Ce photo­graphe docu­mente la vie palpi­tante des souris naines


Les souris naines sont un rongeur d’Europe, leur longueur de vie est environ 3 ans et pèse à peine  6 grammes. Elles sont magnifiques.
Nuage

Ce photo­graphe docu­mente la vie palpi­tante des souris naines


Crédits : Dean Mason / Windows on Wild­life

par  Suzanne Jovet

La souris naine est le plus petit rongeur d’Eu­rope. Même si elle dépasse rare­ment les 3 ans et les six grammes, sa vie est remplie d’aven­tures, montre le photo­graphe Dean Mason.

Sur ses clichés, on peut notam­ment la voir utili­ser sa queue préhen­sile en l’en­rou­lant autour des tiges pour se dépla­cer. C’est le seul mammi­fère à pouvoir le faire

Dean Mason est un photo­graphe spécia­lisé dans la faune et la flore depuis près de 20 ans. Cet Anglais de 53 ans soigne son anxiété en passant beau­coup de temps au plein air. C’est ainsi qu’il est tombé amou­reux des souris naines, une passion rare.

Dean Mason et sa femme ont créé des ateliers bapti­sés Windows on Wild­life, qui offrent la possi­bi­lité à de nombreux photo­graphes d’im­mor­ta­li­ser les souris naines élevées par le couple.

 « Photo­gra­phier des souris naines est fasci­nant. Elles peuvent être incroya­ble­ment rapides et consti­tuer un défi pour les photo­graphes », indique Dean.

Crédits : Dean Mason / Windows on Wild­lifeCrédits : Dean Mason / Windows on Wild­life

Source : Windows on Wild­life


https://www.ulyces.co

Quand des chats montent la garde


C’est une excellente idée d’utiliser des chats errants qui ne sont pas social ni adoptable. On leur offre un logis, nourriture, eau, des soins médicaux si nécessaire en échange de chasser les rats et autres rongeurs dans les rues, dans les entreprises. Pour avoir un chat de garde, il faut répondre a des exigences strictes. Cela permet d’éviter l’euthanasie pour les chats et un meilleur contrôle de la population de rat dans la capitale des États-Unis.
Nuage


Quand des chats montent la garde

Tim Williams jetait un quart des graines pour... (PHOTO ANNA-ROSE GASSOT, AFP)

Tim Williams jetait un quart des graines pour oiseaux et des graines de gazon du magasin Greenstreet Gardens où il travaille, situé à Alexandria, à quelques kilomètres de Washington. Mais depuis le recrutement de Rue auprès de Blue Collar Cats, les attaques de rats sur ses sacs de graines sont désormais un phénomène rare.

PHOTO ANNA-ROSE GASSOT, AFP


ANNA-ROSE GASSOT
Agence France-Presse
Washington

Une armée de gardiens à pattes de velours veille sur des dizaines de maisons et d’entreprises de Washington, prêts à bondir toutes griffes dehors sur un intrus. Leur rétribution ? Un bol de lait devrait suffire.

Ces agents de l’ombre sont des chats errants récupérés dans les rues de la capitale américaine et leurs proies, la population exponentielle de rats et autres rongeurs.

Le programme Blue Collar Cats, lancé en 2017 dans le cadre de l’initiative Humane Rescue Alliance (HRA) par la ville, présente ces félins peu accoutumés à côtoyer des humains et qui ne feraient pas de bons animaux de compagnie comme une alternative écologique aux pièges et produits chimiques pour lutter contre cette infestation.

Ils ne démontrent en général aucun intérêt pour la socialisation et, pour la plupart, ne se laissent pas approcher. Des chats parfaits pour les humains n’étant intéressés que par leur instinct de chasseurs.

« Le chat Blue Collar reçoit du propriétaire des locaux, en échange de son effet dissuasif à l’égard des rongeurs, de la nourriture, de l’eau et un abri en cas de mauvaise météo », explique Lauren Lipsey, une responsable de la HRA, organisation spécialisée dans la protection des animaux.

Et « le propriétaire s’engage à fournir des soins médicaux d’urgence le cas échéant et à garder un oeil sur le bien-être du chat », relève-t-elle.

Toute personne souhaitant adopter l’un de ces gardiens solitaires subit un strict processus de sélection avec un questionnaire très précis – y compris sur la présence d’animaux domestiques dans les locaux – pour assurer un environnement accueillant au félin.

« J’aime les animaux et même les rats – je ne les déteste pas », a confié à l’AFP Christian Kelleher, propriétaire d’une menuiserie et client de Blue Collar Cats, tandis qu’il réceptionnait deux chats de garde.

« Avec un peu de chance, ces chats vont limiter un peu le nombre de leurs forces vives et (les rongeurs) ne vont pas se reproduire et se répandre partout », a-t-il ajouté.

Tim Williams jetait un quart des graines pour oiseaux et des graines de gazon du magasin Greenstreet Gardens où il travaille, situé à Alexandria, à quelques kilomètres de Washington.

Mais depuis le recrutement de Rue auprès de Blue Collar Cats, les attaques de rats sur ses sacs de graines sont désormais un phénomène rare.

Les simples patrouilles du chat parmi les pots de fleurs suffisent à tenir les rongeurs à l’écart, a-t-il expliqué.

Outre un terrain de jeu inépuisable et un abri, Rue dispose d’une litière et d’un griffoir.

Ce programme s’est révélé être très efficace pour maîtriser le nombre de rats parcourant la capitale américaine, mais a aussi permis de sauver la vie de nombreux chats.

« Avant la création de ce programme, ces chats étaient euthanasiés parce qu’ils ne pouvaient être remis en liberté là où ils avaient été capturés et ils n’étaient pas sociables ni adoptables », a précisé Mme Lipsey.

Près de 250 chasseurs de souris ont été placés à ce stade. La HRA prévoit étendre ses services à l’avenir.

https://www.lapresse.ca/

Le Saviez-Vous ► 10 phobies animales peu connues, voire même insolites !


On connaît certaines phobies qui peuvent être de vrai cauchemar pour certaines personnes. D’autres phobies qui sont moins connues, et même surprenantes peuvent aussi être invivables pour ces personnes.
Nuage

 

10 phobies animales peu connues, voire même insolites !

 

iStock.com/Scacciamosche

par Clara Zerbib, journaliste animalière

On a tous des peurs plus ou moins irrationnelles, dues à une méconnaissance du sujet ou à un traumatisme de l’enfance. Par exemple, l’arachnophobie (la peur des araignées), l’ophiophobie (la peur des serpents) ou encore la cynophobie (la peur des chiens) sont plutôt courantes et donc rarement jugées. Mais d’autres peurs peuvent être tout aussi terrifiantes et pourtant ne jamais être prises au sérieux.

La preuve ici !

1. L’ailurophobie (la peur des chats)

Si vous êtes un amoureux des chats, vous pourrez avoir du mal à comprendre comment des créatures aussi douces et aussi mignonnes peuvent inspirer la peur. Et pourtant… Les personnes qui souffrent d’ailurophobie ont non seulement peur des chats mais aussi de tout ce qui y est lié. Ainsi, le son d’un ronronnement, la vue de croquettes ou de litière pour chat peut également être source d’angoisse. Imaginez la dure vie que mènent ces personnes à l’heure où les félins sont de plus en plus présents dans nos foyers !

chat

Share

Crédits : Pxhere

2. L’alektorophobie (peur des poulets)

Lorsqu’ils voient une poule ou un coq, les alektorophobes ont tendance à être pétrifiés de peur, voire même à avoir des palpitations cardiaques. Certains vont même plus loin puisqu’ils ont également peur des poulets morts, voire même des oeufs (on dit alors qu’ils sont ovophobes).

Par extension, les alektorophobes peuvent également être ornithophobes, c’est-à-dire avoir peur des oiseaux en général.

poules

Crédits : iStock

3. La lépidophobie (peur des papillons)

Alors que certains en font collection, d’autres ne peuvent pas les approcher, de près ou de loin. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les papillons, avec leurs couleurs multicolores et leur grâce naturelle, ne font pas l’unanimité. Au contraire, ils sont même l’objet d’une peur irraisonnée qui est bien difficile à gérer lorsque les beaux jours arrivent…

À noter que les lépidophobes peuvent aussi être entomophobes, c’est-à-dire avoir peur des insectes en général. L’entomophobie inclut également la myrmécophobie (peur des fourmis), l’apiphobie (peur des abeilles) ou encore la katsaridaphobie (peur des cafards).

battus philenor papillon

Crédits : John Flannery/Wikimedia Commons

4. L’ostraconophobie (peur des fruits de mer)

Si à chaque fois que vous mangez dans un restaurant, vous avez peur d’apercevoir un mollusque ou un crustacé sur la table voisine, c’est que vous êtes ostraconophobe. Et ne parlons même pas de ceux qui sont vivants ! Tomber nez à nez à la mer avec un homard, un crabe ou même une huître peut être d’autant plus angoissant.

À noter que la plupart des personnes atteintes de cette phobie l’ont développé après avoir mangé des fruits de mer et être tombées malades.

crabe de cocotier

Crédits : iStock

5. La batrachophobie (peur des amphibiens)

Cette peur incontrôlée des amphibiens, et plus particulièrement des grenouilles, des crapauds et des salamandres, trouve parfois son origine dans les légendes urbaines. En effet, on dit par exemple que toucher un crapaud donne des verrues… Mais cette phobie pourrait également être liée à un dégoût pour les choses gluantes.

grenouille

Crédits : Pixnio

6. L’ (peur des chevaux)

Les chevaux sont des animaux imposants et il n’est donc pas surprenant qu’ils puissent parfois inspirer une certaine crainte. D’autant plus qu’un seul coup de sabot peut être fatal… Il arrive même que le simple son des sabots sur le sol suffise à déclencher l’anxiété des personnes atteintes de cette phobie.

cheval appaloosa

Crédits : iStock

7. La musophobie (peur des rongeurs)

Vous avez peur de tous les rongeurs ? Ou simplement des souris ou des rats ? Dans tous les cas, vous êtes musophobe ! Malgré le fait qu’elle soit très répandue, cette phobie, qui touche surtout les femmes, a le don de faire rire. Pourtant, la panique qui s’empare des musophobes lorsqu’ils aperçoivent un rongeur est bien réelle…

L’origine de la musophobie est bien souvent la peur de la saleté, cette dernière étant associée aux rats et aux souris.

souris

Crédits : iStock

8. L’ichtyophobie (peur des poissons)

Cette peur maladive des poissons s’exprime par la peur d’être entouré de poissons vivants, la peur de manger des poissons morts ou la peur de toucher des poissons. Certains sont même écoeurés par la vue ou l’odeur des poissons sur les étals de marchés par exemple.

poisson rouge

Crédits : iStock

9. L’arctophobie (peur des ours)

Non seulement les personnes atteintes de cette phobie ont peur des ours (et on peut les comprendre) mais en plus elles ont peur de toutes leurs représentations… Cela signifie que la simple vue d’un ours en peluche peut être source de panique ! Imaginez en période de Noël…

ours

 

Crédits : Pxhere

10. La cuniculophobie (peur des lapins)

Un simple dessin de lapin peut faire bondir d’horreur les cuniculophobes. On imagine alors aisément qu’ils ne crient pas qu’ils sont atteint de cette phobie sur tous les toits, sous peine de subir quelques moqueries…

lapin

 

Crédits : Simona R/Pixnio

Source

https://animalaxy.fr/

Première : le cerveau d’un rat commandé par un cerveau humain


La Chine encore fait des siennes en science. Je vois du mauvais oeil qu’un humain pour commander à distance un animal même si c’est un rat. Si aujourd’hui, c’est un rat, demain, ce sera quoi ?
Nuage

 

Première : le cerveau d’un rat commandé par un cerveau humain

 

Fabrice Auclert
Journaliste

Une équipe de chercheurs chinois est parvenue à faire déplacer un rongeur dans un labyrinthe grâce à une interface cerveau-cerveau qui nécessite un ordinateur, puis une technologie sans fil pour transmettre les instructions de l’Homme à l’animal.

Une équipe de chercheurs chinois vient de publier dans la revue Nature une méthode pour contrôler un animal par la pensée. En reliant, sans fil, une interface neuronale directe (également appelée interface cerveau-machine) à un rat cyborg, un être humain a pu guider le rongeur à travers un labyrinthe.

Pour commencer, et après une période d’entraînement pour habituer les rats à ce système, six volontaires ont ainsi fait évoluer les rongeurs à travers un parcours en étoile à huit branches en atteignant, après plusieurs sessions, 98 % de commandes correctement interprétées. Forts de ces très bons résultats, ils ont ensuite guidé les rats au travers d’un labyrinthe beaucoup plus complexe. Le tout, dans un temps limité.

Commandés par Bluetooth

 

Uniquement avec la pensée d'un humain, le rat est parvenu à parcourir un labyrinthe avec des changements de direction et des marches à descendre © Nature's Scientific Reports

Uniquement avec la pensée d’un humain, le rat est parvenu à parcourir un labyrinthe avec des changements de direction et des marches à descendre © Nature’s Scientific Reports

Pour parvenir à guider les animaux à distance, l’équipe chinoise a créé une connexion entre deux cerveaux en utilisant des machines pour transmettre les informations. Le système est composé tout d’abord, côté humain, d’une électroencéphalographie qui détecte l’intention de bouger le bras gauche ou le bras droit. Il génère ainsi les commandes pour tourner à gauche ou à droite. Les chercheurs ont ensuite utilisé le clignement des yeux pour commander au rat d’avancer.

Côté rongeur, les rats sont des « cyborgs » équipés de puces micro-stimulateurs implantées dans le cerveau et contrôlées par Bluetooth. Deux paires d’électrodes stimulent les parties du cortexsomatosensoriel correspondant aux vibrisses (ou « moustaches ») du rat, pour l’inciter à tourner. Deux autres paires d’électrodes ont été implantées sur le faisceau médian du télencéphale (aussi appelé « circuit de la récompense ») pour commander l’animal à avancer, et lui fournir une récompense virtuelle.

https://www.futura-sciences.com

Les rats de New York profitent du climat


Oh la, la, la ! Encore d’autres conséquences des changements climatiques qui ne doivent pas du tout faire l’affaire de la population de New-York. Il y a toujours eu des rats dans cette ville, un rongeur qui se reproduit très vite, mais pas l’hiver, alors qu’avec les températures qui augmentent, les familles de rats s’agrandissent. Si c’est le cas pour New-York, alors on peut penser que d’autres villes seront peuplé autant de rats.
Nuage

 

Les rats de New York profitent du climat

 

La Presse

La ville de New York est aux prises avec les rats depuis sa fondation, mais les changements climatiques semblent favoriser leur multiplication, disent des experts de la question.

« Selon moi, New York est l’une des pires villes aux États-Unis pour ce qui est du nombre de rats », dit Bobby Corrigan, un exterminateur d’expérience.

Selon la municipalité, le nombre de plaintes de New-Yorkais au sujet des rats est à la hausse depuis quatre ans. Le réchauffement climatique facilite non seulement la vie des rats pour s’alimenter, mais allonge également la période pendant laquelle ils se reproduisent.

« À une époque, on disait que c’était la saison des rongeurs, puis, l’hiver et le froid venant, les rats et les souris se terraient. Ce n’est plus le cas. Les rongeurs sont maintenant actifs toute l’année », explique Michael Deutsch, entomologiste à l’emploi de la compagnie d’extermination Arrow.

Dans les villes comme New York, les rats arrêtaient traditionnellement de se reproduire l’hiver, mais, selon M. Corrigan, la hausse des températures leur permet de faire naître une portée de plus par année.

« Ça en fait des milliers et des milliers de plus », dit-il.

Comme les rats sont des vecteurs importants de maladies, les deux spécialistes sont d’avis que les autorités doivent déclarer la guerre aux rats.

Selon eux, une partie de la solution doit passer par une meilleure gestion des déchets que produisent les New-Yorkais.

https://www.lapresse.ca/

Les rats adultes sont des proies trop coriaces pour les chats


On a toujours cru qu’un chat est un excellent prédateur contre les souris et les rats. Sauf qu’un chat aimes bien des proies faciles comme les souris et les oiseaux, mais un rat, surtout s’il est adulte, n’est vraiment pas dans leur corde.
Nuage

 

Les rats adultes sont des proies trop coriaces pour les chats

 

Les chats de New York préfèrent manger des détritus que des rats | Dmitry Ulitin via Unsplash CC License by

Les chats de New York préfèrent manger des détritus que des rats | Dmitry Ulitin via Unsplash CC License by

Repéré par Barthélemy Dont

Contrairement à ce que tout le monde croit, les chats sauvages ne sont pas des prédateurs très efficaces contre les rats.

 

Repéré sur The Atlantic

Pour tout le monde, l’antagonisme entre rats et chats est une évidence. Dès l’enfance, on nous apprend que l’essence même du chat est d’être le prédateur de la souris et autres rongeurs. Et que celle de la souris est d’être la proie du chat. Avec cette idée profondément ancrée, beaucoup pensent donc que les chats sont la meilleure solution pour se débarrasser de rongeurs un peu trop envahissants. En juillet, des Parisiens ont même réclamé à leur bailleur social l’introduction de chats pour débarrasser l’immeuble des nuisibles.

Pourtant, selon une récente étude, félins et rongeurs ne seraient pas les ennemis jurés que l’on pensait. Michael H. Parsons, un chercheur américain qui projetait d’étudier les rats new-yorkais (tellement omniprésents qu’ils ont leur propre page Wikipedia) a vu son terrain d’étude envahi par des chats sauvages. Qu’à cela ne tienne, il a décidé d’étudier les interactions entre les deux animaux. Après cinq mois d’observation, il s’est aperçu que les chats étaient de très mauvais chasseurs de rats.

Les souris, oui, les rats, bof

Pendant toute cette période, les caméras détectrices de mouvements n’ont enregistré que deux rats tués, alors que 150 se trouvaient sur la zone d’étude. Les chats sont très bons pour capturer des souris. Mais pour les rats, c’est une autre paire de manche. Adultes, ils peuvent être jusqu’à dix fois plus gros qu’une souris. Et ils sont autrement plus féroces.

Grégory Glass, un professeur de l’université de Floride, explique à the Atlantic: «Une fois que les rats atteignent une certaine taille, les chats préfèrent les ignorer et vice-versa».

Ce constat est parfaitement illustré par l’une des vidéos de Parsons:

Contrairement à Tom, un vrai chat sauvage ne s’obstinerait pas à poursuivre Jerry. Ce sont des prédateurs opportunistes qui préfèrent s’attaquer aux proies faciles comme des souris ou des oisaux. Ce n’est que s’il a très faim qu’un félin s’attaquerait un rat adulte, chose qui a peu de chances de se produire dans une grande ville où la nourriture est abondante. L’un des chercheurs interrogé par The Atlantic témoigne même avoir déjà vu des chats sauvages et des rongeurs se nourrir dans les même piles de déchets, au même moment.

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► Les éléphants ont peur des souris, mythe ou réalité ?


Depuis la Grèce antique, qu’on prétend que les éléphants ont peur des souris, car elles peuvent rester coincer dans leur trompe !! Cependant après expérience fait par deux animateurs de télé, ont fait l’expérience. Même si l’éléphant a dévié de sa route, il n’a pas présenté les signes de peur apparente. Mais, l’éléphant redoute pourtant de quelque chose et ce n’est pas une souris ou autre petit rongeur.
Nuage

 

Les éléphants ont peur des souris, mythe ou réalité ?

 

éléphant souris

Crédits : iStock

par Yohan Demeure

Sur le papier, une simple souris ne fait clairement pas le poids face un imposant éléphant ! Cependant, il est parfois dit que ces derniers ont peur des souris : qu’en est-il réellement ?

Déjà au temps de la Grèce antique, on disait que les éléphants avaient peur des souris et autres petits rongeurs, car ceux-ci pouvaient se retrouver coincés dans leur trompe. Or aujourd’hui, l’origine de cette légende reste encore un mystère. Mais comme beaucoup d’entre elles, il y a peut-être un fond de vérité.

En réalité, non. Tout d’abord, l’idée qu’un rongeur se trouve coincé dans la trompe d’un éléphant parait absurde, dans la mesure où le pachyderme n’aurait aucun mal à l’expulser. Des études menées sur des éléphants en captivité ne sont jamais parvenues à prouver une éventuelle peur des souris. Mais évoquons tout de même le fait qu’à l’état sauvage, une certaine nervosité s’empare des mastodontes lorsque de petits animaux apparaissent soudainement. En vérité, cela est simplement dû au fait que les éléphants ont une mauvaise vue.

En 2008, des éléphants sauvages ont été testés dans l’émission Mythbusters (voir extrait en fin d’article). Ils ont dévié leur trajectoire à la vue d’une souris, mais il ne s’agissait en aucun cas d’une peur. En effet, lorsqu’un éléphant est effrayé, celui-ci déploie ses oreilles et prend du recul.

Si les éléphants n’ont pas peur des souris, ceux-ci nourriraient une crainte concernant les fourmis, un animal encore plus petit ! Un article du Telegraph publié en 2010 relatait une étude menée par des chercheurs de l’Université de Floride (États-Unis). Le professeur Todd Palmer qui avait piloté ces recherches avait qualifié les colonies de fourmis en colère de “talon d’Achille” de l’éléphant, qui aurait peur que celles-ci s’introduisent dans sa trompe. En effet, des milliers de fourmis à expulser représenteraient plus de difficultés qu’un simple rongeur !

Source

https://sciencepost.fr//