Les cauchemars ont une vraie utilité


Même si nous n’aimons pas faire des cauchemars, il se peut qu’il soit utile pour le rêveur. Ces rêves peuvent être le reflet de ce que nous vivons et c’est une façon de gérer le stress de la journée. Par contre ceux qui font souvent des cauchemars devraient consulter
Nuage

 

Les cauchemars ont une vraie utilité

 

© Getty.

Par: Deborah Laurent

Vous vous réveillez en sursaut la nuit et vous pensez qu’à part vous angoisser inutilement, les cauchemars ne servent à rien? Détrompez-vous.

Les cauchemars, quand ils se répètent, peuvent être pénibles et avoir une influence sur notre vie quotidienne. Les gens qui cauchemardent toutes les nuits peuvent notamment éviter d’aller dormir. Le manque de sommeil chronique a des implications immédiates sur la santé: ça peut mener à la dépression et être à l’origine de certaines maladies cardiaques.

Mais les cauchemars, aussi effrayants qu’ils soient, ne sont pas toujours une mauvaise chose. Selon un professeur de psychiatrie de l’Université de Montréal spécialisé dans les troubles du sommeil, faire des cauchemars permet à certaines personnes de mieux gérer leur stress en journée.

« Nous savons depuis Freud que nos préoccupations actuelles se reflètent dans nos rêves », analyse Tore Nielsen.

Il y a souvent un lien entre le cauchemar et ce qu’on vit pendant la journée. L’analyse de nos rêves n’a rien d’idiot: ça permet de relier nos cauchemars à nos émotions et de mieux les comprendre.

Les cauchemars qui surviennent après un événement traumatisant peuvent également permettre à la personne de revivre l’événement et de le dépasser.

http://www.7sur7.be/

Des vétérinaires en détresse


Si on croit que la profession vétérinaire est un boulot rêver, vous allez être déçu. L’étude s’est faite au Québec, 15 suicides en 15 ans, mais c’est comparable ailleurs aussi comme aux États-Unis, en Australie et en Norvège. Il semble qu’être vétérinaire, c’est de grosses émotions qui pèsent sur les épaules et ce qui les touches le plus est l’euthanasie, que ce soit pour abandon, maladie ou vieillesse.
Nuage

 

Des vétérinaires en détresse

 

Au Québec, pas moins de 15 suicides ont... (PHOTO THINKSTOCK)

Au Québec, pas moins de 15 suicides ont été relevés en 15 ans par l’Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ).

SARA CHAMPAGNE
La Presse

Syndrome du sauveur, amour des animaux, paradoxe de l’euthanasie; le suicide chez les médecins vétérinaires est près de trois fois plus fréquent que dans la population québécoise, révèlent des données compilées par une chercheuse au doctorat de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Anne-Sophie Cardinal.

Il ne se passe pas une année sans qu’un vétérinaire se donne la mort, soutiennent plusieurs professionnels rencontrés par La Presse. Il y a les clients à satisfaire à tout prix. Comme ce propriétaire prêt à tout pour sauver son animal de compagnie, quitte à réclamer l’acharnement. Ou l’autre qui demande l’euthanasie parce que chaton n’est plus la boule de poils rêvée.

Au Québec, pas moins de 15 suicides ont été relevés en 15 ans par l’Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ). Dans tous les cas, la profession a joué un rôle de premier plan. Preuve que le sujet est tabou, les avis de décès de l’ordre vétérinaire provincial ont dû être épluchés par l’association pour en arriver à ce chiffre.

«On ne va pas se le cacher, le suicide est un réel problème», affirme le Dr Michel Carrier, doyen sortant de la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal.

Anne-Sophie Cardinal, du département de psychologie communautaire de l’UQAM, consacre ses travaux de doctorat à la santé mentale des travailleurs du monde animal. Selon elle, l’euthanasie pèse lourd dans la balance. Elle a comparé le taux de suicide dans la population en général avec les données chez les quelque 2500 vétérinaires du Québec, entre 1987 et 2007, pour découvrir que la proportion était 2,9 fois plus élevée.

La chercheuse explique qu’il y a très peu d’études au Québec et au Canada, mais que le phénomène est bien documenté au Royaume-Uni, avec un taux de suicide quatre fois plus élevé que dans la population. Des études ont aussi été réalisées en Australie, en Norvège, aux États-Unis, avec des idéations suicidaires rapportées chez un vétérinaire sur six.

«La vocation, le stress et le syndrome du sauveur comptent pour beaucoup, mais je crois que l’euthanasie, la mise à mort, ce qu’on appelle le « caring-killing paradox », est un élément central», avance Mme Cardinal. Dans le domaine, l’expression renvoie à des professionnels formés pour guérir, et non pour mettre un terme à la vie.

Des clients mécontents

Au Canada, le plus récent sondage mené par l’Association canadienne des médecins vétérinaires a révélé que 12% (769 vétérinaires répondants sur 3879 sondés par courriel) ont déjà reçu un diagnostic médical d’épuisement. Plus sombre encore : près d’un répondant sur cinq (19%) a confié avoir déjà pensé sérieusement au suicide, tandis que 9% ont fait une tentative de suicide. Finalement, 90% des personnes vulnérables ont indiqué que la profession contribuait largement à leur état d’épuisement.

Partant de ce constat, l’AMVQ a décidé d’en savoir plus sur le «bien-être et la détresse psychologique» en questionnant ses vétérinaires l’an dernier. La démarche, menée par la gestionnaire et vétérinaire retraitée Johanne Hamel, a permis de recueillir un questionnaire complet auprès d’un vétérinaire québécois sur quatre.

Mme Hamel a d’abord cherché à savoir s’il est vrai que les vétérinaires sont en général plus épuisés que dans les autres professions. Plus d’une femme sur dix interrogée (10,8%) et 5,6% des hommes ont affirmé souffrir sérieusement de détresse. À noter que la majorité des répondants, soit 58%, pratique auprès des animaux de compagnie.

«Notre patient, c’est l’animal, mais on a aussi un client qui est le propriétaire du patient. Ça peut mener à des conflits, explique-t-elle. Si on parle des petits animaux, la facture peut être chère. C’est donc économique, émotif, et il y a le danger de l’erreur médicale», affirme Mme Hamel.

Au Québec, 300 000 euthanasies sont effectuées chaque année, selon l’AMVQ. Les causes principales : abandon, maladie, vieillesse.

La Dre Kim Langlois a obtenu son doctorat en médecine vétérinaire il y a sept ans. Elle soigne chats, chiens et oiseaux exotiques à la Clinique vétérinaire Laval, un centre où des services d’urgence sont offerts sept jours sur sept. Elle a la vocation depuis son tout jeune âge. Elle est membre bénévole du conseil d’administration de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal. La jeune médecin venait d’euthanasier un chien quand La Presse l’a rencontrée entre deux consultations. Elle ne s’en cache pas, elle venait de pleurer avec sa cliente.

«Dans le temps, on procédait à des euthanasies à la chaîne dans les refuges. Il y a encore des euthanasies tous les jours, on ne s’habitue pas, mais on se forge une carapace. Au moins, il est possible de refuser les euthanasies de convenance. On a des mécanismes pour essayer de trouver des solutions de rechange, on a un comité d’adoption. On travaille fort avec l’équipe pour diminuer les euthanasies.»

Comme la plupart de ses collègues, la Dre Langlois a déjà sauvé un animal de la piqûre fatale. Un client s’était présenté avec un chien husky malamute dans la force de l’âge, doux avec les enfants. L’homme réclamait l’euthanasie. Le chien avait eu le museau plein d’épines de porc-épic. Au lieu de le tuer, la médecin a choisi de l’adopter.

«Les clients jouent souvent avec nos sentiments pour les animaux, affirme-t-elle. Au début, je pleurais souvent. Il y a aussi ceux qui insinuent qu’on est là juste pour l’argent.»

La Dre Langlois relève les demandes de faveurs, les demandes de traitements gratuits. Les possibilités de poursuite.

«On doit aussi gérer les cas de maltraitance. On en voit de toutes les couleurs, par exemple des chiots lancés sur des murs, des chats avec juste la peau sur les os, on a même des cas de sodomie. On doit vivre avec le paradoxe de soigner à travers ça, le don de soi, l’épuisement par compassion. On est tellement impliqués, une niaiserie peut faire sauter notre presto.»

« On culpabilise beaucoup »

 

Le chien Nico souffrait le martyre. À cause d’une mauvaise blessure à la patte, il était confiné la plupart du temps à son enclos. Prolonger sa vie aurait nécessité beaucoup de ressources. La médication ne suffisait plus. Il ne restait que l’euthanasie.

À contrecoeur, la directrice du bien-être animal de la SPCA Montréal, Amélie Martel, a dû informer son équipe qu’il était temps de lui dire adieu. Dans un message aux employés transmis à La Presse par la direction du refuge, on comprend l’impact de la décision sur le personnel.

« Vous pouvez passer du temps avec lui aujourd’hui afin qu’il sorte au maximum, explique Mme Martel aux employés. Toutefois, je ne veux pas que vous alliez pleurer dans son enclos. Comprenez qu’il ne connaît pas le futur, il vit uniquement dans le moment présent. Par conséquent, nous désirons qu’il passe vraiment du bon temps, avec ses copains canins et ses humains préférés (vous !) pour sa dernière journée. »

Le nombre d’euthanasies a chuté de moitié depuis cinq ans à la SPCA Montréal. N’empêche, selon le dernier rapport rendu public, on a effectué 2528 euthanasies en 2015, en majorité des chats. Jusqu’à 16 000 animaux sont accueillis chaque année ; des bêtes abandonnées, maltraitées, négligées, perdues ou blessées.

« C’est partout pareil »

Vétérinaire et membre de la direction de l’Association médicale vétérinaire du Québec (AMVQ), le Dr Michel Pepin a mis sur pied un « comité santé et mieux-être » après avoir dénombré 15 suicides en 15 ans dans les avis de décès. Une portion du colloque annuel de l’association des vétérinaires a porté sur la détresse. En 10 ans, une centaine de vétérinaires ont utilisé le service de soutien téléphonique. La majorité du temps, les appels à l’aide concernent la dépression, l’épuisement professionnel ou le suicide, explique-t-on.

L’euthanasie n’est évidemment pas le seul facteur de détresse, mais le Dr Pepin reconnaît qu’elle pèse dans la balance. 

« Le nombre de suicides chez nos vétérinaires serait anecdotique si c’était juste au Québec, mais c’est partout pareil. On a un grand privilège de pouvoir mettre fin à des souffrances, mais on culpabilise beaucoup », explique le Dr Pepin.

Dans certaines cliniques, comme celle où pratique la docteure Kim Langlois, une salle vouée à l’euthanasie avec éclairage tamisé a été aménagée. Les clients ont l’espace pour passer un dernier moment avec leur animal. Les vétérinaires ont la possibilité de confier la procédure à un collègue.

14$ l’heure

Stéphanie Aubry pensait « donner un coup de volant » afin d’en finir avec sa vie quand elle s’est traînée chez le médecin. Elle a obtenu trois mois pour épuisement professionnel. La technicienne en santé animale a accepté de dévoiler son identité, contrairement à des vétérinaires joints par La Presse qui ont réclamé l’anonymat pour préserver leur réputation. Mme Aubry a démissionné. Elle est en congé de maternité et travaille pour une autre clinique.

« Je ne prendrai pas une retraite de technicienne en santé animale. Je vais bien, mais je n’ai pas retrouvé ma fougue. Je n’ai plus envie de gérer le réveil agressif d’un chien après une anesthésie, et les risques de morsure », raconte la jeune maman dont la carrière a commencé avec passion, dans un refuge, comme bénévole.

La technicienne d’expérience se rappelle avoir pleuré après une 11e euthanasie en 12 heures en refuge. Mais ce n’est pas ça qui lui a coûté la santé, enchaîne-t-elle. Elle parle plutôt de son ancienneté qu’on ne pouvait plus lui garantir, du jour de l’instauration d’un système « d’employé du mois », de ce nouveau vétérinaire. De ce salaire « minable » de 14 $ l’heure.

Mme Aubry fait une pause en caressant Roméo, l’un de ses chats, un autre rescapé de l’euthanasie.

« Je n’arrêtais pas de dire que ça n’allait pas bien, je cherchais de l’écoute, des solutions. Je faisais de l’insomnie, je pleurais dans l’auto, je prenais des Gravol pour dormir. J’avais des idées morbides, comme celle de me casser une jambe en glissant sur le plancher. »

Au Québec, le salaire moyen d’un médecin vétérinaire après 15 ans de pratique chez les petits animaux de compagnie est de 76 500 $, et de 130 000 $ chez les grands animaux.

« Un changement de culture à effectuer » dès l’université

Les toilettes de la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal sont placardées d’affiches en couleur avec une main tendue pour prévenir le suicide. C’est nouveau. L’installation découle d’une consultation avec les étudiants et du déploiement, à terminer, d’un plan stratégique qui s’articule autour de 12 actions concrètes.

« Le bien-être de nos étudiants est un souci constant chez nous », a assuré le doyen sortant de la faculté, le Dr Michel Carrier, lors d’un entretien avec La Presse.

À partir de juin, la professeure titulaire Christine Theoret sera la première femme à diriger, pour un mandat de cinq ans, les cohortes constituées en majorité d’étudiantes.

« C’est vrai que plusieurs d’entre nous ont en mémoire le suicide d’un membre de la profession. Je me rappelle un confrère de classe qui s’est enlevé la vie quelques années après la fin de nos études. Je me souviens aussi d’un étudiant d’une autre classe, c’était dans les années 80. »

À l’instar des facultés de médecine humaine, celles vouées à la santé animale ont pour tradition de retenir les candidats les plus performants sur le plan scolaire. Chaque année, environ 1000 personnes font une demande d’admission. De ce nombre, à peine 96 ont été admis cette année, soit un candidat sur dix.

« À la base, ils veulent tous performer, ce sont des performants. Par définition, ce sont donc des perfectionnistes anxieux. C’est à nous d’y voir. Personnellement, je leur dis au début de chaque année qu’ils ont traversé le goulot d’étranglement, qu’ils n’ont plus à se faire compétition. Mais, vous savez, plusieurs pensent déjà à aller chercher des spécialités aux États-Unis. » – Le Dr Michel Carrier, doyen sortant de la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal

Afin d’équilibrer les classes, les facultés du domaine de la santé de l’Université de Montréal vont maintenant soumettre les candidats à des tests psychométriques. Un moyen qui permettra de ne pas miser seulement sur l’acquisition de connaissances, mais aussi sur la gestion des compétences, espère-t-on.

Encore récemment, le doyen de la faculté a été interpellé par une nouvelle publication du Journal of the American Veterinary Medical Association (JAVMA) décortiquant le taux de suicide chez 11 620 vétérinaires morts aux États-Unis de 1979 à 2014. Les chercheurs ont conclu que le suicide était en moyenne près de trois fois plus élevé que dans la population en général.

GESTION DU STRESS

« L’idéal, ce serait d’avoir un psychologue, comme dans certaines écoles, qui effectue des rondes dans les couloirs. Un professionnel qui aurait un bureau sur place, mais un peu à l’écart afin que les étudiants puissent le consulter sans se faire remarquer », estime M. Carrier.

À l’heure actuelle, les futurs vétérinaires ont droit à un cours sur la gestion du stress et à une série d’ateliers dépassant le cadre des actes sur l’animal, comme les relations avec les clients, comment parler d’argent, l’aspect émotif de l’euthanasie et la méditation.

La majorité des étudiants de la faculté n’ont pas connu l’échec, fait remarquer M. Carrier.

 « Il faut leur apprendre à relativiser, ajoute-t-il. Avoir de l’empathie, c’est une chose, prendre un fardeau sur ses épaules, c’est autre chose. Il y a un changement de culture à effectuer. Nous en sommes conscients. »

http://www.lapresse.ca/

L’anxiété a des effets sur le contenu des rêves


Pour ma part, ce n’est pas une surprise que le stress et l’anxiété peut avoir un impact négatif sur les rêves. Même si on peut faire des cauchemars sans être stressé, il est plus fréquent que nos émotions prennent le dessus.
Nuage

 

L’anxiété a des effets sur le contenu des rêves

Le stress et l'anxiété pourraient avoir un effet sur les rêves faits la nuit,... (PHOTO THINKSTOCK)

PHOTO THINKSTOCK

CAROLINE ST-PIERRE

La Presse Canadienne

MONTRÉAL

Le stress et l’anxiété pourraient avoir un effet sur les rêves faits la nuit, si l’on se fie aux résultats préliminaires d’une étude en psychologie.

Eugénie Samson-Daoust, une étudiante à la maîtrise en psychologie à l’Université de Montréal, s’est intéressée à l’influence du stress et de la personnalité sur le contenu négatif des rêves, en compagnie de deux autres chercheurs. Elle présentait mercredi les premiers résultats d’une recherche à ce sujet au congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS).

L’équipe de chercheurs a recruté jusqu’ici 91 participants – elle en vise 175 au total – qu’elle a interrogés dès le début de l’étude sur leur niveau de stress et d’anxiété en général. Ces gens, trouvés par le biais de petites annonces et des médias sociaux, viennent en grande partie de Montréal, mais certains autres résident ailleurs, notamment en Europe, aux États-Unis et au Mexique. La majorité des répondants sont des femmes.

«C’est l’un des éternels problèmes avec la recherche sur les rêves, souligne la chercheuse. En général, ça intéresse plus les femmes.»

Ces volontaires ont accepté de répondre chaque jour, pendant trois semaines, à deux questionnaires. L’un, rempli le matin, visait à savoir d’abord s’ils avaient rêvé pendant la nuit, puis ensuite si les rêves étaient positifs ou négatifs et s’ils étaient clairs.

Puis, le soir, un autre questionnaire devait être rempli pour indiquer le niveau de stress vécu durant la journée.

Le stress reflété dans le rêve

Les chercheurs ont noté un lien significatif entre le stress vécu au quotidien et la tonalité générale de leurs rêves, c’est-à-dire que plus ils vivent de stress, plus leurs rêves sont négatifs.

Une corrélation a également été observée entre le score des participants au test d’anxiété fait au début de l’étude et les autres variables mesurées. Ainsi, plus la personne avait un trait anxieux, moins elle avait de chances de se rappeler de ses rêves et plus elle avait de risques d’avoir des rêves à tonalité négative.

«Juste le fait de vivre un stress élevé, c’était corrélé au fait de faire un rêve à tonalité négative», résume la chercheuse.

L’étudiante à la maîtrise espère pouvoir éventuellement en arriver à prédire l’occurrence des rêves à tonalité négative en évaluant le niveau de stress et d’anxiété du rêveur.

Elle précise toutefois qu’il ne faut pas considérer le mauvais rêve ou le cauchemar comme un signal d’alarme envoyé par le cerveau au rêveur, puisqu’un rêve négatif ne signifie pas automatiquement que la personne vit trop de stress.

«Le fait de faire des mauvais rêves et des cauchemars, ça peut arriver à tout le monde», rappelle-t-elle.

Sitôt rêvé, sitôt oublié?

Mme Samson-Daoust admet que l’étude a rejoint à la base des gens déjà intéressés par les rêves, de sorte qu’ils ont tendance à se souvenir davantage de leurs songes que la population en général.

«C’est l’une des limites de l’étude, et de pas mal toutes les études sur les rêves, c’est que les gens qui participent, ce sont les gens qui sont déjà intéressés par les rêves, donc qui s’en rappellent relativement bien», explique-t-elle.

«Il y a des études sur le rappel de rêves (qui concluent que) le fait de faire une étude sur les rêves, ça aide à se rappeler de ses rêves!»

Pour les non-participants qui souhaiteraient eux-mêmes améliorer le taux de rappel de leurs rêves, elle suggère d’abord simplement d’y porter davantage d’attention, et de les noter ou de les dessiner. Elle souligne également qu’on peut continuer d’essayer de s’en souvenir tout au long de la journée, parce que les rêves peuvent nous revenir plusieurs heures après le réveil.

«C’est aussi possible de rester dans son lit, les yeux fermés, et d’essayer de se concentrer pour voir s’il n’y a pas quelque chose qui nous revient à l’esprit.»

http://www.lapresse.ca/

Cajoler un nourrisson influence son ADN


Voilà l’importance de cajoler les bébés, spécialement les nourrissons jusqu’au sevrage. Cela a des points positif sur l’ADN. Les chercheurs croient que les dépressifs, et la schizophrénie pour être une conséquence de l’environnement dès les premiers mois de vie d’un bébé
Nuage

 

Cajoler un nourrisson influence son ADN

 

Câjoler un nourrisson influence son ADN

Une étude américaine vient de démontrer le lien entre l’attention portée à un nourrisson et les effets sur son ADN et sa santé future. 

L’ADN du nourrisson influencé par le comportement des parents

On savait qu’un bébé câjolé était un enfant heureux ! On sait désormais, grâce à une étude américaine menée par des chercheurs de l’université de San Francisco, que l’attitude et la qualité de la relation des parents envers leur nourrisson influencent concrètement son ADN. De manière plus précise, l’étude explique que ces interactions de la naissance jusqu’au sevrage (autour de six mois) peuvent modifier « la structure même de l’ADN des cellules cérébrales ». 

C’est donc la « répartition et le nombre de gènes sur le brin d’ADN » qui peut changer selon l’environnement du tout-petit. On ne connaît pas encore les conséquences précises sur les bébés privés de ces attentions mais on sait déjà que les câlins et les soins effectués par l’entourage du bébé jouent sur sa santé psychologique et son stress futurs.

Des expériences sur les bébés souris

Les chercheurs estiment également que l’adaptation à l’environnement, la dépression et la schizophrénie pourraient être liées à ces modifications de l’ADN des premiers mois de vie d’un enfant. Ils se sont assurés également que ces changements n’étaient pas héréditaires, et ce, notamment grâce à leurs expériences sur plusieurs souris et leurs petits. Deux groupes de souris ont été étudiés : le premier comportait des mères souris très protectrices et attentionnées.

Dans le second groupe en revanche, les mères souris étaient moins prévenantes envers leurs petits souriceaux. Ils ont aussi échangé les petits d’un groupe à l’autre pour constater les mêmes changements.

Résultats, les nouveau-nés souris les plus choyés comptent moins de « gènes sauteurs », c’est-à-dire des gènes qui se dupliquent, se copient-collent, plusieurs fois sur un brin d’ADN : c’est la rétrotransposition. L’ADN des souriceaux choyés reste stable, mais celui des bébés délaissés se modifie.

Maylis Choné

https://www.passeportsante.net/fr/

En Chine, des capteurs cérébraux pour surveiller les émotions des employés


Ce n’est pas si bête que cela ce capteur pour mesurer les ondes cérébrales et voir si une personne est trop stress. qu’il s’endort ou encore qu’il est en colère. Si on prend par exemple un métier qu’il faut beaucoup de concentration comme un chauffer de train, de métro ou d’avion, ils sont alertés si cette personne s’endort
Nuage

 

En Chine, des capteurs cérébraux pour surveiller les émotions des employés

 

/

Une usine à Dongguan en Chine en 2017. NICOLAS ASFOURI / AFP

Repéré par Claire Levenson

Plusieurs entreprises utilisent des capteurs qui analysent les ondes cérébrales de leurs employés afin de détecter le stress, la colère ou l’endormissement.

Repéré sur South China Morning Post

A l’usine Hangzhou Zhongheng Electric en Chine, les employés portent des casques ou des casquettes dans lesquels sont cachés des capteurs qui analysent leurs ondes cérébrales pendant qu’ils travaillent. Les données sont ensuite envoyées vers des ordinateurs qui permettent de surveiller les changements émotionnels des travailleurs, tels que le stress, la colère, l’anxiété ou la fatigue.

Le management explique que le but est de mesurer le stress des ouvriers pour mieux adapter le rythme de travail et augmenter l’efficacité de l’usine.

Interviewée par le South China Morning Post, une professeure impliquée dans ce programme explique qu’un employé trop émotif dans un poste clé peut affecter toute une chaîne de production. Grâce aux capteurs, le manager est prévenu et peut ainsi demander à l’employé de faire une pause, de changer de poste ou de partir pour la journée.

Elle explique que les ouvriers n’étaient au départ pas très enthousiastes à l’idée de porter ces capteurs:

«Ils pensaient que l’on voulait lire leurs pensées. Certains étaient mal à l’aise et il y a eu de la résistance au début».

Ce genre de dispositif est utilisé dans une douzaine d’entreprises, ainsi que dans l’armée et des compagnies de transports.

A Shanghai, des conducteurs de train à haute vitesse portent aussi régulièrement ces capteurs qui mesurent leur activité cérebrale. Ainsi, si un conducteur est particulièrement fatigué, incapable de se concentrer ou en train de s’endormir, les données envoyées peuvent déclencher un système d’alerte.

Les autorités réfléchissent aussi à appliquer ce système pour les pilotes d’avion. Selon Zheng Xingwu, un professeur de l’université d’aviation civile, la Chine pourrait être le premier pays au monde à faire porter des capteurs aux pilotes afin de déterminer s’ils sont en état de travailler.

«Cela veut dire que les pilotes devront probablement sacrifier un peu de leur vie privée dans l’intérêt de la sécurité publique», explique-t-il au South China Morning Post.

La technologie utilisée dans ces entreprises chinoises est disponible ailleurs dans le monde mais n’est pas utilisée à cette échelle. Aux Etats-Unis, ce genre de capteurs n’a pour l’instant été utilisé que par des tireurs à l’arc qui voulaient améliorer leurs performances.

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► 5 choses que votre chat essaye (désespérément) de vous dire


    Les chats sont indépendants, difficiles parfois de comprendre ce qu’ils veulent pourtant, ils communiquent avec nous par des gestes, des regards
    Nuage

     

    5 choses que votre chat essaye (désespérément) de vous dire

    chat balle

    Contrairement à ce que l’on pense, les chats tentent souvent de communiquer avec nous. Le tout est de les comprendre !

    Contrairement à un chien qui sait souvent se faire comprendre en un clin d’œil, les chats restes des êtres plus mystérieux. Pourtant, il essaye régulièrement de communiquer avec nous, à leur façon. Voyez plutôt.

    Votre chat est excité

    Assis sur le rebord de la fenêtre, votre matou regarde dehors comme s’il avait vu la chose la plus passionnante au monde. Tout en fixant l’extérieur, il pousse des sortes de petits gazouillis aigus. En général, ce type de comportement signifie tout simplement que votre chat est excité. Il a probablement vu un petit animal dehors et rêve de le courser et de jouer avec !

    chat expression messages

    Votre chat est stressé

    D’habitude si propre, votre matou commence à avoir des « accidents » et à faire ses besoins ailleurs que dans sa litière ? Il est peut-être stressé. Pour tenter de s’en assurer, il faut s’assurer que la litière soit dans un lieu calme -on évite donc les lieux de passage – mais aussi qu’elle soit propre et pas trop près de la nourriture de votre chat. Il faut savoir que les chats adorent pouvoir se cacher et être tranquilles.

    Bien sûr, un problème de propreté peut aussi venir du fait qu’il n’y a pas assez de litière chez vous ou qu’elle n’est pas nettoyée assez souvent.

    Votre chat est à l’aise, heureux

    Un chat qui ronronne est en général un chat détendu et heureux. Si en plus il frotte sa tête contre vous ou vous montre son ventre, c’est qu’il est au comble du bonheur ! L’occasion rêvée pour une longue session de gratouilles.

    Votre chat vous aime

    Les chats étant connus pour leur indépendance, il est parfois difficile de savoir s’il nous aime ou s’il profite simplement du logement en formule tout inclus. Mais il existe tout de même des signes qui ne trompent pas. Par exemple lorsque votre chat se frotte à vous, c’est pour lui une façon de signaler que vous êtes sa propriété, et donc qu’il vous aime ! Pareil quand votre chat vous fait votre toilette à coups de langue ou vous donne des petits coups de tête.

    Votre chat s’ennuie et réclame votre attention (et tout de suite si possible)

      • chat vase

        Les chats ont une façon bien à eux de vous dire qu’ils s’ennuient à mourir et veulent un peu de fun. C’est notamment le cas quand votre chat s’amuse juste sous votre nez à faire tomber des choses situées en hauteur. Il tente juste de s’amuser un peu. Dommage pour votre vase.

        C’est exactement la même chose quand votre matou miaule tôt le matin ou dans la nuit. Il a simplement envie d’un peu de compagnie, et si possible pas dans trois heures !

        Pour régler tout ça, le mieux est de proposer différents jouets et autres gamelles labyrinthe à votre chat afin qu’il puisse s’amuser tranquillement sans rien casser et en vous laissant dormir.

        Par Elise Petter

        Crédits photo :Shuttersto

        https://wamiz.com/chats/

      Les singes aussi tirent des bienfaits des sources d’eau chaude


      Que ce soit dans un spa ou les endroits qu’on peut prendre des bains de sources d’eau chaude, le but est de profiter des bienfaits chez l’humain. Il semble que soit la même chose chez les macaques japonais. Avant on croyait qu’ils profitaient de cette eau chaude que pour se réchauffer, alors que maintenant, il est clair qu’ils profitent de temps pour faire diminuer leur stress
      Nuage

       

      Les singes aussi tirent des bienfaits des sources d’eau chaude

       

      Le singe des neiges japonais, également connu dans... (Kazuhiro NOGI, AFP)

      Le singe des neiges japonais, également connu dans l’archipel sous le nom de Nihonzaru (ou macaques japonais), est connu pour aimer se baigner dans les sources d’eau chaude dans la région de Nagano (centre), où les touristes affluent pour photographier ses animaux pendant leurs ablutions.

      KAZUHIRO NOGI, AFP

      Agence France-Presse
      Tokyo

       

      Les bienfaits relaxants des bains dans les sources d’eau chaude, reconnus et pratiqués partout dans le monde, ne sont pas limités aux humains, et les singes en tirent aussi des effets bénéfiques, ont montré des chercheurs japonais.

      Le singe des neiges japonais, également connu dans l’archipel sous le nom de Nihonzaru (ou macaques japonais), est connu pour aimer se baigner dans les sources d’eau chaude dans la région de Nagano (centre), où les touristes affluent pour photographier ses animaux pendant leurs ablutions.

      Pendant longtemps, on pensait qu’en se trempant dans ces eaux chaudes, ces singes, de couleur brune tirant sur le beige et au visage rouge, tentaient surtout de se réchauffer durant les froids mois d’hiver dans cette région souvent enneigée.

      Mais des chercheurs de l’Institut de recherche sur les primates de l’Université de Kyoto, qui ont observé douze femelles macaques en 2014 dans le parc aux singes de Jigokudani Yaen-Koen à Nagano, sont arrivés à la conclusion que ce n’était pas la seule raison.

      Pour leur étude, publiée cette semaine, ils ont analysé le comportement des singes durant leurs bains et ont collecté leurs excréments pour mesurer la présence de glucocorticoïde, une hormone dont la concentration augmente avec le niveau de stress.

      Ils ont trouvé que les niveaux de stress des singes étaient 20 % moins élevés en moyenne après un bain.

      « L’étude a montré que se baigner dans les sources d’eau chaude n’est pas seulement bénéfique pour les humains, mais aussi pour les macaques japonais », résume à l’AFP Rafaela Sayuri Takeshita, une des auteurs de cette étude.

      Elle pense que cela pourrait aussi avoir d’autres effets positifs sur les singes, par exemple sur leur fertilité.

      « Nous voulons aussi étudier la relation entre ces bains, leur reproduction et leur longévité », ajoute-t-elle.

      http://www.lapresse.ca/sciences/

      L’expression des gènes de l’astronaute Scott Kelly modifiée par l’espace


      Scott Kelly et Mikhail Kornienko ont passé 340 jours dans l’espace à bord de la SSI, un record battu du plus long temps sans interruption. Scott a un frère jumeau Mark, les scientifiques on comparer les effets physiologiques et psychologiques d’un long séjour dans l’espace alors que l’autre est sur terre. Bien que l’analyse prendra encore plusieurs années, ils savent déjà entre autres que des gènes liés au système immunitaire et aux mécanismes inflammatoires ont de grandes différences, mais ne sont pas irréversibles, car quelques semaines plus tard cela s’est rétabli.
      Nuage

       

      L’expression des gènes de l’astronaute Scott Kelly modifiée par l’espace

       

      Scott et Mark Kelly

      Scott et Mark Kelly sont de vrais jumeaux et sont tous deux astronautes.

      NASA

      Par Joël Ignasse

      Après un an passé dans l’espace, Scott Kelly n’a plus exactement le même profil biologique et génétique que son frère jumeau resté sur Terre.

      En mars 2016, Scott Kelly et Mikhail Kornienko sont revenus sur Terre après avoir passé 340 jours dans l’espace à bord de la Station spatiale internationale. Ils ont ainsi battu le record de la plus longue période ininterrompue passée à bord de l’avant-poste orbital depuis le premier visiteur en 2000. Leur mission avait pour but d’étudier les effets physiologiques et psychologiques d’un séjour prolongé dans l’espace, en vue de préparer une mission habitée vers la planète Mars. Mais si les deux astronautes se sont chacun prêtés tout au long de leur séjour en orbite et depuis leur retour sur Terre a des centaines de tests, c’est le « patient » Scott Kelly qui présente le plus d’intérêt aux yeux des médecins. Car ce dernier a un frère jumeau, Mark, également astronaute mais à la retraite depuis quelques années.

      L’espace stresse

      Mark, le jumeau terrestre, a ainsi subi les mêmes tests que son frère. Les (vrais) jumeaux ayant un profil génétique identique, c’est une occasion unique d’étudier d’éventuelles disparités dans l’expression des gènes causées par les radiations ou la microgravité. Mais vu le nombre d’expériences qui ont été menées, il faudra des années avant d’avoir des résultats complets. Cependant plusieurs conclusions ont déjà été communiquées dès 2017, dans un article publié par la revue Nature et lors d’un meeting qui s’est tenu le 26 janvier 2017 à Galveston, au Texas.

      Ces premières conclusions ont révélé que l’organisme vivait le séjour dans l’espace comme un stress majeur et réagissait en conséquence. De nombreuses différences ont ainsi été constatées entre le jumeau qui a séjourné dans l’espace et celui resté sur Terre. Elles se situent au niveau de l’expression des gènes, de la méthylation de certains groupements ADN et affectent aussi d’autres paramètres biologiques. Ce sont sur les gènes liés au système immunitaire et aux mécanismes inflammatoires que les plus importantes différences d’expressions ont été identifiées. Toutefois la plupart des variations observées ont été réversibles quelques semaines après le retour de Scott Kelly sur Terre. 

      Scott Kelly

      Scott Kelly à bord de l’ISS. Crédit : Nasa

      7% des gènes ont conservé une trace durable

      La plupart mais pas toutes : six mois après son retour sur Terre, 7% des gènes de Scott ont conservé une trace durable de son séjour spatial et ne s’expriment plus tout à fait comme ceux de son jumeau, confirmait la Nasa en janvier 2018. Les gènes concernés sont liés à son système immunitaire, à la réparation de l’ADN, aux réseaux de formation osseuse, à l’hypoxie et à l’hypercapnie (manque d’oxygène et excès de CO2). Dans un communiqué, la Nasa souligne que ce niveau de variation est plutôt faible et que des populations humaines vivant en altitude ou les plongeurs pouvaient avoir un même niveau de changements.

      Les biologistes ont aussi remarqué, et c’est un phénomène tout à fait inattendu, que les télomères de Scott s’étaient allongés dans l’ISS. Les télomères sont composés d’une séquence d’ADN courte répétée plusieurs fois et ils coiffent l’extrémité des chromosomes. Leur longueur diminue au fil du temps et des divisions cellulaires et leur raccourcissement entraine le vieillissement cellulaire. Leur rôle semble donc majeur dans la sénescence mais la compréhension de ce mécanisme est loin d’être complète.

      Ceux de Scott se sont donc allongés dans l’espace mais cette modification n’a pas perduré : deux jours après son atterrissage ils étaient déjà en train de raccourcir. D’autres subtils changements dans les analyses biologiques existent aussi, ils ne sont pas encore tous listés et certains témoignent, comme la longueur des télomères et l’élévation des niveaux sanguins de folates, d’une amélioration de l’état de santé de Scott Kelly. Ils ne semblent pas liés à la vie en impesanteur en soi mais au régime drastique (sports et réduction calorique) que subissent les astronautes en mission.

      Pour le moment, toutefois, aucune conclusion définitive ne peut être tirée de ces conclusions préliminaires. Une autre grosse vague de résultats est attendue pour la fin de l’année 2018 mais les études sur les deux jumeaux vont se prolonger pendant encore trois ans. L’étude de leur cas, unique dans l’histoire spatiale, va permettre de mieux organiser les missions longues durée dans l’espace, notamment le voyage vers Mars. 

      https://www.sciencesetavenir.fr/

      Comment savoir si mon chat est stressé ? Les signes du stress qui doivent vous alerter


      Les chats peuvent aussi souffrir du mal-être, il y a des signes avant-coureur qui indique que ce félin vit un grand stress
      Nuage

       

      Comment savoir si mon chat est stressé ? Les signes du stress qui doivent vous alerter

       

      chat

      Le stress chez le chat peut avoir de graves conséquences sur sa santé. Un chat stressé risque en effet de se rendre malade, de se faire souffrir lui-même. C’est pourquoi il est important de savoir en reconnaître les signes, afin d’agir rapidement sur les causes de ce mal-être comme sur ses manifestations.

      Un déménagement, l’arrivée d’une nouvelle personne dans la famille ou le départ d’un être cher, l’adoption d’un autre chat ou d’un chien, un simple meuble déplacé ou une nouvelle odeur peuvent grandement perturber le chat, très attaché à son territoire et ses habitudes. Mais comment reconnaître un chat stressé ? Quels sont les principaux signes du stress chez le chat ?

      Le chat stressé devient malpropre

      Un chat propre qui se met soudainement à uriner et déféquer n’importe où dans la maison est dans la plupart des cas un chat qui souffre, physiquement ou mentalement. Il peut chercher à marquer son territoire suite à un déménagement ou à l’arrivée d’un bébé, d’un chien, d’un autre chat…

      Le chat stressé devient fuyant ou agressif

      Votre chat très câlin et sociable semble tout à coup vous fuir ? Il se cache, reste prostré, évite les contacts humains ? Il est fort possible qu’il soit soumis à un stress intense. Une soudaine et inhabituelle agressivité envers les humains comme les autres animaux peut aussi être le signe d’un stress chez le chat, comme des miaulements répétés et le fait d’être toujours sur le qui-vive.

       

      photo chat caché

      Un chat stressé peut se mettre soudainement à fuir, se cacher, éviter ses humains… (© Flickr – Matt Chen)

      Des habitudes alimentaires bouleversées

      Votre matou très gourmand délaisse sa gamelle, ou votre chat se met soudainement à manger bien plus d’habitude ? Perte d’appétit ou voracité inexpliquée : ce changement de comportement alimentaire chez le chat est révélateur.

      Le pica, trouble du comportement alimentaire du chat qui se met à manger des produits non comestibles, est lui aussi bien souvent le symptôme d’un profond mal-être.

      • chat croquettes

      Si votre chat mange beaucoup moins ou bien plus que d’habitude, il est possible qu’il souffre de stress. (© Flickr – Isabelle Blanchemain)

      L’automutilation

      Dans certains cas graves, le chat stressé peut se lécher de façon excessive, jusqu’à s’arracher les poils (alopécie) et se faire saigner.

      L’alopécie est souvent le signe annonciateur de la dépression chez le chat, très grave car elle peut parfois entraîner la mort de l’animal.

      https://wamiz.com

      Un sourire qui vaut mille mots


      Le sourire dépend comment la personne qui reçoit le perçoit. Ce test est sur un groupe limité d’homme, alors que probablement, les femmes pourraient réagir autrement. Il y a des sourire qui sont perçu comme bonheur, joie et aussi de pouvoir et dominance.
      Nuage

       

      Un sourire qui vaut mille mots

      Des sourires.

      Photo : iStock/bowie15

      Tous les sourires n’expriment pas que de la joie ou du bonheur. Ils sont parfois associés à la dominance ou au pouvoir, et nos corps réagissent différemment selon le message perçu.

      Explication.

      Un texte d’Alain Labelle

      Des psychologues américains et israéliens ont montré que les sourires associés à la dominance mènent à une forte réaction physique. En fait, le corps des destinataires de ces sourires réagit et voit une augmentation d’hormones associées au stress.

      De l’autre côté, les sourires associés à la récompense ou au renforcement d’un comportement semblent servir de tampon contre le stress pour ceux à qui ils sont destinés.

      Les expressions faciales mènent réellement le monde. Nous le savions, mais il n’y avait pas beaucoup de science qui le prouvait. Jared Martin, Université du Wisconsin-Madison

        Ces travaux montrent que les différences subtiles dans vos expressions faciales pendant que vous discutez avec quelqu’un peuvent fondamentalement changer son expérience, ses réactions corporelles et la façon dont il perçoit que vous l’évaluez.

        Dans ces travaux, trois types de sourire ont été évalués :

      • de dominance (lié au pouvoir et au statut)

      • d’affiliation (communique un lien et montre que vous n’êtes pas une menace)

      • de récompense (grand sourire que vous donnez à quelqu’un pour lui faire savoir qu’il vous rend heureux)

        Les chercheurs ont testé la réaction de 90 étudiants masculins qui devaient donner une présentation orale devant une webcam à des juges, d’autres camarades de classe (qui participaient à l’étude).

        Pendant leurs présentations, les participants ont pu apercevoir de brefs extraits de réactions des juges, mais chacune des vidéos avait été préenregistrée et représentait un type de sourire.

        Durant ces présentations, les chercheurs surveillaient la fréquence cardiaque des présentateurs et prélevaient périodiquement des échantillons de salive pour mesurer la présence de cortisol, une hormone associée au stress.

        Constat : s’ils recevaient des sourires de dominance qu’ils interpréteraient comme négatifs et critiques, les présentateurs ressentaient plus de stress, si bien que leur niveau de cortisol montait et restait élevé longtemps après leur discours.

        D’un autre côté, s’ils recevaient des sourires de récompense, les orateurs les associaient à une approbation, et cela les empêchait d’être stressés et de produire du cortisol.

        L’effet des sourires d’affiliation se rapprochait de ceux de récompense, mais les résultats étaient plus difficiles à interpréter. Les auteurs estiment que le message d’affiliation dans le contexte de jugement était probablement plus difficile à percevoir pour les présentateurs.

        En outre, les participants dont le rythme cardiaque variait le plus montraient des réactions physiologiques plus fortes aux différents sourires.

        Mais les chercheurs affirment que la variabilité du rythme cardiaque peut être influencée par plusieurs facteurs, de l’obésité à l’anxiété en passant par la dépression. Ces facteurs peuvent entraîner une diminution de la variabilité du rythme cardiaque. Ils peuvent rendre les personnes moins susceptibles de reconnaître les signaux sociaux tels que la domination et d’y réagir.

      Ces choses que nous portons en nous changent notre façon de percevoir le monde. Jared Martin

      Les résultats de l’étude montrent que les sourires ne constituent pas nécessairement une rétroaction non verbale positive et qu’ils peuvent influer sur les interactions sociales en affectant la réaction physiologique des personnes qui les perçoivent.

      Le petit échantillon de participants exclusivement masculins limite la possibilité de généraliser ces résultats. D’autres recherches sont nécessaires pour déterminer si les hommes et les femmes réagissent différemment au même type de sourire.

      Le détail de ces travaux est publié dans Scientific

      http://ici.radio-canada.ca