Une église afro-américaine incendiée, taguée d’un slogan pro-Trump


Le terrorisme a plusieurs formes et visages. Est-ce que si Donald Trump finis par gagner ses élections, les racismes, les crimes haineux et j’en passe pourrait avoir un remonté spectaculaire ?
Nuage

 

Une église afro-américaine incendiée, taguée d’un slogan pro-Trump

 

L'église a été vandalisée avec les mots

L’église a été vandalisée avec les mots « Votez Trump » inscrits sur un de ses murs.

Agence France-Presse
Miami

Une enquête a été ouverte sur l’incendie potentiellement volontaire d’une église afro-américaine, bastion de la communauté noire dans le Mississippi, sur laquelle un slogan en faveur de Donald Trump a été tagué, ont annoncé les autorités locales.

L’église Hopewell Missionary Baptist, qui a pris feu mardi soir à Greenville, agglomération de quelque 35 000 âmes dans le sud profond des États-Unis, est historiquement noire.

«L’église a été vandalisée avec les mots « Votez Trump »», a affirmé le maire de la ville Errick Simmons lors d’une conférence de presse, évoquant un «acte haineux et lâche».

L’enquête doit déterminer s’il s’agit d’un crime motivé par la haine raciale.

Il s’agit, ajoute Errick Simmons, d’une «attaque directe sur le droit à exercer librement son culte».

L’église visée a été décrite par Kristen Clarke, présidente d’une association pour les droits civiques, comme la «pierre angulaire de la communauté noire située au coeur du delta du Mississippi».

La responsable du Lawyer’s Committee for Civil Rights Under Law a également déploré que la «rhétorique toxique de ce cycle électoral continue de faire planer un nuage sombre» à l’approche de la présidentielle du 8 novembre aux États-Unis.

http://www.lapresse.ca/i

«Le blanc fait de vous un gagnant»: une pub de pilules pour blanchir la peau qui n’a pas passé!


Ce qui est réconfortant, c’est que ce genre de message ne passe pas dans les réseaux sociaux. Savait-ils que d’offrir une pilule pour blanchir la peau faisait croire qu’être blanc est un must mènerait à des réactions controversées ? L’ont-ils fait dans un but stratégique. Les excuses sont-elles vraiment sincères ?
Nuage

 

«Le blanc fait de vous un gagnant»: une pub de pilules pour blanchir la peau qui n’a pas passé!

 

« Le blanc fait de vous un gagnant »: ce slogan d’une publicité thaïlandaise pour des pilules pour la peau a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux du pays aboutissant au retrait vendredi de la campagne.

Dans ce clip publicitaire pour le web, créée par la société thaïlandaise Séoul Secret et vu plus de 100 000 fois sur YouTube avant d’être retiré, une actrice thaï attribue clairement sa réussite professionnelle à son teint pâle.

Crèmes blanchissantes et pilules sont très populaires en Thaïlande, où avoir la peau claire est largement considéré comme un critère de beauté.

« Ce n’est pas facile de rester à ce niveau pendant une longue période », explique dans la vidéo Cris Horwang, âgée de 35 ans et qui est également chanteuse et top modèle.

« Si j’avais arrêté de prendre soin de mon corps et de mon teint blanc, tout ce que j’avais investi aurait disparu », continue-t-elle.

La peau du modèle devient alors noire, et elle se tourne avec envie vers un second modèle à la peau claire qui apparaît à côté d’elle en souriant.

Devant l’avalanche d’internautes qui ont dénoncé la vidéo comme étant raciste, vendredi matin la section des commentaires avait été fermée sur YouTube avant que la vidéo ne soit retirée.

Et vendredi en fin d’après-midi, le groupe Seoul Secret a publié un communiqué d’excuses.

« Notre société n’avait pas l’intention de transmettre un message raciste ou discriminatoire », écrit Seoul Secret.

« Je pense que l’agence de publicité savait ce qu’elle faisait », a estimé auprès de l’AFP la blogueuse thaïlandaise Kaewmala, dont le blog thaiwomantalks.com est très suivi dans le pays.

« Ils ne vivent pas sur la lune, je suis certaine qu’ils savaient que ce serait controversé… C’était très probablement une stratégie calculée, ce qui est, à mon avis, encore plus inacceptable », a-t-elle ajouté.

Dans les médias une peau sombre reste toujours synonyme de « classe inférieure » estime-t-elle même si une vraie prise de conscience a eu lieu sur la question du racisme ces dernières années.

L’entreprise américaine Dunkin Donuts avait dû en 2013 retirer une publicité en Thaïlande mettant en scène une femme au visage grimé de noir pour vanter les mérites de ses « charcoal donuts » (« beignes charbon »).

La même année, une marque de cosmétiques du géant Unilever avait dû présenter des excuses après la polémique créée par un concours en Thaïlande autour d’un produit éclaircissant la peau.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Une idée contre les trolls racistes: mettre leurs commentaires sur des panneaux géants


Je ne sais pas si c’est la meilleure approche, mais cela fait comprendre que même a la veille d’une nouvelle année, le racisme existe toujours. Et pourtant, cela devrait être des histoires d’une époque ancienne.
Nuage

 

Une idée contre les trolls racistes: mettre leurs commentaires sur des panneaux géants

 

Capture d'écran d’une vidéo de l'ONG Criola via YouTube.

Capture d’écran d’une vidéo de l’ONG Criola via YouTube.

Repéré par Claire Levenson

Une ONG a décidé de lancer une campagne de prévention avec le slogan «Racisme virtuel, conséquences réelles».

Au Brésil, si vous écrivez des messages racistes sur Twitter ou Facebook, vos commentaires pourraient se retrouver sur un panneau géant dans une rue à côté de chez vous. Afin de contenir le flot de haine sur les réseaux sociaux, l’association afro-brésilienne Criola a lancé une campagne intitulée «Racisme virtuel, conséquences réelles», rapporte la BBC.

Depuis cet été, les militantes de Criola sélectionnent des commentaires racistes sur Twitter et Facebook et utilisent des outils de géolocalisation pour déterminer où se trouvent leurs auteurs. Elles achètent ensuite un espace publicitaire sur des panneaux des environs, et y publient les commentaires en grosses lettres, tout en pixellisant les noms et les photos des trolls.

Jusqu’ici, l’association a acheté des panneaux dans quatre villes différentes, dont Porto Alegre et Feira de Santana. L’idée est de faire honte aux auteurs de commentaires racistes, en espérant qu’il seront horrifiés lorsqu’ils reconnaîtront leurs mots diffusés en grand à côté de chez eux.

La campagne a été mise sur pied en réaction à un déferlement d’insultes racistes sur Facebook contre Maria Julia Coutinho, première présentatrice météo noire. Comme le précise la BBC, il existe des lois contre les injures racistes, mais Jurema Werneck, la fondatrice de Criola, estime que trop de gens encore les craignent et diffusent donc sans crainte ce genre de propos:

«Ces gens pensent qu’ils peuvent être tranquilles chez eux et écrire n’importe quoi sur internet. Nous ne les laisserons pas faire. Ils ne peuvent pas nous échapper, nous les retrouverons.»

«Racisme cordial»

En 2012, Le Monde consacrait un large article à ces problèmes de racisme entre populations blanches, noires et métisses.

«L’inégalité raciale est flagrante à tous les niveaux, à commencer par la répartition des richesses, écrivait le quotidien. Deux tiers des pauvres sont noirs ou métis. À qualification égale, les noirs gagnent en moyenne deux fois moins que les blancs. Une femme noire ne perçoit environ qu’un quart du salaire d’un homme blanc.»

Aujourd’hui, le constat n’a pas vraiment changé. On parle également de «racisme cordial», une expression popularisée par une journaliste brésilienne pour décrire un racisme «poli sans violence directe mais ancré dans les mentalités», comme l’expliquait Rue89 en mai 2015.

Le site rappelait ainsi la polémique autour de «blagues» racistes publiées sur Snapchat par plusieurs gymnastes de l’équipe olympique.

«Ces plaisanteries, dès l’enfance, entérinent un sentiment d’infériorité chez les noirs et génèrent cette perception de supériorité des Blancs, expliquait à Rue89 Gabriel Rocham, historien à l’université de Sao Paulo. Ces blagues, monnaie courante pour les populations noires brésiliennes, ont des conséquences psychologiques nuisibles pour beaucoup d’entre eux.»

Jusqu’ici, Jurema Werneck rapporte que, sur les réseaux sociaux, la plupart des réactions à la campagne «Racisme virtuel, conséquences réelles» sont positives, comme celle-ci:

«Faites attention à vos commentaires, vous pourriez être le prochain à avoir vos phrases postées sur un panneau.»

http://www.slate.fr/

Des vêtements pour bébés jugés inappropriés


Je ne peux pas croire qu’on peut écrire ce genre de slogan sur des vêtements d’enfant. Je n’aime pas l’idée que la vulgarité soit vendable, ni le fait de véhiculer des idées pédophilies ou à connotation sexuelle sur le dos des enfants, dont ce genre de message visent les petites filles. De plus, les responsables de la compagnie n’ont aucune notion de moralité
Nuage

 

Des vêtements pour bébés jugés inappropriés

 

Photo CafePress

Une boutique américaine de vêtements affiche sur sa boutique en ligne des couvertures et des cache-couches pour bébés sur lesquels on peut lire des propos jugés inappropriés.

«Fuck me like a pornstar» («Baise-moi comme une vedette de la porno») est l’une des nombreuses phrases que l’on peut retrouver sur ces items controversés, rapporte le site du quotidien britannique «The Independant».

En effectuant une recherche rapide, pas moins de 1670 produits avec le mot «fuck» sont en vente dans la catégorie pour bébés.

Afin de dénoncer la situation, de nombreux messages ont été publiés sur la page Twitter du détaillant en ligne CafePress, dont le siège social est situé à Louiseville, dans l’État du Kentucky.

«Ce contenu sert à renforcer le statut de deuxième classe des femmes, comme si elles étaient moins que les hommes, comme de simples objets pour le plaisir et la satisfaction des hommes», a indiqué Caitlin Roper du groupe féministe Collective Shout.

«L’humour pro viol banalise les crimes de violence commis contre les femmes et réduit un problème mondial qui affecte des millions de femmes chaque jour», a-t-elle poursuivi.

En réponse aux messages de Caitlin, la compagnie CafePress a incité la jeune femme à rediriger ses énergies ailleurs et à remplir un rapport de plainte officiel plutôt que d’utiliser la plateforme Twitter.

CURB, une organisation qui a pour but d’abolir la traite de personnes et le commerce du sexe dans les Caraïbes, a également envoyé un message à la compagnie via Twitter.

«N’y a-t-il pas de code de déontologie qui existe pour empêcher les commerçants de développer des slogans qui favorisent la #pédophilie?» a écrit CURB.

 

http://www.journaldequebec.com

Parole d’enfant ► So-so-so solidarité


C’est connu, les enfants aiment bien répétés ce que l’on dit, et souvent les mots sont déformés. Cependant, ces mots inventés peuvent si mignons
Nuage

 

So-so-so solidarité

 

 

« Au lieu du traditionnel «So-so-so solidarité» que scandaient les manifestantes éducatrices de son CPE, l’an dernier, ma fille reprenait ainsi la comptine : «So-so-so sourire alité», ce qui nous a fait bien rire, surtout en voyant le sourire visiblement «alité» des manifestantes… »

Rosalie, 3 ans /Longueuil