Santé canine: attention aux parasites printaniers!


On a tous hâte au printemps. Pas seulement nous, les parasites aussi pour s’installer chez des hôtes, comme nos animaux domestiques. Il est donc important de penser aux traitements anti-parasitaires pour éviter bien des maux.
Nuage

 

Santé canine: attention aux parasites printaniers!

Le retour du beau temps est l’occasion de faire de longues promenades à l’extérieur avec votre chien. Mais le réchauffement des températures comporte sa part de risques, puisque toutes sortes de parasites peuvent se tenir dans l’ombre et s’attaquer à votre animal préféré.

Avec l’aide de parasitepolice.ca, nous avons dressé cette liste des parasites canins les plus nuisibles :

Santé canine: attention aux parasites

Personne n’aime penser à ces vilains parasites, mais protéger votre chien est absolument essentiel. Visitez parasitepolice.capour en savoir plus sur les méthodes de lutte antiparasitaire.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► Les chats et les chiens peuvent-ils être allergiques aux humains ?


A mon avis, les animaux domestiques devraient être allergiques aux humains méchants avec eux. Enfin bref, heureusement, il est quand même rare que les chiens et les chats puissent être allergiques aux humains, mais cela est possible.
Nuage

 

Les chats et les chiens peuvent-ils être allergiques aux humains ?

 

par Clara Zerbib, journaliste animalière

L’allergie aux chats, et parfois aux chiens, est un mal très courant chez les humains. Au moindre contact, les symptômes apparaissent : toux, démangeaisons, nez qui coule, yeux qui deviennent rouges… Et contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas les poils de chat qui provoquent les allergies, mais leur salive.

En faisant leur toilette, ils déposent leur salive sur leurs poils qui se répandent ensuite partout dans la maison. Mais après tout, pourquoi les chats et les chiens ne pourraient-ils pas aussi être allergiques aux humains ?

Oui, les animaux peuvent être allergiques aux humains

Cela est plutôt rare, mais c’est tout à fait possible, et autant chez les chats que chez les chiens. En effet, ils seraient 0,5 % chez nos amis félins à être allergiques aux humains. Le plus souvent, les allergies des animaux sont provoquées par des produits chimiques présents sur le corps humain, comme les parfums, la fumée de cigarette, les crèmes ou les produits nettoyants.

Mais il arrive aussi parfois que l’allergie se déclare à cause des squames de la peau et des cheveux des humains. Les squames sont de fines lamelles de peau qui se détachent de l’épiderme et dont leur inhalation peut provoquer des allergies chez les animaux. Des pellicules, en quelque sorte, qui ont le même effet sur eux que leurs poils sur nous.

chien husky bisou femme maître câlin

Crédits : iStock

Les symptômes d’une allergie chez le chat ou le chien

Si votre chat ou votre chien est allergique à vous ou à autre chose, vous le saurez immédiatement. En effet, l’animal aura tendance à se gratter excessivement, à éternuer et à avoir le nez qui coule. Les félins pourront également perdre des poils en masse autour du cou et de la tête, voire avoir des crises d’asthme.

Dans tous les cas, si vous remarquez un comportement anormal chez votre boule de poils, n’hésitez pas à l’emmener chez le vétérinaire. S’il s’agit bien d’une allergie, des traitements existent.

https://animalaxy.fr/

Diabète chez le chat : causes, symptômes et traitement


Les animaux aussi peuvent avoir le diabète. Chez le chat, c’est surtout le diabète II qui se voit plus souvent. La médecine vétérinaire, ne sait pas tout ce qui peut affecter un chat, mais des indices comme certains médicaments, l’obésité, la génétique … Cela se traite, et une rémission est envisageable.
Nuage

 

Diabète chez le chat : causes, symptômes et traitement

 

Quintus, 18 ans, en rémission du diabète depuis un an

Le diabète du chat est une endocrinopathie grave qui gagne du terrain. Il touche environ 1 chat sur 200. Son traitement est contraignant, mais on peut obtenir de bons résultats (jusqu’à 80% de rémissions) avec une gestion stricte et une détection précoce.

Qu’est-ce que le diabète du chat ?

Le diabète apparaît quand l’insuline, une hormone sécrétée par le pancréas, n’arrive plus à faire son travail : faire passer le glucose (sucre) du sang vers les cellules où il sert de carburant (cerveau, muscles…). Une hyperglycémie persistante s’installe : il y a trop de glucose dans le sang de votre matou.

Le diabète du chat peut être provoqué par une incapacité des cellules à bien utiliser l’insuline (insulino-résistance, diabète de type II) ou une insuffisance de la production d’insuline par le pancréas (diabète de type I). Chez le chat, le diabète est en général de type II, mais cette résistance à l’insuline épuise les cellules bêta qui produisent l’insuline dans le pancréas, associant donc au trouble de l’activité de l’insuline des troubles de la sécrétion.

L’excès de glucose dans le sang a des effets néfastes sur les organes du chat, y compris sur le pancréas. Il entrave le fonctionnement des cellules-mêmes qui produisent l’insuline et les endommage. C’est la glucotoxicité.

Il favorise également les infections. Le déficit de glucose dans les cellules de l’organisme met celles-ci en souffrance car elles ne reçoivent plus l’énergie dont elles ont besoin : le chat perd rapidement du poids.

La glycémie normale chez le chat se situe entre 0,6 et 1,45 g/l de sang. En cas de diabète chez le chat, il n’est pas rare de voir ce taux monter au-dessus de 4g/l.

Symptômes du diabète chez le chat

  • Augmentation de la prise d’eau, de la fréquence et du volume des urines (PUPD : (polyuro-polydipsie) ; c’est un des signes les plus précoces de diabète chez le chat.
  • Mictions à côté de la litière
  • Urines collantes
  • Amaigrissement
  • Augmentation de l’appétit
  • Démarche plantigrade (le chat marche sur les talons au lieu des orteils)
  • Modification du comportement (fatigue, léthargie) ou excitation en rapport avec l’alimentation (chat boulimique)

Diabète chez le chat : causes, symptômes et traitement

 

Diagnostic

Généralement, on remarque que le chat diabétique boit, mange, et urine beaucoup. Le vétérinaire va faire une prise de sang pour mesurer la glycémie. Si elle est élevée, il fera une analyse de fructosamine, qui reflète la moyenne de la glycémie sur les dernières semaines.

Une unique mesure de glycémie pourrait en effet amener à une erreur de diagnostic, le stress provoqué par la visite chez le vétérinaire pouvant faire augmenter la glycémie. La fructosamine confirme que l’hyperglycémie est persistante. On peut aussi répéter les dosages de glycémie à divers moments.

Traitement

Votre vétérinaire va mettre en place une insulinothérapie (injection d’insuline, deux fois par jour). Vous devrez apprendre à faire des injections sous-cutanées, simples à faire.

Diabète chez le chat : causes, symptômes et traitement

Il faut savoir que les insulines les plus lentes donnent les meilleurs résultats avec les meilleures chances de rémission. Le suivi de la glycémie à domicile à l’aide d’un glucomètre est aussi un facteur important dans la qualité de la régulation et les chances de rémission.

En parallèle, il est essentiel de trouver une alimentation adaptée qui réponde aux besoins du chat diabétique : riche en protéines, pauvre en glucides. Un taux de glucides de 10% environ est préconisé. Il faut faire maigrir les chats diabétiques en surpoids et grossir les chats maigres.

Le traitement par hypoglycémiants oraux ne donne que 25% de réponse, au mieux une stabilisation avec très peu d’espoir de rémission. Il est inefficace en cas de diabète compliqué d’acidocétose. De plus, il peut être toxique pour les cellules bêta du pancréas qui sont sur-stimulées.

Le traitement du chat diabétique va aussi passer par la correction de tous les facteurs qui peuvent l’être et qui seront traités dans le chapitre Prédisposition.

Rémission

Le chat diabétique peut entrer en rémission et ne plus avoir besoin d’injections d’insuline. Les chances de rémission varient de 25% à 85% suivant l’insuline utilisée et le type de prise en charge.

Les meilleurs taux de réussite sont obtenus avec un suivi intensif de la glycémie à domicile, une insuline à action très lente et une alimentation pauvre en glucides (moins de 10%).

Tous les chats ne sont toutefois pas égaux devant les chances de rémission.

Voici les facteurs qui favorisent une rémission :

  • Chat âgé

  • Diabète récent
  • Diabète induit par un traitement aux corticoïdes.

Un chat souffrant de diabète lié au surpoids a peu de chances de rémission sans revenir d’abord à son poids de forme.

Complications

  • L’hyperglycémie à long terme fait courir des risques aux organes (reins, foie, coeur).
  • L’absence de glucose disponible pour les cellules peut entraîner une acidification de l’organisme. L’obligation d’utiliser les graisses comme carburant va en effet produire des corps cétoniques qui vont faire baisser le pH du sang. Le chat vomit, perd l’appétit. Cette acidocétose peut entraîner un coma, voire la mort, si elle n’est pas traitée très rapidement.
  • Plantigradie : le glucose va “attaquer” la myéline des nerfs et empêcher une bonne posture des pattes arrière, et parfois avant. Le chat marche sur ses talons, a du mal à courir et sauter.
  • Contrairement aux chiens, les chats ne font qu’exceptionnellement des cataractes diabétiques.

Prédisposition

Toutes les causes du diabète chez le chat ne sont pas encore élucidées. Certains facteurs sont sous notre contrôle, d’autres pas, mais leur connaissance nous permettra d’augmenter notre vigilance.

Facteurs hors contrôle

  • Age : les chats de plus de sept ans sont le plus souvent atteints, avec un pic entre 10 et 13 ans.
  • Sexe : les mâles sont plus souvent atteints.
  • Génétique : certains chats ont une prédisposition génétique au diabète, entre autres les chats de race Burmese ; on trouve aussi des lignées ou fratries de chats qui développent un diabète.

Obésité

Les adipocytes (cellules graisseuses) libèrent des facteurs de l’inflammation qui induisent une insulino-résistance pouvant conduire au diabète chez le chat.

Diabète chez le chat : causes, symptômes et traitement

Les causes de l’obésité sont nombreuses :

  • Chats confinés à l’intérieur ayant un mode de vie sédentaire.
  • Ennui, stress ou anxiété chroniques pouvant mener à une surconsommation de nourriture.
  • Distribution de nourriture à volonté, sans contrôle des portions par le propriétaire.
  • Nourriture très appétente, à haute teneur énergétique.
  • Stérilisation : les chats stérilisés ont des besoins énergétiques réduits et sont en général moins actifs.

Maladies

  • Insulino-résistance sévère : hyperadrénocorticisme (maladie de Cushing), acromégalie (tumeur de l’hypophyse) ou présence d’anticorps anti-insuline (AAI).
  • Insulino-résistance modérée : pancréatite, pathologie de la cavité buccale, inflammation chronique, insuffisance rénale, insuffisance hépatique, hyperthyroïdie, infections (notamment la cystite, sans signes cliniques dans 20% des cas), hyperlipidémie, néoplasie, progestéronémie liée à un lymphome.

Médicaments

Certains médicaments augmentent la glycémie et peuvent donc induire un diabète chez votre chat (glucotoxicité) :

  • Les corticoïdes, surtout à haute dose ou en injection longue durée.
  • Les progestagènes, contenus dans la fameuse pilule contraceptive. Elle est à proscrire totalement, lui préférant la stérilisation chirurgicale.

Stress

Outre son action sur le comportement alimentaire (boulimie), le stress chronique peut conduire à une hyperglycémie, des maladies comme la cystite et à de la glucotoxicité.

Diabète chez le chat : causes, symptômes et traitement

Conclusion

Si votre chat présente un diabète, sachez que cette maladie n’est pas une fatalité pour peu qu’on la prenne à bras le corps. Votre vétérinaire est là pour vous montrer comment injecter l’insuline et tester la glycémie de votre chat à domicile. En parallèle des groupes constitués de propriétaires de chats diabétiques se sont créés sur Facebook afin de vous fournir un soutien moral et répondre à toutes vos questions.

Sylviane Cazenelle, docteur vétérinaire (Alfort 85), membre du groupe Facebook sur le diabète du chat

Stephanie Booth, fondatrice du groupe Facebook Diabète félin, apprendre à gérer son chat diabétique

https://wamiz.com

Le Saviez-Vous ► Les chiens les plus héroïques, d’hier à aujourd’hui


Les chiens sont des animaux vraiment extraordinaires. Certains d’entre eux sont choisi pour subir un entrainement afin d’aider des personnes dans leur quotidien, que ce soit par la police, les malvoyants, pour acquérir plu d’autonomie … D’autres chiens sont naturellement des animaux aidant à leur façon.
Nuage

 

Les chiens les plus héroïques, d’hier à aujourd’hui

 

Nous sommes nombreux à considérer le chien comme l’animal domestique par excellence. Or, le meilleur ami de l’homme monte la garde et participe aux expéditions de chasse depuis des temps immémoriaux, et de nombreux chiens accomplissent aujourd’hui des tâches tout aussi essentielles.

Présentés en partenariat avec parasitepolice.ca – une ressource précieuse en matière de santé canine – voici cinq types de chiens qui méritent toute notre reconnaissance.

Les chiens les plus héroïques, d’hier à

CHERILNC VIA GETTY IMAGES

Les chiens policiers

Les corps policiers utilisent depuis longtemps des chiens pisteurs à l’odorat très développé afin de retrouver des fugitifs, des engins explosifs ou des personnes disparues. Figure emblématique de la brigade canine canadienne, Cloud II a contribué à capturer 123 fugitifs et à localiser de nombreuses personnes égarées. Après les attentats du 11 septembre 2001 à New York, des centaines de chiens similaires ont été utilisés afin de retrouver des survivants ensevelis sous les décombres. Malheureusement, plusieurs d’entre eux ont perdu la vie durant ces opérations de sauvetage.

Les chiens les plus héroïques, d’hier à

JIM CRAIGMYLE VIA GETTY IMAGES

Les chiens-guides

Les chiens-guides pour aveugles occupent une place de choix au classement des animaux les plus héroïques. Ce n’est qu’à partir des années 1920 que le mouvement des chiens-guides a pris son essor grâce aux efforts de la riche philanthrope américaine Dorothy Harrison Eustis. En faisant connaître ces animaux particulièrement efficaces, Mme Eustis a contribué à la fondation de nombreuses écoles spécialisées à travers l’Europe et les États-Unis. Grâce aux chiens-guides, les personnes atteintes de déficience visuelle bénéficient d’une autonomie accrue et peuvent mener une vie beaucoup plus enrichissante.

Les chiens les plus héroïques, d’hier à

LINDSAY_HELMS VIA GETTY IMAGES

Les chiens d’assistance

Qu’ils viennent en aide à des personnes instables ou souffrant de stress post-traumatique, les chiens d’assistance sont de fidèles compagnons de convalescence. Depuis quelques années, certains d’entre eux sont même entraînés à calmer les crises et les comportements autodestructeurs d’enfants autistes.

Des tâches aussi stressantes ne peuvent être effectuées que par des animaux heureux et en bonne santé. Une bonne manière d’assurer leur bien-être est de les protéger des parasites internes et externes à l’aide de produits préventifs et d’examens réguliers chez le vétérinaire.

Les chiens les plus héroïques, d’hier à

GABRIEL OLSEN VIA GETTY IMAGES

Les chiens acteurs

Selon certains cinéphiles, la première apparition d’un chien au grand écran remonte à 1905 dans le film britannique Rescued by Rover. Il y a donc belle lurette que les héros à quatre pattes ont fait leur place dans l’industrie du divertissement. Il reste maintenant à savoir lesquels ont tenu les meilleurs rôles : Toto dans Le Magicien d’Oz ou Marley dans Marley et moi? À l’apogée du téléroman Frasier, le magazine Entertainment Weekly avait décerné à Eddie (Moose, de son vrai nom) le titre de «chien le plus célèbre de la télévision».

Les chiens les plus héroïques, d’hier à

MATTHEW PALMER VIA GETTY IMAGES

Les chiens de troupeau

Bien qu’ils ne soient plus aussi nombreux qu’autrefois, les chiens de troupeau (aussi appelés chiens de berger) sont encore utilisés pour rassembler le bétail. Certains chiens de race talonnent les chèvres et les moutons pour les convaincre de bouger. D’autres vont jusqu’à monter sur leur dos, tandis que les border collies se contentent de les fixer du regard pour parvenir au même résultat.

Que votre chien soit un compagnon de jeu ou un travailleur acharné, sa santé figure en tête de liste de vos priorités. Pour le protéger des parasites internes et externes, consultez le site parasitepolice.ca.

https://quebec.huffingtonpost.ca

Elle poste une photo du repas vegan de son chien, un vétérinaire la remet à sa place


Il ne faut pas virer fou avec le vegan. Tu ne peux pas imposer ce genre de bouffe à un carnivore. C’est stupide comme solution en plus, la mixture n’a pas l’air ragoutante.
Nuage

 

Elle poste une photo du repas vegan de son chien, un vétérinaire la remet à sa place

 

chien végan

Une réponse claire et nette qui fait réfléchir.

A notre époque, de plus en plus de personnes font le choix de devenir végétariens ou même vegans. Des choix forts et souvent engagés. Certains végétaliens choisissent de projeter leurs choix alimentaires personnels sur leurs animaux domestiques ce qui peut avoir des conséquences dévastatrices sur la santé de l’animal. Ce choix ne doit pas être pris à la légère.

Si théoriquement un chien pourrait vivre avec un régime végétarien ou vegan, il est primordial qu’il soit suivi de près par un spécialiste et complémenté en suppléments synthétisés chimiquement qui coûtent souvent cher.

Reste qu’il est préférable de ne pas imposer à son chien un choix qui est personnel et potentiellement dangereux pour sa santé.

Un vétérinaire entre dans le débat

C’est sur le réseau social Tumblr qu’une femme a posté une photo de son chien en train d’attendre son repas, entièrement vegan. Selon elle, son toutou est particulièrement impatient de pouvoir se régaler avec sa mixture composée d’une purée de patates douces, de riz brun, de tofu, de graines de chia et d’enzymes digestives.

Face à ce message, un vétérinaire n’a pas pu s’empêcher d’intervenir pour rétablir une vérité très importante et venir en aide au chien au passage :

« Cette chienne n’a pas l’air excitée à l’idée de manger, elle a l’air de souffrir de malnutrition. »

Et le vétérinaire de préciser que cette alimentation impose une lourde charge de travail au pancréas malgré les suppléments. 

« Quand cette mixture se trouve dans l’estomac de votre chien, il irrite son intestin malgré les enzymes et offre un environnement chaud et humide avec beaucoup de sucres non digérés qui servent d’aliments pour les bactéries. »

D’ailleurs, rien qu’en observant le chien de plus près, le vétérinaire a noté des points inquiétants :

« La truffe de ce chien est desséchée, elle est presque rose pâle, c’est une indication de déshydratation ou quelque chose de plus grave. Ses yeux ne sont pas clairs et brillants comme ils devraient l’être, ils sont rouges et gonflés sur les bords, la muqueuse des paupières doit être rose plutôt que rouge. Ce chien a également un regard vide et son nez ne pointe pas vers la nourriture. Cela signifie que le chien n’est pas intéressé. Il est clair qu’il est léthargique. »

Et le vétérinaire de conclure par un conseil :

« Je respecte votre choix d’être vegan, mais ne l’imposez pas à votre chien qui n’a rien demandé. Il a besoin d’une alimentation plus saine pour ne pas développer de maladies et je vous garantis que dans le cas contraire il ne vivra pas aussi longtemps qu’il aurait pu. »

https://wamiz.com/

Les chiens de traîneaux sont-ils maltraités ?


Les chiens au travail ou pour le sport, sont-ils maltraités ? Que penser des chiens de traîneau lors des courses ? Ce n’est pas tous les chiens qui peuvent avoir la force et l’endurance de tirer un traineaux avec d’autres chiens. Ceux qui le peuvent sont généralement choyés et ils ont un bon rapport avec leur maitre.
Nuage

 

Les chiens de traîneaux sont-ils maltraités ?

 

grande odyssée chiens

Régulièrement sous le feu des projecteurs, les chiens de traîneaux fascinent autant qu’ils intriguent. Mais la question que tout le monde se pose est de savoir si oui ou non ces toutous sont heureux de leur quotidien ou s’ils se contentent d’obéir à des ordres.

Depuis très longtemps – sans doute 6000 ans av. J.-C – les chiens sont utilisés pour les attelages. C’est ensuite en 1908 que la première édition de la course All Alaska Sweepstakes a été lancée avec succès et a démocratisé les courses de traîneaux. Au fil des années, ces courses sont devenues de plus en plus populaires en Amérique du Nord et en Europe. C’est ainsi que depuis 2005, dans les Alpes franco-suisses, se déroule la Grande Odyssée, une des plus grandes courses de chiens de traineau au monde.

Quelles races de chiens pour les courses de traîneaux ?

Evidemment, tous les chiens ne sont pas en mesure de participer à de tels événements sportifs qui demandent un état de santé irréprochable et des capacités physiques certaines. Lors des courses de traîneaux, ce sont principalement des chiens des races suivantes qui courent :

Malamute de l’Alaska,
Chien du Groenland,
Husky sibérien,
Samoyède

Ces chiens doivent aussi avoir de fortes capacités d’endurance et de vitesse. Ce n’est donc pas un sport à la portée de tous.

Les chiens de traîneaux sont-ils bien traités ?

Voilà une question qui fait régulièrement l’actualité : les chiens de traîneaux sont-ils bien traités ou non ? On se souvient par exemple de la polémique autour des chiens de Nicolas Vanier qui avait fait beaucoup de bruit à l’époque.

S’il est impossible de répondre de façon générale à cette question, il est possible d’y répondre en ce qui concerne la course de la Grande Odyssée lors de laquelle les chiens sont considérés comme des sportifs à part entière et son bichonnés afin d’être le mieux dans leurs pattes possible.

Pour cela, ce sont huit vétérinaires qui sont présents 24 heures / 24 pour répondre aux besoins des chiens et des mushers. Ainsi, les toutous ont tous les jours un suivi ostéopathique afin de vérifier qu’ils sont bel et bien aptes à se lancer dans la course ou non.

Il y a un pool de 14 chiens afin de pouvoir faire tourner les chiens qui participent pour que les autres puissent se reposer.

La priorité est évidemment aussi de prendre soin des pattes des chiens qui sont bottinées (afin d’être protégées du froid), et reçoivent régulièrement de la crème. Enfin, les toutous ont aussi le droit à des massages après la course pour détendre les muscles et se remettre de cet effort intense qui a été produit.

Mais la santé n’est pas le seul point essentiel au bonheur de ces chiens de traîneaux qui partagent aussi une grande complicité avec leurs mushers. Ce sont des membres de la famille au même titre que les enfants. Pour qu’un véritable lien de confiance s’instaure entre un musher et ses chiens, il faut qu’ils passent tout leur temps ensemble et qu’ils partagent tout : aussi bien l’entraînement que d’autres moments.

Il ne s’agit pas d’une relation de maître à chien, mais bien d’une belle amitié. Et ça fait toute la différence.

Bien-être animal et chien de travail ?

Il existe des cas de maltraitance avérés dans de nombreuses situations d’exploitation du chien (que ce soit la chasse, le sport canin, le chien d’assistance ou les expositions…). Cependant, dans la majorité des relations avec des chiens de travail, le chien éprouve un réel plaisir à coopérer avec l’humain. En respectant les besoins fondamentaux du chien, lui proposer des tâches variées pour stimuler sa cognition et son besoin d’activité sont un excellent moyen d’obtenir une relation épanouie avec son chien.
Il est donc important de surveiller dans quel contexte le chien de travail est exploité : quelle est sa charge de travail, quelles sont ses conditions de vie en dehors des exercices ? Il s’avère que le chien de traineau est un sport canin que les chiens ont tendance à adorer : difficile de le retenir au moment du départ tant il est excité et joyeux !

Mais il faut rester vigilant : l’équipe encadrant cet évènement, consitué au niveau santé de 8 vétérinaires, s’assure également que le chien ne pousse pas l’effort au point de se blesser. Comme pour les sportifs, l’adrénaline et le plaisir procuré par l’exercice peuvent masquer la souffrance du corps dans l’intensité. Ainsi, les chiens ont l’assurance de ne pas dépasser leur limites, au détriment de leur santé ou de leur bien-être.

Dr Stéphane Tardif
Docteur vétérinaire et rédacteur pour Wamiz

https://wamiz.com/

Le Saviez-Vous ► Mon chien peut-il me transmettre des maladies ?


Bien que les animaux de compagnie apportent beaucoup aux humains, mais il est important de les faire vacciner et vermifugés. Car certains parasites transmettent des maladies aux animaux et qui peuvent contaminer aussi les humains.
Nuage

 

Mon chien peut-il me transmettre des maladies ?

 

chien malade

    Certaines maladies, appelées zoonoses, peuvent se transmettre de l’animal à l’Homme. 

    La Dr Hélène Gateau, vétérinaire, chroniqueuse animalière et animatrice télé, vous en dit plus dans cet extrait de son livre Tout sur votre chien !

    Prendre soin de votre chien et veiller sur lui au quotidien est important pour sa santé, mais aussi pour celle de votre famille. En effet, certaines maladies infectieuses ou parasitaires peuvent se transmettre du chien à l’homme, et parfois inversement : on les appelle les zoonoses. 

    La leptospirose 

    La maladie la plus grave est la leptospirose. Votre chien peut se contaminer en se baignant dans une eau stagnante, souillée par l’urine de rats, par exemple. Une fois atteint, votre chien va lui-même excréter des bactéries dans ses urines par l’intermédiaire desquelles vous risquez de contracter la maladie. Si elle n’est pas soignée à temps, elle entraîne des lésions hépatiques graves, voire mortelles. Pour prévenir tout risque de la contracter, vaccinez chaque année votre chien contre la leptospirose et mettez toujours des gants lorsque vous êtes amené à ramasser ou nettoyer les déjections de votre chien.

    La leishmaniose et la maladie de Lyme 

    La leishmaniose et la maladie de Lyme sont aussi des zoonoses. Cependant, votre animal ne peut pas directement vous contaminer. Il faut nécessairement un vecteur le phlébotome, un insecte piqueur, dans le cas de la leishmaniose et la tique pour la maladie de Lyme. Pour éviter que votre chien ne soit un réservoir potentiel de ces maladies et ne représente un risque pour votre santé, la prévention passe par un traitement antiparasitaire externe.

    Les parasites intestinaux

    Certains parasites intestinaux peuvent aussi causer des zoonoses, comme l’ascaris, responsable de la toxocarose, et le ténia, responsable de l’échinococcose. Le chien rejette les œufs de ces parasites dans ses selles et votre environnement peut être contaminé.

    L’échinococcose

    L’échinococcose est asymptomatique chez le chien. En revanche, chez l’homme, le parasite s’enkyste dans le foie, voire les poumons, avec de graves conséquences sur ces organes. Dans le cas de la toxocarose chez l’homme, l’œuf ingéré se transforme en larve qui migre dans l’organisme et peut avoir des répercussions diverses selon sa localisation finale (œil, encéphale). Pour prévenir le risque de contamination, vermifugez votre chien régulièrement. 

    La teigne

    La teigne fait également partie des zoonoses. C’est une mycose cutanée assez contagieuse. Si votre compagnon en est atteint, vous aurez peu de chance d’y échapper. Chez l’homme, cela se manifeste par des petites plaques squameuses, bien délimitées, souvent rondes et dont le contour est rouge. Le traitement à base d’antifongique est contraignant, mais nécessaire et efficace.

    La gale

    La gale sarcoptique est une autre maladie de peau transmissible du chien à l’homme. Chez le chien, la maladie peut prendre une grande ampleur (démangeaisons, boutons, croûtes, perte de poils…), tandis que chez l’homme, l’acarien causera des symptômes plus modérés qui évolueront vers une guérison souvent naturelle. Les jeunes chiens, les chiens de chasse ou ceux séjournant en chenil sont les plus touchés, mais ce n’est pas une pathologie fréquente.

    D’autres zoonoses plus rares existent, comme la pasteurellose ou encore la rickettsiose. La rage est également une zoonose, systématiquement mortelle dès que les symptômes apparaissent, mais elle a disparu du territoire français.

    En surveillant la santé de votre chien, en le traitant régulièrement contre les différents parasites internes et externes, mais aussi en respectant les mesures d’hygiène classiques, vous minimiserez le risque de zoonoses !

    Le conseil d’Hélène Gateau

    Conseil Les enfants sont les plus exposés aux zoonoses. Il est alors très fortement conseillé de les sensibiliser le plus tôt possible aux règles élémentaires d’hygiène :

  • ne jamais frotter son visage sur un animal ;

  • bien se laver les mains après chaque contact et surtout ne pas mettre ses doigts dans sa bouche…

Dr Hélène Gateau
Vétérinaire

https://wamiz.com/

Comment la génétique influence la santé de mon chien ?


    La génétique chez les chiens peut jouer un rôle sur la santé, surtout pour les chiens de race. Alors que les croisements de races réduit de beaucoup les risques de maladies génétiques
    Nuage

     

    Comment la génétique influence la santé de mon chien ?

    Comment la génétique influence la santé de mon chien ?

    Le choix d’un chien commence souvent par le choix de sa race. En effet, chaque race présente des traits de tempéraments spécifiques, et cela peut aider pour choisir un chien qui correspond à son mode de vie. Mais beaucoup de races sont concernées par des maladies issues de leur patrimoine génétique : cela concerne-t-il toutes les races ? Les chiens issus de croisements sont-ils concernés ?

    Depuis les années 90 et la découverte du code génétique, notre compréhension du vivant a fait un progrès considérable, de même que la connaissance médicale. Dans cet article, nous reviendrons sur ce qu’est une maladie génétique, et comment celles-ci peuvent affecter (ou non) votre animal.

    Qu’est-ce qu’une maladie génétique ?

    On désigne par maladie génétique une affection causée par une  anomalie génétique (comme une mutation) sur un ou plusieurs des chromosomes. La maladie peut se déclarer dès la naissance, mais aussi pendant la vie de l’animal. La maladie est dite héréditaire si elle est transmissible à la descendance.

    On trouve donc une grande variété de maladies génétiques, qui diffèrent en fonction du/des gène(s) touché(s) : malformation congénitale, retard de croissance, dégénérescence de certains tissus, etc… Certaines peuvent être mortelles, d’autres sont juste handicapantes. Toutes ne se déclarent pas à la naissance : par exemple, le Cavalier King Charles est une race où plus de 80% des individus développent une maladie cardiaque entre 8 et 12 ans.

    Pourquoi les chiens de races ont-ils plus de maladies d’origine génétique que les chiens croisées ?

    Depuis sa domestication, l’humain sélectionne les chiens dont il a besoin en fonction de leurs critères physiques et comportementaux. Suivant les races et les critères retenus dans le standard, la sélection peut être très rigoureuse : des maladies peuvent apparaître, retenues involontairement dans la génétique de la race.

    C’est le cas pour la coloration « chocolat » du labrador : les labradors chocolats sont plus susceptibles de développer des maladies de peau et d’oreilles, et ont une longévité légèrement inférieure à ceux noirs ou jaunes. Il s’agit d’un cas particulier, où la couleur est ici associée génétiquement à des conditions de santé ou même des maladies.

    Il existe même des races qui sont sélectionnées avec des critères morphologiques impliquant des maladies génétiques :

    • le port du bassin bas chez le Berger Allemand, exigé par son standard de sa race, seraient en cause dans les dysplasies fréquemment observées.

    • les chiens brachycéphales naissent avec un appareil respiratoire réduit et comprimé, dans un but esthétique (le faciès juvénile, c’est-à-dire la face plate, nous attire) : les bruits respiratoires (ronflements) qu’ils expriment toute leur vie sont dus à cet appareil respiratoire écrasé. Ils naissent également avec un squelette fragile au niveau de la colonne, et de gros risques de hernies ou fractures vertébrales.

    • certaines races naines comme le chihuahua ne peuvent plus se reproduire sans assistance humaine : la réduction de la taille n’est pas proportionnée au corps du chien, qui a réduit plus vite que la tête. Si bien que lors de la naissance, la tête des chiots ne peut plus passer le bassin de la mère : les naissances se font donc obligatoirement par césarienne.

      Comment la génétique influence la santé de mon chien ?

      Le standard de la race impose d’avoir un port de bassin bas : il y aurait un lien avec la dysplasie de la hanche fréquente chez les Bergers Allemands.

      Pourquoi les éleveurs n’éliminent pas ces tares génétiques ?

      Il est important de mentionner que le travail de l’éleveur de chiens de race est de maintenir le standard de la race sans sélectionner de maladies génétiques : ce n’est pas un travail facile, à mesure que la connaissance avance.

      Aujourd’hui, de nombreux outils sont à leur disposition pour les aider : des tests génétiques ou des examens de santé précoces permettent de dépister les animaux porteurs, et de les sortir de la reproduction.

      Par exemple, la fameuse mutation MDR1, fréquente chez les colleys (87% en France), et provoquant une intolérance médicamenteuse, est aujourd’hui identifiable par un test génétique abordable : cela permet aux éleveurs de privilégier les chiens non porteurs du gène à la reproduction.

      Cependant, tous les éleveurs ne réalisent pas ce travail consciencieusement : trafic d’animaux, impératifs économiques et coût des analyses, etc… il convient à chaque futur propriétaire de chien de choisir son élevage avec soin, en évitant ceux qui ne présenteraient pas un tel niveau de qualité. Un éleveur passionné par sa race doit la connaître, et il sera à même de vous expliquer les détails sur les maladies génétiques liées à sa race, en toute transparence.

      Comment la génétique influence la santé de mon chien ?

      Les chiens croisés ont-ils moins de maladies que les autres ?

      Le croisement entre deux races permet souvent d’éliminer les maladies génétiques qui étaient présentes chez les deux races, mais cela dépend énormément des croisements et de la maladie surveillée : il peut y avoir des exceptions.

      En effet, le croisement n’empêche pas une maladie génétique de se transmettre. Par contre, il réduit drastiquement la probabilité qu’elle s’exprime : on reconnait les chiens croisés avec moins de problèmes dégénératifs (maladie cardiaque, problème immunitaire,…) ou de naissance, et souvent une longévité supérieure.

      Dr Stéphane Tardif

      Docteur vétérinaire et rédacteur pour Wamiz

      https://wamiz.com/chiens/

      Les labradors chocolat ont une santé plus fragile que les noirs et les jaunes


      La couleur du poil du Labrador peut avoir une incidence sur sa santé. Il semble que les labradors couleur chocolat vivent en moyenne 2 ans de moins et éprouvent des problèmes aux oreilles et de peau.
      Nuage

       

      Les labradors chocolat ont une santé plus fragile que les noirs et les jaunes

       

      labradors

      Les labradors chocolat vivent en moyenne moins longtemps que les autres.

      © ARDEA/MARY EVANS/SIPA

      Par Anne-Sophie Tassart

      Une étude menée au Royaume-Uni révèle que les labradors chocolat ont une espérance de vie réduite par rapport à leurs congénères de couleur noire ou jaune.

      Comme la plupart des races de chiens, les labradors ont des prédispositions pour certaines maladies. 67 en tout dont certaines sont liées à l’obésité qui guette tout particulièrement ces animaux. Des chercheurs britanniques et australiens ont également découvert que les labradors chocolat sont malheureusement encore plus enclins que ceux de couleur noire ou jaune, à développer certaines pathologies. .

      Une cohorte de 33.320 labradors

      Les scientifiques ont utilisé le VetCompass, un programme qui permet de recueillir des données sur les chiens suivis par les vétérinaires au Royaume-Uni. Grâce à ces informations, les auteurs de l’étude parue le 22 octobre 2018 dans la revue spécialisée Canine Genetics and Epidemiology, se sont intéressés à 3 types de données : la démographie, la mortalité et les maladies qui affectent les labradors.

      « Les analyses démographiques couvrent les 33.320 labradors de la base de données du VetCompass suivis par un vétérinaire en 2013 alors que les informations sur les problèmes de santé et sur la mortalité ont été extraites d’un échantillon aléatoire comprenant 2074 (6,2%) de ces chiens », précise l’étude.

      Au Royaume-Uni, la plupart des labradors sont noirs (44,6%), 27,8% sont jaunes et 23,8% sont chocolat (les auteurs n’expliquent pas dans leur étude pourquoi l’ensemble n’atteint pas 100%).

      Les labradors chocolat ont la peau et les oreilles fragiles

      Selon les résultats obtenus, l’espérance de vie moyenne des labradors est de 12 ans…mais pas pour ceux qui possèdent une robe chocolat. En effet, ces derniers ont une vie raccourcie de pratiquement 2 ans (ils ont une espérance de vie moyenne de 10,7 ans exactement) selon l’étude.

      « La prévalence de l’otite externe (inflammation du conduit auditif externe, NDLR) est de 12,8% chez les chiens noirs, de 17% chez les chiens jaunes mais chez les chiens chocolats, elle atteint les 23,4% », s’inquiètent les chercheurs. « De même, la prévalence de la dermatite pyotraumatique (inflammation cutanée, NDLR) chez les chiens noirs est de 1,1%, chez les jaunes de 1,6% mais chez les chiens chocolat elle atteint les 4% ».

      Pour cette race, la pigmentation des poils est donc clairement liée à des problèmes auriculaires et dermatologiques. Comment est-ce possible ? Tout d’abord, il faut savoir que la couleur chocolat est récessive chez les labradors : elle ne peut se manifester que si l’animal a reçu de son père et de sa mère la portion ADN qui la confère.

      « Donc si une couleur chocolat est désirée pour la portée, les éleveurs peuvent utiliser seulement certaines lignées ce qui peut involontairement augmenter la prédisposition des chiots à développer des maladies particulières », poursuivent les auteurs.

      La lignée des labradors chocolat, de part sa population restreinte et donc son pool génique limité, serait plus encline à développer des problèmes dermatologiques ou auriculaires. Cette découverte pourrait permettre aux éleveurs et aux vétérinaires de cibler plus facilement les examens à faire sur ces animaux.

      https://www.sciencesetavenir.fr/

      Un parasite chez les chats nuit aux bélugas


      Si vous avez un chat, j’espère que vous ne jeter pas ses excréments à la toilette, car ils sont généralement porteurs d’un parasite, la toxoplasmose. Ce parasite semble avoir un impact sur des mammifères marins comme le béluga. Bien que cela ne condamne pas à mort ces baleines, il peut quand même les affaiblir.
      Nuage

       

      Un parasite chez les chats nuit aux bélugas

       

       

      SIDHARTHA BANERJEE
      La Presse Canadienne
      Montréal

      Les bélugas du fleuve Saint-Laurent, qui doivent déjà faire face à de nombreuses menaces dans leur environnement, ont encore un autre problème à affronter, qui serait causé par les chats domestiques, selon des chercheurs.

      La toxoplasmose est une maladie de plus en plus répandue qui touche un grand nombre de mammifères marins. Et les seuls hôtes définitifs du parasite sont les félins, sauvages ou domestiques.

      Stéphane Lair, professeur à la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, et l’un des auteurs de l’étude, indique que sur 34 carcasses de bélugas examinées de 2009 à 2012, 44 % contenaient le parasite.

      Les animaux marins sont depuis longtemps en contact avec le parasite, mais la croissance de la population de chats domestiques semble faire des ravages sur les bélugas en voie de disparition, selon M. Lair.

      Les propriétaires de chats pourraient réduire la présence du parasite chez les mammifères marins en s’assurant de ne pas jeter les excréments de leur animal dans les égouts, a signalé M. Lair.

      Selon le spécialiste, il serait aussi préférable de garder son chat à l’intérieur, puisque le félin entre en contact avec le parasite en mangeant des rongeurs qu’il chasse à l’extérieur.

      Les chercheurs ne croient pas que le parasite soit fatal chez les baleines, mais il pourrait tout de même les affaiblir.

      « La présence d’un pourcentage élevé d’animaux avec ce parasite peut nous laisser croire que le parasite a un impact sur la survie des bélugas », a expliqué M. Lair en entrevue avec La Presse canadienne.

      « Ça ne veut pas nécessairement dire que les animaux sont morts de cette infection, mais ça veut dire qu’il y avait présence du parasite, au niveau soit de leur coeur ou de leur cerveau. »

      En 2012, on ne dénombrait que 900 bélugas dans le fleuve Saint-Laurent.

      La toxoplasmose fait des ravages auprès des mammifères marins partout dans le monde. Le phoque moine d’Hawaii, une espèce en voie de disparition, a été particulièrement touché cet été, a souligné M. Lair.

      La recherche a été publiée dans le magazine scientifique Diseases of Aquatic Organisms.

      https://www.lapresse.ca/