Ces siamoises refusent d’être séparées malgré les injonctions médicales


Ce n’est pas évident comme choix pour ses jeunes filles siamoises, les risques sont grands surtout pour une des deux qui pourrait être fatale. Je comprends leur choix surtout de la façon qu’elles sont reliées
Nuage

 

Ces siamoises refusent d’être séparées malgré les injonctions médicales

 

« Pourquoi voudriez-vous nous réduire de moitié? »

Lupita et Carmen Andrade ne devaient vivre que trois jours tout au plus selon les prédictions médicales. Les jumelles sont nées attachées de la paroi thoracique au bassin.

 Elles ont chacune deux bras mais une seule jambe: Carmen contrôle la droite, Lupita la gauche.

Elles ont un coeur chacune, des poumons et un estomac. Mais elles partagent des côtes, le foie ainsi qu’un système digestif et reproducteur. Les siamoises ont 16 ans aujourd’hui et devraient envisager une opération pour être séparées. Une chirurgie qu’elles refusent.

« Pourquoi voudriez-vous nous réduire de moitié? », demandent-elles.

Lupita et Carmen ont passé une partie de leur vie en thérapie pour apprendre à se mouvoir. Elles ont marché à quatre ans. Les médecins estiment qu’une opération est nécessaire parce que Lupita souffre d’une scoliose qui compresse ses poumons. Elle n’utilise désormais plus que 40% de sa capacité respiratoire et quand elle a du mal à respirer, Carmen doit assurer le boulot.

Mais la chirurgie pourrait provoquer sa mort ou des lésions cérébrales. Les deux jeunes femmes refusent de prendre le risque.

Elles ajoutent qu’en plus, elles n’auraient plus qu’une seule jambe chacune et « des années de thérapie » devant elles. « Et psychologiquement, on est tellement habituées à être ensemble. Alors nous allons vivre notre vie, c’est tout. »

Malgré leur vie particulière, Lupita et Carmen ont des personnalités très différentes. Elles se rejoignent cependant sur un point: elles espèrent devenir vétérinaires.

« Les animaux ne parlent pas. Ils savent ce que vous ressentez rien qu’aux vibrations que vous dégagez. »

http://www.7sur7.be/

L’opération réussie de deux tortues siamoises


Heureusement que la séparation des tortues n’était pas très compliquée, surtout qu’ils n’avaient besoin que de temps et du fil dentaire
Nuage

 

L’opération réussie de deux tortues siamoises

 

Les tortues siamoises ont pu être séparées grâce à l'ingéniosité de Chris Leon. © GardenStateTortoise / YouTube

Les tortues siamoises ont pu être séparées grâce à l’ingéniosité de Chris Leon. © GardenStateTortoise / YouTube

Par Anne-Sophie Tassart

Grâce à l’habilité et à la patience d’un passionné des reptiles, deux tortues d’Hermann nées siamoises ont pu être séparées à leur sortie de l’œuf.

SIAMOISES. Chris Leon, un passionné de tortue, a eu une drôle de surprise lundi 12 octobre 2015. Il pensait assister à une banale éclosion d’œuf dans son refuge du New Jersey (États-Unis) mais il a en réalité été le témoin d’un événement très rare : la naissance de tortues siamoises. Les deux petites tortues d’Hermann avaient énormément de mal à sortir de leur œuf unique ; Chris, qui normalement n’intervient jamais pendant une éclosion, s’est résolu à extraire lui-même les nouveaux-nés. La manœuvre était délicate : il a fallu la coopération de deux personnes pour séparer les reptiles qui étaient attachés par le sac vitellin (l’organe contenant les nutriments nécessaires au développement de l’embryon). Pour libérer BumbleBee et Yellowjacket, l’homme a noué le point de jonction entre les tortues à l’aide de fil dentaire. Après deux jours, le sac vitellin s’est désagrégé de lui-même. Depuis l’opération, les deux tortues vont bien et sont totalement autonomes. Fort heureusement, le sac vitellin n’est vital à la tortue une fois qu’elle est née : si la liaison s’était faite par un organe pérenne, la tâche aurait été bien plus délicate.

 

http://www.sciencesetavenir.fr/

Siamoises liées par le cerveau : Elles peuvent voir à travers les yeux de l’autre


Deux petites filles souriantes malgré la contrainte d’être toujours ensemble étant des Siamoises. Mais leur capacité est vraiment étonnante. Elles ont leur propre cerveau, mais c’est comme si une laisse entrée dans sa tête pour voir les mêmes choses
Nuage

 

Siamoises liées par le cerveau : Elles peuvent voir à travers les yeux de l’autre

Tatiana et Krista Hogan, 7 ans (Crédit photo: capture d’écran YouTube)

Tatiana et Krista Hogan sont deux fillettes de 7 ans qui adorent regarder les Power Rangers et aller à l’école. Leur vie est semblable à celle des autres enfants de leur classe, excepté une chose:siamoises, elles peuvent voir à travers les yeux l’une de l’autre.

Liées par la tête, les deux sœurs ont chacune leur cerveau, mais comme l’explique leur mère Felicia Hogan, il est malgré tout impossible de les séparer.

«La masse de leurs cerveaux est liée, donc au lieu d’avoir des cerveaux collés l’un à l’autre, ils s’entremêlent comme une sorte de fermeture éclair», a expliqué Mme Hogan dans un article publié par leDaily Mail.

La famille, qui compte trois autres enfants, Rosa 11 ans, Christopher 9 ans et Shayleigh 5 ans, habite Vernon en Colombie-Britannique. Tatiana et Krista font l’objet d’un suivi médical très serré depuis la grossesse de leur mère pour qui, malgré qu’elle ait su assez tôt qu’elle portait des bébés siamois, «l’avortement n’était pas une option».

Aujourd’hui, les siamoises sont au centre de plusieurs recherches médicales, entre autres, sur les capacités du cerveau humain.Tatiana et Krista peuvent non seulement voir à travers les yeux l’une de l’autre, mais les médecins affirment qu’elles ressentent les émotions l’une de l’autre. Par exemple, si l’une se fait chatouiller, l’autre le sent. Si l’une est triste, l’autre peut se transposer dans la tête de l’autre et observer les mêmes sensations.

La mère des siamoises, Felicia Hogan (Crédit photo: capture d’écran YouTube)

Une journaliste du Vancouver Sun qui a rencontré la famille alors que les fillettes avaient 6 ans a rapporté avoir assisté à un fascinant moment prouvant le lien entre les cerveaux des siamoises.

La grand-mère des fillettes, Louise, a couvert les yeux de Tatiana. Puis, Mme Hogan a choisi un toutou qu’elle a pris soin de montrer uniquement à Krista dont les yeux n’étaient pas bandés.

«Qu’est-ce que je tiens dans mes mains Tatiana?», a-t-elle demandé. La fillette aux yeux fermés ne répondant pas, sa maman a insisté. «Tati, regarde par les yeux de ta sœur.»

Puis, Tatiana, semblant avoir migré dans le cerveau de sa sœur Krista, a finalement répondu. «Le toutou du Lorax!» Et c’était juste. Comme si, l’instant de quelques secondes, Krista avait fait de la place dans sa tête pour accueillir sa sœur.

Même si les fillettes partagent leurs émotions et semblent pouvoir se transposer dans le corps de leur siamoise, les médecins ignorent si elles entendent également les pensées de l’autre.

http://tvanouvelles.ca/