Surexposés aux écrans, les enfants deviennent-ils autistes ?


Aujourd’hui, les enfants bien avant 5 ans savent naviguer sur You Tube et jouer a des jeux sur Internet, que ce soit sur la tablette ou le Smartphone. Il est important de gérer le temps des très jeunes enfants devant les écrans numériques pour ne pas avoir des retards de développement
Nuage

 

Surexposés aux écrans, les enfants deviennent-ils autistes ?

 

Mamaza/shutterstock.com

L’envahissement de notre environnement par les écrans est une réalité. Les tout-petits n’y échappent pas. Si les sociétés savantes de pédiatrie ont depuis longtemps émis des recommandations pour limiter leur exposition au numérique, des médecins des services de la Protection maternelle et infantile (PMI) en région parisienne sonnent l’alarme. Selon eux, l’exposition massive à la télévision, aux tablettes et autres smartphones provoque des dégâts considérables sur le développement des jeunes enfants.

« Au cours de 15 dernières années, nous avons observé une explosion des signalements de retards de développement chez les enfants de moins de 4 ans », indique le Dr Anne-Lise Ducanda, médecin de PMI à Grigny dans l’Essonne. « Pour les cas les plus graves, cela se manifeste par des symptômes qui ressemblent à des troubles autistiques, sans en être réellement. » 

Des petits de 2 ans qui ne répondent pas à leur prénom, des enfants qui restent dans leur bulle, un comportement obsessionnel et se jette sur le smartphone de leurs parents…

Après avoir interrogé les parents, le dénominateur commun est devenu évident pour cette professionnelle de terrain :

« une forte exposition aux écrans, souvent jusqu’à 12h par jour ».

La télévision allumée en permanence alors que le petit de 15 mois joue dans le salon, la tablette pour s’endormir, le portable pour calmer…

« Et les parents ne pensent pas mal faire », souligne le Dr Ducanda. « Nombre d’entre eux estiment même qu’il est bénéfique de préparer les enfants au monde d’aujourd’hui, au numérique. »

Or c’est là que l’erreur peut avoir de graves conséquences.

Des effets sur un cerveau en formation

« Le cerveau humain est immature à la naissance », rappelle le Pr Jean-Michel Pedespan, responsable de l’unité de neurologie pédiatrique du CHU de Bordeaux.

 C’est en interagissant avec son environnement, en 3 dimensions, et en utilisant les 5 sens, que les réseaux neuronaux se constituent.

« Les connexions vont se faire de façon lente, par étapes successives, à condition que le processus de maturation se fasse convenablement ».

Or « une exposition précoce et répétitive de stimulation visuelle est susceptible d’envahir certains circuits neuronaux qui initialement étaient voués à d’autres fonctions », poursuit-il. « Le développement se fait de façon aberrante. » Ce qui risque, à terme, de « créer une réduction de l’espace cortical disponible ». Ainsi, « des expériences trop précoces, trop intenses et inadéquates aux besoins de l’enfant peuvent perturber cette mécanique neuronale extrêmement précise et génétiquement déterminée dans son organisation qui est très subtile », ajoute-t-il.

Est-ce réversible ? Par expérience, Anne-Lise Ducanda pense que c’est le cas.

Généralement, « un mois après le sevrage de l’exposition massive, le comportement et le développement de l’enfant reviennent dans la norme », raconte-t-elle. « Sauf pour ceux qui présentent réellement un profil autistique », précise-t-elle. Le Dr Pedespan est plus mesuré. « On peut imaginer que ça puisse avoir des conséquences irréversible, mais ce n’est pas démontré », note-t-il.

Quoi qu’il en soit, « les parents veulent bien faire », assure le Dr Ducanda.

Il faut donc les informer et les aider à éloigner leurs tout-petits des écrans.

En pratique, comment les sevrer ?

« Ça le calme, ça l’occupe, il regarde tout seul sur Youtube des petits dessins animés ou fait des jeux éducatifs »…

Comment revenir, en pratique, sur ces comportements déjà bien installés dans la famille ?

« Il est difficile de modifier ces habitudes », admet le Dr Ducanda. Et ce, d’autant plus s’il y a une fratrie. « Les recommandations 3-6-9-12 sont impossibles à appliquer quand on a un enfant de 10 ans et un de 5 par exemple. »

Pourtant, les parents sont volontaires lorsqu’ils comprennent l’importance de sevrer leurs enfants des écrans.

« Il faut que ce soit une démarche familiale », note-t-elle.

Et « s’il est trop dur de le laisser regarder un peu le téléphone ou la tablette car il fait des crises quand ça s’arrête, mieux vaut ne rien donner du tout avant 5 ans », conseille-t-elle. Dans tous les cas, « il faut toujours accompagner l’enfant avant 5 ans », ajoute le Dr Pedespan.

Pour Anne-Lise Ducanda et ses collèges, « il faudrait un plan Marshall sur l’éducation, le numérique, le marketing pour prévenir les parents des risques encourus ». Sans cela, « nous aurons une génération sacrifiée », conclut-elle.

  • Source : interview du Dr Anne-Lise Ducanda, médecin en PMI dans l’Essonne, 22 mai 2017 – interview du Dr Jean-Michel Pedespan, responsable de l’unité de neurologie pédiatrique du CHU de Bordeaux, 23 mai 2017

https://destinationsante.com/

Publicités

Qu’est devenu le bébé fumeur?


Quelle idée que le père a donné une cigarette à un bébé ? Heureusement, qu’il y a eu des vidéos, cela lui a sûrement sauvé la vie quand il y a eu une vague de protestation et d’indignation de voir un bébé fumé une cigarette après l’autre. Cela a dû être difficile à reprendre une vie normale, mais ce qui compte aujourd’hui, c’est qu’il a réussi
Nuage

 

Qu’est devenu le bébé fumeur?

 

Par: Deborah Laurent

Ardi Rizal avait défrayé la chronique il y a sept ans. Ce petit garçon indonésien alors âgé de 2 ans fumait jusqu’à 40 cigarettes par jour. Il était devenu accro à l’âge de 18 mois lorsque son père lui avait proposé sa première cigarette.

L’enfant a depuis réussi à mettre fin à sa mauvaise habitude. Le gouvernement indonésien l’a envoyé en cure de désintoxication. Il a pu arrêter de fumer en 30 jours. Le combat sur la durée n’a pas été simple: à cinq ans, Ardi Rizal a développé une dépendance à la junk food lorsqu’il a arrêté de fumer. Il pesait 24 kilos à cinq ans. Aujourd’hui, tout va bien: il a perdu du poids et est devenu « un champion » à l’école primaire.

La maman d’Ardi expliquait en 2013 que son fils avait fait des « crises de colère terribles » lorsqu’elle lui confisquait ses cigarettes.

« Au début, il exigeait beaucoup de jouets. Il frappait sa tête sur le mur s’il n’obtenait pas ce qu’il voulait. »

http://www.7sur7.be

Des bébés, victimes collatérales de la crise des opioïdes


C’est triste tout le tort que la drogue peut faire aux utilisateurs ainsi qu’aux bébés des femmes enceinte. Il y a une épidémie de consommation des opioïdes. Les femmes enceinte font souvent des fausses couches où acceptent de prendre de la méthadone pendant leur grossesse. Cependant, le bébé nait avec une dépendance et le sevrage est difficile et demande beaucoup d’attention. Ce qui donne une chance au bébé, S’il peut grandir dans un milieu stable sinon … leur avenir est gravement compromis
Nuage

 

Des bébés, victimes collatérales de la crise des opioïdes

 

Ce sont des victimes collatérales de l’épidémie de consommation d’opioïdes. Les bébés de mères toxicomanes viennent au monde toxicomanes à leur tour. Même quand la mère a accepté de remplacer la drogue par la méthadone, pour éviter une fausse-couche.

Un texte d’Alexandra Szacka

C’est le cas de Twanda, 30 ans. Déjà maman de trois jeunes enfants, elle a eu un accident de voiture qui lui a infligé un mal de dos chronique. Soignée aux antidouleurs à base d’opioïdes, elle y a vite pris goût. Quand le médecin n’a plus voulu lui en prescrire, elle a commencé à s’approvisionner illégalement, dans la rue.

Elle est tombée enceinte de son petit dernier et, ne voulant pas le perdre, elle a accepté de prendre de la méthadone. Le petit Kayel est tout de même venu au monde dépendant… à la méthadone. Il a dû rester plus de trois mois à l’hôpital Einstein de Philadelphie pour être sevré. On lui a administré un cocktail de médicaments, dont la morphine, pour soulager ses symptômes.

« Entre 4 et 6 heures suivant la naissance, les bébés commencent à trembler, ils pleurent, ils sont inconsolables. Ils commencent à ressentir les symptômes du sevrage parce qu’ils sont séparés de leur source que représente la mère », dit l’infirmière en chef du département des soins intensifs en néonatologie de l’Hôpital Einstein, Maryann Malloy.

Les bébés nés de mères toxicomanes ont non seulement besoin de médicaments, mais aussi de présence humaine. Ils ont constamment besoin d’être bercés, tenus dans les bras. Ils ont besoin d’être rassurés. Or, tous les bébés n’ont pas la chance de Kayel, dont la maman vient le visiter presque tous les jours.

Twanda et le petit Kayle

Twanda et le petit Kayel Photo : Radio-Canada

Dans la plupart des cas, les mamans disparaissent, souvent sans laisser de traces. C’est le cas de la petite voisine de Kayel et d’un autre bébé aux soins intensifs à l’Hôpital Einstein. Sur les 12 bébés hospitalisés là-bas, 3 s’y trouvent pour un sevrage.

Des bénévoles berceuses

Pour venir en aide à ces bébés toxicomanes abandonnés, l’Hôpital a recours à des bénévoles berceuses, qui viennent donner quelques heures de leur temps uniquement pour bercer les bébés et les tenir dans leurs bras.

Des programmes similaires ont vu le jour dans presque tous les hôpitaux de Philadelphie qui disposent de service de néonatologie. À l’Hôpital Abington, le Dr Gérard Cleary s’alarme.

« Le nombre de bébés nés de mères dépendantes aux opioïdes a augmenté de 250 % au cours des 15 dernières années », affirme-t-il, tout en insistant sur la nécessité d’abord de bien diagnostiquer le bébé, dont les mamans peuvent cacher leur consommation d’opioïdes, souvent prescrits par les médecins.

Mais, une fois sevrés, ces bébés ont-ils des chances de mener une vie normale? Oui, disent tous les spécialistes que nous avons rencontrés. Le problème, en fait, n’est pas physique, car la plupart du temps, il n’y a pas de séquelles permanentes au cerveau ou ailleurs dans l’organisme. Le problème est plutôt social.

Le Dr Jeanmarie Perrone est urgentiste spécialisé dans le traitement des toxicomanies.

« Si l’enfant était adopté par une famille saine, il pourrait surmonter le handicap d’être né avec une dépendance aux opioïdes. La majorité des problèmes sont causés par leur retour dans un milieu instable », dit-il.

Eryka Waller, la travailleuse sociale qui s’occupe du petit Kayel à l’Hôpital Einstein, insiste sur le rôle de la mère.

Bien sûr, le bébé est touché, mais si la mère se reprend en main, si elle est présente pour son enfant et qu’elle en prend soin, ça aide beaucoup. Eryka Waller, travailleuse sociale

Le Dr Cleary, de l’Hôpital Abington, abonde dans le même sens. Il va même jusqu’à dire qu’il n’est pas rare de voir les femmes toxicomanes pour qui la grossesse constitue la motivation nécessaire pour entreprendre une cure de désintoxication.

Des mères vulnérables

Toutefois, les choses ne sont pas toujours aussi simples. Car ces toxicomanes futures mamans sont très vulnérables. C’est le cas d’Andrea, 34 ans, que nous avons rencontrée dans le quartier de Kensington, un des pires de Philadelphie. Ici, en novembre dernier, on a compté 50 surdoses, dont 9 mortelles en une seule journée.

Andrea

Andrea Photo : Radio-Canada

Andrea se drogue depuis l’âge de 14 ans. Cela ne l’a pas empêchée de mettre au monde quatre enfants. Le premier, elle l’a tout de suite donné en adoption. Les deux suivants vivent en famille d’accueil, chez son frère. Il prend soin d’eux tant qu’Andrea est dans la rue.

Quand elle est tombée enceinte la dernière fois, d’une fille, elle a décidé de se reprendre en main. Elle est allée en cure de désintoxication, a pris de la méthadone.

« J’ai été sobre pendant toute ma grossesse et pendant l’hospitalisation de ma fille », nous dit-elle sur le trottoir où elle est venue chercher un peu de réconfort et des vêtements chauds distribués par un organisme de charité.

« Mais 4 heures avant son départ de l’hôpital, ils m’ont annoncé qu’elle ne viendrait pas avec moi. Alors j’ai fait une rechute. »

Aujourd’hui, Andrea vit dans la rue et se prostitue pour se procurer de l’héroïne. Elle ne voit pas le jour où elle pourra récupérer sa petite dernière et les deux autres.

Twanda, elle, a eu plus de chance. Son petit Kayel est sorti de l’hôpital après trois mois de cure et elle a pu l’emmener à la maison. Depuis, nous dit l’infirmière en chef, elle revient régulièrement pour le faire voir à l’équipe du département de néonatologie, qui s’est beaucoup attachée à lui. Le petit Kayel qui, en venant au monde toxicomane, a peut-être sauvé la vie de sa mère.

Le chemin de fer où se fait le trafic d'opioïdes à Philadelphie

Le chemin de fer où se fait le trafic d’opioïdes à Philadelphie Photo : Radio-Canada/Caroline Girard

ci.radio-canada.ca/

Le syndrome du tigre chez le chat : qu’est-ce que c’est ?


Certains ont sûrement eu connaissance dans les médias qu’un chat avait attaqué des êtres humains et ce n’était pas pour se défendre, mais bien une attaque digne d’un félin. L’alimentation, mais aussi un sevrage trop tôt sont semble-t-il en être la cause
Nuage

 

Le syndrome du tigre chez le chat : qu’est-ce que c’est ?

 

Peu connu, le syndrome du tigre peut transformer votre chat, d’ordinaire si gentil et si doux, en un véritable prédateur…

Le syndrome du tigre ne porte pas ce nom pour rien. En une poignée de secondes, le plus inoffensif des chats domestiques peut se transformer en un fauve, et mettre votre vie en danger.

« Pimousse est habituellement un chat tellement doux, affectueux, réclamant sans cesse câlins et papouilles, qui du jour au lendemain m’a attaqué sans raison apparente mais très violemment », relate Elodie, victime d’une agression de son chat, sur Facebook.

Après être partie en vacances quelques semaines et avoir laissé son chat à son conjoint, elle a retrouvé chez elle un véritable « petit monstre qui veut ma mort ».

« Je suis sortie complètement choquée de cette agression, surtout qu’il cherchait à attaquer le visage. Mon petit ange devenait démon, méconnaissable », confie-t-elle encore sur Facebook.

Le bras d’Elodie, lacéré par les griffures de son chat – ©Facebook 

Le syndrome du tigre, qu’est-ce que c’est ?

Si Pimousse est ainsi devenu fou, c’est parce qu’il souffre du syndrome du tigre : ce mal se traduit par des agressions sur les propriétaires. Il est généralement dû à un problème d’alimentation :

« cette agressivité est habituellement déclenchée par la faim, en raison d’une alimentation carencée ou d’une distribution de nourriture inadaptée », explique le Dr Stéphane Tardif, vétérinaire. « Un chat qui a un faim, parce qu’il n’est nourri qu’une fois par jour ou bien parce que son alimentation est de mauvaise qualité, notamment trop pauvre en protéines, peut se montrer agressif au moment de la préparation de son repas ou lorsqu’il se retrouve en milieu clos », précise-t-il. 

Pimousse étant un chat d’intérieur ayant perdu son instinct de chasse à force de se nourrir de croquettes, il souffre d’un « ennui alimentaire », ce qui peut expliquer ce syndrome. Un sevrage trop court, ainsi qu’un attachement trop fort entre le chat et sa propriétaire peuvent également être à son origine.

 

Une bonne alimentation peut aider à résoudre le problème / ©Shutterstock-Master-L 

Les solutions

Le syndrome du tigre n’est pas une fin en soi. On peut y remédier :

« la mise à disposition de croquettes à volonté et l’enrichissement de l’environnement du chat avec des jeux et des friandises peuvent l’aider. Il s’agit de stimuler son instinct de chasseur », conseille le Dr Tarif.

Une bonne alimentation, riche en protéines, est également recommandée.

Même si une mauvaise expérience avec son chat peut être traumatisante, Elodie rappelle sur les réseaux sociaux que l’abandon n’est pas une solution :

« Le jeter dehors n’arrangerait pas le problème bien au contraire, il faut du calme et de la patience, un peu de réaménagement dans la maison et surtout continuer à lui donner beaucoup d’amour ! »

 A travers son témoignage, la jeune femme espère « éviter que certains propriétaires dépassés ne mettent leurs animaux dangereux dehors ».

Par Elisa GorinsCrédits photo : rawcaptured photography / Shutterstock

http://wamiz.com/

Un médicament placebo soigne, même quand le patient sait qu’il est inutile


Notre cerveau est parfois bien étrange. Après un conditionnement à un faux médicament, les effets peuvent continuer même si le patient apprend au bout de quelques jours qu’il prend des placebos.
Nuage

 

Un médicament placebo soigne, même quand le patient sait qu’il est inutile

 

Même s'il a été décrié pendant longtemps, l'effet placebo continue d'intriguer les scientifiques.

Même s’il a été décrié pendant longtemps, l’effet placebo continue d’intriguer les scientifiques.

Photo : Seth Wenig/AP/SIPA

Des scientifiques américains ont démontré que la prise d’un placebo soulage même quand le patient sait que le médicament ne contient aucun principe actif et n’a donc aucune efficacité démontrée.

La santé passe aussi par la tête. Même s’il a été décrié pendant longtemps, l’effet placebo continue d’intriguer les scientifiques. Aussi curieux soit-il, ce phénomène révèle l’étonnant lien entre le corps et l’esprit. De nombreux travaux scientifiques ont montré des bénéfices importants chez les patients après la prise d’une substance dont les effets pharmacologiques n’ont pourtant jamais été démontrés. Et cela même si le patient le sait ! Telle est la conclusion d’une nouvelle étude menée par une équipe de scientifiques de l’Université du Colorado à Boulder aux Etats-Unis, parue dans la revue The Journal of Pain.

Explications.

► Méthodologie : un faux médicament qui ressemble à un vrai

Les scientifiques ont suivi un groupe de 40 volontaires en leur expliquant qu’ils participaient à des essais cliniques pour comparer l’efficacité d’une crème contenant un composant analgésique pour soulager les douleurs en la comparant avec une crème ne contenant aucune substance antalgique. En réalité, les deux crèmes étaient identiques. La seule différence était l’ajout d’un colorant bleu dans la crème placebo.

Pour les persuader qu’il s’agissait bien d’un vrai médicament, les chercheurs ont demandé aux participants de lire la composition du produit, tout en leur indiquant les contre-indications, ainsi que les effets secondaires possibles. Même l’emballage ressemblait à celui d’un vrai. Pour finir, les chercheurs ont provoqué une douleur sur l’avant-bras des volontaires, via une source de chaleur mais sans leur brûler la peau. Aucun cobaye n’a été maltraité pendant l’expérience, précise l’équipe de scientifiques. La fausse crème devait alors leur permettre de soulager la douleur ressentie. Au bout de quatre jours, les scientifiques ont révélé aux cobayes qu’il s’agissait en réalité d’un placebo.

► Ce que l’étude a montré : le conditionnement du patient est indispensable

Résultat, l’effet analgésique de la fausse crème continuait d’agir, même quand les volontaires ont appris au bout de quatre jours qu’ils prenaient un placebo, mais uniquement parmi ceux qui avaient été conditionnés pendant quatre jours. Autrement dit, pour que l’effet placebo fonctionne, une phase de conditionnement suffisamment longue semble nécessaire. Les résultats de l’étude suggèrent donc que pour fonctionner, l’effet placebo doit davantage passer par le conditionnement du patient, plus que sur l’attente du patient d’être soulagé.

La raison ? Il faut permettre au cerveau d’apprendre à réagir au traitement.

« Une fois que l’apprentissage a eu lieu, le cerveau répond toujours au placebo même si vous n’y croyez plus », confirme Tor Wager, l’un des auteurs de l’étude.

Pour Scoot Schafer, qui a dirigé les travaux, « les placebos induisent la libération de substances qui soulagent la douleur dans leur cerveau, mais nous ne savons pas encore si cet effet placebo dépendant des attentes utilise le même système ou des systèmes différents ».

► Ce que l’étude va changer : mieux prévenir la dépendance aux médicaments

D’après les chercheurs, les conclusions de leurs travaux pourraient aider à mieux prévenir et traiter la dépendance à certains médicaments. Il est courant par exemple que les patients continuent de prendre des antidouleurs puissants à la suite d’une opération, ce qui peut entraîner une addiction. Il serait alors possible de les sevrer en utilisant un effet placebo. Cependant, de récentes études montrent que notre sensibilité aux traitements par placebo est influencée par notre bagage génétique. Autrement dit, nous ne sommes pas tous égaux devant l’effet placebo.

Et pourtant, les nouveaux médicaments sont aujourd’hui systématiquement évalués par rapport à un effet placebo. Un groupe de patients reçoit la molécule à tester et l’autre groupe le placebo, sans que les participants ne soient informés de qui reçoit quoi. A l’issue de l’essai, on détermine si l’état de santé des personnes ayant reçu la molécule active s’est davantage amélioré que celui des personnes sous placebo. Il serait donc peut être bon, avant tout chose, de réviser notre manière de mener des essais cliniques.

http://www.metronews.fr/

Addict à ses Google Glass, il ne les quittait que pour dormir


La technologie est quelque chose de génial quand l’utilisation est bien dosée car il est facile de devenir accro comme aux réseaux sociaux, jeux, etc .. Mais aussi, il a été reconnu une première addiction de Google glass. Une addiction qui joue sur l’irritabilité, un geste répétitif,  sans oublier que cela affecte  aussi la mémoire à court terme
Nuage

 

Addict à ses Google Glass, il ne les quittait que pour dormir

Addict à ses Google Glass, il ne les quittait que pour dormir

Les Google Glass.Photo AFP

PARIS – Les Google Glass peuvent-elles rendre accro? Des médecins font état du cas d’un Américain de 31 ans qui portait cette monture connectée à internet jusqu’à 18 heures par jour et semblait en manque lorsqu’il en était privé.

«Il s’agit du premier cas connu d’addiction à internet impliquant un usage problématique des Google Glass», selon cette étude publiée en ligne dans la revue internationale Les comportements addictifs (groupe Elsevier).

Encore en phase d’expérimentation, Google Glass permet de se connecter à internet en Bluetooth. Cette monture comporte un petit écran à droite et un pavé tactile sur la branche pour se connecter. Ce dispositif, qui fonctionne aussi à la voix, permet également de prendre des photos et de faire des vidéos.

Ce patient, qui travaillait pour la Marine américaine, en était venu à ne retirer ses Google Glass que pour dormir ou se laver. Et il commençait à vivre ses rêves à travers un écran ressemblant à celui du dispositif.

L’homme, qui avait des antécédents de troubles de l’humeur et de gros problèmes d’alcool, était venu suivre une cure de désintoxication dans un centre de la Navy situé à San Diego (Californie) en septembre 2013. Durant les deux mois précédant son hospitalisation, il avait porté ses Google Glass jusqu’à 18 heures par jour.

Pendant les 35 jours passés dans ce centre de soins, les médecins se sont aperçus qu’outre sa dépendance à l’alcool, le patient était aussi accro aux Google Glass, qui lui avaient été retirées lors de son admission.

Pendant les entretiens médicaux, il portait involontairement sa main droite à la tempe et la tapotait de son index, comme s’il portait encore ses Google Glass.

Pire que manquer d’alcool

L’homme avait été autorisé à porter ses Google Glass au travail car cela lui permettait de gagner du temps pour recueillir des informations, et de prendre des photos des convois.

En outre, ses «lunettes» connectées suscitaient la curiosité et cela facilitait ses échanges avec les autres.

Au début de sa cure, le patient a montré des signes de frustration et d’irritabilité significatifs, liés au fait que ses Google Glass lui avaient été retirées, selon les médecins.

«Être sevré de ce dispositif a été bien pire que le sevrage d’alcool», a-t-il confié aux médecins.

Il leur a aussi expliqué qu’il vivait ses rêves comme si il avait un écran devant les yeux.

À l’issue des soins, le patient était moins irritable et avait moins le tic de porter sa main à la tempe. Sa mémoire à court terme s’était améliorée. Mais il rêvait encore par moment à travers un écran.

Le dispositif Google Glass est actuellement testé par une communauté d’«explorateurs» aux États-Unis et au Royaume-Uni. Time Magazine l’a consacré comme l’une des meilleures inventions de l’année en 2012.

Interrogée par l’AFP, la firme américaine Google s’est refusée à tout commentaire sur cette étude.

«Les technologies ont de nombreux bénéfices pour les individus et la société. Cependant une utilisation excessive de toute substance ou outil technologique sera associée à des dysfonctionnements physiologiques et émotionnels, comme dans le cas de ce patient», souligne l’étude menée notamment par Andrew Doan, du département Santé mentale du Centre de San Diego.

http://fr.canoe.ca/

Mon ordi mon meilleur ami


Comme dans toute chose, au début nombre d’entre nous ont eu une certaines dépendance a Internet .. quand ils ont commencé a communiqué via les forums, blog, Facebook, twitter, jeux, le chat etc .. mais généralement on s’aperçoit qu’après Internet la vie existe .. Alors d’autres cette dépendance viens envahir la vie réelle, de la maison au travail et sacrifiant bien des activités et loisirs
Nuage

 

Mon ordi mon meilleur ami

PAR MARTHE MARTEL  | PHOTO: ISTOCK

Quand notre ordinateur devient notre plus fidèle ami et qu’il n’y a plus de place pour rien d’autre, il y a lieu de se poser des questions, surtout si notre entourage se sent négligé. Pistes de réflexion.

Cybersexe, casinos virtuels, clavardage, courriels, achats en ligne… La dépendance à l’ordinateur peut prendre différentes formes et cacher plusieurs problèmes. Et parfois, il est difficile de faire la différence entre une personne qui apprécie tout simplement Internet et une autre pour qui son utilisation pose un réel problème. Pour le psychologue Michel Campbell, il n’y a aucun mal à naviguer chaque jour sur le Net si on continue à «nourrir» toutes les sphères de sa vie et si on peut se passer de l’ordinateur. Mais si la «vie virtuelle» affecte les relations sociales et familiales, le travail ou les revenus, il y a lieu de penser qu’on a une dépendance. 

En congé de maternité, Marie-Claude commence toujours sa journée en faisant le tour de ses blogues préférés et elle a même crée le sien, sur lequel elle écrit régulièrement. Elle y trouve du soutien dans son nouveau rôle de maman. Dans un tel cas, il n’y a rien à redire, mais pour Julie, c’est autre chose. Célibataire âgée de 35 ans, cette dernière s’est forgé un personnage virtuel et elle échange avec un homme qu’elle a connu sur un site de rencontres. Ils s’excitent mutuellement, et elle adore ce petit jeu. Mais voilà que, depuis quelque temps, elle vérifie ses messages de 20 à 30 fois par jour, même quand elle est au travail… Là, il y a vraiment un problème!

Ce qui caractérise une dépendance, c’est la souffrance qui l’accompagne.

«Il y a des gens pour qui l’ordinateur prend tellement de place qu’ils n’ont plus de qualité de vie; certains dépensent une fortune pour s’abonner à des sites, d’autres remplissent leurs cartes de crédit en jouant au casino virtuel… Ils ont des remords, ils présentent des symptômes de dépression et des signes physiques de détresse», souligne le psychologue Jean-Pierre Rochon, qui a créé un site Internet pour venir en aide aux cyberdépendants.   

Toutefois, comme les alcooliques, les cyberdépendants passent souvent par une phase de déni. C’est la réaction de leur entourage, victime de la situation, qui les amène alors à entreprendre une thérapie. Par exemple, Lucie, 40 ans, a décidé de consulter après que son conjoint l’a menacée de la quitter. Il lui reprochait de passer tout son temps sur le Net. Et lorsqu’elle a prétexté un surplus de travail pour ne pas participer à une escapade familiale afin de pouvoir répondre à ses courriels, ç’a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.  

Les accros du Net sont incapables de résister à l’appel de cette technologie qui les attire; ils consomment, puis se sentent coupables… et ils recommencent. Selon Jean-Pierre Rochon, les cyberdépendants ressentent la même excitation et ont les mêmes réactions biochimiques que les autres types de dépendants lorsqu’ils sont en contact avec «leur substance». Et si on les prive de celle-ci, ils présentent des symptômes de sevrage. Par exemple, quand Lucie a été privée de son ordinateur pendant une semaine parce qu’il était en panne, son conjoint lui a fait remarquer qu’elle était impatiente et agressive. Il arrive également que les cyberdépendants aient déjà eu d’autres dépendances.

«Ce sont des gens qui ont une tendance à être compulsifs», affirme Michel Campbell.

Sur le Net, Lucie avait son groupe de correspondants réguliers, dont deux hommes qu’elle affectionnait particulièrement. Elle aimait cette «amitié amoureuse» aux limites floues qu’elle entretenait.

«Pour la première fois depuis longtemps, je me sentais écoutée, admirée, désirée… Un de mes contacts m’envoyait même des poèmes. Je savais qu’il était marié, lui aussi, mais je me disais qu’on ne faisait de mal à personne», souligne Lucie, qui a finalement entrepris une thérapie.

Lucie refusait-elle de s’avouer que son couple battait de l’aile? Fuyait-elle la réalité? Est-elle dépendante affective? Internet lui donnait-il cette facilité à communiquer qui lui fait tant défaut dans la vie? Selon Michel Campbell, les situations pouvant mener à la cyberdépendance sont multiples.

«On retrouve chez les gens compulsifs un taux élevé de problèmes affectifs ainsi qu’un manque de confiance en soi et d’estime de soi», dit-il. 

Quant à Jean-Pierre Rochon, il pense que certaines personnes sont capables de se sortir seules d’une dépendance au Net, même si la plupart ont besoin d’une aide extérieure.

«La cyberdépendance, ça se traite. Toutefois, ça dépend du degré d’investissement de la personne qui vient en thérapie», dit-il.

Et son approche est différente selon qu’il s’agit d’un problème de cyberpornographie, de dépendance affective, de jeu compulsif, etc.

«Ce n’est pas un traitement simple, termine Michel Campbell. Il faut trouver quelqu’un qui a la formation nécessaire et qui sait comment traiter ce genre de problème.»

Sur son site Internet (www.psynternaute.com), Jean-Pierre Rochon énumère les signes diagnostiques de cyberdépendance. Si on répond à cinq critères pendant une période prolongée, on a probablement besoin d’aide professionnelle.

Êtes-vous cyberdépendant ?

  1. Préoccupation fréquente au sujet de notre comportement en rapport avec Internet;
  2. Intensité et durée des épisodes sur le Net plus importantes que souhaité;
  3. Tentatives répétées pour réduire, contrôler ou abandonner notre comportement virtuel;
  4. Temps important consacré à préparer les épisodes, à les entreprendre, ou à s’en remettre;
  5. Survenue fréquente d’épisodes de cyberdépendance au moment d’accomplir des obligations professionnelles, scolaires, familiales ou sociales;
  6. Activités sociales, professionnelles ou récréatives majeures sacrifiées;
  7. Perpétuation du comportement, même si on sait qu’il cause ou aggrave le problème;
  8. Besoin d’augmenter l’intensité ou la fréquence d’utilisation d’Internet pour obtenir l’effet désiré;
  9. Agitation ou irritabilité en cas d’impossibilité de s’adonner au comportement de cyberdépendance.

 

http://www.moietcie.ca