Le Saviez-Vous ► 5 signes qu’il est temps de vérifier la thyroïde de votre chien


Les chiens peut souffrir d’hyperthyroïdie. Certains symptômes peuvent nous mettre la puce à l’oreille.

Nuage


5 signes qu’il est temps de vérifier la thyroïde de votre chien


chien faim

Crédits : iStock

par Clara Zerbib, journaliste animalière

La thyroïde est une petite glande située dans le cou et qui joue un rôle particulièrement important dans la santé de votre chien. Et pour cause, c’est elle qui produit de nombreuses hormones essentielles et qui les régule afin de coordonner les niveaux d’énergie, la croissance, la température corporelle ou encore le rythme cardiaque. Mais lorsque la thyroïde produit trop ou, au contraire, pas assez d’hormones, des maladies apparaissent, telles que l’hyperthyroïdie ou l’hypothyroïdie. D’où l’importance de connaître les signes d’un déséquilibre hormonal chez votre chien afin de pouvoir réagir rapidement !

1. Il change de comportement

Si votre chien semble avoir perdu toute son énergie ou, au contraire, être devenu subitement hyperactif, il y a lieu de s’inquiéter. De même s’il est devenu agressif ou distant avec vous. En effet, tout changement de comportement chez votre animal ne doit pas être pris à la légère.

Cependant, les chiens sont plus souvent concernés par l’hypothyroïdie, contrairement aux chats qui souffrent généralement d’hyperthyroïdie. Cela signifie que nos amis canins sont plus enclins à se montrer fatigués, voire léthargiques, en cas de problème de thyroïde.

2. Il boit et urine plus

De nombreux problèmes hormonaux poussent les chiens à boire plus et donc à uriner plus que d’habitude. Toutefois, attention, ce symptôme peut également être le signe d’une maladie rénale ou de diabète.

À noter que des vomissements et des diarrhées peuvent également être observés en cas d’hyperthyroïdie.

3. Il prend du poids

Si vous remarquez que votre chien prend peu à peu du poids alors qu’il ne mange pas plus que de coutume, c’est le signe que quelque chose ne va pas. En effet, l’hypothyroïdie a tendance à à ralentir le métabolisme, ce qui entraîne une prise de poids.

De même, si votre chien fait soudain preuve d’un appétit vorace mais qu’il perd du poids, cela peut être le signe d’une hyperthyroïdie.

4. Il a des problème de peau

L’hypothyroïdie donne généralement lieu à des problèmes de peau et de pelage chez les chiens. Ainsi, si votre chien a le poil terne et sec, des infections cutanées, s’il perd beaucoup ses poils, donnant parfois lieu à un pelage clairsemé, ou encore s’il a des pellicules, une visite chez le vétérinaire s’impose. De même s’il a le poil gras et emmêlé.

5. Il ne supporte pas le froid

Une intolérance au froid peut indiquer une hypothyroïdie chez votre chien. Ainsi, si votre animal a tendance à frissonner au moindre changement de température, à chercher la chaleur des radiateurs ou des couvertures ou encore à écourter ses promenades par temps froid, ce n’est pas normal

Source

https://animalaxy.fr/

Certaines nourritures pour chien favoriseraient une maladie cardiaque


Au Canada, la nourriture pour chiens n’a pas vraiment de norme, mais on souligne que certaines marques de nourriture pourraient causer une cardiomyopathie dilatée, surtout pour des gros chiens, mais aussi quelques petits toutous.
Nuage


Certaines nourritures pour chien favoriseraient une maladie cardiaque


Un chien mange dans son bol.

La FDA a identifié 16 marques de nourriture pour chien liées au développement d’une maladie cardiaque mortelle.

PHOTO : ISTOCK

Radio-Canada

Le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA) a identifié 16 marques de nourriture pour chien sans grains qui seraient liées à des cas de cardiomyopathie dilatée (DCM).

Le secrétariat a analysé 515 rapports de cardiomyopathie dilatée produits entre le 1er janvier 2014 et le 30 avril dernier pour identifier 16 marques de nourriture dont 91 % sont « sans grain » (sans blé, soya, maïs, orge ou autres grains). 93 % des marques identifiées contenaient des pois, des lentilles ou des patates.

Les marques visées sont :

  • Acana

  • Zignature

  • Taste of the Wild

  • 4Health

  • Earthborn Holistic

  • Blue Buffalo

  • Nature’s Domain

  • Fromm

  • Merrick

  • California Natural

  • Natural Balance

  • Orijen

  • Nature’s Variety

  • NutriSource

  • Nutro

  • Rachael Ray Nutrish

La DCM est une maladie qui amincit les parois musculaires du cœur du chien, rendant plus difficile la circulation sanguine. Un chien atteint de DCM est beaucoup plus fatigué, perd du poids et peut soudainement s’effondrer.

Ce sont particulièrement les races de chien plus gros (grand danois, doberman, berger australien) qui sont à risque de développer cette maladie, quoique la FDA souligne que certains chiens plus petits (shih tzu, jack russell terrier) peuvent aussi en être atteints.

Plusieurs des marques identifiées par la FDA sont également en vente au Canada.

Mince lien de causalité

Tout en identifiant certaines marques de nourriture, le secrétariat américain se garde d’établir un lien fort entre la diète d’un chien et les cas de DCM.

« Dans le cas de la DCM, la FDA a une obligation de transparence avec le public propriétaire de chiens en ce qui concerne la fréquence à laquelle certaines marques ont été rapportées », indique le secrétariat dans son récent rapport.

Sur le site web de la compagnie Champion Petfoods, qui produit deux des marques identifiées (Acana et Orijen), il est écrit que la FDA ne fournit aucune preuve scientifique liant la DCM et nos produits, ingrédients ou les régimes sans grain de manière générale.

Selon le vétérinaire torontois Ted Morris, plusieurs propriétaires de chien ont téléphoné pour poser des questions sur le régime de leur chien après le dévoilement du rapport de la FDA.

Beaucoup de personnes sont terrifiées par rapport à ce qu’elles donnent à manger à leur chien, explique-t-il en entrevue avec CBC. [Elles me demandent] « est je suis en train de tuer mon chien »?

De son côté, Sarah Dodd, chercheure et vétérinaire à l’Université de Guelph, rappelle que les normes en matière de nourriture pour animaux au Canada sont minces et concernent exclusivement l’étiquetage.

Vous pourriez mettre n’importe quoi dans un sac et dire que c’est de la nourriture pour chien, tant que les coordonnées de votre entreprise et de votre manufacturier sont bien indiquées sur le sac. Sarah Dodd, chercheure et vétérinaire à l’Université de Guelph

https://ici.radio-canada.ca/

Une nouvelle manière de mesurer les signes vitaux chez les animaux


C’est une belle avancée pour prendre les signes vitaux des animaux sans pour autant les  »connecté » avec des électrodes. Ils utiles une puce près de l’animal qui enregistre des ondes sonores du rythme cardiaque et respiratoire.
Nuage

 

Une nouvelle manière de mesurer les signes vitaux chez les animaux

 

 

MATHIEU PERREAULT
La Presse

Des chercheurs américains ont réussi à mesurer les signes vitaux de petits animaux sans leur placer des électrodes sur le corps. Le stress de la pose et du port de ces électrodes introduit une distorsion importante dans nombre d’études médicales.

« Notre système peut révolutionner le suivi des signes vitaux en laboratoire ou dans leur habitat naturel », expliquaient les auteurs, des biologistes de l’Université Cornell dans l’État de New York, dans la revue Science Advances à la mi-février.

La technique consiste à placer près de l’animal une puce qui enregistre les ondes‎ sonores qu’il émet. Certaines fréquences de ces ondes correspondent aux rythmes cardiaque et respiratoire.

Les puces ont tout d’abord été testées sur un rat de laboratoire endormi dont les signes vitaux étaient aussi surveillés par des électrodes traditionnelles reliées par des files à un appareil de mesure. Les résultats étant bons, les puces ont ensuite été utilisées pour un cobaye éveillé, une tortue, un hamster, un perroquet et un poisson combattant (betta). Les résultats étaient bons pour la respiration et les battements du coeur de toutes les espèces, sauf le poisson, où seuls les battements cardiaques ont « probablement » pu être mesurés avec la puce sans fil, selon les chercheurs.

Le stress des animaux de laboratoire est une source de soucis pour plusieurs chercheurs, qui doivent en tenir compte pour interpréter leurs résultats. Les électrodes compliquent aussi l’étude des petits animaux dans leur habitat naturel.

De plus, la fourrure et les écailles compliquent la mesure des signes vitaux par les électrodes‎. Un gel est parfois appliqué dans ces cas, ce qui introduit une distorsion supplémentaire. Certains biologistes mettent les électrodes sur des muqueuses comme la bouche, mais leur conductivité électrique est variable et le stress est encore plus grand. Certains animaux doivent être anesthésiés avant d’être branchés tellement ils sont nerveux.

La mesure sans électrode pourrait éventuellement migrer vers l’homme, une transition compliquée par l’extrême précision‎ et fiabilité nécessaire dans la surveillance et le diagnostic des patients. Quelques avancées apparaissent toutefois : cette semaine dans la revue Pediatrics, des chercheurs américains décrivent un système sans fil, mais avec des électrodes des signes vitaux des bébés, ce qui facilite leurs liens avec leurs parents.

https://www.lapresse.ca/

Des jeux vidéo pour aider les chiens à rester jeunes ?


Je peux comprendre que les chiens jeunes et vieux ont besoin de stimulation pour rester en santé. Cependant, le là  à se servir d’un écran interactif pour y parvenir, me semble un brin paresseux. N’est-ce pas l’exercice extérieur, prendre l’air serait meilleur pour l’animal ?
Nuage

 

Des jeux vidéo pour aider les chiens à rester jeunes ?

 

Crédits : Flickr / jill, jellidonut… whatever

par Yohan Demeure

Une étude autrichienne estime que les jeux vidéo peuvent aider les chiens à rester jeunes. Les jeux vidéo, nouvel élixir de jouvence canin ?

Miley et Tiara, deux colleys à poil court, ont participé à une étude de l’Université de Vienne (Autriche). Ces deux chiens – tout comme plusieurs centaines d’autres âgés de 6 ans et plus – ont été entraînés à utiliser un écran avec le bout de leur truffe. Le but ? Vérifier si la pratique régulière d’une activité sur ordinateur pouvait stimuler les neurones des chiens et ainsi ralentir la dégénérescence habituellement observée avec l’âge.

Le premier test consistait pour les chiens à viser des formes arrondies et carrées avec leur truffe. En cas de succès, les chiens recevaient logiquement une récompense. Les autres tests visaient à apprendre à faire la différence entre une bonne et une mauvaise image, ou encore toucher une cible en mouvement. Il s’avère que même les chiens les plus âgés ont pu se familiariser avec les écrans interactifs et ont suivi l’enseignement des chercheurs.

« On a parfois tendance, avec les vieux chiens, à se dire qu’on va les laisser tranquilles sur le canapé à dormir toute la journée. Ce faisant, on ne leur fait cependant pas du bien. Le cerveau a besoin de plus de stimulation et aussi de problèmes à résoudre », estime l’équipe scientifique.

Les premiers résultats de ces recherches ont été récemment publiés sur le site de l’ACM Digital Library. Selon les chercheurs, l’étude pourrait ouvrir les portes à de nouveaux moyens de gestion du vieillissement des chiens. Les écrans apparaissent comme offrant une multitude de stimuli, ce qui n’est pas vraiment le cas des jouets pour chien qui – disons-le – ne sont pas très sophistiqués.

Seul bémol, ce genre de pratique devient assez compliquée en cas de truffe très humide ! Cependant, les chercheurs rêvent de voir un jour apparaître des tablettes ou écrans spécialement conçus pour les chiens.

Sources : MashableTVA Nouvelles

http://sciencepost.fr/

Le Saviez-Vous ► Les animaux se suicident-ils


On ne sait pas que vraiment si les animaux peuvent vraiment se suicider, quoiqu’il y a des histoires d’animaux qui semblent pourtant faire ce pas ultime. Il y a probablement d’autres facteurs qui rentre en ligne de compte. On sait par contre que le parasite toxoplasma gondii a pour effet d’enlever toute peur du chat chez les rongeurs. On ne peut pas vraiment qualifier cela de suicide étant donné que c’est une infection
Nuage

 

Les animaux se suicident-ils ?

 

Crédits : iStock

Que ce soit des baleines qui s’échouent volontairement, des chiens qui se noient, ou encore des vaches qui se jettent du haut des falaises, tout le monde a entendu parler de ces étranges cas d’animaux suicidaires Mais peut-on réellement parler de suicide ? Les animaux ont-ils vraiment conscience de leur existence ?

Éléments de réponse.

Les animaux et la conscience

Pour pouvoir être en mesure de prendre la décision de mettre un terme à sa vie, il faut avoir conscience de sa propre existence. On sait que des animaux comme les dauphins, les éléphants ou encore les singes, sont capables de reconnaître leur reflet dans un miroir. Mais leurs capacités cognitives sont-elles développées au point de les faire se projeter dans le futur et leur faire comprendre qu’ils peuvent se donner la mort ?

La plupart du temps, leurs comportements sont tout simplement mal interprétés. Lorsque les animaux s’ennuient, éprouvent une forte anxiété ou dépriment, ils peuvent s’automutiler. Par exemple, certains vont s’arracher les poils tandis que d’autres vont carrément se mordre. Cela ne peut en aucun cas être considéré comme une forme de suicide.

Crédits : Burst/Pexels

Des témoignages troublants

De nombreuses histoires sont venues alimenter ce débat qui divise la communauté des chercheurs sur la capacité ou non des animaux à se suicider. Dès 1845, la presse rapporte qu’un chien aurait volontairement essayé de se noyer.

Puis, au fil du temps, d’autres faits sont apparus : des chiens qui se laissent mourir de faim après la mort de leur maître, des cerfs qui se jettent d’une falaise pour échapper aux chasseurs, des canards qui se noient volontairement après la disparition de leur moitié, des baleines qui s’échouent par centaines, des hamsters qui sautent des balcons, des rats-taupes nus malades qui quittent leur colonie pour aller mourir ailleurs afin d’éviter une contagion massive…

Crédits : iStock

Que peut-on en conclure ?

Les scientifiques n’ont pas encore réussi à trancher sur le sujet. Mais il semble peu probable que les animaux puissent être en mesure de se donner la mort uniquement parce qu’ils sont tristes. D’autres facteurs devraient entrer en compte dans ce choix, comme le bien de la communauté par exemple ou une infection poussant au suicide. En effet, il existe un parasite, le toxoplasma gondii, qui s’introduit dans le cerveau des rongeurs, ce qui a pour conséquence de les pousser vers les chats, leurs prédateurs de toujours, comme de véritables aimants. Peut-on ici parler de suicide ? Rien n’est moins sûr.

De nombreuses hypothèses peuvent être formulées, mais ce qui est certain, c’est que nous avons encore beaucoup à apprendre des animaux.

Article initialement publié sur Animalaxy

http://lesavaistu.fr/

Comment prendre soin de votre chat pendant l’automne ?


Encore des conseils pour les chats à cette époque de l’année pour éviter des désagréments a nos minets comme les parasites, vers, mue, tique, puce et  autres problèmes
Nuage

 

Comment prendre soin de votre chat pendant l’automne ?

 

chat en automne

A chaque saison son lot de désagréments pour votre chat. Parasites, vers, mue et mauvais temps sont autant de choses dont il faut se prémunir quand vient l’automne afin de le mettre à l’abri de tout problème.

Les journées sont plus courtes, le beau temps laisse peu à peu place à la fraîcheur et à la grisaille. Des changements météorologiques qui ne sont pas sans conséquence pour votre adorable félin…

1. Protéger votre chat contre les puces et les tiques

Comme au printemps, l’automne est une saison propice au développement des tiques. Ces dernières se multiplient encore plus lorsque les températures oscillent entre 0 et 20°C. Ne croyez d’ailleurs pas en être épargné si vous vivez en ville : elles sont présentes partout, notamment dans les espaces verts.

Avec le retour des basses températures, attendez-vous également à voir les puces revenir ! Cherchant à un abri pour l’hiver, ces dernières n’hésiteront pas à venir élire domicile chez vous…

Une seule solution pour éviter ces parasites : administrer un traitement antiparasitaire à votre chat.

2. Penser à faire vermifuger votre chat

Le plus souvent invisibles à l’œil nu, les vers peuvent causer de gros dégâts en investissant cœur, intestins, ou vaisseaux sanguins de l’animal. Ces parasites sont d’autant plus dangereux que leur présence se détecte difficilement et qu’elle peut être fatale. Par ailleurs, sachez que tous les chats y sont vulnérables, peu importe la saison. Il est donc préconisé – par précaution – de vermifuger son tigre de salon quatre fois par an, à chaque changement de saison.

3. Prenez gare à la teigne !

L’été ? C’est LA saison au cours de laquelle votre chat risque le plus de contracter le champignon parasitaire à l’origine de la teigne. Néanmoins, ce n’est qu’à l’automne que la maladie en elle-même se réveille vraiment. Il n’existe aucun traitement préventif contre ce mal. Soyez donc vigilant : cette mycose de la peau se manifeste généralement par une zone ronde dépourvue de poil !

4. Brosser votre chat = le secret pour limiter les boules de poils

Nous n’y pensons pas forcément, et pourtant : comme au printemps, lorsque vient l’automne, le chat mue. Son pelage «d’été» – plus fin – laisse place à celui «d’hiver» – plus épais – afin qu’il supporte mieux le changement de température. Lorsqu’il fait sa toilette, il prend donc le risque d’avaler des poils… qui formeront des boules dans son estomac. Ces dernières peuvent engendrer inflammations gastriques et vomissements. La seule façon de limiter leur apparition est de brosser régulièrement votre félin afin de lui ôter le poil mort.

5. L’arthrose du chat, un mal qui se soulage

Maladie chronique de dégradation du cartilage capable de toucher toutes les articulations de l’organisme, elle concerne généralement le chat âgé. Selon les vétérinaires, près de 80% des félins de 11 ans et plus souffrent en effet de l’arthrose. Et lorsque les températures baissent, les douleurs se réveillent… s’il est impossible d’enrayer complètement ce mal, il est néanmoins possible de l’atténuer. Comment ? En l’aidant d’une part dans sa toilette en le brossant régulièrement et en lui permettant de rester au chaud au maximum.

https://wamiz.com

Teigne, parasites, arthrose… Comment protéger votre chat des dangers de l’automne ?


L’automne est une belle saison, en préparation pour l’hiver. Pour les chats, il y a des désagréments qu’il est possible d’éviter ou du moins de traiter
Nuage

 

Teigne, parasites, arthrose… Comment protéger votre chat des dangers de l’automne ?

 

L’automne est arrivé, les arbres prennent des teintes cuivrées et les jours raccourcissent. Mais avec cette nouvelle saison arrivent également quelques petits désagréments pour nos chers matous.

En effet, les changements de température et de luminosité ont des conséquences sur votre animal et sur ce qui l’entoure. Voici les principaux dangers de l’automne pour les chats, à bien surveiller pour le bien de votre fidèle compagnon.

Gare à la teigne

Si c’est principalement pendant l’été que se contracte la teigne, ses symptômes n’apparaissent en revanche qu’en automne. A défaut de traitement préventif, il est donc important de bien surveiller votre chat pour vous assurer qu’il ne l’a pas développée.

Les signes distinctifs de la teigne du chat sont des démangeaisons, avec éventuellement des zones sans poils et des lésions cutanées. Cette maladie se transmet de l’animal à l’homme, il est donc conseillé de consulter un vétérinaire si votre chat présente ces symptômes. Heureusement, la teigne se guérit assez facilement.

chat se gratte

© Flickr – jawshouamoua

Le retour en force des parasites

Dehors, les températures baissent : l’heure est déjà venue pour certains de mettre en route les radiateurs, pour réchauffer la maison. C’est alors le moment idéal pour l’éclosion des œufs de puces, qui patientaient jusque-là sous la moquette ou le parquet.

Si votre matou a l’air de se battre contre les parasites, malgré les traitements, il est donc probable que les puces se soient installées chez vous. Un grand nettoyage de fond est alors nécessaire pour s’en débarrasser définitivement ! Attention également aux tiques, qui contrairement aux idées reçues ne sont pas moins actives avec la baisse des températures.

Mue et boules de poils

Qui dit changement de température dit changement de pelage ! Les chats vont bientôt entrer dans une phase de mue afin de retrouver leur épaisse fourrure d’hiver. Mais attention, en faisant leur toilette les chats sont susceptibles d’avaler leurs propres poils, qui s’ils ne sont pas recrachés finiront par obstruer leur système digestif !

chat qui se lèche

© Flickr – Toshihiro Gamo

Il est donc important de bien brosser son chat en période de mue, lorsque leur pelage se renouvelle. Pour l’aider à mieux éliminer les poils avalés, il est également recommandé de lui fournir une alimentation riche en fibres.

Les douleurs articulaires du chat

Avec l’âge, les chats sont comme nous sensibles à des problèmes comme l’arthrose. La vieillesse et le surpoids sont d’ailleurs les deux principales raisons de l’apparition de problèmes articulaires chroniques, qui ne peuvent être soignés définitivement. Le froid et l’humidité de l’automne favorisent malheureusement le réveil de ces douleurs :votre matou peut avoir du mal à se lever, boiter ou sembler un peu moins joyeux. Si c’est le cas, n’hésitez pas à consulter un vétérinaire qui vous guidera sur la meilleure façon de soulager son arthrose.

https://wamiz.com/