Se geler au sirop contre la toux


C’est triste  de voir que des chanteurs propagent une drogue à la porter de tous. Des intoxications, des surdoses sont possibles avec un simple sirop contre la toux et de l’alcool … ou d’une boisson gazeuse claire.
Nuage

 

Se geler au sirop contre la toux

Le rappeur Lil Wayne été hospitalisé en 2013... (PHOTO AP)

Le rappeur Lil Wayne été hospitalisé en 2013 après une surdose de «Purple Drank».

PHOTO AP

JEAN SIAG

La Presse

C’est le nouvel élixir d’une jeunesse en quête de sensations : du sirop contre la toux avec de la codéine ou un antihistaminique mélangé avec du Sprite ou de l’alcool. Une mixture violette appelée « Purple Drank », « Sizzurp », « Lean » ou « Mud », popularisée par des DJ et des rappeurs américains comme Future, Soulja Boy, Young Thug ou Lil Wayne, qui a même été hospitalisé en 2013 après une surdose du savant mélange…

Ici, le phénomène est apparemment marginal, mais les expériences planantes de ses adeptes sont abondamment relayées sur les réseaux sociaux. La découverte récente du cocktail en France et au Québec a ainsi commencé à se propager.

Pourquoi en parle-t-on aujourd’hui ? Des cas d’intoxication au Purple Drank ont été rapportés par certains médias la semaine dernière à Montréal. Selon quelques jeunes interrogés par La Presse, le cocktail serait consommé dans certains cégeps. Le breuvage mauve est également apprécié par le milieu de la musique hip-hop. L’effet recherché ? La sensation de flottement ou d’engourdissement ressentie grâce à la combinaison de ces deux puissants dépresseurs : codéine et alcool.

La voix éthérée de Lil Wayne y est directement reliée. Idem pour le rappeur Future, qui a même écrit une chanson sur la fameuse boisson, Codeine Crazy. Son vidéoclip où les images floues se superposent sur fond violet magnifie l’effet hallucinogène du mélange.

http://www.lapresse.ca/

Le rhume et la grippe en 5 questions


On entend souvent dire d’une personne qu’elle a la grippe, alors qu’il se peut que ce soit le rhume. La différence est les symptômes et l’un comme l’autre a besoin de temps, du repos et une bonne hydratation pour se remettre sur pied
Nuage

 

Le rhume et la grippe en 5 questions

 

Photo Fotolia

 

Avec le froid de l’automne, vient aussi la saison tant redoutée du rhume et de la grippe. S’il n’est pas toujours possible d’éviter de tomber malade, il est tout de fois possible de limiter les symptômes.

Entrevue avec Philippe De Grandpré, pharmacien.

1. Comment différencie-t-on le rhume de la grippe?

Le rhume et la grippe sont deux virus complètement différents. On a tendance à les confondre, mais dans les faits ils ont des symptômes assez différents.

Pour ce qui est de la grippe, on parle plutôt de fièvre de 38 à 40 degrés Celsius, de maux de tête et de douleurs musculaires, de courbatures. Dans le cas d’une grippe, il est conseillé de rester à la maison et de porter un masque si l’on doit absolument sortir,

Les symptômes du rhume sont quant à eux plus communs (un adulte a en moyenne 2 à 4 rhumes par année). On parle de mal de gorge et de toux, d’écoulement nasal ou congestion, parfois de mal de tête ou d’oreilles, causés par la congestion.

Les deux virus sont les 2 très contagieux, il est donc conseillé de se laver les mains le plus souvent que possible et d’éviter les contacts directs avec les gens qu’on rencontre.

2. Vaut mieux prévenir que guérir, comment éviter de contracter ces virus?

Pour ce qui est de la grippe, il est toujours possible de se faire vacciner. Il s’agit en effet du moyen le plus efficace de l’éviter.

On ne le dira jamais assez souvent, en période saisonnière de rhume et de grippe, il est aussi important de se laver les mains très souvent.

Sinon, comme pour n’importe quel virus, de bonnes habitudes de vie (sommeil, alimentation, activité physique et hydratation) sont toujours à prescrire.

3. Comment traiter le rhume et la grippe?

Lorsqu’on contracte le rhume ou la grippe, les traitements sont surtout symptomatiques, ils contribuent donc surtout à diminuer l’inconfort des symptômes liés au virus.

On peut prendre un sirop pour la toux, de l’acétaminophène ou de l’ibuprofène pour les maux de tête, la fièvre ou les courbatures, des décongestionnants ou des expectorants pour la congestion.

4. Quels sont les risques associés à la médication?

Tous les médicaments mentionnés sont à prendre selon la posologie. Il est bien important de lire les étiquettes pour bien la connaître.

Il faut aussi être très prudent lorsqu’on a plusieurs symptômes et qu’on veut prendre plus d’un médicament, car souvent plusieurs de ces médicaments contiennent les mêmes ingrédients et il pourrait y avoir risque d’intoxication ou de surdose. Surtout d’acétaminophène, qui est présent dans pratiquement tous les traitements pour le rhume ou la grippe. Il faut faire bien attention de ne jamais consommer plus de 4000 mg d’acétaminophène par jour, car une surdose pourrait causer des problèmes au foie.

Comme pharmacien, je vois souvent des patients qui arrivent au comptoir avec deux ou trois médicaments qui sont en fait la même chose. Il faut être prudent là-dessus et ne pas hésiter à poser des questions à son pharmacien dans le doute. Il y a aussi des outils web comme http://fr.getreliefresponsibly.ca/ qui peuvent vous aider dans votre choix de médicaments.

5. Y-a-t-il des alternatives naturelles aux médicaments?

Les solutions d’eau saline peuvent vous aider pour la congestion nasale, alors que l’échinacée peut aider pour une réduction légère des symptômes. Le ginseng, qu’on retrouve dans des produits comme le coldfx, permet aussi de réduire les symptômes du rhume et peut aussi être utilisé en prévention. Néanmoins, les médicaments à base d’ingrédients naturels sont souvent moins efficaces dans le traitement de la douleur.

Il ne faut pas non plus oublier de s’hydrater. C’est pourquoi le bon vieux bouillon de poulet ou la tisane au citron et au miel sont aussi des remèdes à utiliser en parallèle de vos médicaments.

Malgré tout, le remède par excellence reste le temps et le repos. On cherche souvent le remède miracle en prenant beaucoup de médicaments, mais il faut souvent tout simplement prendre le temps de guérir.

http://fr.canoe.ca

Dépasser la dose à répétition est dangereux


Les surdoses d’acétaminophène sont plus fréquente que l’on pense car souvent on oubli qu’il peut avoir de l’acétaminophène dans d’autres médicaments que l’on prend pour le rhume et la toux
Nuage

 

Dépasser la dose à répétition est dangereux

 

© Joe Raedle / Getty Images / Archives

Agence QMI

 

Royaume-Uni – Dépasser à répétition la dose d’acétaminophène recommandée peut causer une surdose fatale, selon des chercheurs de l’Université d’Édimbourg, en Écosse.

Selon les scientifiques, le danger est d’autant plus grand qu’une surdose peut être difficile à diagnostiquer. En effet, une analyse permet d’évaluer la concentration d’acétaminophène dans le sang du patient. Mais en cas de surdose à répétition, la concentration dans le sang peut être faible alors même que les risques d’insuffisance hépatique et de décès causés par cette dose excessive sont élevés

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont analysé les données de 663 personnes hospitalisées à la suite d’une surdose d’acétaminophène. La dose recommandée est de 4g par jour, soit huit comprimés de 500mg chacun.

En janvier dernier, Santé Canada avait déjà émis un avertissement à ce sujet, rappelant les risques liés à la surdose d’acétaminophène, notamment en ce qui concerne des dommages hépatiques très graves pouvant mener au décès du patient.

Santé Canada a rappelé que la dose maximale peut être dépassée si l’on prend plusieurs produits en même temps, comme des décongestionnants, des médicaments contre la toux et le rhume, et des analgésiques.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans le British Journal of Clinical Pharmacology.

http://sante.canoe.com