Votre serviette de bain est-elle absolument dégoûtante?


On utilise plusieurs fois la serviette de bain et nous laissons quelques microbes et des peaux mortes, sans compter que la plupart des gens, ne ferme pas le couvercle des toilettes quand il tire sur la chasse d’eau, alors imaginez ce qui peut atterrir sur votre serviette.
Nuage

 

Votre serviette de bain est-elle absolument dégoûtante?

 

Votre serviette de bain est-elle absolument dégoûtante?

Imaginez tout ce qui peut se retrouver sur votre serviette de douche…Photo Fotolia

Votre serviette de bain – humide, chaude et pleine de peaux mortes – est un incubateur idéal pour les microbes qui s’y trouvent. Voilà pourquoi un microbiologiste estime que vous ne devriez l’utiliser au maximum que trois fois avant de la laver.

Et encore là, cela est seulement applicable si vous la laissez sécher entièrement après chaque utilisation.

Lorsque vous vous essuyez à l’aide d’une serviette, celle-ci récupère les microbes et des cellules mortes de votre peau. Gorgée d’eau, le tissu devient un lieu parfait pour que les microbes croissent en se nourrissant de vos résidus cellulaires.

Toutes sortes d’organismes, de champignons, fluides corporels et autres contaminants provenant de l’environnement (de la toilette, par exemple), peuvent également s’y retrouver et y croître.

Selon le professeur Philip Tierno, interrogé par le site Business Insider, la plupart des microbes qui se trouvent sur votre serviette ne devraient pas vous rendre malade, puisqu’ils proviennent de votre propre corps.

Toutefois, et particulièrement pour ceux qui partagent leur serviette, certaines bactéries auxquelles vous n’êtes pas habituellement exposés peuvent y aboutir. Le professeur Tierno cite l’exemple du staphylocoque doré (Saphylococcus aureus) qui cause parfois des furoncles, des boutons ou même une infection.

À retenir:

«S’il y a une odeur qui provient de la serviette, peu importe là où il y a des odeurs, cela signifie que des microbes prolifèrent, alors elle devrait être lavée», a affirmé le professeur Philip Tierno au Business Insider.