Des scientifiques ont détecté de mystérieux signaux radio en provenance de l’espace


On a capté des signaux radios d’une galaxie naine qui est très loin dans ce grand univers. Elle serait à plus de 3 milliards d’années-lumières. Quelle est l’origine de ses signaux ? Serais-ce une civilisation d’extraterrestres ? Pour le moment, ce ne sont encore que des hypothèses
Nuage

 

Des scientifiques ont détecté de mystérieux signaux radio en provenance de l’espace

 

GEMINI OBSERVATORY/AURA/NSF/NRC

Dans une galaxie naine à trois milliards d’années-lumière.

Une initiative pour trouver des signes de vie intelligente dans l’univers a détecté une série de mystérieux signaux radio en provenance d’une galaxie naine située à trois milliards d’années-lumière.

Des scientifiques du programme Breakthrough Listen ont déclaré avoir trouvé 15 sursauts radio rapides (pour fast radio burst, FRB) d’un «répéteur» de l’espace profond appelé FRB 121102

Les nombres indiquent le moment où le premier signal a été découvert, soit le 2 novembre 2012.

Alors que d’autres FRB ont été détectés, celui-ci est assez unique puisqu’il a été de nouveau entendu en 2015 et que son emplacement a été identifié un an plus tard.

Breakthrough Listen a utilisé des instruments de l’observatoire de Green Bank en Virginie occidentale pour observer sa localisation plus de cinq heures samedi, détectant 15 sursauts sur toute la bande de fréquences de 4 à 8 GHz, a indiqué l’organisation dans un communiqué.

«C’est vraiment « funky » de voir comment les sursauts individuels peuvent surgir n’importe où dans cette vaste zone de fréquences, même si chaque sursaut a une couverture en fréquence relativement restreinte», a expliqué Peter Williams de l’université Harvard à New Scientist. «Je n’ai pas encore vu quelqu’un offrir une bonne explication pour savoir comment cela pourrait se produire.»

Breakthrough Listen a créé un GIF montrant la succession de 14 des 15 signaux.

Une précédente vidéo montre d’ailleurs comment sonne FRB 121102:

«Les explications possibles des FRB vont des explosions d’étoiles à neutron rotatives avec des champs magnétiques extrêmement puissants, à des idées plus spéculatives comme quoi elles seraient des sources d’énergie utilisées par des civilisations extraterrestres pour alimenter des vaisseaux spatiaux», a indiqué l’organisation.

«Pour être claire, nous ne savons pas ce qui cause les sursauts radio rapides que nous observons, mais nous ne pensons pas que cela a à voir avec les extraterrestres!» a écrit l’astronome Emily Petroff par rapport à un différent FRB détecté par son équipe.

Par quoi sont-ils causés reste un sujet de débat, et dans le cas du FRB 121102, les répétitions ajoutent au mystère. Alors que certains signaux radio rapides peuvent être causés par un événement catastrophique unique comme une supernova, ces événements ne se répéteraient pas.

Et dans ce cas, la localisation — une galaxie naine qui a seulement 1 % de la masse de notre propre Voie lactée — rend le signal encore plus difficile à expliquer.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été adapté de l’anglais.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Non, la Terre n’a pas capté de signal radio extraterrestre


Les amateurs extraterrestres vont être déçus que l’étrange signal radio qu’on croyait venir de l’espace il y a quelques jours, serait plus que probable originaire de la Terre
Nuage

 

Non, la Terre n’a pas capté d’extraterrestre

 

De tout temps, l’humain s’est demandé s’il était seul dans l’univers.   PHOTO : ISTOCK

Les Terriens ne sont pas sur le point de parler à des extraterrestres. Le puissant signal radio qui a été récemment détecté par des scientifiques russes n’est pas un signe d’intelligence extraterrestre ailleurs dans l’Univers, comme il avait été évoqué plus tôt cette semaine.

Une équipe d’astronomes menée par Nikolai Bursov de l’Académie russe des sciences avait détecté un curieux signal, le 15 mai 2015, grâce au radiotélescope RATAN-600 situé dans la République russe de Karatchaïévo-Tcherkessie, près de la frontière avec la Géorgie.

Rapidement, différentes théories ont circulé sur l’origine du signal.

Les chercheurs croyaient notamment que le signal de 11 gigahertz provenait du voisinage de l’étoile HD164595, située à 95 années-lumière de la Terre. Cette étoile de la taille du Soleil possède au moins une planète en orbite autour d’elle. Celle-ci est toutefois trop proche pour abriter de la vie.

Cette nouvelle avait suscité une intense spéculation sur la possible présence d’extraterrestres.

Mais des analyses plus poussées ont confirmé que le signal était probablement d’origine terrestre, affirment maintenant les scientifiques.

« Nous pouvons dire avec confiance que nous n’avons pas encore détecté de signaux extraterrestres », disent les scientifiques russes dans un communiqué.

Le groupe américain SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence), qui tente de décoder les signaux radio provenant d’autres mondes depuis 1984, a lui aussi confirmé qu’il n’avait pas réussi à détecter de nouveau le signal dont parlaient les scientifiques russes.

http://ici.radio-canada.ca/

Cet étrange signal radio venu de l’espace intrigue les scientifiques


En 2015, un gros bip venu de l’espace s’est fait entendre d’une étoile dans la constellation d’Hercule. Maintenant il reste à découvrir la provenance de ce son. Certains croient que c’est une civilisation et d’autres sont plus terre-à-terre
Nuage

 

Cet étrange signal radio venu de l’espace intrigue les scientifiques

 

Par Grégory Rozières

    Depuis quelques jours, le monde des astrophysiciens bruisse d’excitation. A l’origine: un courriel, envoyé vendredi 26 août, rappelant à plusieurs chercheurs de réserver leur journée du 27 septembre pour une conférence.

    Jusque-là, rien de très intéressant. Sauf qu’à ce moment seront présentés des travaux à propos d’un signal radio provenant d’une étoile située à quelque 95 années-lumière dans l’espace… et dont la force est inexplicable, rapporte Centauri Dreams. En attendant de trouver une explication naturelle, les chercheurs à l’origine de la découverte notent que l’hypothèse d’une civilisation extraterrestre ne peut pas être écartée… même si d’autres hypothèses bien plus terre-à-terre sont plus probables et à envisager en priorité.

    Tout commence le 15 mai 2015 dans le Caucase russe. Le radiotélescope Ratan 600 observe les étoiles et enregistre alors un étrange signal provenant de HD 164595, une étoile située à 95 années-lumière de la Terre, dans la constellation d’Hercule. Etrange car il est bien plus fort que le bruit ambiant enregistré normalement.

    Un gros bip, puis le silence

    C’est en quelque sorte comme si l’on avait entendu un gros « BIP » de deux secondes, puis le retour du silence. Et les chercheurs sont formels: la probabilité que ce ne soit qu’un « bruit ambiant », bref, une simple interférence, ne dépasse pas les 0,02%.

    C’est pour cela que les chercheurs expliquent que ce phénomène est un « candidat Seti ». Le Seti, c’est un programme, d’origine américaine, qui vise, depuis les années 60, à découvrir une preuve de l’existence d’une espèce extraterrestre intelligente en scrutant le ciel grâce à des radiotélescopes.

    Les chercheurs à l’origine de ces travaux ont même calculé de quel type de civilisation un tel signal pourrait provenir, en se basant sur l’échelle de Kardashev, du nom de l’astronome soviétique qui tenta de théoriser la puissance d’éventuelles civilisations extraterrestres.

    Si le signal reçu est émis dans toutes les directions à cette puissance de son point d’origine, la civilisation potentiellement à l’origine de celui-ci serait du type « II », c’est-à-dire qu’elle sait exploiter l’énergie de son étoile directement. Si le faisceau est dirigé vers nous, alors une civilisation du type « I », exploitant la totalité des ressources de sa planète, pourrait suffire (moins évoluée, mais toujours plus que l’espèce humaine).

    C’est également à une civilisation de type II que certains enthousiastes attribuent les bizarreries entourant l’étoile KIC 8462852, qui affole la communauté scientifique et les fans d’extraterrestres depuis un an.


    Une sphère de Dyson, un des concepts imaginant comment une civilisation pourrait exploiter la puissance de son étoile

    Mais, comme toujours, l’explication extraterrestre doit toujours être la dernière à envisager.

    « Il y a environ un candidat Seti tous les trois ans, qui ont toujours été démentis ou expliqués avec un phénomène naturel », précise au HuffPost Jean Schneider, astrophysicien au CNRS spécialiste des exoplanètes.

    Une hypothèse naturelle plus logique

    Concernant ce signal, « cela peut être pas mal de choses », explique le scientifique, qui évacue une explosion de supernova ou une éruption stellaire, qui dureraient plus longtemps que les deux secondes enregistrées.

    Pour en avoir le cœur net, il est possible de vérifier que d’autres télescopes aient observé cette étoile en même temps, mais sur d’autres longueurs d’onde. Si un tel hasard est arrivé, on devrait le savoir dans quelques semaines.

    Jean Schneider a une hypothèse qu’il serait possible de vérifier: que l’étoile HD 164595 ait amplifié, par effet de « lentille gravitationnelle », le signal d’une autre source radio plus lointaine.

    « Il faudrait que la source d’émission, qui pourrait être un un quasar [les entités les plus lumineuses de l’univers, ndlr] ou autre chose, soit passée pile derrière l’étoile de notre point de vue », explique le chercheur. « La probabilité est très faible, mais il faut bien trouver une explication », explique-t-il.

    Pour vérifier cette théorie, il faudrait utiliser un télescope pour trouver cette fameuse source et calculer son chemin, afin de voir si elle a effectivement été alignée avec l’étoile HD 164595 au bon moment.

    « Cela prendrait un an de travaux », précise le chercheur, qui a contacté des collègues pour savoir s’ils avaient du « temps de télescope disponible » pour vérifier ses dires.

    Pour Jean Schneider, les chances que ce signal révèle quelque chose d’intéressant, voire artificiel, ne sont pas énormes.

    « Mais j’espère me tromper », affirme-t-il.

    Réponse dans quelques mois, en espérant que cette observation ne se révélera pas être due à… un four à micro-onde.

    Le chercheur se rappelle en effet d’un signal observé il y a quelques années par un télescope qui n’était autre… que celui du four dans la pièce d’à côté, qui a émis un tout petit signal lors de l’ouverture de la porte qui avait été enregistré par les instruments.

     

  • http://quebec.huffingtonpost.ca/

Un signal radio de l’espace ébranle les astronomes


Des ondes radios se sont manifestées dans l’espace. Est-ce E.T qui vient nous dire bonjour ? Probablement pas. Il parait que ce genre d’ondes se produit très souvent dans ce grand ciel rempli d’étoile, de trous noirs, de pulsar … etc
Nuage

 

Un signal radio de l’espace ébranle les astronomes

 

Un signal radio de l'espace ébranle les astronomes

Photo Fotolia

Un signal radio provenant non pas de la Terre, mais bien de l’espace, a été détecté dernièrement et secoue les astronomes de partout dans le monde.

Est-ce un signe qu’il y a bel et bien présence d’une vie extraterrestre? Les experts restent prudents et se questionnent toujours.

Ce n’est pas la première fois que de très brefs signaux radio qui proviennent de l’espace sont découverts, mais ces phénomènes sont rarement captés. En 2007, l’observatoire de Parkes, en Australie, détectait un «sursaut radio» de très forte intensité. Il faudra toutefois attendre cinq ans plus tard, en 2012, avant qu’un autre observatoire n’observe ce genre de signal radio.

Est-ce le signal d’une présence extraterrestre? Probablement pas. Un article scientifique publié dans The Astrophysical Journal confirme que ces phénomènes radios cosmiques se produiraient 10 000 fois par jour dans le ciel. Sauf si vous envisagez l’éventualité que les extraterrestres nous envoient des messages aussi souvent chaque jour, il faudrait entrevoir une autre hypothèse qui expliquerait ces manifestations radio.

Selon le quotidien Le Parisien, d’autres hypothèses sont envisagées, comme celle des trous noirs qui s’évaporent, par exemple. Même chose pour des étoiles à neutrons naissantes ou mourantes ou même des pulsars nouveau genre. Lorsqu’on avait découvert ces pulsars, un signal radio avait aussi été détecté.

Si plusieurs questions se posent toujours au sujet de ces «sursauts radio», l’astrophysicien James Cordes a affirmé au Parisien qu’«à ce stade, nous ne savons pas par quoi ces sursauts sont provoqués».

http://fr.canoe.ca