Deux clients d’un spa contractent le VIH après un soin du visage « vampire »


N’importe quoi ! Il y a des personnes qui devraient mieux s’abstenir d’influencer les autres. L’idée d’un soin du visage avec son propre plasma est grotesque. En plus, le spa en question au Nouveau-Mexique ne semble pas appliquer les normes élémentaires sur l’usage des aiguilles, car il semble que ce soit par les aiguilles que des femmes auraient contracté le virus du VIH
Nuage

 

Deux clients d’un spa contractent le VIH après un soin du visage « vampire »

 

Crédits : Kim Karda­shian/Insta­gram

par  Mathilda Caron

 

À Albuquerque, au Nouveau-Mexique, deux client·es d’un spa ont contracté le VIH après avoir fait un « soin du visage vampire », rappor­tait BuzzFeed News le 30 avril.

Selon les méde­cins, des tests ont révélé qu’ils·elles avaient été infec­té·es par la même souche du virus, augmen­tant ainsi la proba­bi­lité que ces infec­tions résultent d’une inter­ven­tion au spa.

La tendance du « Vampire Lift » est appa­rue en 2013, après que Kim Karda­shian West a posté une photo sur les réseaux sociaux, le visage couvert de sang. Ce soin consiste à se réinjec­ter son propre sang dans le visage, car le plasma présent dans celui-ci aide­rait à régé­né­rer la peau selon ses créa­teurs.

Selon le dépar­te­ment de la Santé du Nouveau-Mexique, le salon a fermé en septembre 2018, suite à une inspec­tion qui a révélé un problème de mani­pu­la­tion des aiguilles. Plus de 100 client·es ayant reçu ces injec­tions ont été dépis­té·es pour le VIH.

« Le dépis­tage est impor­tant pour tout le monde car il existe des trai­te­ments effi­caces contre le VIH », a déclaré Kathy Kunkel, secré­taire du cabi­net.

https://www.ulyces.co/

Une journée surprise pour les sans-abris


Beaucoup sont devenu SDF pour diverse raison, ce qu’ils ont en commun, c’est qu’ils ont tout perdus et ne sont pas arrivés à remonter la pente. Le plus dur pour un SDF, c’est d’être invisible aux yeux des autres. On ne les traite pas comme des humains, on les ignore. Les gens de Prank It FWD veulent changer les choses. Ils ont fait une journée tout à fait spéciale pour un groupe de sans-abris. Une journée qui les change du tout au tout. Une journée ou ils peuvent enfin se trouver beaux
Nuage

 

Une journée surprise pour les sans-abris

Génétic, un chat d’une grande rareté découvert au Canada


Apercevoir un chat avec une fourrure ayant 3 couleurs (dite écaille de tortue) on peut dire sans se tromper que c’est une femelle, enfin presque, car il y a de rares cas, que c’est un mâle
Nuage

 

Génétic, un chat d’une grande rareté découvert au Canada

 

chat mâle écaille de tortue

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : SPA Mauricie

Génétic, c’est le nom qui a été donné à un chat errant recueilli par la SPA de la Mauricie au Canada le 11 juillet dernier. Très vite, l’équipe du refuge a découvert que ce beau félin au pelage écaille de tortue dilué n’était pas comme les autres.Génétic est en effet un mâle, or 99,9 % des chats écaille de tortue sont des femelles.

Une question de chromosomes

L’adorable Génétic doit sa différence à une mutation génétique. Les chats mâles, comme les hommes, n’ont qu’un seul chromosome X dans leur ADN, tandis que les femelles en ont deux. Or c’est de ce chromosome que dépend la coloration. C’est pourquoi la naissance de chats mâles présentant un tel mélange de teintes est normalement impossible.

« Nous avons ici le résultat d’une rare mutation génétique que présente l’ADN de Génétic. Il est donc un véritable mâle sans aucune présence d’organes femelles comme en sont pourvus les rares chats portant cette caractéristique » explique la SPA de la Mauricie dans un communiqué.

S’il existe dans le monde plusieurs spécimens présentant cette rare mutation –un chaton écaille de tortue magnifique a notamment été découvert au début de l’année en Californie – le vétérinaire du refuge a affirmé qu’il n’en avait encore jamais vu. C’est lorsqu’il a réalisé la stérilisation de Génétic qu’il a découvert que l’animal n’était pas hermaphrodite.

chat mâle écaille de tortue

Comme tous les animaux du refuge, Génétic a été vacciné et vermifugé. Il n’attend plus désormais qu’une chose : une famille aimante qui saura prendre soin de lui jusqu’à la fin de ses jours. Sa rareté attirera certainement nombre de curieux et amoureux des chats, mais les bénévoles s’assureront de le laisser entre de bonnes mains.

http://wamiz.com/

Animaux maltraités pour leur fourrure


Quand on élève des animaux dans le seul but de prendre la fourrure et qu’en plus dans des conditions pitoyables est horrible Et le Canada n’a pas à être très fier du traitement qu’il fait aux animaux
Nuage

 

Animaux maltraités pour leur fourrure

 

Anne Caroline Desplanques

 

Loin d’être exceptionnelle, la cruauté envers les animaux à fourrure serait généralisée dans l’industrie, dénonce la SPCA qui lance une fronde nationale contre les éleveurs à coup d’images-chocs tournées d’un bout à l’autre du Canada.

Des visons qui se dévorent entre eux, confinés dans des cages minuscules qui grouillent d’asticots. Des renards qui s’arrachent des touffes de poils dans le noir, recroquevillés au fond de cages souillées d’excréments.

C’est le triste tableau que brossent la SPCA de Montréal et l’Association pour la protection des animaux à fourrure (APFA) après avoir visité des fermes au Québec, mais aussi en Colombie-Britannique, en Ontario et en Nouvelle-Écosse.

Après s’être portée à la défense des renards et des visons d’une ferme de Saint-Jude, près de Ste-Hyacinthe, en août, la SPCA de Montréal a voulu savoir si tous les animaux élevés pour leur fourrure au pays étaient traités de façon similaire.

Selon Alanna Devine, directrice de la défense des animaux à la SPCA de Montréal, la réponse est positive.

«Les animaux élevés sur des fermes à fourrure passent la totalité de leur vie confinés dans des cages dénudées au fond grillagé et sont forcés de vivre et de mourir dans des conditions qui ne répondent pas à leurs besoins comportementaux et physiologiques de base», explique Adrian Nelson, le porte-parole de l’APFA.

Standards

«Ces conditions de vie sont légales et considérées normales dans l’industrie. Ce sont des conditions standards», renchérit Mme Devine.

Mais le Conseil canadien de la fourrure (CCF) se défend de toute maltraitance envers les bêtes.

«La seule façon d’obtenir des fourrures de qualité c’est de prodiguer de bons soins aux animaux. C’est le meilleur incitatif pour l’éleveur de respecter ces normes: les éleveurs qui négligent leurs animaux ne resteront pas en affaires longtemps», insiste-t-il.

Marchandise

Habitué à être la cible des activistes animaliers, le CCF estime que ces groupes utilisent l’industrie de la fourrure injustement pour recueillir des fonds.

«Ils fonctionnent plutôt comme des machines bien huilées à faire de l’argent et à diffuser de la propagande, investissant des millions dans des campagnes médiatiques», insiste le CCF.

Mais, à titre d’avocate, Mme Devine souhaite plutôt que de telles campagnes, en plus de conscientiser les consommateurs, motivent des changements légaux qui protègeront les bêtes:

«Les animaux élevés sur des fermes à fourrure ne bénéficient pas d’une protection juridique suffisante : la loi et l’industrie de la fourrure les considèrent comme des marchandises», indique-t-elle.


  • 3 millions d’animaux sont tués pour leur fourrure au Canada, chaque année
  • 85% sont des visons et des renards élevés en captivité
  • 85% des vêtements en fourrure canadiens sont fabriqués à Montréal

Source: Institut de la fourrure du Canada

http://www.journaldequebec.com/

10 idées reçues sur les chiens de refuge


Quand il est question d’avoir un animal de compagnie .. pourquoi ne pas aller dans un refuge .. Ils sont des animaux de toutes provenances, avec des tempérament différents ..
Nuage

 

10 idées reçues sur les chiens de refuge

 

 

Sans maîtres mais pas sans espoir, les chiens recueillis par des refuges comme ceux de la SPA doivent lutter contre de fortes idées reçues à leur sujet.

Voici une liste de 10 croyances sur les chiens proposés à l’adoption qui ont la vie dure :

Ces chiens sont dans un refuge parce qu’ils ne sont pas de bons chiens.

Tous les chiens proposés à l’adoption ne sont pas des chiens qui se comportaient mal : beaucoup y sont parce que leurs maîtres ne pouvaient plus assumer les coûts, d’autres parce que leur propriétaire, âgé, est décédé.

Ces chiens ont des problèmes de socialisation.
Il y a bien entendu des chiens qui ont souffert de maltraitance ou de manque de soin, mais cela ne signifie pas qu’ils sont incapables de s’adapter à un foyer aimant.

Tous les chiens de refuge ont connu la violence.
Beaucoup de chiens ont simplement été abandonnés parce qu’ils devenaient encombrants, trop chers à entretenir, trop bruyants… mais certainement pas violents.

Les chiens qui ont été maltraités doivent être gâtés.
Le chien a besoin d’un équilibre ; il doit savoir que vous êtes le dominant et qu’il est le dominé. Vous pouvez parvenir à cela avec la méthode de la récompense et l’affection qu’il faut, sans en faire trop.

Les chiens de refuge ont des problèmes de santé.
Les bénévole de la SPA prennent soin de la santé des animaux et veillent à leur bien être.
Lorsque vous les adoptez, ils ont une puce électronique et sont castrés ou stérilisés. (La puce n’est pas installée dans tous les refuges)

Ces chiens sont au refuge pour une bonne raison.
La plupart du temps il s’agit juste d’un maître qui a adopté un chien sans se rendre compte des responsabilités qu’il impliquait : un chien demande du temps, de l’argent, et beaucoup d’amour.

Ce ne sont pas des chiens de race.
Toutes sortes de chiens sont abandonnés, les refuges ne se contentent pas de recueillir les chiens errants.

Ces chiens viennent de la rue.
Tous les maîtres n’ont pas l’inconscience d’abandonner leur animal sur une aire d’autoroute ou en pleine rue. La plupart prennent leur responsabilité et amène leur chien directement au refuge.

Les chiens de refuge ne sont pas éduqués.
Beaucoup de chien de refuge, même s’ils ont été abandonnés, ont reçu une éducation. En outre, les bénévoles veillent à ce qu’ils reçoivent un minimum de sociabilisation.

Ces chiens ont l’air malheureux.
C’est surtout qu’ils ont besoin d’affection. Si vous savez montrer à un chien adopté que vous l’aimez, il vous le rendra tout au long de sa vie !

http://wamiz.com

Surpopulation de chats : une lutte constante


Je lève mon chapeau a ceux qui font des journées de stérilisation gratuite pour les chats … Cependant, je pense que beaucoup de gens sont sensibilisé a la stérilisation mais souvent c’est une question de coût qui les arrêtent .. Aussi certains pensent que les conséquences sont moins grave si les mâles ne sont pas stérilisé … alors qu’en fait il est aussi important de stérilisé le mâle et la femelle Mais c’est aussi un excellent moyen pour mettre en pratique ce qu’ils apprennent dans leur techniques de santé animale
Nuage

 

Surpopulation de chats : une lutte constante

 

Surpopulation de chats : une lutte constante

Photo Archives Agence QMI

La première année un couple de chats non stérilisés aura engendré jusqu’à 12 chatons. Mais, l’effet multiplicateur est tel, qu’au bout de quatre ans, le nombre de chats dépassera les 20 000.

 

Imaginez lorsqu’on dit qu’un chat a neuf vies ! La légende a pris tout son sens lors de la journée nationale de la stérilisation animale, qui avait lieu mercredi à Sherbrooke.

La SPA de l’Estrie,  les vétérinaires de la région et le Cégep de Sherbrooke ont tenu une journée de stérilisation gratuite de chats, dédiée aux gens à faible revenu.

«C’est une journée spéciale au cours de laquelle nous aurons stérilisé jusqu’à une centaine de chats. Plusieurs vétérinaires de la région ont fait des dons à la Fondation du Cégep de Sherbrooke pour permettre la tenue de cette activité de sensibilisation», a expliqué la vétérinaire et enseignante responsable, Martine Nadeau. Comme la chirurgie était gratuite, la majorité des gardiens ont été recrutés par la Coalition des travailleurs de rue.

Les étudiants de programme Techniques de santé animale en ont eu plein les bras. De la préparation à la chirurgie, en passant par les soins postopératoires, les salles de cours ont été transformées en véritable clinique.

«La stérilisation aide à empêcher la surpopulation et la propagation de certaines maladies», a expliqué le vétérinaire et enseignant, Luc Savard.

Les vétérinaires et étudiants partageait le même objectif, soit de faire la promotion de la stérilisation des animaux de compagnie.

«On ne le réalise pas. Il est impossible de trouver assez de foyers pour faire adopter tous ces chats. Imaginez ce qui leur arrive. C’est l’euthanasie», de dire Mme Nadeau.

Pas moins de 2500 chats ont été euthanasiés en 2012 par la SPA de l’Estrie et 800 l’ont été, faute d’avoir trouvé une famille d’accueil. Au Québec, entre six et neuf animaux par tranche de mille habitants sont adoptés chaque année. En Estrie, la moyenne d’adoption est de 9,2 par tranche de mille habitants.

«Tous les refuges débordent de chats. Il y a une limite à la capacité d’adoption», s’est désolé la responsable des communications de la SPA de l’Estrie, Cathy Bergeron.

«J’ai trois chats dont la mère qui est enceinte pour une deuxième fois en 5 mois», nous a confié un propriétaire rencontré lors de l’activité. «J’aime mes animaux», a-t-il renchéri.

Si l’activité a permis d’accroître la sensibilisation, elle aura aussi plongé les étudiants de 3e année de Techniques de santé animale dans un milieu d’apprentissage très concret.

http://fr.canoe.ca

Société protectrice des animaux Formation au zoo de Granby: comment capturer un serpent?


Même si les serpent dangereux ne sont pas commun chez nous, on sait que certaines personnes possèdent des reptiles dans leur demeures et comme nous l’avons aussi déjà vue des serpents ont pris la clé des champs .. Mais voilà, attraper un serpent n’est pas comme attraper un chat .. il faut une formation et je pense que c’est une excellente initiative du Zoo de Granby et de l’SPA
Nuage

 

Société protectrice des animaux

Formation au zoo de Granby: comment capturer un serpent?

 

Formation au zoo de Granby: comment capturer un serpent?

Crédit photo : Agence QMI

Agence QMI

Une formation peu ordinaire a eu lieu vendredi au zoo de Granby, en Montérégie, alors que des agents de la Société protectrice des animaux (S.P.A.) ont été formés pour capturer des serpents.

C’était la première fois qu’une telle formation était donnée dans le célèbre établissement animalier.

Karl Fournier, chef du département des soins animaliers au zoo, a expliqué que c’est à la suite d’une demande de la S.P.A. des Cantons que le personnel du zoo de Granby a préparé la formation sur mesure pour l’organisme.


(Crédit photo: Agence QMI)

«Même si ce n’est pas courant, ça peut en effet faire partie de leur mandat. Les agents peuvent être moins à l’aise à intervenir en cas de capture», a fait savoir Karl Fournier.

«Le principal objectif de la formation était donc les outiller pour qu’ils aient les ressources nécessaires pour intervenir dans des situations similaires.»

Sylvain Fortin, gardien du zoo de Granby spécialisé en espèces exotiques, s’est donc chargé de former les agents de la S.P.A. des Cantons lors de la formation qui a duré quatre heures.

«Il fallait leur montrer avant tout comment prévenir le côté dangereux de l’intervention», a ajouté M. Fournier.

En plus de la partie théorique, les élèves devaient se pratiquer avec de vrais serpents. Les reptiles n’étaient toutefois pas venimeux puisque le zoo de Granby n’en héberge plus sur son site depuis quelques années.

M. Fournier a tenu quand même à rassurer la population concernant la tenue d’une telle activité de prévention.

«Ce n’est pas parce qu’on forme des agents qu’il y a nécessairement une augmentation de la population de serpents», a tenu à préciser le chef du département des soins animaliers.

Il s’est dit quand même surpris de l’intérêt qu’a la population envers cette espèce qu’il qualifie de «malaimée».

«Le fait qu’on donne une formation sur la capture d’une espèce possiblement venimeuse peut en effet créer un engouement. Les gens ont beaucoup de mauvaises perceptions et surtout, beaucoup de craintes», a-t-il ajouté.

Même s’il est rare que les serpents s’introduisent rarement dans les résidences, Karl Fournier a indiqué que la population doit contacter les autorités si jamais une telle situation se présentait.

Il a également rappelé l’importance de garder une bonne distance entre le serpent et l’individu puisque ce sont des animaux qui peuvent se mettre en position d’attaque s’ils se sentent menacés.

«Il faut se tenir loin du spécimen. Lorsqu’il est confiné dans un endroit, on ne sait pas comment le serpent peut réagir. Il peut chercher à fuir ou encore à mordre», a conclu Karl Fournier.

http://tvanouvelles.ca