Continu


Rien n’est éternel tout est appeler à changer, c’est pourquoi, qu’il ne faut jamais prendre quelque chose pour acquise ou une finalité
Nuage

 

Continu

 

“Le succès n’est pas final, l’échec n’est pas fatal : c’est le courage de continuer qui compte.”

W. Churchill

Se faire des illusions


Cela sert à rien d’accuser ce que nous sommes. Bien sûr, des gens ont influencé nos choix, notre façon d’être, mais en bout de ligne, c’est nous qui décidons
Nuage

 

 

Se faire des illusions

 

Inutile de se faire des illusions, notre vie est exactement ce que nous en faisons et personne, sauf nous-mêmes, n’est responsable des succès ou des échecs qui nous incombent.

Fleurette Levesque

Le succès


Il y a plusieurs façons de voir le succès, mais celui qui je crois est le meilleur, c’est l’empreinte positive que nous apportons aux autres et nous n’avons pas besoin d’être riches pour faire la différence
Nuage

 

Le succès

 

« Le succès ne se mesure pas à la quantité d’argent que vous gagnez mais à l’impact que vous avez sur la vie des gens. »

Michelle Obama

Le succès


Nous avons de grands noms qui on travaillé fort pour changer les choses, on pense à Martin Luther King, Jean Vanier, et bien d’autres qui ont marqué l’histoire, mais il y a aussi des gens  »ordinaire » que ce soit un professeur, un parent, un éducateur peu importe, qui en ont fait autant pour une, deux ,, 10 personnes. Alors nous-même, surement que nous avons eu quelque chose de positif pour quelqu’un qui a fait toute la différence
Nuage

Le succès

 

«Le succès n’est pas seulement ce que tu accomplis dans la vie. C’est aussi ce que tu inspires comme actions aux autres»

Inconnu

La clé de l’échec


Même si on veut plaire a tout le monde, c’est impossible, il y aura toujours des personnes pour noircir l’horizon … et cela ne vaut pas la peine de broyer du noir pour cela
Nuage

La clé de l’échec

 

 

« Je ne connais pas la clé du succès, mais la clé de l’échec est d’essayer de plaire à tout le monde. »

Bill Crosby

Nous sommes très souvent bloqués par nos peurs…


Les peurs, celles qui sont infondées, irrationnelles, qui nous bloquent et qui nous empêchent d’avancer, de connaître des gens, d’expérimenter de nouveaux horizons Ce sont des peurs que nous devons faire face si nous ne voulons pas rester dans notre coin ..
Nuage

 

Nous sommes très souvent bloqués par nos peurs…

 

Le manque de confiance en soi nous bloque aussi régulièrement devant certaines situations.

Ces comportements sont normaux. Certaines de nos peurs sont fondées. Celles qui viennent de quelque chose menacent notre survie, ou notre intégrité. Avoir peur de tomber du 10ème étage c’est normal, tout comme de se faire agresser, sont des peurs rationnelles, fondées.
Mais il existe des peurs infondées, non rationnelles que vous devriez outrepasser.Ce sont des croyances limitantes, qui vous bloquent dans votre façon d’agir.

C’est souvent par peur que l’on ne passe pas à l’action, ou par procrastination.

1. La peur du rejet

Cas très classique. On a peur de demander quelque chose et de se faire rejeter. Vous comprenez bien que ce type de peur est complètement irrationnel. Vous avez certainement déjà eu peur de demander une augmentation de salaire ? Ou encore un service ? Ou un numéro de téléphone ?

Et bien voilà, cette peur, c’est la peur du rejet. On est terrifié à l’idée de se faire rejeter, et de recevoir une réponse négative en pleine figure.

Petite Question : est-ce que ça peut nous blesser ? Non. Mettons notre égo de côté, tant pis si c’est non. Au moins on aura essayé. On passe à autre chose et voilà tout.

Comment votre patron peut savoir que vous aimeriez une augmentation de salaire si vous ne lui dites pas ? OSEZ. Faites-le une bonne fois pour toute. Ca ira mieux après.

Si vous ne le faites pas, vous avez 100% de chances d’échouer. Mais si vous essayez, au pire des cas vous n’aurez rien de plus, et au mieux vous aurez ce que vous demandez. N’hésitez donc plus à demander.

2. Peur du succès

Oui parfois, on a peur de réussir. Etrange non ?

On sait que le succès va nous changer, changer quelque chose dans notre vie, et nous sommes bien actuellement. Nous n’avons pas envie d’en faire pâtir notre entourage, c’est pourquoi on se saborde. On peut aussi avoir peur des responsabilités que cela va impliquer. Ou bien peur de ne pas être à la hauteur, une fois que l’on a réussi (ce qui est une preuve évidente de manque de confiance en soi).

Pourtant, qu’est-ce que l’on risque à réussir ? On est pas à la hauteur, ok qu’est-ce que ça coûte d’avoir essayé ? Peur du changement que cela va impliquer pour les autres, est-ce que c’est VOTRE succès ou le LEUR ? Réfléchissez-y bien.


3. Peur de l’échec.

Probablement la peur la plus connue. Elle est similaire à la peur du rejet, puisque la peur du rejet c’est la peur de l’échec avec quelqu’un. Ici c’est plus général. A l’instar de la peur de la réussite, ici ce qui nous effraie c’est de tomber.

Mais, pourquoi avoir peur de l’échec ? Qu’est-ce que cela fait d’échouer ? Risque-t-on la mort ?

Si vous devez sauter entre 2 immeubles, votre peur de l’échec est rationnelle. Si vous devez courir un marathon, elle ne l’est plus. Posez-vous toujours la question : si j’échoue, je risque quoi ? Vous vous apercevrez qu’en général, vous ne risquez absolument rien. Alors à partir de ce moment là, lancez-vous !

4. Peur de l’inconnu.

Presque tout le monde a peur de l’inconnu. Pourtant, l’inconnu est excitant. On ne sait pas exactement ce qui nous attend au bout. C’est pour briser cette peur que j’ai décidé de partir à l’étranger.

Effectivement, je ne savais pas ce qu’il m’attendait ici à Londres.
On a souvent peur d’aller dans des endroits que l’on ne connait pas. Vous m’expliquez pourquoi ? On pourrait y découvrir des trésors : de superbes opportunités, notre âme soeur, une super relation, des expériences inoubliables.

Ici encore, il faut se demander : qu’est-ce que je risque à y aller? De manière générale, vous vous rendrez compte qu’au final on ne risque pas grand chose. Quand je me suis décidé pour partir à l’étranger, je me suis dit : « bon, aucun risque, si jamais ça va mal, je peux revenir« . Et puis de toute façon pourquoi ça irait mal ?

Il faut prendre confiance en soi. A partir du moment où l’on est confiant dans ses capacités, alors on peut faire beaucoup plus de choses

Si vous savez que vous pouvez rebondir sur n’importe quelle situation, alors votre peur de l’inconnu s’estompe

Je sais que je peux gérer n’importe quelle situation. Mais on le peut tous, il faut juste en prendre conscience. Il faut savoir comment traiter les problèmes : soyez orienté solution, plutôt que plainte.
A partir de ce moment-là, tout se passera bien.

5. Peur de parler en public

Ou même la peur d’apparaître en public. Simplement parce que l’on assume pas son image. Je ne parle pas de la peur de s’exprimer devant 10 000 personnes, mais même simplement parler en groupe, oser prendre la parole, faire une blague…etc.

Bien évidemment, chaque personne qui doit parler devant un grand auditoire a le trac. « Vais-je bien faire? Vais-je oublier mon texte?« ..etc. Pourtant c’est la même chose : c’est infondé. On oublie son texte ? Tant pis, si vous maitrisez votre sujet vous pourrez improviser. Et les oublis ça peut arriver, montrez que vous savez improviser.

Si vous êtes en petit groupe, qu’est-ce que vous risquez à prendre la parole ? Le ridicule ? C’est dommage de se fermer des portes.
Dans le pire des cas vous serez ridicule, et cela sera passé au bout de 5 minutes.


A l’école cela arrive souvent, on n’ose pas poser une question de peur de paraître ridicule. Pourtant, on est rarement ridicule. Les fois où on l’est, cela passe assez vite, et après on sait, on a la réponse à notre question. Faites donc cet exercice, si vous n’osez pas prendre la parole en public, essayez la prochaine fois que vous êtes en groupe.

Lana Monnier