Virus Flame Une nouvelle étape dans la cyberguerre


Nous voyons souvent des films ou il est question de d’espionnage informatique, ou de cyberattaque, est-ce vraiment de la fiction ? Et bien non, un nouveau virus coulent dans les veines virtuels Ah ce n’est certes pas les premiers virus mais celui ci selon les experts est très virulents et choisit ses cibles ..
Nuage

 

Virus Flame

Une nouvelle étape dans la cyberguerre

 

Virus Flame - Une nouvelle étape dans la cyberguerre

Photo maxkabakov – Fotolia.com

Agence France-Presse
Glenn Chapman

SAN FRANCISCO – La récente découverte du virus informatique «Flame», opérationnel depuis plusieurs années et dont le potentiel destructeur serait inégalé, confirme les craintes des experts d’assister dans le monde à une nouvelle étape dans la cyberguerre.

«Nous voyons apparaître des programmes informatiques malveillants et des attaques bien plus spécifiques» qu’auparavant, estime David Marcus, directeur de recherche en sécurité chez McAfee Labs, soulignant que la spécificité de ce nouveau virus est que «l’attaquant connaît sa victime et conçoit son logiciel malveillant en fonction de l’environnement dans lequel il va le lancer».

L’éditeur russe de logiciels antivirus Kaspersky Lab a annoncé lundi avoir identifié un virus informatique au potentiel destructeur inégalé, baptisé Flame ou Flamer et utilisé comme une «cyberarme» contre plusieurs pays.

Il a assuré que ce logiciel était «dans la nature depuis plus de deux ans».

Recueillir des informations sur les cibles visées pour ensuite pouvoir concevoir des virus qui s’en prennent à des réseaux spécifiques et aux personnes qui les utilisent est certainement une pratique «à la mode» et constitue un style d’attaque dont la naissance a été annoncée avec la découverte du virus Stuxnet, souligne M. Marcus.

Détecté en juillet 2010, Stuxnet a pris pour cible les systèmes de contrôle informatique fabriqués par le géant industriel allemand Siemens et utilisés en général pour gérer les systèmes de distribution d’eau et les plate-formes pétrolières. Le virus pourrait avoir été spécialement conçu pour s’en prendre aux moteurs qui fournissent l’énergie aux centrifugeuses iraniennes permettant d’enrichir l’uranium.

Flame est «vingt fois plus important que Stuxnet», selon la société Kaspersky.

Il est capable de «voler des informations importantes, pas uniquement contenues dans les ordinateurs, des informations sur des systèmes visés, des documents archivés, des contacts d’utilisateurs et même des enregistrements audio de conversations», a précisé l’éditeur russe.

Selon des médias occidentaux, Flame aurait été exploité pour attaquer le ministère du Pétrole iranien et le principal terminal pétrolier d’Iran.

Après les virus Stuxnet et Duqu, un autre programme semblable, Flame marque «une nouvelle étape» dans la cyberguerre, «et il est important de comprendre que de telles cyberarmes peuvent facilement être utilisées contre n’importe quel pays», a dit Evgueni Kaspersky, directeur général de la société russe.

Flame est particulièrement actif au Moyen Orient, mais sévit aussi dans d’autres zones du monde, a indiqué mardi à l’AFP Laurent Heslault, le directeur des stratégies de sécurité du groupe de sécurité informatique Symantec.

Le nouveau virus a été localisé «un petit peu partout, en l’occurrence plutôt au Proche et Moyen-Orient, notamment dans une banque palestinienne et en Iran, au Liban. Mais aussi, dans une moindre mesure, en Russie, en Autriche, à Hong-Kong, aux Émirats arabes unis», a détaillé M. Heslault.

Il a décrit «une menace très sophistiquée et très modulaire, c’est la boîte à outil du cyberespion dans toute sa splendeur».

«On a vraiment affaire à un outil d’espionnage, qui est capable d’enregistrer un tas de trucs, de voler plein de documents».

«On ne peut pas nier le fait que cette chose soit gigantesque», assure David Marcus.

«Quelqu’un s’est donné beaucoup de mal afin de déconcerter les chercheurs. Nous allons devoir démonter cet aspirateur (de données) pendant un bon moment avant de réussir à comprendre tout ce qu’il était capable de faire».

http://fr.canoe.ca

Les escroqueries en ligne peuvent être d’une simplicité déconcertante


Si vous faites des achats en lignes, il faut user de vigilance pour éviter de se faire arnaquer tout comme les courriels qui vous invitent a cliquer sur un lien dans le but d’entrer dans vos données personnelles .. On en parle souvent et pourtant nombre de personnes continuent a se faire prendre au jeu
Nuage

 

Les escroqueries en ligne peuvent être d’une simplicité déconcertante

 

.

MONTRÉAL – Avez-vous déjà reçu un courriel affirmant qu’un colis n’avait pu être livré et vous invitant à ouvrir la pièce attachée pour des détails?

Ou alors un courriel semblant provenir de votre institution financière vous demandant de changer votre mot de passe?

Les escroqueries concernant les banques et le commerce en ligne peuvent être bien simples, mais efficaces, avertissent les experts.

Avec la popularité croissante des transactions bancaires et du magasinage en ligne, les consommateurs se doivent d’être conscients des stratagèmes pour obtenir des renseignements personnels et financiers, a souligné Kevin Haley, de Symantec, fabricant de programmes de sécurité pour logiciels.

«Ils ne sont pas ces pirates incroyablement brillants», a fait valoir M. Haley, administrateur dans l’équipe d’intervention en sécurité de Symantec à Culver, en Californie.

«Ce sont de bonnes escroqueries faisant appel à notre curiosité et notre désir de savoir ce qui en est. Ils peuvent nous piéger à cliquer sur ces trucs. Tout comme un bon escroc dans le monde réel, ils savent quels sont nos besoins primaires», a-t-il ajouté.

D’autres fois, la cyberfraude peut être plus sournoise.

John — un nom emprunté — s’est fait voler 17 000 $ en ligne de son compte chèque et a vu des dépenses lui être chargées sur sa marge de crédit et des fausses cartes de crédit à son nom.

«J’ai ouvert mon ordinateur portable et vérifié en ligne, et tout l’argent était parti», a-t-il relaté, ajoutant ignorer comment son ordinateur avait été infecté, mais qu’il fonctionnait de manière «étrange».

«C’est un sentiment horrible. Vous vous sentez si vulnérable.»

John a retrouvé les sommes perdues après que sa banque eut déterminé qu’il avait été victime de fraude.


L’Association des banquiers canadiens indique que les fraudes bancaires en ligne ont causé des pertes d’environ 8,5 millions $ en 2010, selon ses plus récentes données disponibles.

En plus des vols d’argent et de renseignements personnels, les consommateurs devraient aussi se méfier de l’achat de biens sur des sites frauduleux.

L’analyste Barry Elliott, du Centre antifraude du Canada, recommande aux consommateurs d’appeler une entreprise pour vérifier l’adresse de son site web.

«Ce que nous constatons en ce qui a trait au magasinage en ligne — et je crois qu’il s’agit du plus grand risque pour tous — est que les sites frauduleux sont si bien faits qu’il est dur de déterminer ceux qui sont illicites», a soutenu M. Elliott.

Les gens doivent aussi se méfier de ce qui semble trop beau pour être vrai en termes d’escompte, a-t-il ajouté.

Les consommateurs peuvent signaler l’achat de biens contrefaits au Centre antifraude, et plusieurs entreprises canadiennes ont embarqué dans le bateau, a-t-il souligné.

«Cela nuit à l’emploi au pays si vous commandez des produits contrefaits en Chine, par exemple. C’est dans notre intérêt pas seulement pour protéger les entreprises canadiennes, mais aussi les consommateurs canadiens pour notre propre économie», a argué M. Elliott.

Visa Canada compte des outils pour les consommateurs et les commerçants pour aider à prévenir la fraude en ligne, dont une technologie de puce dans les cartes de crédit et des systèmes de vérification des coordonnées.

Visa commence aussi à offrir des alertes de transaction sur téléphones mobiles, a indiqué Michael D’Sa, chef des systèmes de sécurité de paiements à Visa Canada.

http://www.985fm.ca

Antivirus ► Facebook se lance sur le marché de la sécurité


Si cela peut aider pour diminuer les risques d’attraper un virus en cliquant sur des liens qui sont infectés alors pourquoi pas .. Car certains y ont eu la malchance de ne pas se fier et se sont retrouver avec des problèmes avec leur comptes et virus
Nuage

 

Antivirus ►Facebook se lance sur le marché de la sécurité

 

Antivirus - Facebook se lance sur le marché de la sécurité

© Shutterstock

Le réseau social Facebook vient de s’associer avec cinq éditeurs d’antivirus, afin de proposer au téléchargement leurs dernières solutions de sécurité. En outre, cet accord devrait permettre d’améliorer sensiblement la qualité de son filtre contre les liens malicieux, avec les propres bases de données de Microsoft, McAfee, Sophos, Symantec et Trend Micro.

Facebook estime à environ 4 % le nombre de pourriels postés parmi tous les liens postés chaque jour sur son réseau. Chaque lien partagé sur Facebook est passé au crible, à travers une base de données incluant des milliers de sites «vérolés», désormais enrichie des éléments en provenance de ses cinq éditeurs partenaires.

En marge de cet accord, Facebook a lancé un marché en ligne de l’antivirus, qui propose de télécharger des versions d’évaluation, gratuites pendant six mois, des produits proposés par Microsoft, McAfee, Sophos, Symantec et Trend Micro. Pour ces éditeurs, il s’agit d’un marché fructueux, fort de 900 millions de membres.

Enfin, ces mêmes partenaires rejoignent la page d’information dédiée à la sécurité de Facebook. Les internautes pourront ainsi être alertés des risques en cours sur le réseau social et, plus généralement, sur internet.

http://fr.canoe.ca