Une lettre "écrite par Satan" au 17ème siècle vient d’être décodée


En 1676 une soeur a écrit inconsciemment semble t’il une lettre avec un mélange de latin, grec ancien et arabe. Elle croyait être possédée du démon. Cela a pris plusieurs siècles avant d’être décrypté avec un logiciel qui laisse plané que la religieuse avait probablement un trouble mental
Nuage

 

Une lettre « écrite par Satan » au 17ème siècle vient d’être décodée

 

© thinkstock.

Un sombre matin de 1676, Soeur Maria s’est réveillée le visage couvert d’encre avec une mystérieuse lettre dans la main.

Née Isabella Tomasi en 1645, elle est devenue Soeur Maria Crocifissa della Concezione lorsqu’elle est entrée dans les ordres au Couvent des Bénédictines situé dans la commune de Palma di Montechiaro en Sicile. Selon la légende, le 11 août 1676, Soeur Maria s’est réveillée en découvrant une lettre qu’elle ne se souvenait pas d’avoir écrite. Sur le papier se trouvait un code étrange et indéchiffrable, ce qui l’a poussée à croire qu’elle avait été possédée par un démon.

Depuis plus de 300 ans, des scientifiques, des universitaires et des spécialistes des sciences occultes ont tenté de percer le mystère de cet alphabet inconnu, en vain. Mais il y a quelques jours, une équipe d’informaticiens italiens du Ludum Science Center a annoncé au monde entier son interprétation de la « lettre du diable ». C’est grâce à un logiciel du dark web qu’ils ont pu enfin traduire une quinzaine de lignes.

« On peut trouver de tout sur le dark web, de la drogue, de la prostitution, de la pédophilie, et aussi des programmes utilisés par les services de renseignement pour déchiffrer les messages secrets, comme celui que nous avons utilisé », a expliqué Daniele Abate, le directeur du centre, sur les ondes de la radio italienne 105.

La lettre écrite par Soeur Maria contenait des traces de latin, de grec ancien, d’arabe et d’alphabet runique.

« Dieu pense qu’il peut libérer les mortels. Le système ne marche pour personne. Peut-être que maintenant, le Styx est certain », aurait donc voulu nous dire Belzébuth.

Le texte décrit aussi Dieu, Jésus et le Saint-Esprit comme des « poids morts » et encourage donc la nonne à abandonner la religion selon le site du Times.

Pour Daniele Abate, cette traduction démontre surtout que Soeur Maria était une linguiste plutôt douée et peut-être légèrement schizophrène. Il poursuit:

« Ma théorie est qu’il s’agit d’un alphabet précis, inventé par la nonne avec beaucoup de soin, en mélangeant des symboles qu’elle connaissait. Chaque symbole est bien pensé et structuré, il y a des signes qui se répètent, et cela montre une initiative soit intentionnelle, soit inconsciente. La vie dans le monastère était sans doute très stressante. »

http://www.7sur7.be/

Les gros dormeurs font plus de cauchemars


Il y a beaucoup de facteurs qui peuvent faire des cauchemars pendant le sommeil paradoxal. Les maladies psychiatriques, la détresse psychologique, les soucis etc. Cependant, il semble que les soucis, l’inquiétude et le nombre d’heure de sommeil, c’est à dire 9 heures et plus, augmenterais les risques de mauvais rêves
Nuage

 

Les gros dormeurs font plus de cauchemars

 

Marie-Céline Jacquier
Journaliste

Cauchemars seraient plus fréquents chez les personnes qui dorment plus de neuf heures par nuit, selon des chercheurs britanniques, qui ont repéré aussi d’autres facteurs. Donc, si vous faites trop de cauchemars, faites sonner votre réveil plus tôt…

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Les cauchemars sont plus fréquents après un traumatisme ou en cas de troubles psychiques.
  • Une étude sur plus de 800 personnes montre que les soucis quotidiens et la durée du sommeil sont liés aux cauchemars.
  • Par ailleurs, plus le sommeil est long, plus la période de sommeil paradoxal le sera, ce qui pourrait être l’explication.

Personne n’aime faire des cauchemars. D’autant plus que ces mauvais rêves peuvent empêcher de profiter d’un sommeil réparateur. Les cauchemars sont fréquents après un évènement traumatisant ou stressant (décès d’un proche, examen…), et chez les personnes souffrant d’un choc post-traumatique (attentat, guerre, violences…). Mais beaucoup font des cauchemars de temps à autres et environ 5 % de la population en ferait toutes les semaines.

Les troubles psychiatriques sont associés à une fréquence de cauchemars plus élevée. Par exemple, la moitié des personnes qui ont une personnalité « limite » en feraient souvent et au moins 10 % des schizophrènes en seraient victimes. De plus, les cauchemars sont corrélés à la détresse psychologique, l’automutilation et les comportements suicidaires.

Mais quels facteurs favorisent les cauchemars ? Pour répondre à cette question, des chercheurs de l’université d’Oxford (Royaume-Uni) ont mené une étude sur les cauchemars au sein de la population générale. L’équipe a recruté 846 personnes par des annonces dans les médias et dans des bases de données de candidats pour des études sur le sommeil.

Les participants ont complété une enquête en ligne. Ils devaient par exemple indiquer le nombre et la gravité des cauchemars vécus au cours des deux semaines précédentes. Ils ont aussi répondu à des questions sur leur vie : divorce récent, tendance à se faire du souci, quantité de sommeil, consommation d’alcool Les résultats sont présentés dans la revue Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology.

Le sommeil paradoxal est le moment privilégié pour les rêves. Si la durée du sommeil est plus longue, le nombre de ces épisodes est plus grand, la probabilité de faire un cauchemar aussi. © lassedesignen, Fotolia

Le sommeil paradoxal est le moment privilégié pour les rêves. Si la durée du sommeil est plus longue, le nombre de ces épisodes est plus grand, la probabilité de faire un cauchemar aussi. © lassedesignen, Fotolia

Les soucis et un sommeil long favorisent les mauvais rêves

Sans surprise, le fait de s’inquiéter pour l’avenir était lié au risque de cauchemars et à leur gravité. C’était même le principal facteur associé aux cauchemars. En effet, si on rumine ses soucis en allant se coucher, cela alimente les rêves en éléments négatifs, d’où le plus grand nombre de cauchemars. Car les rêves sont souvent le reflet des expériences vécues la journée. Un cercle vicieux peut s’instaurer : les soucis quotidiens alimentent les cauchemars qui amplifient l’inquiétude le lendemain, etc.

L’équipe a aussi trouvé un lien, statistiquement plus faible, entre la fréquence des cauchemars et le fait de dormir plus de neuf heures par nuit. Une hypothèse est que le fait de dormir plus longtemps augmente le temps passé dans le sommeil paradoxal, phase du sommeil où les rêves sont les plus fréquents. Ce phénomène pourrait se combiner avec les soucis : les personnes qui font des cauchemars ont tendance à avoir un sommeil perturbé, ce qui accroît leurs soucis et les fait dormir plus le reste de la semaine, et ils font encore des cauchemars…

Le saviez-vous ?

Le sommeil paradoxal est un stade du cycle du sommeil pendant lequel ont lieu les rêves dont on se souvient. Il se caractérise notamment par des mouvements rapides des yeux (rapid eye mouvement ou REM, en anglais).

L’exercice physique n’a pas paru associé au risque de cauchemar, ni l’alcool, ce qui peut paraître surprenant. Les expériences hallucinogènes et la paranoia étaient, elles, associées aux cauchemars.

Les chercheurs conseillent donc aux personnes qui dorment plus de neuf heures et qui font beaucoup de cauchemars de se contraindre à dormir moins.

http://www.futura-sciences.com/

Psychopathes : un chercheur en neurosciences spécialiste de la question découvre qu’il en est un


Cela doit faire bizarre de faire des recherches des particularités du cerveau des psychopathes alors que ces données montrent justement que le scientifique est lui-même un psychopathe sans pour autant être un tueur .. Il démontre donc par ses résultats que la famille, l’environnement qu’un enfant tel que lui grandit peut faire toute la différence
Nuage

 

Psychopathes : un chercheur en neurosciences spécialiste de la question découvre qu’il en est un

 

psychopathes chercheur

Il fait des recherches sur les psychopathes… et découvre qu’il est lui-même un psychopathe. | David Jones via Getty Images

PSYCHOPATHE – C’est l’histoire de l’arroseur arrosé. Ou du scientifique qui mène tellement bien ses recherches qu’il en devient l’objet. Un après-midi d’octobre 2005, James Fallon regardait sereinement les scans de cerveaux de tueurs en série. Il ne faisait rien de plus que son travail, qui consistait à chercher un point commun dans le cerveau des psychopathes. Ce qu’il ne soupçonnait pas, c’est qu’il découvrirait que lui aussi, était un potentiel meurtrier.

James Fallon analysait donc des milliers d’images de cerveaux de meurtriers, certains schizophrènes ou dépressifs, d’autres avec des cerveaux normaux. Il raconte au Smithsonian que

« Par un heureux hasard, je faisais aussi une étude sur Alzheimer, et dans ce contexte, j’avais des scans de cerveau de moi et de toute ma famille juste sur mon bureau. »

Dans cette pile de scans de cerveaux de sa famille, il y en a un qui attire son attention. Sur ce scan, les zones du cerveau liées à l’empathie, à la moralité et au contrôle de soi, montrent une faible activité… Et ce sont ces zones qui sont en jeu dans la psychopathie. Il vérifie immédiatement s’il ne s’agit pas d’une erreur. Pas de bol, les scans sont tout à fait corrects.

Horreur, malheur, il y a un psychopathe dans sa famille.

Dans ce cas, il n’y a plus de secret qui compte. A bas l’anonymat, il décide de savoir à qui est ce cerveau. Et alors qu’il pensait certainement que les choses ne pourraient pas être pire… il s’avère que ce cerveau, c’est le sien. Il ne comprend pas, et remet même ses recherches en question:

« Je n’ai jamais tué ni violé qui que ce soit. Donc la première chose que j’ai pensé c’était que mon hypothèse était peut-être fausse, et que ces zones de cerveau ne reflètent pas la psychopathie ou un comportement meurtrier. »

James Fallon fait donc d’autres recherches, en psychopathie neurologique et comportementale. Il fait également des tests génétiques. Verdict: allèles qui prédisent un fort potentiel agressif, violent et peu d’empathie. Plus moyen de tourner autour du pot, il finit par l’admette: il est un psychopathe.

Un psychopathe d’accord, mais un bon psychopathe

Mais un bon psychopathe. Celui qu’il appelle le « psychopathe pro-social », c’est-à-dire qui a des difficultés pour l’empathie mais qui maintient un comportement social acceptable.

Comment expliquer que quelqu’un qui a un cerveau de psychopathe, n’est pas violent, mais stable, et réussit scientifiquement? James Fallon explique que le diagnostique est souvent flou: certains psychopathes ne tuent pas, mais ont simplement des comportements psychopathiques.

Et pour cause, James Fallon est loin d’être un ange.

« J’ai un esprit de compétition odieux. Je ne laisse pas mes petits-enfants gagner des jeux. Je suis une sorte d’enfoiré qui fait des trucs débiles qui gonflent les gens. »

D’accord, mais pourquoi, lui, parviendrait-il à tempérer son comportement psychopathique et pas les autres? C’est là qu’il invoque l’environnement, familial notamment, lui qui était fut un temps purement déterministe.

« J’étais aimé, et ça m’a protégé« , explique-t-il simplement. Sans oublier d’y ajouter une dose de libre arbitre: « Depuis que j’ai trouvé tout cela, j’ai fait un effort pour essayer de changer mon comportement. J’ai fait plus consciemment des choses qui sont considérées comme la bonne chose à faire, et pensé plus aux sentiments des autres. »

Au lieu de garder tout ça pour lui, James Fallon a donné une interview à la radio, et a même écrit un livre, « The Psychopath Inside« . Mais attention, précise-t-il:

« Je ne fais pas ça parce que je suis soudainement sympa, je fais ça par fierté – parce que je veux montrer à tout le monde et à moi-même que je peux me sortir de là. »

Au final, il admet lui-même que ce n’était pas vraiment une surprise. Il a toujours su qu’il adorait manipuler les gens. Et il a hérité d’une belle lignée de meurtriers dans sa famille, 7 au total, dont Lizzie Borden, célèbre accusée du meurtre à la hache de son père et de sa belle-mère en 1892.

Pour conclure, on rappellera que le site d’information bidon Le Gorafi avait ainsi titré un article:

« Une profileuse découvre qu’elle était elle-même responsable de six meurtres, trois braquages et deux enlèvements « .

Comme quoi, la réalité rattrape parfois la fiction.

http://www.huffingtonpost.fr/

La méditation ne convient pas à tout le monde


La méditation a beaucoup d’aspect positifs mais probablement qu’on ne s’imagine pas qu’ils peut avoir des effets négatifs, voir carrément nocifs pour certaines personnes qui sont fragile mentalement
Nuage

 

La méditation ne convient pas à tout le monde

 

© Lucy Nicholson / Reuters/REUTERS

Il n’existe pas une forme unique de méditation, mais bien plutôt plusieurs techniques méditatives, héritées de traditions différentes – zen, chrétienne, bouddhiste…

Pascale Senk

Cette pratique spirituelle peut déstabiliser certaines personnes fragiles psychologiquement. Il est donc préférable de s’adresser à des spécialistes pour commencer.

La méditation est à la mode et les guides expliquant comment elle peut être utilisée pour mieux gérer son budget ou réussir son régime amincissant fleurissent. Il est vrai que chaque jour de nouvelles études scientifiques confirment ses bienfaits sur la santé: la méditation diminue les risques de maladie cardio-vasculaire, renforce le cerveau, rend plus créatif… Loin d’être anodine, elle est au contraire un puissant catalyseur de l’état intérieur. Aussi est-il important de connaître aussi ses contre-indications.

«Contrairement à ce que beaucoup croient, la méditation ne mène pas d’emblée au calme, explique Frédéric Munoz, psychologue et psychanalyste spécialiste en psychologie bouddhique. Elle permet au contraire d’aller très vite au cœur de ses tempêtes.» Ce sont donc évidemment les personnes fragiles ou en période de crise psychique qui devront être accompagnées si elles souhaitent s’initier au «retour à soi».

Phobies, angoisses: des signes qui doivent alerter

 

D’abord, il leur faut savoir qu’il n’existe pas une forme unique de méditation, mais bien plutôt plusieurs techniques méditatives, héritées de traditions différentes – zen, chrétienne, bouddhiste… – et qui reposent sur des démarches très différentes. Certaines préconisent de focaliser son attention sur un objet, d’autres invitent à «marcher en conscience», ou à répéter intérieurement une phrase, etc.

Parmi cet éventail, certaines approches seront à éviter pour certains types de personnes.

«Quelqu’un qui souffre de troubles de la dissociation sans qu’on sache s’ils sont structurels ou symptomatiques peut se retrouver aux urgences après avoir été incité à fermer les yeux et à se concentrer sur sa respiration», affirme Cyril Tarquinio, professeur en psychologie de la santé.

À risque aussi, bien évidemment, les personnes psychotiques et schizophrènes, mais aussi celles qui souffrent d’importants troubles anxieux et de phobies.

«Quelqu’un qui subit des états anxieux majeurs est incapable de chercher à atteindre le calme mental sans avoir une crise d’angoisse», rappelle Frédéric Munoz, qui a l’expérience de ces «ratées» de la méditation:

il est régulièrement appelé dans des centres de retraites pour «récupérer» quelques méditants pris de délire mystique ou en plein épisode de décompensation.

Ne pas se lancer seul

 

Le psychologue recommande donc, si l’on désire s’initier à une technique méditative, de le faire en étant accompagné par un instructeur expérimenté, de s’adresser pour cela à une fédération, un dojo, un monastère où l’on peut aussi pratiquer en groupe…

Pour les personnes qui se sentent plus fragiles, Frédéric Munoz suggère un accompagnement à double approche: méditative et clinique. Il a d’ailleurs créé avec des collègues psychiatres et psychologues un réseau de professionnels formés en ce sens (www.convivence.fr). Cette double approche est en plein essor et rassemble de très grands noms du bouddhisme et de la psychologie. Ainsi, les 29 et 30 juin, ils seront réunis pour deux jours de colloque autour de Jack Kornfield, auteur de Bouddha, mode d’emploi (éd. Belfond), l’un des plus grands connaisseurs actuels de la méditation.

http://sante.lefigaro.fr

Maladie mentale ► Des personnes dangereuses pour leur entourage


La schizophrénie est une maladie insidieuse qu’une famille qui malgré leur amour, l’aide ne peut pas prévoir, ni se préparer quand les délires de ces personnes malades se font de plus en plus fort. Manque de ressources, manque de soins, manque de suivi externe peuvent aboutir a des drames extrême tel qu’a connu le petit village de Saint-Romain
Nuage

 

Maladie mentale  ► Des personnes dangereuses pour leur entourage?

 

Maladie mentale - Des personnes dangereuses pour leur entourage?

Pascal Morin

© Pier-Yves Carbonneau-Valade/ Agence QMI

MONTRÉAL – L’horrible drame survenu en fin de semaine à Saint-Romain a relancé le débat sur le suivi et l’encadrement apportés aux personnes aux prises avec une maladie mentale.

Le suspect du triple meurtre, Pascal Morin, subit actuellement une évaluation psychiatrique, à la suite de laquelle on saura s’il est apte à comparaître et s’il est criminellement responsable de ses actes.

L’homme de 35 ans a été formellement accusé lundi des meurtres de sa mère Ginette Roy-Morin, 70 ans, et de ses nièces, Laurence, 11 ans, et Juliette, 8 ans, dont les funérailles auront lieu samedi, à 15h, en l’église de Saint-Sébastien.

Au milieu des années 80, le gouvernement avait entamé ce qu’on appelle la désinstitutionalisation et, depuis, certaines personnes atteintes de problèmes de santé mentale ne vivent plus dans des établissements spécialisés. Elles sont parfois laissées à elles-mêmes, faute de ressources pour les accompagner.

Le sénateur conservateur Pierre-Hugues Boisvenu a blâmé le gouvernement provincial pour ces plus récents événements et pour ceux qui touchent les régions de l’Estrie et du Centre-du-Québec depuis une dizaine d’années.

«Le Québec est bon premier, par une très forte marge, au chapitre des crimes commis par des gens trouvés non responsables en raison de troubles mentaux, a affirmé M. Boisvenu. 45 % des quelque 1200 cas répertoriés au pays depuis l’entrée en vigueur de l’article 16 dans le Code criminel il y a vingt ans, sont survenus au Québec.»

Le sénateur dénonce la désinstitutionnalisation orchestrée par l’État qui a conduit à la fermeture de 50% des lits en psychiatrie.

«Il y a des gens gravement malades, schizophrènes, dont les familles ne peuvent prendre soin et qui nécessiteraient une hospitalisation, mais faute de budget, les services ne sont pas là.»

Me Bruno Langelier qui a monté trois dossiers de non-responsabilité criminelle entre 2002 et 2006 à Victoriaville va dans le même sens.

«Il est extrêmement dangereux de confier aux parents, souvent âgés, le suivi à l’externe de leur enfant psychotique. Il faut de l’aide spécialisée afin de s’assurer que ceux qui sont malades prennent leur médication. Dans 99% des cas, le schizophrène qui souffre d’un délire va s’en prendre à un proche ou un membre de son entourage.»

Depuis le début des années 2000, on recense au Québec plus d’une cinquantaine de meurtres commis par une ou des personnes souffrant d’un problème de santé mentale

 

http://fr.canoe.ca