Aucune autre sonde ne s’était autant rapprochée de notre étoile


C’est tout un exploit de réussir d’approcher le soleil sans brûler ses « ailes ». C’est ce que la sonde américaine a pu dépasser l’ancien record et continu sa route vers l’astre enflammée.
Nuage

 

Aucune autre sonde ne s’était autant rapprochée de notre étoile

 

Parker Solar Probe

 

Crédits : NASA

par Brice Louvet

Le 29 octobre 2018 à 7 h 04 (heure française), la sonde américaine Solar Parker Probe s’est approchée à moins de 42,73 millions de kilomètres de notre étoile. C’est plus proche que tout autre instrument jamais fabriqué par l’Homme.

Le précédent record était jusqu’il y a quelques jours détenu par le satellite germano-américain Helios 2, qui fit son approche du Soleil en avril 1976. La sonde solaire Parker a depuis parcouru encore plus de chemin, évidemment. Elle devrait au terme de son voyage, en 2024, se rapprocher à un peu plus de 6 millions de km de la surface du Soleil. La sonde devrait alors atteindre une vitesse maximale d’environ 430 000 km/h (un autre record).

« Cela fait seulement 78 jours que Parker Solar Probe a été lancé, et nous sommes désormais plus proches de notre étoile que de tout autre vaisseau spatial de l’histoire, s’est enthousiasmé Andy Driesman, du laboratoire de physique appliquée Johns Hopkins de Laurel, dans le Maryland. C’est un moment de fierté pour l’équipe, même si nous restons concentrés sur notre première rencontre solaire, qui commence le 31 octobre ».

Parker solar probe NASA soleil

Illustration de la sonde Parker Soler Probe se rapprochant du Soleil. Crédits : Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory

Une fois rapprochée de notre étoile, la sonde tentera de révolutionner notre compréhension du Soleil. Elle aura notamment pour objectif de comprendre le réchauffement de la couronne solaire et d’explorer ce qui accélère le vent solaire.

Pour ne pas brûler, l’écran thermique qui protège les quatre instruments à bord de la sonde (qui sera exposé à des températures de 1 370 °C) est composé de deux panneaux composites en carbone, avec au milieu un noyau de mousse de carbone de 11,5 centimètres d’épaisseur. Le côté faisant face au Soleil est également peint en blanc avec de la peinture céramique, le but étant de dévier un maximum la lumière du Soleil. La sonde sera par ailleurs également refroidie par de l’eau dé-ionisée sous pression.

Source

https://sciencepost.fr//

Les sons incroyables des planètes de notre système solaire


Notre système solaire n’est pas « silencieux », en fait, les planètes émettent des sons que les satellites ont captés. Ce n’est pas vraiment des sons proprement dits, mais plutôt des ondes électromagnétiques enregistré par différentes sondes comme les sondes Voyager, puis ces ondes sont transformer en ondes sonores pour nous puissions entre ces sons
Nuage

Les sons incroyables des planètes de notre système solaire

Une sonde détecte toutes les traces de cancer


C’est une merveilleuse avancée dans le domaine médical qui traite des cancers. Avec une sonde portative, les chercheurs ont pu perfectionner leur invention qui était capable de détecter toutes cellules cancéreuses dans le cerveau, peut maintenant détecter dans différent cancer, comme la peau, côlon et poumon. Et son efficacité serait de 100 %
Nuage

 

Une sonde détecte toutes les traces de cancer

 

Une sonde optique qui permet de détecter des cellules cancéreuses de façon infaillible, avec une précision de 100 %, a été mise au point par des chercheurs québécois.

Un texte d’Alain Labelle


En 2015, une équipe montréalaise – constituée de chercheurs de Polytechnique Montréal, du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) et de Neuro, à l’Université McGill – annonçait la création d’une sonde portative permettant aux chirurgiens de détecter avec précision presque toutes les cellules cancéreuses en temps réel durant les opérations au cerveau.

Ces chercheurs ont maintenant perfectionné leur invention et ont conçu un nouveau dispositif plus précis, plus sensible et plus spécifique, qui est apte à détecter non seulement les cellules cancéreuses dans le cerveau, mais également celles du côlon, de la peau et du poumon.

Ainsi, au cours d’une chirurgie, la sonde détecte maintenant des cellules cancéreuses de façon infaillible avec une précision de 100 % lorsqu’elle est pointée sur une région cancéreuse.

Réduire le nombre de cellules cancéreuses ou les éliminer complètement durant une intervention chirurgicale est une partie essentielle du traitement du cancer. Kevin Petrecca, Neuro

Actuellement, il est souvent difficile de distinguer visuellement toutes les cellules cancéreuses.

Cette réalité permet la persistance fréquente de cellules cancéreuses invasives après l’opération et mène souvent à la réapparition du cancer.

Or, grâce à la perfection de l’invention québécoise, les médecins peuvent éliminer de façon chirurgicale nombre de cellules cancéreuses. Les personnes atteintes de formes de cancer répandues pourront ainsi espérer vivre plus longtemps et diminuer leur risque de récidive.

La sonde que nous avons conçue permet de détecter presque 100 % des cellules cancéreuses dans le cerveau. Il s’agit d’une percée très importante. Frédéric Leblond, professeur à Polytechnique Montréal

L’avantage de cet instrument est qu’il permet aux médecins de détecter en temps réel, durant la chirurgie, les cellules qui sont cancéreuses – chose qui n’est pas facile à déterminer à l’oeil nu.

Une combinaison gagnante

Cette sonde peropératoire fait appel à la technologie de spectrographie Raman, utilisée dans la sonde de première génération pour interpréter la composition moléculaire du tissu organique sondé.

La nouvelle version intègre de nouvelles technologies, comme la spectrographie par fluorescence intrinsèque pour l’interprétation de la composition des cellules, et la spectrographie de réflexion diffuse pour l’analyse de l’absorption des tissus organiques des patients.

Cette percée fait l’objet d’un article publié dans la revue Cancer Research, de l’American Association for Cancer Research.

http://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► La première image depuis Mars a été coloriée à la main


La première image de la planète Mars à été un coloriage fait par des scientifiques en 1965. Faut dire que l’imagerie  à cette époque n’était qu’à ses balbutiements
Nuage

 

La première image depuis Mars a été coloriée à la main

 

La sonde Mariner 4 a produit des images de Mars le 14 juillet 1965, les tout premiers clichés pris relativement près d’une autre planète. Les images ont été réalisées à l’aide d’une grosse camera de télévision accrochée à la sonde, puis encodées sous forme de chiffres transmis sur terre. Ces chiffres ont été reçus rapidement mais ont pris très longtemps à traiter pour avoir enfin un rendu visuel.

premiere-image-mars-02

Les scientifiques impatients se sont basés sur les données préliminaires pour produire une sorte de légende, façon peinture aux numéros, à l’aide de pastels secs. Ils ont ensuite dessiné chaque couleur au bon endroit, produisant ainsi la toute première image de la surface de Mars. On peut encore voir ces numéros derrière la matière des pastels.

premiere-image-mars-03

Les images de Mariner 4 ont déçu les attentes de ceux qui croyaient à la théorie d’une civilisation extraterrestre avancée sur Mars, mais ont ouvert la voie à une imagerie de plus en plus précise de cette planète, pour arriver àGoogle Mars et d’autres atlas martiens en ligne.

http://www.laboiteverte.fr/

Voyager1 est rendu au «purgatoire interstellaire»


Voyager aura-il une destinée  comme le montré le premier long métrage de Star Strek ou Viger (Voyager) cherchait son créateur pour livré toutes l’information qu’il avait emmagasiné pendant des siècles ?
Nuage

 

 

Voyager1 est rendu au «purgatoire interstellaire»

image:http://assets.branchez-vous.net/admin/images/branchezvous/voyagerphoto.jpg

Voyager 1 est entré cette semaine dans la zone tampon située entre le système solaire et l’espace interstellaire. La sonde en est à sa dernière étape avant de se lancer dans l’immensité, et le vide, de la Voie Lactée.

Depuis son lancement en 1977, Voyager a parcouru environ 18 milliards de kilomètres. La sonde est rendue aujourd’hui à la limite de la zone d’influence du soleil. La NASA a surnommé cette région le «purgatoire interstellaire». Grâce à ses instruments qui fonctionnent toujours, Voyager 1 indique aux scientifiques que les vents solaires constituées de particules chargées diminuent, mais que le champs magnétique du Soleil, prisonnier de l’héliosphère, s’intensifie.

«Voyager nous montre que ce qui est à l’extérieur pousse vers l’intérieur, a expliqué Ed Stone, un scientifique du projet Voyager. Nous n’en avons pas pour très longtemps avant d’apprendre ce qu’est réellement l’espace entre les étoiles.»

La sonde s’échappera bientôt du système solaire. Les scientifiques de la NASA ne peuvent prédire ce moment avec précision, mais ils affirment que Voyager devrait plonger dans l’espace intersidéral d’ici quelques années.

La mission Voyager avait pour objectif premier l’exploration des planètes Jupiter et Saturne. Suite à plusieurs découvertes, dont la présence de volcans actifs sur une lune de Jupiter, la NASA a décidé de prolonger la mission. L’agence spatiale prévoit communiquer avec la sonde jusqu’en l’an 2020, date à laquelle ses instruments cesseront de fonctionner, faute d’énergie électrique.

Voyager 1 continuera alors de voguer silencieusement vers les étoiles. Elle devrait en croiser une première dans 40 000 ans.

Vous pouvez regarder cette vidéo, présentée par la NASA, racontant les aventures cosmiques de la sonde Voyager :

 

http://www.branchez-vous.com