Le Saviez-Vous ► 38 remèdes de grand-mère qui fonctionnent vraiment


Nos grands-mères avaient leurs propres remèdes. Ils ne sont pas tous efficaces, mais certains ont été approuvés par des études scientifiques. Cependant certains remèdes comme des aliments, des herbes dépendant de la qualité.
Nuage


38 remèdes de grand-mère qui fonctionnent vraiment

Essayez l'huile de clou de girofle comme remède de grand-mère pour vos douleur gingivale ou dentaire.GAYVORONSKAYA_YANA/SHUTTERSTOCK

Jen Mccaffery et Tina Donvito avec Jeanne Moncada

Remèdes de grand-mère, vraiment? Du miel pour les blessures, des cerises pour la goutte, de l’huile de foie de morue – berk! – pour la vue: votre grand-mère et ses médecins ne juraient que par ces remèdes maison, et la science moderne leur donne raison.


Au cours des dernières années, des centaines d’études en ont confirmé les vertus. Bien sûr, ils ne sont pas tous efficaces, aussi notre liste ne contient-elle que des traitements ayant fait leurs preuves. N’oubliez pas que même les produits naturels peuvent interagir avec des médicaments. Si vous prenez des pilules régulièrement ou souffrez d’une maladie chronique, consultez un médecin avant d’essayer quoi que ce soit.

Taches brunes: le babeurre

Ce riche dérivé du beurre contient de l’acide lactique et de l’acide ascorbique. Il pâlit efficacement les taches de vieillesse. Appliquez-le avec de l’ouate et rincez à l’eau claire après 20 min.

Allergies: la vitamine C

En plus de combattre le rhume, c’est aussi un antihistaminique naturel. Pas moins de 74 % des participants à une étude qui avaient inhalé de la vitamine C en aérosol ont déclaré que leur nez s’était dégagé, contre 24 % des sujets ayant utilisé un placebo.

Mal de dos: la consoude

Cette plante médicinale est employée depuis des siècles contre les douleurs articulaires et musculaires. Une étude sur 215 patients a établi que l’application d’un concentré de consoude en crème dans le haut et le bas du dos atténue la douleur musculaire. Se trouve dans les magasins de produits naturels et en pharmacie.

Ampoule: la vaseline

Une ampoule, c’est douloureux, et le frottement aggrave les choses. Après l’avoir nettoyée à l’eau et au savon, réduisez le risque de friction en la couvrant de vaseline sous bandage.

Piqûres d’insecte: la farine d’avoine

Elle apaise les démangeaisons depuis l’antiquité gréco-romaine. Sa réputation a un fondement biologique, notamment pour une variété spécifique, l’avoine Rhealba. On trouve des crèmes à l’avoine dans toutes les pharmacies; et on peut fabriquer soi-même une pâte avec des parts égales d’avoine et d’eau. Appliquez sur la peau irritée ou la piqûre d’insecte et rincez après 10 minutes.

Remedes.SHUTTERSTOCK

Brûlures: l’aloes

L’aloès dissipe la sensation de brûlure. Une étude a même prouvé qu’il était plus efficace que tout autre traitement pour les brûlures au deuxième degré. Veillez à l’employer pur, sans parfum. Si vous possédez une plante, cassez tout simplement une feuille et appliquez son suc sur la peau brûlée. Si la lésion est grave, voyez un médecin.

Cals et cors: l’aspirine

Pour ramollir un cor, il suffit de réduire cinq ou six comprimés en poudre fine et de la dissoudre dans une demi-cuillerée à café de jus de citron et le même volume d’eau. Étendez cette pâte sur la partie épaisse de la peau, couvrez-la d’un film plastique puis d’une serviette chaude. Retirez le tout après 10 min et frottez doucement avec une pierre ponce jusqu’à ce que la peau se détache. Seule contre-indication: une allergie à l’aspirine.

Aphte: le lait de magnésie

Les aphtes sont des ulcères buccaux qui peuvent être causés par une infection virale ou une blessure. Pour apaiser la douleur, rincez-vous la bouche avec du lait de magnésie ou appliquez-en sur l’aphte trois ou quatre fois par jour.

Les graines de lin, un atout santéSHUTTERSTOCK

Constipation: les graines de lin moulues

C’est à croire que la nature a conçu les graines de lin pour soulager la constipation. Elles sont très riches en fibres solubles et insolubles qui donnent du volume aux selles et stimulent la croissance des bonnes bactéries. Elles sont aussi une bonne source d’acides gras oméga 3 végétaux qui ramollissent les selles et favorisent le transit intestinal. Ajoutez-en deux ou trois cuillerées à soupe par jour à un régime déjà riche en fibres. Conseil: les graines de lin sont fragiles, elles s’oxydent vite. Conservez-les au réfrigérateur.

Toux: la tisane au thym

Le thym est un expectorant naturel qui décontracte les voies respiratoires et liquéfie le mucus. En association avec la primevère ou le lierre, il réduit la fréquence et la durée des quintes de toux. Pour faire une tisane, mettez deux cuillerées à soupe de thym frais (ou une cuillerée à soupe de thym sec) dans une tasse d’eau chaude, laissez infuser, puis tamisez. Sucrez au miel, si désiré. Vous pouvez aussi ajouter un trait de citron. Conseil: optez pour des ingrédients bio.

Diarrhée: la tisane de mûres

Les mûres contiennent beaucoup de tannins, substances qui tendent à resserrer les muqueuses intestinales. Elles sont employées depuis longtemps contre la diarrhée. Faites-en de la tisane en plongeant une ou deux cuillerées à soupe de mûres fraîches ou surgelées ou encore de feuilles séchées dans une tasse et demie d’eau que vous laisserez bouillir 10 min avant de tamiser. Buvez-en plusieurs fois par jour. On trouve de la tisane aux mûres dans le commerce ; assurez-vous qu’elle contient des feuilles de mûre, et pas seulement un arôme.

Essayez le concombr comme remède de grand-mère contre la fatigue oculaire.TANYA STOLYAREVSKAYA/SHUTTERSTOCK

Fatigue oculaire: le concombre

Étendez-vous sur le dos et posez une tranche de concombre d’environ un demi-centimètre d’épaisseur sur chaque œil fermé. Le concombre contient des antioxydants qui contribuent à atténuer l’enflure et la douleur. Changez les rondelles toutes les deux ou trois minutes pendant un quart d’heure.

Pieds malodorants: l’huile essentielle de lavande

Non seulement elle sent bon, elle possède aussi des propriétés germicides. Avant d’aller au lit, versez quelques gouttes sur vos pieds et massez pour faire pénétrer. Portez des chaussettes pour ne pas tacher les draps.

Reflux gastro-œsophagien et brûlures d’estomac: l’extrait d’artichaut

Les feuilles d’artichaut contiennent de l’acide caféoylquinique qui stimule la sécrétion de bile et atténue donc les nausées, rots, ballonnements et autres symptômes du reflux gastro-œsophagien et des brûlures d’estomac. Comme ces feuilles ne sont que partiellement comestibles, achetez des capsules d’extrait d’artichaut.

Goutte: les cerises

Les personnes qui consomment une vingtaine de cerises par jour sont moins sujettes aux crises de goutte, selon une étude sur 633 patients souffrant de cette maladie. Ces drupes contiennent des substances qui aident à neutraliser l’acide urique. Les tisanes de queue de cerise sont également un diurétique efficace.

La médecine ayurvédique, née en Inde, est reconnue pour ses multiples bienfaits depuis des millénaires.SHUTTERSTOCK

Maux de tête: l’huile essentielle de menthe poivrée

Elle rafraîchit la peau et atténue la douleur d’un mal de tête dû à la tension aussi bien que le paracétamol. Mélangez-en quelques gouttes à de l’huile d’olive pour ne pas irriter la peau, puis massez délicatement le front et les tempes.

Hoquet: le sucre en poudre

Une cuillerée de sucre fait passer plus facilement les remèdes amers, mais s’agissant du hoquet (contractions du diaphragme), c’est le remède. L’explication est avant tout mécanique: avaler des cristaux de sucre vous oblige à déglutir plus fortement que d’habitude, et ça décontracte le diaphragme et donc stoppe les spasmes.

Indigestion: le fenouil

Les minuscules graines que les restaurants indiens servent souvent dans des bols proviennent du fenouil. Ellescontiennent des agents carminatifs qui expulsent les gaz des intestins. Mâchez-en une pincée pour prévenir les rots de digestion.

De la valériane pour un sommeil régénérateur. SHUTTERSTOCK

Insomnie: la valériane

La valériane est une herbe qui accélère l’assoupissement sans vous «assommer» comme certains somnifères. Elle se lie aux mêmes récepteurs cérébraux que les tranquillisants habituellement prescrits. Prenez une demi à une cuillerée de teinture de valériane ou deux capsules de racine de valériane 30 min avant le coucher.

Douleur articulaire: le thé vert

Un puissant antioxydant du thé vert, le gallate d’épigallocatéchine (EGCG), peut apaiser la douleur articulaire et l’inflammation arthrosique. Deux ou trois tasses par jour sont idéales.

Calculs rénaux: le jus de citron

La plupart des calculs se forment quand l’oxalate — molécule qu’on trouve dans les épinards, le son et les frites, entre autres — s’accumule dans l’urine et «colle» au calcium, donnant des cristaux. Boire au moins 125 ml de jus de citron par jour peut être utile parce que l’acide citrique empêche la cristallisation des molécules de calcium et d’oxalate à l’origine des calculs. Le Dr Olivier Traxer, urologue à Paris et membre du comité «lithiase urinaire» de l’Association française d’urologie recommande également le verre de jus d’orange du matin. Prendre un grand verre d’eau citronnée pour commencer la journée est une habitude quotidienne qui peut vous faire du bien.

SHUTTERSTOCK

Lèvres gercées: l’huile d’olive

Quand vous avez des gerçures, badigeonnez vos lèvres d’huile d’olive. Ce lubrifiant naturel adoucit et hydrate la peau, de même que toute autre huile végétale d’ailleurs.

Symptômes de la ménopause: l’hypnose

Selon un article publié dans Menopause, des femmes qui ont suivi cinq séances d’hypnose par semaine ont éprouvé 74 % de bouffées de chaleur de moins que le groupe témoin pendant les 12 semaines de l’expérience. Mieux, elles ont déclaré que les bouffées dont elles souffraient étaient moins fortes qu’auparavant.

Nausée: le gingembre

Le gingembre peut atténuer les nausées dues à la chimiothérapie, à la grossesse ou au mal des transports. On suppose qu’il agirait en bloquant, au niveau de l’intestin, l’action de la sérotonine à l’origine de certaines nausées. Il stimule peut-être aussi la sécrétion d’enzymes qui favorisent la digestion. Buvez de la tisane au gingembre ou encore mâchez de la racine de gingembre confite.

Douleur cervicale: la digitopression

Avec le pouce ou le bout des doigts, exercez une pression constante sur la zone douloureuse du cou pendant trois minutes. Il est prouvé que cette pression suffit à relâcher les muscles contractés, donc à atténuer la douleur

.

Essayez le soja comme remède de grand-mère contre l'ostéoporose.SOMRAK JENDEE/SHUTTERSTOCK

Ostéoporose: le soya

Selon une méta-analyse de diverses études effectuées à l’université de Caroline du Nord (États-Unis), les personnes qui mangent beaucoup d’aliments riches en soya ont une ossature plus saine et subissent moins de fractures. On ne connaÎt pas encore quels composés produisent cet effet, mais parmi les bonnes sources de protéines de soya, on peut citer les graines et le lait de soya, le miso, le tempeh et le tofu.

Psoriasis: la capsaïcine

C’est ce qui rend le poivre de Cayenne si brûlant, et des recherches ont démontré que, en crème, elle tend à apaiser les démangeaisons psoriasiques.

Feu du rasoir: l’avocat

L’avocat est riche en vitamines et en huiles qui adoucissent et hydratent la peau, atténuant l’échauffement dû au rasage. Appliquez de la pulpe broyée ou de l’huile d’avocat directement sur la peau irritée.

EUCALYPTUS.SHUTTERSTOCK

Sinusite: l’huile d’eucalyptus

Traitez vos sinus congestionnés à la vapeur. Mettez quelques gouttes d’huile d’eucalyptus dans une casserole d’eau, portez à ébullition et retirez du feu. Couvrez-vous la tête et les épaules d’une serviette, puis penchez-vous au-dessus de la casserole. Tenez votre visage à une cinquantaine de centimètres de l’eau et inhalez profondément. La vapeur fera pénétrer des gouttelettes d’huile dans vos sinus et atténuera la congestion. Des études ont révélé que le principal composé de l’huile d’eucalyptus, le cinéol, favorise une guérison plus rapide de la sinusite aiguë.

Mal de gorge: la tisane de marrube

Le marrube est une plante apparentée à la menthe qui réduit l’enflure et l’inflammation des tissus de la gorge tout en diluant le mucus qui l’encombre, ce qui facilite son expectoration. Pour une tisane, laissez infuser deux cuillerées à café de marrube frais haché dans une tasse d’eau bouillante 10 min, puis tamisez.

Douleur gingivale ou dentaire: l’huile de clou de girofle

L’huile de clou de girofle peut parfois calmer la douleur d’une inflammation dentaire. Elle possède des propriétés bactéricides et anesthésiques. Mélangez à un peu d’huile d’olive pour éviter toute irritation et gargarisez-vous.

Bienfaits et vertus des canneberges pour prévenir les infections urinaires.SHUTTERSTOCK

Infection urinaire: le jus de canneberges

Une étude sur 373 femmes souffrant d’infections urinaires à répétition a montré que celles qui buvaient un verre de jus de canneberges (cranberry) par jour avaient réduit le nombre d’infections de 40 % par rapport à celles qui prenaient un placebo. D’autres études ont eu des résultats moins clairs, mais on pense qu’un composé de ce jus empêche les bactéries d’adhérer aux parois urinaires.

Troubles de la vue: l’huile de foie de morue

Cette huile est non seulement riche en vitamine D, mais aussi en acides gras oméga 3 qui augmentent l’irrigation sanguine des yeux et réduisent le risque de glaucome et, peut-être aussi, de dégénérescence maculaire. Prenez-en une cuillerée à café par jour. Consommer de l’huile de foie de morue est l’une des 8 façons de manger plus d’aliments riches en vitamine D.

Verrue: le sparadrap

Une étude a constaté que couvrir une verrue de sparadrap et le remplacer tous les six jours avait un effet supérieur de 25% à celui de la cryothérapie, pour nettement moins cher.

SHUTTERSTOCK

Blessures: le miel

Depuis l’Antiquité égyptienne, on applique du miel sur les blessures. Il est d’ailleurs régulièrement utilisé au Centre hospitalier universitaire de Limoges pour soigner les blessures qui cicatrisent mal. À l’état pur, le miel contient une enzyme, la glucose-oxydase, qui induit une réaction chimique dégageant du peroxyde d’hydrogène, un antiseptique. La puissance antibactérienne variant beaucoup d’un miel à l’autre, on recommande le miel de manuka néozélandais, qui contient un autre composé accroissant son efficacité. Appliquez-le directement sur la blessure toutes les 12 à 24 heures et couvrez-la de gaze stérile.

Candidose: le sel de mer

Remplissez la baignoire d’eau tiède, versez-y une tasse de sel marin et prenez un long bain pour calmer les démangeaisons et la douleur.

Essayez l'huile de theier comme remède de grand-mère contre votre acné.ISTOCK/CHRISTOPHER AMES

Acné: l’huile de théier

D’après une étude, un gel à 5 % d’huile de théier est aussi efficace contre les poussées d’acné qu’une lotion de peroxyde de benzoyle à 5 %, avec moins d’effets secondaires.

https://www.selection.ca/

Consommez-vous trop de protéines?


Dans la viande, il y a beaucoup de protéines et ces protéines sont complètes, mais ce que l’on mange en un seul repas de viande contient trop de protéines surtout s’il faut partager environs 1 gr/kilo de protéine dans une journée. Sans pour autant bannir la viande, il est plus facile avec des protéines végétales d’avoir son lot quotidien.Car il faut savoir parmi les protéines végétales, il y en a 3 qui peuvent remplacer complètement la viande soit le soya, quinoa et le sarrasin
Nuage

 

Consommez-vous trop de protéines?

 

On voit des haricots rouges et des pois chiches dans des bols blancs.

Les légumineuses sont une excellente source de protéines. Photo : Radio-Canada

Les protéines sont essentielles à la vie. Elles sont les composantes de base de toutes les cellules de notre corps. On doit en consommer quotidiennement parce qu’on fait peu de réserves de protéines. Mais notre alimentation nous en fournit-elle trop et surtout, nos sources sont-elles assez variées?

Un texte d’Andrée Langlois, de L’épicerie

Les sources de protéines sont nombreuses. On pense souvent immédiatement à la viande, mais il y a aussi les produits laitiers, les œufs, les légumineuses, les céréales et les noix.

Elles sont classées en deux catégories : animales et végétales. Les protéines du règne animal sont complètes, car elles contiennent tous les acides aminés essentiels que notre corps est incapable de synthétiser et que l’on doit puiser dans l’alimentation.

Les protéines végétales comme les légumineuses, les noix et les céréales sont incomplètes, car elles n’ont pas tous les acides aminés essentiels dont on a besoin quotidiennement. Mais il y a trois exceptions : le soya, le quinoa et le sarrasin, qui contiennent des protéines végétales complètes qui peuvent donc remplacer la viande.

On voit du tofu, un verre de lait, deux oeurs et des bols contenant des lentilles et des céréales, disposés sur une table.

La nutritionniste Julie DesGroseillers montre différentes sources de protéines. Photo : Radio-Canada

Ceci est intéressant, surtout quand on sait que l’on doit diminuer la viande de notre alimentation, souligne la nutritionniste de l’Institut de recherches cliniques de Montréal Chantal Blais.

Ce qui est actuellement déficient dans nos apports, c’est qu’on consomme énormément de protéines animales, mais on néglige beaucoup les protéines végétales.

Chantal Blais, nutritionniste de l’Institut de recherches cliniques de Montréal

« Les recommandations actuellement visent à réduire notre consommation de viande parce qu’elles contiennent généralement beaucoup de gras saturés et de cholestérol alimentaire. C’est pour cette raison, dans un contexte de santé cardiovasculaire, dans un contexte de cancer également, qu’on essaie de diminuer [ces aliments], étant de gros consommateurs [de viande] en Amérique du Nord », poursuit Mme Blais.

Nos besoins dépendent de notre poids, mais également de notre condition physique.

À moins d’être un athlète, une femme enceinte ou une personne malade, nous devrions consommer près d’un gramme de protéine par kilo par jour. Par exemple, si vous pesez 70 kilos, vos besoins quotidiens seront d’environ 70 grammes de protéines.

Il est facile de surconsommer des protéines en raison de nos portions de viande qui sont souvent trop grandes. Par exemple, une portion de 100 grammes de bœuf haché contient 30 grammes de protéines.

On voit une boulette de viande hachée qui a la taille de la paume de la main.

Cette portion représente 30 grammes de protéines. Photo : Radio-Canada

« Dans notre assiette, ce qui doit voler la vedette, ce n’est pas notre protéine, ce sont les légumes. […] Les protéines animales sont extrêmement concentrées. Si vous visualisez 100 grammes de poulet, donc à peu près la grosseur d’un jeu de cartes, on n’est pas loin du 30 grammes de protéines. Alors, on n’a pas besoin d’en manger de grandes quantités », explique Julie DesGroseilliers, nutritionniste et auteure du livre Protéines.

« Je pense qu’on a perdu la notion de ce que c’est qu’une assiette équilibrée avec des portions raisonnables. On regarde ça et on se dit : « Ce n’est pas beaucoup » », mais cela correspond à ce dont on aurait besoin dans notre quotidien », ajoute Chantal Blais.

Alors, nous n’avons pas besoin de consommer beaucoup de protéines. Pourtant, l’industrie nous propose d’en ajouter. Des produits de toutes les sortes sont enrichis en protéines. La mode est aux aliments protéinés. Mais attention, car un excès de protéines se traduit par un excès de calories, ce qui peut aussi contribuer à un excès de poids.

On voit différents produits, dont des céréales, des barres tendres et du yogourt à haute teneur en protéines.

Produits dont l’emballage indique qu’ils sont enrichis de protéines ou qu’ils ont une teneur élevée en protéines Photo : Radio-Canada

« Le consommateur va peut-être dire : « Ah je suis mieux d’acheter [ce produit]-là parce qu’il contient plus de protéines, ça serait peut-être meilleur pour ma santé », mais pas nécessairement. Pour la majorité des gens, la plupart du temps, on n’a pas besoin de ces aliments enrichis, surtout qu’on va les payer plus cher et que l’on peut y arriver avec une alimentation équilibrée et variée », explique Chantal Blais.

Selon Julie DesGroseilliers, le défi n’est pas d’en consommer plus, mais mieux et de bien répartir les quantités dans la journée.

« On consomme suffisamment de protéines au total dans la journée, mais on en manque définitivement le matin et on en consomme beaucoup trop le soir », dit-elle.

« Et d’un point de vue scientifique, on a démontré que lorsqu’on consomme de façon quasi égale nos protéines à travers les trois repas, matin, midi, et soir, vraiment, on a plein de bienfaits pour la santé. On va préserver mieux la masse musculaire en vieillissant. On va avoir un meilleur contrôle sur l’appétit, la satiété. On va aussi maximiser notre vitalité, notre énergie quotidienne. On optimise les performances sportives », poursuit-elle.

Une bonne stratégie est d’additionner les aliments pour des déjeuners plus rassasiants. Par exemple, un verre de lait ou de lait de soya qui contient 8 grammes de protéines; ou un yogourt grec qui est deux fois plus protéiné que le yogourt traditionnel. Julie DesGroseillers suggère d’y ajouter des flocons de soya, des œufs, des noix, des graines de citrouille ou de chanvre.

On voit un sandwich tranché, en gros plan.

Sandwich au tofu, à la laitue et aux tomates Photo : Radio-Canada

Et pourquoi pas du tofu grillé dans le grille-pain, comme Mme DesGroseillers le fait avec sa version du sandwich « BLT », soit son « TLT » (tofu, laitue, tomate) et ainsi relever le défi de consommer des protéines les matins.

http://ici.radio-canada.ca

Le Saviez-vous ► Cuisine : ces coutumes à ne pas transgresser


À croire la culture culinaire, la dernière fois que j’ai mangé des sushis, j’ai transgressé la règle de manger ce plat, mais c’était quand même vraiment bon. Si Sydney(2 ans) allait à Chicago, elle serait bien malheureuse de ne pas pouvoir mettre du ketchup un peu partout, mais sur des aliments insolites.  Un autre exemple me viens en tête, éplucher une orange avec ses doigts me semble normal mais ailleurs c’est une transgression, il faut un couteau pour enlever la pelure, malgré que dans cette culture, on mange avec ses doigts sans ustensile. Quoi qu’il en soit, chaque culture culinaire ont des règles, voire même, des villes, des régions ont leur propre loi non écrite sur la gastronomie. .
Nuage

 

Cuisine : ces coutumes à ne pas transgresser

 

THIN CRUST

Couper sa pizza, commander de la viande fumée maigre, mettre du lait dans son spaghetti carbonara, boire un café au lait durant ou après un repas… Les différentes cultures culinaires du monde sont pleines d’interdits qu’il vaut mieux connaître lorsqu’on sort au restaurant ou qu’on reçoit des invités.

Lesley Chesterman, critique gastronomique, a passé en revue les règles les plus importantes et en a expliqué les origines.

« Le monde du sushi est bourré de règles », indique Lesley Chesterman, entre autres nombreux exemples. « Si on prend le nigiri sushi, le sushi en forme de doigt […], il ne faut pas tremper le côté avec le riz dans la sauce soya. Le chef a travaillé très fort pour trouver le juste équilibre entre le vinaigre, le sucre et la cuisson du riz. Si on trempe [le riz] dans la sauce soja, on massacre tout son travail. Alors, il faut mettre le sushi à l’envers, côté poisson, et il faut toujours manger le sushi tout d’un coup, d’une seule bouchée, parce que c’est ce qui donne toute la saveur en bouche. De plus, il ne faut jamais mélanger le wasabi à la sauce soja. »

Elle ajoute : « Au Japon, le wasabi est seulement servi avec le sashimi, et le gingembre est seul servi avec le sushi. La raison pour laquelle on a du gingembre est pour nettoyer le palais entre les rouleaux ou les sushis différents. On ne mélange pas tout ça. »

Il est également question des risques de disparition du thon rouge et de sa consommation au Japon.

Aussi, si on commande notre sandwich de viande fumée maigre, « c’est qu’on ne connaît pas ça ».

On ne mange pas non plus nos hot-dogs avec du ketchup du côté de Chicago.

« Il y a des gens qui vont refuser d’en mettre », indique la critique culinaire

http://quebec.huffingtonpost.ca

L’herbicide glyphosate décelé dans le tiers des produits alimentaires testés par l’ACIA


Des résidus de glyphosate, un des ingrédients du Roundup de Mosanto est l’herbicide le plus vendu au monde est retrouvé dans plusieurs aliments tels que fruits, légumes, grains, aliments pour bébé et autres. Santé Canada ne semble pas s’alarmer, pourtant ces résidus ne devraient même se retrouver dans ces aliments. Qui sait si à long terme et la continuité de ce produit chimique n’affectera pas la santé de l’être humain ?
Nuage

 

L’herbicide glyphosate décelé dans le tiers des produits alimentaires testés par l’ACIA

 

RCQC  |  Par Radio-Canada.ca

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a recensé des résidus d’un herbicide très utilisé dans près du tiers d’un échantillonnage de 3200 produits alimentaires qu’elle a testés.

L’ACIA a découvert des traces de glyphosate dans 30 % des produits qu’elle a testés, en plus de trouver des résidus dépassant la limite maximale (LMR) dans 1,3 % des échantillons. Le rapport, Sauvegarder grâce à la science : Dépistage du glyphosate en 2015-2016, a été publié sur son site Internet cette semaine.

La recherche a été menée sur :

  • 482 échantillons de fruits et de légumes frais et transformés;
  • 2497 échantillons de grains (orge, sarrasin, quinoa) haricots, pois, lentilles, pois chiche et produits du soya;
  • 209 échantillons de nourriture pour enfants.

Pour les céréales, 3,9 % contenaient une concentration de résidus au-dessus du niveau maximal fixé par Santé Canada. Malgré cela, la Dre Aline Dmitri de l’ACIA affirme qu’aucun rappel n’est nécessaire.

« Effectivement, sur papier, 4 % des grains ne rencontraient pas cette limite-là. Mais Santé Canada a déterminé qu’il n’y avait aucun risque à la santé des Canadiens. »

Aucun fruit ou légume, ou encore d’aliments pour nourrissons, ne présentait des taux de glyphosate plus élevés que la limite acceptée.

Dans le résumé de son étude, l’ACIA souligne qu’« en raison du faible nombre d’échantillons et de produits analysés, il faut interpréter ces résultats avec prudence. Les différences régionales, les effets de la durée de conservation, les conditions d’entreposage et le coût du produit sur le marché libre n’ont pas été examinés dans le cadre de l’enquête. Les échantillons ont été analysés tels que vendus. Aucune conclusion ne peut être tirée au sujet des concentrations de glyphosate dans les aliments tels que consommés. »

Le glyphosate est un des ingrédients clés du Roundup, de l’entreprise Monsanto, et il est l’herbicide le plus populaire dans le monde. C’est aussi le pesticide le plus vendu au Canada, selon l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire.

La Fondation David Suzuki a réagi à la publication du rapport. Louise Hénault-Ethier, chef des projets scientifiques à la Fondation et membre du Collectif de Recherche sur les pesticides, les politiques publiques et les alternatives n’est pas étonné des résultats puisque qu’on autorise l’épandage de glyphosate juste avant les récoltes pour aider les céréales à sécher.

« Ça ne veut pas nécessairement dire qu’il y a aucun risque associé à ça, ça veut simplement dire que Santé Canada a considéré que les risques étaient minimes et pour différents impératifs, on considère que ça vaut la peine d’autoriser ces résidus-là. C’est une approche qui à mon sens manque de précaution parce qu’on tolère des résidus de pesticide dans nos aliments qui n’ont pas fait la preuve hors de tout doute qu’il ne causaient pas de risques. »

Elle croit qu’Ottawa devrait prendre en compte les risques à long terme du cocktail de pesticides que nous ingérons quotidiennement à faible dose.

« Les risques chroniques à long terme sont assez mal caractérisés, pour le glyphosate et pour et ce qui est encore moins bien caractérisé ces les interactions avec d’autres pesticides et d’autres produits chimiques présents dans notre alimentation. »

La chercheuse demande plus de transparence et exige la publication de l’ensemble des données de l’étude. Elle veut savoir quelles céréales sont contaminées et à quel niveau les quantités de glyphosate dépassent les seuils jugés acceptables.

La Fondation affirme par ailleurs que « le glyphosate est aussi breveté comme antibiotique par Monsanto, signe qu’il pourrait affecter la flore microbienne du système digestif humain et des sols agricoles, et qu’il pourrait contribuer à la résistance croissante aux antibiotiques. »

Le Dr Warren Bell, médecin et président de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement est préoccupé par les effets à long terme de l’exposition aux bas niveaux de glyphosate. Il fait écho aux préoccupations de la Fondation David Suzuki.

« Des résidus ont été retrouvés dans du vin californien, des serviettes sanitaires, dans de la bière allemande, et dans l’urine de 99,6 % des Allemands testés », a-t-il indiqué en entrevue au réseau CBC.

Il explique qu’une fois dans le corps humain, le glyphosate aurait tendance à imiter un acide aminé naturel et empêcherait les protéines de remplir leur rôle.

Le médecin s’inquiète des perturbations biologiques que peut entrainer le glyphosate et notamment le fait qu’il peut créer de la résistance aux antibiotiques chez les humains.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Moins de 50% de poulet dans ses sandwichs: «100% faux», dit Subway


Dans les restaurations rapides, les divers sandwichs de poulet ne contiennent pas 100 % du poulet, que ce soit McDonald’s, Wendy’s, Tim Hortons et A&W affichent plus de 85 % de poulet, mais chez Subwey, eux moins de 55 %. Bien entendu, Subwey conteste cette étude. Reste que quand on demande une viande dans un sandwich, on espère que ce soit vraiment de la viande choisi
Nuage

 

 

 

La galette de viande du sandwich de poulet... (Photo Andrey Rudakov, archives Bloomberg)

La galette de viande du sandwich de poulet grillé du Subway ne contenait que 54 % de poulet, selon les tests du laboratoire de l’Université Trent, en Ontario.

PHOTO ANDREY RUDAKOV, ARCHIVES BLOOMBERG

STÉPHANIE BÉRUBÉ
La Presse

Subway Canada réplique avec vigueur à un reportage de Radio-Canada (CBC) qui a calculé que ses sandwichs au poulet contenaient peu de poulet et beaucoup d’autres choses, probablement du soya.

Dans un communiqué diffusé mercredi soir, la branche canadienne de Subway conteste les résultats de laboratoire obtenus par la CBC.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

La viande du sandwich poulet « teriyaki et oignons doux » ne contient que 43 % de poulet, selon les tests du laboratoire de l’Université Trent, en Ontario.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

C’est l’émission Marketplace de la CBC qui a mené des tests d’ADN sur le poulet contenu dans des sandwichs de quelques restaurants bien connus. Tous les produits choisis étaient faits de viande grillée, et non frite. Sans surprise, aucun n’a obtenu un contenu 100 % poulet, les préparations contenant d’autres ingrédients, comme du soya ou des épices, ce qui a d’ailleurs fait bondir la quantité de sel contenue dans cette « viande ». 

Le sandwich au poulet de McDonald’s testé contenait 85 % de poulet, celui de Wendy’s 89 %, Tim Hortons était à 87 % et A & W a obtenu un taux de poulet de 90 %. 

C’est nettement au-dessus des résultats de ceux de Subway : la galette de viande de son sandwich de poulet grillé ne contenait que 54 % de poulet. Pire : la viande de son sandwich poulet « teriyaki et oignons doux » n’avait que 43 % de poulet, a calculé le laboratoire de l’Université Trent, en Ontario, qui a fait les tests.

C’est de l’ADN végétal qui se trouve aussi dans ces préparations de poulet, ce qui laisse croire à une large utilisation d’ingrédients de comblement, comme le soya. Surpris par les résultats, le chercheur a refait les tests sur d’autres sandwichs Subway pour arriver aux mêmes résultats.

RÉSULTATS CONTESTÉS

Dans un communiqué diffusé mercredi soir, la branche canadienne de la sandwicherie conteste les résultats de laboratoire obtenus par CBC.

« Nos clients peuvent avoir pleinement confiance en nos produits, a déclaré la présidente de Subway Canada, Suzanne Greco. L’allégation que notre poulet contient 50 % de poulet est 100 % fausse. » 

Subway Canada, ainsi que la branche américaine de Subway, ont fait tester le poulet de leurs sandwichs à la suite de la diffusion du reportage de Radio-Canada, le 24 février. Les résultats obtenus par les laboratoires indépendants ont démontré qu’il n’y avait que moins de 1 % de soya dans le poulet de ses sandwichs. Subway Canada demande une rétractation de la CBC.

La société d’État n’a pas l’intention de se rétracter.

« Les tests faits pour la CBC ont été réalisés par des experts indépendants et crédibles », précise Chuck Thompson, porte-parole de Radio-Canada.

M. Thompson précise également que l’équipe de Marketplace a tenté de joindre Subway en février, avant la diffusion du reportage, mais que l’entreprise a refusé d’accorder une entrevue, disant simplement que les résultats étaient « faux ».

Manque de chance pour Subway : le « défi poulet » de Marketplace contenait aussi un test de goût. Les consommateurs invités ont tous mis le poulet de Subway bon dernier…

Ce n’est pas la première fois que la chaîne de sandwicheries se trouve au coeur d’une histoire sur l’authenticité de ses produits : l’année dernière, après une bataille devant les tribunaux, un groupe de clients américains a obtenu la promesse que les sous-marins de 12 pouces mesureront vraiment 12 pouces…

http://www.lapresse.ca/

Soya, bon ou mauvais?


Les végétariens et ceux qui veulent diminuer considérablement la consommation de viande se tournent vers divers produits tels que le soya qui se vend sur plusieurs formes comme par exemple, la boisson de soya, le tofu … Ce qui est important de savoir, c’est qu’une grande partie du soya est génétiquement modifiée et il serait peut-être mieux de chercher ceux qui sont certifiés sans OMG ou biologique
Nuage

Soya, bon ou mauvais?

 

Aux États-Unis, le marché des aliments à base... (Photo Digital/Thinkstock)

Aux États-Unis, le marché des aliments à base de soya a bondi de 2,28 à 4,5 milliards US par an, entre 1999 – année où une allégation santé liée au soya a été permise – et 2013, selon la Soyfoods Association of North America.

PHOTO DIGITAL/THINKSTOCK

MARIE ALLARD
La Presse

«Les protéines de soya aident à réduire le cholestérol.» Preuves scientifiques à l’appui, Santé Canada vient d’autoriser les fabricants à inscrire cette allégation santé sur les étiquettes d’aliments contenant au moins 6 g de protéines de soya par portion. Des textes alarmistes, qui circulent abondamment dans les réseaux sociaux, mettent pourtant en garde contre cette légumineuse. Qui croire?

Manger des aliments riches en protéines de soya – tofu, fèves, miso, tempeh, boissons de soya, etc. – a un effet positif sur la santé, selon Santé Canada. En mars, la Direction des aliments de ce ministère fédéral «a conclu à l’existence de preuves scientifiques appuyant une allégation au sujet des protéines de soya et de l’abaissement du cholestérol sanguin».

Depuis, les fabricants sont autorisés à vanter les mérites anti-cholestérol de cette légumineuse dans leurs publicités et étiquettes. En indiquant, par exemple, que «150g de tofu fournit 70% de la quantité quotidienne de protéines de soya aidant à abaisser le cholestérol».

L’«apport quotidien minimal efficace» a été fixé à 25 g de protéines de soya par jour, ce qui équivaut à grignoter 3/4 tasse d’edamames, les fèves de soya vertes servies à l’apéro dans les restaurants japonais. Cette allégation est jugée «pertinente et généralement applicable à la population», puisque 39% des Canadiens de 6 à 79 ans présentent des taux malsains de cholestérol total, selon Santé Canada.

«On n’est pas vraiment capables de savoir si c’est la consommation de soya en tant que telle qui est bénéfique pour la santé du coeur, ou si c’est le fait qu’on mange moins de viande qui l’est, nuance Bernard Lavallée, diététiste et auteur du blogue Le Nutrionniste urbain. Il reste que les gens qui intègrent le soya à leur alimentation ont une meilleure santé cardiovasculaire.»

Aux États-Unis, le marché des aliments à base de soya a bondi de 2,28 à 4,5 milliards US par an, entre 1999 – année où une allégation santé liée au soya a été permise – et 2013, selon la Soyfoods Association of North America. Un boom des produits à base de soya est à prévoir ici aussi.

Excellente source de protéines

D’autant que le soya – l’un des premiers aliments que l’être humain a fait pousser, rapporte Extenso, le Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal – a de nombreux autres atouts.

«C’est une excellente source de protéines complètes, qui contiennent tous les acides aminés essentiels dans les bonnes proportions. Bref, ce sont des protéines d’aussi bonne qualité que celles de la viande.»  Bernard Lavallée diététiste

Plus riche en gras que les autres légumineuses, le soya contient toutefois «de bons gras, des polyinsaturés et des monoinsaturés, dont des oméga-3», poursuit le nutritionniste.

C’est aussi une source de fer, de zinc et même de calcium, dans le cas de boisson fortifiée et de tofu coagulé avec des sels de calcium – à vérifier sur le tableau de valeur nutritive.

Très légère diminution du risque de cancer du sein

Manger du soya, est-ce que ça minimise les bouffées de chaleur et autres désagréments liés à la ménopause?

«On n’est pas capables de le prouver», répond M. Lavallée.

Est-ce que ça prévient le cancer du sein? Possiblement, mais surtout chez les femmes asiatiques, qui en consomment de bonnes quantités depuis l’enfance.

Explication: le soya contient des phytoestrogènes, qui entraîneraient la destruction de cellules cancéreuses, contrairement aux oestrogènes naturellement sécrétés par les ovaires, qui contribueraient à leur prolifération.

«Une analyse récente des résultats de 18 études indique que la consommation de produits à base de soya engendre une très légère diminution du risque de cancer du sein, mais ces résultats doivent être interprétés avec prudence», précise la Société canadienne du cancer dans son site internet.

Même les survivantes du cancer du sein peuvent consommer jusqu’à trois portions d’aliments à base de soya par jour, tranche la Société canadienne du cancer.

Il leur suffit d’éviter les sources concentrées comme les poudres et suppléments de soya, «car ces produits peuvent affecter le corps d’une manière similaire aux oestrogènes».

Du soya dans la gomme à mâcher

Reste à choisir sous quelle forme manger son soya.

«Le mieux est de choisir des aliments peu transformés, conseille M. Lavallée. Les substituts de viande, comme ceux de Yves Veggie Cuisine, sont souvent des aliments transformés. Ce n’est pas parce que c’est végétarien que c’est bon pour la santé.»

Quant à ceux qui évitent le soya, ils doivent être très attentifs, puisque ses dérivés se cachent partout.

Étonnamment, «la principale source de soya dans l’alimentation nord-américaine n’est pas le tofu, ce sont les aliments transformés», indique le nutritionniste.

Émulsifiant et texturant, le soya est utilisé sous forme d’huile, de lécithine, de farine, de protéine concentrées ou isolées. On peut le retrouver notamment dans la chapelure, les céréales, les craquelins, les aliments panés, les substituts de repas, les épices, certains hamburgers à base de viande hachée, des chilis, de la limonade, même dans la sauce Worcestershire et la gomme à mâcher.

Quels sont les aliments de soya traditionnels?

Lait de soya: boisson fabriquée à partir de soya moulu, filtrée.

Edamame: soya vert frais bouilli, vendu surgelé.

Miso: condiment fabriqué à partir de soya, d’une céréale, de sel et d’une culture de moisissures, utilisé pour donner du goût aux soupes et sauces.

Natto: haricots de soya fermentés et gluants, servis en accompagnement du riz.

Sauce soya: condiment liquide brun fabriqué à partir de fèves de soya fermentées.

Tempeh: fèves de soya entières fermentées, sous forme de pain solide.

Tofu: boisson de soya caillée et pressée.

Source: Le soya, la culture «bonne à tout faire» de l’agriculture, gagne du terrain dans tout le Canada, Statistique Canada.

Aliments à base de soya

 

Aliment Portion protéines Isoflavones
 

Fèves de soya vertes (edamames)

175 ml (3/4 tasse) 25g 138mg
Tofu 175 ml (3/4 tasse) 17 g 52 mg
Noix de soya rôties 60 ml 11 g 60 mg
Boisson de soya 250 ml (1 tasse) 7 g 20 à 30 mg
 

Source : Les diététistes du Canada

Génétiquement modifié

«Chaque fois qu’on parle de soya comme bon aliment, je dois vous dire que les cheveux me dressent sur la tête, a écrit à La Presse Bernard Desparois, un lecteur de Sherbrooke. Plus de 90% du soya produit est génétiquement modifié (GM), un poison. Du soya Roundup dans mon assiette, non merci.»

En réalité, 82% des cultures de soya dans le monde étaient GM en 2014, selon le site d’information sur les OGM du gouvernement du Québec (www.ogm.gouv.qc.ca). C’est plus que le coton (68% des cultures mondiales), le canola (25%) et le maïs (30%).

C’est dans les cultures de soya et de coton génétiquement modifiés qu’on retrouve le plus d’empilements de gènes, qui permettent d’avoir plusieurs nouvelles caractéristiques à la fois.

Est-ce dangereux?

«Du point de vue de la nutrition, il n’y a aucune preuve que les OGM soient néfastes, répond le nutritionniste Bernard Lavallée, auteur de Sauver la planète une bouchée à la fois, paru aux éditions La Presse. Mais on peut se poser des questions sur leurs effets sur l’environnement.»

Le soya génétiquement modifié est généralement utilisé avec de l’herbicide à base de glyphosate – comme le Roundup de Monsanto – , qui ne se dégrade pas aussi vite qu’espéré. Du glyphosate a été détecté dans 65% des échantillons de la rivière Yamaska analysés par Environnement Canada, de 2003 à 2008.

Si vous préférez ne pas consommer de soya génétiquement modifié, cherchez les aliments certifiés sans OGM ou biologiques.

«C’est la seule façon d’éviter les OGM», dit M. Lavallée.

http://www.lapresse.ca/

Une overdose de sauce soya lui coûte presque la vie


Il y a des gens qui font des défis sans prendre en considération des risques que cela peut occasionner.  Cette jeune femme n’a sans doute pas réfléchi sur la quantité de sodium qu’elle allait ingurgiter et des conséquences graves qui ont suivi
Nuage

 

Une overdose de sauce soya lui coûte presque la vie

 

Source : Web Pro News

En Virginie, un jeune homme de 19 ans est passé à deux doigts de mourir après un défi stupide lancé par ses amis : boire un maximum de sauce soya.

Amusé par l’idée, l’adulte s’est prêté au jeu. Toutefois, après avoir avalé le quart de la bouteille, il s’est affalé, pris de violentes convulsions. Le taux de sodium dans son organisme était beaucoup trop élevé. Sans l’intervention rapide des ambulanciers qui ont transporté la victime au centre médical de l’Université de Virginie, cette expérience n’aurait pas connu le même dénouement.

« Il ne répondait à aucun stimuli. Il présentait des signes de clonus musculaire, qui ne sont que des réflexes. C’est un signe que le système nerveux en général ne fonctionne pas très bien », a raconté le docteur David J. Carlberg.

Heureusement pour le buveur de sauce soya, les professionnels de la santé prédisent un rétablissement complet et sans séquelles. Afin de sauver la vie du patient dont le cerveau risquait de ne plus fonctionner en raison du sel présent dans l’organisme, les docteurs ont infusé une solution à base de sang et d’eau dans son sang : 5,7 litres environ au total.

La victime est demeurée dans le coma pendant une semaine. Aujourd’hui, elle est réveillée et espérons qu’elle tirera une leçon de ce défi idiot.

http://www.insolite.ca