Ontario → Des câlins comme sentence


Une sentence hors du commun, mais peut-être que cette méthode douce aura des effets positifs suivi de quelques thérapies … Même si ce n’est pas le genre de condamnation habituelle, cela mérite tout même de souligner le rapprochement entre le fils et les parents
Nuage


Ontario → Des câlins comme sentence

Des câlins comme sentence

Crédit photo : archives

Par Harold Carmichael | Agence QMI

Un juge a ordonné à un jeune homme à donner des câlins à sa mère et à son père après lui avoir imposé une condamnation avec sursis de 12 mois pour avoir causé des dommages au véhicule familial.

La scène qui a fait couler bien des larmes dans la salle de tribunal s’est déroulée mercredi à Sudbury, en Ontario.

Eric Perrier, 18 ans, avait été arrêté en novembre 2011. Il avait utilisé la fourgonnette familiale sans autorisation, le 15 novembre. Le lendemain, il y a eu une dispute avec son père qui a tourné à l’agression physique.

Éric Perrier avait été accusé d’agression, d’avoir pris le véhicule familial sans autorisation et de méfait pour des dommages de quelque 500 $ causés à la fourgonnette.

Lors du prononcé de la sentence, le juge Norman Glaude a dit au jeune homme qu’il devait posséder les bons outils pour être en mesure d’accomplir une tâche.

«Si on te demande de scier quelque chose et que l’on te donne une lime, ça ne fonctionnera pas», a-t-il dit, pour illustrer son propos.

«Serre ta mère dans tes bras», a lancé le juge.

Perrier s’est exécuté tout en s’excusant auprès de sa mère. Le juge a ensuite ordonné au jeune homme de donner un câlin à son père.

«Il en mérite un aussi», a indiqué le juge Glaude.

La cour a ordonné à Perrier de suivre des thérapies pour gérer sa colère et pour lutter contre les dépendances.

http://tvanouvelles.ca