Une robe pour détecter les agressions sexuelles


Les hommes devraient se dire que si un se permet de toucher une femme sans son consentement, alors d’autres le feront aussi. C’est quoi qui permet un homme de poser des gestes irrespectueux envers une femme ? Pendant cette expérience, 3 femmes ont été touchées 157 fois un peu partout sur leur corps en quatre heures. ? C’est inadmissible !
Nuage

 

Une robe pour détecter les agressions sexuelles

 

Repéré par Aude Lorriaux

Repéré sur Quartz

Une équipe de recherche a mis au point une robe équipée de capteurs. Trois femmes envoyées dans une boîte de nuit pour la tester ont été touchées 157 fois en quatre heures.

 

Au cours d’une soirée dans une boîte de nuit, à votre avis, combien de fois une femme sera touchée sans son consentement? C’est ce que des chercheurs ont voulu vérifier, pour le compte de la marque Schweppes, associée à une agence de pub brésilienne. Dans ce pays, près de 86% des femmes affirment avoir fait l’objet d’atteintes sexuelles. Le projet, intitulé «Une robe pour du respect» (The Dress for Respect), consiste en une robe équipée de capteurs sensoriels qui enregistrent les pressions sur le corps et les transmettent sous forme de visualisation sur un écran de contrôle. Trois femmes ont ensuite été envoyées dans une boîte de nuit de Sao Paulo pour effectuer le test.

Dans la vidéo filmée par l’équipe de recherche, on peut voir les trois femmes être fréquemment touchées et exprimer à plusieurs reprises leur refus. Sur l’écran de contrôle, des zones s’allument en permanence. En moins de quatre heures, ces trois femmes ont été touchées près de 157 fois, soit plus de quarante fois par heure:

Les trois femmes qui ont subi ces attouchements au profit de cette campagne de sensibilisation expriment ensuite leur agacement:

«Je vaux la peine qu’on me parle au moins cinq minutes», dit l’une d’elle. «Pourquoi ne pas essayer d’approcher les femmes avec élégance, intelligence, sens de l’humour et respect?», demande la vidéo en guise de conclusion.

Le seul espoir de cette vidéo vient de la réaction des hommes à qui les chercheurs ont montré plus tard le résultat. Dans le clip de l’agence de publicité, ils expriment des réactions indignées et de la surprise de voir à quel point ces trois femmes ont été touchées.

http://www.slate.fr/

21 Photos Qui Vous Feront Connaître Les Détails De L’histoire


Les photos sont des souvenirs de notre vie et de ceux que nous aimons. C’est notre histoire. Il y a d’autres photos qui font partie de l’Histoire du monde. Des sites historiques qui ont marqué un peuple, des évènements qui a changer beaucoup de choses dans la vie des gens
Nuage

 

21 Photos Qui Vous Feront Connaître Les Détails De L’histoire

 

1. Les propriétaires de cet appartement avaient accumulé 130 tonnes d’ordures.

2. La procédure pour porter une robe de soirée.

3. La tradition chinoise qui serrait les pieds des femmes pour une question de beauté.

4. Un facteur avec, probablement, son fils.

5. La princesse Dagmar et le fils de Nicolas II Nikolaï Alexandrovitch.

6. Elin Wagner devant la pile de registres contenant les signatures pour obtenir le vote des femmes.

7. L’alcool est jeté pendant la période de prohibition.

8. Conditions de travail des mineurs belges.

9. Le gang entièrement féminin qui semait la peur à Londres.

10. L’enchevêtrement de câbles à New York City recouverts de neige après une tempête.

11. La foule sur le Golden Gate Bridge, le 24 mai 1987, à l’occasion du 50e anniversaire.

12. Peinture vivante, Nouveau Mexique, 1915.

13. Pratique dentaire ancienne.

14. Fouilles sur l’île de Pâques.

15. La curieuse tenue des médecins de la peste, qui cachaient dans le long bec des herbes parfumées pour dissimuler les odeurs.

16. École de danse en Russie.

17. Trafic à Berlin après la chute du mur.

18. Un des navires arrivant au port de New York, rempli de soldats revenant de la Seconde Guerre mondiale.

19. Orphelins de la guerre du Vietnam amenés aux Etats-Unis.

20. Enfants à vendre en raison de la famine.

21. New York, 14 août 1945: célébration de la fin de la guerre.

Tags: PhotographieHistoire

http://www.regardecettevideo.fr

Le Saviez-Vous ► Fantastique découverte d’une robe du 17e siècle


En avril 2016, nous apprenons qu’une vieille robe  qui a séjourné 400 ans dans l’eau à été retrouvé (en 2014) quasi-intact. Voici un peu l’histoire de cette robe et du commerce international maritime de cette époque
Nuage

Fantastique découverte d’une robe du 17e siècle


Photo:
©Kaap Skil/AFP / Peiter de Vries

Il y a environ 400 ans, un navire marchand sombrait dans la mer des Wadden aux Pays-Bas. À son bord, du buis, de l’encens, du tabac et de l’anis. Mais aussi un coffre bien protégé par les sables, dont le contenu émerveille le Web … Parmi les trésors de ce coffre se trouvaient des vêtements, dont une très rare robe en soie de damas dans un très bon état!

Les Pays-Bas et le commerce international :


Photo:
Famille nantie du XVIIe siècle

Aux XVIe – XVIIe siècles, à l’époque des découvertes en Amérique et conséquemment du colonialisme, les Pays-Bas étaient une puissance commerciale et maritime très importante dans le monde, avec les royaumes d’Espagne et du Portugal. Le pays s’enrichit considérablement par le commerce, entre autres avec l’Orient, et multiplia les innovations militaires, scientifiques et artistiques. À un point tel que le XVIIe siècle est considéré comme l’Âge d’or hollandais.


Photo:
Rembrandt, la guilde des drapiers

À cette époque, leurs excellents navires et instruments de navigation comme le sextan, leur permirent de faire des conquêtes de territoires en Amérique du Nord (Manhattan), en Amérique du Sud, en Afrique et dans l’océan indien. Mais ils furent plus particulièrement reconnus pour le commerce, développant les compagnies des Indes orientales et occidentales à l’aube du XVIIe siècle. La «Compagnie des Indes orientales» les amena à développer le commerce des épices et des soieries avec l’Inde et l’Indonésie, de même que du thé et de la porcelaine avec la Chine.


Photo:
Faïence de Delft

Une fabuleuse découverte:


Photo:
Pochette de velours rouge brodée @Kaap Skil

Au mois d’août 2014, des plongeurs ont fait la découverte d’artefacts émergeant des sables près de l’île Texel, provenant des vestiges d’une épave d’un navire marchand du XVIIe siècle déjà connue. À leur grande surprise, un coffre pointait sous la vase. Lorsque le coffre fut remonté à la surface, le contenu émerveilla tous les gens présents…


Photo:
Couverture de livre en cuir ©Kaap Skil

Le coffre contenait les effets personnels d’une dame de la noblesse, Jean Kerr, comtesse de Roxburghe, liée à la famille royale britannique des Stuarts. Le coffre contenait des bas de soie, des sous-vêtements, une pochette de velours rouge en bon état, un peigne et des couvertures de livres en cuir. Mais la découverte la plus spectaculaire fut celle d’une robe de soie de damas dans un étonnant état de conservation… considérant qu’elle avait séjourné 400 ans sous l’eau!


Photo:
@Kaap Skil

Bien qu’elle ait été sortie de la mer en 2014, la découverte de la robe (et des autres artefacts) a été gardée secrète jusqu’à tout récemment, pour éviter que des pilleurs cherchent le lieu de l’épave d’où provenaient les objets. Les analyses ont confirmé qu’il s’agissait d’une robe de soie du XVIIe siècle de qualité exceptionnelle, portée par une dame de haut rang. La robe était fort probablement un vêtement de tous les jours cependant, puisqu’il n’y a pas de fils d’argent ou d’or sur l’étoffe. 


Photo:
Un exemple possible d’une robe similaire à celle découverte

Ce coffre et le reste des objets découverts sur l’épave, comme des cargaisons d’épices, offrent une vitrine rarissime sur le commerce oriental, le transport et la vie de la noblesse au XVIIe siècle.

Coup de théâtre, cette découverte met aussi en lumière une histoire de complot! En effet, le navire appartenait à une flotte partie de Dover, en Angleterre, en 1642. Plusieurs navires avaient sombré en février de cette année-là, en raison du mauvais temps en mer. La comtesse de 56 ans à laquelle appartenait la robe, faisait le voyage en tant que dame de compagnie d’Henriette Marie de France, épouse du roi d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande, Charles Ier. 


Photo:
Henriette Marie de France

Le voyage, en apparence pour permettre à la fille de Charles 1er de rejoindre son mari, était en réalité un voyage visant à vendre des bijoux royaux afin d’amasser des fonds pour financer l’armée des royalistes dans le cadre de la guerre civile anglaise (1642-1651). La comtesse de Roxburghe a survécu au naufrage, mais selon les archives, elle serait décédée la même année.

Spécialisée en histoire ancienne, Evelyne Ferron

http://www.historiatv.com/

Le Saviez-Vous ► La plus vieille robe du monde


Une robe ou peut-être une chemise a pu traverser le temps, sa conservation est étonnante si l’on considère qu’elle a 5 000 ans.
Nuage

 

La plus vieille robe du monde

 

Le plus vieux vêtement du monde dont la matière est tissée est la robe de Tarkhan, qui a plus de 5000 ans. Ce vêtement est conservé actuellement au Musée d’Archéologie Egyptienne de Petrie.

Difficile de savoir si c’est une robe ou une chemise car la partie basse de la robe de Tarkhan est manquante. On ne connaît pas sa longueur, ni si c’était pour un homme ou une femme. Elle correspond aux proportions d’un.e adolescent.e ou d’une femme menue.

Elle a été réalisée en lin crème avec une légère bande grise, et présente une coupe à manches longues, col en v et petits plis décoratifs. Cette tunique a été retrouvée retournée sur l’envers, avec de légers froissements aux manches montrant qu’elle avait effectivement été portée.

On serait désolé de sortir un vêtement aussi abîmé de sa machine à laver, pourtant la robe est dans un très bon état de conservation pour son âge. Elle a été montée sur une crêpeline pour être présentée portée sur un mannequin. Cette étoffe fine et serrée sur laquelle elle est cousue permet de ne pas faire supporter le poids du vêtement au tissu ancien lui même.

Si vous savez coudre, vous pouvez trouver le patron pour vous en faire une sur le site du musée.

tarkhan-robe-vetement-plus-vieu-02

 

http://www.laboiteverte.fr/

Une robe vieille de 400 ans retrouvée dans une épave


Je n’ai aucune difficulté à m’imaginer l’excitation des plongeurs face à cette découverte. Des trésors, des vêtements qui depuis 400 ans dormaient au fond de l’eau et qui pourtant, sont dans un état incroyablement bien conservé
Nuage

Une robe vieille de 400 ans retrouvée dans une épave

 

Une robe vieille de 400 ans retrouvée dans une épave

La robe en soie retrouvée dans l’épave.Capture d’écran Gentside Découverte

Véritables capsules temporelles, les épaves recèlent d’une source inépuisable de trésors archéologiques. Encore récemment, l’une d’entre elles située au large des côtes des Pays-Bas a donné lieu à une incroyable découverte: une robe en soie du 17e siècle parfaitement conservée et des centaines d’autres objets.

Les vestiges ont été mis au jour non loin de l’île de Texel, au nord du pays, par cinq membres d’un club de plongée local. Dans cette région, le navire des profondeurs de la mer des Wadden est plutôt bien connu. Surnommé «l’épave de buis», ce trois mâts en décomposition est considéré comme un excellent endroit pour les passionnés d’exploration marine.

Depuis 2009, les cinq plongeurs amateurs s’y rendent régulièrement mais ce n’est qu’en août 2014 qu’ils ont finalement réalisé la vraie valeur cachée derrière les restes décadents de cet ancien paquebot marchand qui a sombré il y a 400 ans.

UNE INCROYABLE DÉCOUVERTE

«Le sable qui recouvrait le bateau avait été balayé par la mer», se souvient l’un d’entre eux, Gerrit Jan Betsema. Il poursuit: «Dans la cale, nous avons découvert des fragments de caisses en bois renfermant des morceaux de tissu».

Retrouvés à  cinq mètres de profondeur, les objets ont par la suite été remontés à la surface.

Plus récemment, ces derniers ont fait l’objet d’une exposition temporaire intitulée Garde Robe. L’événement qui se déroulera jusqu’au 16 mai au sein même de l’île de Texel, est l’occasion de venir admirer les nombreux vestiges avec une attention toute particulière pour la pièce maîtresse de la collection.

Il s’agit de la robe en damas, une soie de couleur monochrome sur laquelle se dessine des formes fleuries formées par un tissage. Cette dernière se compose d’un corsage à manches rehaussé d’un faux-col et d’un large jupon plissé.

La finesse et somptuosité de l’habit laissent à penser que celui-ci a été porté par une femme de la noblesse et peut-être même de la royauté britannique. Pour les archéologues, la découverte est «l’une des plus importantes faites en mer à ce jour».

DES EFFETS PERSONNELS EXTRÊMEMENT BIEN CONSERVÉS

Il faut dire que la robe, les étoffes et les nombreux autres objets ont tous été retrouvés dans un état de conservation incroyable. Les archéologues font état notamment de chaussettes de soie, d’un peigne en corne dans son étui de velours rouge brodé de fil d’argent, d’une boule à  parfum et d’un tas de livres dont les couvertures en cuir sont estampillées des armoiries d’une famille royale.

Ces effets personnels ont résisté à l’épreuve du temps et de l’eau car ils ont été, lors du naufrage, immédiatement enseveli sous le sable.

«Cela aurait créé une atmosphère vide de toute oxygène, ce qui est parfait pour la conservation», explique à l’AFP Rob van Eerden, archéologue de la province d’Hollande du Nord.

Après l’exposition, les trésors de l’épave devraient faire l’objet d’études pluridisciplinaires de manière à en savoir davantage sur leur origine et leur histoire. Ils rejoindront ensuite de nouveau le musée de l’île, cette fois-ci de manière permanente. 

http://fr.canoe.ca/

Toujours fraîche, la robe en viande de Lady Gaga est entrée au musée


Je n’aime pas Lady Gaga et cet épisode m’avait complétement dégouté et maintenant, il met la robe dans un musée … ? Pourquoi ?
Nuage

 

Toujours fraîche, la robe en viande de Lady Gaga est entrée au musée

 

Un conservateur du musée avec une botte et la fameuse robe en viande, imaginée par Franc Fernandez.

Un conservateur du musée avec une botte et la fameuse robe en viande, imaginée par Franc Fernandez

Photo: Mark Duncan/AP/SIPA

TOUT CRU – La robe-carpaccio portée par Lady Gaga aux MTV Video Music Awards en 2010 est exposée jusqu’à la fin de l’année au Rock and Roll Hall of Fame de Cleveland.

Les végétariens auront peut-être du mal à avaler ça. C’est pourtant officiel : la robe en viande de Lady Gaga est devenue une pièce de musée jeudi 9 septembre. Le Rock and Roll Hall of Fame de Cleveland a décidé de l’exposer pour célébrer son cinquième anniversaire. Constituée de plusieurs pièces de bœuf argentin assemblées par le designer Franc Fernandez, elle a ensuite été conservée grâce à un traitement spécial.

« Elle a été plongée dans une cuve de produits chimiques et, même s’il est toujours possible de la plier, elle a été placée sur un mannequin de forme humaine pour la faire sécher », a précisé le musée dans un communiqué. La robe a ensuite été peinte pour avoir l’air « plus fraîche ».

Lady Gaga avait porté cette tenue improbable lorsqu’elle avait reçu sa récompense de la meilleure vidéo de l’année pour son titre « Bad Romance », en 2010. Cette apparition avait alors déclenché un débat pour savoir quel était le message caché : Lady Gaga voulait-elle simplement choquer ou dénoncer quelque chose ? La chanteuse américaine, habituée aux tenues excentriques, avait expliqué un peu plus tard que sa robe appelait à s’engager pour défendre ses principes, et à ne pas rester « de la viande sur un squelette ». Le groupe de défense des animaux Peta avait déjà fait part de son mécontentement vis-à-vis de cette robe, et espère que son exposition à Cleveland va pousser les gens à devenir végétariens

.

http://www.metronews.fr/

La robe carpaccio de Lady Gaga exposée à Washington


Je suis sidéré de voir un tel gaspillage de nourriture juste pour faire réagir les gens face a Lady Gaga. Pour ma part, j’avoue ne pas aimer cette artiste extravagante Une telle robe pour moi est un manque de respect envers les animaux et ceux qui vivent de pauvreté qui peine a se nourir convenablement a tous les jours
Nuage

 

La robe en viande de Lady Gaga exposée à Washington

 

Lady Gaga dans sa robe fabriquée avec de... (PHOTO MARIO ANZUONI, REUTERS) 

Lady Gaga dans sa robe fabriquée avec de la viande.

PHOTO MARIO ANZUONI, REUTERS

 

La célèbre robe en viande crue, avec bottines assorties, que portait la chanteuse américaine Lady Gaga en 2010 lors d’une cérémonie de prix, est exposée à Washington aux côtés d’une étole en renard de Billie Hollyday ou de boots de Patti Smith.

 

gaga

Le boeuf ficelle, c’est bien connu, affine la silhouette. Photo : Mark Duncan/AP/SIPA

Même sous vitrine, elle fait forte impression. La robe en viande crue, avec bottines assorties, que portait Lady Gaga aux MTV Video Music Awards en 2010, est exposée aux côtés d’une étole en renard de Billie Holiday et des boots de Patti Smith.

Agence France-Presse
Washington

 

La robe rouge en vraie viande de boeuf, avec laquelle la chanteuse avait fait sensation lors des MTV Video Music à Los Angeles, est l’un des clous d’une exposition consacrée aux femmes chanteuses, du 7 septembre au 6 janvier 2013, au National Museum of Women in the Arts de la capitale américaine.

La tenue, qui appartient toujours à la chanteuse, a été collée sur un mannequin de plâtre et la matière vivante traitée par des taxidermistes, avec des produits chimiques, pour sa conservation.

Un piano droit sur lequel l’excentrique vedette a plaqué ses premiers accords quand elle était enfant fait également partie de l’exposition, qui évoque 70 artistes des années 1920 à nos jours, avec quelque 250 objets.

«Women who Rock: Vision, Passion, Power» organisée par le Rock and Roll Hall of Fame de Cleveland (Ohio, nord) entend montrer «le rôle essentiel joué par les femmes à faire bouger le rock and roll et la culture américaine».

Tout en retraçant les grands événements du siècle dernier qui ont accompagné les différents mouvements musicaux, l’exposition évoque les grandes figures de la chanson américaine avec des objets venus de musées, de collections privées, ou des chanteuses elles-mêmes, des films ou des affiches.

On peut ainsi voir des boots éculées de Patti Smith, un blouson rouge de Chrissie Hynde (The Pretenders), des robes de scène des Supremes, une tenue d’Indienne très décolletée portée par Cher, une robe Jean-Paul Gauthier de Madonna, un pantalon à paillettes de Britney Spears aux côtés de carnets manuscrits de Janis Joplin ou d’une guitare de Taylor Swift.

L’exposition sera ensuite présentée à Omaha (Nebraska), Seattle (Washington) et Phoenix (Arizona).

http://www.metrofrance.com

http://www.lapresse.ca