Sydney est enva­hie par une fumée toxique apoca­lyp­tique


L’Australie goûte de plein fouet aux changements climatiques. À cause de la sécheresse, c’est l’est du pays qui brûle depuis 3 mois. À Sydney, la fumée est si dense qu’elle déclenche les détecteurs de fumée dans les maisons.
Nuage

Sydney est enva­hie par une fumée toxique apoca­lyp­tique

par  Malaurie Chokoualé Datou

L’Est de l’Aus­tra­lie suffoque. Encer­clée par des feux qui n’en finissent plus de brûler, la région s’est couverte d’un épais brouillard âcre et la ville de Sydney est enva­hie par une brume apoca­lyp­tique. Il faut dire que des feux de forêt ont fusionné au nord-ouest de la ville, créant un brasier monu­men­tal, de la taille de la ville elle-même.

 D’après Vice, la fumée toxique est si dense qu’elle a même déclen­ché des détec­teurs de fumée.

Sous la brume, le ciel de la capi­tale de Nouvelle-Galles du Sud a pris une teinte orange. Une centaine de feux de brousse font rage depuis plus de trois mois dans l’est de l’Aus­tra­lie, à cause de la séche­resse.

D’après le ministre de l’En­vi­ron­ne­ment de l’État, Matt Kean, « personne ne peut nier » que le chan­ge­ment clima­tique est à blâmer. Il a expliqué au Sydney Morning Herald que tout ceci « n’est pas normal et [que] ne rien faire n’est pas une solu­tion ».

Pendant ce temps-là, la pollu­tion bat des records. À cause de cette brume vicieuse, haïe des asth­ma­tiques, des écoles sont obli­gées de garder leurs élèves constam­ment à l’in­té­rieur des bâti­ments, des chan­tiers sont mis en suspens jusqu’à nouvel ordre, et les services d’ur­gence, qui croulent sous les demandes, observent déjà une augmen­ta­tion des problèmes respi­ra­toires.

Sources : Vice/Sydney Morning Herald

https://www.ulyces.co/

Le plus long vol direct de l’histoire a duré plus de 19 heures


Plus de 19 heures dans les airs pour avion, c’est beaucoup ! C’est ce qu’à fait le Boeing 787-9. Il est parti de New York aux États-Unis, jusqu’au bout du monde en Australie. La compagnie Qantas aimerait bien que ces longs trajets puissent devenir commerciaux. Il y a quand même des conditions a respecter qu’ils sont en train d’étudier. Car voler pendant 19 heures, il faut du repos et d’être en mesure de se dégourdir les membres du corps sans trop être incommodé par le décalage horaire.
Nuage


Le plus long vol direct de l’histoire a duré plus de 19 heures

(Sydney) Le plus long vol sans escale de l’histoire a atterri dimanche matin à Sydney après plus de 19 heures dans les airs depuis son départ de New York, une prouesse que la compagnie Qantas envisage de traduire prochainement en succès commercial.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le vol expérimental QF7879 a voyagé pendant exactement 19 heures et 16 minutes, premier de trois vols au très long cours prévus par la compagnie australienne cette année.

Celle-ci, qui va également tester un direct entre Londres et Sydney, envisage de créer des lignes commerciales régulières sur ces longs trajets.

À l’arrivée, le PDG de Qantas Alan Joyce s’est réjoui d’un « moment vraiment historique », à la fois pour sa compagnie et pour le monde l’aviation dans son ensemble.

« C’est le premier des trois vols d’essai après lesquels nous pourrons voir quelles recommandations nous pouvons faire par rapport à la manière pour les pilotes de gérer leur fatigue, et pour les passagers de gérer le décalage horaire », a déclaré M. Joyce après l’atterrissage à Sydney. « Après 19 heures dans cet avion je pense qu’on a bien réussi. J’ai l’impression d’avoir effectué un vol beaucoup plus court que ça ».

Le Boeing 787-9 Dreamliner parti vendredi soir de l’aéroport John F. Kennedy de New York transportait seulement 49 personnes, essentiellement des employés de Qantas. Le poids en cabine était ainsi réduit, ce qui a permis d’embarquer une quantité suffisante de carburant pour les 16 000 kilomètres du trajet.

PHOTO DAVID GRAY, QANTAS VIA AGENCE FRANCE-PRESSE

Quatre pilotes aux commandes

Selon le site spécialisé flightradar24.com, l’appareil pesait ainsi 233 tonnes au décollage, dont 101 tonnes de kérosène.

Quatre pilotes se sont relayés aux commandes durant le vol.

PHOTO DAVID GRAY, QANTAS VIA AGENCE FRANCE-PRESSE

Le PDG de Qantas Alan Joyce entouré des quatre pilotes

Des chercheurs de deux universités australiennes étaient à bord pour observer la façon dont les passagers ont dormi et se sont alimentés, et surveiller leur niveau de mélatonine, « l’hormone du sommeil ».

À l’issue de l’embarquement, les passagers ont été invités à régler leur montre à l’heure de Sydney.  Ils ont ensuite été tenus éveillés jusqu’à la tombée de la nuit sur la partie orientale de l’Australie.

Pour cela, des exercices physiques leur ont été proposés, de la caféine et des repas épicés ont été servis dans une cabine éclairée.

PHOTO JAMES D. MORGAN, QANTAS VIA AGENCE FRANCE-PRESSE

Six heures plus tard, ils ont eu droit à un repas riche en glucides avant d’être invités à ne plus regarder d’écrans. Les lumières ont ensuite été tamisées afin de favoriser leur endormissement.

Marie Carroll, une chercheuse de l’Université de Sydney qui a mené cette expérience, a expliqué à l’AFP s’attendre à ce que cette méthode innovante contribue à réduire les conséquences du décalage horaire.

« Je m’attends à ce qu’ils aient une journée normale aujourd’hui et une nuit de sommeil normale ce soir », a-t-elle dit, affirmant se sentir « étonnamment bien » compte-tenu de la durée du vol.

« Ajuster les horaires »

« C’est une expérience qui a pour objectif de voir si les compagnies aériennes peuvent ajuster les horaires de nourriture, de boissons, d’exercices et d’éclairage pour être en phase avec l’horaire à destination », a-t-elle précisé.

Les quatre pilotes à bord avaient été équipés d’appareils mesurant leurs ondes cérébrales et leur vigilance.

Toutefois, l’Australian and International Pilots Association (AIPA), syndicat qui représente les pilotes de Qantas, s’est inquiétée de savoir si le temps de repos des pilotes, au cours de ce vol, a été d’une qualité suffisante pour que leurs performances demeurent optimales.

Elle a demandé une « étude scientifique à long terme » sur l’impact de ces vols sur les équipages.

La compagnie aérienne a déclaré que ces vols d’essai ne représentent qu’une partie du travail qu’elle accomplit afin de s’assurer que ses vols soient opérés en toute sécurité.

Le plus long trajet aérien commercial au monde est actuellement une liaison entre New York et Singapour lancée en 2018 par Singapour Airlines, qui dure 18 h 30 selon le site de la compagnie.

https://www.lapresse.ca/

L’Australie suffoque sous une vague de chaleur


Alors que nous avons passé des épisodes de froids extrêmes, l’Australie vie complètement le contraire, des chaleurs extrêmes, tellement que des activités sont annulées et de grands risques de feux de brousse On l’attribut aux changements climatiques. On risque de ne plus aimer nos saisons comme avant
Nuage

 

L’Australie suffoque sous une vague de chaleur

 

Des spectateurs torse nu dans une estrade

À Sydney, des spectateurs d’un tournoi de cricket gèrent la chaleur comme ils le peuvent. Photo : Getty Images/Cameron Spencer

Pendant que l’Amérique du Nord gèle dans des températures polaires, l’Australie, en plein milieu de son été austral, connaît des températures records qui mettent à mal la population et déclenche des incendies de brousse.

RADIO-CANADA AVEC AGENCE FRANCE-PRESSE ET BBC

La métropole australienne Sydney a connu dimanche sa journée la plus chaude depuis 1939. Le mercure y a largement dépassé les 40 °C, pour atteindre 47,3 °C dans l’une de ses banlieues.

La chaleur a entraîné l’annulation de certains matchs du tournoi de tennis de Sydney. Une compétitrice, la Française Kristina Mladenovic, s’est excusée sur Twitter auprès de ses supporters pour avoir dû quitter le court.

« Je pense que c’est la première fois de ma carrière que je dois quitter un match », a-t-elle écrit.

Des photojournalistes ont aussi dû abandonner leur poste autour des courts parce que leurs appareils ont cessé de fonctionner.

Destruction par le feu

Les autorités ont émis une interdiction totale de faire des feux afin d’éviter de nouveaux incendies dans le pays.

Plusieurs sinistres se sont déclarés samedi, rasant des maisons dans les États de Victoria et d’Australie-Méridionale.

Déjà, en septembre, les Australiens avaient été prévenus que des incendies de brousse étaient à prévoir pendant leur été, en raison d’un hiver particulièrement sec entre les mois de juin et septembre.

Entre décembre 2016 et février 2017, plus de 200 records de températures ont été battus en Australie, qui a connu des vagues de chaleur, des incendies et des inondations pendant cette saison.

D’après les climatologues, le changement climatique a provoqué la hausse des températures sur terre et en mer, conduisant à des épisodes météorologiques extrêmes.

Du fait de sa population relativement faible (24 millions d’habitants), eu égard à la taille de son territoire, et de sa très forte dépendance au charbon, l’Australie est un des pires émetteurs per capita de gaz à effet de serre.

http://ici.radio-canada.ca/

Une spectaculaire barre de nuages frappe Bondi Beach, à Sydney


C’est vraiment impressionnant. Ce que nous ne pouvons pas contrôler peut nous faire de grande frayeur.
Nuage

 

Une spectaculaire barre de nuages frappe Bondi Beach, à Sydney

 

Ceux qui se sont rendus vendredi à Bondi Beach, une plage de Sydney, en Australie, ont eu droit à un spectacle à la fois magistral et épeurant. Un énorme nuage chargé de pluie venu de l’océan a rejoint le continent, donnant l’illusion qu’une vague immense allait déferler sur le continent.

« En marchant vers la plage, j’avais l’impression qu’une vague gigantesque venant de l’océan était sur le point de nous inonder! », a dit Hannah Murphy à la chaîne CNN.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Des selfies devant la prise d’otages à Sydney


Tout le monde ou presque ont entendu parler de la prise d’otages à Sydney dans un café. Que les réseaux sociaux en parlent et montrent des photos de l’endroit, cela fait partie de notre réalité d’aujourd’hui, mais des selfies faut vraiment être idiot pour faire ce genre de chose alors que des vies sont en danger
Nuage

 

Des selfies devant la prise d’otages à Sydney

 

Des passants qui se prennent en photo devant le café Lindt où se déroule une... (PHOTO TIRÉE DE TWITTER)

PHOTO TIRÉE DE TWITTER

SYDNEY – Souriez, ceci est une prise d’otage. Ce lundi 15 décembre, durant la prise d’otages de Sydney, les réseaux sociaux ont donné lieu à de belles initiatives telles que la mise en place de services de covoiturage pour les personnes craignant un attentat dans les transports en commun. Mais certains témoins se sont aussi empressés d’y partager des selfies pris devant le café où plusieurs personnes sont prisonnières d’un homme armé.

Ces dernières heures, les internautes ont découvert les photos de plusieurs passants se photographiant devant le barrage de police. Quatre selfies différents, au minimum, ont été publiés sur Instagram.

selfie sydney siege otages prise

selfie sydney otages

selfie sydney groupe otage

Sur place, d’autres passants ont été pris en flagrant délit, comme le montre ici cette photo diffusée sur Twitter par un rédacteur de Buzzfeed Australia:

Des passants qui se prennent en photo devant le café Lindt où se déroule une... (PHOTO TIRÉE DE TWITTER)

Relayés par plusieurs médias comme le DailyMail, ces selfies ont été vivement critiqués par les internautes. Ainsi, les deux premières photos présentées ici ont été supprimées des comptes Instagram de leurs auteurs. Le troisième passant a quant à lui fermé son compte au public.

http://www.huffingtonpost.fr

Australie: un nouveau-né retrouvé dans un drain après cinq jours, la mère accusée de tentative de meurtre


Je peux comprendre qu’une mère soit désemparée avec un nouveau-né et qu’elle le rejette, mais de l’abandonner de la sorte est vraiment cruelle. Je pense qu’il serait préférable pour éviter ce genre de drame, d’avoir des lieux ou les mères qui veulent abandonner leur enfant incognito puisse le faire sans avoir peur d’être poursuivie
Nuage

 

Australie: un nouveau-né retrouvé dans un drain après cinq jours, la mère accusée de tentative de meurtre

 

SYDNEY – Une mère australienne, dont le nouveau-né a été retrouvé en vie dans un fossé de drainage après y avoir séjourné cinq jours, a été inculpée lundi de tentative de meurtre, a annoncé la police.

Des cyclistes alertés par des cris ont découvert le bébé dimanche matin dans ce puits de drainage des eaux de 2,5 mètres de profondeur, en bordure d’une piste cyclable, à l’ouest de Sydney.

Le puits était refermé par un lourd couvercle en béton et plusieurs personnes ont dû réunir leurs efforts pour parvenir à le déplacer.

Ils ont retrouvé le nourrisson, un petit garçon, au fond du puits. Il était enveloppé dans une couverture d’hôpital et son cordon ombilical était clampé.

La police a passé plusieurs heures à passer au peigne fin les services des admissions hospitalières et à frapper aux portes avant d’interpeller la mère de 30 ans.

Celle-ci a été placée en détention provisoire.

«Une femme a été inculpée de tentative de meurtre après la découverte d’un nouveau-né dans une canalisation dimanche», a déclaré la police dimanche. «La police estime que le bébé, né lundi, a été placé dans la canalisation mardi 18 novembre».

Le bébé a été hospitalisé. Son état est décrit comme stable.

D’après la police, il est peu vraisemblable qu’il aurait pu survivre beaucoup plus longtemps alors que les températures ont grimpé à 40 degrés Celsius dimanche à Sydney.

«Il souffrait déjà de malnutrition et la déshydratation aurait fait son oeuvre», a déclaré un policier.


http://quebec.huffingtonpost.ca

Australie : pourquoi 5000 cadavres de chauves-souris sont-ils tombés du ciel ?


Pendant qu’ici le temps est plus froid, en Australie, c’est une chaleur accablante qui a fait un hécatombe parmi les chauves-souris. C’est un drame, car elles sont importantes dans l’écosystème. Cependant, les bébés qui sont encore en vie, sont récupérés pour recevoir des soins
Nuage

 

Australie : pourquoi 5000 cadavres de chauves-souris sont-ils tombés du ciel ?

 

Photo : CAPTURE D’ÉCRAN TWITTER – DEE HARTIN

Les rues de Casino, à 600 km au nord-est de Sidney, sont devenues noires depuis samedi. Le sol de la petite ville australienne est jonché de plus de 5000 cadavres de roussettes, une race de chauve-souris. Une mort soudaine et massive provoquée par une hausse inhabituelle des températures, qui sont montées jusqu’à 44 degrés ce week-end.

Une odeur insupportable

Les résidents de ce quartier calme ont assisté à un spectacle désolant.

« Les chauves-souris n’étaient pas seulement partout où je regardais au sol, mais aussi suspendues dans les arbres, mortes. Beaucoup de petits s’attachaient au cadavre de leur mère. J’ai été affligé de voir une telle perte massive de la vie », a témoigné Dee Hartin, l’auteur de la photo, au Huffington Post UK.

Si certaines zones sont désormais inaccessibles, c’est surtout l’odeur qui est devenue insupportable. La chaleur ne favorise pas une décomposition discrète des carcasses. Une opération de déblaiement a été lancée.

Sauvetage des bébés

Quant aux bébés encore en vie, les membres de WIRES, une association de sauvetage des animaux, s’activent pour les secourir. Chacun doit être réhydraté et pris en charge individuellement.

En revanche, le directeur du conseil de la vallée de Richmond, John Walker, a déconseillé à la population de s’approcher de la zone :

« Les gens ne devraient pas essayer d’aider les chauves-souris vivantes eux-mêmes car elles pourraient transmettre le lyssavirus en mordant ou en griffant », a-t-il précisé au Daily Telegraph.

L’urgence est en tout cas notable. Les roussettes sont essentielles au maintien des forêts. Elles dispersent en effet les graines et profitent à la pollinisation des fleurs.

 

http://www.metronews.fr/