L’espace réactive des virus en dormance


Dernièrement, on parlait d’un virus dormant de l’herpès qui pourrait ce réactivé lors des voyages spatiaux. Maintenant, il semble qu’il y a d’autres virus comme la varicelle, mononucléose, zona et le virus Epstein-Barr, sans parler des autres risques pour la santé. Si les voyages dans l’espace sont possibles, il y a beaucoup de problèmes techniques et médicaux à résoudre
Nuage

 

L’espace réactive des virus en dormance

 

Représentation virtuelle du virus de l'herpès

Le virus de l’herpès Photo: iStock

Renaud Manuguerra-Gagné

Séjourner dans l’espace cause un stress important et entraîne des répercussions sur la santé. Or, ces changements corporels peuvent aussi profiter à des voyageurs clandestins : des virus en dormance, cachés dans les cellules de notre corps, sautent sur l’occasion pour se réactiver et se propager.

Devenir astronaute est un choix de carrière qui expose à une incroyable quantité de stress. Or, ce stress n’affectera pas que l’astronaute; des virus cachés au cœur de ses cellules ressentent aussi ce changement, et pour eux, ce signal signifie qu’il est temps de reprendre du service.

C’est ce qu’a montré une analyse de plusieurs études(Nouvelle fenêtre)réalisées par des chercheurs de la NASA, qui ont détecté des traces de certains virus de la famille des Herpesviridaedans le corps de plus de la moitié des astronautes surveillés lors de voyages à bord de navettes spatiales ou de séjours dans la Station spatiale internationale.

Ces données montrent que davantage de prévention pourrait être nécessaire lors de futurs séjours de longue durée dans l’espace ou au moment du retour sur Terre.

L’herpès, partenaire silencieux de l’humanité

Certains virus, comme l’herpès, coévoluent avec notre espèce depuis si longtemps qu’ils sont parvenus à développer des techniques pour complètement contourner nos défenses immunitaires.

Après notre premier contact avec le virus, ce dernier restera en dormance dans certaines cellules de notre corps pour toute notre vie. Les signes selon lesquels le virus est sorti de sa torpeur ne surgiront que lors de moments de fort stress ou lorsque notre système immunitaire s’affaiblit.

Le succès de cette famille de virus est si grand qu’entre 70 et 95 % de la population humaine possède l’une des huit variantes qui touchent notre espèce, parmi lesquelles on retrouve l’herpès, mais aussi la varicelle, ou les virus responsables de la mononucléose.

La prévalence de ce type d’infection ainsi que sa fâcheuse tendance à resurgir aux pires moments ont poussé les chercheurs de la NASA à vérifier à quel point ces virus pourraient affecter les astronautes lors de missions à venir.

L’émergence d’un passager clandestin

Dans l’espace, le système immunitaire des astronautes peut être malmené de plusieurs manières. Le stress, qu’il soit causé par les forces d’accélération extrêmes, par l’apesanteur ou par la perturbation du cycle du sommeil, augmente la production de deux hormones, l’adrénaline et le cortisol.

À long terme, cela entraîne une diminution de la production de certains globules blancs importants pour l’élimination des virus et bouleverse la régulation de l’inflammation.

D’autres facteurs, comme les dommages engendrés par certaines radiations ou même la diminution de l’expression de certains gènes une fois dans l’espace, peuvent aussi contribuer à la baisse d’efficacité du système immunitaire des astronautes.

Ces effets négatifs peuvent même être ressentis après le retour sur Terre, et cette période représente une occasion inespérée pour un virus en dormance.

À l’aide d’échantillons de salive, de sang et d’urine, les chercheurs ont montré que 47 astronautes sur 98 ayant participé à une mission à bord d’une navette spatiale ainsi que 14 astronautes sur 23 ayant fait un séjour dans la Station spatiale internationale présentaient une hausse de certaines particules virales.

Parmi ces virus, on retrouvait les variantes orales et génitales de l’herpès, le virus varicelle-zona ainsi que le cytomégalovirus ou le virus Epstein-Barr, deux virus responsables de la mononucléose.

La vaste majorité de ces réactivations sont demeurées asymptomatiques. Seulement six astronautes ont développé des symptômes mineurs. Les chercheurs ont aussi remarqué que la charge de particules virales augmentait avec le temps passé dans l’espace, et que ces virus continuaient d’être détectables dans les 30 jours suivant le retour sur Terre, après quoi ils retournaient en dormance.

Ces travaux montrent l’importance de préparer des traitements médicaux pour ce type d’infections, surtout dans un contexte de futures missions de longue durée sur la Lune ou vers d’autres planètes.

De plus, ce type de virus comporte aussi un risque pour les proches des astronautes une fois de retour sur Terre, surtout lorsqu’il s’agit de nouveau-nés. Pour les chercheurs de la NASA, les tests de détection rapide développés pour les astronautes seront aussi très utiles dans les hôpitaux à travers le monde.

https://ici.radio-canada.ca/

Voya­ger dans l’es­pace provoque de l’her­pès chez les astro­nautes selon la NASA


Un autre problème qu’il faudra résoudre pour les voyages spatiaux de très longues durées. Le stress semble réveiller le virus de l’herpès chez les astronautes. Sur Terre, ce virus est supprimé et éliminé par le système immunitaire, mais dans l’espace, c’est plus difficile.
Nuage

 

Voya­ger dans l’es­pace provoque de l’her­pès chez les astro­nautes selon la NASA

 

Crédits : NASA

par  Laura Boudoux

 

Des tests effec­tués par la NASA montrent que le virus de l’her­pès dormant est réac­tivé chez plus de la moitié des astro­nautes qui voyagent au sein de la navette spatiale améri­caine et de la Station spatiale inter­na­tio­nale. 

Ce phéno­mène, causé notam­ment par le stress, pour­rait deve­nir problé­ma­tique lors des missions spatiales loin­taines, précise l’agence. 

« Au cours d’un vol spatial, on constate une hausse de la sécré­tion des hormones du stress, tels que le corti­sol et l’adré­na­line, qui sont connues pour anni­hi­ler le système immu­ni­taire », explique Satish Mehta, l’au­teur de l’étudepubliée le 15 mars 2019.

Les cher­cheurs ont donc constaté « que les cellules immu­ni­taires des astro­nautes, en parti­cu­lier celles qui suppriment et éliminent norma­le­ment les virus, deviennent moins effi­caces pendant les vols spatiaux, parfois jusqu’à 60 jours après leur retour ».

C’est après avoir observé que les astro­nautes secré­taient plus d’her­pès dans leur urine et leur salive qu’a­vant ou après un voyage dans l’es­pace qu’ils ont soupçonné que le stress des vols en était la cause.

« Les astro­nautes endurent des semaines, voire des mois d’ex­po­si­tion à la micro­gra­vité et au rayon­ne­ment cosmique, sans parler des extrêmes accé­lé­ra­tions du décol­lage et du retour sur Terre », explique Satish Mehta.

Des facteurs physiques qui seraient en plus aggra­vés par « l’iso­la­tion sociale, le confi­ne­ment, et un cycle du sommeil modi­fié ». L’ap­pa­ri­tion de virus s’ac­cen­tue lorsque le séjour des astro­nautes dans l’es­pace se prolonge, ce qui pour­rait « présen­ter un risque impor­tant pour leur santé lors des missions sur Mars et au-delà ».

Sources : Phys.org/NASA

https://www.ulyces.co-

Une nouvelle manière de mesurer les signes vitaux chez les animaux


C’est une belle avancée pour prendre les signes vitaux des animaux sans pour autant les  »connecté » avec des électrodes. Ils utiles une puce près de l’animal qui enregistre des ondes sonores du rythme cardiaque et respiratoire.
Nuage

 

Une nouvelle manière de mesurer les signes vitaux chez les animaux

 

 

MATHIEU PERREAULT
La Presse

Des chercheurs américains ont réussi à mesurer les signes vitaux de petits animaux sans leur placer des électrodes sur le corps. Le stress de la pose et du port de ces électrodes introduit une distorsion importante dans nombre d’études médicales.

« Notre système peut révolutionner le suivi des signes vitaux en laboratoire ou dans leur habitat naturel », expliquaient les auteurs, des biologistes de l’Université Cornell dans l’État de New York, dans la revue Science Advances à la mi-février.

La technique consiste à placer près de l’animal une puce qui enregistre les ondes‎ sonores qu’il émet. Certaines fréquences de ces ondes correspondent aux rythmes cardiaque et respiratoire.

Les puces ont tout d’abord été testées sur un rat de laboratoire endormi dont les signes vitaux étaient aussi surveillés par des électrodes traditionnelles reliées par des files à un appareil de mesure. Les résultats étant bons, les puces ont ensuite été utilisées pour un cobaye éveillé, une tortue, un hamster, un perroquet et un poisson combattant (betta). Les résultats étaient bons pour la respiration et les battements du coeur de toutes les espèces, sauf le poisson, où seuls les battements cardiaques ont « probablement » pu être mesurés avec la puce sans fil, selon les chercheurs.

Le stress des animaux de laboratoire est une source de soucis pour plusieurs chercheurs, qui doivent en tenir compte pour interpréter leurs résultats. Les électrodes compliquent aussi l’étude des petits animaux dans leur habitat naturel.

De plus, la fourrure et les écailles compliquent la mesure des signes vitaux par les électrodes‎. Un gel est parfois appliqué dans ces cas, ce qui introduit une distorsion supplémentaire. Certains biologistes mettent les électrodes sur des muqueuses comme la bouche, mais leur conductivité électrique est variable et le stress est encore plus grand. Certains animaux doivent être anesthésiés avant d’être branchés tellement ils sont nerveux.

La mesure sans électrode pourrait éventuellement migrer vers l’homme, une transition compliquée par l’extrême précision‎ et fiabilité nécessaire dans la surveillance et le diagnostic des patients. Quelques avancées apparaissent toutefois : cette semaine dans la revue Pediatrics, des chercheurs américains décrivent un système sans fil, mais avec des électrodes des signes vitaux des bébés, ce qui facilite leurs liens avec leurs parents.

https://www.lapresse.ca/

Votre personnalité pourrait influencer celle de votre chat


Pourquoi pas ! Les chats ressentent beaucoup choses de leur humain. Alors, il me semble logique qu’ils ont des comportements parfois similaires
Nuage

 

Votre personnalité pourrait influencer celle de votre chat

 

La psychologie de votre chat dépendrait de vous.| Eric Han via Unsplash

La psychologie de votre chat dépendrait de vous.| Eric Han via Unsplash

Repéré par Jasmine Parvine

Si votre chat est agressif ou stressé, c’est peut-être de votre faute. Des recherches menées par l’Université de Nottingham Trent et celle de Lincoln ont établi un lien entre la personnalité des propriétaires de chat et l’attitude de ce dernier. Ces résultats peuvent être apparentés au phénomène des enfants qui assimilent des traits de caractère de leurs parents.

Pour cette étude, 3.000 propriétaires de chats, majoritairement britanniques, ont été interrogés. Les scientifiques ont posé des questions aux maîtres et maîtresses sur leur personnalité, ainsi que sur la santé et le mode de vie de leurs félins. Ils ont découvert que les individus avec un neuroticisme élevé –c’est-à-dire des personnes plus susceptibles de souffrir d’anxiété, de dépression, de colère et de solitude– avaient des animaux dont le comportement était semblable. Leurs chats étaient plus agressifs et craintifs, souffraient de maladies liées au stress, ainsi que des problèmes de santé continus, comme un surpoids.

Inversement, les propriétaires psychologiquement stables et en bonne santé avaient des félins plus calmes, heureux, et prospères.

Des chats considérés comme un membre de la famille

Mark Farnworth, professeur à l’Université de Nottingham Trent, explique que «de plus en plus, nous apprenons que le bien-être des animaux de compagnie dépend de la nature sous-jacente du propriétaire, et pas simplement de décisions et comportements conscients».

La Dr. Lauren Finka, co-autrice de l’étude, estime que le lien entre un animal domestique et son maître ou sa maîtresse peut être comparé à celui entre un parent et son enfant:

«De nombreux propriétaires considèrent leurs animaux de compagnie comme un membre de la famille et forment des liens sociaux étroits avec eux», déclare-t-elle au Telegraph

«Il est donc très possible que nos animaux de compagnie soient affectés par la manière dont nous interagissons avec eux et dont nous nous en occupons, et que ces deux facteurs soient à leur tour influencés par nos différences de personnalité», ajoute Lauren Finka.

De nombreuses études ont montré que des parents névrosés ont une influence négative sur l’état psychologique de leur progéniture, et qu’à l’inverse, une relation éducative basée sur la confiance et la bienveillance a des conséquences positives sur les enfants.

http://www.slate.fr/story/173961/personnalite-influence-celle-chat

Le Saviez-Vous ► 5 idées reçues sur ce qui rend nos chats heureux


Il n’y a pas un chat de pareil. Pour en avoir eu plusieurs au cours des années, ils ont tous un tempérament différent. Le plus remarquable a été Virgule, un chat roux, qui était plutôt collant, et quand il voulait des câlins, c’était du harcèlement, alors que ma Fripouille, c’est tout le contraire. C’est seulement quand elle le veut et juste sur la tête et dans le cou. Ne pas voir les signes d’agacements, gare à nos doigts
Nuage

 

5 idées reçues sur ce qui rend nos chats heureux

 

chat heureux

Ce qui nous fait plaisir à nous ne fait pas toujours le bonheur de notre chat… La preuve : voici 5 idées reçues sur ce qui rend heureux les félins.

1. Le chat aime le lait

C’est vrai, le chat aime le lait. Mais ce n’est pas toujours bon pour lui, bien au contraire. Si certains le digèrent bien à petite dose, d’autres, au contraire, ne l’assimilent plus du tout une fois devenus adultes. Allergique ou intolérant aux protéines du lait, le chat peut développer des rougeurs, démangeaisons, otites, troubles digestifs, etc.  Pour faire plaisir à son chat, mieux vaut donc lui donner un lait spécial pour chats, mais toujours avec modération.

2. Le chat aime les câlins

Certains chats sont plus câlins que d’autres. Il y en a qui détestent les câlins. Le contact physique peut même leur causer un très grand stress. Il ne faut donc jamais forcer un chat au contact. Et même si votre chat semble apprécier ces moments de tendresse, il faut savoir respecter ses humeurs et ne pas insister s’il vous fait comprendre que ce n’est pas le moment de le papouiller.

3. Le chat aime avoir une alimentation variée

On pense parfois que comme nous, les chats aiment qu’on varie leur alimentation. Mais cela n’est pas vrai : pour leur santé, il vaut mieux que leur nourriture soit toujours la même afin de leur éviter des troubles digestifs. Une alimentation adaptée à leurs besoins, mise à disposition toute la journée plutôt que fractionnée en deux repas, est recommandée.

4. Le chat aime tout ce qui est sucré

Le chat ne connaît pas la saveur sucrée donc il ne l’aime pas spécialement. En effet, dans la nature, le chat n’a pas vocation à chasser ou à manger un aliment sucré. Ses papilles gustatives sont bien différentes des nôtres. Lécher le fond d’un yaourt n’a certainement pas le même goût pour lui que pour nous, et cela ne lui procure pas le même plaisir. Mieux vaut donc ne pas lui donner de sucreries, cela sera d’autant mieux pour sa santé.

5. Le chat aime partir à l’aventure

Les chats ayant un accès à l’extérieur aiment pouvoir partir à la quête de leur environnement. Ils peuvent parcourir jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres chaque jour. Au cours de leurs périples, ils font des rencontres, chassent, mangent, dorment… Et tout cela contribue à leur équilibre. Cependant, ce n’est pas parce qu’un chat est baroudeur qu’il aime être transporté. Ne pensez pas forcément lui faire plaisir si vous décidez de l’emmener avec vous en voyage : la plupart des chats n’aiment pas qu’on change leurs habitudes. En bref, si le chat aime partir pour ses aventures, ne lui imposez pas les vôtres.

https://wamiz.com/

Les vaches pessimistes plus vulnérables au stress?


Je suis d’avis que le bien-être des animaux de la ferme est d’une grande importance. D’ailleurs d’après une étude, il y a effectivement dès le jeune âge des animaux des attitudes semblables à l’humain
Nuage

 

Les vaches pessimistes plus vulnérables au stress?

 

 

AMY SMART
La Presse Canadienne
Vancouver

Une nouvelle étude de l’Université de la Colombie-Britannique suggère que les vaches laitières présentent dès leur plus jeune âge des traits de personnalité tels que le pessimisme et l’optimisme, et que cela peut prédire leur capacité à faire face au stress.

Benjamin Lecorps, doctorant du programme sur le bien-être des animaux, soutient que l’étude a des implications pour le bien-être des bêtes, et suggère des points communs entre les humains et les animaux.

Cette étude, publiée le mois dernier dans Scientific Reports, a testé la réaction de veaux préalablement identifiés comme étant craintifs, sociables, pessimistes ou optimistes dans des situations stressantes – comme le transport d’une étable à une autre, par exemple.

M. Lecorps indique que les veaux les plus pessimistes étaient plus bruyants, et la température de leur oeil était plus élevée, un signe de stress.

L’étudiant explique que si l’optimisme a été étudié comme facteur prédictif majeur de la capacité des humains à faire face au stress – avec des implications pour leur vie sociale et leur santé mentale -, peu d’études jusqu’ici ont mis l’accent sur le pessimisme et l’optimisme chez d’autres espèces.

Benjamin Lecorps dit que les traits de personnalité ont souvent été étudiés en tant que moyenne d’une espèce ou d’un troupeau. Il estime important de considérer le bien-être individuel des animaux, car certains veaux seront plus vulnérables que d’autres aux défis.

Les résultats obtenus pourraient être utilisés afin d’aider les agriculteurs à déterminer quels animaux seront plus résilients, et leur permettre d’améliorer la santé globale sur une ferme laitière, estime le doctorant.

https://www.lapresse.ca/

Stressés par la vie quotidienne, ils paient pour être mis en prison


Ce n’est pas vraiment une prison, mais un hôtel qui offre une nuit en isolation sans téléphone, ni horloge, pour s’évader de la vie de tous les jours.
Nuage

 

Stressés par la vie quotidienne, ils paient pour être mis en prison

 

© reuters.

Par: Deborah Laurent

En Corée du Sud, certains habitants ont trouvé un moyen de faire baisser la pression. Stressés par leur travail et les exigences de la vie quotidienne, ils paient pour être mis en prison et être isolés du monde extérieur et injoignables.

Depuis 2013, l’établissement Prison Inside Me propose à ses visiteurs de les isoler pendant 24 heures. Pour 90 dollars la nuit, les gens sont enfermés dans une cellule de 5 mètres carrés sans téléphone et sans horloge. Ils portent un uniforme bleu, ils ont droit à un tapis de yoga, un service à thé, un stylo et un cahier. Ils dorment par terre. Il y a des toilettes individuelles dans cette cellule, quand même plus confortable que celle d’une prison traditionnelle.

Nog Ji-Hyang, qui a fondé l’établissement, dit avoir été inspirée par son mari qui travaillait jusqu’à 100 heures par semaine.

« Il m’a dit qu’il aimerait bien parfois aller en prison une semaine pour se reposer et se sentir mieux. »

L’idée de Prison Indide Me était née. Après un séjour dans son hôtel très particulier, les gens lui disent souvent:

« Ce n’est pas une prison. La vraie prison, c’est là où nous retournons. »

https://www.7sur7.be/

Le Saviez-Vous ► Pourquoi a-t-on du plaisir à regarder des films d’horreur?


Personnellement, j’aime bien les films d’horreur, mais pas les films pleins de sang et de carnage à ne plus finir.
Nuage

 

Pourquoi a-t-on du plaisir à regarder des films d’horreur?

Où étiez-vous quand vous avez vu « Scream » pour la première fois? © getty.

La peur est un sentiment tout à fait naturel. Que ce soit devant une araignée ou en dévalant les montagnes russes, elle sert à nous protéger face à un danger imminent. 

Entre endorphines et adrénaline

Nous cherchons à avoir peur car avec le stress et le cœur qui bat plus vite, le corps envoie une décharge d’adrénaline et produit un maximum d’endorphines, l’hormone du plaisir. En outre, le fait de combattre nos peurs en osant, par exemple, éloigner cette araignée ou en regardant un numéro de « Saw » jusqu’au bout, nous donne du courage et de la confiance en nous. Cette sensation de puissance peut être enivrante, c’est pourquoi certains adorent sauter à l’élastique ou nager avec des requins.

Un agent relaxant

Bizarrement, en cas de période de stress comme des examens à passer ou un gros projet au bureau, il peut être utile de regarder un film d’horreur. Vous oubliez ainsi vos tracas du quotidien et vous vous concentrez sur un stress concret et imminent comme le tueur qui est caché derrière le rideau. C’est l’effet catharsis. La plupart du temps, les choses rentrent dans l’ordre à la fin de l’histoire et vous pouvez vous coucher tranquille, apaisé. Enfin, pas toujours… 

 

https://www.7sur7.be/

Le Saviez-Vous ► Pourquoi le chat se dirige-t-il toujours vers la personne qui n’aime pas les chats ?


Les chats sont des animaux autonomes et n’aiment pas nécessairement avoir des contacts rapprochés avec l’humain. Les câlins peuvent devenir une source de stress pour eux. Ils préfèrent choisir le moment pour les câlins et un autre pour la tranquillité.
Nuage

 

Pourquoi le chat se dirige-t-il toujours vers la personne qui n’aime pas les chats ?

 

chat stress calins

A l’occasion de la sortie de son livre « Comprendre votre chat » aux éditions de l’Opportun, Sonia Paeleman, comportementaliste pour chats, vous propose de résoudre ce grand mystère au sujet des chats.

On a tous un jour vécu cette situation. Plusieurs personnes sont réunies au même endroit et le chat va systématiquement et le plus naturellement du monde se diriger vers la personne de l’assemblée qui aime le moins les chats, voire ne les aime pas du tout. Mais pourquoi ? Pourquoi ne pas aller tout simplement vers les personnes qui ne demandent que ça ?

Que se passe-t-il dans la tête des chats ?

Au premier abord, il est tentant de penser que le chat n’est tout simplement pas très futé et surtout pas très fin psychologue et qu’il n’a tout simplement pas la moindre idée des personnes qui réclament sa présence ou non.

Mais en réalité, le chat sait parfaitement ce qu’il fait et il se dirige dans son propre intérêt vers la personne la plus fréquentable pour lui. Et cette personne n’est pas celle qui est disponible tout de suite pour le solliciter, le gratouiller ou lui faire un gros câlin… Tout simplement car le matou n’a pas envie de ce gros câlin ou que la situation ne s’y prête pas.

Forcément, la personne qui n’aime pas les chats va rester dans son coin, garder les mains dans ses poches et représente donc la cible la plus logique pour le chat qui veut rester tranquille. C’est à ce moment précis la personne la plus rassurante pour le chat qui aura envie de venir l’explorer.

Les câlins, une source de stress pour votre chat

Outre le fait que cette situation soit un peu cocasse et récurrente, ce que tout cela souligne c’est que le chat est sensible à la manière dont il est approché et dont il est touché par les humains. Bien souvent, lorsque les humains ont envie d’entrer en interaction avec un chat, il se détermine par rapport à leur propre besoin et à leur propre envie sans se demander si cette envie est partagée ou non par le chat.

Au quotidien, le chat se retrouve très souvent dans la situation de devoir tolérer ou recevoir un contact qu’il n’avait pas forcément souhaité. Ceci peut avoir des conséquences non négligeables sur votre relation avec votre chat, mais il se trouve que c’est aussi un des facteurs de stress important pour nos animaux au quotidien.

https://wamiz.com

Ce que le corps ressent quand on a le cœur brisé


Après un chagrin d’amour, des symptômes physiques apparaissent et qui peut sembler à une crise cardiaque. Pour ce gendre de problème, il n’y a pas de pilule pour guérir. Seulement une promenade sur le bord de l’eau serait bénéfique.
Nuage

 

Ce que le corps ressent quand on a le cœur brisé

 

Partez un week-end à la mer © thinkstock.

Jeanne Poma.

Un chagrin d’amour est un grand coup de pied dans nos émotions et nos habitudes. Les manifestations sont aussi physiques.

Quand votre cœur se brise, vous avez le sentiment de perdre pied. Vous êtes abattu par les sanglots, avant de sombrer dans la mélancolie.

Les insomnies

Le premier signe sur le corps est le manque de sommeil. Vous êtes stressé, vos habitudes changent. Vous ne parvenez pas à vous calmer car le soir, vous préférez rester à l’écart mais vous réfléchissez aux évènements. Le rythme cardiaque augmente. Tout cela perturbe la routine qui vous aide à vous endormir.

Le cœur s’accélère

1 à 2 % des personnes qui ont le cœur brisé sont dans un état de stress tel qu’ils peuvent souffrir d’une crise cardiaque. Ces cas extrêmes sont traités de la même manière que les malades qui ont une insuffisance cardiaque.

Des activités positives

Malheureusement, il faut du temps pour soigner un cœur brisé et aucune pilule n’a encore été mise au point pour le guérir. Il est toutefois recommandé de s’adonner à des activités qui vous rendent heureux et qui vous détendent. Appelez un ami ou faites du yoga. Boire de l’alcool ou se goinfrer ne sont pas des solutions.

Regarder l’eau

Une étude prouve qu’une marche le long de la mer ou d’un lac aide ceux dont le cœur a été brisé. Regardez l’eau permet de réaliser inconsciemment que tout change et que demain est un autre jour. Le chagrin que vous ressentez aujourd’hui passera lui aussi.

https://www.7sur7.be/