Des chimpanzés observés en train de casser des tortues comme des noix


Chez les primatologues, il est connu que des primates carnivores mangent des tortues à carapaces molles, mais que des chimpanzés mangent des tortues à carapaces dures est inédit. Ils utilisent la même méthode que pour casser des noix en frappant la carapace sur quelque chose de dure comme un arbre.
Nuage


Des chimpanzés observés en train de casser des tortues comme des noix

Floriane Boyer
Rédactrice

Une jeune femelle chimpanzé nommée Gia casse la carapace d’une tortue en la frappant contre un arbre dans le parc national de Loango au Gabon. © Nadia Balduccio/Loango Chimpanzee Project/Max Planck Society

Des chimpanzés du parc national de Loango au Gabon ouvrent des tortues comme une noix pour se délecter de leur chair.

Les primatologues se doutaient que ces grands singes consommaient de la tortue, mais c’est la première observation directe de ce comportement de prédation. Les chercheurs le décrivent dans le journal Scientific Reports.

Pour ouvrir la carapace de la tortue Kinixys erosa, une espèce endémique des forêts tropicalesd’Afrique centrale et de l’Ouest, les chimpanzés la frappent à de multiples reprises contre un arbre jusqu’à ce qu’elle se brise. Les chercheurs suggèrent qu’ils ont adopté cette pratique parce qu’ils procèdent de la même façon pour les fruits à coque, abondants dans la région de Loango. Le comportement, observé à 38 occasions chez 10 chimpanzés, peut être considéré comme coutumier au sein du groupe. Selon un communiqué, les individus se partagent la viande obtenue, ceux de plus faible constitution demandent de l’aide pour briser la carapace, et à une occasion, un adulte a mis en réserve une tortue à moitié consommée dans un tronc pour revenir la finir le lendemain.

L’étude apporte de nouveaux éléments dans la compréhension du régime alimentaire omnivore des chimpanzés, en étendant celui-ci aux reptiles, mais aussi des pratiques des anciens Hominini, incluant les ancêtres de l’Homme. D’autres primates, comme les babouins et les mandrills, sont déjà connus pour se nourrir de tortues à carapace molle. Que des chimpanzés requièrent ici à une méthode de percussion pour accéder à la viande de tortues à carapace dure est inédit.

Un chimpanzé du parc national de Loango au Gabon déguste une tortue qu'il vient d'attraper. © Erwan Théleste

Un chimpanzé du parc national de Loango au Gabon déguste une tortue qu’il vient d’attraper. © Erwan Théleste

https://www.futura-sciences.com/

Vieilles de 22 millions d’années, les dents d’une ancienne espèce de singe retrouvées


Un simple morceau de dentition vieux de 22 millions d’années semble être un lien pour comprendre l’évolution des singes. Les paléontologues avaient déjà d’une dent fossile de 19 millions d’années et une autre de 25 millions d’années. Ces nouvelles dents fossiles viennent combler ce trou de quelques millions d’années.
Nuage

 

Vieilles de 22 millions d’années, les dents d’une ancienne espèce de singe retrouvées

 

Alophia metios, ancien singe, Kenya

Une mâchoire fossile de l’ancien singe de l’Ancien Monde récemment découvert, appelée Alophia metios.

JOHN KAPPELMAN.

 

Une équipe de paléontologues annonce avoir déterré les dents fossilisées d’une ancienne espèce de singe inconnue de la science. Une découverte qui permet de combler un important fossé évolutif.

Les dents ont été découvertes dans les badlands, au nord-ouest du Kenya. D’après les premières analyses, elles seraient vieilles d’environ 22 millions d’années, et appartenaient à un individu représentant une toute nouvelle espèce de singes, désormais baptisée Alophia metios. Une découverte importante qui promet d’éclairer un peu plus l’origine et l’évolution des singes de l’Ancien Monde (cercopithécidés). Cette grande famille de primates comprend aujourd’hui 138 espèces originaires d’Afrique et d’Asie, telles que les babouins et les macaques.

Fossé évolutif

Depuis de nombreuses années, les paléontologues doivent en effet faire face à un important fossé évolutif. Ces derniers disposaient en effet jusqu’à présent d’une dent fossile vieille de 19 millions d’années, découverte en Ouganda, et d’une autre datant de 25 millions d’années, retrouvée en Tanzanie. Cette nouvelle découverte vient donc s’insérer entre les deux, permettant d’évaluer l’évolution du régime alimentaire de ces anciens primates.

« Pour un groupe aussi performant que les singes d’Afrique et d’Asie, nous aurions pu penser que les scientifiques avaient déjà compris leur histoire évolutive, explique John Kappelman, de l’Université du Texas à Austin, et principal auteur de l’étude. Bien que la dent isolée de Tanzanie soit importante pour documenter l’apparition des singes, les 6 millions d’années suivantes d’existence de ce groupe n’étaient jusqu’alors qu’une page blanche. Ce nouveau singe révèle de manière importante ce qu’il s’est passé au cours de cette évolution ».

A. Metios mangeait des aliments durs

Si le Kenya est aujourd’hui très aride, l’environnement était très différent il y a 22 millions d’années, car tapissé de forêts verdoyantes. Se côtoyaient des signes bien sûr, mais aussi d’anciens reptiles, et des éléphants primitifs. L’analyse des quelques dents retrouvées suggère par ailleurs qu’A. Metios mangeait probablement des aliments durs, tels que des fruits, des graines et des noix. Ce ne serait alors que plus tard que les singes de l’Ancien Monde ont commencé à manger plus d’aliments mous, tels que des feuilles.

Le succès des singes de l’Ancien Monde (138 espèces, on le rappelle) semble en effet étroitement lié à leur dentition unique. Ils étaient capables de consommer un large éventail d’aliments rencontrés dans les divers environnements d’Afrique et d’Asie.

« Vous pouvez penser à la molaire de singe moderne comme à un robot culinaire capable de trancher, de couper en dés, de hacher et d’écraser toutes sortes d’aliments », notent les chercheurs.

Reste à savoir quand et comment cette dentition unique a évolué. Pour l’heure, nous n’avons pas la réponse.

Source

https://sciencepost.fr

Les animaux ont-ils des liens avec leurs grands-parents ?


Nous grand-parent, nous sommes utile pour nos enfants et petits-enfants. Chez les animaux, seulement quelques espèces profitent de l’expérience. L’éléphant est un bel exemple, l’expérience des grands-mamans est vital pour les petits. Il y a aussi l’orque, le singe, le cachalot … À noter, que ce sont les grands-mères qui sont présente, alors que les grands-pères eux sont quasi inexistants
Nuage

 

Les animaux ont-ils des liens avec leurs grands-parents ?

 

par Brice Louvet, rédacteur scientifique

PartagerTweeter

Les grands-parents jouent un rôle primordial dans les sociétés humaines. Ils protègent, nourrissent et transmettent. Mais ces relations sont-elles propres à Homo sapiens, ou sont-elles également observées chez les animaux ?

Non, pas chez tous les animaux.

« Habituellement, les grands-parents ne vivent plus à la naissance d’un animal », explique en effet Mirkka Lahdenperä, biologiste à l’Université de Turku en Finlande.

Et même si la vie d’un animal chevauche celle de ses grands-parents, l’instinct de survie mène la plupart des espèces à se disperser pour éviter la compétition pour les ressources. Il existe en revanche quelques espèces, hautement sociales, qui font exception.

Le rôle protecteur des grands-mères

C’est notamment le cas de certains singes de la sous-famille des Colobinae, en Inde. Dans son livre Le comportement social des animaux plus âgés (Johns Hopkins University Press, 2009), la zoologiste canadienne Anne Innis Dagg décrit en effet la manière dont les grand-mères défendent les plus petits du groupe contre les attaques d’humains, de chiens et de singes rivaux. Il arrive également que les grands-mères interviennent pour réprimander leurs propres petits-enfants qui jouent trop brutalement avec d’autres jeunes.

Rapportons également le cas des baleines, et plus particulièrement des cachalots. Toujours selon Anne Innis Dagg, les femelles âgées auraient en effet pour mission de veiller sur les plus jeunes du groupe pendant que leurs mères plongent à plusieurs kilomètres sous la surface pour se nourrir. Les grand-mères orques semblent tout aussi essentielles. En 2015, une étude publiée dans le journal Current Biology avait notamment suggéré que les femelles âgées du groupe aidaient leurs descendants à survivre pendant les périodes difficiles, en se rappelant des zones abondantes en nourriture.

orques

Crédits : Pixabay

Sagesse et transmission du savoir

Et enfin les éléphants, bien entendu, sont connus pour former une structure sociale matriarcale. Les plus petits naissent généralement dans des groupes dirigés par leurs grands-mères, qui peuvent vivre jusqu’à 80 ans. Dans une étude de 2016 au sein de la revue Scientific Reports, la biologiste avait d’ailleurs tenté d’évaluer les avantages évolutifs de cette structure dominée par les femelles plus âgées.

Pour ce faire, la chercheuse avait analysé les comportements d’une population d’éléphants d’Asie semi-captive travaillant pour l’industrie du bois au Myanmar. Dans certains groupes, les grands-mères étaient encore présentes, mais plus dans d’autres. La biologiste s’est alors aperçue que les petits des jeunes mères avaient huit fois plus de chances de survivre si leurs grands-mères vivaient dans le même groupe. En revanche, lorsque les mères étaient plus âgées et plus habituées à leur rôle maternel, cet “effet de grand-mère” bénéfique avait disparu, et ce même si ces dernières étaient toujours présentes.

Vous l’avez sans doute remarqué, il n’est ici question que des grands-mères. Les animaux mâles, eux, se socialisent rarement avec leur propre progéniture. Les liens avec leurs petits-enfants sont donc pour la plupart totalement inexistants.

Source

https://sciencepost.fr/

Le Saviez-Vous ► 1870, à Paris, on mange du chien, du chat et de l’éléphant pour survivre


La fin justifie les moyens, ici, on parle plus de la faim justifie les moyens. En période de crise, alors que les vivres viennent à manquer, on cherche n’importe quoi pour se mettre sous la dent. A Paris, en 1870, la guerre a mit la ville en état de crise. Il faut nourrir tout le monde, alors que les aliments traditionnels finissent par manquer, on se tourna vers les animaux domestiques ainsi ceux dans les zoos. Aujourd’hui, c’est avec horreur quand on pense que des gens vont manger des chiens et des chats ainsi que certains autres animaux. Alors qu’en ce temps-là, ce n’était pas non plus dans la mentalité française, la preuve, ils ont cessé ce mode alimentations quand cela fût possible.. Il reste quand même à espérer qu’un jour, nous ne vivrons jamais cette situation.
Nuage

 

1870, à Paris, on mange du chien, du chat et de l’éléphant pour survivre

 

Grande_Boucherie_Canine_a_Paris

PAR MARINE GASC

En temps de crise, tout ce qu’il compte c’est survivre alors après avoir braconné tout ce qu’il est possible de manger, on s’attaque à l’inimaginable : les animaux de compagnie.

Remarque, à Antioche, ils mangeaient bien des humains… Et à la Rochelle en 1629, les soldats ont mangé leurs propres chevaux… En 1870, lors du siège de Paris, c’est la crise.

Le contexte social du siège de Paris

Carte_pour_suivre_les_opérations_[...]La_Béolle_btv1b8444270r

Alors que la guerre Franco-prussienne bat son plein, l’armée prussienne gagne du terrain et se retrouve aux portes de Paris en septembre 1870. Côté Français, on se prépare au pire. Un siège c’est toujours difficile et rapidement on manque de bouffe alors l’intendance fait de grosses réserves. On compte plus de 2000 porcs, 150 000 moutons, plus de 30 000 œufs et 45 tonnes de farine. Mais à Paris, il y a du monde, on compte déjà 400 000 soldats mais les civils sont au moins aussi nombreux et le siège va durer bien plus longtemps que prévu alors rapidement, on manque de nourriture et tout particulièrement de viande… Alors on s’attaque aux poissons de la Seine, aux chevaux, aux ânes et aux rats même si ça ne fait pas partie des coutumes culinaires locales.

Les nouvelles recettes à base de chien, chat, singe et ours…

Au départ, les boucheries vendent le rat pour du lapereau car il n’y a rien de pire pour un bourgeois que de devoir s’abaisser à manger du rat. Mais les choses vont changer, Thomas Genin, alors cuisinier, raconte que si le rat est disgracieux il donne une viande goûteuse, fine et de grande qualité. Le cuistot a confectionné des terrines de rat avec une farce de chair et de graisse d’âne. A Paris, on dit que c’est délicieux ! Finalement, on en vient même à manger les chiens et les chats et des boucheries canines et félines vont ouvrir leurs portes alors que dans les restaurants de luxe, on mange même de l’éléphant…

recette chien rat

Les recettes du jardin d’acclimatation

Au jardin d’acclimatation, les éléphants Castor et Pollux ainsi que plusieurs buffles sont abattus d’une part parce qu’il n’y a plus rien pour les nourrir, d’autre part parce qu’ils peuvent servir de nourriture pour plusieurs personnes… Les animaux du zoo de Vincennes sont également passés à la casserole, notamment les ours et les singes. En revanche, au Jardin des plantes, on parvient à maintenir les animaux en vie notamment les éléphants, hippopotames, rhinocéros, bisons, buffles, zébus…

prix elephant

Le soir du 31 décembre 1870, Bonvalet, le maire du 3ème arrondissement offre un dîner à une vingtaine de personnes au restaurant Noël Peter’s tenu par le chef Fraysse. Le menu est pour le moins étonnant, et sans doute gargantuesque lorsque l’on sait que la plupart des personnes crèvent la dalle à quelques rues seulement :

Hors d’œuvre : sardines, cèleri, beurre et olives
Potage : sajou
(une sorte de singe) au vin de Bordeaux
Relevé : saumon à la Berzelius
Entrée : escalopes d’éléphant, sauce aux échalotes
Rôt : ours à la sauce Troussenel
Dessert : pommes et poires

2002-dc-10483

Lors d’autres repas, il a été possible de manger de la daube de serpent python, du civet de lion, ou encore de la crépinette d’hippopotame ou de rhinocéros…

Voici un menu présenté quelques jours plus tôt, pour le réveillon de Noël…

Menu-siegedeparis

La plupart des animaux du Jardin d’acclimatation ont été vendus à M. Deboos, un boucher du 173 boulevard Haussmann par Albert Geoffroy Saint-Hilaire, directeur du Jardin acclimatation, et fils du fondateur… Décédé quelques années plus tôt, il n’imaginait sans doute pas un tel festin destin pour son jardin…

Le 24 octobre, le boucher commence par acheter des jacks, zèbres et un buffle.

A la fin du siège de Paris qui a duré 130 jours, il ne reste quasiment aucun animal vivant dans la Ville.

Il faut attendre la fin de la guerre pour que les boucheries spécialisées apparaissent véritablement, comme les boucheries canines ou félines. Pendant la Première Guerre mondiale, on mange également du chien et du chat… La dernière a fermé en 1925.

http://www.racontemoilhistoire.com/

Les pesticides font jaunir les singes


On n’a pas fini de voir les conséquences de nos abus à vouloir contrôler la nature. Les singes-hurleurs qui adorent les feuilles de palmiers d’ananas et de bananes à Costa-Rica. Le problème, c’est que le Costa-Rica est un grand consommateur de pesticides. Les conséquences sur ces singes sont inusitées. Leurs poils deviennent jaunes et ce n’est pas une couleur la plus discrète quand on veut éviter les prédateurs.
Nuage
 

 

Les pesticides font jaunir les singes

 

Céline Deluzarche
Journaliste

En hiver, le lièvre variable et le renard des neiges changent de couleur pour s’adapter à leur environnement. Mais si les singes hurleurs à manteau, au Costa Rica, virent au jaune, c’est pour une toute autre raison.

Depuis cinq ans, les scientifiques ont commencé à remarquer des animaux avec des curieuses tâches jaunes sur le pelage, habituellement d’un noir uniforme. Au départ, il s’agissait juste d’une petite partie de la fourrure, sur le bout de la queue ou sur une main. Mais au fll du temps, ces tâches se sont étendues sur des parties de plus en plus grandes du corps, deux des singes devenant entièrement jaunes.

Le singe hurleur se nourrit de feuilles issues des plantations de bananes, ananas et palmiers à huile arrosées de pesticides. © Arturo de Frias Marques

Le singe hurleur se nourrit de feuilles issues des plantations de bananes, ananas et palmiers à huile arrosées de pesticides. © Arturo de Frias Marques

Les plantations de bananes coupables ?

Pour comprendre cette mystérieuse décoloration, les chercheurs ont prélevé des échantillons de fourrure pour des analyses. Ils ont alors découvert que les poils décolorés possèdent cette variante différente de mélanine (le pigment qui colore la peau et les cheveux), appelée phéomélanine, responsable d’une coloration de jaune à rouge, tandis que les poils noirs en contiennent une autre sorte, l’eumélanine. Mais pourquoi les singes hurleurs se mettent-ils soudainement à fabriquer plus de phéomélanine ?

De tels cas n’ayant jamais été observés ailleurs dans la nature ou en captivité, les chercheurs penchent pour le soufre utilisé dans les pesticides. En effet, les singes vivent à proximité des plantations de bananes, ananas et palmiers à huile cultivés dans la région, dont ils raffolent des feuilles. Le Costa Rica est ainsi l’un des plus gros consommateurs de pesticides dans le monde, avec 22,9 kg par hectare de terre cultivée.

Or, « l’exposition au soufre augmente la disponibilité des sulfhydryles dans les cellules, ce qui peut favoriser la synthèse de la phéomélanine dans les mélanocytes », expliquent les chercheurs.

Cette dépigmentation risque fort d’attirer de sérieux ennuis au singe hurleur à manteau : les grosses tâches jaunes le rendent plus visible dans les arbres pour ses prédateurs, comme le jaguar, l’ocelot et le puma.

https://www.futura-sciences.com/

Le Saviez-Vous ► Qu’est-ce que la “variole du singe” ?


La variole du singe est semblable à celle de l’humain, mais malheureusement peut se transmettre de l’animal à l’humain, et de l’humain à humain.
Nuage

 

Qu’est-ce que la “variole du singe” ?

 

monkeypox variole singe

Crédits : Wikipedia

par Yohan Demeure

Touchant actuellement des pays comme la République centrafricaine et le Nigeria, la variole du singe découverte il y a presque un demi-siècle est encore méconnue. Que faut-il savoir sur cette maladie qui refait surface assez rarement ?

La variole du singe (ou orthopoxvirose simienne) « est une zoonose virale rare que l’on observe principalement dans les zones isolées du centre et de l’ouest de l’Afrique, à proximité des forêts tropicales humides », selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Similaire à la variole humaine éradiquée en 1980, la variole du singe – également nommée « monkeypox » a été découverte à la fin des années 1950 chez des singes en captivité au Danemark. Le premier cas humain a été découvert en 1970 en République démocratique du Congo, et de nombreux cas ont été décrits en Afrique de l’Ouest lors de deux épidémies majeures entre 1971 et 1980 (41 malades) ainsi qu’en 1986 (338 malades).

Plusieurs foyers d’infection ont été détectés en Centrafrique au Nigéria depuis 2013. Un communiqué fait état de nouveaux cas au Centrafrique au mois d’octobre 2018. En parallèle, une autre publication évoque la situation au Nigeria, où le nombre de cas depuis le début de l’année serait de 86.

L’infection résulte d’un contact direct avec le sang, les fluides corporels, ou encore les éruptions cutanées d’animaux infectés tels que les singes et certains rongeurs (comme les écureuils). Ces derniers représentent les réservoirs du virus. La transmission d’humain à humain – transmission secondaire – peut être le fait d’un contact direct avec les excrétions des voies respiratoires infectées. Cela peut également être le cas en ce qui concerne un contact avec les lésions de la peau d’une personne infectée, ou encore avec des objets contaminés.

Les symptômes se caractérisent par des éruptions cutanées vésiculaires généralisées, de la fièvre ainsi que des douleurs liées à un gonflement des mâchoires. Évoquons également le fait qu’il s’agit là d’une maladie auto-limitante, c’est-à-dire que celle-ci se résout d’elle-même.

Sources : IFL ScienceLe Vif

https://sciencepost.fr

15 Animaux tellement rares qu’ils paraissent irréels


Parmi les animaux terrestres et marins, certains ont un physiques vraiment impressionnant et vraiment différent de ce que nous sommes habitués de voir
Nuage

 

15 Animaux tellement rares qu’ils paraissent irréels

D’après les scientifiques, notre planète abrite environ 8,7 millions d’espèces de plantes et d’animaux. Si 86% des espèces connues sont terrestres, 91% des espèces non encore découvertes sont marines. Il est difficile de croire qu’après des centaines d’années d’études biologiques, on n’ait pas encore répertorié tous les animaux, oiseaux, insectes et poissons qui peuplent notre planète. Certaines de ces créatures sont si uniques qu’il est difficile de croire qu’elles viennent du même monde que nous, et il semble que la nature ne cessera jamais de stimuler notre imagination et de nous surprendre par sa créativité !

1. Le poisson à tête transparente vit dans les profondeurs de l’océan et a des yeux en forme de tonneaux — n’a-t-il pas l’air fantastique ?!

© sallyzseashore / Instagram

2. Le Bec-en-sabot du Nil est un oiseau reconnaissable entre tous grâce à son grand bec.

© birokasago / Instagram

3. Cette race de cheval bicolore appelée Appaloosa est très populaire aux États-Unis. Il est très apprécié pour ses motifs fascinants qui défient l’imagination.

© avalonappaloosas.com

4. As-tu déjà vu un lémurien volant ? On dirait un croisement entre une chauve-souris et un koala.

© wildernesstravel / Instagram

5. Les attrape-mouches royaux peuvent se vanter d’avoir une crête colorée qui leur donne cet aspect si particulier.

© ravin.mclean / Instagram

6. S’agit-il de boutons de fleurs ou de champignons ? Non, il s’agit de Umbonia spinosa, une espèce d’insectes qui ressemblent à des extraterrestres !

© animalsofthisplanet / Instagram

7. La fourmi à crochet est une créature plutôt dangereuse. Son crochet arrière peut piéger n’importe quel prédateur.

© loo3111 / Instagram

8. Quelle est cette créature à l’allure étrange et aux yeux globuleux ? C’est la crevette mante, l’un des animaux les plus colorés de l’océan.

© malapascuaexotic / Instagram

9. La couleur de ce poisson perroquet bleu est tout simplement incroyable !

© IntotheBlueTv / Twitter

10. Le visage rouge est le trait distinctif de l’uakari chauve, un singe à l’apparence unique.

© the.ethogram / Instagram

11. Le charançon-girafe doit son nom à son long cou.

© animals_forever_care / Instagram

12. Le poulpe-mante est un véritable chef-d’œuvre de la nature, à en juger par la forme de son corps !

© octopusobsessed / Instagram

13. N’aie pas peur ! C’est juste un tatou de type “fée rose”. Aussi mignon qu’inoffensif !

© wildlife_sensation / Instagram

14. Ce lézard semble venir d’une autre planète !

© ScarLizard / Imgur

15. Le poisson chauve-souris à lèvres rouges pourrait être la star d’une publicité pour le rouge à lèvres ! Il est tout simplement magnifique !

© calmoudulina / Instagram

https://sympa-sympa.com/

En Inde, un gang de singes tue un homme à coups de briques, sa famille porte plainte


Je peux comprendre que la cohabitation est difficile entre les hommes et les macaques. Et je trouve dramatique la mort de cet homme que les singes ont tués a coups de briques. Et s’il y a quelques choses à faire, ce sera mieux sans pour autant punir. Comme c’est une zone protégé, il faut garder cette zone…
Nuage

 

En Inde, un gang de singes tue un homme à coups de briques, sa famille porte plainte

 

inRead invented by Teads

par  Laura Boudoux 

Dans le petit village de Tikri, au nord de New Delhi, un homme a été tué par un féroce gang de singes, alors qu’il ramassait du bois, rapporte le site britannique Express ce 22 octobre. 

À 72 ans, Dharampal Singh a succombé à cette attaque de primates le 18 octobre, après avoir reçu une vingtaine de briques sur la poitrine, les jambes et le crâne.

« Lancées depuis une certaine hauteur, les briques ont suffi à le tuer. Ces voyous de singes sont coupables et ils doivent payer pour ce qu’ils ont fait », estime le frère de la victime, interrogé par le Times of India.

La famille de Dharampal Singh a donc déposé « une plainte écrite contre les singes, mais la police ne semble pas décidée à agir », rapporte Krishnapal Singh.

Une affaire effectivement compliquée à gérer pour la police locale.

« Comment pouvons-nous enregistrer une plainte contre des singes ? Nous allons nous couvrir de ridicule », a commenté Chitwan Singh, policier au commissariat de Doghat sollicité par la famille Singh.

Les macaques rhésus, responsables de la mort de Dharampal Singh, sont devenus difficiles à gérer dans cette région et de nombreux villageois ont apporté leur soutien à la famille du défunt.

« L’attaque de Dharampal est peut-être le pire qui puisse arriver, mais les singes rendent la vie dure aux villageois et aucune solution ne semble devoir être mise en place », a ainsi témoigné Bheema Kashyap, qui habite les environs de Tikri.

 Les singes sont dans la région une espèce protégée et les autorités n’ont donc que peu de pouvoirs pour maîtriser (et punir) leurs agissements.

Sources : Express.uk / Times of India

https://www.ulyces.co/

30 lauréats du concours de la photo animale la plus amusante de 2018


Un concours de photos d’animaux dont 30 photos ont été retenues avant la grande finale sera en milieu novembre. Des amateurs comme des professionnels pouvaient participer. Ils devaient essayer de capturer un moment insolite ou drôle d’animaux en action.
Nuage

 

30 lauréats du concours de la photo animale la plus amusante de 2018

 

  • Chaque année a lieu le Comedy Wildlife Photography Awards, un concours qui récompense les photographies d’animaux les plus amusantes du monde. Voici les lauréats de cette édition 2018.

    Claire L.Idée détectée par CLAIRE L.

    Ce qu’on adore avec les animaux, c’est leur spontanéité qui les rend si drôles et souvent si attachants. Mais un animal est imprévisible et il est toujours difficile pour un photographe de réussir à capter le bon moment. C’est pour récompenser ces photographes de talent qu’a lieu chaque année le Comedy Wildlife Photography Awards.

    Depuis maintenant 4 ans, ce concours pas comme les autres récompense les photos d’animaux les plus amusantes et les plus insolites. Pour l’édition 2018, ce sont plus de 2000 photos qui ont été envoyées au jury, qui a dû trancher pour n’en garder finalement qu’une cinquantaine. Le jury affirme d’ailleurs que le concours n’est pas réservé qu’aux professionnels. Ils représentent en effet 70% des compétiteurs, mais il y a tout de même 30% d’amateurs qui participent à ce challenge pas comme les autres.

    Nous vous proposons de découvrir ci-dessous 30 photos parmi les lauréats de cette édition 2018, qui seront primés à l’occasion d’une soirée exceptionnelle organisée à Londres le 15 novembre prochain. Vous pouvez également vous rendre sur le site du Comedy Wildlife Photography Awards pour découvrir toutes les participations et on vous invite, bien entendu, à découvrir les meilleurs clichésde l’édition précédente.

    Nom : Wildlife PhotograbearCrédits : Roie Galitz

    Nom : Caught in the Act • Crédits : Mary McGowan

    Nom : Rhinopeocock 4Crédits : Khallol Mukherjee

    Nom : Happy • Crédits : Muriel Vekemans

    Nom : Split • Crédits : Geert Weggen

    Nom : Mother Returned from her Parents Meeting at School • Crédits : Valtteri Mulhahainen

    Nom : Have a Headache • Crédits : Maureen Toft

    Nom : The Black Skimmer Gang • Crédits : Ke Qiang Ruan

    Nom : Hot Kiss • Crédits : Sergey Savvi

    Nom : Drive Safe • Crédits : Jonathan Irish

    Nom : Peek a Boo • Crédits : Shane Keena

    Nom : Yoga Bear • Crédits : Roie Galitz

    Nom : Bullies • Crédits : Amy Kennedy

    Nom : Crouching Tiger Peeking Moose • Crédits : Jamie Bussey

    Nom : yCheek • Crédits : Robert Adamson

    Nom : The People are Back • Crédits : Patty Bauchman

    Nom : This is Sparta • Crédits : Sergey Savvi

    Nom : Tango • Crédits : Michael Watts

    Nom : Flying Hyena • Crédits : Kevin Rooney

    Nom : Astonished Lemur • Crédits : Jakob Strecker

    Nom : Ashamed • Crédits : Antonio Medina

    Nom : Smiling Ele • Crédits : Anup Deodhar

    Nom : Dancing Deer • Crédits : Bartek Olszewski

    Nom : The Yawn • Crédits : Danielle D’Ermo

    Nom : The Singing Moose • Crédits : Mary Hone

    Nom : Spy • Crédits : Muntazeri Abdi

    Nom : Coastal Brown Bear Cub with Headache • Crédits : Danielle D’Ermo

    Nom : Perfect Pillow • Crédits : Denise Dupras

    Nom : Martian Tango • Crédits : Sergey Savvi

    Nom : A Farewell • Crédits : Qiusheng Hu

    Imaginé par : Comedy Wildlife Photography Awards
    Source : boredpanda.com

    https://creapills.com/

  • Illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien


     

    Diverses photos qui donnent des illusions d’optique accidentellement. Certaines sont bluffantes.
    Nuage

     

    Illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

     

    1. La vue de l’arrière-cour de mes parents ce matin.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    2. Cette photo semble présenter une énorme foule qui assiste à un concert, mais c’est en fait une machine à récolter le coton la nuit.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    3. Une photo de deux pigeons dodus perchés sur le rebord d’un toit. On dirait une photo de deux pigeons massifs qui cherchent leur voiture.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    4. Mes chiens semblent avoir fusionné ce matin.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    5. Quand le soleil est directement au-dessus d’Hawaii, ça ressemble à un vieux jeu vidéo.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    6. La neige qui fond lentement sur mon perron ressemble à une tornade de glace.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    7. Un très long chien avec une section manquante.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    8. Cette illusion d’optique nous donne l’impression que ce camion vend des tartes.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    9. Ces martinis à l’espresso ressemblent à des tabourets de bar.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    10. Le givre sur le toit de ma voiture ce matin ressemble un peu à une vue de la terre depuis l’espace.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    11. J’ai pris une photo d’un singe et on dirait qu’il prenait un selfie.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    12. Cet arbre ressemble à un brocoli.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    13. Depuis les 10 dernières minutes, j’essaie d’expliquer à ma belle-soeur que ses jambes semblent être sur les épaules de son mari… mais elle ne le voit pas.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    14. J’ai trouvé ce vélo l’autre jour et il m’a laissé perplexe. Est-il brisé ou non ?

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    15. Mes lunettes semblent avoir des yeux à cause de la réflexion de la lampe.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    16. Ces feuilles semblent être en feu à cause de la façon dont le soleil les éclaire.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    17. On dirait que la lampe flotte dans le ciel, mais c’est simplement sa réflexion dans la fenêtre.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    18. Ça me fait mal au cerveau…

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    19. On dirait de minuscules hommes qui s’entraînent dans la piscine.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    20. Le reflet du coucher de soleil ressemble à un incendie majeur dans une maison.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    21. Voici un exemple d’un mirage connu sous le nom de Fata Morgana. Cette illusion optique serait l’explication la plus plausible derrière le mythe du Hollandais volant.

    21 fois où des gens sont restés perplexes devant des illusions d’optique accidentelles dans des choses du quotidien

    https://www.ipnoze.com/