RSS Brétigny : l’aiguillage incriminé venait d’être vérifié


Il semble que chez nos cousins Français, ils auraient trouvé ce qui a causé le déraillement à Brétigny-sur-Orge. Une pièce qui relie les rails était défectueuse, mais qui pourtant avait été vérifié il y a quelque temps. Cette catastrophe ferroviaire, survient juste avant la fête national de la France soit demain le 14 juillet
Nuage

 

Brétigny : l’aiguillage incriminé venait d’être vérifié

 

Photo prise en gare de Brétigny-sur-Orge, samedi matin.

Photo prise en gare de Brétigny-sur-Orge, samedi matin. © Kenzo Tribouillard / AFP

Une pièce de métal défaillante dans l’aiguillage de la voie sur laquelle circulait le train accidenté vendredi en gare de Brétigny-sur-Orge serait à l’origine du déraillement du Paris-Limoges vendredi, a annoncé samedi un responsable de la SNCF.

« Cette éclisse », sorte d’agrafe en acier qui relie deux rails dans un aiguillage, « s’est désolidarisée, elle s’est détachée, elle est sortie de son logement », a précisé Pierre Izard, directeur général des infrastructures après les premiers constats de la nuit de la compagnie.

Le président de Réseau ferré de France, Jean-Claude Rapoport a pour sa part souligné que l’aiguillage en question avait été vérifié lors d’une inspection régulière le 4 juillet dernier.

Dans ce contexte, la SNCF a annoncé le contrôle des 5 000 pièces semblables de son réseau.

« La désolidarisation de cette éclisse du rail est l’objet même » des enquêtes judiciaire et techniques en cours, a déclaré le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, qui a également indiqué que la SNCF se considérait « responsable » du drame de Brétigny-sur-Orge.

« Nous avons décidé de vérifier les équipements de cette nature sur l’ensemble du réseau et cela commence maintenant », a-t-il précisé.

http://www.lepoint.fr

Contre les tagueurs, la SNCF sort les épines


Les tagueurs font pour la plupart de belles oeuvres mais malgré tout il est interdit de tagué n’importe ou même si les supports choisit pour peindre sont entouré de barrière. En Europe, ils  vont opté pour une barrière un peu plus écologique avec l’avantage d’être un peu plus piquant donc moins intéressant d’aller exercer son art
Nuage

 

Contre les tagueurs, la SNCF sort les épines

 

SISTC

AFP

La SNCF pense avoir trouvé une arme contre les tagueurs: des haies de plantes épineuses le long des voies d’Ile-de-France, véritables « barbelés écologiques ».

Ce dispositif, présenté vendredi par la SNCF qui vante ses vertus écologiques, a été testé avec succès dans des points où étaient stationnés les rames en maintenance ou hors d’usage, ainsi que sur plusieurs gares des lignes C et D du RER, indique la SNCF.

Constatant l’inefficacité des grillages métalliques, facilement coupés, souvent vétustes, la SNCF a décidé d’étendre depuis une semaine le stratagème aux voies de circulation, à commencer par la ligne N-U du Transilien, qui part de Paris-Montparnasse en direction de l’ouest de l’Ile-de-France.

Des épineux ont été plantés avec comme objectif d’obtenir d’ici à deux ans des « haies végétales » de trois à quatre mètres de haut avec une durée de vie de 50 ans, explique le chef de chantier Christophe Marie de la Société d’innovation végétale (Sinnoveg), chargée du projet par la SNCF.

Stéphane Dauthier, délégué à la sécurité sur la ligne N-U, promet « un mur d’épines dissuasif » et vante le « côté esthétique » du végétal. En 2011, la SNCF a dépensé 150.000 euros pour les dégradations commises sur la ligne N, notamment le nettoyage des tags.

Pour former ce mur végétal, trois sortes de buissons ont été choisis: le poivre du Sichuan (Zanthoxyllum simulans), l’épine-vinette de Juliana (Berberis julianae) et le rosier rubigineux (Rosa rubiginosa).

Toutefois, les protections grillagées ne vont pas disparaître, les végétaux les complètant grâce à « un pouvoir dissuasif en termes d’intrusion sur nos sites », a précisé Stéphane Dauthier.

Le Transilien SNCF prépare un nouveau chantier à l’automne 2012 à Trappes (Yvelines) sur 7 kilomètres.

 

© 2012 AFP

http://actualites.ca.msn.com