La sieste empêche-t-elle de dormir la nuit?


La sieste chez un adulte n’est pas nécessaire si nous dormons suffisamment la nuit. Cependant, elle peut devenir utile quand la nuit est moins bonne, pour recharger nos batteries. Les spécialistes sont tous d’accord pour un maximum de 30 minutes. De plus, le moment de faire la sieste est après diner.
Nuage

 

La sieste empêche-t-elle de dormir la nuit?

 

La sieste, oui, mais pas n’importe comment. | Anthony Mapp via Unsplash

La sieste, oui, mais pas n’importe comment. | Anthony Mapp via Unsplash

Alexandra Hansen et Lionel Cavicchioli

Examinons si la bonne réputation de la sieste est méritée.

Il n’est pas rare, durant la journée, de ressentir le besoin de s’allonger un peu sans raison particulière, même si la matinée n’a pas été particulièrement chargée ou si la nuit précédente a été bonne. Mais la sieste ruine-t-elle vraiment la qualité de la nuit qui lui succède, comme on peut le lire parfois?

Selon quatre des personnes expertes du sujet sur les cinq que nous avons interrogées, la sieste ne vous empêchera pas de dormir sur vos deux oreilles une fois la nuit venue.

Kathleen Maddison, spécialiste du sommeil

 

Sentir que l’on somnole peut, dans certains cas, être considéré comme un indice de l’existence de troubles du sommeil ou d’un problème de santé. Cependant, pour de nombreuses personnes les siestes peuvent avoir un rôle bénéfique. Elles réduisent en effet la sensation de somnolence et augmentent la vigilance. Elles améliorent aussi les performances dans divers domaines: temps de réaction, coordination, raisonnement logique, consolidation de la mémoire, reconnaissance des symboles, régulation de l’humeur et des émotions.

Il existe aussi des preuves suggérant que chez certaines personnes, les siestes diminuent la tension artérielle. Quelques mises en garde sont néanmoins de rigueur: pour commencer, si vous faites la sieste parce que vous avez besoins de récupérer de nuits de sommeil de mauvaise qualité, il faut en premier lieu s’attaquer aux causes. Afin de réduire le risque d’inertie de sommeil (lorsqu’on se réveille encore plus fatigué), la durée de la sieste doit être comprise entre 10 et 30 minutes. Il faut aussi éviter de se reposer tard dans la journée, car cela peut accroître la durée d’endormissement, au moment du coucher.

Michelle Olaithe, psychologue

 

Les siestes peuvent être très bénéfiques et, en partie, compenser les pertes de sommeil engendrées par le travail, les enfants ou les nuits endiablées. De courtes siestes peuvent améliorer la vigilance, l’humeur et la mémoire. Lorsque vous faites la sieste, optez pour une durée d’environ 10 à 30 minutes, cela vous empêchera d’atteindre la phase de sommeil profond et n’interférera pas avec vos routines de sommeil nocturne. Il est essentiel de veiller à préserver des nuits de sommeil de durée adéquate (ce qui signifie, pour la plupart des adultes, 7 à 9 heures de sommeil par cycle de 24 heures): elles permettent de conserver des fonctions immunitaires et cérébrales optimales, réduisant de ce fait les risques d’accidents de voiture ainsi que les risques de voir se développer toute une variété de problèmes de santé chroniques.

Le sommeil semble être de meilleure qualité pendant la nuit, ne laissez donc pas vos siestes interférer avec votre repos nocturne. Par ailleurs, une fatigue diurne excessive peut être l’indice d’un problème de sommeil ou de santé sous-jacent. En cas de doute, consultez votre médecin.

Faire la sieste est une pratique bien établie dans de nombreuses parties du monde: en vous allongeant, vous rejoignez 51% de nos semblables qui, ailleurs sur la planète, apprécient de piquer un petit roupillon diurne

Raymond Matthews, spécialiste du sommeil

 

Si une personne se pose la question de faire une sieste, la réponse adéquate la plupart du temps est: «Oui, va faire une sieste.» Les adultes n’envisagent généralement de dormir qu’en cas de fatigue, or le meilleur remède à la fatigue est… le sommeil. Faire une sieste implique deux conséquences. Tout d’abord, un roupillon diminue le besoin de sommeil. C’est une bonne chose si vous devez rester éveillé après votre sieste, mais cela peut être problématique si elle est trop proche de votre heure habituelle de coucher.

«Même une micro-sieste a le pouvoir de vous rendre la capacité de donner le meilleur de vous-même.»

Raymond Matthews, spécialiste du sommeil

Ensuite, si le temps de repos s’étend trop, vous pouvez vous réveiller groggy. Cette horrible sensation porte un nom: l’inertie de sommeil. Si vous avez besoin d’être performant dans la foulée immédiate du réveil, limitez-vous à 30 minutes. Même une micro-sieste a le pouvoir de vous rendre la capacité de donner le meilleur de vous-même. Toutefois, si vous ne ressentez aucune fatigue ou si vous ne remarquez pas de déficience cognitive, inutile de vous reposer. Les siestes ne sont pas essentielles à la vie quotidienne des adultes.

Shona Halson, physiologiste

 

De nombreuses personnes manquent de sommeil. Or une réduction chronique de la durée d’assoupissement se traduit par une diminution du bien-être physique et mental. Des recherches ont révélé que la privation de sommeil est associée à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires, de diabète, d’obésité, de pertes de mémoire, d’anxiété et de dépression.

Recourir à la sieste pour compléter sa quantité de sommeil peut être un moyen efficace d’augmenter sa durée totale de sommeil sur 24 heures. Les avantages apportés par cette pratique sur l’amélioration de la performance, de l’efficacité, de l’humeur et de la vigilance ont été prouvés, et il s’agit d’un moyen de réduire la fatigue et les accidents. Idéalement, les siestes ne devraient pas être faites trop tard dans la journée ou durer trop longtemps, car elles peuvent nuire à la capacité d’endormissement le soir, ainsi qu’à la qualité du sommeil qui suit. Par ailleurs, si vous dormez suffisamment la nuit, vous n’aurez probablement pas besoin de vous reposer pendant la journée.

Jennifer Zaslona, spécialiste du sommeil

 

En tant qu’adultes, si nous dormons suffisamment et régulièrement la nuit, il ne devrait pas être nécessaire de faire des siestes pendant la journée. Se reposer régulièrement pendant plus d’une heure pourrait même avoir un impact négatif sur la santé. Néanmoins, les siestes peuvent parfois se révéler très utiles, surtout si vous êtes malade, si vous avez manqué de sommeil ou s’il a été de mauvaise qualité.

«Nous avons parfois sommeil après le déjeuner, surtout si nous n’avons pas assez dormi.» Jennifer Zaslona, spécialiste du sommeil

Ces situations sont plus susceptibles de concerner des personnes âgées ou des personnes qui travaillent à des heures irrégulières. Dans ces cas précis, de courtes siestes aideront à augmenter la vigilance. En début d’après-midi, notre horloge interne fait que notre vigilance est légèrement moins bonne. C’est la raison pour laquelle nous avons parfois sommeil après le déjeuner, surtout si nous n’avons pas assez dormi. C’est le bon moment pour essayer de faire une sieste, si on le souhaite. Il est important d’écouter son corps: si vous avez sommeil, c’est généralement parce que vous avez besoin de dormir davantage.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

http://www.slate.fr/

Les enfants s’endorment n’importe où (et c’est normal)


Les enfants en bas de 5 ans dorment souvent dans des positions et endroits insolites. Faut dire que c’est fatiguant de grandir et d’apprendre à marcher, parler, être propre et tout le tralala …Cependant, cela peut-être plus compliqué pour la routine du dodo pour la nuit.
Nuage

 

Les enfants s’endorment n’importe où (et c’est normal)

 

Ces siestes intempestives compensent une dépense d'énergie due à l'apprentissage du langage ou de la marche. | Annie Spratt via Unsplash

Ces siestes intempestives compensent une dépense d’énergie due à l’apprentissage du langage ou de la marche. | Annie Spratt via Unsplash

Repéré par Audrey Renault

Les moins de 5 ans s’assoupissent en moyenne trois fois par mois dans un lieu incongru.

 

Si vous avez déjà retrouvé votre bambin endormi dans la panière du chien, au fond du jardin ou en plein milieu d’un escalier, pas de panique. Il existe une explication scientifique à ces assoupissements pour le moins étranges. D’après une récente étude commandée par In The Night Garden, une émission pour enfants de la chaîne britannique BBC, ces siestes intempestives sont la conséquence normale d’un développement physique et psychique qui arrive à son apogée.

«Nous savons que le corps des enfants subit le plus de transformations de leur naissance à leur 5 ans, explique l’un des repésentants d’In The Night Garden. Pendant cette courte période, ils apprennent à marcher, parler, sociabiliser, ce qui demande énormément d’énergie. Pas surprenant dès lors que la fatigue vienne les cueillir à des moments ou dans des lieux inopportuns.»

Les moins de 5 ans s’endorment n’importe où et n’importe quand pour ne pas louper la moindre opportunité de recharger leurs batteries. En interrogeant 1.000 parents d’enfant de moins 5 ans, les scientifiques se sont aperçus que ces derniers s’assoupissent environ trois fois par mois dans un lieu ou une position incongrue. Chariots de supermarché, toilettes ou encore cuisine, les bambins roupillent où bon leur semblent. L’étude révèle même que certains s’endorment en parlant ou debout.

Des parents pas si inquiets

Si les trois quarts des parents s’amusent de ces siestes, parfois même en photographiant et en publiant sur les réseaux sociaux les clichés de leurs enfants endormis, beaucoup s’inquiètent de ce phénomène. Première source de crainte: que l’enfant ne dorme pas ou moins bien durant la nuit après avoir sommeillé le jour. Parmi les parents interrogés, 60% affirment ainsi observer une différence dans la qualité de sommeil de leurs enfants si ceux-ci ont somnolé plus tôt dans la journée.

Les deux tiers du panel expliquaient devoir alors ruser pour mettre leur progéniture au lit. Le plus dur, selon eux: faire comprendre à l’enfant l’importance de se coucher à heure fixe et dans leur lit. Une lutte du soir qui survient, d’après les résultats de l’étude, environ sept fois par mois. Reste que 70% des parents s’estiment heureux, assurant que leurs enfants sont de bons dormeurs. Une bonne nouvelle quand on sait que le sommeil des enfants affectent la santé des parents. Une récente étude révélait ainsi que les nouveaux parents accumulaient en moyenne un déficit de sommeil de six ans ce qui peut, à long terme, favoriser les risques de développer des maladies cardiaques ou mentales, comme la maladie d’Alzheimer.

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► Positions de sommeil chez le chien : découvrez leur signification !


Les positions lors du sommeil du chien peuvent signifier certaines choses. Il dort tout en étant en alerte. Il a une totale confiance à ceux qui l’entourent, il est détendu ou il veut simplement avoir plus de chaleur ou plus de fraicheur
Nuage

 

Positions de sommeil chez le chien : découvrez leur signification !

 

par Clara Zerbib, journaliste animalière

Vous avez peut-être remarqué que votre chien dormait souvent dans une position bien particulière. Or, la façon dont votre chien dort peut en dire long sur son humeur du moment.

Voici donc les positions de sommeil les plus courantes chez les chiens et ce qu’elles signifient !

1. Sur le dos

Lorsque votre chien dort sur le dos, les quatre pattes en l’air, cela signifie qu’il est complètement détendu et à l’aise. En effet, cette position le rend particulièrement vulnérable puisqu’il expose son ventre, sa gorge ainsi que ses principaux organes vitaux.

S’il parvient à dormir ainsi, c’est donc qu’il se sent pleinement en confiance auprès de vous. De plus, se mettre ainsi le ventre à l’air lui permet de refroidir sa température corporelle lorsqu’il a trop chaud.

chien dort

Crédits : iStock

2. Sur le ventre

Si votre chien dort en étant allongé sur le ventre, les pattes tendues vers l’avant et la tête posée sur ou entre ses pattes, c’est qu’il est en train de somnoler et qu’il est susceptible de s’endormir.

Mais, dans cette position, il reste toujours prêt à sauter sur ses pattes en cas de menace ou d’opportunité.

chien dort

Crédits : iStock

3. Sur le côté

Si votre chien dort sur le côté, c’est le signe qu’il est détendu et qu’il est dans une position confortable. C’est la position de sommeil la plus utilisée chez les chiens, notamment lorsqu’ils dorment d’un sommeil profond. En effet, cela leur permet de pouvoir bouger les pattes sans être gênés lorsqu’ils rêvent.

chien couché dort canapé

Crédits : Pxhere

4. Recroquevillé

Lorsque votre chien se pelotonne en boule pour dormir, c’est pour se maintenir au chaud mais aussi pour se faire le plus petit possible. En effet, cela lui donne le sentiment d’être moins vulnérable étant donné qu’il protège ainsi ses organes vitaux.

Il s’agit de la position de sommeil la plus courante chez les loups et les chiens sauvages.

chien dort recroquevillé

Crédits : iStock

5. Les pattes étendues

Lorsque votre chien s’allonge à plat ventre, les pattes avant et arrière complètement étirées, on appelle cela la “position de Superman”. C’est une position de sieste qui permet de pouvoir se relever rapidement mais aussi de se refroidir par temps chaud ou après un effort lorsque le chien est couché sur une surface froide.

À noter que ce sont le plus souvent les petits chiens et les chiots qui adoptent cette position.

chien couché étendu

Crédits : iStock

Source

https://animalaxy.fr/

Un chien lâche un pet puissant dans son sommeil – la vengeance espiègle d’un chat fait


Un chien fait la sieste, alors que le chat se repose sans dormir près de lui. Puis, tout naturellement, le chien lâche un gaz. Surpris le chat, ne semble pas du tout apprécié et il le fait brutalement savoir.
Nuage

 

Un chien lâche un pet puissant dans son sommeil – la vengeance espiègle d’un chat fait

 

Mon chat souffre-t-il de mon absence quand je suis au travail ?


Chat ou pas chat, la plupart des gens doivent quitter le domicile pour aller travailler. Que fait le chat pendant ce temps-là ? S’ennui-il ? Tout dépend du caractère du chat, mais au cas, il y a des petits trucs pour tromper l’ennui.
Nuage

 

Mon chat souffre-t-il de mon absence quand je suis au travail ?

 

chat canapé

Les chats sont souvent présentés comme des animaux indépendants qui aiment être seuls. Mais peuvent-ils souffrir de la solitude ? Combien de temps un chat supporte-t-il de rester à seul sans déprimer ? Que fait-il en attendant votre retour ?

Combien de temps mon chat peut-il rester seul ?

Eh bien encore une fois, ça dépend ! D’abord de votre chat et de son caractère. Un chat très fusionnel sera plus perturbé qu’un chat distant c’est évident. Le nombre d’heures d’absence est aussi à prendre en compte. Jusqu’à 8 h maximum c’est généralement plus facile. Mais certains commenceront à s’impatienter au bout de 2 heures là où d’autres ne remarqueront pas votre départ avant 12 heures !

Bien entendu il est encore question de sevrage social. S’il n’est pas fait correctement le chat a plus de mal à s’auto gérer.

Que fait mon chat quand je ne suis pas là ?

Et que fait-il pendant votre journée de travail ? Eh bien généralement il dort. Il va se lever, manger, se toiletter, passer par la litière quelques fois avant de refaire une sieste.

De fait, quand vous rentrez il semble impatient de vous retrouver, débordant d’énergie.

Principalement la cause de ces longues siestes est l’ennui. Un univers peu enrichissant pour lui, et ce même s’il a beaucoup de jouets car il n’y a personne pour les lancer. Mieux vaut privilégier les jouets interactifs à déclenchement différé. De même, un fond sonore peut l’occuper un moment (cd de sons de la nature, radio, télé, etc.).

Quelques étagères pour escalader les meubles, une chasse au trésor (friandises ou croquettes cachées à des endroits différents chaque jour), jouets olfactifs à la valériane ou aux olives. Voilà tout autant d’idées pour améliorer son territoire en plus des basiques que tout le monde connaît ! On peut aussi combiner tout ça en tout ou partie, mais aussi changer régulièrement pour continuer à le surprendre.

Pensez à passer un moment avec lui à votre retour pour le saluer et lui permettre de vous retrouver sereinement. Caresses ou jeu, suivant ses envies. Et surtout n’en faites pas trop au moment du départ, pour ne pas l’angoisser davantage. Un simple « à tout à l’heure, je reviens ! Comme d’habitude » accompagné d’une brève caresse est plus rassurant que des au revoir qui s’éternisent.

Allez c’est l’heure de partir, bonne journée à Félix !

Marie-Hélène Bonnet
Comportementaliste du chat
www.comportement-chat.com

https://wamiz.com/

États-Unis : un puma fait la sieste dans son canapé, elle attend six heures dehors


Un invité très inusité, c’est installer sur le sofa dans le salon d’une maison. Un puma ! La dame l’a laissé tranquille et s’est mit en retrait. Lors d’un de ses moments de demi-réveil de l’animal, elle est restée près du chat sauvage en clignant des yeux, pour le calmer. À mon avis, elle a pris des risques .. Enfin tout s’est quand même bien passé. Le puma a bien dormi et les gens ont pu reprendre possession de la maison.
Nuage

 

États-Unis : un puma fait la sieste dans son canapé, elle attend six heures dehors

Un puma s’était confortablement installé dans son canapé pour y faire une longue sieste (illustration)./

Un puma s’était confortablement installé dans son canapé pour y faire une longue sieste (illustration)./

Une habitante de l’Oregon, aux États-Unis, a reçu une drôle de visite, dimanche 15 juillet. Un puma s’était confortablement installé dans son canapé pour y faire une longue sieste. L’Américaine, qui ne voulait pas le déranger, a dû attendre pas moins de six heures dans son jardin, le temps que l’animal se réveille.

Dimanche 15 juillet, Lauren Taylor, une habitante de l’Oregon (États-Unis) a découvert sur son canapé un drôle de visiteur. Alors qu’elle entrait dans son salon, l’Américaine a remarqué deux yeux qui brillaient derrière son canapé. Lauren Taylor s’est alors rendue compte qu’il s’agissait d’un puma.

L’animal s’était immiscé par la porte arrière de sa maison, laissée ouverte. Le puma, trouvant sans doute le canapé confortable, en a profité pour faire une longue sieste, rapporte Mashable.

Elle est restée très calme et en retrait

Sur Facebook, la jeune femme se présente comme une connaisseuse des « énergies » et se dit être une habituée des animaux sauvages. Elle explique être restée très calme tout en se contentant de rester en retrait dans son salon, sans que l’animal n’en sorte.

« Mais après qu’une personne présente également dans la maison a claqué une porte, la lionne a commencé à s’agiter et a tenté de sortir par une fenêtre fermée. Au bout de quelques minutes, elle s’est à nouveau calmée », raconte-t-elle.

Lauren Taylor explique qu’elle est ensuite sortie dans son jardin pour observer l’animal endormi depuis une fenêtre.

 « Je voulais voir ce qu’elle faisait et elle était en train de dormir ! Quand j’ai fait un peu de bruit, elle s’est réveillée et avait l’air surprise, alors je l’ai regardée chaleureusement dans les yeux, et j’ai utilisé le système des clignements d’yeux des félins pour l’apaiser. C’était incroyable de réaliser que ça avait marché. Et puis elle s’est rendormie », détaille l’Américaine.

Une sieste de six heures

La jeune femme a alors patienté six longues heures. Lauren pense que ce sont les récents feux de forêt dans la région qui ont poussé l’animal sauvage à se rapprocher des habitations.

« Nous avons compris qu’il ne restait que quelques heures avant que le soleil ne se lève. Nous devions l’inviter à partir sans trop l’inquiéter au point qu’elle panique », explique l’Américaine.

Tout doucement, ses colocataires et elle-même ont alors ouvert des portes de la maison et ont commencé à frapper sur des objets pour faire fuir le puma. Sa sieste terminée, l’animal s’est paisiblement dirigé vers l’extérieur puis a disparu dans un champ proche de la maison.

ladepeche.fr

https://www.ladepeche.fr/