Meurtre de Diane Grégoire: Paul Laplante se suicide en prison


Après 4 ans d’enquête sur le meurtre de Diane Grégoire, personne n’a été surpris au Québec quand les accusations ont été porter vers son mari Paul Laplante. Il devait avoir son procès dans quelques jours, mais cela n’aura pas lieu
Nuage

Meurtre de Diane Grégoire: Paul Laplante se suicide en prison

Paul Laplante, accusé récemment du meurtre de sa conjointe, Diane Grégoire, s’est enlevé la vie dans une cellule du centre de détention de Rivière-des-Prairies, à Montréal.

L’homme de 54 ans, arrêté le 13 décembre dernier pour le meurtre de sa femme, à l’hiver 2008, a été retrouvé pendu dans sa cellule. Son décès a été constaté par les médecins peu avant midi.

Une enquête policière et une enquête des services correctionnels seront ouvertes pour déterminer les circonstances du décès de Paul Laplante.

Retour sur les faits

Diane Grégoire, une mère de famille de 51 ans a disparu mystérieusement le 31 janvier 2008. Son conjoint a dit l’avoir vue pour la dernière fois aux Promenades Saint-Bruno.

Il soutenait qu’il devait retrouver Diane Grégoire en fin d’après-midi au centre commercial et qu’elle ne s’était jamais présentée au rendez-vous.

Affiche sur la disparition de Diane Grégoire.

Les ossements de Mme Grégoire ont été retrouvés dans un boisé de Coteau-du-Lac, en Montérégie, le 21 novembre dernier, en bordure de l’autoroute 20.

Paul Laplante a été arrêté environ trois semaines plus tard et formellement accusé du meurtre prémédité de sa conjointe.

À l’automne 2011, les policiers de Longueuil et de la SQ ont fouillé et retourné des centaines de mètres cubes de terre sur une ferme porcine de Saint-Valérien-de-Milton, où ils croyaient retrouver des indices ou les restes de Diane Grégoire.

C’est également à partir de ce moment que les policiers ont annoncé qu’ils traitaient désormais cette disparition comme un cas d’homicide.

Pendant près de quatre ans, les policiers de Longueuil ont effectué de nombreuses fouilles et de longues recherches dans les environs des Promenades Saint-Bruno ainsi qu’à la résidence du couple, à Saint-Liboire, près de Saint-Hyacinthe, pour tenter de résoudre cette affaire.

http://www.radio-canada.ca

Les restes de Diane Grégoire retrouvés


Voila que les ossements que la police a trouver lors d’une recherche de grande envergure l’automne dernier. Les résultats confirme donc que ce sont ses ossements … et il reste donc a attendre s’ils vont faire des accusations sous peu
Nuage

Les restes de Diane Grégoire retrouvés

Diane Grégoire
© Archives
 

MONTRÉAL – Les ossements retrouvés la semaine dernière à Coteau-du-Lac sont ceux de Diane Grégoire.
 
C’est un citoyen qui a découvert les ossements le 21 novembre sur un terrain commercial, sur le chemin Masson, aux limites de Coteau-du-Lac et Les Cèdres en Montérégie. Des vêtements ont été retrouvés sur place.
 
Les enquêteurs avaient effectué des recherches sur les lieux et les éléments trouvés avaient été envoyés au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal.
 
La Sûreté du Québec va maintenant se charger complètement du dossier de la disparition de Diane Grégoire. La police de Longueuil, qui menait l’enquête, a transféré cette responsabilité à la Sûreté du Québec.
 
Le 12 septembre dernier, la police de Longueuil avait annoncé qu’elle traitait dorénavant le dossier de la disparition de Diane Grégoire comme étant un homicide.
 
C’est d’ailleurs à ce moment qu’on avait entrepris de vastes recherches sur une ferme de Saint-Valérien-de-Milton. Ces fouilles ne semblent avoir rien donné.
 
Diane Grégoire a été portée disparue par son conjoint, Paul Laplante, le 31 janvier 2008. Il serait d’ailleurs le dernier à l’avoir vue vivante. Selon la version des faits de M. Laplante, il se serait rendu avec sa conjointe, ce jour-là, aux Promenades Saint-Bruno. Il devait la retrouver en fin d’après-midi, mais cette dernière ne se serait jamais présentée
.

http://lejournaldemontreal.canoe.ca