Dis-moi comment tu tousses, je te dirai pourquoi tu tousse


La toux peut définir certaines infections, la façon que l’on tousse indique plus clairement le genre de maladie, mais si elle est grave, ce n’est qu’en allant consulter qu’on peut avoir un diagnostique précis
Nuage

 

Dis-moi comment tu tousses, je te dirai pourquoi tu tousse

 

 

Vous toussez comment exactement ? Cette question est très importante, tout comme les précisions apportées dans la réponse. En effet, il existe bien des façons de tousser, et les caractéristiques de la toux mettent sur la piste de sa cause.

La toux est un symptôme indiquant une irritation des voies aériennes supérieures. Reste à savoir pourquoi les voies respiratoires sont irritées ? Quelle est la maladie ou l’affection à l’origine de cette toux ? La toux peut être sèche, grasse, plutôt matinale, par quintes, persistante pendant plusieurs semaines ou ne durant que quelques jours.

Les toux de courte durée (quelques jours)

Toux sèche, avec fièvre et courbature :

C’est certainement une grippe saisonnière ou une grippe A H1N1.

Toux sèche, douloureuse, par quintes, avec une gêne respiratoire :

Il s’agit probablement d’une trachéite infectieuse ou due à l’inhalation de substances toxiques.

Toux grasse, avec frissons, fatigue, maux de tête, courbatures :

Cette toux survient plus facilement en position allongée et en extérieur à l’air frais et sec.

Il s’agit d’une bronchite qui précède souvent un rhume ou une grippe. Cette toux grasse peut donc ensuite devenir sèche et durer plusieurs semaines.

Une toux sèche qui devient grasse, avec une douleur dans la poitrine, une gêne respiratoire, des douleurs musculaires, des maux de tête… :

Il peut s’agir d’une pneumonie, une infection pulmonaire qui survient souvent après une grippe. Sans gravité, il est cependant préférable de consulter.

Les toux de longue durée (plusieurs semaines)

Toutes les toux qui durent plusieurs semaines imposent une consultation !

Toux grasse matinale :

C’est le signe d’une bronchite chronique due au tabagisme. Des crachats accompagnent cette toux, puis des sifflements et un essoufflement. Il faut impérativement consulter !

Toux sèche nocturne :

Si elle est en rapport avec une saison, c’est un asthme allergique.

Toux sèche nocturne en semaine :

Si la toux diminue durant le week-end, il peut s’agir d’un asthme professionnel.

Toux grasse ou sèche en position allongée, avec régurgitation et douleurs dans la gorge :

De tels symptômes indiquent un reflux gastro-oesophagien (brûlure d’estomac avec remontées acides).

Toux sèche :

Sans autre caractéristique, une simple toux sèche peut être un effet indésirable provoqué par des médicaments, notamment ceux utilisés contre l’insuffisance cardiaque ou l’hypertension.

En conclusion, la toux n’est qu’un symptôme banal. En revanche, certaines toux peuvent révéler une maladie grave. Il faut donc consulter dès que la toux dure plusieurs semaines, et si celle-ci s’accompagne de fièvre, de difficultés respiratoires, de crachats, d’un essoufflement, d’un amaigrissement, d’une altération de l’état général.

par Isabelle Eustache

Sources : Fédération française des associations et amicales de malades insuffisants ou handicapés respiratoires, http://www.ffaair.org ; Association Asthme & Allergies ; Guide familial des symptômes, Editions Rogers.

http://www.e-sante.fr/

Temps doux → Un avant-goût printanier


Avec les belles journées comme nous avons, il est difficile de croire que nous sommes en Février et pourtant un air de printemps semble se dessiné .. mais nous savons par expérience qu’il ne faut jamais se fier a l’apparence des beaux jours en hiver … Car il est souvent capricieux et jaloux de notre volonté de sentir enfin la chaleur
Nuage

 

 

Temps doux → Un avant-goût printanier

 

Un avant-goût printanier

Crédit photo : Agence QMI

Par Francis A-Trudel | Le Journal de Montréal

L’incursion d’un temps doux printanier dans l’air de février se prolongera jusqu’à vendredi, selon Environnement Canada.

La journée d’hier semblait vouloir donner raison aux marmottes à l’ombre timide ayant prédit un printemps hâtif.

Grâce aux chauds rayons du soleil, le mercure est monté d’un degré au-dessus des normales de saison pour atteindre -2 ºC.

Et les températures prévues cette semaine s’annoncent plutôt intéressantes.

«Nous allons passer au-dessus des normales de saison aujourd’hui et demain, avec une pointe de temps doux en milieu de semaine», affirme le météorologue Jean Thériault, d’Environnement Canada.

Le mercure, qui dépassera le point de congélation toute la semaine, « devrait alors grimper jusqu’à 5 ºC ».

Pluie et neige

Deux systèmes attendus en milieu et fin de semaine sur l’ensemble de la province devraient cependant refroidir les ardeurs de ce printemps précoce.

Le premier se matérialisera sous forme de pluie ou de neige fondante dans la nuit de mardi à mercredi.

La région de Québec risque d’être plus affectée, avec des accumulations d’environ cinq centimètres, estime M. Thériault.

«Le second système donnera probablement de la pluie vendredi, et là encore, en quantité plus abondante à Québec», ajoute-t-il.

Retour à la normale

Février reprendra ses droits sur cet échantillon d’avril dès samedi.

Les températures redescendront alors sous zéro sans trop s’en éloigner, avec un minimum à -3 °C et un maximum à -2 °C.

«Nous allons revenir dans les normales saisonnières dès la fin de semaine prochaine», avance le météorologue.

Patience

À ceux qui sont déjà prêts à sortir les chaises sur leur terrasse, M. Thériault répond que la patience est de mise.

Même si les ourlets des bancs de neige ont déjà reculé, dénudant un peu d’herbe jaune, l’hiver n’a pas encore abdiqué.

«L’hiver n’a pas dit son dernier mot, prévient-il, le mois de mars peut nous réserver des surprises.»

http://tvanouvelles.ca