Élevé par un chat, un écureuil se met à ronronner


Il faut porter attention pour l’entendre le ronronnement de l’écureuil : 1 minute 34 de la vidéo. On croit à tort que le ronronnement est spécifique au chat. En effet, certains animaux peuvent ronronner, mais la signification n’est probablement le même que le chat.
Nuage

 

Élevé par un chat, un écureuil se met à ronronner

 

L'écureuil, nommé Rocky, siège au sein d'une famille de chat dans laquelle il est accepté comme les autres. © SHARKSWHALESANIMALS's channel

L’écureuil, nommé Rocky, siège au sein d’une famille de chat dans laquelle il est accepté comme les autres. © SHARKSWHALESANIMALS’s channel

En adoption inter-espèce, on assiste à des combinaisons originales. Voyez cet écureuil qui se prend pour un chat et se met à… ronronner.

ADOPTION. En adoption inter-espèces, on aura tout vu : une lionne qui recueille une antilope, un chiot éduqué par des brebis, un léopard qui réconforte un bébé babouin, une chatte qui materne un lynx Et pour couronner le tout : un écureuil éduqué à ronronner ! Difficile à croire, ce genre de vocalises étant normalement réservé au chat. Et pourtant ! Un couple américain, participant à l’organisation Central Mississipi T.A.I.L.S (organisme chargé de placer les animaux abandonnés dans de nouvelles familles), a recueilli une chatte, ses petits et un écureuil tombé du nid. Jeremy et Karen Watkins ont placé le rongeur dans la boîte qui contenait la famille de chats : Emmy, la chatte, s’en est occupée comme du reste de la portée. D’ailleurs, Jeremy Watkins déclare :

« Elle est très attentive. Si l’écureuil commence à bouger et que la chatte n’aime pas où il va, elle ira le récupérer puis le léchera, prenant soin de lui comme elle le ferait d’un de ses chatons. »

Le propriétaire ajoute que le jeune écureuil commence à se prendre pour un chat. Et mieux encore, dès qu’on le caresse, il ronronne !

Ronronnement, une vocalise uniquement propre aux chats ? 

Pendant longtemps, on a eu du mal à identifier les origines du ronronnement chez le chat. Au début, on supposait qu’il résultait de la vibration de l’os hyoïde, qui relie la clavicule à la gorge du félin. Aujourd’hui, on sait qu’il concerne tout l’appareil vocal de l’animal.Comme nous l’écrivions dans Sciences et Avenir, il existe un réseau de neurones spécialisées qui provoque les contractions des muscles du larynx toutes les 30 ou 40 secondes. Cela se traduit par un déplacement de la glotte ; la fermeture du conduit vocal par cet organe entraîne une forte augmentation de pression et l’ouverture des cordes vocales, laissant alors passer l’air. Or on a découvert que cette capacité n’était pas propre aux chats et pouvait se retrouver chez des viverridés (civette, genette) et des procyonidés (ratons laveurs, coatis).

Le vétérinaire Jean-Yves Gauchet affirmait dans son livre « Mon chat et moi, on se soigne » que « le ronronnement consiste en une série d’ondes qui font vibrer tout l’animal comme un instrument de musique ».

La seule différence chez les chats, c’est qu’elle engendre chez eux une situation de plénitude. Car le matou dispose à la surface de sa peau des récepteurs sensoriels, nommés Corpuscule de Pacini, sensibles aux vibrations, qui transmettent ce signal au cerveau, induisant ainsi la production d’endomorphines. Si l’écureuil a appris à émettre des vibrations de plaisir, reste à savoir s’il y trouve réellement son bonheur. 

http://www.sciencesetavenir.fr/

La douleur chez le chat : 5 signes qui doivent vous alerter


C’est étonnant comment un chat peut cacher sa douleur, et souvent, on s’en aperçoit quand il est trop tard. Savoir reconnaitre les changements qui peuvent être subtiles, est donc un atout pour comprendre son chat quand il est souffre
Nuage

La douleur chez le chat : 5 signes qui doivent vous alerter

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : rore – Flickr

On a beau inventer toutes sortes d’objets connectés plus sophistiqués les uns que les autres, et même des traducteurs de miaulements, nos chers et tendres compagnons à 4 pattes ne savent toujours pas parler, et encore moins exprimer leur douleur. C’est surtout le cas des chats, qui dissimulent leur souffrance pour ne pas révéler leur faiblesse à leurs prédateurs.

Un comportement très utile pour les chats vivant à l’état sauvage, mais parfois dangereux pour les chats domestiques dont les humains ne détectent pas suffisamment tôt le mal-être.

Certains signes doivent toutefois vous alerter et vous aider à repérer la douleur chez le chat.

1. Son comportement a soudainement changé

 

Un chat en souffrance, physique ou mentale, a souvent tendance à changer radicalement de comportement. Un chat sociable peut se replier sur lui-même, s’isoler.

Un sommeil perturbé, une perte d’appétit, mais aussi des difficultés à faire ses besoins, un refus d’utiliser la litière ou encore une toilette négligée sont autant de comportements qui doivent vous mettre la puce à l’oreille.

Aussi, si votre chat se lèche beaucoup et seulement sur une partie de son corps, il est fort possible qu’il tente d’apaiser une douleur.

2. Il est devenu agressif

 

D’habitude ravi de se faire câliner, votre animal est crispé et grognon voire agressif quand vous le prenez dans vos bras, le caressez ou touchez une zone de son corps en particulier ? Il est possible qu’il exprime sa souffrance en grognant, en miaulant et en se crispant.

3. Il est apathique

 

Un chat qui ne bouge plus, ou qui le fait péniblement et uniquement lorsqu’il y est contraint – et ce qu’il soit jeune ou dans la force de l’âge -, ça n’est pas normal.

Si votre compagnon devient soudainement inactif, n’attendez pas pour l’emmener chez le vétérinaire.

4. Son visage est crispé

 

Oreilles tombantes, yeux plissés à moitié fermés, pattes tendues lorsqu’il est couché sur le côté : les chats, d’habitude si souples et agiles ont tendance à se contracter lorsqu’ils souffrent, et ce phénomène s’observe particulièrement au niveau du visage.

5. Le ronronnement de douleur

 

Oui, le ronronnement est très souvent un signe de bien-être. Mais un chat peut aussi se mettre à ronronner lorsqu’il est stressé ou lorsqu’il souffre. Le ronronnement est un moyen de communication chez le chat, qui peut aussi bien exprimer son contentement qu’une douleur, « comme si le chat essayait de se débarrasser du mal en le désarmant, comme s’il avait affaire à un adversaire. Un chat agonisant ronronne. Le bercement doit l’apaiser ainsi que les phéromones qu’il dégage il doit se rassurer face à la mort. Mais il n’y a encore une fois aucune certitude sur ce processus » explique Marie-Hélène Bonnet, comportementaliste du chat.

http://wamiz.com/

Nos compagnons souffrent en silence


Maintenant, on sait que les chats qui souffrent, s’isolent et cachent leurs douleurs, mais il est aussi vrai pour les chiens. C’est par instinct qu’ils agissent ainsi, pour ne pas montrer leur faiblesse devant les prédateurs. Même si les animaux domestiques souffrent en silence, il y a des symptômes qui peuvent nous avertir qu’il y a un problème
Nuage

 

Nos compagnons souffrent en silence

 

010e4623-3603-4751-8caf-b80f6c3fc7a8

Photo Fotolia

Annie Ross

Certains croient que les animaux ne souffrent pas et qu’ils sont beaucoup plus tolérants que nous à la douleur. Il n’y a rien de plus faux.

Les animaux ressentent la douleur. Des études physiologiques et neurologiques ont permis de démontrer que les animaux ressentent la douleur d’une façon très semblable à la nôtre.

Malheureusement, les animaux souffrent souvent en silence.

Chez l’humain, la douleur est généralement apparente, car on se plaint beaucoup, on crie ou on pleure. Par contre, chez les animaux, la démonstration de la douleur est beaucoup plus subtile. Bien sûr, certains animaux s’expriment haut et fort par des gémissements, des grondements et des cris. Mais ils sont minoritaires.

La plupart des animaux sont plus silencieux que les humains face à la douleur. Ils ont une tendance naturelle à la cacher. En fait, c’est une question de survie. Dans la nature, les animaux ont intérêt à ne pas attirer l’attention des prédateurs…

Dans le confort de votre foyer, l’animal qui n’exprime pas sa douleur peut avoir mal.

Les signes physiologiques de la douleur

Les comportements associés à la douleur varient d’une espèce animale à l’autre, mais les signes physiologiques sont les mêmes: les pupilles se dilatent tandis que le cœur et la respiration accélèrent et que la pression sanguine augmente.

Lors d’une douleur aiguë et soudaine, même le chat ou le chien le plus costaud peut crier. On n’a qu’à penser à ce qui arrive quand on pile sur la queue de minou par inadvertance… Par contre, dans le cas de douleurs plus chroniques, plus lancinantes, l’animal devient généralement «silencieux».

Il faut donc être à l’affût de symptômes plus subtils chez votre animal.

Voici quelques-uns des changements de comportement associés à la douleur:

  • Il a tendance à s’isoler ou à se cacher;

  • Il perd l’appétit ou ne mange plus;

  • Il devient amorphe ou apathique ou a soudainement l’air «dépressif»;

  • Il n’a pas envie d’être touché ou manipulé, alors il grogne ou se plaint;

  • Il devient réticent à bouger;

  • Les chats arrêtent souvent de se toiletter et leur pelage perd son lustre et est plus «cotonné»;

  • Les chiens peuvent haleter;

  • Ils peuvent aussi sembler inconfortables, ne plus tenir en place, être agités ou encore, changer constamment de position;

  • Certains chats et chiens deviennent agressifs lorsqu’ils ont mal;

  • Dans le cas d’une douleur localisée, il peut lécher ou mordiller la zone douloureuse;

  • Dans le cas d’une fracture ou de douleurs articulaires, il peut boiter ou éviter de s’appuyer sur le membre blessé et même tenter de le cacher sous lui;

  • En cas de douleurs abdominales, certains chiens s’étirent en se tenant le dos courbé et les pattes antérieures étendues. On dit qu’ils sont en position de prière.

Le ronronnement chez les chats

Le ronronnement du chat ne signifie pas toujours qu’il est heureux et satisfait. Bien au contraire! Les chats peuvent ronronner quand ils ressentent de l’anxiété, de la peur ou de la douleur. Dans ces moments, le chat ronronne pour tenter de s’apaiser.

N’attendons pas et traitons la douleur rapidement

Il est donc de notre devoir, en tant que propriétaire d’animaux de compagnie, d’être à l’affût et de consulter le vétérinaire dès que des symptômes, même subtils, apparaissent. La science vétérinaire évolue et les traitements contre la douleur aussi.

 

http://www.journaldequebec.com

 

Les bienfaits du ronronnement du chat, sur lui, et sur nous


On s’intéresse beaucoup au ronronnement des chats ! Comment expliquer ce phénomène qui en plus a un son tout à fait apaisant pour le maitre que pour le chat.
Nuage

 

Les bienfaits du ronronnement du chat, sur lui, et sur nous

 

Apaisante musique, moyen de communication, signe de plaisir mais aussi parfois de douleur, le ronronnement du chat n’a pas finit de nous livrer ses mystères. Mais pourquoi le chat ronronne-t-il ? Que signifient ses ronrons et quels sont les bienfaits du ronronnement du chat sur nous autres humains ?

Docteur vétérinaire et journaliste, Laetitia Berlerin, notre Miss Véto, nous en dit plus sur les secrets des ronrons et de la ronronthérapie.

Un signe de joie ou… de douleur !

Premier son émis par le chaton (dès 2 jours d’âge), le ronronnement est un moyen de communication apaisant et inné entre la chatte et ses petits.

Il persiste plus ou moins chez l’adulte et serait d’autant plus présent que le chat est proche de l’homme. Les chats qui ont grandi avec des enfants câlins ou qui ont été élevés au biberon sont de vraies « locomotives ». Ronronner est à l’évidence un signe de bien-être et de plaisir chez le chat mais pas seulement ! Un chat blessé ou très malade, une chatte mettant bas peuvent ronronner car ce murmure particulier est déclenché par une émotion intense, qu’elle soit agréable ou non.

Comment le chat ronronne-t-il ?

Le mécanisme précis du ronronnement est une énigme qui a de tous temps passionné les chercheurs. Des théories aussi fantaisistes les unes que les autres ont été avancées. Selon les dernières études, ce son attendrissant serait dû à des mouvements d’air lors des ouvertures et des fermetures de la glotte, elles mêmes déclenchées par les muscles du larynx. Et non pas à un organe spécial « moteur à ronrons » !

Le chat domestique n’est pas le seul à ronronner, beaucoup de félins sauvages en sont capables : serval, puma, ocelot, guépard… Le plus puissant est celui du puma qu’on dit entendre à plusieurs kilomètres à la ronde !

Une musique thérapeutique

Comme caresser un chat, l’entendre ronronner aurait chez nous des effets relaxants similaires à ceux qu’apporte la méditation. Mais cette douce musique a aussi et surtout un effet positif chez celui qui l’émet !

Selon certains scientifiques, le ronronnement stimulerait chez le chat la production d’endorphines, ces hormones du bien-être qui diminuent les sensations douloureuses. Pour d’autres, les vibrations produites favoriseraient la croissance des os et leur consolidation après une fracture.

Un ronronnement au pouvoir guérisseur ? Voilà le secret des 9 vies du chat !

http://wamiz.com/

Le secret du ronronnement


A-t-on compris que veux dire le ronronnement des chats ? Le mystère est-il dévoilé ? Quelle sorte de communication peut-elle y avoir avec le ronronnement ? Je pense que ceux qui aiment les chats vont reconnaitre certaines expériences qu’ils ont avec leur boule poils !
Nuage

 

Le secret du ronronnement

 

Le secret du ronronnement

© shutterstock

Dr Michel Pepin

 

Quel plaisir que d’entendre ronronner un chat! Pourtant, derrière ce petit vrombrissement se cachent un mécanique des plus complexes, un mode de communication très sophistiqué et peut-être même des vertus insoupçonnées!

Nous savons aujourd’hui que le ronronnement est propre aux félins, en particulier ceux du genre panthera comme les panthères, les tigres, les jaguars ainsi que notre petit compagnon de maison, le felis sylvestris catus. Selon certains, seul le chat aurait la capacité de ronronner à l’âge adulte. Mais connaissez-vous beaucoup de lions adultes qui se mettent en boule sur des genoux d’humain?

En fait, cette caractéristique serait la conséquence de la néoténie que nous avons appliquée au chat et qui consiste à lui conserver des caractères juvéniles. On aime l’entendre ronronner, et le chat comprend rapidement qu’il peut s’en servir pour communiquer ou même pour quémander ce qu’il désire comme de l’affection, de l’attention ou de la nourriture. Le chat utiliserait donc le ronronnement non seulement comme une réaction à une intense satisfaction, mais aussi afin d’obtenir un contentement.

Le premier ronron du chaton survient vers l’âge de trois semaines, lors de la tétée et du toilettage de la mère. À ce moment-là, il traduit le contentement et le bien-être ainsi qu’un premier mode de communication avec la mère, comme les cris et les miaulements. Les chats adultes l’utilisent ensuite entre eux pour indiquer leur statut social ou leur degré de soumission, et avec les humains pour exprimer leurs besoins d’affection ou de soins en reflétant des états émotionnels comme le stress, la confiance, l’abandon ou la satisfaction.

LES HAUTES FRÉQUENCES

Un article publié en 2009 dans la revue scientifique britannique Current Biology, sous la plume de la chercheuse et biologiste Karen McComb, révèle que le ronronnement est beaucoup plus complexe qu’on le croyait. Ses recherches réalisées à partir de  l’écoute de bandes sonores de chats ronronnant lui ont permis de découvrir des pics de fréquence occasionnels de 1090 hertz. Cette haute fréquence constituerait une sorte de message subliminal émis par le chat pour signifier une situation d’urgence, qui permettrait à la mère ou au maître de percevoir ses besoins.

Pour vérifier son hypothèse, Mme McComb a fait écouter des ronronnements à des propriétaires de chats, et dans 80 % des cas, ils ont été en mesure de reconnaître celui de leur animal! Toutefois, après avoir supprimé ces hautes fréquences, il devenait beaucoup plus difficile pour eux de différencier les ronrons de leur compagnon et de reconnaître le signal subliminaire.Ainsi, ce ronronnement de sollicitation permettrait aux chats d’obtenir ce qu’ils veulent de manière bien plus subtile, sans avoir à utiliser un miaulement agaçant.

LES BASSES FRÉQUENCES

Le vrai pouvoir du ronronnement se situerait aussi dans les basses fréquences (de 25 à 50 hertz) émises.Certains avancent que les vibrations provoquées par le ronronnement auraient la capacité de créer une sorte de champ protecteur, permettant ainsi aux petits félins de se créer une zone de confort. Pourquoi? Pour tenter de réduire l’anxiété, le stress, la peur et la douleur.Ce qui explique que, parfois,un chat blessé et souffrant se mette subitement à ronronner même si, de prime abord, il est loin du sentiment de satisfaction.

Ces mêmes fréquences sont d’ailleurs utilisées par les kinésiologues, les orthopédistes et les spécialistes de la médecine sportive afin de favoriser la réparation des fractures osseuses ou des muscles lésés et d’accélérer la cicatrisation. Certaines personnes y croient tellement qu’on trouve même sur le marché des CD soi-disant «ronron-thérapeutiques », qui réduiraient le stress, l’anxiété, l’agressivité et l’insomnie chez… les humains!

Rien de nouveau si l’on considère que déjà, en 1982,Aaron Katcher, un psychiatre américain, avait prouvé que caresser un chat diminue l’anxiété, la tension artérielle, et par conséquent le risque d’infarctus. D’ailleurs, le vétérinaire français Jean-Yves Gauchet a commercialisé un CD de «ronron-thérapie». Selon lui, à la suite de son écoute, les humains ont ressenti du bien-être, de la sérénité et une plus grande facilité à s’endormir.

Il y a deux ans, il a même conçu une application pour iPhone qui inclut un ronronnement et une lumière bleue afin d’accroître la production de mélatonine et de réduire les effets du décalage horaire du voyageur. Alors, la prochaine fois que votre chat sautera sur vos genoux et qu’il commencera à ronronner, je vous mets au défi de deviner ses véritables intentions. Est-il seulement heureux? Veut-il vous faire comprendre qu’il est temps de le nourrir ou croit-il que vous souffrez et qu’il peut vous apporter un peu d’aide? Décidément, plus on en connaît sur les chats, plus le mystère semble s’épaissir!

http://fr.canoe.ca/

Le ronronnement du chat : que signifie-t-il vraiment ?


Les chats ronronnent et leur ronronnement est apaisant pour l’être humain. On croit plus ou moins à tort que le chat ronronne par plaisir, quand il est content. Mais, en réalité, il existe toute sorte de ronronnements comme certes le contentement, mais aussi, la soumission et la douleur
Nuage

 

Le ronronnement du chat : que signifie-t-il vraiment ?

 

Crédits photo : skye underwater – Flickr

Pourquoi les chats ronronnent-ils ? Ce bruit si apaisant est-il toujours un signe de contentement ?

Alors qu’on ne cesse ces derniers temps de vanter les bienfaits de la ronronthérapie, il est bon de rappeler d’où provient le ronronnement du chat, et sa signification. Expression de bien-être, oui, mais pas toujours !

Comme nous l’explique Marie-Hélène Bonnet, comportementaliste du chat, les félins ne ronronnent en effet pas seulement lorsqu’ils sont bien dans leurs pattounes :

Un échange entre les chatons et leur mère

 

Le chat dès son plus jeune âge ronronne. Ce phénomène dû aux mouvements alternatifs de l’air dans l’appareil respiratoire est propre aux félins, grands et petits.

Le chaton ronronne de plaisir en tétant sa mère, qui elle même ronronne pour informer ses petits que tout va bien, qu’elle est là pour les protéger, qu’ils sont en sécurité. Lors de ces échanges de ronronnements, il y a aussi un échange phéromonal qui va indiquer au chaton que tout va bien que sa mère veille sur lui et le protège.
Ces instants d’intimité totale entre la chatte et ses chatons, où ils se sentent complètement en sécurité, la plupart des chats le rechercheront toute leur vie quand ils seront angoissés, notamment avec le
patounage, qui est systématique lors de chaque tétée, réflexe présent dès la naissance du chaton, et même in utéro !

Le ronron apaisant

Plus tard, le chat ronronne par plaisir, quand il se sent en toute quiétude. Il n’a pas peur, se sent en harmonie avec vous, il se lâche et la machine se met en route. Il ronronne aussi en se frottant dans vos jambes, pour vous dire  » tout va bien, je suis heureux de te voir«  et déposer ces fameuses phéromones territoriales sur vous. Mais aussi « j’ai faim, soif ou envie de câlins !« , ce qui revient à vous faire part d’une demande en ronronnant !

De la même façon si un chat sent son maître fatigué ou malade il viendra ronronner en se collant long de lui pour le bercer et l’apaiser, on connaît toutes et tous la fameuse ronronthérapie que les psychologues pour humains mettent à profit.

Parallèlement, il ronronne face à un chat agressif pour lui faire savoir qu’il est pacifique, c’est le ronronnement de soumission. Un chat qui a peur peut donc ronronner aussi.

Le ronronnement de la douleur

Et enfin, en plus de ces différentes formes de ronrons, il en existe un dernier, celui de la douleur, comme si le chat essayait de se débarrasser du mal en le désarmant, comme s’il avait affaire à un adversaire. Un chat agonisant ronronne. Le bercement doit l’apaiser ainsi que les phéromones qu’il dégage il doit se rassurer face à la mort. Mais il n’y a encore une fois aucune certitude sur ce processus.

Toutefois, ces mécanismes sont encore mal connus et il est difficile de différencier les types de ronrons pour un novice (peur, joie, douleur, soumission).

Là aussi, un chat qui ronronne sans cesse doit faire l’objet d’une analyse comportementale afin de définir si un traitement prescrit par le vétérinaire est nécessaire. De la même façon un chat qui ne ronronne jamais doit être vu, il peut souffrir de stress et ne pas oser ronronner face à vous, par peur.

Marie-Hélène Bonnet
Comportementaliste du chat

http://wamiz.com/

13 comportements des chats que vous ignorez encore


Ceux qui comme moi aime les chats, aime tout savoir sur ces petites boules de poils qui agrémente nos journées
Nuage

 

13 comportements des chats que vous ignorez encore

 

Vous croyez bien connaître les chats? Eh bien voici quelques faits qui surprendront même les amateurs de félins les plus avertis.

13 choses qu’ils ne vous révéleront pas

1. Les chats ne vous regardent pas toujours dans les yeux

Crédit photo : Thinkstock

Les chats clignent des paupières et font de petits yeux quand ils vous dévisagent. Pour vous lier d’amitié avec un chat que vous ne connaissez pas, clignez des paupières et détournez les yeux quand vous croisez son regard.

2. Le ronronnement n’est pas toujours bon signe

Crédit photo : Thinkstock

Les ronronnements expriment la satisfaction; néanmoins, un ronron très sonore peut indiquer une quelconque douleur. Si vous connaissez bien votre chat, vous pourrez faire la différence. Sinon, communiquez avec votre vétérinaire au cas où il s’agirait de souffrance physique.

3. Les chats préfèrent leur langage infantile

Crédit photo : Thinkstock

Les chats préfèrent conserver leur langage infantile pour communiquer avec leurs parents adoptifs. Néanmoins, ils utilisent des sonorités d’adultes avec les autres félins. Les chatons ronronnent de façon monotone, tandis que les chats plus âgés le font sur deux ou trois notes.

4. Chats et chocolat ne font pas bon ménage

Crédit photo : Thinkstock

Tout comme les chiens, les chats peuvent tomber malades ou mourir en mangeant du chocolat. Si vous en avez, assurez-vous de le cacher dans une armoire inaccessible pour minet

5. Les chats ne sommeillent pas toujours

Crédit photo : Thinkstock

Les chats préfèrent sommeiller plutôt que dormir, mais s’ils sont assez détendus pour tomber dans un sommeil profond, ils connaissent les mêmes ondes cérébrales que l’homme quand il rêve.

6. Les chats communiquent par l’odorat

Crédit photo : Thinkstock

Les salutations nez à nez entre chats sont rares, car chacun se sent alors vulnérable. Par contre, les chats qui se connaissent bien et qui ont été séparés pendant un certain temps y ont recours pour être certains de bien identifier leur ami et pour savoir comment il se porte, où il a été et ce qu’il a fait.

7. Les chats ont besoin d’être récompensés

Crédit photo : Thinkstock

Les chats ne comprennent pas le sens des punitions comme le font les humains. Pour retenir une leçon, ils doivent être félicités et récompensés.

8. Les chats se nettoient les dents avec de la viande

Crédit photo : Thinkstock

Donnez à votre chat un morceau de viande crue tous les jours, par exemple de la volaille, du lapin ou du bœuf sans os — et ses dents ainsi que ses gencives resteront en santé.

9. Les chats adorent le soleil

Crédit photo : Thinkstock

Si votre chat semble tolérer la chaleur, c’est que ses ancêtres vivaient dans le désert.

10. Le ronronnement des chats demeure un mystère

Crédit photo : Thinkstock

Les hommes de science ne savent pas encore très bien d’où provient le ronronnement, mais certains estiment qu’il tire son origine dans le système cardiovasculaire de l’animal plutôt que dans la gorge.

11. Les chats apprennent vite à ronronner

Crédit photo : Thinkstock

Les chats commencent à ronronner quand ils ont tout juste une semaine et peuvent le faire sans interruption en respirant.

12. Les chats peuvent apprendre quelques tours

Crédit photo : Thinkstock

Certains chats apprennent une ou deux finesses et accourent au son de l’ouvre-boîte. Ils aiment aussi s’emparer d’un objet, mais si vous leur en donnez l’idée, vous pourrez vous retrouver avec un cadeau dans votre chaussure.

13. Le cœur des chats bat vite

Crédit photo : Thinkstock

Le pouls du chat se situe entre 160 et 240 battements à la minute, selon l’âge du chat (plus il est jeune, plus son cœur bat rapidement).

http://selection.readersdigest.ca

Penser chat


Est-ce un billet de psychologie humaine ou féline … ? Des fois, on dirait des deux, mais c’est bien pour les chats ! Ces petites boules de poils sont les seuls animaux qui se sont laissés apprivoisés (ou qu’il a apprivoisé l’homme) tout en gardant leur côté sauvage. Enfin bref, fort intéressant a lire avec une petite pointe d’humour …
Nuage

 

Penser chat

 

J'ai un an et je m'appelle Fripon ...

Mon Fripon, un chat qui a été de passage dans ma vie .. qui m’apportait des cadeaux, souris, oiseaux, écureuils

Isabelle Taubes

Un chat aime son confort, sait comment faire baisser son stress, ne s’attache qu’à ce qui lui plaît. Sa priorité : son bien-être. Sa philosophie : manger, jouer, dormir. Petite leçon de psychologie féline, pour apprendre à apprécier la vie comme lui.

L’attitude chat

Par sa présence silencieuse et attentive, souvent proche de celle du psy, le chat paraît capable de comprendre les problèmes des humains et de combler leurs vides affectifs. Il est présent dans 25 % des foyers français, et 13 % des propriétaires n’hésitent pas à lui confier leurs secrets (Chiens et chats, des compagnons privilégiés, Alliance Française, 2003).

Vous oublieriez presque qu’il est un petit fauve s’il ne vous ramenait de temps en temps un oiseau ou un petit rongeur agonisant.

Dégoûtant, mais rien de tel pour vous rappeler qu’un chat… est un chat ! D’ailleurs, vous lui racontez votre vie et il sait tout de vous, en tout cas l’essentiel, mais êtes-vous sûr de bien le connaître et de savoir quels sont ses besoins fondamentaux ?

Moi d’abord

Jamais nous n’oserions dire que le chat est un sale égoïste, mais il est difficile de ne pas le penser : nous voyons bien que, pour lui, « la vie, c’est moi d’abord ». Sans avoir suivi de stages de développement personnel, il a ses trucs pour aller mieux : le ronronnement, qui, contrairement à une idée reçue, n’est pas un signe de contentement mais un réflexe antistress ; le rituel du toilettage, qui lui sert à rester propre mais aussi à se calmer.

Bien des maîtres rêvent de pouvoir mettre en œuvre sa philosophie quotidienne : cultiver les comportements qui apportent bien-être, sécurité et amusement, et éliminer les autres sans se poser de questions. Le plus étonnant est qu’en dépit de son égocentrisme le chat réussit, par sa seule existence, à nous remonter le moral quand nous avons du vague à l’âme !

Home sweet home

A la minute où vous adoptez un chat, c’est vous qui vivez chez lui. A peine le temps de dire ouf qu’il a déjà ses habitudes : son coin cuisine, ses toilettes – sa litière, qui ne doit surtout pas être déplacée. Sa maison est l’élément essentiel de sa vie.

En déménageant, vous lui infligez un des pires stress qu’il puisse subir. En appartement, pensez à recréer le territoire de chasse dont il dispose dans la nature. Inutile d’apporter des souris. Des endroits pour se cacher, des étagères, des armoires pour grimper, sauter, faire semblant de chasser font l’affaire. Naturellement conçu pour régner sur un territoire de trois ou quatre hectares, il est très heureux dans un deux-trois pièces, à la condition d’y trouver des distractions.

Le chat qui s’ennuie déprime, devient boulimique et obèse, ou hyperactif et agressif, et perd tout sens de la propreté : il devient un névrosé qu’il faut conduire chez un vétérinaire psy !

Choisir son maître

C’est indéniable : votre présence lui fait du bien, votre chat est attaché à vous. Mais n’attendez pas qu’il vous aime comme vous l’aimez, assure Joël Dehasse, vétérinaire psy . ll ne vous quitte pas d’un pouce – et, s’il est issu d’une race orientale, il vous suit quand vous lui proposez une promenade –, il reconnaît votre voix, votre pas, le moteur de votre voiture…

Mieux : il peut se laisser mourir quand vous décédez. Mais si les conditions de vie que vous lui proposez ne le satisfont plus, il part s’installer ailleurs. Accueilli amicalement, il investit ses hôtes comme s’il était chez lui depuis toujours. Ce qui compte pour un chat, c’est son confort physique et psychologique.

Ne l’oubliez jamais : vous croyez adopter un chat, or c’est lui qui vous adopte. Et vous n’êtes pas son « maître », ni un chef de meute comme pour le chien, mais un égal, un substitut nourricier en charge de son bien-être.

Etre exigeant

Le chat est exigeant. Quand il a choisi une marque d’aliments, vous êtes obligé de vous plier à sa décision. Et pour le séduire, il ne suffit pas de le nourrir, il faut savoir jouer avec lui. Or, seuls les jeux qui lui rappellent qu’il est un chasseur le passionnent vraiment.

Son scénario favori : poursuivre une proie, se dissimuler pour mieux bondir, la capturer, lui donner des coups de patte, la mordre, la reposer, la reprendre. A vous de trouver des objets susceptibles d’évoquer l’oiseau ou le rat de ses rêves, et de laisser traîner des sacs en papier, des boîtes en carton dans lesquels il pourra se cacher.

Votre chat adore dormir avec vous, car vous êtes une source de chaleur. Seulement, il dort dix-sept heures par jour… mais pas aux mêmes moments que vous. Il est au mieux de sa forme quand vous vous couchez. Ravi de votre présence, il mordille vos orteils et vos mollets, bondit sur le lit, traverse la pièce à fond de train.

Et, vers 5 heures du matin, il est souvent pris de fringale. Bien sûr, il est incapable de se servir tout seul. Résultat : comme la majorité des propriétaires de chat qui dorment avec lui, vous souffrez de troubles du sommeil. Heureusement, en prenant de l’âge, la plupart des chats s’assagissent.

Multiplier les partenaires

Sauf exception, les chats n’ont pas de vie de couple stable. Et ils pratiquent l’inceste, bien qu’ils optent plutôt pour un ou une partenaire n’ayant pas la même odeur et provenant donc d’une lignée différente. En matière de sexe, le chat bat n’importe quelle star du porno.

« Six amants en quatre heures, près de vingt copulations par jour pour la chatte, seule femelle animale à éprouver d’authentiques orgasmes », nous apprend Joël Dehasse. Et pour le chat mâle, « en moyenne, neuf chevauchements et une quinzaine de copulations par jour ».

Mais cette vigueur, peu de propriétaires de chats citadins l’observent, car la vie en appartement est peu compatible avec la sexualité féline. Bruyante autant que frénétique, elle entraîne généralement l’obligation de faire castrer le mâle et opérer la femelle. A moins de supporter les hurlements de la chatte en chaleur ou les marquages urinaires nauséabonds du mâle qui veut signifier qu’il est chez lui.

Se laisser guider par le plaisir

Votre chat ne miaule que pour vous. « Les chats sauvages adultes ne miaulent pas, seuls les chatons le font, souligne Joël Dehasse. Quand le chat s’adresse à un congénère, il pousse des cris – de guerre, de séduction et autres – sans rapport avec “Miaou”.

Son cri d’amour s’énonce “Eu-eu-e”. Le miaulement est un appel au maître. Dépourvu de sens, il sert à transmettre l’émotion du moment. La joie, le plaisir se disent “Mê” ou “Mié” ; les émotions pénibles, par des sonorités plus graves, “Mou”, “Mo” ou “Mô”. »

Pour s’adresser à lui, préconise Marie-Claude Bomsel, vétérinaire (professeure au Muséum national d’histoire naturelle et auteure de Leur sixième sens. Les animaux sont-ils plus « sensés » que nous ? – Michel Lafon, 2006), n’ayez pas honte d’utiliser le ton de voix infantilisé (« Oh, le joli minou, il est mignon le chachat… ») qui fait dire à vos proches : « Tu deviens gâteux avec cette bête. » « A cause de sa fréquence, dans les aigus, et de son rythme, les chats l’adorent. »

Si vous voulez discuter avec votre chat, placez-vous à cinquante centimètres de lui. Car s’il voit six fois mieux que vous dans l’obscurité, il est terriblement myope, voit flou et discerne mal les couleurs. Sa myopie explique que, parfois, à l’extérieur de la maison, il paraît effrayé par son humain familier. En fait, il vous repère surtout à l’odeur.

Au terme de cette exploration de l’univers félin, vous aurez compris que même s’il dort les deux tiers du temps, le chat n’est pas une peluche que l’on installe chez soi pour se distraire, mais un petit fauve guidé par la quête du plaisir. Ne l’oubliez jamais. Sinon il vous le rappellera : en vidant le contenu de son intestin ou de sa vessie dans votre lit, ou plus radicalement, en vous faussant compagnie.

Conseils

Votre chat est trop gros ?

C’est généralement la conséquence de la sédentarité et de la castration – presque inévitables quand on vit en appartement. Interdisez-vous de lui offrir un repas chaque fois qu’il miaule, même s’il insiste. Vous n’y arrivez pas ? Demandez-vous si vous n’êtes pas en train de confondre votre chat avec un enfant ou un partenaire amoureux.

Vos caresses l’agacent ?

Le chat recherche indéniablement un contact physique avec l’homme. Et l’homme l’aime parce qu’il peut le caresser. Mais le chat apprécie les câlins surtout quand il en est l’initiateur. Attendez qu’il vous les demande clairement. Il se frotte à vous ? Peut-être veut-il seulement vous imprégner de son odeur. De plus, certains se lassent vite des familiarités : dès que ses oreilles se couchent en arrière, que sa queue se balance de plus en plus fort, cessez de le toucher, il est en train de s’énerver.

Votre maison empeste l’urine ?

Il est peut-être temps de faire castrer votre chat mâle. Il est castré ? Arrosez ses coins favoris avec un diffuseur d’hormones apaisantes, en vente en pharmacies. Un chat qui fait ses besoins dans des lieux inappropriés cherche le plus souvent à signifier qu’il va mal. Si c’est trop pénible, consultez un vétérinaire comportementaliste.

Vous pensez offrir un chat à un ami dépressif pour l’aider à se sentir mieux ?

La présence d’un chat améliore l’humeur des gens qui ne souffrent pas de troubles psychiques importants. Quand il s’agit de dépression ou d’anxiété grave, elle est inefficace.

http://www.psychologies.com

Le ronron du chat, un câlin qui guérit


Je crois que ceux qui aiment les chats vont sûrement être d’accord avec ce billet … car oui les chats ont quelques chose d’apaisant .. Ils sont juste la près de nous profitant du moments présent
Nuage

 

Le ronron du chat, un câlin qui guérit

 

Le chat est comme un violoncelle dont la... (Photo : Relaxnews)

Le chat est comme un violoncelle dont la musique s’amplifie en fonction de la taille de sa cage thoracique, qui fait office de caisse de résonance. Le ronron vient du larynx et ses vibrations sont un signe d’apaisement entre chats.

PHOTO : RELAXNEWS

Agence France-Presse

Le stress, l’insomnie ou l’anxiété peuvent aussi se soigner ponctuellement sans médicament grâce au ronronnement du chat, aux vertus thérapeutiques vantées par leurs maîtres et les professionnels animaliers.

Jean-Yves Gauchet, vétérinaire à Toulouse, qui revendique la paternité en France de la «ronron thérapie», assure que le ronronnement «apaise» et agit comme «un médicament sans effet secondaire».

«Quand l’organisme lutte contre des situations pénibles, comme le stress, le ronronnement du chat émet des vibrations sonores apaisantes et bienfaisantes, un peu comme la musique», explique-t-il.

Le chat est alors comme un violoncelle dont la musique s’amplifie en fonction de la taille de sa cage thoracique, qui fait office de caisse de résonance. Le ronron vient du larynx et ses vibrations sont un signe d’apaisement entre chats.

«C’est le premier signal que la mère envoie à son petit, un appel de reconnaissance et d’apaisement qui fonctionne aussi avec l’homme», affirme le vétérinaire.

L’homme perçoit le ronron par son tympan, mais pas seulement.

«C’est par le tympan, mais aussi les corpuscules de Pacini, des terminaisons nerveuses situées au ras de la peau, que nous percevons le ronron qui émet des fréquences basses, entre 20 et 50 hertz. Des pensées positives et de bien-être sont alors transmises à notre cerveau», explique-t-il.

Et les vertus des chats, qui sont près de 11 millions dans les foyers français, ne se limitent pas au ronronnement.

«Le chat est un éternel bébé qui aime se faire cajoler et ne demande qu’à jouer et dans certains cas il comble un manque affectif pour ceux qui n’ont pas d’enfant», déclare-t-il.

Bars à chats au Japon

Voir mon billet Neko Cafés ou les cafés à chats

 

Victoria Houssay, 22 ans, est «rassurée et détendue» par la présence de Memphis, son troisième chat.

«Quand il ronronne sur mon ventre, je suis calme et détendue», confie la jeune femme. «Il vient de lui-même quand je suis triste, fatiguée ou malade et ça me fait du bien».

Dans les maisons de retraite acceptant les animaux, les chats réconfortent les résidents, confient les encadrants.

«Une de nos clientes souffre d’un trouble du comportement et seule la présence de son chat l’apaise, il l’aide à l’endormissement», témoigne Bruno Hardy, cadre de santé à la maison de retraite «Richard» à Conflans-Saint-Honorine (Yvelines).

Journaliste santé, Véronique Aiache a consacré un ouvrage à «La ronron thérapie», aux éditions Guy Trédaniel.

«C’est un puissant anti-stress, régulateur de la tension artérielle, boosteur des défenses immunitaires et un soutien psycho-moteur» note-t-elle rapportant les résultats d’une étude menée dans les années 1950 par le corps médical américain.

«À fracture égale, le chat se rétablit trois fois plus vite que tout autre animal. Les vibrations émises par le ronronnement ont d’ailleurs été reproduites par des kinésithérapeutes pour accélérer la cicatrisation osseuse», raconte-t-elle à l’AFP.

Au Japon, il existe même des «bars à chats», où les clients viennent se détendre après le travail, en buvant un thé tout en caressant les animaux.

La complicité entre le chat et l’homme trouve ses racines dans l’agriculture lorsqu’il faisait fuir les nuisibles il y a plusieurs millénaires.

Jean-Denis Vigne, chercheur au CNRS et archéologue, dit avoir découvert lors de fouilles à Chypre en 2005 les traces les plus anciennes d’une association entre l’homme et le chat «au sens affectif».

«Une sépulture d’un homme associée à un squelette de chat datant de 8.500 ans avant notre ère tend à prouver leur association dans la vie et dans l’au-delà», estime-t-il.

http://www.lapresse.ca/

Le saviez-vous ► 10 CHOSES QUE VOUS IGNOREZ DES CHATS


Vous apprendrez des choses étonnantes sur les chats .. 10 points qui vous sont probablement inconnus  et  ce même si vous avez toujours vécu avec des chats ..
Nuage

 

10 CHOSES QUE VOUS IGNOREZ DES CHATS

 

Fripon

Vous croyez bien connaître les chats? Eh bien voici quelques faits qui surprendront même les amateurs de félins les plus avertis.


1. Les chats communiquent par le nez

 

Les frottements de nez sont inhabituels entre deux chats, parce qu’ils mettent chacun d’eux en position vulnérable. Cependant, les chats qui se connaissent bien et qui sont séparés pendant un long moment se sentent assez en confiance pour faire de telles caresses. Elles servent de reconnaissance visuelle et donnent de l’information sur l’état de l’autre, où il a été et ce qu’il a fait.


2. Le ronronnement n’est pas toujours bon signe

 

Habituellement, le chat ronronne lorsqu’il est bien, mais un ronronnement profond peut aussi être un signe de douleur. Si vous connaissez bien votre chat, vous serez capables de faire la différence entre deux sons différents.


3. Les chats préfèrent le langage du bébé

 

Pour communiquer avec leur maître, les chats semblent préférer les sons qu’ils utilisent avec les chatons; entre eux, ils ont plutôt un répertoire de sons adultes.


4. Chats et chocolat ne font pas bon ménage

 

Tout comme les chiens, les chats peuvent devenir malades ou même mourir s’ils mangent du chocolat.


5. Les chats ne font pas toujours la sieste

 

Ils préfèrent sommeiller plutôt que dormir, mais s’ils sont assez détendus pour entrer dans un sommeil profond, ils ont le même rythme cérébral que nous avons durant nos rêves.


6. Les chats ne regardent pas toujours dans les yeux

 

Ils plissent les yeux ou battent des paupières lorsqu’ils croisent vos yeux par accident. Pour apprivoiser un chat inconnu, clignez des yeux et détournez le regard si vos yeux se croisent.


7. Les chats ont besoin de renforcement positif

 

Ils ne comprennent pas le sens d’une punition comme les humains; pour obtenir le comportement désiré, il faut plutôt les encourager et les récompenser.


8. Les chats se nettoient les dents avec de la viande

 

Une ration quotidienne de viande crue lui permettra de mastiquer et de conserver les gencives et les dents en bonne condition. Vous pouvez lui donner de la viande désossée de poulet, de lapin ou de bœuf.


9. Les chats apprécient le soleil

 

Si votre chat semble capable de supporter aussi bien la chaleur, c’est parce que ses ancêtres vivaient autrefois dans le désert.


10. Le ronronnement demeure un mystère

 

Certains scientifiques croient que le ronronnement est produit au niveau cardiovasculaire plutôt que dans la gorge; mais ils ne sont toujours pas en mesure d’expliquer ce phénomène

Virgule

1329404879644

Fripouille

http://selection.readersdigest.ca