"Anti-Nobel": des rats en pantalon et un homme-chèvre dans la cuvée 2016


Beaucoup connaissent les prix Nobel, c’est le tour du prix Ig Nobel qui sont des recherches souvent inutiles, mais qui peut-être font réfléchir, quoiqu’il a déjà eu des recherches futiles qui ont pu s’avérer utile plus tard … Qui sait vraiment ?
Nuage

 

« Anti-Nobel »: des rats en pantalon et un homme-chèvre dans la cuvée 2016

 

La sexualité d’un rat est-elle affectée par son pantalon? Un homme peut-il vivre comme une chèvre? Les pierres ont-elles une personnalité? Voilà quelques-uns des sujets de recherche récompensés jeudi à Harvard par les iconoclastes « Anti-Nobel ».

Chaque année, le comité des « Ig Nobel Prizes » (prononcer Higuenobel) distribue des prix à des équipes de chercheurs pour des travaux « qui font rire, puis réfléchir« , selon la formule consacrée de l’événement.

Lors de la 26ème cérémonie du genre, organisée à Cambridge (nord-est des Etats-Unis), sur le campus de la prestigieuse université de Harvard, le prix de reproduction est allé à un chercheur de l’université du Caire, Ahmed Shafik, pour ses travaux sur la sexualité des rats en pantalon.

L’étude, dont la publication remonte à 1993, avait conclu qu’un rat portant un pantalon contenant du polyester était moins actif sexuellement que ceux faits uniquement de laine ou de coton. Le chercheur est décédé en 2007.

Parmi les dix lauréats, a également été récompensé, dans la catégorie biologie, le Britannique Thomas Thwaites, qui a passé trois jours dans la peau d’une chèvre.

Vainqueur du prix de biologie, ce designer de formation avait obtenu une bourse du Wellcome Trust, un fonds de recherche en biologie, pour financer son projet.

Il a fabriqué des prothèses lui permettant de marcher longtemps à quatre pattes, avec des mouvements comparables à ceux d’une chèvre, y compris en pente car il a réalisé son expérience dans les alpes suisses.

Il a également mangé de l’herbe, cuite à la cocotte-minute, lors des trois jours qu’a duré son expérience.

Thomas Thwaites a partagé son prix avec un autre homme devenu animal, le Britannique Charles Foster, qui a essayé d’imiter le style de vie d’un blaireau, d’un renard, d’un cerf, d’une loutre et d’un oiseau.

Les deux hommes se sont vus octroyer, comme tous les lauréats présents, un trophée en forme de grande horloge ainsi qu’un billet de dix mille milliards de dollars zimbabwéens, d’une valeur inférieure à un centime d’euro.

Comme chaque année, les récompenses ont été remises par de vrais lauréats du prix Nobel, au nombre de quatre jeudi.

Dans la catégorie économie, l' »anti-Nobel » a été attribué à une équipe de trois chercheurs, deux Néo-Zélandais et un Britannique qui se sont intéressés à la personnalité des pierres.

Ils ont ainsi cherché à appliquer à des morceaux de roche le concept marketing de personnalité des marques, qui consiste à attribuer à des marques des traits de la personnalité humaine.

L’étude a montré que des personnes mises en contact avec les pierres pouvaient leur attribuer des caractéristiques de la personnalité humaine.

Les chercheurs en ont conclu que le concept de personnalité des marques devait être appréhendé avec beaucoup de prudence.

Lors de la cérémonie agrémentée par des lancers d’avions en papier ou par un mini-opéra sur la création d’une seconde, le comité a aussi décerné le prix de chimie à Volkswagen.

En l’absence d’un représentant, le constructeur automobile allemand a été récompensé pour avoir « résolu le problème des émissions polluantes excessives des automobiles en produisant (…) moins d’émissions à chaque fois que leurs voitures étaient testées ».

http://www.lepoint.fr/

Enfants nus sur le web à sept ans, un «drame humain»


Même si les parents sont vigilants, ce genre de chose qui met en scène un enfant dans des images intimes peuvent malheureusement se retrouver sur le web pour des mauvaises intentions. L’enfant ne peut pas savoir toutes les conséquences qui risquent de le suivre pendant longtemps. Pour les parents, certaines photos de leurs enfants, ne devraient jamais se retrouver sur Internet
Nuage

 

Enfants nus sur le web à sept ans, un «drame humain»

 

 

De plus en plus d’enfants, parfois aussi jeunes que sept ans, offrent volontairement leur corps, en photos et en vidéos sur le web, sans se douter des conséquences.

Le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) aurait à gérer trois à quatre nouveaux cas d’auto exploitation juvénile chaque semaine, a rapporté le 98,5 sur son site web.

Une fillette de sept ans a partagé une vidéo d’elle sur le web, «malgré la bienveillance de ses parents», a expliqué la lieutenante-détective du SPVM, Nathalie Morin.

C’est un citoyen qui a alerté les policiers de la présence d’une telle vidéo sur YouTube. La lieutenante-détective n’a pas voulu donner de précisions sur la vidéo, qu’on soupçonne être aux limites de la pornographie.

«L’enfant a réussi à faire un bout de vidéo et le publier, volontairement ou non», a ajouté Mme Morin.

Bien que ce cas soit «exceptionnel», selon la lieutenante-détective, «les cas sont tous égaux, et c’est un drame humain dans chacun des cas», a soutenu Nathalie Morin en entrevue avec Mario Dumont.

La lieutenante-détective du SPVM a tenu à rappeler l’importance de sensibiliser les enfants, dès leur très jeune âge, aux risques reliés à la production d’images intimes sur les appareils électroniques.

Pas de conscience des conséquences

Les images souvent explicites de la femme dans les magazines, dans les vidéoclips, sur le web peuvent inciter des jeunes filles à reproduire certains comportements.

«À cet âge-là, on n’a pas la conscience en terme d’anticipation des conséquences de nos gestes», a expliqué la psychoéducatrice Stéphanie Deslauriers.

La vie de ces enfants, qui souhaitent plaire à tout prix, tourne rapidement au cauchemar après la création de telles images. Honte, gêne et dépression accompagnent ces jeunes qui se mettent à nu sur le web.

«C’est très lourd à porter», a confié la psychoéducatrice.

Parler de sexualité

Afin de prévenir de tels comportements, la sexologue clinicienne Michèle Saint-Amand a souligné l’importance de parler de sexualité avec ses jeunes.

«Il faut parler de sexualité. C’est supposé être beau, épanouissant, égalitaire et respectueux», a-t-elle dit en entrevue à 100 % Nouvelles, sur les ondes de LCN.

Les parents doivent garder une attitude d’ouverture avec les enfants lorsqu’ils discutent de sexualité.

«Il faut que les jeunes aient envie de parler de sexualité», a conclu la sexologue clinicienne.

Les risques

Partager une image intime transmise volontairement, sans le consentement de la personne, peut être passible d’accusations criminelles, a rappelé la lieutenante-détective Morin.

«Dans certains cas, les images intimes distribuées peuvent atteindre les niveaux de pornographie juvénile», a-t-elle ajouté.

http://www.tvanouvelles.ca/

Le Saviez-Vous ► Des identités sexuelles et sentimentales peu connues


Nous connaissons les termes hétérosexualité, l’homosexualité, la bisexualité et bien sachez qu’il en existe beaucoup plus d’identité sexuelle dont les termes, nous sommes pour la majorité inconnue. Cependant, je trouve compliqué de comprendre toutes les subtilités de ces différences
Nuage

 

Des identités sexuelles et sentimentales peu connues

Les asexuels

Un asexuel est « quelqu’un qui ne ressent pas d’attraction sexuelle envers autrui. » Asexuality.org remarque aussi que  « les asexuels peuvent êtres attirés par quelqu’un sur un plan esthétique, mais pas sexuellement. D’autres auront envie de faire preuve de tendresse sans qu’il y ait pour autant de désir sexuel. Si vous ne ressentez pas d’attirance sexuelle envers autrui, il se peut que vous soyez asexuel. »

Les aromantiques

« Un aromantique ne ressent que peu ou pas d’attirance sentimentale« , selon Asexuality.org. Le site souligne que « les aromantiques ne sont pas en manque de lien émotionnel ou personnel. Ils n’ont simplement pas un besoin instinctif de développer des liens de nature sentimentale. Ils peuvent avoir besoin d’autant de soutien que les romantiques, mais ces besoins peuvent être comblés à un niveau platonique. » Être aromantique est généralement « considéré comme inné et non comme un choix personnel« , tout comme l’asexualité.

Les graysexuels

Jared, qui s’identifie comme graysexuel, place ce terme dans un « entre-deux magique entre l’asexualité et la sexualité. »

 Le site The Frisky définit la graysexualité comme « quelque chose de fluide à mi-chemin de la sexualité et de l’asexualité. » Ceux qui se disent graysexuels peuvent également s’identifier comme gay, hétéro ou toute autre identité sexuelle.

Les demisexuels

Les demisexuels ne ressentent pas d’attirance sexuelle sauf s’ils ont « déjà noué des liens affectifs profonds avec la personne ».Asexualityarchive.com remarque également que « ce lien peut être de nature sentimentale ».

Les demiromantiques

Comme les demisexuels, les demiromantiques ne ressentent pas d’attirance sentimentale envers autrui « sauf s’ils ont déjà noué des liens affectifs profonds avec la personne »

Les lithromantiques

Selon Asexuality.org, ce terme décrit « une personne qui éprouve des sentiments amoureux, mais ne souhaite pas que ceux-ci soient réciproques ». Le site ajoute que les lithromantiques « peuvent parfois avoir envie de relations sentimentales. »

Les pansexuels

La pansexualité désigne ceux « qui se sentent sexuellement, émotionnellement, spirituellement capables de tomber amoureux d’une personne de n’importe quel genre. »

Les poly-sexuels

Comme les pansexuels, les polysexuels « peuvent être attirés par des personnes de certains genres sans avoir la capacité ou le désir d’être avec les autres« .

Les panromantiques

Une personne sentimentalement – mais pas sexuellement – attirée par d’autres personnes, indépendamment de leur sexe.

Les skoliosexuels

Selon Genderqueerid.com, la skoliosexualité se réfère à « l’attirance sexuelle envers les individus non-binaires (qui ne se reconnaissent pas dans l’opposition entre les genres féminin et masculin, NDLR) » ou ceux qui ne se définissent pas en tant que cisgenre (le contraire de transgenre, donc quelqu’un qui se sent en accord avec son genre de naissance, NDLR). Le site note également que le terme « ne décrit généralement pas une attirance envers un sexe spécifique ou des rôles donnés à la naissance, car il a plutôt une connotation inclusive ».

Les queer-platoniques

Ces personnes ont des relations « pas vraiment sentimentales, mais qui passent par des liens affectifs très forts souvent plus profonds ou intenses que ceux qui définissent traditionnellement l’amitié ».

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► Le racisme serait détectable au scanner


Le cerveau est complexe et nous n’avons pas fini d’en apprendre. Grâce aux recherches, certains aspect qui fait ce que nous sommes sont mieux comprises, ainsi que nos mauvaises habitudes affectes des zones qui déséquilibre notre vie
Nuage

 

Le racisme serait détectable au scanner

Débusquer les préjugés racistes au scanner serait désormais chose possible. Selon une étude publiée dans la revue Psychological Science, le fait d’être raciste semble modifier la manière dont sont perçus certains visages. En analysant la réaction du cerveau, il serait donc possible de détecter si certaines personnes sont racistes ou pas.

La maladie de Parkinson est une dégénerescence du cerveau

Le mécanisme central de la maladie de Parkinson est la disparition accélérée de neurones qui fabriquent la dopamine, celle-ci jouant en quelque sorte le rôle de l’huile dans un moteur en rendant les mouvements plus fluides, plus rapides et plus efficaces. Nous ne savons toujours pas comment interrompre ou ralentir de manière significative la dégénérescence de ces neurones. La recherche thérapeutique a pour l’instant réussi à remplacer la dopamine manquante, grâce aux médicaments, ou à compenser cette absence.

Le cerveau anticipe les évènements

Les théories actuelles du cerveau mettent en évidence sa capacité à anticiper et à prédire les événements futurs. Le cerveau serait ainsi un système prédictif (Bar, 2011) en avance sur le temps physique. Une conséquence est donc qu’à un moment donné, l’activité cérébrale reflète l’anticipation d’événements futurs : ainsi de nombreuses études ont démontré qu’avant même l’arrivée d’un événement, les fluctuations spontanées de l’activité cérébrale prédisent mais aussi biaisent la perception de cet événement futur (Hesselman et al. 2008). C’est pourquoi, parfois, le temps paraît si long.

Il existe un cerveau artificiel

Le robot permettra-t-il de mieux comprendre l’homme? C’est en tout cas ce que croit Chris Eliasmith, de l’Université de Waterloo, au Canada. Ce chercheur en neurosciences a mis au point SPAUN (Sematic Pointer Architecture Unified Network), le premier cerveau artificiel conçu sur le mode du cerveau humain.

Le désir sexuel se lit dans le cerveau

Le désir sexuel humain peut se lire dans le cerveau : il se traduit par l’activation ou l’inactivation de zones qui sont globalement les mêmes quels que soient le sexe ou l’orientation sexuelle des personnes concernées.

Faire du sport stimule le cerveau

Pour stimuler vos fonctions cérébrales, ne réfléchissez plus: mettez-vous au sport! Des résultats de recherches, présentés lors du Congrès canadien sur la santé cardiovasculaire, qui a eu lieu du 27 au 31 octobre à Toronto, ont montré les effets bénéfiques de l’exercice physique sur le cerveau.

Manger gras endommagerait le cerveau

Une expérience, conduite sur des souris, révèle qu’une nourriture trop riche en acides gras saturés provoquerait des dommages dans les zones du cerveau qui contrôlent l’appétit et l’équilibre énergétique. Soumises à un régime riche en acides gras saturés, les chercheurs ont constaté des dommages cérébraux. Dans une zone cérébrale comme l’hypothalamus, qui opère plusieurs fonctions régulatrices, ces dommages étaient même semblables à ceux qu’aurait provoqué une attaque cérébrale ou une forte inflammation. Les résultats de cette expérience pourraient expliquer pourquoi les personnes obèses auraient du mal à moins manger, et donc perdre du poids.

Obama veut cartographier le cerveau

C’est la dernière marotte de l’administration Obama. Insuffler un nouvel élan à l’étude du cerveau humain. Un effort scientifique d’une décennie pour mettre au point une cartographie complète de l’activité cérébrale et faire autant pour le cerveau que ce que le Projet du Génome Humain a fait en son temps pour la génétique.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Des geckos à la dérive dans l’espace dans leur satellite russe


Mais qu’est-ce que cela peut nous amener que les geckos aient ou non une activité sexuelle dans l’espace. Si ce satellite est à perdre perdu, ces animaux mourront probablement de faim pour une expérience qui aurait couté surement très cher
Nuage

 

Des geckos à la dérive dans l’espace dans leur satellite russe

 

Des geckos.... (PHOTO DOUG FINGER, ASSOCIATED PRESS)

Des geckos.

PHOTO DOUG FINGER, ASSOCIATED PRESS

Agence France-Presse
Moscou

Plusieurs geckos soumis à des expériences scientifiques sur leur vie sexuelle risquent de ne jamais revenir sur Terre, la Russie ayant perdu contact jeudi avec le satellite les accueillant.

Le satellite Foton M-4, lancé le 19 juillet, ne répond plus à la salle de contrôle qui lui a ordonné d’allumer son moteur et de monter à une altitude plus élevée, a indiqué l’entreprise spatiale russe TsSKB-Progress, responsable du satellite.

À son bord se déroulent plusieurs expériences, dont l’une porte sur les effets de la microgravité sur les organismes et le comportement sexuel des geckos.

Malgré la perte de contact avec le satellite, son système de bord fonctionne normalement et les informations concernant les expériences scientifiques sont transmises correctement, a affirmé TsSKB-Progress.

«Les appareils, qui fonctionnent en mode automatique, en particulier pour l’expérience des geckos, suivent le programme», a confirmé Oleg Volochine, porte-parole de l’institut médico-biologique qui dirige les expériences.

Le satellite peut «fonctionner en mode automatique pendant un long moment», selon TsSKB-Progress, et même dériver pendant trois ou quatre mois, affirme un expert à l’agence de presse russe Interfax.

La perte de contact avec le satellite Foton M-4 constitue un nouveau revers pour le domaine spatial russe, qui a connu une série d’échecs ces dernières années.

Début juillet, le décollage d’une fusée de nouvelle génération Angara a été annulé et reporté au dernier moment. En mai, c’est une fusée Proton qui avait échoué à mettre en orbite un satellite de télécommunication, lequel avait brûlé dans l’atmosphère.

http://www.lapresse.ca

Les jeunes sont vulnérables sur Internet


La sexualité est banalisée à tous les niveaux, ce n’est pas juste en pornographie, mais aussi pour des causes. On pose nu pour le cancer, pour la vieillesse, etc. On conteste quelque chose en se présentant nu, ou encore une blague très sexisme caricaturé alors comment les enfants, les adolescents peuvent percevoir sans penser aux conséquences à long terme ? Après, on dit que c’est la faute des parents qui n’ont pas fait leur travail. Bien sûr, que les parents doivent éduquer leurs enfants face à ce fléau, mais je pense qu’on a tous une responsabilité face a cette banalisation
Nuage

 

Les jeunes sont vulnérables sur Internet

 

internet ordinateur

Photo Fotolia

 

Marie-Ève Dumont

 

«Un de mes clients m’a déjà dit que ça ne prenait pas plus de 15 minutes pour qu’une fille lui montre ses seins sur Internet», indique le sexologue clinicien et expert en délinquance sexuelle, Mario Larivée-Côté.

Les jeunes sont particulièrement vulnérables sur Internet. Armés de leur clavier, des gens mal intentionnés peuvent facilement s’en prendre à eux pour obtenir des faveurs.

Avec la multiplication des téléphones intelligents, il est difficile pour les parents de contrôler les allées et venues de leurs enfants sur le web.

La sexualité est aussi de plus en plus banalisée, ce qui en fait un cocktail explosif, selon le spécialiste.

Question d’éducation

«Les jeunes sont bombardés d’images à caractère sexuel. Ils ne pensent pas aux conséquences futures d’envoyer une photo d’eux tout nus sur Internet, c’est presque normal», explique-t-il.

C’est pourquoi il est important pour les parents de discuter avec leurs enfants de leur comportement derrière l’écran.

«Avant, on disait à nos enfants que leur corps était à eux, que c’était leur intimité. On le dit encore, mais on oublie d’y inclure Internet», indique-t-il.

La publication d’articles dans les journaux traitant des échanges de photographies ou de vidéos à caractère sexuel sur le Web est un bon moyen pour aborder le sujet avec eux.

«C’est un prétexte pour questionner nos enfants. “Comment réagirais-tu, si un ami te demandait de lui envoyer une photo de toi tout nu?”» conseille M. Larivée-Côté.

Traces sur internet

L’expert rappelle qu’il est important de faire comprendre aux enfants que les clichés ne disparaîtront jamais du Web, il en restera toujours des traces. Nul ne sait où elles se retrouveront ni dans quelles mains.

«Une cliente m’a déjà dit qu’elle avait retrouvé des photos d’elle 15 ans plus tard», raconte l’expert.

http://www.journaldequebec.com

Accouplements extrêmes


Il y a des animaux que la survie l’espèce est une question de vie ou de mort. Surtout que l’accouplement est seulement dans un laps de temps et les mâles essaient d’en faire plus pendant des heures et des heures …
Nuage

 

Accouplements extrêmes

 

Un mâle Dasykaluta rosamondae mort

Un mâle Dasykaluta rosamondae mort Photo :  Western Australian Museum

Certaines espèces de marsupiaux s’accouplent avec tant de vigueur et d’intensité qu’elles en meurent littéralement, affirment des chercheurs australiens.

Par Alain Labelle

La Dre Diana Fisher et ses collègues de l’Université du Queensland ont découvert que des mâles meurent en grand nombre après des séances d’accouplement qui durent jusqu’à 14 heures à la fois et qui incluent de nombreux partenaires.

L’un des facteurs clés de ce comportement sexuel extrême réside dans le fait que les femelles se reproduisent toutes à la même période de l’année.


Explications

La reproduction suicidaire, également appelée sémelparité, est bien connue dans de nombreuses espèces de plantes et de poissons, mais elle est rarement observée chez les mammifères.

Les auteurs de cette étude ont analysé le comportement d’accouplement de 52 espèces différentes de petits marsupiaux insectivores en Australie, en Amérique du Sud et en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Leur constat : chez certaines de ces espèces, comme l’antechinus, le phascogale et le dasykaluta, les mâles tentent de procréer au péril de leur vie.

Cette particularité d’accouplement a été observée surtout chez des espèces qui vivent dans des régions où la nourriture est abondante pendant la saison des amours.

Elle permet aux femelles de raccourcir leur période de reproduction afin de donner naissance à leurs petits lorsqu’il y a beaucoup de nourriture à manger.

« Les mâles marsupiaux ne cessent de copuler afin de profiter au maximum de la période de disponibilité des femelles. »— Dre Diana Fisher

Selon les chercheurs, cette très grande promiscuité favorise la concurrence des spermatozoïdes chez les mâles. Les femelles qui s’accouplent avec le plus de mâles éliminent ainsi les spermatozoïdes de moindre qualité.

La Dre Fisher ajoute que cette réalité montre que les mâles qui réussissent la fertilisation sont ceux qui possèdent un meilleur taux de survie chez les bébés. Si ce processus d’accouplement assure une progéniture plus robuste, il se fait au détriment de la vie du géniteur.

Le détail de ces travaux est publié dans le journal PNAS.

http://www.radio-canada.ca/