Et si vos aliments se conservaient 3x plus longtemps


Un procédé utilisé dans une ville du Québec pour le moment permet de conserver les aliments frais beaucoup plus longtemps. Cette technique détruit toutes les bactéries comme la listeria, E. Coli … Ce qui permet de réduire ou même éliminer l’emploi des additifs et des agents de conservation chimiques.
Nuage

 

Et si vos aliments se conservaient 3x plus longtemps

 

GETTY IMAGES

  • Philippe Lépine  Journaliste Bien-Être, HuffPost Québec

Un procédé désormais approuvé par Santé Canada permet de rallonger jusqu’à trois fois la durée de conservation des aliments frais, réduisant par le fait même le gaspillage alimentaire au pays.

Les dates de péremption vous feront moins paniquer.

La technologie HPP (Hydro Procédé de protection) développée en collaboration avec le Centre développement bioalimentaire du Québec (CDBQ) consiste à insérer un aliment emballé dans une enceinte remplie d’eau dans laquelle on fera subir une haute pression pour neutraliser les bactéries (telles que listeria, E. coli, et salmonella) autant à la surface qu’au coeur des aliments.

Le procédé – que seule une entreprise de Saint-Hyacinthe offre au Canada pour l’instant – permet donc de prolonger substantiellement la date de péremption des produits désormais exempts de bactéries, sans toutefois altérer leur fraîcheur, les valeurs nutritives ou leur goût. Il permet également de réduire, voire éliminer, l’emploi d’additifs et agents de conservations chimiques.

La durée de conservation des terrines, mousses et rillettes peut par exemple passer de 45 jours (en temps normal) à 150 jours avec le HPP. Au lieu de 7 jours, les oeufs cuits durs demeureront bons à la consommation jusqu’à 30 jours.

    Quelques données sur le gaspillage :

40% de la nourriture produite est jeté.

Chaque Canadien jette en moyenne 1000 $ de nourriture annuellement.

Dans le monde, environ 1,3 milliard de tonnes d’aliments sont jetées chaque année, une quantité qui pourrait nourrir 7 fois la population qui ne mange pas à sa faim

En 2050, la Terre comptera 9 milliards de bouches à nourrir (d’où le nom Projet 9)

Pour savoir si les aliments ont été traités, vous trouverez le logo ci-dessous sur l’emballage.

COURTOISIE

Plus d’une dizaine d’entreprises alimentaires dont Les Cuisines gaspésiennes, Les Viandes du Breton, ou Produits Alimentaires Viau qui font la pancetta Fantino & Mondello utilisent désormais le procédé.

COURTOISIE

D’autres entreprises sont invitées par le CDBQ et Recyc-Québec à suivre le mouvement dans le cadre du Projet 9 visant à sensibiliser consommateurs et producteurs au gaspillage alimentaire.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

 

Le mari de Diane Grégoire arrêté Coïncidences troublantes


Selon les dernières nouvelles tout laisse a penser qu’il aurait tuer sa conjointe pour une histoire d’argent car elle aurait semble-t’il hérité de son père. Je sais qu’on est innocent jusqu’a la preuve du contraire, mais on avec ce qu’il a fait avant pendant et après, c’est assez incriminant
Nuage

 

Le mari de Diane Grégoire arrêté

Coïncidences troublantes

 

Coïncidences troublantes

Crédit photo : Archives Agence QMI

Par Daniel Renaud | Le Journal de Montréal

 

Des faits et gestes posés par Paul Laplante et Diane Grégoire, avant et après la disparition de la femme de 51 ans, suscitent bien des interrogations alors que l’homme devrait être accusé du meurtre de sa conjointe aujourd’hui.

Selon diverses sources, peu de temps avant la disparition de Diane Grégoire, Paul Laplante se serait rendu dans la succursale de la CIBC de Saint-Hyacinthe où travaillait sa femme pour avoir accès aux comptes de celle-ci mais il aurait essuyé un refus des employés.

Quelques jours après sa disparition, Paul Laplante serait retourné à la banque avec une procuration qui aurait été signée de la main de Diane Grégoire et qui lui aurait permis, cette fois-ci, d’avoir accès aux comptes de banque de la disparue.

Toujours selon les mêmes sources, depuis le début de cette affaire il y a quatre ans, Paul Laplante aurait eu quelques copines. Au moins l’une d’entre elles aurait signé le même genre de procuration, nous a-t-on dit.

Le Journal de Montréal a rejoint au téléphone l’une des femmes chez qui Paul Laplante a habité durant un certain temps mais celle-ci s’est refusée à tout commentaire.

Spectateur assidu

En 2007, Paul Laplante a été un spectateur assidu du très couru procès du meurtrier Ghyslain Dion, nous ont confirmé plusieurs sources, de même que des employés et habitués du palais de justice de Saint-Hyacinthe où le procès a eu lieu.

Dion était accusé d’avoir tué son ex-conjointe, Julie Croteau. Le corps de l’infirmière de 32 ans avait été découvert dans le coffre arrière de sa propre voiture à Saint-Hyacinthe en octobre 2005.

Dion a été condamné à la prison à vie sans être admissible à une libération conditionnelle avant 25 ans en décembre 2007.

Paul Laplante a suivi pratiquement tout le procès de Dion, un homme qu’il connaissait et qui venait de la même ville que lui près de Saint-Hyacinthe.

Questions troublantes

Le Journal a également appris que c’est parce que Paul Laplante avait posé des questions à l’employé d’une porcherie de Saint-Valérien-de-Milton, dans les mois qui ont précédé la disparition de sa femme, que la police a effectué des recherches sur cette ferme porcine plus tôt cet automne.

Paul Laplante aurait notamment posé à l’employé des questions sur le fonctionnement et l’achalandage de l’incinérateur de la porcherie.

Enfin, à peine quelques mois après la disparition de sa femme, Paul Laplante aurait tenté de vendre des vêtements appartenant à Diane Grégoire avant de finalement les donner.

Il aurait également vendu plusieurs antiquités amassées au fil des années par sa femme et le père de celle-ci, nous ont confié des membres de la famille de Mme Grégoire, sous le couvert de l’anonymat.

http://tvanouvelles.ca