Le Saviez-Vous ► L’histoire américaine ne doit plus passer sous silence la barbarie des femmes


Un sujet intéressant sur la violence des femmes face aux esclaves aux États-Unis. Je ne suis pas surprise que les femmes ont usé autant (sinon plus) de violence et cruauté envers les esclaves. Des exemples donnés par des esclaves de ces femmes. L’auteur fait une analogie avec les enfants qui ont été séparées les parents immigrés de leurs enfants. Un couple blanc interrogé si cela leur arrivait, prétendait que cela était impossible, car il n’avait rien en commun avec les immigrés. Aussi l’organisation des femmes blanches de l’extrême droite américaine. Ce qui me surprend par contre, c’est qu’en 2019, le racisme et le comportement envers des gens de d’autres ethnies est encore d’actualité autant en Amérique que sur les autres continents, Nous n’avons pas vraiment évoluer sur ce sujet …
Nuage

 

L’histoire américaine ne doit plus passer sous silence la barbarie des femmes

 

Une femme de la Nouvelle-Orléans avec sa jeune esclave, dans les années 1850 | The Burns Archive via Wikimedia Commons

Une femme de la Nouvelle-Orléans avec sa jeune esclave, dans les années 1850 | The Burns Archive via Wikimedia Commons

Rebecca Onion — Traduit par Yann Champion

Un nouvel ouvrage historique montre que les femmes esclavagistes aux États-Unis étaient aussi brutales que les hommes et tiraient autant parti qu’eux de l’exploitation humaine.

L’historienne Stephanie E. Jones-Rogers ouvre son excellent dernier livre, They Were Her Property: White Women as Slave Owners in the American South («Ils étaient sa propriété: les femmes blanches esclavagistes dans le Sud américain») par l’histoire de Martha Gibbs, propriétaire d’une scierie dans le Mississippi, qui possédait également «un nombre important d’esclaves».

L’un d’eux, Litt Young, décrivait sa propriétaire comme une femme qui exerçait un contrôle total sur ses affaires financières, y compris dans la gestion de ses esclaves. Young se souvenait aussi, par exemple, de la manière dont le deuxième mari de Gibbs avait tenté –en vain– de la convaincre d’arrêter d’ordonner à son contremaître d’administrer «des coups de fouet brutaux».

Après la défaite des Confédérés, Gibbs «partit se réfugier»: elle emmena avec elle au Texas une partie de ses esclaves, sous la menace d’une arme à feu, et les força à travailler pour elle jusqu’en 1866

«un an après, ces personnes légalement libres mais encore esclaves de facto “lui donnaient sa première récolte”. Puis, écrit Stephanie E. Jones-Rogers, Martha Gibbs les laissa partir.»

Bien plus que des témoins innocents

Écrits dans les années 1970 et 1980 par des spécialistes de l’histoire des femmes, les premiers livres traitant des femmes esclavagistes s’intéressaient généralement aux riches femmes du Sud qui avaient pris ce rôle à la mort de leur mari ou de leur père. Les femmes de ces ouvrages étaient dépeintes comme ayant un dilemme par rapport à leur rôle d’esclavagiste.

Certaines historiennes ou historiens supposaient d’ailleurs que les maîtresses de ces plantations étaient elles-mêmes contraintes et opprimées par la société patriarcale sudiste. D’après ces versions de l’histoire, les femmes qui possédaient des esclaves ne s’impliquaient pas personnellement dans la gestion quotidienne des esclaves, et elles s’occupaient encore moins d’en acheter ou de les vendre.

Au sein d’un mariage, le fait de posséder ses propres esclaves pouvait permettre à une femme de garder une certaine indépendance.

Ce sont précisément ces suppositions au sujet du côté passif et plein de remords des femmes esclavagistes que Stephanie E. Jones-Rogers remet en cause dans son livre –et avec elles, l’idée que les femmes blanches n’étaient que les témoins innocents de l’esclavagisme des hommes blancs. Son but, m’a-t-elle expliqué par téléphone, était de montrer comment les femmes blanches avaient profité économiquement de la possession d’esclaves.

L’esclavage permit à certaines femmes de trouver un mari. Au sein d’un mariage, le fait de posséder ses propres esclaves pouvait permettre à une femme comme Martha Gibbs de garder une certaine indépendance. Et si le mari venait à mourir, ou à être mauvais en affaires, la femme pouvait trouver un moyen de conserver les «propriétés humaines», ce qui lui offrait la possibilité d’assurer sa sécurité matérielle.

Propriétaires au même titre que les hommes

Stephanie E. Jones-Rogers a commencé à changer de point de vue en se détournant des lettres et carnets intimes des femmes de l’élite, qui constituaient l’essentiel de la base documentaire d’autrefois, pour leur préférer les témoignages des personnes qui avaient été asservies.

En analysant les récits des anciens esclaves rassemblés durant la Grande Dépression par la Works Progress Administration (WPA) –le récit de Litt Young en faisait partie–, l’historienne a trouvé de multiples témoins qui donnaient les noms des femmes qui les avaient possédés –et qui n’étaient pas simplement des «maîtresses», mais de véritables propriétaires, avec tout ce que cela impliquait.

Elle a aussi découvert des récits montrant que ces femmes «insistaient sur leurs revendications à la propriété lors de conversations avec les esclaves ou en leur présence» et qu’elles «contestaient le droit accordé aux hommes de contrôler leurs propriétés, qu’il s’agisse d’esclaves ou autres».

En examinant d’autres types de documents, Stephanie E. Jones-Rogers s’est aperçue que l’on trouvait des cas de femmes propriétaires d’esclaves dans toutes les archives de l’esclavage aux États-Unis: dans les annonces passées dans les journaux lorsque des esclaves s’enfuyaient, où elles s’identifiaient comme les propriétaires des fugitifs, parmi les bénéficiaires d’indemnisations, lorsque leurs esclaves, accusés d’avoir fomenté une insurrection, avaient été exécutés ou revendus, ou dans la liste des personnes dédommagées par les villes qui réquisitionnaient des esclaves pour effectuer des travaux publics.

Les femmes mariées, qui selon la doctrine juridique de la coverture n’avaient habituellement plus le droit de posséder des biens une fois qu’elles avaient un époux, intentaient des actions en justice afin de conserver leurs droits économiques sur les esclaves qu’elles détenaient avant leur mariage. Et les juges accédaient souvent à leurs requêtes.

Cruauté envers les mères et leurs enfants

Les témoignages de la WPA montrent que du point de vue des esclaves, les femmes esclavagistes n’étaient pas très différentes de leurs homologues masculins. Beaucoup d’entre elles étaient tout aussi cruelles que les hommes, et elles n’hésitaient pas à prendre la décision de «revendre» leurs esclaves ou les membres de leur famille.

Plusieurs récits montrent clairement que les femmes du Sud qui possédaient des esclaves n’étaient pas, comme on le pense parfois, de douces «mères» faisant au mieux dans une situation difficile. Elles n’hésitaient pas à fouetter leurs esclaves avec des orties ou à donner de la viande pourrie aux enfants esclaves.

Stephanie E. Jones-Rogers consacre également tout un chapitre à l’horrible pratique qui consistait à séparer les femmes esclaves de leur nouveau-né, afin qu’elles puissent servir de nourrices et allaiter les enfants de leur maîtresse.

«Si l’on observe attentivement la manière dont les femmes traitaient leurs esclaves, il ressort qu’elles différaient très peu des hommes esclavagistes –et qu’elles traitaient très rarement leurs esclaves comme leurs enfants», écrit Stephanie E. Jones-Rogers.

«En repensant au chapitre sur les nourrices allaitantes, j’ai fait le rapprochement avec la politique de séparation des femmes sans papiers et de leurs enfants mise en place par Trump, explique Stephanie E. Jones-Rogers. J’ai lu une interview d’un couple de Blancs du Texas, dans une région proche de la frontière. Les journalistes ont interrogé la femme et lui ont demandé comment elle se sentirait s’il s’agissait de ses enfants. Et elle a répondu, en gros, que “ça ne pourrait pas être ses enfants”.»

«Elles pensaient que les relations avec leurs enfants n’avaient absolument aucun point commun avec celles de leurs esclaves.» Stephanie E. Jones-Rogers, historienne

La propriétaire d’esclaves qui a obligé la mère de T.W. Cotton, interviewé par la WPA, à allaiter son propre enfant, forçant le petit Cotton à se nourrir «de lait animal ou de bouillie en biberon, pratique dangereuse que de nombreux médecins déconseillaient fortement à cette époque», comme l’écrit Jones-Rogers, ne considérait probablement pas cette séparation comme étant difficile émotionnellement et physiquement, tant pour la mère que pour l’enfant.

«Lorsque les esclavagistes séparaient les mères esclaves de leurs enfants, elles ne s’imaginaient pas dans une situation identique, soutient Jones-Rogers. Elles se considéraient comme très différentes des femmes à leur service et pensaient que les relations avec leurs enfants n’avaient absolument aucun point commun avec celles de leurs esclaves.»

En finir avec l’historiographie de la surprise

Le fait que des femmes blanches soient capables d’infliger des violences et de manipuler avec cruauté la vie d’autres personnes, ce que Stephanie E. Jones-Rogers a qualifié dans notre conversation de «malfaisance et ignominie», ne cesse de stupéfier certaines personnes –qui, soyons honnêtes, sont sans doute principalement blanches.

Ce qui explique pourquoi on peut encore lire des articles étonnés sur l’«étrange phénomène» des femmes blanches au sein de l’extrême droite américaine ou qui participent aux manifestations «Unite the Right».

Nous devons également rappeler encore et encore que les femmes blanches assistaient avec plaisir aux lynchages, s’enrôlaient par milliers pour former une organisation auxiliaire du Ku Klux Klan et protestaient férocement contre l’intégration de la population noire dans les établissements scolaires, tant dans le Sud que dans le Nord.

L’histoire de la relation entre les femmes esclavagistes et l’esclavage, explique Jones-Rogers, devrait «mettre un terme à cette surprise».

«Si vous pensez à la valeur, à l’importance d’être blanc dans leur vie, le fait que ce soit une source de pouvoir, que cela leur donne un poids politique, une influence, alors ces petits détails qui ponctuent l’histoire ont un sens, affirme-t-elle. Les femmes n’ont rien à envier aux hommes quand il s’agit de violence.»

Peut-être est-ce un travers particulièrement américain de vouloir croire que les femmes blanches ne sont pas coupables des cruautés de l’histoire américaine. Stephanie E. Jones-Rogers raconte que lorsqu’elle présentait son travail à des universitaires européens, ils ne montraient aucune surprise en découvrant son contenu:

«Il existait une sorte de consensus entre eux sur le fait que les femmes étaient tout à fait capables de commettre de tels actes. Mais lorsque j’en ai parlé à des historiens et des universitaires américains, tous ont exprimé leur stupéfaction.»

Pendant qu’elle rédigeait son livre, Stephanie E. Jones-Rogers a lu Les furies de Hitler, l’ouvrage de Wendy Lower sur la participation des femmes nazies dans le génocide sur le front de l’Est durant la Seconde Guerre mondiale.

«Wendy Lower soutient, entre autres, que la raison pour laquelle nous sommes choqués est que nous nous raccrochons à l’espoir qu’au moins la moitié de l’humanité n’est pas complètement mauvaise, résume Jones-Rogers. Nous devons avoir un peu d’humanité pour ressentir cette empathie naturelle, inhérente. Lorsque l’on découvre que les femmes peuvent être aussi vicieuses et atroces, ça fait perdre tout espoir, parce qui nous reste-t-il d’autre?»

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► L’assassinat de Lincoln, et ses liens avec le Québec


Cela fait 150 ans qu’Abraham Lincoln a été assassiné dans un théâtre à Washington. Ce épisode de l’histoire, nous la connaissons tous en Amérique, enfin, je crois. Ce qui est moins connu par contre, c’est ou le plan de cet assassinat aurait été probablement conçu et qu’un soldat d’origine québécoise avait pour mission de faire prisonnier vivant l’assassin
Nuage

 

L’assassinat de Lincoln, et ses liens avec le Québec

 

Une lithographie de l'assassinat imprimée par Gibson &... (Archives Reuters)

Une lithographie de l’assassinat imprimée par Gibson & Co. en 1870.

ARCHIVES REUTERS

MICHELLE MCQUIGGE
La Presse Canadienne

Certains historiens se plaisent à rappeler cette semaine les liens qui peuvent être établis entre le Québec et l’assassinat du président américain Abraham Lincoln, il y a eu 150 ans mercredi.

Six mois avant l’assassinat du président anti-esclavagiste, son meurtrier, John Wilkes Booth, fomentait déjà ses sombres desseins lorsqu’il séjournait à l’hôtel St.Lawrence Hall, rue St.James – aujourd’hui rue Saint-Jacques, dans le Vieux-Montréal.

L’historien canadien John Boyko soutient que Wilkes Booth et d’autres sympathisants sudistes avaient choisi Montréal pour se réunir parce que la métropole du Canada-Uni était alors reconnue pour être un repaire de confédérés américains.

Et quelques mois plus tard, lorsque le président Lincoln a été assassiné au théâtre Ford, à Washington, le 15 avril 1865, c’est à un soldat d’origine québécoise que les autorités ont confié le mandat de retrouver l’assassin, rappelle M. Boyko.

Edward P. Doherty, qui faisait partie de l’armée de l’Union même s’il était né au Québec – il avait émigré à New York -, était en charge de la mission visant à capturer vivant John Wilkes Booth, indique l’historien.

Dix jours après l’assassinat du président, un des soldats du commando spécial a cependant dérogé aux ordres et a abattu mortellement Booth, qui se cachait dans une grange de Virginie

http://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► L’assassinat d’Abraham Lincoln élaboré à Montréal?


Est-ce que Montréal a été témoin d’un complot du président des États-Unis Abraham Lincoln en avril 1865 ? Que des suppositions, cependant, il semble quand même que cela soit possible, étant donner que John Wilkes Booth aurait été entendu dans un lieu public avec des propos plutôt menaçant devant sa future victime. Bien sûr d’autres indices sont présents, mais cela n’aurait pas été assez pour établir hors de tout doute ce lien avec Montréal
Nuage

 

L’assassinat d’Abraham Lincoln élaboré à Montréal?

 

Abraham Lincoln... (PHOTOTÈQUE LA PRESSE)

Abraham Lincoln

PHOTOTÈQUE LA PRESSE

Andy Blatchford
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

L’anniversaire d’un lien peu connu entre le Canada et l’assassin du président américain Abraham Lincoln sera souligné sans cérémonie cette semaine: il y a 150 ans, John Wilkes Booth rencontrait des leaders confédérés à Montréal. Six mois après sa visite dans la métropole, Booth ouvrait le feu sur le président Lincoln, l’atteignant à la nuque.

 

John Wilkes Booth a assassiné le président américain Abraham Lincoln en avril 1865.

PHOTO AP/PC

Certains indices laissent croire que le mystérieux voyage de Booth à Montréal, en octobre 1864, a été l’élément précurseur de l’assassinat de Lincoln dans un théâtre de Washington, en avril 1865. À l’époque, la cause des Confédérés bénéficiait d’une sympathie considérable à Montréal, une ville considérée comme un lieu de prédilection pour les agents des États confédérés d’Amérique.

Mais les autorités n’ont jamais trouvé de preuves permettant d’établir un lien avéré entre l’assassinat du président et le séjour de Booth à Montréal.

«Il est clair que Booth est venu Montréal, et il pourrait bien avoir discuté de son plan, mais nous n’avons jamais été en mesure de le déterminer», explique Adam Mayers, auteur de Dixie & The Dominion: Canada, the Confederacy and the War for the Union.

«Ce qui fait toujours l’objet d’un débat, c’est de savoir si ses sympathisants au Canada ont été impliqués de façon concrète dans le complot pour assassiner Lincoln, et bien entendu, cela n’a jamais été prouvé.»

Même sans lien canadien confirmé, des preuves laissent penser que le séjour de Booth à Montréal, six mois avant l’assassinat, pourrait avoir établi les bases du complot.

Les livres d’histoire montrent que le célèbre acteur de théâtre s’est enregistré le 18 octobre 1864 au prestigieux St-Lawrence Hall, un hôtel du Vieux-Montréal réputé être le quartier général des Confédérés au Canada.

Des témoins auraient vu Booth discuter avec des responsables des États confédérés et l’auraient entendu exprimer ouvertement son mépris envers Lincoln.

Les remarques faites par Booth lors d’une partie de billard dans le salon de l’hôtel ont pris tout leur sens six mois plus tard, a écrit Clayton Gray dans son livre Conspiracy in Canada, publié en 1950.

«De face ou de dos, cela ne fait pas de différence», aurait dit un Booth éméché à son interlocuteur, avec qui il parlait de la prochaine élection présidentielle américaine, en novembre 1864.

«Le contrat d’Abe est presque terminé, et qu’il soit réélu ou non, il sera fini…»

«J’aime votre style canadien. Je devrais afficher un air canadien, parce que certains d’entre nous […] pourraient devoir s’installer ici bientôt.»

John Wilkes Booth a aussi laissé derrière lui de l’argent canadien entouré de son propre mystère.

Quand les autorités ont coincé puis tué Booth en Virginie quelques semaines après l’assassinat de Lincoln, il avait sur lui une lettre de change de l’Ontario Bank à Montréal, datée du 27 octobre 1864.

Un livret bancaire de la même institution, estampillé de la même date, a aussi été découvert dans ses effets personnels.

«Il a encaissé toutes sortes de monnaies et il avait une traite bancaire quand ils l’ont capturé, rappelle M. Mayers. Il l’avait dans sa poche, et c’est pour cela que tout le monde dit qu’il y a un «lien canadien» avec l’assassinat.»

À travers son compte bancaire, le lien entre Booth et Montréal s’est poursuivi après sa mort.

Son compte à l’Ontario Bank, une institution acquise par la Banque de Montréal en 1906, est resté ouvert avec un solde de 455 $ pendant une période indéterminée après sa mort.

«La famille a refusé [l’argent] ou ne voulait rien savoir de ce compte», a indiqué une porte-parole de la Banque de Montréal, Jessica Leroux, dans un courriel, en attribuant l’information à un livre écrit en 1967 par l’historien de l’institution, Merrill Denison.

Selon Mme Leroux, les avoirs bancaires de Booth ont été décrits au fil des ans comme de «l’argent taché de sang».

Le chef des services secrets confédérés au Canada, Jacob Thompson, avait lui aussi un compte à l’Ontario Bank. Lors du procès des conspirateurs ayant participé à l’assassinat de Lincoln, des témoins ont déclaré que Thompson avait été vu avec Booth au St-Lawrence Hall.

«Les espions et les badauds pouvaient difficilement ignorer le fait que John Wilkes Booth, une célébrité bien connue, parlait à de hauts responsables des États confédérés», a écrit l’auteur Michael W. Kauffman dans son livre, American Brutus: John Wilkes Booth and the Lincoln Conspiracies.

«Ce qu’il a fait [à Montréal] fait toujours l’objet d’un débat. Des témoins ont déclaré en 1865 avoir vu Booth avec différents responsables, parlant ouvertement de leur complot contre Lincoln. Mais la valeur de ce témoignage n’a pas été comprise de tous; après tout, il décrivait un niveau d’imprudence qui défiait le bon sens.»

Durant la guerre de Sécession, les Confédérés ont utilisé Montréal comme base, en grande partie pour sa sophistication et le bon réseau de communications dont bénéficiait la ville, affirme M. Mayers.

Il ajoute que plusieurs d’entre eux, pour échapper aux grandes chaleurs de l’été dans le sud des États-Unis, allaient passer leurs vacances dans les Cantons-de-l’Est.

Au Canada, les sudistes bénéficiaient de la sympathie des habitants.

«Ils détestaient les Yankees», rappelle M. Mayers au sujet des Canadiens de l’époque, qui considéraient les gens de la Nouvelle-Angleterre comme des expansionnistes agressifs.

Dans son livre, M. Mayers rappelle à quel point John Wilkes Booth était populaire à Montréal et comment il avait «électrisé» le public en octobre 1864 avec ses représentations du Marchand de Venise de William Shakespeare et de The Charge of the Light Brigade d’Alfred Tennyson.

Mais malgré tout le soutien dont bénéficiaient les sudistes à Montréal, la ville et le Canada ont été la source d’une immense vague de compassion après l’assassinat du président Lincoln.

Certains vestiges liés à Abraham Lincoln sont encore présents dans la métropole, près de 150 ans après sa mort.

L’Université McGill abrite la plus importante collection d’objets liés à Lincoln hors des États-Unis. On y trouve notamment des images, des prospectus et des sculptures. Parmi les objets exposés figure aussi un bout de tissu que le médecin a enroulé autour de la tête de Lincoln après que celui-ci a été atteint par le tir de Booth. Il est encore taché du sang du président.

http://www.lapresse.ca