Une dame âgée dépouillée de 500 000$ gagne une manche


Il est triste qu’une dame de 92 ans doive se battre pour avoir gain de cause sur ses économies. Heureusement, qu’elle a eu toute sa tête pour réagir, malgré qu’elle a pu faire connaitre qu’elle a été lésé, il reste encore des points à régler
Nuage

 

Une dame âgée dépouillée de 500 000$ gagne une manche

 

Selon la Couronne, Alissa Kerner, Anita Obodzinski et... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Selon la Couronne, Alissa Kerner, Anita Obodzinski et son mari Arthur Trzciakowski se seraient servis d’une déclaration d’inaptitude pour s’approprier environ 500 000 $ des comptes bancaires de Veronica Piela.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

PHILIPPE TEISCEIRA-LESSARD
La Presse

Une nonagénaire qui s’était enfuie d’une résidence pour personnes âgées en affirmant être exploitée financièrement par une fausse nièce et une travailleuse sociale vient de gagner une manche dans son combat pour récupérer les économies d’une vie.

Dans un jugement rendu le 20 novembre, la Cour supérieure a annulé le mandat en cas d’inaptitude homologué contre Veronica Piela, 92 ans.

Selon la Couronne, Alissa Kerner, Anita Obodzinski et son mari Arthur Trzciakowski se seraient servis de cette déclaration d’inaptitude pour s’approprier environ 500 000$ des comptes bancaires de la vieille dame.

La Presse avait révélé les mésaventures de Mme Piela en avril dernier. Le cauchemar de la vieille dame avait éclaté au grand jour en janvier 2014, lorsque des policiers l’avaient retrouvée dans la rue, avec sa marchette, à moitié vêtue. Elle menaçait de se suicider si les autorités la ramenaient dans la résidence où on l’avait confinée.

Elle vit aujourd’hui dans la maison de retraite de son choix.

À la fin du mois de novembre, la juge Hélène Langlois a annulé le mandat en cas d’inaptitude qui donnait à Anita Obodzinski un contrôle quasi total des biens et de la vie de Mme Piela. Sa validité «n’a pas été établie», écrit la Cour.

La signature de la nonagénaire sur le mandat en cas d’inaptitude «constitue un faux par imitation et n’émane pas de la défenderesse», selon l’experte dont la juge a retenu l’opinion.

Un autre expert était arrivé à la conclusion inverse.

La Cour a aussi écarté les rapports médicaux et sociaux – dont celui de la coaccusée Alissa Kerner – obtenus pour faire homologuer le mandat.

«Notre cliente n’est pas satisfaite du jugement rendu dans cette affaire. Elle considère que plusieurs aspects de la preuve ont tout simplement été ignorés par le juge», a réagi par écrit Jean El Masri, avocat d’Obodzinski. «Notre cliente n’a pas décidé de façon définitive si elle fera appel.»

Du côté de la plaignante, on refuse de se réjouir trop vite.

«Évidemment, ma cliente est satisfaite. Mais je dois souligner que le jugement ne règle pas le problème en totalité. Il y a beaucoup d’autres questions en suspens», a expliqué Igor Dogaru, avocat de Veronica Piela. «C’est certain qu’il va y avoir d’autres procédures.»

Alors que la Couronne lui reproche d’être entrée par effraction chez Mme Piela et de l’avoir séquestrée, la travailleuse sociale Alissa Kerner vient de faire face à son ordre professionnel pour d’éventuelles fautes déontologiques commises dans ce dossier. Elle en était suspendue depuis septembre 2014.

http://www.lapresse.ca/

L’ampleur des dégâts à L’Isle-Verte en images


Un incendie en plein hiver dans une résidence pour personnes âgées c’est un rendez-vous avec une nuit d’enfer. Un homme a raconté a la télé que sa mère a téléphoner d’apporter une échelle, un manteau, qu’elle ne pouvait rentré dans l’appartement, Il s’est rendu vers son balcon, lui a parlé, mais n’a pu la sauver. Aujourd’hui, ils vont entamer les recherches des corps
Nuage

 

L’ampleur des dégâts à L’Isle-Verte en images

 

Les flammes ont ravagé jeudi une résidence pour personnes âgées de L’Isle-Verte, une petite municipalité du Bas-Saint-Laurent. Les photos de la tragédie montrent la violence de cet incendie.


L'incendie s'est déclaré peu après minuit jeudi dans la Résidence du Havre.

L’incendie s’est déclaré peu après minuit jeudi dans la Résidence du Havre. Le feu, attisé par les vents forts, a rapidement embrasé le bâtiment. On y trouvait aussi un CLSC, une pharmacie et un salon de coiffure. Photo : Infodimanche.com


L'immeuble abritait une cinquantaine de pensionnaires, sans compter le personnel soignant.

L’immeuble abritait une cinquantaine de pensionnaires, sans compter le personnel soignant. La majorité des résidents se déplaçait en fauteuil roulant ou à l’aide d’une marchette, selon la mairesse suppléante, Ginette Caron. Photo : Infodimanche.com


Un voisin, Pascal Fillion, raconte qu'à 1 h du matin, le bâtiment était complètement en feu.

Un voisin, Pascal Fillion, raconte qu’à 1 h du matin, le bâtiment était complètement en feu : « On entendait crier à l’intérieur. Le feu était intense, comme un feu de paille ». Photo : Infodimanche.com


Le travail des pompiers a été compliqué par des vents de 60 à 70 km/h et des températures de - 20 degrés.

Le travail des pompiers a été compliqué par des vents de 60 à 70 km/h et des températures de – 20 degrés. « Une nuit d’enfer », selon le chef des pompiers de la municipalité, Yvon Charron. Photo : Infodimanche.com


Martin Deslaurier raconte comment sa grand-mère a perdu la vie dans l'incendie.

Martin Deslauriers raconte comment sa grand-mère de 80 ans a perdu la vie dans l’incendie. Il explique qu’elle a appelé un de ses petits-fils à l’aide : « Elle était au deuxième étage. Il a essayé de la sauver avec une échelle. Elle est décédée sur la galerie. » Photo : Caroline Cyr/Radio-Canada


Robert Bérubé, un homme de Laval, est arrivé jeudi matin à L'Isle-Verte, très inquiet pour sa mère.

Robert Bérubé, un homme de Laval, est arrivé jeudi matin à L’Isle-Verte, très inquiet pour sa mère. « C’est tellement cruel », dit-il. Il raconte que la peur de sa mère était de périr dans les flammes. Elle devait bientôt célébrer ses 100 ans. Photo : Caroline Cyr/Radio-Canada


Des citoyens viennent observer ce qu'il reste de la Résidence du Havre.

Des citoyens viennent observer ce qu’il reste de la Résidence du Havre. Il n’y avait pas de gicleurs dans l’ancienne partie qui a été détruite par l’incendie. L’autre partie, construite au début des années 2000, toujours debout, était équipée de gicleurs. Photo : Caroline Cyr/Radio-Canada


Le foyer était situé tout juste aux abords de la route 132. Sa disparition est comme une plaie béante dans le village

Le foyer était situé tout juste aux abords de la route 132. Sa disparition est comme une plaie béante dans le village, constate notre journaliste Joane Bérubé. Photo : SQ


En fin de matinée jeudi, une fumée dense enveloppait toujours une partie du village.

En fin de matinée jeudi, une fumée dense enveloppait toujours une partie du village. Une douzaine de maisons aux alentours de la Résidence du Havre ont été évacuées. Photo : Caroline Cyr/Radio-Canada


Les équipes s'activaient encore sur les lieux de l'incendie en fin de matinée jeudi.

Les équipes s’activaient encore sur les lieux de l’incendie en fin de matinée jeudi. Photo : Caroline Cyr/Radio-Canada

http://www.radio-canada.ca/

Une infirmière refuse de pratiquer la RCR à une octogénaire


C’est une situation que je qualifie d’aberrant, pourquoi appeler le service d’urgence quand une infirmière qui sait faire le RCR ne le fait pas … si c,était monsieur et madame tout le monde ayant la technique, il l’aurait fait … C’est une politique stupide de la part de la résidence
Nuage

 

Une infirmière refuse de pratiquer la RCR à une octogénaire

 

retraite

Source : KTLA

Où passerez-vous les derniers jours de votre vie?

Si votre réponse est une résidence pour personnes âgées, la nouvelle qui suit pourrait vous faire changer d’avis. En Californie, une infirmière a refusé de pratiquer la réanimation cardiopulmonaire (RCR) à une femme âgée de 87 ans qui s’était effondrée, incapable de respirer. L’infirmière a aussitôt contacté le service d’urgence en composant le 911; à l’autre bout du fil, l’opérateur lui a indiqué de pratiquer la RCR, ce qu’elle refusa. Son objection était liée à la politique de la résidence qui l’emploie. L’opérateur lui a alors demandé de trouver quelqu’un d’autre pour réanimer la victime, mais personne n’est venu à son secours. Les ambulanciers paramédicaux sont arrivés sur les lieux du drame trop tard.

Ce cas soulève bien des questions. Pourquoi diable une résidence pour personnes âgées ordonne à son personnel de ne pas pratiquer la RCR en cas d’urgence?

Voici ce qu’avait à dire l’administration suite à ces événements troublants :

« Dans une pareille situation, l’entreprise a comme pratique de contacter d’urgence le personnel médical pour obtenir du secours et d’attendre avec la personne qui nécessite des soins jusqu’à ce que lesdits secours arrivent ».

On sent vraiment tout le côté humain derrière ce message.

http://www.insolite.ca