Une loi pour interdire les textos en marchant?


Faudrait-il faire une loi tout comme le téléphone au volant pour les piétons ? C’est une responsabilité pourtant de circuler de façon sécuritaire. Si on veut absolument répondre à un texto, pourquoi ne pas s’arrêter et se mettre à l’écart ?
Nuage

 

Une loi pour interdire les textos en marchant?

 

SMS WALK

All rights reserved by Oscar Wong via Getty Images

RCQC  |  Par Radio-Canada.ca

« Le risque de prendre la mauvaise décision est à peu près 20 % plus grand chez les gens qui textent en marchant, comparativement à ceux qui ne font que marcher », souligne François Courtemanche, chercheur au Tech3Lab de HEC Montréal.

Aux États-Unis, cette réalité incite des États comme le New Jersey à envisager d’interdire l’usage du téléphone en marchant sur la voie publique. Il pourrait y avoir des amendes de 50 $, et même des peines d’emprisonnement de 15 jours.

Une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de l’Ohio montre qu’en 2010, plus de 1500 piétons sont entrés aux urgences américaines pour des blessures reliées à l’usage du cellulaire en marchant. C’est cinq fois plus qu’en 2005. Au Québec, entre 2011 et 2013, 27 piétons ont été blessés, dont 5 gravement.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Et le mot de passe le plus commun sur internet est…


Je pense que les gens n’aiment pas l’idée des mots de passe compliqués et d’en avoir plusieurs pour leurs différents comptes, car à chaque année, c’est la même chose, les mots de passe les plus utilisés sont les mêmes Il faudrait tout de même faire un effort ou trouver quelque chose de sûr et durable pour que l’accès à nos comptes ne soient pas à la portée des pirates
Nuage

 

Et le mot de passe le plus commun sur internet est…

 

Agence France-Presse

Les appels à changer les mots de passe des ordinateurs, comptes bancaires et autres messageries en ligne ont beau se multiplier, des millions d’internautes s’en remettent toujours à des codes prévisibles comme «1-2-3-4-5-6» et se font pirater, souligne une étude américaine publiée mardi.

D’après le rapport annuel de la firme de sécurité informatique SplashData, qui a compilé les données de plus de deux millions de comptes ayant fuité en ligne, les mots de passe les plus communs n’ont pas changé depuis 2011 pour les internautes à travers le monde.

Aux côtés du classique «1-2-3-4-5-6» figurent le désarçonnant «password» (mots de passe en anglais, ndlr), le singulier «qwerty», cinq premières lettres du clavier dans plusieurs langues dont l’anglais, ou encore le sophistiqué «1-2-3-4-5-6-7-8», visant à combler certains sites qui exigent des clés informatiques plus longues et donc plus difficiles en théorie à décoder.

Mais «des mots de passe plus longs (…) peuvent aussi être virtuellement inutiles», si les internautes ne font qu’ajouter des caractères à une suite déjà prévisible, résume la firme SplashData dans un blogue publié en marge de son étude.

«Plusieurs personnes font un effort pour ajouter plus de caractères à leurs mots de passe, afin de renforcer la sécurité de leurs comptes en ligne, mais si ces mots de passe ne sont que le prolongement de séquences simples, cela les exposera tout autant aux pirates informatiques», souligne le PDG de la firme américaine, Morgan Slain.

Ce dernier suggère par ailleurs aux internautes de ne pas se replier sur des mots de passe empruntés à des noms de célébrités, car ceux-ci sont aussi faciles à décrypter, même pour les plus béotiens des pirates informatiques.

Au cours des dernières années, les fraudes en ligne se sont imposées comme une véritable épidémie forçant certaines entreprises à abandonner les mots de passe au profit de nouvelles technologies de vérification d’identité issues de la biométrie.

Des lecteurs d’empreintes digitales sont ainsi de plus en plus populaires sur les appareils portables, alors que des firmes poussent la logique jusqu’à des techniques de reconnaissance du visage, voire de l’iris.

Voici les pires mots de passe en 2015, selon SplashData:


1 123456
2 password
3 12345
4 12345678
5 qwerty
6 123456789
7 1234
8 baseball
9 dragon
10 football
11 1234567
12 monkey
13 letmein
14 abc123
15 111111
16 mustang
17 access
18 shadow
19 master
20 michael
21 superman
22 696969
23 123123
24 batman
25 trustno1

http://www.tvanouvelles.ca/

Le Saviez-Vous ► Quelques astuces pour protéger sa maison contre les cambrioleurs


Un vol par effraction peut arriver à n’importe qui, surtout dans des lieux moins éclairés ou plus criminalisés. Il y a bien sûr les conseils de bases, mais on peut faire un peu plus
Nuage

 

Quelques astuces pour protéger sa maison contre les cambrioleurs

 

BURGLAR

Par Cédric Lizotte

S’assurer que sa maison est bien sécurisée, ça devrait être une priorité pour chacun des propriétaires – et des locataires! – d’habitations. Cependant certaines astuces évidentes ne sont pas toujours prises en compte. Et les cambrioleurs sont habituellement à la recherche de l’endroit le plus facile d’accès. Ne soyez pas celui qui devient la cible première dans le quartier!

Pour éviter cette situation, voici quelques astuces pour se protéger des cambrioleurs :

Verrouillez vos portes… évidemment

40 % des cambriolages aux États-Unis sont faits sans que le voleur n’ait eu à forcer son entrée dans la demeure. Cela signifie que les gens ont oublié de verrouiller leur porte. Ou peut-être que le voleur vous a vu laisser une clé en-dessous d’une roche dans la cour arrière… Ne laissez pas de clé à l’extérieur! Lorsque vous quittez, n’oubliez pas de verrouiller vos fenêtres, toutes les portes, de les verrouiller à l’aide de techniques efficaces.

Attention aux fenêtres

Parce qu’il est très facile d’ouvrir une fenêtre à manivelle de l’extérieur à l’aide d’un tournevis plat, d’un couteau ou même d’un bâton de hockey! Les fenêtres coulissantes sont aussi relativement faciles à ouvrir si elles ne sont pas correctement verrouillées. Si vous n’avez pas l’argent à investir sur de nouvelles fenêtres, un simple clou glissé dans un trou percé dans le bon angle peut régler le problème.

Des minuteries pour les lumières

La police recommande habituellement de laisser des lumières, une télé, une radio, certains appareils allumés lorsqu’on part pour de longues périodes. Mais une maison entièrement illuminée exactement de la même manière toutes les nuits à quatre heures du matin, c’est faire tout le travail du cambrioleur à sa place! Installez des minuteries sur vos lumières, qu’elles soient à l’intérieur ou à l’extérieur. Ajustez les horaires de celles-ci pour qu’elles s’allument et s’éteignent à des moments opportuns et naturels. L’illusion sera parfaite.

Les objets de valeur

Les objets de valeur, surtout ceux qui se transportent facilement, sont la priorité des cambrioleurs. Ceux-ci cherchent toujours la chambre à coucher principale, puis vont dans les garde-robes et autres endroits similaires. Si vous avez des objets de grande valeur, munissez-vous d’un coffre-fort. Et assurez-vous que ce coffre-fort ne soit pas facilement transportable!

Attention aux médias sociaux

Ne sous-estimez pas les cambrioleurs. Les plus intelligents d’entre eux peuvent passer devant votre maison; si ceux-ci aiment ce qu’ils voient, ils peuvent faire une recherche rapide sur Internet pour trouver votre nom; une seconde recherche leur permet de vous trouver sur Facebook. Et plusieurs d’entre nous ont le mauvais réflexe de partager notre vie en entier sur les médias sociaux. Des posts du genre « Au-revoir Montréal! Ne me cherchez pas, je suis à Cuba pour deux semaines! », c’est de l’or en barre pour les voleurs. Attendez donc d’être revenu de votre voyage pour mettre des photos de la plage sur les médias sociaux!

Partis pour plusieurs jours? Voici quelques trucs…

Si vous partez pour plus d’une fin de semaine, assurez-vous de ne pas donner d’indices trop évidents aux cambrioleurs. Voici comment :

– L’hiver, un jardin couvert de neige, ou aucune trace de pas n’a été laissée depuis plusieurs jours, est un indice qu’il n’y a personne. Demandez à un voisin de venir faire un tour, et faites déneiger votre entrée même si vous n’y êtes pas.

– L’été, un gazon qui pousse depuis un mois est signe qu’il n’y a peut-être personne. Faites tondre votre gazon.

– Faites rediriger le courrier. Une boîte aux lettres trop pleine, c’est louche!

– Certains autres articles du même genre que celui-ci suggèrent de laisser une radio ou une télé allumée. Encore une fois, cette technique peut avoir l’effet inverse! Utilisez une minuterie là aussi.

Plusieurs gadgets existent… et certains sont très efficaces

La technologie est à notre service, et plusieurs gadgets sont très efficaces. En voici quelques-uns :

– Un système d’alarme, c’est toujours efficace. Certaines compagnies chargent le gros prix pour installer des systèmes d’alarme qui ne sont pas reliés aux policiers. Dans ce cas, vous pouvez peut-être en acheter un et l’installer vous-même… et économiser des centaines de dollars.

– Des caméras de sécurité peuvent non seulement décourager les cambrioleurs les plus vigilants, mais aussi faire baisser votre prime d’assurance. Pas d’argent pour des caméras? Achetez-en des fausses.

– Il existe des butoirs de porte à batterie qui émettent un son lorsqu’on tente d’ouvrir une porte. Ça pourrait être assez pour décourager certains voleurs…

– Comme mentionné ci-haut, certains suggèrent de garder une télé allumée. Mais les télés plasma ont une durée de vie relativement courte. Achetez-vous une fausse télé pour compenser! Faketv.com est très efficace.

Les cambrioleurs n’aiment pas les chiens

C’est bien connu, les cambrioleurs n’aiment pas les chiens. Mais si vous avez aménagé une petite porte pour que votre chien sorte dans le jardin, n’oubliez jamais de la barrer! Et puis, laisser Fido tout seul à la maison, c’est cruel. Peut-être qu’une simple pancarte « Prenez garde au chien » peut être assez décourageante?

Un vendeur un peu trop insistant? Restez aux aguets…

Les cambrioleurs d’expérience adorent prospecter avant d’investir les lieux de leur crime. Si un vendeur de balayeuses – ou un témoin de Jéhovah, ou quelqu’un qui fait du porte-à-porte – est trop insistant et demande à rentrer chez vous, restez sur vos gardes!

L’investissement ultime : portes et fenêtres sécurisées

Il s’agit peut-être d’une action un peu extrême, mais si vous avez des motifs raisonnables de croire que vous êtes dans une situation où les cambrioleurs voudraient cibler votre habitation en particulier, pensez à faire remplacer vos portes et fenêtres. La majorité des entrées par infraction sont faites au rez-de-chaussée, et les cambrioleurs n’hésitent jamais à briser une fenêtre s’ils sont certains de pouvoir en profiter. Des cadres de portes en métal, des portes d’entrée galvanisées, des fenêtres doubles : il existe plusieurs manières d’ajouter à la sécurité de votre maison.

Donnez une différente adresse au chauffeur de taxi

Finalement, dans certaines situations, il est possible que des chauffeurs de taxis soient de connivence avec des groupes de cambrioleurs. Il s’agit peut-être d’une précaution extrême, mais certains quartiers peuvent être sujets à plus d’activités criminelles. Si vous quittez en taxi pour la soirée, dans le but d’éviter que le chauffeur ne signale à ses complices que vous avez quitté et êtes au bar ou au restaurant, donnez toujours une adresse voisine au chauffeur. On ne sait jamais!

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Syed Adam Ahmed, 6 ans, voyageur à haut risque d’Air Canada


Il me semble que si un nom se retrouve dans une liste de surveillance dans un pays, il devrait avoir certaines informations telles que la photo, date de naissance, etc. Cela éviterait que ce genre de situation arrive surtout quand le nom recherché est le même que celui d’un enfant
Nuage

 

Syed Adam Ahmed, 6 ans, voyageur à haut risque d’Air Canada

 

Sulemaan Ahmed et son fils Syed, qui se trouve sur la liste de surveillance d'Air Canada à six ans.

Sulemaan Ahmed et son fils Syed, qui se trouve sur la liste de surveillance d’Air Canada à six ans. Photo :  Avec la permission de Sulemaan Ahmed

Un texte de Philippe de Montigny

Difficile de voyager quand on partage le nom d’un homme reconnu coupable d’actes terroristes. C’est ce qu’a constaté la famille de Syed Adam Ahmed, un garçon de six ans de Toronto, qui se trouve sur la liste de voyageurs à haut risque d’Air Canada.

Syed Adam Ahmed a six ans. Il est né à Toronto, mais adore les Canadiens de Montréal. Il est d’ailleurs allé à Boston avec son père pour la Classique hivernale.

Un voyage de rêve qui a toutefois bien mal commencé.

À l’aéroport Pearson de Toronto, le petit Ahmed a été interpellé par la sécurité et a bien failli ne pas partir, parce que son nom se trouve sur la liste de surveillance d’Air Canada, raconte son père Sulemaan Ahmed.

« Ce n’est pas mon Canada, ça, ce n’est pas correct », dit-il.

C’est que son fils porte presque le même nom que Syed Harris Ahmed, reconnu coupable en 2009 d’avoir fourni un appui matériel à une organisation terroriste et condamné à 12 ans de prison par un tribunal américain.

La liste de surveillance d’Air Canada s’applique peu importe l’âge, ce qui a même surpris les agents de sécurité.

« Ils ne pouvaient pas croire qu’ils devaient appeler un bureau pour un enfant qui a six ans, qui est né au Canada, qui est Canadien, afin de vérifier qu’il n’est pas un risque », affirme Sulemaan Ahmed, le père d’Adam.

Selon la famille Ahmed, cette histoire se répète presque chaque fois qu’Adam prend l’avion. Ses parents en ont assez.

« C’est épuisant de toujours avoir à prouver l’innocence de son fils. Il est victime de discrimination parce qu’il est musulman », déplore Khadija Cajee, la mère d’Adam, qui estime que son fils est stigmatisé en raison de sa religion.

Ses parents veulent surtout lui éviter des situations embarrassantes à l’avenir.

« Nous avons peur de ce qui va arriver à notre fils quand il sera plus âgé et qu’il aura 15, 16, 21 ans  »— Sulemaan Ahmed, le père d’Adam

Air Canada affirme qu’elle ne contrôle pas la liste en question.

Le ministre de la Sécurité publique du Canada mènera une enquête pour savoir comment le nom du jeune garçon s’est retrouvé sur cette liste.

http://ici.radio-canada.ca/

Comment apprendre la prudence à un enfant sans lui faire peur


Il y a eu une tentative d’enlèvement d’un très jeune enfant dans ma région en novembre dernier, heureusement, sa grande soeur à vu l’individu amener sa soeur et elle a donné l’alerte. On dit à nos enfants de faire attention en donnant nos consignes, mais quand ce genre de situation arrive près de chez soi, on voit l’importance de dire les choses simplement en rappelant de temps à autre des consignes
Nuage

 

Comment apprendre la prudence à un enfant sans lui faire peur

 

Un texte d’André Dalencour

La tentative d’enlèvement d’une fillette de deux ans dans un commerce de Gatineau, au début du mois de novembre, peut conduire nombre de parents à se questionner sur la façon d’aborder le concept de prudence avec leurs enfants. Voici quelques conseils pratiques pour vous aider à outiller vos tout-petits.

La directrice générale de l’organisme Enfant-Retour Québec, Pina Arcamone, qualifie sans détour cette histoire de « choquante », surtout au vu de l’âge de l’enfant. Selon elle, il ne faut pas pour autant se laisser aller à la panique.

« Nous savons que ce genre d’événement est extrêmement rare au Québec et au Canada. Mais chaque fois que cela se produit, ça nous rappelle que nos jeunes sont vulnérables et que nous devons prendre le temps de [les] outiller à reconnaître des situations à risque et leur donner les ressources nécessaires pour qu’ils puissent se garder en sécurité », explique-t-elle.

Mme Arcamone croit qu’il est important d’apprendre aux enfants à réagir, sans les effrayer ou leur faire peur. Quelques principes très simples peuvent permettre d’atteindre ces objectifs.

Choisir les bons mots

La directrice générale de l’organisme Enfant-Retour Québec admet que certains parents peuvent se montrer réticents à l’idée de parler de sécurité personnelle avec leurs enfants par crainte de freiner leur spontanéité.

« Ce que nous pouvons faire, c’est de s’assurer que notre enfant connaît, même à un an et demi, son nom au complet et [ceux] de maman et papa. Donc dans une situation d’urgence, on lui demanderait comment s’appelle ton papa par exemple, il pourra dire votre nom au complet au lieu de juste papa », détaille-t-elle.

Par ailleurs, Pina Arcamone n’est pas une partisane de l’expression « on ne parle pas aux étrangers ».

Elle estime qu’il s’agit d’un concept trop abstrait pour les plus jeunes. Selon elle, cela peut aussi envoyer un message contradictoire aux enfants dans la mesure où ils peuvent être amenés à échanger avec une personne qu’ils ne connaissent pas dans une situation urgente, par exemple s’ils sont perdus dans un centre commercial.

Des ressources en ligne

Fort de 30 ans d’expérience, Enfant-Retour Québec a développé des outils en ligne pour aider les parents à s’informer.

Une application gratuite appelée Enfant-Alerte a aussi été créée il y a trois ans. Elle permet aux parents de transporter dans leur téléphone intelligent un carnet d’identification de leurs enfants, avec une photographie.

En cas d’urgence, l’application offre la possibilité de transférer le profil complet de l’enfant aux autorités.

« C’est une application qui est vraiment facile à télécharger et ça ne prend que quelques secondes pour remplir les champs à compléter et sauvegarder sur votre téléphone », indique Pina Arcamone.

En mai 2015, Enfant-Retour Québec a fêté sa 30e année d’existence au Québec. Aujourd’hui, cet organisme est une référence pour les familles, les policiers, les éducateurs et les médias en matière de recherche d’enfants disparus, de prévention des disparitions et de l’exploitation. (Source : Enfant-Retour Québec)

http://ici.radio-canada.ca/

Affiches de campagnes de prévention qui ont marqué les esprits


On dit qu’une image vaut mille mots, certaines affiches envoient des messages clairs pour secouer nos valeurs, notre responsabilité …
Nuage

 

Affiches de campagnes de prévention qui ont marqué les esprits

 

La pub peut parfois se montrer créative. Et capable de soulever des consciences.

Références culturelles mondiales, « mots et phrases chocs », trompes l’œil, jeux de mots, thèmes phares du 21ème siècle… tout est bon pour nous faire réagir !

Voici une compilation des campagnes publicitaires les plus incisives du moment :

A destination des personnes handicapées, incapables de monter les escaliers : « Pour certains, ces marches, c’est comme gravir le Mont Everest ».

 

En référence aux arbres, « poumons » de la Terre  « Avant qu’il ne soit trop tard. »

« Ne lui parlez pas pendant qu’elle conduit. »

« Faire des Likes n’aide pas. Être volontaire peut changer une vie. »

« La Terre a chaud »

« Plus les enfants autistes évoluent longtemps sans aide, plus difficilement ils restent « à portée ».

« La pollution de l’air tue 60 000 personnes par an. »

« Sur internet, il y a des choses qui ne sont pas ce qu’elles semblent être. »

« Toutes les 60 secondes, une espèce disparaît. »

« Ignorons-nous. Ignorons les droits de l’Homme. »

« Le siège arrière n’est pas plus sécurisé. Attachez-vous. »

« Ca ne se déroule pas ici, ça se passe en ce moment ».

« Les sacs plastiques tuent. »

« Ca ne devrait pas être aussi dangereux ».

http://www.demotivateur.fr/

Un compte GMail piraté par un frigo Samsung


Plus nous avons des objets connectés, plus nous exposons à une intrusion via le Wi-Fi. Avons-nous vraiment besoin de toutes ces choses ?
Nuage

 

Un compte GMail piraté par un frigo Samsung

 

Ce réfrigérateur connecté de la marque Samsung (référence RF28HMELBSR) présente une faille de sécurité mise à jour par une équipe de chercheurs. L’appareil, qui permet notamment d’afficher son agenda Gmail, n’est pas capable de vérifier la validité du certificat SSL (Secure Sockets Layer). Conséquence : un cyberpirate pourrait, en théorie, pratiquer une attaque de type « homme du milieu » et dérober des identifiants de connexion. Ce scénario n’a pas été mis en pratique pour le moment. © Samsung

Ce réfrigérateur connecté de la marque Samsung (référence RF28HMELBSR) présente une faille de sécurité mise à jour par une équipe de chercheurs. L’appareil, qui permet notamment d’afficher son agenda Gmail, n’est pas capable de vérifier la validité du certificat SSL (Secure Sockets Layer). Conséquence : un cyberpirate pourrait, en théorie, pratiquer une attaque de type « homme du milieu » et dérober des identifiants de connexion. Ce scénario n’a pas été mis en pratique pour le moment. © Samsung

Lors de la dernière conférence DefCon, une équipe d’experts en sécurité a démontré la possibilité de pirater un compte de messagerie GMail via un modèle spécifique de réfrigérateur connecté Samsung. Bien que difficilement reproductible, ce piratage met en lumière les problématiques de sécurité inédites que pose l’avènement de l’Internet des objets.

Avec l’Internet des objets, il est désormais possible d’étendre le réseau des réseaux à toutes sortes d’appareils et de gadgets qui étaient jusqu’à présent « hors ligne ». Même les voitures deviennent connectées grâce aux progrès de l’électronique embarquée. Mais ce développement, qui ouvre de nouvelles perspectives en matière d’usage, néglige parfois un aspect fondamental : la sécurité.

Cela s’est encore manifesté récemment avec le piratage – dans le cadre d’une démonstration technique – d’un compte GMail via un réfrigérateur connecté. Construit par Samsung, le produit offre diverses fonctionnalités dont celui d’afficher l’agenda de son compte de courrier électronique. Le problème, c’est que l’appareil électroménager en question n’est pas capable de vérifier la validité ducertificat de sécurité SSL.

« Malgré la présence du protocole de sécurisation SSL, le réfrigérateur ne parvient pas à valider le certificat. Donc, des pirates parvenant à accéder au même réseau Wi-Fi que celui sur lequel se trouve le frigo […] peuvent opérer une attaque de type « homme du milieu » pour accéder au client affichant le calendrier sur le frigo et dérober les données de connexion [utilisées pour se connecter à Gmail, NDLR] », expliquent à The Register les chercheurs à l’origine de cette découverte.

Le secteur des objets connectés envahit peu à peu le monde de la cuisine. Certains ustensiles ont ainsi leur application dédiée. Ici, celle du robot de cuisine HomeCooker de Philips. © Philips Communications, Flickr, CC by-nc-nd 2.0
Le secteur des objets connectés envahit peu à peu le monde de la cuisine. Certains ustensiles ont ainsi leur application dédiée. Ici, celle du robot de cuisine HomeCooker de Philips. © Philips Communications, Flickr, CC by-nc-nd 2.0

La sécurité des réfrigérateurs déjà mise en cause

Bien sûr, la démonstration effectuée avec le réfrigérateur Samsung est difficilement reproductible dans la réalité au regard des multiples conditions à respecter. Il faut en effet que la cible possédant le réfrigérateur raccorde son compte GMail tandis que l’assaillant doit se trouver à portée du Wi-Fipour pouvoir tenter quelque chose. A priori, une attaque de cette nature n’est pas encore survenue.

Mis au courant de ce problème, Samsung a fait savoir qu’une analyse interne était en cours pour confirmer la découverte des chercheurs en sécurité et, le cas échéant, produire un correctif de sécurité.

Début 2014, la sécurité des frigos connectés avait déjà été questionnée après le piratage d’un réfrigérateur pour envoyer du spam. Quelques mois plus tard, ce sont les ampoules LIFX qui ont fait parler d’elles à la suite de la découverte d’une faille de sécurité qui aurait permis à un assaillant d’accéder ensuite au réseau Wi-Fi domestique.

http://www.futura-sciences.com/

Le Saviez-Vous ► Les 5 inventions les plus détestées d’internet


Il y a-t-il des choses que vous n’aimez pas sur Internet ? Surement les virus et les spams et quoi d’autres ?
Nuage

 

Les 5 inventions les plus détestées d’internet

 

Les 5 inventions les plus détestées d'internet

Photo Fotolia

Stéphanie Godbout

 

L’arrivée d’internet a changé notre façon de travailler, de s’informer, de magasiner, de communiquer.

Messagerie électronique, groupes de discussions, consultation d’informations, diffusion de vidéos, commerce électronique… le web a subi de nombreuses évolutions et innovations depuis son lancement, parfois pour le meilleur, mais hélas, aussi pour le pire.

Voici notre liste des cinq inventions d’Internet les plus détestées.

POURRIELS

Le 3 mai 1978, Gary Thuerk directeur marketing chez Digital Equipment Corp. décide d’envoyer un message à près de 400 utilisateurs d’ARPANET, l’ancêtre d’internet, afin de faire la promotion d’un nouvel ordinateur.

Considérant son message comme étant précurseur en matière de cybermarketing, Thuerk s’est pourtant attiré les foudres des destinataires de ce message non sollicité et de l’administration qui a qualifié la pratique de non conforme aux termes d’utilisation du réseau.

Il obtient donc malgré lui le titre d’inventeur du pourriel, terme créé et proposé en 1997 par l’Office québécois de la langue française comme équivalent à spam.

Près de 40 ans plus tard, les pourriels représentent plus de 70 % de tous les courriels envoyés. En juillet 2014, la Loi canadienne antipourriel (LCAP) entre en vigueur pour protéger les Canadiens, tout en veillant à ce que les entreprises puissent continuer de mener concurrence sur les marchés mondiaux.

FENÊTRES-PUB D’ENTRÉE

Qui n’a jamais ragé contre les fenêtres-pub intrusives qui affichent de la publicité sans crier gare?

Inventées dans les années 90 par Ethan Zuckerman (photo ci-haut) pour le site Tripod.com qu’il souhaitait monétiser, elles sont considérées comme étant l’invention la plus détestée du web.

À preuve, dans un article publié sur The Atlantic, son inventeur s’est excusées les avoir créées justifiant que ses intentions étaient bonnes.

TEST CAPTCHA

Certains diront que l’enfer est pavé de bonnes intentions!

Les CAPTCHAS, acronyme de l’anglais de Completely Automated Public Turing test to tell Computers and Humans Apart, sont inventés en 2000 par Luis von Ahn, Manuel Blum et Nicholas J. Hopper de l’université Carnegie-Mellon et par John Langford d’IBM.

Ayant pour but de vérifier, de façon automatisée, qu’il s’agit bien d’un utilisateur en chair et en os et non d’un ordinateur, ils peuvent néanmoins être difficiles à décrypter, particulièrement pour les personnes atteintes de dyslexie.

Aujourd’hui, nous consacrons collectivement 500 000 heures par jour à tenter de prouver que nous sommes bel et bien humains…

VIRUS

Une simple blague serait à l’origine d’Elk Cloner, le premier virus informatique connu. Rich Skrenta, un étudiant de 15 ans passionné de programmation, reçoit en 1980 un Apple II comme cadeau de Noël.

Il se met à créer des jeux puis décide en 1982 d’en modifier un pour qu’il affiche un message personnel ou qu’il puisse éteindre le système…

Aujourd’hui, on évalue les coûts de la cybercriminalité à plus de 400 milliards de dollars par an alors que le marché mondial du logiciel de sécurité est estimé à près de 20 milliards.

TÉMOINS

En 1994, les sites web faisaient face à un problème majeur; chaque visite sur le site était considérée comme s’il s’agissait de la première. Lou Montulli employé chez Netscape trouva une solution au problème en créant les témoins (cookies, en anglais).

Ces témoins, de petits fichiers temporaires créés par un serveur web et stockés dans l’ordinateur de l’utilisateur, offrent une expérience en ligne plus personnalisée en proposant notamment, des publicités ciblées à l’historique de consommation.

La contrepartie? L’intrusion dans l’anonymat et la vie privée des utilisateurs. Ainsi, afin de mieux protéger les renseignements personnels, une décision a été rendue par l’Union européenne en mai 2012.

Le site visité doit mentionner l’utilisation de témoins et préalablement obtenir le consentement de l’internaute avant d’enregistrer ses données de navigation.

http://fr.canoe.ca/

Le Saviez-vous ► Que nous rapportent vraiment les programmes spatiaux


Il y a des fois qu’on se demande pourquoi tant d’argent de dépenser autant d’argent pour les explorations spatiales. Disons que je suis septique sur cet acharnement de vouloir coloniser Mars, mais pour le voyage d’exploration, c’est quelque chose de fantastique. Mais, il est important de comprendre que ces explorations spatiales des divers projets ont changé aussi quelque chose pour nous, et ce, nous sommes bien loin de s’imaginer tout l’impact que cela a contribué dans notre quotidien. Voici quelques exemples … Mais tout n’est pas énuméré et il reste encore bien des choses à découvrir
Nuage

 

Que nous rapportent vraiment les programmes spatiaux

Pas une journée ne s’écoule sans qu’un astronome ou un chercheur ne se voit  poser cette question : à quoi ça sert d’investir dans les programmes spatiaux ? Quels sont les bénéfices pour l’humanité ? Ou encore : ça coûte cher, on ferait mieux de s’occuper de ceux qui meurt de faim dans notre propre pays etc. Avec la crise, ce genre de discours se généralise de plus en plus et il est donc indispensable d’apporter un éclairage complet sur cette question.

En plus des acquis incroyables pour la connaissance humaine et pour la science, il faut bien comprendre que l’exploration spatiale bénéficie à toute l’humanité, à tous les niveaux, aussi bien économique qu’environnemental, pour l’industrie ou pour les entreprises, pour la médecine ou pour l’agriculture. Et toutes ces avancées ne sont pas exclusivement le résultat du programme Apollo.

Ce que l’espace apporte à notre vie quotidienne

Nous venons de voir que les technologies développées pour l’espace pouvaient avoir des applications médicales. Et quand on parle d’espace, on pense tout de suite aux satellites et à ce qu’ils nous permettent de réaliser. Grâce à eux, nous avons accès à des données qui permettent chaque année de sauver des milliers de vies humaines. Les satellites météo permettent de prédire les catastrophes naturelles, comme les inondations, les orages, les tornades, les typhons. Ils permettent également de repérer des incendies ou d’analyser leur étendu. Les humains peuvent dans ces conditions êtres prévenus en amont et des mesures de protections peuvent être mises en place.

satellite GPS bénéfice

Le GPS, le Global Positioning System, permet chaque jour de sauver des vies.

L’humanité en dépend pour les transports maritimes. Il a été inventé dès le premier satellite mis en orbite, Spoutnik en 1957. Les changements dans la fréquence radio ont aidé les scientifiques américains à suivre Spoutnik à la trace. C’est le résultat de l’effet Doppler, qui est un changement de fréquence des ondes sonores ou lumineuses selon les changements de position.  Ce principe a permis d’élaborer le système de navigation maritime baptisé TRANSIT conçu pour les sous-marins. Le GPS pour la navigation a été développé par la défense américaine dans les années 1970, ce qui a conduit au lancement du premier satellite GPS en 1978.

De nombreux marins ont également été sauvés grâce au canot de sauvetage développé par la NASA pour récupérer les astronautes en mer. Ce canot peut se gonfler en 12 secondes. Et même des vents forts et une grosse mer ne peuvent le retourner.

Bien sûr, les satellites sont aussi devenus nécessaires pour la télévision, les stations radio, le téléphone…

L’agriculture aussi dépend maintenant des satellites et de l’espace.

Les différentes caméras élaborées pour explorer la composition des planètes lointaines servent aussi à déterminer si des plantes ont besoin d’eau, d’insecticide. Aujourd’hui, les agriculteurs peuvent savoir quelle zone de leur parcelle a besoin d’attention, d’engrais, d’eau, etc.

L’environnement doit aussi beaucoup à l’espace. 

Quand les américains ont démantelé le lanceur Saturn 1B, ils ont découvert quelques années plus tard, que la peinture contenait des polychlorobiphényles (PCB), des polluants d’une grande toxicité qui empoisonnait le sol. Des scientifiques ont donc développé une pâte capable d’extraire le PCB de la peinture sans endommager la peinture elle-même. Ce système a depuis été légèrement transformé et il est régulièrement utilisé pour supprimer de nombreuses formes de contaminations sur terre.

Au CADMOS par exemple, j’ai pu voir personnellement une expérience qui est actuellement menée dans l’espace. L’objet de cette expérience est d’étudier le comportement du goudron sans gravité afin de trouver un moyen qui permettra dans les années à venir de recycler le goudron.

Les pneus de nos voitures utilisent aussi une technologie initialement inventée pour le parachute de Viking sur Mars. Ces parachutes étaient fabriqués avec une fibre qui sert aujourd’hui dans le pneu « radial » qui ont une durée de vie bien plus longue que les pneus classiques.

La détection de ressources naturelles se fait également depuis les satellites aujourd’hui. Et trouver du pétrole ou de l’eau qui se trouvent en profondeur sous la croûte terrestre est envisageable sans creuser n’importe au petit bonheur la chance. sans

Il ne faut pas oublier que les satellites doivent être régulièrement remplacés. Ainsi, si nous voulons continuer de vivre avec le même confort et la même sécurité, nous sommes aujourd’hui « obligés » d’envoyer de nouveaux satellites pour prendre le relais des satellites en fin de vie.

L’électronique

L’exploration spatiale a permis qu »aujourd’hui nous ayons des téléphones portables dans nos poches ou des ordinateurs dans des sacs. Les astronautes ont fabriqués dans les navettes spatiale ou dans la Station spatiale internationales des composants électroniques miniatures  qui ne pouvaient être fabriqués que dans l’espace. De plus, la nécessité de réduire le poids embarqué à bord des fusées a largement contribué à la miniaturisation des composants, ainsi qu’à l’invention des microprocesseurs et des ordinateurs modernes. Les piles à combustible inventées pour les programmes spatiaux sont actuellement à l’étude pour alimenter nos voitures à la place du pétrole.

CCD astronomie bénéfice apport espace

Charge-Couple Device, CCD

Concrètement, les CCD (les capteurs photographiques) qui se trouvent sur les téléphones portables, convertissent un rayonnement électromagnétique en valeur numérique. Ces CCD étaient à l’origine développé pour l’astronomie. Les CCD sont aujourd’hui utilisés dans la plupart des appareils photos, webcams et téléphones.

Les technologies de l’information

Les systèmes d’information et de données d’observation de la Terre de la NASA enregistrent et archivent quotidiennement un grand nombre de données sur l’atmosphère terrestre, les océans et la végétation. Ces données cumulées représentent plus de 4,5 Pétabytes, soit les mêmes données que 90 millions de placard à 4 tiroirs remplis de papiers. (Et ces chiffres datent de 2010). Pour accéder simplement à ces données, la NASA a développé un logiciel capable de gérer un grand nombre d’informations. Aujourd’hui, les hôpitaux, les fournisseurs d’accès, les entreprises, les organisations utilise la même technologie pour conserver leurs informations.

Forth, le langage informatique développé pour le télescope de 11 mètres en haut de Kitt Peak, est actuellement utilisé par FedEx pour suivre les colis.

AT&T, le plus grand fournisseur de services téléphoniques aux États-Unis, utilise un logiciel développé par le National Optical Astronomy Observatory pour analyser ses ordinateurs.

La sécurité

fièvre aéroport astronomie espace

Un détecteur de fièvre dans un aéroport

Les ­télescopes européens Herschel et Plancks sont 10 fois plus sensibles dans le domaine infrarouge et dans celui des rayons gamma que ceux lancés avant eux. Ils pourraient être utilisés sur Terre pour la surveillance des forêts et la détection précoce des incendies. Ou encore dans les aéroports pour repérer les gens fiévreux.

La Terre est fragile et de nombreuses menaces peuvent remettre en cause son équilibre. La chute d’un astéroïde a déjà bouleversé cet équilibre à de nombreuses reprises et il y aura forcément un nouvel astéroïde qui viendra nous menacer.

Les lanceurs de fusée servent aujourd’hui à lutter contre les incendies. Rory Groonwald, l’ingénieur en chef d’Orbital Technologies Coroporation, a travaillé en partenariat avec le groupe de recherche des pompiers de l’armée de l’air américaine pour concevoir un système similaire à haute-pression pour éteindre un feu en quelques secondes. Cette technologie a réduit la quantité d’eau nécessaire.

Les aéroports utilisent les avancées technologiques initialement conçues pour l’astronomie. La technologie d’observation par rayon-X est utilisé sur les tapis des bagages des aéroports. Et la chromatographie à gaz (un instrument conçu pour mission martienne) est utilisée pour détecter les explosifs dans les bagages.

Sans oublier que sans les instruments développés pour l’astronomie, on ignorerait la présence du trou dans la couche d’ozone, ou encore la faible intensité du champ magnétique terrestre en Amérique du Sud.

Quelles applications l’espace peut avoir dans la médecine ?

De nombreuses recherches effectuées pour l’exploration spatiale ont eu des applications pratiques inattendues dans la médecine de tous les jours.

Cœur artificiel français

Cœur artificiel : une minuscule ­pompe d’assistance ventriculaire, utilisée dans les cœurs artificiels, est dérivée des pompes à carburant de la navette spatiale américaine (2000). Et le premier cœur artificiel français est développé par des ingénieurs d’EADS et de MATRA (2008).

Pompes à insuline : le design s’inspire du concept du laboratoire biologique du vaisseau spatial Viking (1986) et plus précisément sur le bras robotique mécanique. Pensez-y la prochaine fois que vous croiserez quelqu’un avec le diabète.

Les machines de dialyse : le système de recyclage des fluides lors des missions Apollo na servi à élaborer le système de dialyse qui permet de filtrer les éléments toxiques de l’urine en cas d’insuffisance rénale.Cette technologie permet au patient de bénéficier d’une plus grande liberté pendant sa dialyse.

Détection des tumeurs : Lorsque le télescope Hubble a été mis en orbite, il était myope et ses images étaient floues. Les ingénieurs ont alors mis au point un logiciel pour améliorer la lecture des images. Ce logiciel est aujourd’hui utilisé en radiographie pour détecter des tumeurs cancéreuses à un stade très précoce. Cette technologie a permis de sauver des milliers de vie et justifie presque à elle seule l’investissement dans le spatial.

Les IRM :  La NASA n’a pas inventé l’IRM, mais l’agence spatiale a grandement amélioré la technologie. Dans le milieu des années 1960, le Jet Propulsion Laboratory de la NASA a mis au point un système de traitement d’images numériques afin de permettre aux ordinateurs d’agrandir les photos de la Lune. Aujourd’hui, ce procédé sert à créer et à améliorer les images des organes du corps humain dans les tomographies axiales informatisées et les IRM.

Pacemakers : le premier pacemaker utilise de nombreuses innovations développées par la NASA. Le pacemaker intègre une batterie rechargeable à longue durée directement inspiré des systèmes électriques des vaisseaux Apollo, une puce résultat de la miniaturisation développée grâce aux programmes spatiaux,  et un système de télémétrie bidirectionnelle utilisé pour communiquer avec les satellites. (1995)

Les matériaux à mémoire de forme servent bien sur pour nos matelas et aujourd’hui, notre qualité de sommeil s’est grandement amélioré. Ces matériaux étaient développés pour réduire la force des impacts quand les vaisseaux atterrissaient. Ils sont aujourd’hui également utilisés pour les voitures, les casques de moto ou les selles de chevaux.

D’autres alliages en nickel et en titane à mémoire de forme ont des propriétés intéressantes. Ils sont capables de revenir à leur état initial après avoir été déformé. Ils servent par exemple à fabriquer des « stents », des petits tubes que l’on glisse dans les artères pour les déboucher. On réduit leur taille avant de les poser, et ils reprennent leur forme sous l’action de la chaleur du corps. Certaine agrafes chirurgicales utilisent ce même matériaux développé à l’origine pour l’exploration spatiale. Et il y a actuellement d’autres voies en cours d’exploration, comme les vêtements. A suivre…

En construisant des télescope spatiaux, il a fallu inventer des environnement extrêmement propres pour éviter que des particules de poussières viennent obscurcir les miroirs ou les instruments. Des méthodes identiques sont utilisées dans les hôpitaux et les laboratoires pharmaceutiques.

Bien sûr, cette liste n’est pas exhaustive. Le nombre d’application est absolument incalculable.

Conclusion

Le champ d’application des avancées liées à l’exploration spatiale ou à l’observation de l’univers est absolument gigantesque. Il est dit que chaque euro dépensé dans la recherche spatiale rapporte de 4 à 20 euros dans les 10 ans qui suivent. s’il y a bien un domaine qui peut nous aider à sortir de la crise et à regarder l »avenir avec espoir, c’est bien celui-ci. En plus, il ne faut pas sous-estimer le sens que donnent ces recherches à notre humanité. En cherchant à découvrir de nouvelles planètes habitables ou habitées, nous avons découverts que nous étions nous-mêmes de la poussière d’étoiles. Les hommes que nous envoyons dans l’espace sont également une source d’inspiration qui nous rappelle sans cesse que l’homme est un explorateur, physiquement et intellectuellement. En regardant au-delà de notre planète, nous découvrons que l’univers est immense et que nous sommes juste un minuscule fragment mais que nous en faisons partie. L’autre chose, c’est que la vie est rare et précieuse et que la Terre, notre maison, doit donc être protégée.

http://www.sciences-mag.fr/

Le Saviez-Vous ► Pourquoi les chats aiment-ils les boîtes ?


Si vous avez des boîtes vides, n’hésitez pas à le donner au chat avant de les envoyer au recyclage. Les boîtes sont beaucoup plus qu’un jouet pour ces boules de poils, c’est un confort, une sécurité, une cachette
Nuage

Pourquoi les chats aiment-ils les boîtes ?

Les chats ne se contentent pas d’aimer les boîtes. Ils en ont besoin. © Jan Håkan Dahlström / BILDHUSET / SCANPIX / AFP

 par Ronan Dayon

Une étude néerlandaise vient de démontrer que les boîtes permettent de réduire le niveau de stress des chats.

Explications.

JOUET. Tous les amis des chats le savent : les félins domestiques sont des fans inconditionnels des boîtes, notamment en carton, grandes ou petites, voire même trop petites pour eux… Presque aucun jouet ne suscite autant leur attention. Ce comportement, souvent amusant, a d’ailleurs fait l’objet de nombreuses vidéos à succès sur Internet (voir ci-dessous). Mais pourquoi les chats aiment-ils tant se pelotonner dans une boîte ? Claudia Vinke, vétérinaire à l’université d’Utrecht, aux Pays-Bas, a tenté d’y répondre dans une étude menée au sein d’un refuge pour animaux. 19 chats, nouvellement arrivés au refuge, ont été séparés en deux groupes. Des boîtes ont été fournies au premier groupe. Mais pas au deuxième. Les scientifiques ont alors constaté qu’au bout de plusieurs jours, les chats qui disposent de boîtes sont moins stressés. Mais aussi qu’ils s’habituent plus vite à leur nouvel environnement et qu’ils sont plus prompts à interagir avec les humains.

Dans ce cas, la boîte agit comme « un mécanisme d’adaptation », selon la chercheuse.

STRESS. Mais qu’en est-il quand le chat n’est pas en situation de stress ? La recherche d’un espace confiné est un comportement instinctif pour le chat. Dans la nature, un espace clos permet de se cacher des prédateurs et ainsi d’augmenter ses chances de survie. Mais aussi de tendre une embuscade à une proie.

L’attirance des chats pour les boîtes peut aussi s’expliquer pour des raisons de confort. Les lieux restreints et clos retiennent la chaleur dont les chats ont besoin. Leur température de confort se situe en effet entre 30 et 36°C. Les félins peuvent aussi trouver une forme de sécurité dans un espace clos. Ce qui leur permet de pratiquer leur activité favorite : dormir (entre 18 et 20h par jour). En définitive, les chats ne considèrent pas seulement les boîtes comme de simples jouets, mais également comme un abri. Aussi, il apparaît qu’ils en ont besoin pour leur bien-être. Alors un conseil, ne jetez plus vos boîtes en carton. Donnez-les à votre chat ! 

http://www.sciencesetavenir.fr/