Les baskets à semelles épaisses sont très mauvaises pour vos pieds


Bien que ce soit moins pire que porter des talons haut, il semble que les souliers à semelle épaisse qui sont très vendeurs présentement ne soient non plus recommandé. Ils solliciteraient les muscles de l’avant du tibia et pourraient provoquer des périostites tibiales. Il parait que nos pieds seraient mieux dans des chaussures à orteils séparés.
Nuage


Les baskets à semelles épaisses sont très mauvaises pour vos pieds


Ces baskets sont déconseillées pour la pratique d’une activité physique puisqu’elles ne permettent pas de soutenir correctement le pied et la cheville. | Mehdi-Thomas Boutdarine via Unsplash

 

Ces baskets sont déconseillées pour la pratique d’une activité physique puisqu’elles ne permettent pas de soutenir correctement le pied et la cheville. | Mehdi-Thomas Boutdarine via Unsplash

Repéré par Audrey Renault

Repéré sur The guardian

Selon les podologues, les chaussures phares du moment sont un réel danger pour les muscles et les articulations de la cheville et de la jambe.

Fila, Nike, New Balance, Reebok, Superga… Toutes les marques proposent aujourd’hui leurs baskets à semelles épaisses, reprenant l’esthétique des années 1990 qui fait la mode d’aujourd’hui. Mais si elles semblent confortables et inoffensives à première vue, ces grosses baskets ne sont pas une bonne nouvelle pour nos petons.

«Les baskets à semelles épaisses sont plus lourdes. Le surpoids peut augmenter la sollicitation des muscles de l’avant du tibia, explique William Joyce, podologue dans une clinique londonienne. Cela peut provoquer des douleurs à l’avant de la jambe que l’on appelle des périostites tibiales.»

Parmi les paires les plus lourdes du marché, la journaliste Leah Harper cite dans un article pour The Guardian les Reebok Triple Platform X Gigi Hadid, qui pèsent 557 grammes, et les Superga 2790 Linea Up Down, 481 grammes au compteur.

Malgré leur poids, le succès de ces baskets ne se dément pas. Au premier semestre 2019, les baskets pour femmes Alexander McQueen et leurs semelles surdimensionnées ont ainsi caracolé en tête du Lyst Index, un classement trimestriel des marques et des produits de mode les plus populaires du moment. Chez les hommes, ce sont les Nike React Element 87 qui trônent au sommet d’un palmarès composé exclusivement de baskets. Une première.

Moins dangereuses que les talons hauts

Commercialisées par des labels sportifs, ces baskets ne sont pas pour autant conseillées pour la pratique d’une activité physique puisqu’elles ne permettent pas de soutenir correctement le pied et la cheville.

Au contraire de ces baskets à semelles épaisses, les chaussures idéales, pour le sport comme pour le quotidien, seraient selon les expert·es une paire minimaliste comme les fameuses chaussures à orteils séparés, ces sortes de gants pour pieds qui reproduisent la sensation de marcher ou courir pied nu.

Si les podologues assurent que la chaussure la plus adaptée dépend évidemment de l’âge, de l’état de santé ou du poids de chaque personne, ces spécialistes sont néanmoins unanimes sur les dangers des talons hauts, jugés bien plus dangereux que les baskets à semelles épaisses.

«Les talons hauts sont généralement pires que ces baskets, assure Andrew Gladstone, directeur d’un centre de podologie à Londres. Les orteils y sont à l’étroit ce qui entraîne la formation de cors, une pression accrue sur les orteils et les articulations et des problèmes d’ongles, tandis que leurs semelles minces et dures peuvent causer des douleurs à la plante du pied, en endommageant les articulations métatarsiennes et en fatiguant le pied de manière générale.»


http://www.slate.fr/

Ces sneakers sont faites en chewing-gum recyclé


Qui aurait eu l’idée de recycler la gomme à mâcher ? Pourtant, au Pays-Bas, ils le font. Avec des gommes ramassées sur les trottoirs d’Amsterdam, ils ont fait des semelles d’espadrilles. Il parait même qu’ils en font des porte-clés, des poubelles, et même des bottes.
Nuage

 

Ces sneakers sont faites en chewing-gum recyclé

 

Crédits : Gumshoe

par  Nicolas Prouillac

Les dessous de tables de classe et les trottoirs des villes sont les cimetières des chewing-gums, c’est bien connu et cela coûte des millions d’euros aux mairies des grandes villes à nettoyer. Que voulez-vous, on adore ça. La fin de vie de la pâte à mâcher est pourtant souvent dégoûtante, irrespectueuse des autres et surtout de l’environnement.

Mais comment recycler ces délicieuses boules gluantes ? La réponse est venue d’une collaboration entre l’organisation néerlandaise Iamsterdam, le designer Explicit Wear et l’entreprise Gumdrop : ils en font des sneakers. Présentée par The Verge ce 24 avril, la semelle de la Gumshoe est intégralement faite en chewing-gum recyclé – et recyclable. Sans coller.

Crédits : Gumshoe

Gumdrop n’en est pas à son premier coup d’essai en matière de recyclage de chewing-gum, c’est même le leitmotiv de la compagnie. Ils ont inventé une technologie baptisée Gum-Tec qui permet de déconstruire les éléments de la pâte à mâcher pour les recomposer en un matériau durable, dont ils ont fait jusqu’ici des bottes, des poubelles ou des porte-clés d’un rose bubble gum du meilleur effet.

« Nous avons découvert que le chewing-gum est constitué de caoutchouc synthétique. En exploitant ses propriétés, nous avons réussi à créer un nouveau type de caoutchouc », explique la designeuse Anna Bullus, directrice de Gumdrop.

Le chewing-gum recyclé qui compose la semelle de la Gumshoe vient directement des trottoirs d’Amsterdam. Les lignes tracées sur le plat de la semelle ? C’est un plan schématique de la ville. Jonathan Van Loon, un membre de l’équipe, a confié à The Verge que tout est parti d’une volonté d’attirer le regard des habitants de Dam sur le problème. 

« C’est comme ça que nous avons eu l’idée de créer un objet auxquels ils tiennent », dit-il.

Quoi de plus populaire auprès des jeunes urbains que des sneakers ?

L’équipe de Gumdrop assure que la semelle de la Gumshoe est intégralement faite en chewing-gum recyclé – le reste étant du cuir. Il paraîtrait même qu’elle en aurait l’odeur, sans la viscosité. Elles seront mises en vente en juin prochain pour 190 € la paire, en rose, noir ou rouge.

Source : The Verge

http://www.ulyces.co/