Le régime méditerranéen est bon pour le cerveau vieillissant


Les meilleures habitudes alimentaires que nous devrions nous orienter vers le régime méditerranéen. En plus d’être bon pour le diabète, perdre du poids et la santé du coeur, il s’avère qu’il serait un atout précieux pour le cerveau vieillissant
Nuage

 

Le régime méditerranéen est bon pour le cerveau vieillissant

 

Photo d'une salade

Une salade Photo : iStock

Le cerveau de personnes âgées qui suivent un régime méditerranéen conserve plus de volume que le cerveau de celles qui ne le suivaient pas de façon aussi constante, montre une étude écossaise.

Un texte d’Alain Labelle

Ces bienfaits constatés s’ajoutent à ceux déjà bien documentés sur la santé du cœur, le diabète et la perte de poids.

Le régime méditerranéen comprend de nombreux fruits et légumes, de l’huile d’olive, des noix, des céréales, un peu de poisson, de vin et de volaille, et de la viande rouge en petite quantité.

Tous les participants ne suivaient pas les principes d’un tel régime de la même façon. Ceux qui ne le suivaient pas à la lettre étaient plus susceptibles de présenter une plus forte perte du volume cérébral au cours des trois années de l’étude, comparativement à ceux qui le suivaient avec discipline.

La différence de régime explique environ 0,5 % de la variation totale du volume du cerveau. Cela correspond à la moitié de la taille due à un vieillissement normal, affirme la Dre Michelle Luciano, de l’Université d’Édimbourg.

La chercheuse explique qu’en vieillissant, le cerveau a tendance à rétrécir et à perdre des cellules, ce qui affecte notre capacité à apprendre et à mémoriser. Selon elle, ces résultats laissent à penser que le régime méditerranéen a un impact positif sur la santé cérébrale.

Contrairement aux résultats d’autres travaux, ceux-ci n’ont pas montré d’avantages particuliers d’une alimentation plus riche en poisson et moins riche en viande sur le cerveau.

Il est possible que d’autres composants du régime méditerranéen soient impliqués dans cette relation ou simplement que le maintien du volume soit dû à l’interaction de l’ensemble des aliments entre eux. Dre Michelle Luciano

Le détail de ces travaux est publié dans le journal Neurology.

http://ici.radio-canada.ca/

Les frites rongent notre cerveau


Quoiqu’il en soit, le fait de mal se nourrir a des répercussions sur le corps et maintenant, les études peuvent mieux comprendre les conséquences des mauvais aliments. Une bonne alimentation tout en se permettant de temps a autre de petits écarts permet un meilleur fonctionnement de notre cerveau et par le fait même de notre corps
Nuage

 

Les frites rongent notre cerveau

Selon une nouvelle étude publiée dans  la revue médicale Neurology, les personnes qui consomment des aliments riches en mauvais gras auraient davantage de problèmes cérébraux que celle qui se nourrissent sainement.

Le chercheur Gene Bowman en est venu en cette conclusion en comparant la santé cérébrale au régime alimentaire d’une centaine de patients de plus de 65 ans.

Les personnes qui avaient un taux élevé de gras trans dans le sang avaient moins de mémoire, d’attention et de réflexes que celles sans gras trans de le sang, mais plus étonnant, le cerveau de ceux qui avaient une alimentation riche en gras trans montraient de même des signes de rétrécissement, comme on le voit chez les personnes souffrant d’Alzheimer.

Les patients démontrant les meilleurs facultés cérébrales avaient une bonne quantité de vitamines B, C, D et E dans le sang ainsi que des oméga-3.

Tous les détails sont publiés sur le site Internet de la revue Neurology

La semaine/Les trucs de la cuisine/ Février 2012