Une 30e Nuit des sans-abri… toujours nécessaire!


C’est cette nuit qu’à Montréal et plusieurs autres villes du Québec, la Nuit des sans-abris. Des personnes vont passer la nuit dehors comme des sans-abris, dans le but de sensibiliser la population à la dure réalité de vivre dans la rue. Cette nuit, il fera froid, et l’hiver, on prévoit beaucoup de neige et a certains moments de grands froids. Les choses s’améliorent avec les années, mais ce n’est pas suffisant, il y a de plus en plus de sans-abris, les besoins sont criant
Nuage


Une 30e Nuit des sans-abri… toujours nécessaire!


Une 30e Nuit des sans-abri... toujours

SRDJANNS74 VIA GETTY IMAGES

Alors que la Nuit se tiendra à seulement quelques heures de la tenue des élections fédérales, force est de constater que cet enjeu de société majeur est largement passé sous l’écran radar lors de cette campagne électorale.

  • Par Pierre Gaudreau

Ce vendredi 18 octobre se tiendra la 30e Nuit des sans-abri à Montréal. Ce rendez-vous annuel de solidarité se déroulera simultanément dans plus de 30 villes au Québec. Organismes et citoyen.ne.s concernés se mobiliseront pour attirer l’attention sur le phénomène de l’itinérance et interpeller les autorités afin que des réponses accrues soient apportées pour le contrer.

Même si des progrès ont été faits depuis 30 ans, cet événement conserve toujours sa pertinence, surtout considérant que l’itinérance demeure en croissance. Alors que la Nuit se tiendra à seulement quelques heures de la tenue des élections fédérales, force est de constater que cet enjeu de société majeur est largement passé sous l’écran radar lors de cette campagne électorale.

Il y a 30 ans, c’est autour d’un modeste brasero installé devant les studios de MusiquePlus que s’est tenue la première Nuit des jeunes sans-abri de Montréal. Le réseau des Auberges du Cœur et une poignée d’alliés voulaient alors souligner l’importance de l’itinérance jeunesse.

Des personnes de plus en plus âgées cognent dorénavant à la porte des ressources déjà à pleine capacité.

Comme en témoigne entre autres le thème choisi cette année, «Différents visages, différentes histoires», la Nuit des sans-abri s’est depuis longtemps élargie à toutes les populations touchées par le phénomène. L’itinérance jeunesse demeure importante, mais des personnes de plus en plus âgées
cognent dorénavant à la porte des ressources déjà à pleine capacité.

Des avancées importantes

Il demeure que de nombreuses réponses aux besoins se sont développées au fil des ans, fruits de l’action des organismes 365 jours par année et du soutien important, mais insuffisant, des gouvernements et de la Ville de Montréal. Les actions se développent en cohérence avec une approche globale, aujourd’hui amplement reconnue comme la clé pour prévenir et réduire l’itinérance.

À Montréal uniquement, plus de 3000 logements sociaux ont été construits pour offrir un toit aux personnes à la rue ou à risque de l’être. Ces logements ont permis de stabiliser des milliers de personnes, mais le soutien communautaire
qui y est offert, une intervention essentielle pour assurer cette stabilité, demeure largement sous-financé.

Avec 644$, réussir à payer un loyer ou en trouver un est un défi de plus en plus insurmontable.

De plus, il n’est plus nécessaire d’avoir une adresse de résidence pour obtenir un chèque d’aide sociale. À lui seul, l’organisme Le Sac à dos permet à 1200 personnes d’obtenir cette aide, bien qu’elle demeure insuffisante. Avec 644$,
réussir à payer un loyer ou en trouver un est un défi de plus en plus insurmontable.

Aussi, à Montréal et plus récemment à Québec, on n’emprisonne plus les sans-abri pour non-paiement d’amendes inutiles. Il demeure que ceux-ci continuent de recevoir un nombre injustifié de tickets qui leur sont remis en raison de leur condition sociale.

Enfin, après plus de 15 ans de travail, des organismes ont enfin pu mettre sur pied quatre services d’injection supervisée (SIS) à Montréal. Ceux-ci réduisent les risques de surdoses, mais il est nécessaire de poursuivre le développement d’actions pour les contrer, notamment en ouvrant ce type de services ailleurs au Québec.

Des défis majeurs persistent

En prévention, la lutte à l’itinérance souffre d’un manque de moyens. La perte d’un logement, la sortie des établissements carcéraux, des centres jeunesse et du réseau de la santé demeurent des voies qui mènent trop de personnes à la
rue.

Depuis des années, La Rue des femmes, l’Auberge Madeleine et d’autres ressources d’hébergement pour femmes doivent effectuer des refus faute de places. Les refuges pour hommes font aussi face à un débordement. L’ancien hôpital Royal-Victoria qui a fait office d’unité de débordement l’hiver dernier sera encore nécessaire cet hiver.

Rappelons qu’une Politique nationale de lutte à l’itinérance a été adoptée en 2014 pour faire face à ces situations. Demandée par le milieu communautaire et au cœur de nombre de Nuits des sans-abri, cette politique intitulée Ensemble,pour éviter la rue et en sortir interpelle une dizaine de ministères au Québec.

Un rôle majeur pour le fédéral

L’approche globale de la lutte à l’itinérance prônée dans cette Politique québécoise en itinérance interpelle aussi le gouvernement fédéral. Au premier rang des demandes qui y sont véhiculées, Ottawa doit accroître les fonds destinés au développement du logement social.

L’aide apportée aux personnes âgées à faible revenu doit aussi être augmentée et le gouvernement doit s’assurer que toutes les personnes admissibles reçoivent le Supplément de revenu garanti.

Finalement, si le gouvernement a accru, avec son programme Vers un chez soi, les fonds destinés à la lutte à l’itinérance, ceux-ci demeurent insuffisants. Le Réseau SOLIDARITÉ Itinérance du Québec demande un investissement de 50 millions $ par an pour le Québec, avec l’assurance que ces fonds puissent soutenir la diversité d’actions pour venir en aide aux différents visages de l’itinérance et leurs différentes histoires.

Venez faire un tour!

Que ce soit pour quelques instants ou quelques heures, venez exprimer votre solidarité en participant à la 30e Nuit des sans-abri.

À Montréal, celle-ci se tiendra pour une première fois dans Hochelaga.
17h00: Marche de solidarité, départ de la station Joliette, au coin de la rue De Chambly.
De 18h00 à 1h00 : Vigile, avec activités, à la Place Gennevilliers-Laliberté, qui jouxte le Marché Maisonneuve

Ailleurs au Québec : www.nuitdessansabri.ca

https://quebec.huffingtonpost.ca/

La relation houleuse entre les cônes orange et les sans-abri


Ceux qui se risquent d’aller à Montréal sans trop connaitre la ville, devraient s’armer de plus que de la patience, car même pour les habitués ce n’est pas toujours facile, entre autres, à cause, des chantiers de constructions un peu partout dans la ville. Montréal change de plus en devenant une ville comme Toronto et Vancouver. Alors, imaginé pour les sans-abris, c’est l’enfer de trouver un endroit où ils ne seront pas rejetés à cause de la construction
Nuage


La relation houleuse entre les cônes orange et les sans-abri


Un homme est couché sur un trottoir. Des passants marchent près de lui.

À Montréal, le nombre d’itinérants a grimpé de 8 % entre 2015 et 2018.

PHOTO : RADIO-CANADA

À cause de la multiplication des chantiers de construction, de la pénurie de logements et de la flambée des prix de l’immobilier sur l’île de Montréal, les personnes en situation d’itinérance se retrouvent piégées.

Immeubles à condos, tours de bureaux, nouveaux complexes commerciaux, en plus des importants projets de construction de la Ville, les chantiers privés pullulent sur le territoire.

Et si de nombreux Montréalais ont de plus en plus de difficultés à accéder à la propriété, ou même à payer leur loyer devenu trop élevé, ceux qui sont dans la rue se retrouvent chassés de leurs abris de fortune en raison de l’embourgeoisement progressif de la métropole.

Toujours plus nombreux, ces sans-abri se déplacent vers des quartiers plus éloignés, qui leur offrent moins de services, et s’isolent ainsi un peu plus.

Pour tenter d’enrayer ce phénomène de marginalisation, la Ville veut « rester optimiste » et travailler en étroite collaboration avec les organismes communautaires.

En 2018, on dénombrait près de 3150 itinérants « visibles » à Montréal et une augmentation de cette population de 12 %, en trois ans, dans la province.

Une situation qui n’est pas sans rappeler celles d’autres villes canadiennes comme Toronto et Vancouver, dont la population itinérante a explosé.

« Rejetés de toute part »

Trois hommes sont debout devant une boutique qui propose notamment à la vente des casquettes de baseball.

Les hommes, représentent près des trois quarts des itinérants de Montréal.

PHOTO : RADIO-CANADA

Sylvia Rivès est aux premières loges de ces transformations. Le mandat de la directrice des programmes de médiation de la Société de développement social : intervenir au quotidien sur les différents chantiers de construction afin de sécuriser les lieux, mais aussi de nouer le contact avec les personnes itinérantes délogées.

Sécuriser les zones de travaux veut aussi dire chasser les itinérants parfois bien installés. Avec la multitude de chantiers, ça devient très difficile de les reloger.

Sylvia Rivès, directrice des programmes de médiation de la Société de développement social

Les espaces où s’installer s’amenuisent et les refuges sont bondés, selon l’intervenante.

« On s’assure de les sensibiliser », ajoute-t-elle, assurant qu’il s’agit de veiller à ce que ces personnes s’installent dans des endroits sûrs.

« S’ils ont besoin de services, on va les accompagner, dit-elle. C’est un travail en concertation avec les intervenants en milieu communautaire, les policiers, la Ville de Montréal ; tout le monde travaille ensemble pour trouver des solutions pour ne pas laisser ces gens-là démunis. […] Mais on en perd aussi beaucoup de vue avec tous ces déplacements », concède-t-elle.

Jacques, 60 ans, est l’un de ces itinérants « déplacés » à maintes reprises. Pour la première fois depuis plusieurs années, il s’est trouvé « une place fixe » où poser sa tente, sur le terrain du Canadien de Montréal. Il s’estime chanceux et partage son « petit coin de paradis », comme il l’appelle, avec une vingtaine d’autres itinérants.

« Je suis tellement habitué de me faire déloger de mes places. On se fait rejeter tout le temps. Ici, je fais rien de mal, je fais attention à l’environnement, je suis propre. Je suis bien aimé dans le coin. Mais s’ils bâtissent, je vais être obligé de m’en aller », commente-t-il.

David [prénom fictif] n’a pas eu cette « chance ». Évincé de son logement en 2014, il n’a plus d’endroit à lui.

La construction en ville à fait déménager tous mes amis, déplore-t-il. Puis quand t’es installé quelque part et que t’arrives le lendemain, tout est parti. Y a pas de considération pour les effets personnels des sans-abri. On est sans-abri, mais on est des êtres humains pareil.

David, sans-abri

Face à l’instabilité résidentielle

En plus des chantiers de construction, les prix élevés des loyers sont inaccessibles pour cette clientèle et cela contribue à changer le visage de cette pauvreté.

« Quand on pense qu’une chambre peut coûter 500 $ par mois, sur un chèque de 600 $ d’aide sociale… il ne reste plus beaucoup pour assurer les besoins de vie courante », illustre Vincent Ozrout, agent d’intervention auprès des personnes en situation d’itinérance à la Mission Old Brewery.

Il dit s’inquiéter de « ce problème majeur de gentrification de la ville », qui pousse de plus en plus de personnes en situation de précarité financière dans la rue.

L’itinérance est un symptôme, ce n’est pas juste de la pauvreté, c’est un sous-produit de notre façon de vivre. Il faut se montrer innovateur et s’en inquiéter. On est tous à un événement près de l’itinérance. Ça peut concerner tout le monde.

Vincent Ozrout, agent d’intervention à la mission Old Brewery

Un mal pour un bien ?

Pour le commissaire aux personnes en situation d’itinérance à la Ville de Montréal, Serge Lareault, cette situation est extrêmement préoccupante, mais elle serait aussi l’occasion de rejoindre les laissés pour compte plus facilement.

Avant, des personnes pouvaient passer des années sous un viaduc sans que personne ne leur parle. Le côté positif, c’est qu’on reprend contact avec ces personnes-là. Alors oui, on déplace des gens, et c’est très difficile pour eux, mais on est peut-être capable les aider davantage. L’idée est de ne pas de les laisser seuls sous un viaduc.

Serge Lareault

Et selon l’entrepreneur social, « travailler à créer un lien de confiance » passe par une réinsertion de ces individus dans la société en collaborant avec les organismes communautaires.

« Un retour est possible », estime-t-il. « Il n’y a plus de déplacements sauvages de ces populations. Notre choix, ce n’est pas qu’ils soient dans la rue », assure-t-il en indiquant que Montréal fait mieux que Toronto ou Vancouver.

Il rappelle également que Montréal souhaite la création de 12 000 logements sociaux, comme l’a promis la mairesse Valérie Plante en 2017. Elle devrait théoriquement être effective à l’automne 2021. La concrétisation de cette stratégie reste toutefois attendue. Aucun bilan réel n’a encore été présenté. À peine 11 % des logements sont actuellement des logements sociaux ou abordables sur l’île de Montréal.

Avec les informations de Jacaudrey Charbonneau

https://ici.radio-canada.ca

Google aurait ciblé des sans-abri pour améliorer sa technologie de reconnaissance faciale


Si au moins, ils auraient payé une semaine de repas aux sans-abri, cela aurait été un peu moins pire, mais profiter pour améliorer des produits et faire des millions sans rien au retour et en plus sans dire exactement ce qu’ils attendent de ces personnes est pitoyable
Nuage


Google aurait ciblé des sans-abri pour améliorer sa technologie de reconnaissance faciale

Le visage d'un homme est analysé par un ordinateur.

Google est dans l’embarras après avoir utilisé des tactiques douteuses pour améliorer sa technologie de reconnaissance faciale.

PHOTO : GETTY IMAGES

Moins de deux semaines avant le lancement du Pixel 4, son nouveau téléphone intelligent, Google a décidé de suspendre un programme controversé, qui avait pour but d’améliorer sa technologie de reconnaissance faciale, à la suite de révélations déconcertantes sur les tactiques utilisées.

Dans le contexte de ce programme, on offrait des chèques-cadeaux de 5 $ à des volontaires dans plusieurs villes américaines, en échange d’un balayage numérique de leur visage. Or, le New York Daily News a publié un reportage qui démontre que les gens engagés par Google auraient été encouragés à viser des personnes noires et des sans-abri, souvent sans annoncer qu’ils travaillaient pour Google et sans spécifier que leur visage serait enregistré.

Un ex-employé a affirmé au New York Daily News qu’un gestionnaire de Google lui aurait donné comme instruction de viser les sans-abri, parce qu’ils et elles sont moins à risque de dire quoi que ce soit aux médias.

Google aurait également trompé des étudiants et étudiantes en cachant ses intentions réelles et en leur disant qu’on testait une nouvelle application, une espèce de jeu d’égoportraits semblable à Snapchat.

Programme suspendu et enquête lancée

Initialement, Google a prétendu que l’idée était de s’assurer que la fonction de déverrouillage du Pixel 4, activée par la reconnaissance faciale, prenne en compte un large éventail de visages, afin d’éviter les biais notamment envers les personnes de couleur.

L’entreprise a finalement affirmé au New York Times et au magazine The Verge qu’elle suspendait le programme sur-le-champ et qu’on ouvrait une enquête à la suite des révélations du New York Daily News. Sans commenter chacune des allégations, Google a affirmé qu’elle avait bel et bien engagé du personnel de Randstad pour ses recherches, et que les détails rapportés par les médias étaient très troublants.

Google se défend de manquer de transparence

Google a assuré à The Verge qu’elle avait pris les mesures nécessaires pour que celles et ceux qui conduisaient l’étude soient transparents dans leurs démarches. L’entreprise pourrait ainsi éluder certaines des accusations lancées contre elle et rejeter le blâme sur le sous-traitant si les allégations devaient s’avérer.

Nous prenons ces allégations au sérieux et nous avons lancé une enquête afin d’en savoir plus. Les allégations concernant la transparence et le consentement sont contraires à nos exigences et à la formation que nous avons fournie, a déclaré Google dans à The Verge.

Google ne suspend toutefois pas définitivement le programme. L’entreprise affirme qu’il est simplement suspendu le temps que la lumière soit faite sur la situation, et qu’elle continuera à payer entre-temps les personnes engagées.

Le géant du web a dû faire face à ses responsabilités après que Nina Hickson, une avocate d’Atlanta, lui a envoyé un courriel incisif à propos de ses tactiques douteuses.

La possibilité qu’on exploite des membres les plus vulnérables de la population pour avancer les intérêts commerciaux de votre compagnie est profondément alarmante, pour de multiples raisons, a-t-elle écrit, selon ce que rapporte le New York Times.

https://ici.radio-canada.ca/

À San Francisco, des rochers pour déloger les SDF


Mettre des rochers sur les trottoirs n’aide pas à diminuer les sans-abris dans un quartier. Je peux comprendre que les résidents veulent diminuer la violence et le trafic de drogue, mais ils ne font que déplacer le problème ailleurs et les SDF sont souvent les victimes et rien ne garantis que la drogue et la violence diminuera.
Nuage
 


À San Francisco, des rochers pour déloger les SDF


Une personne sans-abri à San Francisco en juin 2016. | Josh Edelson / AFP

Une personne sans-abri à San Francisco en juin 2016. | Josh Edelson / AFP

Repéré par Claire Levenson

Repéré sur Washington Post

Des résident·es ont payé des milliers de dollars pour en installer une vingtaine, afin d’empêcher les sans-abri de camper dans leur rue.

Depuis plusieurs semaines, à San Francisco, une bataille fait rage entre des riverain·es qui ont installé vingt-quatre rochers dans leur rue pour empêcher les sans-abri de s’y installer et des activistes qui dénoncent l’inhumanité du geste. Une trentaine de militant·es à bicyclette ont poussé les rochers sur la route, avant que des personnes employées par la mairie ne les remettent à leur place sur les trottoirs. Les opposant·es les ont ensuite ôtés de nouveau.


Les habitants de San Francisco ont collé des pierres sur leur trottoir pour dissuader les campeurs sans abri de trafiquer des drogues. (Danielle Baskin)

Les résident·es de la ruelle de Clinton Park veulent se débarasser d’un campement de SDF qui est devenu une zone de trafic de drogue et de violence. Leurs doléances vont de hurlements la nuit, de seringues par terre et de l’inaction de la police malgré leurs multiples appels. Leur solution a donc été d’acheter des rocs assez gros pour que les SDF n’aient plus la place d’installer leurs tentes sur le trottoir.

Hausse des prix de l’immobilier

La mobilisation des riverain·es, qui ont payé des milliers de dollars pour cette opération, est symptomatique de la situation extrême dans laquelle se trouve San Francisco. La population de sans-abri y a augmenté de 17% depuis 2017 et les prix de l’immobilier continuent de grimper. Dans le quartier de la dispute des rochers, Mission Dolores, le prix médian des logements est d’un million de dollars. L’un des problèmes majeurs est le manque de construction de nouveaux immeubles, notamment de logements sociaux.

Si l’idée des rochers n’est pas venue de la mairie, plusieurs responsables politiques locaux ont soutenu cette intiative, expliquant que cela avait permis de faire fuir les trafiquants. Plusieurs fois, la municipalité a replacé les rochers que les opposant·es avaient ôtés. Finalement, ce sont les activistes qui dénonçaient les aménagements anti-SDF qui l’ont emporté.

Fatigué·es de la controverse, les résident·es qui avaient dépensé environ 4.000 dollars pour les rochers ont demandé à la municipalité de les enlever. Des e-mails de menace aurait eu raison de leur motivation. Ces personnes ajoutent ne plus supporter d’être au cœur d’une telle controverse médiatique.

http://www.slate.fr/

Espagne : condamné pour avoir humilié un sans-abri sur YouTube


C’est vraiment pitoyable. Ce jeune fait des vidéos pour gagner de l’argent et son truc, c’est de s’en prendre à des gens vulnérables. En 2017, il a donné des biscuits commercial à un sans-abri, sauf qu’il avait enlevé la crème pour mettre à la place du dentifrice, tout cela parce qu’un taré lui a lancé le défi Il devrait être emprisonné quelques mois, mais en plus ses chaines sont fermés pour 5 ans et il devra donné une joli somme a sa victime. Pourtant, il ne semble pas comprendre le tort qu’il fait aux autres. Il veut juste épater ces abonnés.
Nuage


Espagne : condamné pour avoir humilié un sans-abri sur YouTube


Agence France-Presse
Madrid

Un youtuber influent en Espagne a été condamné pour avoir humilié dans une de ses vidéos un sans-abri de Barcelone en lui offrant des biscuits fourrés avec du dentifrice, a annoncé vendredi la justice.

Kan-Hua Ren, alias ReSet sur le site de partage de vidéos YouTube, 19 ans à l’époque des faits, a été condamné en première instance par un tribunal de Barcelone à quinze mois de prison, la fermeture pour cinq ans de ses chaînes et 20 000 euros d’indemnisation à sa victime.

Les peines de prison de moins de deux ans sont généralement assorties d’un sursis en Espagne, en l’absence d’antécédents judiciaires.

Selon le tribunal, il s’est rendu coupable d’atteinte à l’intégrité morale dans sa vidéo publiée en janvier 2017 sur sa chaîne et retirée depuis.

« Défié » par l’un de ses abonnés, il se filmait en train de retirer la crème à l’intérieur de biscuits industriels pour la remplacer par un dentifrice, puis aller « l’offrir », accompagné d’un billet de 20 euros, à un mendiant roumain.

« Je suis peut-être allé un peu loin, mais voyez le côté positif, ça l’aidera à se laver les dents, je ne crois pas qu’il se soit beaucoup lavé les dents depuis qu’il est devenu pauvre », lance-t-il ensuite à ses abonnés.

Sa victime a été prise de vomissements, note la juge dans sa décision, datée du 29 mai.

Devant le scandale provoqué par sa vidéo, bien au-delà de sa chaîne, il en a publié une nouvelle, dans laquelle il retournait voir le sans-abri et lui redonnait 20 euros.

« Si je l’avais fait avec une personne normale, personne ne dirait rien, mais comme c’est un clochard les gens se plaignent », tentait-il de se justifier dans un message accompagnant sa vidéo.

Celui qui faisait à l’époque partie des 200 vidéastes les plus influents du monde hispanophone sur YouTube, comme l’a relevé la police, a ensuite tenté d’empêcher sa victime de porter plainte en échange de 300 euros et d’une nouvelle vidéo où il passerait la nuit avec lui.

Les policiers ont en outre relevé qu’il s’en prenait à d’autres personnes vulnérables sur d’autres vidéos de sa chaîne, qui lui rapportait de l’argent via la publicité.

« Je fais des choses pour faire le show, les gens aiment ce qui est morbide », s’est-il défendu devant le tribunal.

Vendredi, les deux chaînes du vidéaste, dépassant respectivement les 1,2 million et 250 000 abonnés, étaient toujours en ligne, a constaté l’AFP.

https://www.lapresse.ca

Notre-Dame : le milliard d’euros qui interroge les associations


Hier, je mettais des gants blancs pour expliquer mon malaise devant les millions de donations pour reconstruire Notre-Dame de Paris. J’étais mal à l’aise devant cette générosité pour un immeuble alors qu’il y a tellement de misère dans le monde, la famine, la pauvreté, la planète entière a besoin qu’on agisse pour l’environnement et les animaux en voie de disparition pour sauver l’écosystème. Où sont les priorités ? Moralement, peut-on vraiment reconstruire une cathédrale pour l’histoire, pour le symbole qu’elle représente ?
Nuage

 

Notre-Dame : le milliard d’euros qui interroge les associations

 

par Coline Mionnet, rédactrice scientifique

Moins de 48 heures après l’incendie qui a ravagé la charpente de la cathédrale Notre-Dame de Paris, plus d’un milliard d’euros de dons ont déjà été promis à la Fondation éponyme ou à la Fondation du Patrimoine, selon Stéphane Bern.

De grandes fortunes françaises se sont déjà empressées de voler au secours de l’un des monuments emblématiques de France. Un engouement qui amène certaines associations à se poser des questions et à élever la voix.

Des associations qui se questionnent sur les priorités

D’après le site agoravox, “la niche fiscale sur le mécénat coûte plus de 900 millions d’euros par an à l’Etat. Un chiffre multiplié par 10 en 15 ans (…)”.

En effet, ces dons relèvent de la niche fiscale du mécénat, ouvrant droit à une déduction d’impôt de 60%. Une partie du don serait financé par la collectivité publique et donc par les impôts des particuliers.

La famille Bettencourt (L’Oréal) a donné 200 millions d’euros, tout comme la famille Arnault (LVMH). La famille Pinault (Artemis, Kering) a quant à elle annoncé aujourd’hui qu’elle renonce à la déduction fiscale de son don de 100 millions d’euros.

Les collectivités parisiennes se mobilisent également pour Notre-Dame. La mairie de Paris débloque 50 millions d’euros et la région Île-de-France, 10 millionsd’euros. Probablement assez pour construire des logements pour tous les sans-abris de France.

En pleine crise des gilets jaunes, la reconstruction de ce monument historique, aussi importante soit-elle, doit-elle être une priorité absolue ? La Fondation Abbé Pierre est l’une des premières associations à remercier le geste tout en s’insurgeant poliment.

Elle a posté ce tweet hier, le 16 avril :

“400 millions pour #NotreDame, merci @KeringGroup @TotalPress @LVMH pour votre générosité : nous sommes très attachés au lieu des funérailles de l’abbé Pierre. Mais nous sommes également très attachés à son combat. Si vous pouviez abonder 1% pour les démunis, nous serions comblés.”

— FondationAbbéPierre (@Abbe_Pierre) 16 avril 2019

D’après le dernier et 24ème rapport sur l’état du mal logement en France publié en février dernier par la Fondation, 4 millions de personnes sont mal logées ou sans domicile et 12 millions de personnes connaissent une situation fragilisée par la crise du logement.

chute effort public logement

Share

Crédits : Fondation Abbé Pierre – Ministère de la Cohésion des Territoires

Quand on voit que les dépenses publiques liées au logement n’ont cessé de diminuer depuis 2010, on comprend que des associations comme la Fondation Abbé Pierre puissent se demander quelles sont les priorités pour la France et sa population aujourd’hui. Reconstruire un monument historique dans les 5 prochaines années c’est optimiste, mais agir avec autant de rapidité et de force pour les plus démunis et l’environnement serait héroïque.

La lettre ouverte de l’association Wings of the Ocean

Nous vous avions déjà parlé de cette association dédiée à la collecte de déchets plastiques en mer et sur les côtes dans un article publié en février dernier. Elle est présidée par Julien Wosnitza, qui a écrit une lettre ouverte à François Pinault et Bernard Arnault ce 16 avril. Il demande aux milliardaires une enveloppe de 100 millions d’euros “pour déployer 35 bateaux à chaque embouchure de fleuve et payer les salaires des marins qui effectueront cette dépollution.” Dix fleuves sont concernés : deux en Afrique et huit en Asie.

L’association a mis au point un système utilisant des chaluts de surface Thomsea, fabriqués en France, tractés par des petits bateaux à voile.

Pour Julien, pas de doute sur les priorités. Si on veut sauver l’humanité, il faut sauver les océans. Et ça commence par nettoyer les embouchures de fleuves, les plages et les océans, mais aussi et surtout éduquer les populations sur les conséquences du plastique et de la pollution aquatique.

Wings of the Ocean - Thomsea

Crédits : Wings of the Ocean – Thomsea

[Lettre Ouverte à François Pinault et Bernard Arnault]

“Suite à l’incendie qui a emporté la charpente de Notre-Dame de Paris, drame National qui aura ému aussi bien les français que la communauté internationale, vous avez décidé dans un acte d’une générosité rare, d’octroyer respectivement 100 et 200 millions d’Euros pour financer la reconstruction de cet édifice séculaire.

Nous vous remercions de cet acte de générosité, et sommes sûrs que la cathédrale pourra être rénovée dans les meilleures conditions grâce à votre donation, mais aussi et surtout grâce à la passion des ouvriers qui effectueront cette rénovation.

C’est aussi un tour de force que vous réalisez là, en étant capable de financer le bien commun, ici représenté par la cathédrale Notre-Dame de Paris.

J’aimerais vous proposer de financer (de sauver) un autre bien commun, bien plus visité chaque année que la cathédrale de Paris, et dont nous dépendons tous : les océans.

Aujourd’hui nos océans sont infestés de plastiques. 800.000 Tonnes de déchets sont envoyés chaque année dans nos océans par seulement 10 fleuves, 2 en Afrique et 8 en Asie.

La bonne nouvelle c’est qu’ensemble, les associations de dépollution océanique et les grands mécènes, nous pouvons endiguer très fortement ce phénomène.

L’association que je préside a mis au point un système que nous pouvons déployer directement aux embouchures de ces fleuves, en utilisant des chaluts de surface Thomsea (fabriqués en France) tractés par des petits bateaux.

Toute la technologie est existante, il ne nous manque que les financements pour déployer une flotte de bateaux ramasseurs de déchets aux embouchures de ces fleuves.

Nous estimons qu’il nous faudrait 100 millions d’Euros pour déployer 35 bateaux à chaque embouchure de fleuve et payer les salaires des marins qui effectueront cette dépollution.

Au vu de votre générosité et de votre intérêt pour la sauvegarde du patrimoine mondial, je ne saurais douter de votre intérêt à sauvegarder les océans.

Nous nous ferions un plaisir de vous en expliquer les détails et d’envisager un déploiement rapide d’une telle flotte.

Bien Cordialement,

Julien Wosnitza

Fondateur, Wings of the Ocean”

Sources : Wings of the Ocean, Ouest France

https://sciencepost.fr/

Ce SDF de San Fran­cisco survit grâce à ce qu’il trouve dans les poubelles de Mark Zucker­berg


Bien que la situation de vivre dans la plus grande pauvreté, trouver de quoi pour subsister n’est pas toujours facile. Un SDF a trouvé de quoi pour survivre grâce aux poubelles d’un homme très riche très connu dans le monde …
Nuage

 

Ce SDF de San Fran­cisco survit grâce à ce qu’il trouve dans les poubelles de Mark Zucker­berg

 

Crédits : NYT

par  Servan Le Janne

À quelques kilo­mètres de la piscine de Mark Zucker­berg, à San Fran­cisco, Jake Orta vit ces jours-ci dans un appar­te­ment à une seule fenêtre rempli d’or­dures. Il y a là un casque de vélo pour enfant rose trouvé dans la poubelle du patron de Face­book, mais aussi un aspi­ra­teur, un sèche-cheveux, une machine a café et une pile de vête­ments.

Devenu sans-abri après avoir fait carrière dans l’ar­mée, Jake Orta paye actuel­le­ment un loyer avec l’aide de l’État et gagne un peu d’argent en récu­pé­rant ce que d’autres mettent au rebut. Comme lui, de nombreux habi­tants de San Fran­cisco défilent devant les maisons des milliar­daires faute de mieux, racon­tait le New York Times le 7 avril.

« C’est incroyable ce que les gens jettent », constate l’homme de 56 ans en débusquant un jean de desi­gner à peine usé, une veste noire en coton, des baskets Nike en parfait état et une pompe à vélo. « Vous ne savez jamais ce que vous allez trou­ver. » Dans cette écono­mie paral­lèle, illé­gale en Cali­for­nie, on peut gagner de 30 à 40 dollars par jour, soit près de 300 dollars par semaine. Bien des trou­vailles sont reven­dues sur les marchés de Mission Street ou de Julian Avenue.

Jake Orta garde parfois certains objets, comme cette collec­tion de jour­naux du monde entier qui datent de la Seconde Guerre mondiale. Mais près de la maison à dix millions de dollars de Mark Zucker­berg, il arrive que rien ne soit exploi­table. Alors il conti­nue sa tour­née.

Source : The New York Times

https://www.ulyces.co