Californie: 10 000 touristes susceptibles d’avoir attrapé un virus mortel


Un virus rare mais qui risque de faire beaucoup de victime pour ceux et celles qui ont été dans le Parc national de Yosemite en Californie. Le lieu de l’infection a été localisé donc on peut espérer que les visiteurs concernés soient avertis a temps
Nuage

 

Californie: 10 000 touristes susceptibles d’avoir attrapé un virus mortel

 

Voici les tentes dans lesquelles les visiteurs du... (Photo: Ben Margot, AP)

Agrandir

Voici les tentes dans lesquelles les visiteurs du parc auraient pu contracter le virus.

PHOTO: BEN MARGOT, AP

Agence France-Presse

Le Centre fédéral de contrôle et de prévention des maladies américain (CDC) a averti vendredi que 10 000 personnes sont susceptibles d’avoir été en contact avec un virus mortel lors de leur séjour dans le Parc national de Yosemite (Californie, ouest) cet été.

Au moins six cas de syndrome pulmonaire à hantavirus (SPH), une maladie véhiculée par la salive ou l’urine d’animaux, notamment des souris, ont été détectés et d’autres cas potentiels sont surveillés. Deux des personnes infectées sont mortes.

Toutes avaient en commun d’avoir séjourné dans le «Curry Village», une plaque tournante pour les visiteurs du spectaculaire Parc de Yosemite.

Le Service des parcs nationaux (SPN) a essayé de prendre contact avec les 2900 personnes qui avaient réservé pour séjourner dans ce camping entre le 10 juin et le 24 août. Le CDC estime qu’au total 10 000 personnes y ont séjourné: les 2900 ayant réservé, ainsi que les membres de leurs familles ou les amis qui les accompagnaient.

«Les tentes ont été désinfectées le 24 août et les visiteurs relogés. Mais les personnes ayant séjourné là entre le 10 juin et le 24 août peuvent courir le risque de développer le HPS dans un délai de six semaines», indique le CDC.

Le SPH est assez rare, mais il est très dangereux: plus d’un cas sur trois est mortel. Il se manifeste dans un premier temps par des symptômes bénins, fièvre, maux de tête, problèmes intestinaux, toux… mais il peut rapidement devenir fatal.

Il n’existe aucun traitement, une prise en charge rapide est donc indispensable pour augmenter les chances de survie des patients.

Depuis que la maladie a été identifiée en 1993, une soixantaine de cas ont été diagnostiqués en Californie et 587 au total aux Etats-unis. Plus d’un tiers des malades en sont morts.

http://www.lapresse.ca

Etats-Unis : un virus mortel dans le parc de Yosemite


Quand la nature rend malade ! Un parc très connu aux États-Unis est au prise avec un problème de taille d’un virus que peut attraper l’être humain et qui peut s’avérer mortel .. C’est dommage car de parc national de Yosemite, d’après les multiples photos, documentaires est un des plus beaux parc de l’Amérique du Nord
Nuage

 

Etats-Unis : un virus mortel dans le parc de Yosemite

 

Yosemite

Le parc national de Yosemite, en Californie. Photo : Peter Barritt/SUPERSTOCK/SIPA

 

Un syndrome pulmonaire à hantavirus, transmis par des rongeurs, sévit actuellement dans le Parc de Yosemite, aux Etats-Unis.

 

Aux Etats-Unis, le parc national de Yosemite est connu pour ses paysages, ses chutes d’eau et sa faune spectaculaire. Avec plus de 3,5 millions de touristes le fréquentent chaque année, il est, avec le Grand Canyon du Colorado et les Great Smoky Mountains, l’un des sites naturels les plus visités du pays.

Mais une affaire sanitaire pourrait bien entacher la réputation du parc : le Département de Santé publique de Californie (DSPC) a lancé une alerte jeudi suite à la contamination de six touristes par un virus rare. Deux jours auparavant, deux des six visiteurs étaient décédés de ce qui semblerait être un syndrome pulmonaire à hantavirus (SPH).

Une maladie rare

Le SPH est assez rare mais il est très dangereux. Transmis en respirant de fines particules de salive ou d’urine de rongeurs (ou de la saleté et de la poussière en contenant), il se manifeste dans un premier temps par une simple fièvre et des douleurs mais peut rapidement devenir mortel si la pression artérielle chute de façon anormale et que les poumons se remplissent de liquide.

Une prise en charge médicale rapide est cruciale pour limiter ses effets car les symptômes peuvent survenir jusqu’à six semaines après l’incubation. C’est pourquoi le Service des parcs nationaux a écrit aux quelque 2.900 personnes ayant séjourné dans la zone de campement de Boyston entre le 10 juin et le 24 août, pour les inciter à surveiller l’apparition de ces symptômes.


Des centaines de cas diagnostiqués

Selon le Los Angeles Times,  les autorités du Parc de Yosemite ont même fait fermer 91 cabanes dans une partie du « Curry Village », un lieu de repos pour les visiteurs souhaitant séjourner dans la vallée.

Le chef du DSPC, Ron Chapman, a indiqué que ses services ainsi que ceux du Service des parcs nationaux collaboraient avec les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies afin d’enquêter sur la réapparition de cette maladie, déjà connue dans la région, et de « réduire le risque que d’autres visiteurs puissent le contracter ».

Un tiers des cas sont mortels

« Le DSPC continue à suivre les cas de syndrome pulmonaire à hantavirus concernant des visiteurs du parc national de Yosemite », a-t-il affirmé.

Depuis que la maladie a été identifiée en 1993, une soixantaine de cas ont été diagnostiqués en Californie et 587 au total aux États-Unis. Près d’un tiers des cas ont été mortels.

http://www.metrofrance.com