9 conseils pour faire face aux crampes musculaires


Des crampes sont généralement douloureuses ça vient tout d’un coup, souvent sans prévenir. Il est possible de les éviter, mais il se peut qu’une consultation médicale soit nécessaire
Nuage

 

9 conseils pour faire face aux crampes musculaires

Qui n’a jamais été brutalement interrompu en marchant ou même en pleine nuit par une douleur dans le mollet? Les crampes sont bénignes mais peuvent vite devenir handicapantes. Que faire pour les prévenir mais aussi que faire lorsqu’elles sont déjà là?

Les crampes: d’où ça vient?

C’est quoi: des contractions musculaires soudaines et douloureuses, qui se manifestent pendant un effort ou au repos, principalement au niveau des mollets et des cuisses.

Les causes:  elles font suite à un effort physique important, un manque d’échauffement, d’hydratation et d’oligo-éléments (calcium, magnésium, potassium…), un problème de posture (chaussures inadaptées, maintien d’une position anormale…), une surcharge de toxines dans le corps, une mauvaise circulation veineuse…

Le déclenchement: lorsque le muscle se contracte, des échanges de sels minéraux se produisent. Une perturbation de ces échanges mais aussi l’accumulation d’acide lactique et de toxines dans le muscle le rigidifient et la crampe survient.

Ce qu’il faut éviter

Le froid, notamment chez les nageurs en eau froide. Il diminue la circulation sanguine et prive le muscle d’oxygène, créant un effet d’anaérobie et l’accumulation d’acide lactique. Cela induit une fatigue et la survenue de crampes.

Les efforts trop intenses et prolongés et le surmenage physique ont un effet similaire.

La chaleur humide, surtout chez le sportif et le travailleur manuel de force qui ne pensent pas toujours à se réhydrater.

La prise excessive de café, thé, alcool, tabac, de boissons énergisantes qui retarde l’élimination des toxines. Toutes les boissons à base de caféine déshydratent.

La prise de médicaments comme les anti-cholestérol, anti-asthmatiques, diurétiques, laxatifs, traitements contre le cancer.

Bien s’hydrater

Pour prévenir les crampes, il est indispensable de bien boire, au moins 1,5l par jour.

Pourquoi: quand le muscle est mal hydraté, il se ‘dessèche’, n’a plus accès à une partie des sels minéraux dont il a besoin (potassium, magnésium, calcium…) et se contracte brutalement.

Quand on fait du sport: le corps élimine beaucoup d’eau et de sels minéraux par la sueur. Il est alors important de boire régulièrement avant, pendant et après l’effort au moins un litre supplémentaire. Buvez de préférence par petites gorgées toutes les 20 minutes.

Attention: en favorisant leur élimination, certains médicaments comme les diurétiques ou laxatifs provoquent un déséquilibre en sels minéraux... et c’est la crampe.

Les aliments anti-crampes

Buvez de l’eau riche en magnésium (Hépar…) qui participe à la relaxation des muscles. Vous le retrouvez aussi en bonne quantité dans les lentilles, légumes verts et secs, céréales complètes, chocolat noir.

Pensez aussi aux jus de fruits frais qui facilitent l’élimination des toxines dans l’organisme, surtout si vous faites du sport.

Mangez du miel riche en sels minéraux à raison de 3 c. à soupe/jour sous la forme qui vous convient (tartines…).

Pensez à tous les produits laitiers, aux fruits secs riches en calcium et potassium (abricots…) et consommez 1 banane/jour*.

A consommer avec modération: les viandes rouges, les abats et les charcuteries riches en azote, des toxines difficiles à éliminer par l’organisme.

A faire quand on fait du sport

Etirez-vous avant et après l’effort 10min avec des rotations du tronc, en levant lesjambes et en pliant les genoux.

Boire régulièrement avant, pendant et après l’effort par petites gorgées toutes les 20min.

N’allez pas au-delà de vos capacités physiques. Si vous sentez que votre corps ne suit plus, cessez l’entraînement.

Bien choisir son matériel et sa tenue de sport. Une selle trop basse sur un vélo, une raquette avec un manche trop petit entraînent un mauvais positionnement et des crampes.  Des baskets mal compensées, des chaussures de marche trop serrées… ont le même effet. Sans oublier qu’une tenue de sport doit être protectrice face au froid et à l’humidité. Couvrez-vous au moins pendant l’échauffement.

Homéopathie: ce qui marche

Pour prévenir: Si vous avez tendance à avoir des crampes régulièrement, le traitement de fond en homéopathie est: Cuprum metallicum 15CH et Magnesia phosphorica 7CH. 5 granules de chaque matin et soir pendant au moins 3 mois.

Au moment de la crampe: Prendre 5 granules de Cuprum metallicum 5CH toutes les 10 minutes la première heure puis 5 granules 3 fois/jour pendant 2 ou 3 jours.

Un conseil: en cas de crampes fréquentes, une consultation médicale s’impose.

Les gestes à tenir en cas de crampes

Arrêtez tout effort. Asseyez ou allongez vous.

Etirez le muscle contracté: allongez-vous, attrapez vos orteils et tirez votre jambe (avec le muscle contracté) vers vous. Poussez le pied vers le haut. Vous pouvez utiliser une serviette pour le faire.

Cet étirement doit être lent, progressif, doux et maintenu quelques minutes. A recommencer jusqu’à la disparition de la crampe.

Massez avec douceur le muscle. Vous pouvez compléter ce geste avec un baume comme Décontractil® ou Algipan® ou de l’huile d’arnica.

Buvez de l’eau minéralisée (Hépar par exemple riche en magnésium) et sucrée.

Appliquez des compresses chaudes sur le muscle contracté.

Pourquoi des crampes la nuit?

Au repos, les toxines accumulées dans le sang stagnent et peuvent déclencher une crampe au niveau du mollet ou du pied.

Elles seraient provoquées par une insuffisance veineuse, une grossesse, des rhumatismes, un manque de calcium, potassium et magnésium, un diabète…

En prévention: relevez le bas de votre lit en y glissant un coussin. Buvez suffisamment d’eau avant de vous coucher. Prenez 5 granules au coucher de Cuprum metallicum 5CH pendant 3 mois.

Remède de grand-mère: placez et laissez un savon de Marseille au fond du lit. Les scientifiques ne savent pas vraiment pourquoi, mais ça marche! Une hypothèse serait que le savon de Marseille est élaboré à base de potasse et qu’il y aurait un échange d’ions de potassium avec la peau.

Les personnes âgées très touchées

Les personnes âgées sont plus facilement sujettes aux crampes. Elles peuvent survenir de jour comme de nuit sans raison évidente.

Les possibles causes: un manque d’hydratation car elles ont tendance à ‘oublier’ de boire, ou une mauvaise alimentation (manque de sels minéraux, notamment potassium, calcium, magnésium).

Un problème médical. En cas de crampes répétées, il est préférable de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une raison de santé, comme une hypokaliémie (perte de potassium en excès) fréquente avec l’âge, une importante insuffisance veineuse, une artérite des membres inférieurs, des problèmes rhumatismaux, un diabète

ources

Remerciements au Docteur Patrick BACQUAERT, Médecin Chef de l’IRBMS

Institut régional du bien-être, de la médecine et du sport

Publié par Florence Massin, journaliste santé et validé par Dr Patrick Bacquaert, médecin chef de l’Institut régional du bien-être, de la médecine et du sport

http://www.medisite.fr/

Les bisous de chat : de vrais baisers ?


Les chats semblent profité de petits moments de câlins pour nous faire une séance de léchage … Est-ce de l’affection comme on donne des bisous nous-même à l’animal .. ou autre chose ?
Nuage

 

Les bisous de chat : de vrais baisers ?

 

Il arrive souvent à Minet de venir faire un petit bisou sur notre joue, notre nez, ou notre oreille. C’est adorable, Minet fait des bisous, c’est un signe d’affection, voir d’amour forcément.

Eh bien, désolée de vous décevoir, mais non, pas forcément !

En premier lieu, il faut remettre les choses en place, et appeler un chat un chat, ce ne sont pas des bisous mais des léchages. Alors qu’est-ce donc qui peut provoquer des léchages de Minet ?

Que signifient les « bisous » des chats ?

Il existe une multitude de causes pouvant expliquer le bisou du chat sur son bipède.

Tout d’abord, notre transpiration. Notre peau est recouverte de notre transpiration, qui est chargée en sels minéraux et acide. Cette acidité et ces sels minéraux sont appréciés des chats. Quelque fois par manque, ou juste par goût, le chat dans ce cas lèchera le visage, le cou, les bras, les pieds, toutes les parcelles de peau qu’il aura à sa disposition.

Il y a aussi une bonne part de vicariance dans l’attitude de nos félins domestiques. Il nous voit nous embrasser, les embrasser, embrasser nos amis, notre famille, notre chien, sans trop savoir ou comprendre pourquoi, ils font vouloir rentrer dans notre clan, en adoptant nos codes sociaux, et donc en léchant le visage de son bipède, des autres chats ou même de Médor, le brave chien de la famille.

Une forme de respect ?

N’oublions pas non plus les fameux codes sociaux de nos chats : faire la toilette, ou lécher, un congénère revient à lui montrer son respect, ou à le réconforter suivant qu’il soit placé au-dessus ou en-dessous dans la hiérarchie sociale de Minet.

Lécher Félix, le vieux matou de la famille, arrivé des années avant Minet, revient à lui dire « je te respecte tu étais là avant moi » Et pour ce qui est de Minette, la petite dernière qui a rejoint la famille depuis quelques mois, en lui léchant la tête, on lui rappelle qu’on est au dessus d’elle, qu’elle doit se plier à notre rang et ne pas tenter de prendre les  acquis de Minet.

Donc forme de respect ou remise en place, tout dépend du contexte et de qui reçoit les fameux bisous.

Hygiène, et entraide

Et l’hygiène n’est pas de reste avec ces léchages ! Dans une communauté de chats, chacun aidera les copains du clan à faire sa toilette dans des endroits peu accessibles, comme derrière les oreilles, le dessus de la tête, le visage, toutes ces parties que Minet ne peut atteindre avec sa propre langue, Félix lui fera volontiers, en échange de quoi, Minet lui rendra la pareille par la suite. Une sorte d’entraide dont les humains pourraient s’inspirer bien souvent.

Alors ce matin le gros léchouillage sur le nez, c’était pourquoi ? N’oublions pas la part de magie dont nos petits compagnons nous font profiter au quotidien. Et oui, bien sûr qu’ils nous aiment Minet, Félix et la petite dernière, et je parie que certains de ces bisous en sont vraiment pour nous dire : « merci de veiller sur moi, je t’aime de tout mon petit cœur de chat ! ». 

Il y a certaines fois où il faut ne pas chercher le pourquoi du comment et juste profiter sans expliquer !

Gros bisous à tous les matous !

http://wamiz.com

Vous pétez? C’est normal


Voici un sujet tabou et nous rend mal à l’aise si par malheur nous avons des flatulences en public avec un parfum  euhhhh douteux ? Quoi qu’il en soit, si les flatulences sont vraiment un problèmes il serait bon, pour l’environnement et pour notre propre personne d’essayer de limité ce petit moment gênant ..
Nuage

Vous pétez? C’est normal

Vous pétez? C'est normal

© Shutterstock

Nous expulsons tous des gaz et, en moyenne, plus d’une dizaine de fois par jour. Cependant, certains en expulsent plus. Une situation embarrassante qui peut toutefois être contrôlée.


Par Ronald Denis, docteur en médecine, chirurgien et traumatologue – Collaboration spéciale

Contrôler ses flatulences permet d’éviter certaines situations gênantes qui, parfois, refroidissent l’atmosphère… Paradoxalement, en les contrôlant, vous contribuerez à combattre le réchauffement de la planète, car au nombre des gaz que nous expulsons, il y a du méthane, un gaz à effet de serre!

Les flatulences

Les aliments, dans leur parcours dans notre organisme, sont d’abord digérés par l’estomac et l’intestin grêle. Ils atteignent par la suite le gros intestin qui en absorbe les sels minéraux et l’eau. Toutefois, certains aliments riches en hydrates de carbone, dont le sucre, l’amidon et les fibres, ne sont pas digérés par l’estomac, parce que nous ne disposons pas d’enzymes pour les assimiler. À leur arrivée dans la partie de l’intestin qualifiée de«côlon», des bactéries, qui y sont présentes de façon normale, attaquent ces aliments. Cette charge fait en sorte de produire différents gaz, dont de l’hydrogène et du méthane, qui seront éventuellement expulsés vers l’extérieur par le rectum. L’odeur déplaisante qui les accompagne est provoquée par le soufre contenu dans le méthane. Quant au bruit caractéristique produit lors de l’échappement, il est provoqué par la vibration du sphincter et varie en fonction de sa fermeture et de la vitesse à laquelle le gaz est propulsé.

D’autres bactéries, présentes dans l’intestin, permettent d’éliminer l’hydrogène produit par les bactéries qui attaquent les aliments. Toutefois, l’équilibre entre les deux types de bactéries – celles qui produisent l’hydrogène et celles qui l’éliminent -varie d’une personne à l’autre. Les personnes pour lesquelles cet équilibre est inadéquat ont plus de flatulences.

Contrôler les flatulences

La solution la plus efficace pour les restreindre est d’éviter les aliments qui les provoquent (voir plus bas) ou de les consommer en quantités moindres. Plusieurs de ces aliments sont cependant des composants importants d’une saine alimentation. Retirez de votre alimentation, progressivement, l’un après l’autre, ceux que vous croyez être la source de flatulences afin de repérer ceux qui sont la principale cause de votre inconfort. Vous avez choisi d’avoir une saine alimentation en y ajoutant des fibres alimentaires? Faites-le progressivement pour permettre à votre organisme de bien s’y adapter.

Effectuez des rinçages répétés des légumineuses avant de les cuire pour en éliminer le plus possible l’amidon qu’elles contiennent, source de flatulences. Mangez lentement, mastiquez bien les aliments et évitez d’avaler de l’air pendant que vous mastiquez.

Vous n’arrivez toujours pas à contrôler vos flatulences? Parlez-en à votre pharmacien, un produit contenant une enzyme capable de digérer les hydrates de carbone, responsables des flatulences, est disponible. Offert en vente libre, ce produit est facile d’usage, il suffit d’en ajouter quelques gouttes aux aliments générateurs de flatulences avant de les consommer.

Quand consulter

Normalement, les gaz intestinaux surviennent entre 3 et 5 heures après l’ingestion des aliments qui les favorisent, et la période au cours de laquelle ces gaz se produisent dure plus ou moins 2 heures. Ces gaz sont expulsés sans douleur, mais il peut arriver qu’ils soient précédés d’une sensation de ballonnements ou de crampes abdominales. Toutefois, si ces gaz sont persistants, qu’ils sont accompagnés de douleurs à l’abdomen ou d’autres symptômes inhabituels comme la perte de poids par exemple, vous devriez consulter votre médecin pour en discuter et en identifier la cause.

Si les flatulences sont accompagnées de crampes sévères et de diarrhée, une intolérance au lactose en est peut-être la cause et devrait également être l’objet d’une consultation médicale pour un traitement.

Les aliments générateurs de flatulences

Certains aliments participent plus que d’autres à la formation des gaz intestinaux. Ce sont les aliments riches en sucre, en amidon ou en fibres. Des substances qui ne sont pas digérées par l’estomac et l’intestin grêle.

Les principaux sucres concernés sont le fructose (artichaut, blé, boissons gazeuses, oignon); le lactose (crème glacée, fromage, lait, margarine, pain et pâtisseries); le raffinose (asperge, céréales à grains entiers, chou, légumineuses, navet); et, le sorbitol (gomme à mâcher sans sucre, pêche, poire, pomme, prune).

L’amidon qui n’est pas digéré se retrouve principalement dans le maïs, le pain blanc, les pâtes et pâtisseries faites à partir de farine blanche et les pommes de terre.

Quant aux fibres, les aliments qui en sont riches incluent, entre autres, les asperges, le brocoli, la betterave, les carottes, le chou et les choux de Bruxelles, les fruits séchés, les légumineuses, le navet et les pommes de terre, le son d’avoine et le son de blé.

http://fr.canoe.ca