux qui ne profita que 2 ans de la rançon de 134 millions de dollars qu’il récupéra (197 millions aujourd’hui) puisqu’il fut arrêté et fusillé en 1998.

  • Walter Kwok – 77 millions de dollars en 1997

    Un an après l’enlèvement de Victor Li (et donc un an avant de se faire choper et exécuter), Cheung Chi Keung décide que 134 millions ce n’est pas assez et enlève Walter Kwok, fils du plus important businessman de Chine. Il reçoit en échange 77 millions (110 millions actuels). Kwok sera retrouvé vivant dans une caisse en bois.

  • Victor Samuelson – 14,2 millions de dollars en 1974

    L’Argentine dans les 70’s avait l’air d’être un chouette pays. La même année que les frères Born, Victor Samuelson a fait les frais de la mode des enlèvements. Pas spécialement riche, Samuelson avait le malheur de bosser pour Exxon, grosse compagnie pétrolière, ce qui permit aux guérilleros d’échanger, après 98 jours de détention, Victor Samuelson contre 14,2 millions de dollars.

    2

    Source photo : businessinsider

  • Charles Lockwood – 2 millions en 1973 et 10 millions de dollars en 1975

    Charles Lockwood était un homme d’affaires britannique amoureux de l’Argentine. Tellement amoureux qu’il a été enlevé 2 fois en 26 mois par les mêmes loustics qui avaient enlevé Samuelson. Amoureux de l’Argentine certes, mais pas totalement idiot, Lockwood quitta le pays avec sa famille après sa seconde libération.

  • Patty Hearst – 6 millions de dollars en 1974

    Fille d’un riche ponte des médias américains, Patty Hearst fut enlevée en 1974, mais ses ravisseurs, membres du groupuscule d’extrême gauche « l’Armée de libération symbionaise » ne réclama pas de rançon. Ils exigèrent que William Hearst distribue 400 millions de dollars de nourriture aux défavorisés de Los Angeles, il en distribuera pour 6 millions, ce qui ne satisfera pas les ravisseurs. La fin de l’histoire est plus étrange pour Patty qui, souffrant du Syndrome de Stockholm, se mit à braquer des banques avec ses ravisseurs, ce qui l’emmènera tout droit en prison pendant 2 ans.

    3

    Crédits photo (creative commons) : Inconnu

  • Enrique Metz – 5 millions de dollars en 1975

    Après les 60 millions récupérés l’année d’avant avec les frères Born, les 5 millions reçus en échange de cet employé Mercedes a dû un peu décevoir les Montoneros argentins. On a beau être un guérillero, on a aussi un coeur, vous savez.

  • John Paul Getty III – 3 millions de dollars en 1973

    C’est bien connu, être le petit fils d’un magnat du pétrole comporte de nombreux avantages, mais aussi quelques risques. Comme par exemple celui de se faire enlever à 16 ans par des gangsters italiens qui réclament 17 millions, et te coupent une oreille pour l’envoyer à la presse si ton grand-père refuse de payer. Plus sordide encore, John Paul Getty ne paiera que 2,2 millions, la somme maximum déductible d’impôts, laissant son fils John Paul Getty II régler la différence. Un bel enfoiré ? Tout à fait.

  • John R Thompson – 3 millions de dollars en 1974

    Décidément, on s’est marré niveau enlèvement dans les années 70. Devinez où Thompson s’est fait enlever ? En Argentine, exactement. Et toujours par la fine bande de l’Armée Révolutionnaire du Peuple qui avait besoin de sous pour s’acheter des nouveaux treillis

  • Samuel Bronfman II – 2.3 millions de dollars en 1975

    Samuel Bronfman Junior avait 21 ans quand il fut enlevé par 2 hommes qui en avaient après l’argent de son père, propriétaire de la distillerie Seagram. La rançon fut versée au bout d’une semaine. Le lendemain, le FBI et la police de New-York libérèrent Samuel et arrêtèrent les 2 responsables. Au passage ils récupérèrent l’argent de la rançon. On imagine que pour fêter ça, le daron a payé sa bouteille de whisky maison.

Si vous avez une machine à remonter le temps, évitez donc l’Argentine des 70’s, vous êtes prévenus.

Source : Business Insider

Crédit photo : Aresauburnphotos

 

http://www.topito.com/