Le Saviez-Vous ► Fuites de données : cinq grands scandales des dernières années


Il serait faux à mon avis de croire que même avec le meilleur système de sécurité que nous n’avons rien à craindre avec Internet. Avec les années, les pirates nous démontre que rien n’est secret et que les données personnelles volées valent une mine d’or

Nuage


Fuites de données : cinq grands scandales des dernières années


Un homme travaille sur un ordinateur portable.

Les fuites de données se sont multipliées dans le monde au cours des 10 dernières années. Photo: Radio-Canada

Radio-Canada

Le Mouvement Desjardins a annoncé jeudi qu’un employé malveillant a volé les données personnelles de 2,9 millions de membres. Bien que cette affaire touche plusieurs Québécois, les fuites de données se sont multipliées dans le monde au cours des 10 dernières années.

Retour sur certains de ces scandales.

1. Le scandale Facebook-Cambridge Analytica

En mars 2018, le réseau social Facebook a fait face à un scandale majeur concernant la gestion des données de ses utilisateurs. On apprenait alors que la société britannique Cambridge Analytica a collecté les données de plus de 50 millions d’utilisateurs du célèbre réseau social, sans autorisation, afin de bâtir un programme informatique permettant de prédire et d’influencer le choix des électeurs américains.

À la suite de ces révélations, le dirigeant Mark Zuckerberg a dû amorcer un virage majeur vers une plateforme plus soucieuse de la vie privée et plusieurs mesures correctives ont été apportées au réseau social.

En avril 2019, Facebook affirmait s’attendre à devoir payer de trois à cinq milliards de dollars américains d’amende aux États-Unis pour avoir enfreint un accord datant de 2011 et assurant le « respect des données personnelles et la transparence quant à leur utilisation à des fins publicitaires ».

Un cadenas est déverrouillé devant le logo d'Equifax.La faille de sécurité informatique à Equifax a touché plus de 143 millions de personnes dans le monde. Photo : Reuters / Dado Ruvic

2. 143 millions de clients touchés par un acte de piratage à Equifax

En septembre 2017, l’agence de renseignements de crédit Equifax a annoncé avoir subi un piratage informatique ayant touché plus de 143 millions de clients américains, canadiens et britanniques.

Les pirates ont obtenu noms, numéros de sécurité sociale, dates de naissance ou numéros de permis de conduire. Ils ont également eu accès aux documents de crédit de près de 182 000 personnes. Equifax estimait que 209 000 clients américains avaient été victimes d’un piratage de leur carte de crédit.

Dès l’annonce de cette attaque majeure, le titre de la multinationale américaine, qui stockait les données de plus de 820 millions de consommateurs dans le monde, a subi une importante chute à la bourse.

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a conclu qu’Equifax avait enfreint la loi canadienne sur la protection de la vie privée et s’était dérobée de ses obligations envers les Canadiens pendant et après la cyberattaque en 2017.

« Compte tenu de la grande quantité de renseignements personnels extrêmement sensibles détenus par Equifax et de son rôle essentiel dans le secteur financier en tant qu’agence d’évaluation du crédit, il était totalement inacceptable de constater des lacunes aussi importantes dans les pratiques de l’entreprise en matière de protection de la vie privée et de sécurité », avait déclaré le commissaire Daniel Therrien.

Un véhicule Uber dans les rues de New YorkUn véhicule Uber Photo : Getty Images / Spencer Platt

3. Les données de 57 millions de personnes dérobées chez Uber

En octobre 2016, le géant Uber a été victime d’un piratage massif au cours duquel les informations de 57 millions de personnes, chauffeurs comme clients, ont été dérobées.

Une affaire que l’entreprise de San Francisco a tenté d’étouffer, puisque c’est l’agence Bloomberg qui a révélé la cyberattaque en novembre 2017, soit un an après les faits. La compagnie avait offert 100 000 $ US aux pirates afin que ceux-ci détruisent les données et n’ébruitent pas cette intrusion.

Selon Uber, les informations dérobées n’ont jamais été utilisées. La compagnie a toutefois dû licencier le responsable de la sécurité et embaucher des spécialistes, dont un ancien responsable de l’Agence de sécurité nationale américaine, afin d’éviter que de nouvelles attaques se reproduisent.

Un homme regarde le site de rencontres Ashley Madison.L’entreprise torontoise Ruby Corp., société mère du site Ashley Madison, a conclu une entente avec les autorités américaines en décembre 2016. Photo : La Presse canadienne / Graeme Roy

4. Ashley Madison et ses millions de clients infidèles

À l’été 2015, une cyberattaque des plus délicates a mené au dévoilement de renseignements personnels de millions de clients du site de rencontres extraconjugales Ashley Madison. Une tempête a alors déferlé sur cette entreprise dont le siège social se trouve à Toronto. En fait, Ruby Corp., société mère du site de rencontres, soutient avoir perdu le quart de ses revenus annuels.

Ruby Corp. a dû verser plus de 1,6 million de dollars américains à la Commission fédérale du commerce des États-Unis pour régler l’enquête dont elle faisait l’objet.

Cette entente, rappelait-on en décembre 2016, ne constituait pas un aveu de responsabilité et l’entreprise niait les allégations de la commission fédérale et de plusieurs procureurs américains.

En vertu de l’entente, Ruby s’engageait à assurer la sécurité complète des renseignements personnels qu’elle conservait et à ne plus adopter de « pratiques commerciales qui auraient pu tromper les consommateurs ».

Le siège social de Yahoo!, à Sunnyvale, en Californie, en janvier 2015Le siège social de Yahoo!, à Sunnyvale, en Californie Photo : AP/Marcio Jose Sanchez

5. 1,5 milliard de comptes piratés chez Yahoo

Après une fuite de données personnelles sur 500 millions de comptes à la fin de 2014, la société révélait en 2016 qu’un autre vol, deux fois plus important, avait eu lieu un an et demi plus tôt, soit en août 2013.

De nombreuses informations tirées des comptes d’utilisateurs piratés auraient été vendues illégalement et à prix d’or sur le marché noir. L’obtention des informations d’utilisateurs avait permis aux pirates d’entrer dans les comptes Yahoo! et dans tous les comptes du même utilisateur possédant un seul mot de passe.

https://ici.radio-canada.ca/

Le Saviez-Vous ► L’étonnante signification des fleurs


Si on veut envoyer un message d’une façon originale, on peut se servir des fleurs. Les fleurs peuvent être un symbole d’amour, vertu, la persévérance …
Nuage

 

L’étonnante signification des fleurs

 

L’ellébore est une fleur à surveiller car elle symbolise le scandale. © getty.

Jeanne Poma

Il y a la fleur de l’amour, de la chasteté, mais aussi de la passion et de la trahison. Saviez-vous que la lavande était la plus aphrodisiaque des fleurs? Avant d’offrir votre prochain bouquet, penchez-vous sur ce petit guide du langage des fleurs.

Les orchidées

Considérées comme un symbole de virilité depuis la Grèce antique, elles séduisent pour leur forme exotique et sensuelle. 

Le mimosa

Bien qu’il soit le symbole du 8 mars, il est associé à la chasteté car sa petite fleur est délicate et se ferme la nuit ou quand on la touche. 

Le lys blanc

Ses pétales blancs évoquent la pureté. La fleur de lys était aussi le symbole de la monarchie française. 

L’iris

Tout dépend de la couleur. Violet, l’iris représente la sagesse, c’est une manière de faire un compliment. Bleu, il devient un symbole de foi et d’espoir. Jaune, c’est la passion. Blanc, il représente la pureté. 

Les marguerites

Elles sont associées à l’innocence de l’enfance. Ce sont aussi les fleurs les plus proches du soleil. 

L’ellébore

Une fleur à surveiller car elle symbolise le scandale. Ceux qui le reçoivent devraient l’interpréter comme une volonté de surmonter une catastrophe qui est sur le point d’arriver de la part de celui qui l’offre. 

La rose

Un symbole d’amour passionné quand elle est rouge. Blanche, elle représente la vertu et la chasteté. Jaune, elle annonce une bonne nouvelle, bien qu’à l’époque victorienne, elle représentait l’infidélité. 

La lavande

Elle réduit le stress et augmente le flux sanguin. Elle est donc considérée comme la plus puissante des fleurs aphrodisiaques. 

La tulipe

Une fleur aux significations multiples: on appelle « l’âge des tulipes » les périodes les plus prospères de l’Empire ottoman. Elles avaient alors une connotation positive. Pour les Anglais, c’est un symbole de passion. Pour les Hollandais, elle symbolise la brièveté de la vie. 

La jacinthe

Le bleu est synonyme de persévérance, de joie et d’audace. Violette, elle représente la douleur. Blanche, la beauté et jaune, la jalousie.

http://www.7sur7.be/

Scandale


On devient habitué d’entendre parler des catastrophes, des crimes horribles, des injustices … Si cela ne nous touche pas, alors cela devient des faits divers
Nuage

Scandale

 

“Ce qu’il y a de scandaleux dans le scandale, c’est qu’on s’y habitue.”

de Simone de Beauvoir

Comment contrer les «Fake News»? L’enjeu de la crédibilité des sources sur le web


Oui, il y a trop de fausses nouvelles, ce n’est pas toujours évident de démêler le vrai et le faux. Cependant, il existe des outils pour qu’un internaute puisse vérifier ses sources, sauf que ce sont des outils sur des sites anglais 😦 Quoiqu’il en soit, il y a quand même des points comme la provenance à savoir si le site est fiable, la référence du journaliste etc …
Nuage

 

Comment contrer les «Fake News»? L’enjeu de la crédibilité des sources sur le web

 

ILDO FRAZAO VIA GETTY IMAGES

Il existe des outils simples et accessibles à tous pour s’assurer de la crédibilité d’une source.

 

  • Augustin Vazquez-Levi

  • Président fondateur d’AOD Marketing

Fake News

    À l’ère des réseaux sociaux prédominants, de l’usage systématique d’Internet et des nombreux scandales liés aux fausses nouvelles (Fake News), pas toujours facile de savoir si le contenu que vous êtes en train de lire est fiable.

    « 27 millions1, c’est le nombre de contenus publiés chaque jour sur le web ! »

    On entend et on peut lire tout et son contraire sur le web. Internet est effet une mine d’or de contenus autant qu’un champ libre pour la désinformation. Conséquence : les fausses nouvelles envahissent la Toile et constituent aujourd’hui un réel enjeu sociétal. Et il suffit de constater le nombre record de fausses informations diffusées sur les réseaux sociaux à l’occasion des dernières élections américaines pour s’en rendre compte. 23% des Américains2 avouent même avoir déjà partagé des fausses nouvelles, c’est dire !

    L’engouement autour du phénomène est tel que les études sur le sujet se multiplient, les analyses et prises de position aussi. Dernier fait en date ? Le dictionnaire anglais Collins a récemment consacré le mot Fake News comme expression de l’année 2017 ! De leur côté, Facebook et Google n’ont eu d’autre choix que d’agir et ils se sont ainsi dotés d’outils de fact-checking afin d’accroître la qualité des contenus relayés sur leurs plateformes. Synonyme d’une vraie prise de conscience du rôle qu’ils ont à jouer ou simple réponse à la pression médiatique, je vous laisse vous faire votre propre opinion.

    Mais saviez-vous qu’il existe également des outils simples et accessibles à tous pour s’assurer de la crédibilité d’une source ? Petit tour d’horizon des bonnes pratiques :

    7 moyens simples pour vérifier la fiabilité d’une information

  • La source : L’article est-il sourcé ?

  • L’auteur : Le nom de l’auteur apparaît-il ? Vérifiez la section À propos si vous avez un doute sur l’auteur la source.

  • Le nom de domaine : À qui appartient le nom de domaine du site ? Whois vous permet de le savoir. Les noms étranges du type « Anon ymous » doivent vous alerter.

  • L’image : D’où vient l’image qui accompagne l’article ? Vous pouvez le vérifier à l’aide d’un outil comme TinEye. Le principe ? Vous entrez l’url de l’image ou téléversez le fichier directement. Quelques secondes plus tard, on vous indique quelle est la source originelle de l’image.

  • La date : Un article qui n’est pas daté ou qui est incohérent sur les dates doit aussi vous mettre en alerte.

  • Snopes : pour ce qui est des fausses nouvelles partagées en masse sur les réseaux sociaux, vous pouvez également vérifier si cette information n’a pas été signalée et reprise sur Snopes.

  • Le leurre du nombre de partages : rappelez-vous que le nombre de vues ou de partages d’un article ne constitue absolument un indicateur de fiabilité.

Zoom sur les outils de fact-checking de Google et Facebook

Depuis quelques mois, Google permet de repérer directement, depuis le moteur de recherche, le degré de fiabilité d’une information et si elle est vérifiée ou non. Quant à Facebook, un « mini-guide » pour repérer les fausses informations est disponible depuis début avril 2017. Facebook a également récemment lancé une série de tests aux États-Unis et au Royaume-Uni concernant son outil « fact-checking » intégré. Annoncé pour bientôt au Canada, ce dernier permettra de signaler une information qui semble fausse. Comment ? L’information signalée sera soumise à lecture et approbation par des partenaires « fact-checking » (médias reconnus, journalistes, etc.). Résultat : si l’information est jugée fausse par deux d’entre eux au minimum, un message « cette information est contestée par des tiers » apparaîtra.

Entendons-nous bien, la fausse information ne sera pas retirée du fil d’actualité mais simplement signalée. En effet, Facebook se défend de faire le jeu de la censure. Il s’agit ici davantage d’assumer sa responsabilité en tant que diffuseur et relayeur.

On ne va pas se mentir, ces outils étaient devenus nécessaires face aux nombreuses contestations. Quand on sait que Facebook est fréquenté par près de deux milliards d’utilisateurs3 et que 51% des internautes utilisent les réseaux sociaux pour accéder à l’information4, il était temps de réagir. On ne peut pas être le réseau social n°1 et se défiler de ses responsabilités. De là à dire que ce sera suffisant, il ne faut pas exagérer non plus. Mais il faut reconnaître et encourager ce genre d’initiatives qui vont permettre, dans une certaine mesure, d’avoir un contenu plus qualifié.

Mais pourquoi y a t-il tant de fausses nouvelles ? Quels sont les intérêts et objectifs en arrière plan ?

On me pose souvent cette question et deux éléments de réponse sont à considérer selon moi. Dans un premier temps, il est vrai d’affirmer que les sites de fausses nouvelles sont créés afin de générer des revenus publicitaires. C’est d’ailleurs en ce sens que Facebook a annoncé que les sites avérés et reconnus de fausses nouvelles ne pouvaient plus accéder à son interface publicitaire.

Dans un second temps, au-delà des revenus publicitaires évidents, l’enjeu des sites de fausses nouvelles concerne aussi la collecte des données sur les utilisateurs. Combien d’entre vous ont cliqué sur un lien avec un titre sensationnaliste ? Laissé des informations comme votre courriel, votre nom d’utilisateur Facebook ? Ceci afin d’accéder au reste de l’article, d’avoir la réponse au quiz, etc. Eh bien, grâce à ces informations obtenues, le propriétaire du site est en mesure de suivre le parcours des utilisateurs sur le web et ainsi analyser leurs comportements. La vraie question serait donc de savoir ce que ces sites de fausses nouvelles vont faire des informations collectées. Ciblage pour des élections ? Ciblage publicitaire ? Vente des données collectées ? Les possibilités sont nombreuses et infinies… tout comme Internet !

1 Source : AOL & Nielsen

2 Source : Niemanlab.org, 2016

3 1,94 milliards en mars 2017

4 Source : étude Reuters, août 2016

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Quel pouvoir avons-nous face à l’horreur?


Cela est une bonne question ? Si le Canada était bombardé, tuant au passages nombres de civils cela ferait le tour du monde. On aurait des supports de tous les pays ou presque. Alors que des pays comme la Syrie, la bande de Gaza, la Thaïlande, la Colombie et bien d’autres passent sous silence alors que des bombes, des morts, des villes et villages sont détruites, certains pourront s’exiler alors que d’autres devront survivre de peine et misère, laissant tout derrière eux avec la peur au ventre
Nuage

 

Quel pouvoir avons-nous face à l’horreur?

 

WILLIAM DANIELS / HANDICAP INTERNATIONAL

Une employée de Handicap International, près des décombres d’une maison du quartier de Al-Wahda à Jalawla, en Irak.

Dire stop aux bombardements des civils ne changera pas immédiatement la face du monde, mais ne rien dire ne la changera pas du tout.

Vous en connaissez beaucoup, vous, des gens qui ont dû fuir des bombardements? De ces personnes qui passent de quartier en quartier pour éviter le prochain tir ? Les mêmes qui changent de ville pour tenter de trouver dans la prochaine cité un hôpital encore en état de soigner leurs blessures ? Ou celles encore qui quittent leur région puisque, de toute façon, leur ville est détruite et jonchée de restes explosifs de guerre. Puis enfin, ces personnes qui ne reviendront pas et chercheront dans un autre pays la sécurité qu’elles ont définitivement perdu.

Vous n’en connaissez pas. Parce que par chance, le Canada n’a jamais été bombardé. Et que si par malheur ce devait être le cas, dans la minute qui suivrait, la planète entière crierait au scandale et dénoncerait la barbarie, l’insupportable, l’intolérable.

Selon l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch, plus de 10 pays et territoires avaient été le théâtre de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées en 2014 : la Syrie, l’Irak, Israël, la Bande de Gaza, l’Ukraine, la Libye, le Pakistan, l’Afghanistan, le Soudan, le Nigeria, la Somalie, la Thaïlande et la Colombie.

En 2016, chaque jour, 90 personnes ont été tuées ou blessées par une arme explosive. Ce sont plus de 43 000 personnes qui sont ainsi victimes de ces agissements en une année, parmi lesquelles 92% de civils lorsque ces armes sont utilisées en zones peuplées.

Chaque jour, les blessés et les morts s’accumulent et les plus chanceux, quand ils le peuvent, choisissent l’exil.

Chaque jour, des hôpitaux, des écoles, des marchés, des commerces, des conduites d’eau, des réseaux électriques, des routes sont touchés, le plus souvent détruits, par ces bombardements urbains. Chaque jour, les blessés et les morts s’accumulent et les plus chanceux, quand ils le peuvent, choisissent l’exil.

Ainsi, vous ne connaissez pas ces gens qui ont dû fuir des bombardements, et moi non plus, figurez-vous, ou si peu. Par contre, je connais ceux qui ont explosé sur une mine antipersonnel ou ceux qu’une sous-munition a privés de leurs bras ou de leurs yeux. Je connais ceux qui ont perdu leurs proches à cause de ces armes. Je connais ceux qui vivent, encore aujourd’hui, entourés de ces restes explosifs qui attendent, sournoisement, de déchirer la chair et de voler la vie.

Je me souviens des noms de ceux que j’ai eu la chance de croiser : Phongsavath, Phet Latxabout, Song Cosal, Raed Mokaled, Lynn Bradach. Cherchez-les sur internet et découvrez leur histoire.

Puis je lis les témoignages de Firas, Abdul, Mohamad, Dia’a, Rajab, Fteim, Sami qui, alors qu’ils étaient chez eux, dans la rue ou en visite chez des amis, ont été victimes d’un bombardement. Grièvement blessés, certains ont perdu un ou plusieurs proches. Tous ont dû fuir leur pays d’origine, laissant derrière eux leur maison, leur travail, leur famille et leurs amis.

Au Laos, aujourd’hui encore, plus de 40 ans après la guerre du Vietnam, des personnes explosent sur des restes explosifs. Au Cambodge, 35 après le régime des Khmers rouges, les équipes de déminage continuent de libérer les terres. En Colombie, un accord de paix a mis fin, l’année dernière seulement, à 50 années de guerre civile qui a jonché le territoire de restes explosifs. Et on parle aujourd’hui de décennies qui seront nécessaires pour déminer et dépolluer la Syrie…

À quoi bon se mobiliser, me direz-vous ? Puisque chaque jour le massacre continue, quel pouvoir avons-nous face à l’horreur ?

En 1997, dire stop a permis d’interdire les mines antipersonnel.

En 2010, dire stop a permis d’interdire les armes à sous-munitions.

En 2013, dire stop a permis de régulariser le commerce des armes.

Cette année, en 2017, dire stop a permis d’interdire les armes nucléaires.

Alors oui, dire stop aux bombardements des civils ne changera pas immédiatement la face du monde, mais ne rien dire ne la changera pas du tout.

www.stop-aux-bombes.ca

#StopBombingCivilians

http://quebec.huffingtonpost.ca/j

Y aura-t-il un Prix Nobel 2016 de médecine ?


Ce qui compte à mon avis, c’est le mensonge, soit dévoilé avant qu’il ait plus de victimes et que ceux qui se penchent sur les futurs récipiendaires puissent en tirer une leçon pour éviter ce genre d’imposture
Nuage

 

Y aura-t-il un Prix Nobel 2016 de médecine ?

 

Remise des prix Nobel 2015 à Stockholm, le 10 décembre 2015. © SOREN ANDERSSON / AFP

Remise des prix Nobel 2015 à Stockholm, le 10 décembre 2015. © SOREN ANDERSSON / AFP

Par Lise Loumé

Au cœur d’un scandale médical ayant coûté la vie à deux patients, deux membres du prestigieux comité Nobel sont poussés à la démission.

C’est une histoire digne d’un thriller nordique qui éclabousse le jury du sacro-saint Nobel de médecine, issu du prestigieux Institut Karolinska de Suède. Harriet Wallberg, l’ancienne doyenne de l’Institut, et son successeur, Anders Hamsten, sont priés de quitter l’Assemblée Nobel sur-le-champ, accusés d’être impliqués dans une sombre affaire qui a coûté la vie à deux personnes, orchestrée par un chirurgien italien du nom de Paolo Macchiarini aimant se comparer à Frankenstein…

Des prothèses jamais testées sur les animaux

Tout commence en 2008 lorsque Paolo Macchiarini devient, à tout juste 50 ans, le premier médecin à réaliser une greffe de trachée-artère issue d’une personne décédée selon la technique suivante : l’organe est « décellularisé » puis réensemencé par des cellules souches provenant du receveur lui-même. Une avancée majeure qui, en principe, devrait faciliter la cicatrisation et réduire les risques de rejet. Emballé, l’Institut Karolinska lui offre en 2010 un poste. Un an après seulement, le chirurgien réalise la première greffe d’une trachée artificielle, en plastique, elle aussi colonisée par des cellules souches du patient. Mais en 2013, le scandale éclate : la presse suédoise révèle que sur les trois interventions menées par Macchiarini à Stockholm, deux patients sont décédés et le troisième est dans un état très affaibli. Un bilan que le chirurgien et l’Institut auraient gardé sous silence. C’était sans compter sur un documentaire diffusé en janvier 2016 sur la chaîne de télévision publique suédoise SVT, qui révèle que Macchiarini n’a jamais testé ses prothèses sur des trachées d’animaux avant de les expérimenter chez l’homme… Le 23 mars 2016, l’Institut Karolinska le licencie pour mensonges, négligences, falsifications de CV, violations de valeurs fondamentales et éthiques. Entre temps, plusieurs enquêtes internes et externes confirment que les pratiques de Macchiarini ne respectent pas des règles médicales et éthiques fondamentales. Il est par ailleurs visé par une enquête de la police suédoise pour homicide involontaire et encourt jusqu’à six ans de prison.

Mais dans cette affaire, le chirurgien n’est pas le seul accusé. Sont également pointés du doigt des hauts placés de l’Institut suédois responsables de son recrutement, perçu comme une grave erreur de jugement selon une enquête externe rendue publique le 5 septembre 2016. Des soupçons pèsent en particulier sur Harriet Wallberg et son successeur, Anders Hamsten autour de leur éventuelle volonté de camoufler l’affaire. D’après la revue Science, fin 2014, ce dernier aurait mis aux oubliettes un rapport commandé par l’Institut suédois à Bengt Gerdin, professeur retraité de chirurgie à l’Université d’Uppsala (Suède). Gerdin y concluait que Macchiarini avait systématiquement déformé les résultats de ses interventions chirurgicales à un degré constituant une faute. Hamsten aurait également prolongé le contrat de Macchiarini.

« La crise de confiance est telle (…) que nous allons demander à Harriet Wallberg et à Anders Hamsten de quitter l’assemblée Nobel », a expliqué le 6 septembre 2016 le secrétaire de cette assemblée, Thomas Perlmann, à l’agence suédoise TT.

Poussés vers la sortie mais pas renvoyés, cette dernière option n’étant tout simplement pas prise en compte dans les statuts du comité Nobel.

L’un des plus grands mensonges de l’Histoire médicale »

Un tel scandale dans le jury peut-il faire reporter ou annuler le Prix Nobel 2016 de médecine, dont l’annonce est prévue pour le 3 octobre ?

Thomas Perlmann se veut rassurant sur le maintien du Prix, précisant qu’ « Harriet Wallberg et Anders Hamsten n’ont pas participé aux travaux pour désigner le prix Nobel de médecine 2016″, sans toutefois s’étendre davantage sur le sujet (contacté par Sciences et Avenir, l’Institut n’a pas souhaité répondre à nos questions).

Pierre Delaere, professeur de chirurgie respiratoire de l’Université catholique de Louvain (Belgique) et l’un des premiers scientifiques à avoir critiqué le travail de Macchiarini, reste inquiet sur l’avenir de cette prestigieuse distinction, et plus généralement sur la recherche biomédicale :

« J’espère que l’Institut Karolinska et l’Assemblée Nobel se remettront bientôt de cet immense scandale, que tous les résultats obtenus, qui ne sont fondés sur rien d’autre que des mensonges, seront invalidés, réagit-il auprès de Sciences et Avenir. Il est également important que la recherche sur les cellules souches soit débarrassée de travaux irréalistes telles que la régénération d’une trachée artère ou d’un œsophage. » Pour lui, l’affaire Macchiarini constitue tout bonnement « l’un des plus grands mensonges de l’Histoire médicale ».

http://www.sciencesetavenir.fr/

Un chat en tête des sondages dans une ville de Sibérie avant une élection


Je devrais proposer mon chat Fripouille pour les prochaines élections provinciales, hummm, c’est très tentant ! Quand un chat, même pour un sondage en ligne a autant de vote, cela montre l’insatisfaction des électeurs. Et contre Poutine, Barsik le chat, peut-il être encore être le premier favori ? Je crois que oui !
Nuage

 

Un chat en tête des sondages dans une ville de Sibérie avant une élection

 

Un chat nommé Barsik est devenu une célébrité locale à Barnaoul, une ville de Sibérie, en devançant largement ses concurrents humains pour la magistrature de la ville lors d’un sondage en ligne.

Les scandales de corruption à répétition qui touchent cette ville de 650.000 habitants ont probablement aidé Barsik, un Scottish Fold de 18 mois, à obtenir 91% des intentions de vote dans un sondage du site d’informations local Altaï Online.

Environ 5.400 personnes ont répondu à ce sondage posté début décembre sur le réseau social russe Vkontakte.

« Les gens ne savent plus en qui croire, et ils en sont venus à la conclusion qu’on ne peut plus avoir confiance en les autorités », a expliqué à l’AFP Ievguéni Kouznetsov, un retraité de Barnaoul.

L’ancien maire de Barnaoul, Igor Savintsev, a démissionné en août après avoir été accusé d’abus de pouvoir. Maire depuis 2010, il aurait vendu des terrains municipaux à des entreprises dirigées par des membres de sa famille pour des coûts bien inférieurs à ceux du marché, provoquant un manque à gagner de plus de 11 millions de roubles (143.000 euros) pour les caisses de la ville.

Son fils Maxime est pour sa part en détention dans l’attente de son procès pour fraude et escroquerie, après avoir été extradé de Thaïlande en février.

L’élection du maire aura lieu le 22 décembre, à l’occasion de la prochaine réunion du conseil municipal. Le chef de l’administration régionale, Sergueï Douguine, est l’autre favori des sondages parmi les six candidats officiels.

« Les gens pensent que ceux qui sont en poste ne savent pas faire face à leurs responsabilités (…) Les gens doutent de leurs compétences et ont raison de le faire », a déclaré l’un des organisateurs du sondage, préférant garder l’anonymat.

Une campagne de financement participatif a depuis été lancée pour permettre à Barsik d’avoir ses propres affiches électorales dans le centre-ville de Barnaoul.

Altaï Online espère également que Barsik, avec l’aide d’un journaliste, pourra poser une question au président Vladimir Poutine lors de sa conférence de presse annuelle prévue jeudi.

« Je suis sûr que cela attirera l’attention et permettra de résoudre nos problèmes locaux et d’attirer les investisseurs », a écrit l’Altaï Online mardi, affirmant citer… Barsik.

http://www.lepoint.fr/